Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Impressions du nord de l’Iran, entre mer Caspienne et terre (...)

Impressions du nord de l’Iran, entre mer Caspienne et terre islamique

nord Iran Récit d’un circuit effectué en taxi les 25 et 26 septembre 2012, au départ de Téhéran (Iran) d’abord un peu à l’Ouest puis plein Nord, en franchissant la chaine montagneuse pour déboucher à Chalus au bord de la mer Caspienne, ensuite suivi de la côte maritime vers l’Ouest (avec qq arrêts) jusqu’à Rasht qui est un peu distant de la mer ; 2ème jour visite de Rasht puis retour par la vallée du Sefid Roud ensuite montée par Rudbar sur le plateau central et enfin direction plein Est, passage prés de Qazvran avant de rejoindre Téhéran.

 

1) le contraste climatique entre la région de Téhéran semi désertique et le nord (ou sur de la mer Caspienne) au climat subtropical ou « méditerranéen humide »

L’Iran, pays où il fait toujours beau ou presque, chaque matin le soleil brille, ciel d’azur (un mot persan) au point que c’en est presque lassant et puis la chaleur, Téhéran est situé au pied d’immenses montagnes, celles-ci avec leurs cimes découpées et abruptes surplombent la ville comme un décor gigantesque, justement aujourd’hui nous devons les franchir et j’ai hâte de voir « l’envers du décor », aussi nous partons, direction Ouest d’abord jusqu’à Karaj où nous devons bifurquer plein Nord pour pénétrer la montagne, ce matin est sans doute comme tous les matins en Iran, une circulation d’enfer sur ces sortes de voies rapides qui quadrillent Téhéran, je commence à avoir l’habitude de cette conduite de « sauvage » qui caractérise tous les pays orientaux marquée par une indiscipline totale, chacun faisant n’importe quoi ou presque, bon on finit par sortir de Téhéran ..

montée hors Téhéran Une autoroute droite, qq kms rapides, très rapides longeant le magnifique décor de la chaine montagneuse qui se dresse sur notre droite, des pentes abruptes qui scintillent dans le soleil matinal, ce sont justement elles que nous abordons enfin quand nous prenons la route de Chalus au niveau de Karaj, c’est très impressionnant, un décor très rude et austère, violent en un sens, car nous montons, montons et pourtant rien ne change ou presque si ce n’est l’aridité du sol qui semble encore se renforcer, à part le fond de la vallée marquée par un peu de verdure grâce à un maigre cours d’eau les pentes sont absolument désertiques, à peine qq broussailles, un ensemble purement minéral, nous sommes environnés de cimes de plus de 4000 m d’altitude, c’est magnifique et nous montons encore, puis vient un tunnel puis un autre (les Iraniens n’hésitent pas à doubler dans les tunnels) enfin un plus conséquent où vers la fin une inflexion se produit et une descente s’amorce, enfin nous sortons et là c’est déjà un tout autre décor, nous venons de franchir la chaine montagneuse séparant la zone du golfe Persique du continent Eurasiatique !

descente vers Chalus D’abord le ciel n’est plus aussi clair, cristallin qu’il était côté golfe Persique, certes le soleil brille mais on distingue désormais des nuages au loin, en fait l’horizon est plutôt flou et embrumé, on ne voit pas la mer et on ne la verra pas avant d’en être tout prés car ce sont des montagnes et des montagnes encore devant nous mais d’une toute autre nature car moins escarpées et surtout entièrement couvertes de verdure, allant du vert cru au vert sombre, des reliefs boisés désormais, un autre décor, une autre nature, un autre monde en fait et cela va se démontrer de plus en plus, bon ce n’est pas d’emblée une végétation luxuriante, mais tout de même il y a de la vie car il y a de la pluie, on est encore très haut et au début la couverture végétale est chiche, on pourrait la qualifier de « méditerranéen sec » mais elle va aller en s’épaississant au fur et a mesure de la descente car celle-ci est impressionnante, nous devons descendre de plus de 2000 m pour atteindre le niveau de la mer Caspienne, la route fait de très longs lacets surplombant des gorges profondes et en même temps que nous descendons le ciel se fait plus couvert et la végétation plus dense, cette descente magnifique semble pourtant presqu’interminable, le dénivelé finit tout de même par s’atténuer, on s’arrête qq min. en bord de route et je fais qq pas dans le sous bois environnant, le sol glaiseux, argileux presque boueux par endroit semble plus humide qu’en Normandie, la couverture des arbres (des feuillus) est très dense, cela ne ressemble à rien de ce que j’ai pu observer en Europe, il y a opulence végétale mais en même temps une sorte de moiteur due à la chaleur, nous sommes dans ce que les géographes considèrent comme une zone subtropicale comparable au sud de la Chine, d’ailleurs cette bande côtière de la mer Caspienne est parsemée de rizières, étant donné la présence d’un néanmoins fort contraste été/hiver on peut rapprocher ce climat de celui de la Géorgie assez proche qualifié parfois de « méditerranéen humide » ce qui est une forme d’oxymore, enfin les faits sont là, plus nous nous approchons de Chalus situé au bord de la mer Caspienne plus la nature semble généreuse, cette région est un véritable pays de cocagne où poussent toutes sortes d’agrumes, nous sommes bien loin du plateau aride qui formait les environs de Téhéran ..

 

2) une Riviera (bord de la Caspienne) dans un état délabré, conséquence d’une acculturation ou de la rigidité du système ?

De la verdure et encore de la verdure, et le bleu de la mer ? Il nous faut encore serpenter qq kms entre des collines avant de l’apercevoir, la voici enfin, elle n’est pas d’un bleu éclatant car le ciel est couvert mais tout de même elle est bien là cette fameuse mer Caspienne, mer du milieu par excellence avec en face l’immense Russie « Это Россия » , mer fermée elle est comme un grand lac d’eau salée, située 28m en dessous du niveau des océans, voici donc l’endroit le plus bas où je n’ai jamais été .. nous sommes déjà dans Chalus et cherchons un accès quand un panneau « plage » indique une direction où nous nous engageons, nous avançons encore et là c’est le choc ou plutôt la consternation pour un occidental chez qui l’idée de plage est associée à celle d’un endroit idyllique, en fait je découvre ce qui ressemble plutôt à une poubelle ou un égout à ciel ouvert !

plage de la Caspienne Pour m’être souvent promené en Russie et connaitre le peu de souci de certaines populations par rapport à leur environnement, je dois dire que là, question mauvais goût et inesthétisme, tous les records sont battus, les muzz vous êtes les champions du bousillage du littoral, les russkoffs peuvent aller se rhabiller, essayons d’expliciter cela un peu en détail, d’abord aucune « sanctuarisation » de la plage, les voitures roulent en Iran n’importe où et sur la plage elles avancent le plus possible, n’importe comment pour être clair, doit-on parler de plage quand le sable ou ce qui devrait en être ressemble à une masse noirâtre plus proche du matériau de chantier que d’un élément cristallin ? Et l’ambiance dans tout cela ? Certes pas d’alcool mais du bruit à s’en péter les tympans, voiture aux 4 portières ouvertes avec l’autoradio à fond qui crache une espèce de rock disco mahométan, qu’on aime ou qu’on n’aime pas, on y a droit de toutes façons .. oui mais au bord de l’eau, les corps se dénudent ce qui ne doit pas manquer de charme ? Quels corps ? Il y a bien les zabrutis à la musique disco qui trainent à peu prés seuls en maillot une pièce, les autres ont gardé des pantalons ou des chemises quant aux femmes, là circulez y a rien à voir, certaines s’approchent de l’eau et sont nu-pied mais sinon tout le reste du corps est recouvert, poignet et cheville comprise, bon voilà ma découverte de la plage islamique, qq part c’est l’anti-érotisme par excellence, bref glissons ..

Dans cette mer huileuse et sale, je me serai tout de même baigné, à un autre endroit plus calme, afin de pouvoir dire, me dire, que je me suis baigné dans la mer Caspienne, voilà tout !

 

Ok la plage c’est pas leur truc, après tout chez nous jusqu’à la fin du XIX siècle, le littoral était complètement délaissé et ignoré des riverains, mais qu’en est il du reste ? Euh, bonne question, en fait c’est pas vraiment évident de répondre sans risquer d’être taxé de parti pris pro-occidental, essayons néanmoins de décrire les choses telles qu’elles me sont apparues, donc après ce toucher au raz de l’eau, nous reprenons notre route vers l’Ouest en direction de Rasht, nous longeons la côte tout bonnement et qu’observons nous ?

mosquée de Tonékabon C’est un cadre magnifique, partout sur notre gauche la chaine montagneuse, débordante de verdure offre un décor sublime, ces montagnes sont dominées par des bancs de brume, cette région est une splendeur mais si l’on regarde plus prés, juste devant nous la route et ses à côtés qu’observe t on ? en gros n’importe quoi c’est vraiment n’importe quoi, même la banlieue de Varsovie (chef d’œuvre de laideur pour ceux qui connaissent) présente plus d’harmonie entre les différentes constructions et le bord des routes, les musulmans se distinguent par une indiscipline parfaite, impossible d’observer chez eux le moindre souci de respect d’une harmonie globale, les constructions sont complètement chaotiques, aucune ne ressemble à sa voisine, quant au trottoir ou ce qui devrait en être un, on ne sait pas trop où il commence et où il finit, des échoppes (car c’est un passage touristique) surgissent un peu partout, sorte de baraquement quelque fois en parpaings, souvent en bois aux murs qui tiennent à peu près, enfin ils tiennent et partout ou presque luisent (en plein jour) ces guirlandes formées d’une kyrielle d’ampoules à la lumière blanche caractéristique d’ampoules à basse consommation, indice d’activité pour le client sans doute ? Autre touche de gaieté, l’abondance de mosquées pas vraiment antiques car avec leurs couleurs criardes et leurs formes tarabiscotées il est trop facile de les qualifier de kitch, en fait elles sont trop kitch, on se dit que qq part ils ont du en faire exprès ceux qui les ont construites, jugez un peu, les couleurs les plus fréquentes sont le violet vif et le jaune doré canari, il y a aussi du vert pistache, du mauve et du bleu turquoise, ces mosquées par leur aspect tapageur ressembleraient plutôt à des bars de nuit ou des discothèques mais ces propos risquent de paraitre sacrilège aux vrais croyants aussi je ne développerai pas plus .. mosquée de Abas Abad

 

Nous continuons notre route vers l’Ouest, partout le même aspect d’abandon, il y a bien qq villas fortunées et isolées, des propriétés privées qui doivent abriter des jardins superbes « le jardin persan », mais pour ce qui est de la voie publique c’est une impression d’ennui et de relative misère qui domine généralement, alors qu’en ville de nombreuses femmes sont très coquettes, ici les tchadors règnent en maitre, ces lugubres tchadors qui font plus penser à des corbeaux qu’à des femmes ! Tout de même, pourquoi ce délabrement généralisé dans un cadre naturel pourtant si prodigieux ? A l’époque du Shah se trouvait ici sa résidence d’été, est ce pour effacer jusqu’à son souvenir qu’on laisse pourrir cette côte qui devrait être un bijou ? Je ne saurais y répondre ..

hôtel de Rasht Nous arrivons enfin en cette bonne ville de Rasht bien qu’il faille de la bonne volonté pour croire que nous pénétrons une grande ville, Rasht aurait plus d’un ½ million d’habitants, or on ne voit de chaque côté que ces maisons au toit plat, maximum un étage, le terme d’urbanisme est peu adapté en ces contrées, les musulmans semblent hermétiques aux questions d’aspect et d’apparence, impossible pour moi de croire que cette Ville aurait plus de 500 000 habitants, nous serions déjà dans le centre sans que j’ai pu encore distinguer ce qui ressemblerait à un vrai immeuble, partout les mêmes constructions sous forme de petits blocs miséreux, comment pourrons nous trouver un hôtel à peu près normal dans cette « métropole régionale » ? Bon on finit quand même par atterrir à Ordibehesht Hôtel, un aspect austère un peu suranné, des vieux lustres au plafond, une moquette brejnévienne mais l’ensemble parait bien tenu, le personnel aimable et il y a Internet, une salle où l’on peut fumer et commander du thé, bref tout baigne, les chambres ont un mobilier qui fait penser aux années soixante et la plomberie de la salle de bains aux années cinquante mais il y a de l’eau chaude, j’ai un peu l’impression d’être en URSS dans les années soixante dix dans ces hôtels réservés aux touristes étrangers, en fait tout va bien !

 

 3) une présence arménienne et donc chrétienne forte et vivace dans la région de Rasht

Entretemps la nuit est tombée mais il n’est pas tard et dehors ce « centre ville » donne l’impression d’une ruche bourdonnante, vendeurs ambulants, magasins et échoppes, tout fonctionne avec en sus une circulation d’enfer, muni d’un petit plan très imprécis, j’entreprends un repérage nocturne à la recherche des minorités religieuses vivantes et en particulier chrétiennes, je ne parle pas perse mais prononcer le mot « kélissa » (église en farsi) me vaut tout de suite la sollicitude des habitants, je me retrouve devant une porte métallique avec une inscription en arménien, comme je dois comprendre l’église se trouve de l’autre côté, presqu’aussitôt un homme jeune qui tenait une échoppe en face saisit mon intérêt quand je lui explique que français catholique, je désirerais visiter leur église, il m’entraine qq m. plus loin vers un de ses acolytes, lequel m’entraine aussi vers un autre, en même temps je comprends qu’ils sont tous arméniens et que cette église est un élément essentiel de leur existence locale, il y a une sonnette sur la porte qu’ils actionnent, s’ensuit une conversation dans l’interphone à l’issue de laquelle ils m’expliquent dans un anglais rudimentaire que l’église sera ouverte demain à partir de 10h, à demain donc ..

porte église arménienne Le lendemain il fait déjà beau et chaud et je décide bien avant l’heure d’aller voir de plus prés cette église, cela ne faisait pas 30sec que j’étais devant cette porte métallique qu’un arménien puis un autre viennent me dire « bonjour Monsieur » et en français s’il vous plait, décidément en qq heures je suis devenu une vedette locale, ils sonnent derechef et là on vient ouvrir, une dame avec un foulard sur la tête apparait pour venir me guider à l’intérieur d’une vaste cour avec un grand bâtiment faisant penser à une école et juste derrière se dresse une véritable merveille, une église arménienne qui doit dater d’un siècle ou deux dans un parfait état de conservation !

intérieur église arménienne

La dame va m’ouvrir l’église à titre individuel, elle me permettra de prendre des photos de l’intérieur et de m’y recueillir, cette église est certes très belle mais elle n’est pas de dimension extraordinaire, de même son intérieur soigné et entretenu ne recèle pas de richesse particulière, c’est une simple église orientale, aux murs en crépi blanc avec des vitraux ordinaires, des rangées de bancs, un autel et les accessoires pour les sacrements, pourtant je tiens cette église et la plupart des églises en Iran et plus généralement toutes les églises en Orient pour des miracles en soi, cette simple église de la rue Saadi à Rasht revêt presque plus d’importance à mes yeux que Notre Dame de Paris, je sais que cela pourra paraitre étrange à beaucoup de gens mais de par la simplicité de son aménagement et en même temps l’extrême soin apporté à son entretien, il se dégage de ce lieu de culte une atmosphère de piété et de ferveur qui me trouble profondément et que je peine à exprimer autrement qu’en insistant sur la sensation d’ardeur et de dévotion qu’exprime ce bâtiment religieux, la présence d’un tel témoignage de foi en ces terres d’Orient est une des plus belles prières à Dieu que peut contempler un chrétien authentique ..

vitraux église Aussi l’existence et l’importance de cette forte communauté arménienne dans le nord de l’Iran (dont il faut préciser qu’il ne s’agit pas d’une diaspora mais d’une population d’origine qui vit dans ces régions proches du Caucase depuis des siècles), qui peut pratiquer sa religion et vivre selon ses coutumes dans l’Iran d’aujourd’hui sans craindre de persécutions particulières, permet d’infirmer les procès régulièrement intentés à l’état théocratique d’Iran pour « fanatisme religieux » ou autres « crimes contre les minorités religieuses  », paradoxalement la dureté de ce régime garantit un état de droit et une sécurité intérieure allant à l’encontre de toutes les tentatives de déstabilisation de la société traditionnelle qui pourraient être opérées par des fanatiques religieux, bref l’ordre règne !

 

vallée du Séfid Roud Il faut hélas prendre congé de cette contrée merveilleuse même si l’architecture de nombreux bâtiments laisse souvent à désirer, le temps est beau, nous prenons en sortant de Rasht d’abord plein Sud la route la plus directe pour Téhéran, laquelle passe par la splendide vallée du Sefid Roud (le fleuve côtier) c’est une merveille au niveau agricole et qui s’étend sur une bonne cinquantaine de kms, puis la route remonte lentement sur le plateau iranien en bifurquant progressivement vers l’Est, on observe au loin la présence d’un parc éolien de dimension colossale, au moins sur ces crêtes il y a toujours du vent, enfin revenu sur le plateau central la végétation s’est de nouveau considérablement appauvrie, fin d’été, chaleur sèche, on observe néanmoins qq vergers à l’aspect squelettique avant le grand retour dans l’immense cité capitale de l’Iran, en vérité dans ma tête je suis toujours qq part à guetter au loin la mer Caspienne ou en contemplation dans une église arménienne, fin du récit. remontée vers Téhéran

 

Hiéronymus, octobre 2012


Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

57 réactions à cet article    


  • Hieronymus Hieronymus 13 octobre 2012 11:22

    Merci a tous ceux qui pourront apporter des commentaires ou des complements sur cet article « live »
    j’aurais pu developper encore pas mal de sujets comme la conduite en Iran, l’hotel-restaurant, le commerce, les echoppes, bref tout ce qui concerne le comportement de l’Homo Iranicus mais avec plus de 14000 caracteres et 12 images, j’ai pense que cela faisait deja pas mal, peut etre dans un autre article
    la question de l’eglise armenienne et des eglises d’Orient meriterait aussi de nombreux developpements, tout un sujet egalement
    l’essentiel c’est de rendre temoignage a des gens qui sont dignes et a un pays qui merite consideration : l’Iran, que des puissances hegemoniques tentent actuellement a tout prix de diffamer et de calomnier en raison d’interets geo-strategiques non avouables
    je ne sais si il y aura bientot une guerre contre l’Iran, ce que je peux temoigner, c’est que ce pays et ses habitants ne nous sont en rien hostiles


    • Yves Dornet 13 octobre 2012 11:29

      Bonjour,

      @Hieronymus,

      L’Iran est bien sur un grand et beau pays et les Iraniens s’inscrivent dans la grande histoire de l’humanité ceci étant il y a aujourd’hui à la tête de cet état un régime parfaitement détestable qui opprime le peuple Perse : le régime des mollahs.

      Ce régime met le feu un peu partout dans la région (Liban, Syrie, Irak...) et développe actuellement l’arme nucléaire à des fins hégémoniques.

      Que tous ceux qui aiment vraiment l’Iran et les Iraniens aident à la libération de ce pays en mettant hors d’état de nuire ce pouvoir rétrograde.


    • Hieronymus Hieronymus 13 octobre 2012 11:41

      cher Yves
      etes vous deja alle en Iran ?
      et bien allez-y, voyez la vie la-bas, parlez avec les gens
      et revenez nous dire ce que vous en pensez au lieu de nous debiter
      juste un condense de la propagande des me(r)dias « bien-pensant »

      il faut comprendre les interets geo-strategiques en jeu
      l’Iran ne menace personne, absolument personne, ce chaos au Proche orient
      est le fruit de puissances hegemoniques incomparablement plus destructrices


    • Yves Dornet 13 octobre 2012 12:09

      @Hieronymus,

      tout à fait, les Perses ne menacent personne seul le pouvoir en place agresse par pasdaran interposés partout en et hors iran.

      les Perses subissent cette dictature théocratique. Les exemples sont légions.

       http://www.iran-resist.org/

      Conseil national de la Resistance iranienne

    • Aldous Aldous 13 octobre 2012 12:17

      Pourquoi voulez vous qu’il aille en Iran ?


      C’est un occidental donc il a la science infuse, via la télévision.

      Merci pour cet article.

      Votre impression sur les églises orientales est juste.
      Ces églises continuent de jouer leur rôle spirituel au sein des communautés car, contrairement au papes, elles n’ont pas cherché à s’immiscer dans la sécularité ou la science ni à se prétendre universelles.

      Elles ont toujours refusé la violence religieuse, les conversions forcées et le prosélytisme.

      Du coup elles n’ont pas d’inquisition, de croisades ou de saint Barthélémie sur la conscience.

      Elles ne se sont pas ridiculisées en condamnant des Galilée.

      Elles n’ont pas imposé leur morale aux gens par la contrainte mais ont offert un repère moral pour ceux qui le voulaient.

      C’est toute la différence.

       


    • Chiitedeservice subcommandante 13 octobre 2012 13:07

      Reportage vidéo sur l’Iran de Diego Bunuel : iran reportage


    • Yves Dornet 13 octobre 2012 17:11

      Vous pensez que je puisses parler librement à ahmadinejad, khamanei et autres barbus et sur les médias Iraniens ?

      soyons sérieux Hieronymus. Ne confondez pas peuple Perse et régime.


    • Printemps 13 octobre 2012 18:21

      Conseil National de la Résistance Iranienne 

      Wouah, le « Conseil National de la Résistance Iranienne », les « moudjahidines iraniens » secte terroriste dirigée par le couple Radjavi !... Où allons nous, où allons nous...


    • Georges Yang 13 octobre 2012 12:23

      Certains auraient osé le titre ’Les casse-pieds de la Caspienne"

      L’Iran ne mérite pas d’être conspué comme il l’est par l’Occident, mais les habitants sont nettement moins chaleureux que les Arabes, sauf peut être du côté d’Ahwaz dans le sud-ouest, mais ils sont aussi arabes


      • Hieronymus Hieronymus 13 octobre 2012 12:36

        Georges
        il y a arabe et arabe
        quoi de commun entre un maghrebin, un egyptien et un levantin ?
        les Iraniens sont des gens assez fiers mais nullement arrogants
        dans le nord de l’Iran, ils sont en sus particulierement gentils


      • Georges Yang 13 octobre 2012 12:57

        C’est une impression personelle, mais je me suis senti plus à l’aise en Syrie qu’en Iran, ce qui rend quelquefois les Arabes désagréables, c’est le tourisme Djerba, Marrakech, les pyramides, c’est infect, par contre dès que l’on va où il n’y a pas de tourisme, les gens sont accueillants


      • CASS. CASS. 15 octobre 2012 03:36

        Allez dire aux iraniens qu’ils sont arabes, vous allez voir !. J’admire Perse Iran pacifique et pacifiste et sa résistance aux pires menteurs criminels machiavéliques que sont les impérialo zionistes et les dégénérés des dits golfs pétrodollars ;


      • Hieronymus Hieronymus 13 octobre 2012 12:41

        @ Aldous
        la question des eglises orientales est d’une extreme complexite
        perso j’ai renonce a en faire un inventaire exhaustis, trop fastidieux
        en Iran, pour faire bref, 2 communautes chretiennes principales
        - les Armeniens (surtout nord ouest) qui eux memes se subdivisent
        - les Assyro-chaldeens (surtout vers l’Irak) deja moins nombreux
        les Chretiens forment entre 1 et 2% de la population iranienne


        • Yves Dornet 13 octobre 2012 12:47

          quelqu’un peut il nous parler de la situation des juifs Iraniens ?

           


          • Yves Dornet 13 octobre 2012 13:06

            ah bon...désolé, c’est vrai que les juifs hein ... on s’en fout un peu, même s’ils étaient bien avant les chrétiens et les musulmans un peu partout à travers une région qui va du Maroc à...l’Iran.

            Il parait même qu’en Europe ... mais bon, hein, on va zapper smiley

            il me font rire ces apprentis historiens révisionnistes qui donnent des leçons smiley 


          • Printemps 13 octobre 2012 18:05

            À ton service !...

            25 synagogues à Téhéran.

            Des députés iraniens juifs.

            Visite chez un antiquaire juif iranien à Téhéran à partir de 1 minute et 20 secondes dans la vidéo ; visite d’une synagogue de Téhéran ; visite du parlement iranien en compagnie d’un député juif iranien qui expliquera son point de vue sur Israël et la nette distinction que les iraniens font entre le judaïsme et le sionisme, lien de la vidéo :
            http://www.dailymotion.com/video/xhc3b8_ne-dites-pas-a-ma-mere-que-je-suis-en-iran-5-6_news



          • Yves Dornet 13 octobre 2012 18:07

            merci printemps.


          • Yves Dornet 13 octobre 2012 18:17

            printemps, la situation des juifs en iran semble celle des arabes en Israel.

            il y aura peut être un jour un président Juif en Iran...

            Moshe Katsav - Wikipédia

          • Printemps 13 octobre 2012 18:33

            Non, les juifs perses de l’Iran ne se font pas voler leurs maisons et leurs terres comme les arabes de Palestine, ils ne se reçoivent pas des bombes au phosphore sur la tête comme les arabes de Palestine de la part d’un régime envahisseur dont les ancêtres n’ont jamais habité la région...


          • Yves Dornet 13 octobre 2012 18:57

            printemps, il y a combien de juifs dans la bande de gaza ?

            avez vous notez que depuis la construction du mur de sécurité les arabes posent moins de bombes dans les bus ?

            le monde à l’envers printemps, le monde à l’envers.


          • Hieronymus Hieronymus 13 octobre 2012 19:37

            Dornet
            vos réflexions sont grotesques
            vous pensez vraiment qu’un Juif pourrait avoir envie de vivre a Gaza ?
            y a t il un seul israelien qui souhaiterait echanger sa place contre celle d’un palestinien ?
            je trouve qu’on a déja du mérite à vous repondre, n’abusez pas Svp


          • Yves Dornet 13 octobre 2012 21:31

            hieronymus,

            il y avait des juifs à gaza et puis...un peu comme partout ailleurs là où l’islam sévit...

            historique smiley


          • Hieronymus Hieronymus 13 octobre 2012 22:14

            Dornet
            vous etes soit un cretin, soit de mauvaise foi, voire les 2
            pour la derniere fois :
            etant donne ce qie les Israeliens ont fait de Gaza, c’est a dire une vaste prison a ciel ouvert, a moins d’etre completement masochiste (et suicidaire) il est bien evident qu’aucun juif ne peut avoir la moindre envie d’y resider !
            je ne perdrai pas plus de temps avec vous
            fin de la communication


          • Yves Dornet 13 octobre 2012 22:16

            j’ai rarement vu une prison dans laquelle des prisonniers rentrent et sortent aussi librement moi smiley


          • Aldous Aldous 13 octobre 2012 22:22

            Bah, y doit bien se trouver quelques colons extremistes pour vouloir s’y implanter du moment que ça oermet de grignoter un peu de terrain ou un bout de nappe phréatique.


          • Georges Yang 13 octobre 2012 12:58

            Dornet, votre sourire de bénet correspond à la profondeur de votre prose


            • Yves Dornet 13 octobre 2012 21:33

              Yang, reprenez un tic-tac... smiley


            • frugeky 13 octobre 2012 15:38

              Merci.

              A défaut de pouvoir voyager, ces récits de voyage en donnent l’illusion que c’en est un vrai bonheur.
              Merci, merci.

              • Christian Labrune Christian Labrune 13 octobre 2012 15:46

                « Dans cette mer huileuse et sale, je me serai tout de même baigné, à un autre endroit plus calme, afin de pouvoir dire, me dire, que je me suis baigné dans la mer Caspienne, voilà tout ! »

                à l’auteur,

                On est vraiment bien aise de l’apprendre, que vous vous êtes baigné dans la Caspienne. Voilà tout ! dites-vous. Eh bien, effectivement, on aurait pu en rester là.

                Rien n’est plus difficile que la prose touristique. Chateaubriand y excellait ; son « Itinéraire de Paris à Jérusalem » est une merveille, il sait très bien nous faire voir, même sans le secours de la photographie, ce qu’il n’a jamais vu lui-même.

                On retiendra que l’Iran est un beau pays, très ensoleillé, très accueillant, où il fait bon vivre et se baigner, avec des églises et des mosquées. J’avais quelquefois entendu parler d’un certain fanatisme, d’une vie politique pas très démocratique, d’une certaine difficulté à vivre pour les opposants politiques, de prisons pas très touristiqus et même d’exécutions fort peu ragoûtantes, mais il est probable que beaucoup de gens parlent de l’Iran sans savoir, sans y être jamais allés, comme vous avez eu la bonne idée et le bonheur de le faire. Je suppose même qu’Ahmadinejad et Khamenei, ces deux sinistres épouvantails, n’ont jamais existé. Ce ne sont que des fabrications mythologiques qu’on doit au génie inventif de la CIA et du Mossad.

                Mais pourquoi n’êtes vous pas resté en Iran ? Entre ce qu’est devenue la France actuelle de François IV et la belle peinture que vous nous faites de ce lointain pays, il n’y a pas de comparaison possible. Pensez-vous qu’on puisse importer en France le modèle iranien ? Ce serait peut-être la solution ? Serait-ce pour nous en persuader que vous avez préféré vous sacrifier en faisant retour, tristement, à ce « charnier natal »(*) d’AgoraVox ?

                (*) Une expression de Hérédia, dans son sonnet « Les conquérants ».


                • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 13 octobre 2012 18:41

                  Ah qu’il est difficile, passé un certain âge, d’accepter l’idée qu’il faille réviser les dogmes fondateurs de sa compréhension du monde...

                  Courage M. Labrune. Vous y arriverez.


                • Hieronymus Hieronymus 13 octobre 2012 19:06

                  @ Labrune
                  selon les commentaires, on m’accuse successivement d’etre pro-Ahmadinejad (ce que je ne suis nullement) ou d’etre un anti-musulman rigide (aussi faux)
                  j’ai voulu en dehors de l’aspect touristique (qui a son charme, qu’il ne faut pas negliger) démonté un certain nombre d’a priori et d’idées préconcues sur ce grand pays qui représente une très vieille culture


                • Christian Labrune Christian Labrune 13 octobre 2012 23:33

                  @Hiéronymus

                  Ah bon ! vous me rassurez un peu. Si c’est un pays de très grande culture (et c’en est un, assurément, je serais bien le dernier à le nier) on ne peut en attendre que des choses très positives pour l’avenir du monde.

                  Rien à voir évidemment avec l’Allemagne des années 30, un pays d’Europe qui restait un ramassis d’illettrés, complètement dépourvu de culture propre, sans universités, stagnant encore, sur les plans scientifique et technique, dans les ténèbres du moyen-âge et qui, en plusieurs siècles n’avait pas su produire un seul écrivain, un seul philosophe et pas même un musicien digne de ce nom. Bref, des barbares invétérés.

                  La barbarie ne peut engendrer que la barbarie. La grande culture ne peut engendrer que les Lumières, tout cela est plus qu’évident ; c’est la grande leçon de l’histoire universelle. Merci de nous l’avoir si opportunément rappelé.

                   


                • alinea Alinea 14 octobre 2012 22:39

                  Christiane Labrune : quand je pense que je n’ai pas accepté votre offre d’un voyage sans retour là-bas !!
                  J’aurais nettoyé les plages, marché en montagne, et joui de l’azur.
                  Vous êtes de mauvaise foi ! quand on est touriste, et surtout pour quelques jours, on ne voit rien de la réalité politique d’un pays, sauf s’il est en guerre.
                  Pourrait-on savoir pourquoi vous êtes à ce point sioniste ?


                • Christian Labrune Christian Labrune 15 octobre 2012 01:22

                  Alinea,

                  Lorsque Jean-Paul Sartre arrive à Berlin en 1933 pour y étudier la phénoménologie husserlienne, Hindenburg a déjà abandonné la chancellerie du Reich à Adolf Hitler. Popaul passe une année en Allemagne ; on ne peut certes pas dire qu’il s’agisse d’un type inculte, encore moins d’un imbécile, mais le fait est qu’il ne voit rien, sinon des bibliothèques et des brasseries. Or, l’agitation fascisante ne commence pas en 33 : c’est au début des années 20 que l’homme à la petite moustache carrée devient le président du NSDAP. En 38, Sartre fera encore partie de ceux qui croient que Daladier a « sauvé la paix ». Beauvoir le confesse dans ses mémoires, et lui-même, dans « Les chemins de la liberté », reconstruit la scène où Daladier s’exclame « Les cons ! » en voyant ceux qui l’applaudissent au Bourget à son retour de Münich. Une pareille cécité politique, qui n’est assurément pas celle d’un touriste ordinaire, mais celle d’un bonhomme qui deviendra le maître à penser politique de toute une génération après la guerre nous oblige, me semble-t-il, à nous poser un certain nombre de questions.

                  Les antisémites, avant la guerre, pouvaient bien s’amuser à imiter la jactance imbécile d’un Drumont, il n’y avait pas eu de pogroms en France comme dans une lointaine Russie, et cela ne tirait pas trop à conséquences. Beaucoup d’anciens fidèles du Maréchal, après la libération des camps, diront : nous ne savions pas. Comment aurions-nous pu savoir qu’une telle chose était possible ? Admettons que ce soit vrai pour le pauvre bougre préoccupé surtout de trouver du pain ou des godasses. Aujourd’hui, en revanche, il nous est très difficile d’imaginer que certaines idéologies ne soient pas capables de produire des horreurs comparables puisque cela s’est déjà fait. Autrement dit (vous me demandez pourquoi je suis tellement « sioniste »), les antisionistes sont pires que les antisémites d’avant la guerre puisqu’aussi bien ils soutiennent objectivement des organisations dont le but déclaré (et encore plus explicitement que dans Mein Kampf) est d’en finir avec le « cancer sioniste », par un moyen ou par un autre. L’objectif (lisez la charte du Hamas, celle de l’organisation du neveu d’Al Husseini) est de créer une Palestine « judenrein ». De quelle manière ? J’ai beau, selon vous, être à moitié gâteux, je suis encore capable de concevoir plusieurs scénarios possibles, tous plus détestables les uns que les autres. Au centre de ce beau projet, il y a l’Iran, le Hezbollah qui en procède, qui se réclame ouvertement du nazisme, et un certain nombre d’organisations sunnites dont les objectifs ne sont en rien divergents. On peut très bien se boucher le nez, mais dans dix ans, qu’on ne vienne pas me dire : on ne savait pas ! Comment aurait-on pu imaginer de pareilles choses ! Les nazis n’ont jamais publié les décisions prises après Wahnsee, les théocrates iraniens, eux, ne font aucunement mystère de leurs intentions. Si on ne voit pas, c’est vraiment qu’on ne veut pas voir et qu’on est incurable.

                  J’ajouterai que les Allemands n’étaient assurément pas tous des mauvais bougres, pas plus que les maréchalistes ou les Iraniens actuels. Mais l’espèce de fanatisme qui a succédé à la prise de pouvoir de Khomeiny est tout de même aussi inquiétante que la montée du nationalisme nazi en Allemagne. Aucun peuple n’est à l’abri du fanatisme, pas même le nôtre, et il suffit bien pour s’en convaincre de parcourir attentivement plusieurs pages de ce site. Enfin, la plus récente actualité, qui fait clairement voir ce qu’une certaine forme d’islamisme est capable encore de produire du côté du Mali (et jusqu’à menacer de mort un président de la république française dont le parti semble aspirer pourtant à la dhimmitude) devrait quand même ébranler un peu les plus obtus.


                • alberto alberto 13 octobre 2012 16:04

                  Bonjour Hieronymus,

                  Sympa ton article. (et bien écrit !)

                  A part l’aspect touristique : possible d’échanger avec les locaux ? (Un peu d’anglo-farsi, ça devrait le faire !)

                  Tu sembles cependant évoquer un pays où les gens vivent pauvrement : la mâne pétrolière ne serait donc pas rendue aux habitants à l’exemple du Vénézuela de Chavez, pourtant copain de  Mahmoud Ahmadinejad ...

                  Mais tu as sans doute bien d’autres aspects à nous faire partager ?

                  Bien à toi ?


                  • Hieronymus Hieronymus 13 octobre 2012 19:18

                    merci pour le commentaire Alberto
                    toute pauvreté est relative, l’Iran pays tres peuplé, présente d’énormes disparités
                    à Téhéran, on est plutot surpris par l’opulence, la qualité des habitations, l’importance et la modernité du parc automobile, ailleurs c’est déja autre chose mais je connais trop peu le pays pour vraiment porter un jugement
                    si en privé la plupart des Iraniens sont des gens tout a fait agréables, sur la voie publique on peut avoir un peu plus de difficultés avec certains comportements
                    c’est l’affaire de chacun, mais il ne me parait pas évident pour un européen de s’acclimiter rapidement en Iran (ou dans tout autre pays islamique), c’est pour un occidental en gros 3 fois plus compliqué que de s’adapter à la vie actuelle en Russie (opinion toute personnelle)

                    bien sur que j’aurais pu développer encore bcp d’autres points, peut etre dans un autre article


                  • Gollum Gollum 13 octobre 2012 18:44

                    Beau voyage virtuel pour moi, qui fait envie. 


                    Amusant de voir ce respect du voile d’un côté quant à la façon de se tenir à la plage et le non respect de la nature qui devrait pourtant être une évidence de l’autre...

                    Comme quoi moralisme et éthique sont bien deux domaines différents et respectés chacun par deux groupe de personne différents...

                    Inutile de dire où va ma préférence...

                    • Hieronymus Hieronymus 13 octobre 2012 19:24

                      oui c’est magnifique
                      j’ai du faire un tri de mes photos, j’en ai bien d’autres
                      et j’ai, dans cet article, laissé Téhéran complètement de côté

                      cela dit, il y a qq explicatiopns a la pollution de la Caspienne
                      elle présente les problèmes de toute mer « fermée »
                      et puis l’exploitation du pétrole


                    • brindfolie 13 octobre 2012 20:02

                      C’est agréable de lire le récit d’un voyageur.J’aime particulièrement les gens qui,malgré l’ambiance nauséabonde d’un discours d’état français,veulent voir par leurs yeux et rapporte leur vision et réflexion,et la partage.
                      J’ai traversé l’Iran par deux fois dans sa longueur et l’impression qu’il m’en reste est toujours aussi flatteur pour ce peuple d’une grande gentillesse.
                      N’ayant pas votre talent de narrateur et,mes souvenirs s’estompant,ilest utile de remettre les choses à leur place,et préciser que le perse n’a pas d’agressivité particulière à l’encontre de qui que se soit !


                      • Alex Alex 13 octobre 2012 21:04

                        @ l’auteur

                        Merci pour cette ballade touristique sans prétention.

                        Un petit détail sur les Arméniens : entourée de voisins un tantinet agressifs, l’Arménie en est venue à s’allier à l’Iran, en particulier face à l’ennemi commun azéri. Il n’est pas sûr que leur situation serait aussi bonne si l’alliance était inversée.

                        Ignorez les commentateurs qui se couvrent de ridicule, tel ce dornet qui n’a certainement jamais mis les pieds en Iran, que ce soit du temps du shah ou après ce grand démocrate, et qui écrit sans rougir :

                        « Ce régime met le feu un peu partout dans la région (Liban, Syrie, Irak...) et développe actuellement l’arme nucléaire à des fins hégémoniques. »

                        Il fallait oser : dornet l’a fait...

                        Autre « argument » classique de ce politologue averti : le peuple iranien est grand, son régime est détestable et l’ opprime.

                        Ben oui, c’est ballot la démocratie : on l’autorise, et les gens votent mal ! Ils élisent le Hamas à Gaza, les Frères musulmans en Tunisie et en Égypte, les mollahs en Iran, Poutine en Russie, Merkel en Allemagne, Cameron en GB, etc., etc.

                        En gros, ces peuples sont « grands » mais ils sont cons et masos ! Et ils en redemandent ! Variante : un « mauvais » résultat prouve que les élections étaient truquées.

                        On peut bien évidemment critiquer férocement tous les régimes. Mais la démocratie consiste aussi à accepter le choix des peuples. Ils feront comme tout le monde : ils changeront quand ils en auront marre.

                        Et nous continuerons à lire les commentaires de dornet, pour son ridicule.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès