Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Hugo Chavez est-il vraiment antisémite ?

Hugo Chavez est-il vraiment antisémite ?

Le 9 janvier, Jean Hebert Armengaud a révélé, à la suite d’une information du centre Wiesenthal, qu’Hugo Chavez aurait eu des propos antisémites lors de son discours du 24 décembre.

Libération, par la voix de Jean Hebert Armengaud, aura jeté l’anathème le 9 janvier 2006, à travers un article donnant à lire des fragments du discours de Hugo Chavez, laissant croire que ce dernier aurait, le 24 décembre 2005, fait une diatribe antisémite, accusation provenant à l’origine du centre Wiesenthal, réputé pour son sérieux dans ses informations.

L’accusation d’antisémitisme est grave, et si, en effet, le caractère antisémite des propos était avéré, il serait nécessaire, comme pour Mahmour Ahmadinejad, que la communauté internationale se prononce sur ce fait. Toutefois, face à une telle accusation, il est aussi nécessaire de savoir précisément ce qu’a dit Hugo Chavez dans son discours.
Ce qu’a accompli Romain Migus, et qui a été publié sur le site de Michel Collon : Romain Mingus donne à lire la partie non tronquée du discours incriminé, partie qu’on retrouve en bas de la page 15 du discours prononcé par Hugo Chavez. Je redonne ici la traduction telle qu’elle est proposée :

« Je viens de terminer ce matin le dernier rapport de l’ONU sur la situation du monde, et c’est alarmant. C’est pour ça que je dis que, aujourd’hui plus que jamais en 2005 ans, il nous manque Jésus-Christ, parce que le Monde est en train de se consumer jour après jour, ainsi que les richesses du monde, parce que Dieu et la nature sont sagesse, le monde a de l’eau en quantité suffisante pour que chacun ait de l’eau, le monde a suffisamment de richesses et de terres pour produire de la nourriture pour la population mondiale, le monde a suffisamment de pierres pour construire, pour que personne ne soit laissé sans habitat. Le monde possède pour tous, donc, mais dans les faits, DES minorités, les descendants de ceux qui crucifièrent le Christ, les descendants de ceux qui jetèrent Bolivar hors d’ici et le crucifièrent aussi à leur manière à Santa Marta en Colombie, une minorité s’est appropriée les richesses du monde, une minorité s’est appropriée l’or de la planète, de l’argent, des richesses minérales, des eaux, des bonnes terres, du pétrole, toutes les richesses donc, et a concentré les richesses entre quelques mains : moins de 10% de la population du monde est propriétaire de la moitié de la richesse du monde entier et... plus de la moitié des habitants de la planète sont pauvres, et chaque jour, il y a de plus en plus de pauvres dans le monde. Ici, nous avons décidé de changer l’Histoire. »

Si l’on considère ce discours, tel qu’il se présente, et à la lumière de la tradition du christianisme d’Amérique du Sud, désavoué par ailleurs à certains moments par la papauté, notamment Jean-Paul II, puisqu’il s’agit d’un christianisme socialiste, fondé souvent sur la tradition de prêtres ouvriers, et du Christ libérateur, il est évident que, loin de renvoyer à un antisémitisme, il est bien plus une attaque de l’impérialisme économique de minorités qui sont propriétaires des terres et des moyens de production (tradition marxiste) et de la logique néolibérale. Pour son attaque du capitalisme, Hugo Cavez se rapporte à des données fournies par un rapport de l’ONU, ce qui signifie que son référent est ce qui fonde sa parole. Or, quand on lit l’article de Jean Hebert Armengaud, on perçoit que le fond du discours tiendrait davantage du Protocole des Sages de Sion, que de la situation économique de son pays et du problème de la pauvreté mis en avant par l’ONU.

Ce qui apparaît ici, au-delà de cette question de l’anti-sémitisme de Chavez, tient davantage, à mon sens, à la question de l’usage qui peut être fait de problèmes réels. Si l’antisémitisme doit être combattu, au même titre que le racisme et beaucoup de formes de discrimination, cependant, il est nécessaire de ne pas jouer de l’amalgame, pour qu’il n’y ait pas perte de puissance de ces causes. L’amalgame est souvent lié- et ne serait-ce pas le cas ici ?- à une instrumentalisation de causes justes, afin de servir le plus possible des causes sous-jacentes, voilées, qu’on n’énonce pas selon une volonté stratégique (ce qu’analyse parfaitement Chomsky dans La fabrique de l’opinion). Cela tient à l’art des sophistes : construire un discours qui semble juste à partir de fondements faux, afin, in fine, de mettre en porte-à-faux un autre discours, qui, lui, pourrait reposer sur des fondements justes et vrais. Art du simulacre. Si l’on veut, avec raison, rendre compte de certains antisémitismes, et les exposer avec force d’un point de vue critique, il est nécessaire de ne pas diluer ce trait dans des motifs qui reposent sur d’autres raisons. Car autrement, peu à peu, les causes les plus justes ne pourront plus être crédibles, seront d’emblée désavouées.

Plutôt que de condamner cet article de Jean Hebert Armengaud, pensons qu’il nous donne l’occasion de réfléchir à la rigueur des sources, et nous invite à entretenir toujours plus le débat contradictoire des interprétations, débat qui, épistémologiquement, est à la base de l’objectivité scientifique. Un énoncé objectif ne provient pas de certitudes premières, mais il est élaboré dans la confrontation de sources et la possibilité de rationnellement les comparer, et de les départager. Ceci pouvant supposer, comme a pu le souligner Habermas, un rationalisme communicationnel.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • Alexandre Santos (---.---.183.51) 13 janvier 2006 16:02

    Article très intéressant. Il faudrait comme vous dites vérifier les sources.

    Chomsky avait lui même été victime d’une interview si tronquée par le Guardian que ses propos étaient totalement dénaturés de leur sens original et donnaient l’impression qu’il niait le massacre de Serebrenica par les Serbes. Suite aux protestations de celui-ci et le scandale qui suivit, le Guardian a même du présenter ses excuses.

    Ceci étant dit, d’éventuels futurs dérrapages diront si Chavez est victime de manipulations journalistiques, maladroit, ou antisémite (ce qui serait un suicide politique).


    • phil (---.---.219.111) 13 janvier 2006 16:28

      oui suicide politique... ou assassinat politique ? dans ce cas, a qui profirait le crime ? Il n’y aurait pas à chercher loin sur le continent nord américain...


    • Pierre (---.---.188.2) 13 janvier 2006 16:42

      Il m’apparaît de plus en plus évident que la presse n’est plus là pour nous informer mais pour nous manipuler et servir des intérêts stratégiques qui nous dépassent.

      Les journaux sont propriétés de grand groupes financiers, ou de marchands d’armes.

      Par exemple quand on lit le figaro, qui est la propriété de Dassault, il est frappant de voir la description catastrophiste de la situation en Iran. Cela alors que même si l’iran en avait l’intention, il ne pourrait acquérir la bombe pas avant au moins 10 ans (d’après des chiffres des services américains). Dassault verrait il par hasard une « petite » guerre en Iran d’un bon oeil ?

      Je ne sais plus quel écrivain français a écrit « on croit se battre pour la patrie, et on se bat pour les banques ».

      Le souci de Chavez de la défense du peuple n’est pas très bien vue par certains cercles.


      • jean-pierre (---.---.24.111) 13 janvier 2006 17:33

        Vous dites :

        « Il m’apparaît de plus en plus évident que la presse n’est plus là pour nous informer mais pour nous manipuler ... »

        Moi aussi il m’apparait que la presse nous informe de moins en moins. Je crois que les journalistes ne font plus leur boulot mais je ne crois qu’il y ait manipulation.

        Leur boulot c’est de choisir l’info et de l’expliquer. Pas parce qu’ils sont plus intelligents (ils n’ont pas la science infuse) mais par ce qu’ils ont plus de temps pour se renseigner. Il faut donc de leur part un peu de modestie et le sens des nuances.

        Or dés qu’on fouille un peu les « SCOOP », on se rend souvent compte, comme ici, que c’est du pipot ou en tout cas qu’il aurait fallu y mettre des nuances. Il faut voir aussi les affaires Sarko, Finkielhraut, Outreau ...

        C’est dramatique car les colporteurs de ces infos déformées n’ont pas réellement de compte à rendre, même quand ils portent préjudice.

        Il faudrait du ménage pour renouveller une peu tout ce microcosme. Dans ce sens, la sanction du marché, les dépots du bilan ont peut être de bons cotés.


      • HKac HK 13 janvier 2006 17:13

        Bonjour,

        Je sais que cela n’a rien à voir avec Hugo Chavez mais voici encore, d’autres informations a deux balles de la même veine. Il s’agit d’un autre sujet tout aussi intéressant sur le plan de la « désinformation ». On polémique aujourd’hui au sujet de la tenue vestimentaire d’Evo Morales, le nouveau président de la Bolivie, qui porterait un jean Wrangler noir et un pull en alpaga. Et donc ça jase autour du vêtement présidentiel, que ce n’est pas une tenue appropriée pour un président, etc. Mais je me demande pourquoi ce thème fait-il tellement couler d’encre (surtout dans d’autres pays pour le moment pas forcément en France) ? Les journalistes n’ont-ils pas d’autres sujets à traiter, plus graves ? Est-ce qu’il n’est pas plus important de savoir quelles sont les idées de ce nouveau président pour développer son pays, contribuer à la paix dans le monde et promouvoir l’image de son pays à l’étranger, par exemple ? Quand Evo Morales porte un pull en alpaga n’est ce pas pour mettre en avant le savoir-faire de son pays qui produit cette laine aux nombreuses vertus ? Nous aussi nous avons eu un super VRP présidentiel. Cela fait partie des attributions de tout président que de faire du « marketing » pour son pays. C’est quand même une attitude patriotique et d’amour pour son pays que de porter des produits de son pays à la place d’un costard cravate d’une marque occidentale, non ? Bonne journée à tous.

        PS : en réaction à la dépêche de l’Associated Press du 13/01/2006 15h09 « Le pull en alpaga d’Evo Morales fait couler de l’encre »


        • HKac HK 13 janvier 2006 18:01

          Au fait mon expression « information à deux balles » ne visait ni l’auteur de l’article ci-dessus ni les commentateurs mais plutôt la polémique. Par ailleurs, c’est vrai qu’il faut être très vigilant sur les discours des hommes politiques. C’est surtout la tendance des discours sur des thèmes tels que révisionnisme, haine raciale, intolérance et autres thèmes violents émanant d’un même homme ou groupe politique qu’il faut pister pour prévenir les erreurs du passé (montée de l’intolérance, guerres, crimes contre l’humanité). Bonne journée.


        • Sylvio (---.---.161.167) 13 janvier 2006 17:17

          • Pierre (---.---.188.2) 13 janvier 2006 18:00

            Vous faites une lecture littérale des « descendants de ceux qui ont crucifié le Christ », c’est à dire les descendants des romains.

            Ne sera t il pas là plus adéquat de comprendre (surtout de la part de Chavez), les héritiers de la tradition impérialiste des romains, c’est à dire les USA.

            Son discours devient ainsi beaucoup plus logique et cohérent.


          • Philippe Boisnard Philippe Boisnard 13 janvier 2006 18:20

            C’est étrange de dire que cet article manque d’objectivité, alors que justement j’en appelle à une forme de prudence objective. En bref :
            le 24 décembre pour les chrétiens est une référence au Christ (naissance) mais aussi à sa vocation.
            Ce sont les Pharisiens surtout et les Saduccéens qui ont amené la crucifixtion du Christ, et pas les « juifs », puisqu’il y avait plusieurs groupes distincts. Dont les esseniens, les baptistes (qui pratiquaient le baptême de rachat) et les zélotes (révolutionnaires et natioanlistes)
            Les pharisiens sont restés, comme l’expression « marchand du temple », les synonimes du pouvoir, de ceux qui condamnent au nom d’un intérêt.
            DONC : soit Chavez parle explicitement, soit il utilise le sens chrétien.
            or son discours initial semble faire référence à la pauvreté.
            il relie cela à une événement qui date d’un siècle, et qui ne concerne pas du tout le judaïsme, ou l’antisémitisme.
            donc avant de conclure à son antisémitisme, il faut être prudent. Voilà ce que c’est que tenter d’être objectif.


          • JanOks (---.---.254.173) 13 janvier 2006 18:34

            Ce débat est effectivement complexe, j’y vois une volonté de condamnation au delà de l’antisémitisme, je pense qu’il s’exprime en tant qu’indijeno parcequ’après tout ce ne sont pas les juifs qui ont investi le territoire de ses ancêtres. Ceci-dit je crois que rien n’excuse la Haine envers un humain et la bêtise qui en découle.


          • JanOks (---.---.254.173) 13 janvier 2006 18:38

            j’ai confondu Chavez avec Evo Morales désolé.


          • Sylvain Reboul (---.---.188.105) 13 janvier 2006 22:38

            Je pense que cette référence dans le but de « corser » un discours politique, à des haines et rancoeurs religieuses et mythiques, entretenues par des siècles de pouvoir sacerdotal, ne peut que semer la confusion, attiser les passions et détourner les esprits des véritables enjeux et adversaires, ici et maintenant.

            Anti-sémitisme ou pas, honteux ou non, ce méli-mélo politico-religieux ne peut certainement pas servir la démocratie et le progrès social.


          • Rocky (---.---.111.154) 16 janvier 2006 08:06

            Jene suis pas le « dénommé Migus », je ne le connais pas, mais il me semble mis en cause de façon un peu légère par Tristan. Voici son point de vue sur les méthodes de Libération, relevé sur le site Acrimed.

            Lettre ouverte à Monsieur Serge July et à Madame Déontologie des journalistes de Libération Romain Migus Publié le samedi 14 janvier 2006

            A Mr Serge July, Rédacteur en chef de Libération, P.D.G de Libération Et Antoine de Gaudemar Directeur de la Rédaction

            Messieurs,

            Je vous écris à propos de la publication dans la rubrique « Courrier » de Libération du 12 janvier 2006 d’un extrait de l’article que j’ai fait paraître sur plusieurs sites Internet en réponse à celui de M. Armengaud, paru dans votre journal le 9 janvier sous le titre, « Le credo antisémite de Hugo Chavez ».

            1) Je ne vous ai envoyé aucun courrier et je n ai fait aucune démarche pour que mon article soit publié dans Libération. Or vous en publiez, sans mon autorisation, un extrait dans la rubrique « Courrier », en laissant entendre que cet article vous était adressé. Pourriez-vous me fournir les preuves que Romain Migus, citoyen français résidant à Caracas et travaillant comme conseiller en communication, vous a envoyé un quelconque courrier vous autorisant à publier son article ?

            2) L’extrait de l’article que vous publiez sans mon autorisation est soigneusement épuré de la majorité de ses arguments. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Pour que vous puissiez vous rendre compte : l’article original compte 1771 mots, l’extrait que vous publiez seulement 543, soit exactement 30.66% de l’original que vous dites avoir « condensé ». À votre convenance et sans mon accord.

            D’où les interrogations suivantes : A) Quel type d’argumentaire, épuré de 70% de son contenu, peut préserver sa cohérence ? B) Je dis bien censuré. En effet, alors que les découpes effectuées par votre journaliste dans le discours de Chávez sont marquées par trois points entre parenthèses (...), rien de tel n’apparaît dans votre compression de mon article. Un simple renvoi à l’article complet que peu, parmi vos lecteurs, auront eu le temps de consulter est un bien maigre alibi. C) En présentant un texte tronqué sans préciser les passages enlevés, vous l’offrez ainsi en pâture à Mr Armengaud pour qu’il tente de recouvrer une partie du crédit qu’il a perdu, sans s’expliquer sur le fond ? Etait-ce le but ? Difficile d’en douter.

            3) En publiant l’extrait de mon article sur un tiers de page, et en consacrant les deux tiers restants à des argumentations qui confortent la manipulation initiale du discours d’Hugo Chávez, vous persistez et signez dans votre intention de désinformer les lecteurs de Libération. C’est assez dire que vous les méprisez.

            4) Vous publiez une pétition de professeurs d’Université, d’écrivains, d’intellectuels professeurs, comme si leur position sociale était la garantie d’une quelconque impartialité. Vous auriez pu préciser que ces mêmes personnes soutiennent ou ont soutenu une opposition politique qui s’est distinguée par une tentative de coup d’Etat et des tentatives de sabotage économique. Les échecs de cette opposition n’ont en rien diminué sa virulence. Il faut plus d’un journaliste agissant en mercenaire pour déshonorer une rédaction. Mais quand une rédaction se solidarise avec un tel journaliste... Malgré l’orientation politique de votre journal, les lecteurs ont droit à une information sérieuse et non à de telles manipulations. A de l’information correcte et non a une vulgaire opération de propagande. En espérant recevoir des réponses,

            Salutations déontologiques.

            Romain MIGUS

            PS : Je vous autorise à publier cette lettre dans son intégralité. J’envoie une copie de cette lettre à tous les sites web où vous avez pu lire et piller mon précèdent article.


          • (---.---.181.223) 13 janvier 2006 18:19

            Qui se souvient ici du pasteur anglican ( je crois) PAT ROBERSTON qui demandait en direct l’assasinat pure et simple de Chavez à la télé ?

            Les USA font TOUT pour s’emparer de la région d’amérique latine et surtout du Pétrole.

            Donc, on diabolise comme on peu.

            Ouvrez un peu les yeux !! Quand on est pas avec les américains, on est contre eux et pour ça , on peut vous habiller avec toutes les chemises possibles et inimaginables : Terroriste, antisémite...............


            • (---.---.91.66) 13 janvier 2006 19:35

              Ouvrez aussi un peu les yeux et acceptez l’hypothèse que l’on peut être de gauche et antisémite. Il a été dit ici que’il fallait considérer ce discours, « tel qu’il se présente, et à la lumière de la tradition du christianisme d’Amérique du Sud, » et que « puisqu’il s’agit d’un christianisme socialiste, fondé souvent sur la tradition de prêtres ouvriers, et du Christ libérateur, il est évident que, loin de renvoyer à un antisémitisme, il est bien plus une attaque de l’impérialisme économique de minorités qui sont propriétaires des terres et des moyens de production (tradition marxiste) et de la logique néolibérale ». Or, d’un point de vue sud-américain ce raisonnement est faux. Je m’explique : pour ceux qui sont natifs d’Amérique Latine et qui ont reçu une éducation catholique, le discours de Chavez est clair, il se réfère bel et bien à la croyance commune que ce sont les Juifs qui ont tué Jésus et que ce sont eux qui son responsables et coupables. Et il faut être d’une grande malhonnêteté intellectuelle pour nier cela. Je n’ai aucune intention de participer à des échanges idéologiques dans AgoraVox et j’interviens seulement en tant que témoin indigène... Je tiens à préciser qu’au Brésil, par exemple, ceux qui n’aiment pas les Juifs parce que « ils ont tué le Christ » ne réalisent pas qu’ils sont antisémites, car cela ne colle pas avec leur « charité chrétienne » (bien sûr qu’il y a des exceptions, mais cela reste minoritaire).Que dire du geste hautement symbolique qui consiste à recevoir le président Iranien, après les déclarations que l’on sait ? Quant à la France, un peu d’objectivité et d’équilibre dans le jugement ne feraient pas de mal aux tenants de la Bonne Extrême-Gauche (et même de la moins extrême, d’ailleurs) !


            • Tatiana F 13 janvier 2006 19:40

              (Oups, je n’étais pas connectée, mais je suis l’auteur de ce commentaire.)

              Ouvrez aussi un peu les yeux et acceptez l’hypothèse que l’on peut être de gauche et antisémite. Il a été dit ici que’il fallait considérer ce discours, « tel qu’il se présente, et à la lumière de la tradition du christianisme d’Amérique du Sud, » et que « puisqu’il s’agit d’un christianisme socialiste, fondé souvent sur la tradition de prêtres ouvriers, et du Christ libérateur, il est évident que, loin de renvoyer à un antisémitisme, il est bien plus une attaque de l’impérialisme économique de minorités qui sont propriétaires des terres et des moyens de production (tradition marxiste) et de la logique néolibérale ». Or, d’un point de vue sud-américain ce raisonnement est faux. Je m’explique : pour ceux qui sont natifs d’Amérique Latine et qui ont reçu une éducation catholique, le discours de Chavez est clair, il se réfère bel et bien à la croyance commune que ce sont les Juifs qui ont tué Jésus et que ce sont eux qui son responsables et coupables. Et il faut être d’une grande malhonnêteté intellectuelle pour nier cela. Je n’ai aucune intention de participer à des échanges idéologiques dans AgoraVox et j’interviens seulement en tant que témoin indigène... Je tiens à préciser qu’au Brésil, par exemple, ceux qui n’aiment pas les Juifs parce que « ils ont tué le Christ » ne réalisent pas qu’ils sont antisémites, car cela ne colle pas avec leur « charité chrétienne » (bien sûr qu’il y a des exceptions, mais cela reste minoritaire).Que dire du geste hautement symbolique qui consiste à recevoir le président Iranien, après les déclarations que l’on sait ? Quant à la France, un peu d’objectivité et d’équilibre dans le jugement ne feraient pas de mal aux tenants de la Bonne Extrême-Gauche (et même de la moins extrême, d’ailleurs) !


            • Philippe Boisnard Philippe Boisnard 14 janvier 2006 09:58

              Une analyse de Jean-Luc Mélenchon : http://www.e-torpedo.net/article.php3?id_article=646

              Bon, pour l’idéologie il faudra revoir votre réponse, et pour l’extrême gauche, en ce qui me concerne de même. Je ne fais que poser des conseils de prudence, ce qui n’est pas le cas de votre réponse.

              Quant à l’expérience inductive qui est la vôtre, cela fait longtemps qu’en science, de même qu’en histoire, un vague témoignage n’a force de loi qu’au niveau de paralogisme.


            • Popolon (---.---.234.108) 22 janvier 2006 12:52

              D’ailleurs tous les mouvements juifs venezueliens et des États-Unis dénoncent la déclaration du centre en question et dementent formèlement que Chavez puisse etre antisémite.

              Il serait bon que la CRIF le dénonce aussi pour éviter toute amalgame entre les mouvement de protection contre les disciminations, et le journalisme outrancier et manipulateur.

              Au passage, Marx comme Jesus étaient juifs (ou de parents juifs, selon le point de vue (christianisme, bien que j’ai du mal a voir la contradiction dans une religion qui prolonge les écrits du judaïsme ou athéisme communiste) ;) ).


            • (---.---.77.197) 13 janvier 2006 21:38

              Il est amusant de constater avec quelles infinies pincettes, nos frères progressistes abordent la question de l’antisémitisme de Chavez. Ah, s’il était catalogué « populiste (de droite) », comme tout serait simple.

              Alors pour ceux qui douteraient de la réalité de l’antisémitisme chavézien, une seule adresse : le texte intégral des propos tenus, sur le site du gouvernement vénézuelien :

              Bonne lecture a todos !


              • (---.---.77.197) 13 janvier 2006 21:41

                Il semble qu’il y ait un problème de lien :

                www.gobiernoenlinea.ve/docMgr/ sharedfiles/Chavez_visita_ Centro_Manantial_de_los_suenos 24122005.pdf

                Evt passer par google.es, et chercher

                « rapidito la rutina diaria »


              • wil (---.---.176.42) 13 janvier 2006 23:05

                Il y a ce lien aussi.

                http://www.forward.com/articles/7189


                • michel lerma (---.---.59.247) 14 janvier 2006 04:07

                  Les américains ne savent plus comment faire pour ce débarrasser d’un président élu par le peuple,qui ne représente pas les interets américains et dont le pays est tres riche en pétrole.

                  Si en plus,Chavez fait du social en distribuant l’argent du pétrole au plus pauvres !,c’est un nouveau ALLENDE à abattre pour les américains et par tous les moyens.

                  L’époque révolu des dictatures fascites est terminé,l’époque des coup d’état est aussi terminé,il ne reste plus que la destabilisation politique d’un pays et d’un homme (Chavez) en manipulant par l’intermédiaire de courroi de transmission « des intérêts amis des américains » ,l’opinion des médias,qui bien souvent font caisse de résonnance à ce qui touche l’anti-sémitisme auprès de l’opinion publique.

                  Nous l’avons bien vu en france avec les 2 faits divers (psycho du RER et agent de sécurité juif qui avait tagé des propos anti-sémites le local de son employeur de confession juif )...qui avaient fait réagir les hommes politiques français sur des faits divers virtuels au sens de l’anti-sémitisme

                  En regardant CNN,le monde entier aurait pu interpréter que la France était anti-sémite,car c’était l’information que donnait les médias américains à l’époque.

                  Voila 2 exemples qu’il convient de méditer avant de reprendre des propos ou des articles de presse douteux.

                  Chavez à le mérite d’utiliser l’argent des ressources pétrolieres dans le bon sens.


                  • Scipion (---.---.62.164) 14 janvier 2006 06:52

                    « ...en manipulant par l’intermédiaire de courroi de transmission »des intérêts amis des américains« ,l’opinion des médias,qui bien souvent font caisse de résonnance à ce qui touche l’anti-sémitisme auprès de l’opinion publique. »

                    Et c’est encore mieux si le gouvernement vénézuelien lui-même participe à la déstabilisation du chef de l’Etat smiley)

                    Vous dites n’importe quoi, monsieur Lerma. Et, jusqu’à présent, ce n’était pas dans vos habitudes...


                  • Philippe Boisnard Philippe Boisnard 14 janvier 2006 10:54

                    une bonne analyse sur Acrimed, portant sur l’ensemble du discours de Chavez, notamment la page 14 : http://www.acrimed.org/article.php3?id_article=2241


                    • Courouve (---.---.102.7) 14 janvier 2006 13:21

                      Analyse excellente en effet.

                      Reste le fait que des juifs se sont reconnus dans le discours de Chavez. Ce simple fait, loin de combattre l’antisémitimse, pourrait contribuer à l’alimenter.

                      Comme quoi l’obsession de l’antisémitisme et le communautarisme juif sont contre-productifs.


                    • Sylvain Reboul (---.---.188.26) 15 janvier 2006 10:29

                      On s’expose à toutes les confusions lorsque l’on fusionne le langage mythico-religieux, toujours communautariste, avec celui de la politique.

                      Le populisme mytho-chrétien peut faire le lit de toutes les aventures, y compris anti-sémites. Les propos de H.Chavez, quelles que soient ses intentions personnelles, le démontrent une fois de plus.

                      Un authentique discours de gauche ne peut être que laïc, c’est à dire débarrassé de toutes références religieuses, nécessairement troubles et troublantes.

                      Un philosophe devrait savoir qu’à une sophistique religieuse, une autre du même tonneau y répond toujours. Il faut dire, si l’on est philosophe et non pas idéologue, que H. Chavez a tendu les verges pour se faire fouetter.

                      Pour sortir de l’ambiguité idéologique et des combats douteux qu’elle provoque, il convient de mettre le discours politique sous les contrôle de la pensée rationnelle et critique.

                      L’illusion politique


                    • albert (---.---.145.251) 14 janvier 2006 14:40

                      Une fois de plus,le travail des journalistes est insuffisant,partial et dangereux. A quand des journalistes méritants et dignes de ce nom ? Après la misère intellectuelle sur nos écrans (les émissions pour amuser les fatigués du cerveau), voici venir et s’enraciner la misère touchant l’information. Quelle misère !


                      • Galilée (---.---.86.133) 14 janvier 2006 14:54

                        Une fois de plus , preuve est faite de la nature fonciérement antisémite du catholicisme , nature qui ne disparaitra pas , quelques soient les apparences . La parole d’ un homme qui , de nos jours , n’ aurait pas été crucifié mais tout simplement interné et mis sous neuroleptique , est a l’origine de la plus diabolique et la plus meurtrière des entreprises de diffamation . La foi irrationelle et la parole irresponsable , comme chez les musulmans , est chez le catholique Hugo Chavez rien moins qu’ un nouvel appel au meurtre de masse . Si le Christ s’ était proclamé Roi des Juifs , Hugo Chavez est bel et bien partie de la large confrérie des Rois des Cons ... in nomine patris ...


                      • eric (---.---.3.108) 15 janvier 2006 18:53

                        Mot d’ordre : Feu sur Chavez par tous les moyens existants possibles. Et pour ceux qui voient des antisémites partout,qui en font une fixation,arrétez la paranoia.Ca en devient exaspérant et contre-productif. Et viva Hugo Chavez comme autrefois Zapata


                        • Slim (---.---.240.245) 15 janvier 2006 20:11

                          Pardonnez moi, la référence au peuple juif comme peuple déicide est fondatrice de l’antisémitisme. Evoquer les descendants de ce peuple comme une minorité s’accaparant les richesses du monde fait partie du discours antisémite le plus convenu : « les juifs et la finance internantionale », « les juifs et les médias,... » Il ne faut pas être dupe.


                          • (---.---.162.15) 16 janvier 2006 07:30

                            Autre réaction appuyée, celle de Jean-Luc Mélanchon : Personne ne peut avoir raison contre « Liberation ». Sauf le marché, bien sur...

                            Am.


                          • Natacha Quester-Séméon / Natacha Quester-Semeon / NatachaQS Natacha Quester-Séméon 21 janvier 2006 02:10

                            A noter la parution de ce papier de Libération : Après la polémique autour d’un dérapage du président vénézuélien, « Libération » répond. Retour sur un discours d’Hugo Chavez, par Pierre Haski (directeur adjoint de la rédaction à Libération) http://www.liberation.fr/page.php?Article=352577

                            Voici, un extrait un peu long que je me permets de copier pour apporter les précisions du journal - d’ailleurs Tatiana avait relevé ici les mêmes points que Pierre Haski : "Depuis, la polémique fait rage, mêlant les explications de texte et les postures idéologiques. Rappelons d’abord les propos qui fâchent. La cohabitation dans la même phrase de la référence aux « descendants de ceux qui ont crucifié le Christ » et à ceux qui se sont emparés des « richesses du monde » a tout de la vulgate antisémite classique, celle en particulier de cet antisémitisme chrétien ancien, auquel le concile de Vatican II a mis fin en 1962, bâti sur le thème du « peuple déicide ». Le président vénézuélien ne cite jamais explicitement les juifs, mais ceux qui, en France, exonèrent Hugo Chavez en faisant valoir que le Christ a été crucifié par les Romains (dans ce cas, visait-il les Italiens d’aujourd’hui ?...) feignent d’ignorer la connotation historique extrêmement lourde de la formule. C’est cet usage d’un vocabulaire connoté qui a inquiété le Centre Wiesenthal ; c’est ce qu’a relevé notre journaliste, Jean-Hébert Armengaud, en le rapprochant d’éléments de contexte tout aussi préoccupants, comme l’ancien conseiller négationniste de Chavez, Norberto Ceresole, auteur d’un essai préfacé par Roger Garaudy, les inquiétudes d’une partie de la communauté juive locale, très divisée, et l’invitation lancée par Caracas au président iranien malgré son appel à « rayer Israël de la carte ».

                            De fait, même si l’interprétation « anti-impérialiste » de cette phrase était la bonne, comme le soutiennent sans sourciller les défenseurs du président Chavez en France, sa formulation est tellement identique au vieil antisémitisme chrétien qu’elle suffirait à se poser la question de savoir s’il s’agit d’une confusion de langage ou d’un message délibéré."


                            • Colas (---.---.145.230) 5 février 2006 21:35

                              Les juifs vénézuéliens et étatsuniens ne se sont pas reconnus dans les propos de Chavez ... ils récusent eux aussi l’accusation d’antisémitisme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès