Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Imposer les entreprises n’est pas une solution

Imposer les entreprises n’est pas une solution

Le syndicat de la fonction publique québécoise (SFPQ) croit avoir décelé la solution pour que ses négociations avec le gouvernement aboutissent. Afin de trouver les fonds nécessaires à un règlement, il propose de réduire les subventions aux entreprises (une bonne idée), mais aussi de les imposer davantage.

Le SFPQ dénonce la baisse des revenus de l’État provenant des entreprises, et croit que ce sont les contribuables qui en paient la note. Il n’y a rien de plus faux. Les entreprises ne paieraient aucun impôt que les contribuables ne s’en tireraient pas plus mal, voire mieux. En effet, une entreprise a tout intérêt à s’établir là où l’impôt est le moins élevé, toutes choses étant égales par ailleurs. Au contraire, un impôt élevé tend à les faire fuir. On peut présumer que, dans ces circonstances, l’esprit syndical et interventionniste demanderait à l’État de se substituer à l’entreprise privée pour produire les biens et services que les entreprises absentes ne pourraient fournir, et cela aux frais des contribuables. Il s’agit d’un cercle vicieux, car les contribuables ne sont guère avantagés par une gestion publique.

Lorsqu’une gestion privée est remplacée par une gestion publique, le service n’est plus individualisé et, par conséquent, n’est plus aussi satisfaisant. Le service au consommateur particulier est remplacé par un service au consommateur en tant que contribuable. Chaque fois qu’on remplace des prix et des salaires par des impôts, on perd l’information transmise par les prix, laquelle, seule, permet d’affecter adéquatement les ressources. Qui dit mauvaise affectation des ressources dit augmentation des impôts, pour un même service. En dernier lieu, et contrairement à la croyance syndicale, et plus généralement étatiste, tout le monde perd à imposer les entreprises, les fonctionnaires syndiqués y compris.

Le SFPQ ne trouvera pas le dosage miracle d’imposition entre les contribuables individus et les contribuables entreprises. Ces dernières, de toute façon, n’ont d’autre choix que de refiler la facture aux consommateurs. Si les syndicats voulaient vraiment servir les consommateurs, ils ne chercheraient pas des coupables ou de futures victimes de l’imposition et de la taxation, ils travailleraient, au contraire, à réduire celles-ci, c’est-à-dire à réduire l’État.



Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Michel Monette 17 octobre 2005 13:17

    Le problème avec votre raisonnement, c’est qu’il n’est pas logique, mais idéologique. Si la vérité des prix était si efficace, alors pourquoi les Américains doivent-ils consacrer une plus grande proportion de leur PIB que les Canadiens à leur système de soins de santé ? Pourquoi l’endettement pour se faire soigner est-il la seconde cause des faillites personnelles dans ce pays champion de l’information transmise par les prix ? Vous savez parfaitement bien également que l’école ne pourrait pas être offerte à tous si elle n’était pas publique (très peu d’écoles privées d’ailleurs survivraient si les subventions publiques étaient abolies). L’assurance-automobile coûte moins cher au Québec. Une meilleure répartition des revenus grâce à l’intervention de l’État favorise la consommation. Et j’en passe...

    En ce qui concerne les entreprises, elles ont un rôle à jouer comme membre de la société, y compris en fournissant des revenus à l’État qui est l’instrument d’amélioration du sort de tous que s’est donnée la collectivité. D’ailleurs en passant, l’État ne s’adresse pas à des consommateurs qui ont le choix d’acheter ou non, mais à des citoyens qui ont des droits et devoirs comme membres de la collectivité.

    Bien à vous.

    PS. : pourquoi le modèle « néolibéral » imposé par les ajustements structuraux des institutions financières internationales a-t-il fait reculer l’éducation et la santé dans plusieurs pays en voie de développement ? Il s’agit sans doute là d’un autre de ces miracles de l’information transmise par les prix.


    • (---.---.140.135) 17 octobre 2005 16:53

      Depuis quand les entreprises sont « membre de la société » ? C’est stupide ! Une entreprise a pour vocation de gagner de l’argent, point final, et le jour où les politiques l’auront compris, ils comprendront que la taxation doit s’appliquer au membres de la société uniquement, cad aux citoyens. Financièrement, il y aurait un réajustement et ça ne changerait strictement rien, sauf que la création d’entreprise, l’inovation etc seraient encouragés.


      • (---.---.203.25) 17 octobre 2005 19:11

        L’entreprise est évidemment un membre à part entière de la société ! Elle utilise des fournitures produites par cette société, des services mis à sa disponibilité par cette société, elle revend ses produits à cette même société. Sans société il ne peut y avoir d’entreprise. Dire que l’entreprise est hors société est un non sens !


        • Michel Monette 18 octobre 2005 01:09

          En réponse au premier commentaire : si vous n’aimez pas la métaphore, peut-être serez vous d’accord avec « entreprise citoyenne ». À moins que l’on cesse totalement de les imposer et qu’en retour on coupe tout aussi totalement les subventions, en plus de charger systématiquement à chaque entreprise tout ce que doit supporter la société du fait de ses activités. Ça va prendre toute une armée de fonctionnaires pour évaluer tous ces coûts et déterminer quelle entreprise paie quoi. Pourquoi ne serait-ce qu’aux individus de payer pour la scolarisation, pour la pollution, pour les effets sur la santé, etc. Tiens, il me vient une idée : à l’avenir, quand une entreprise va embaucher un travailleur, le ministère de l’Éducation va lui faire parvenir une facture correspondant au coût des connaissances et des aptitudes physiques et intellectuelles dont elle bénéficie grâce à la scolarisation de ce travailleur. Vous êtes d’accord ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès