Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Inauguration de la plus grande mosquée du Canada

Inauguration de la plus grande mosquée du Canada

C’est un immense édifice que le Premier ministre canadien, Stephen Harper, inaugurait ce 5 juillet dernier, bâtiment portant le nom de Baitun Nur (maison de lumière en ourdou) et qui sera désormais la plus grande mosquée du Canada, construite à l’initiative de la communauté musulmane ahmadie. Située à Calgary, dans l’Ouest canadien, elle sera un témoignage, selon le Premier ministre, du "visage bienveillant de l’islam". Dans son discours le Premier ministre ajoute ses remerciements à cette communauté "pour sa contribution à la paix, à la tolérance et à l’harmonie au Canada et partout au monde." Sur la façade de la mosquée sont écrits en arabe les 99 noms de Dieu.
Le bâtiment est imposant, sur près de 4 500 mètres carrés, il comprendra outre la salle de prière, une bibliothèque, un centre communautaire, un gymnase mais aussi un logement pour l’iman et des salles de classe et sera aussi muni d’équipements audiovisuels ultra-modernes. L’édifice pourra accueillir 1 500 personnes dans la salle de prière et 3 000 en comptant les salles complémentaires. Pour le construire, il a fallu près de 15 millions de dollars canadiens, entièrement réunis par la communauté elle-même, du territoire et de l’étranger compris. Des fidèles ont vendu leur propre habitat pour hâter la construction qui a duré deux ans. "Ce n’est pas la petite mosquée dans la prairie, c’est la grande mosquée. Ce n’est pas une fiction c’est la réalité", a ironisé Naseer Ahmad qui est à l’origine du projet, auquel il travaille depuis quatorze ans, en songeant à une fiction bien connue dans le pays, La Petite Mosquée dans la prairie.
 
La particularité de ce mouvement religieux est de croire que Mahomet n’est pas le dernier prophète, ce qui lui vaut de n’être pas reconnu par la Ligue mondiale islamique et d’être parfois littéralement pourchassée. Le mouvement dispose aussi d’un nouveau prophète, dont le nom est Hadhrat Mirza Ghulam, né en Inde et qui serait le messie attendu par les musulmans, ce qui constitue une sorte de sacrilège pour les autres musulmans, pour lesquels Mahomet est le dernier prophète et Jésus, l’unique Messie.
 
Hadhrat Mirza Ghulam étant mort il y a tout juste cent ans, l’inauguration de la mosquée en est doublement fêtée et le calife des Amhadis, Hadhrat Mirza Masroor Ahmad, calife purement symbolique, cinquième successeur d’Hadhrat Mirza Ghulam, était présent lui aussi à l’inauguration, en compagnie du Premier ministre, ce qui a permis à Stephen Harper de lui déclarer "Nous félicitons tout particulièrement le Khalife pour avoir dénoncé les individus qui pervertissent la foi en l’invoquant pour justifier la violence." De fait, le mouvement bannit toute violence dans la religion.
 
Les Amhadie sont particulièrement concernés par la violence en islam, puisqu’ils en subissent les conséquences régulièrement, notamment ces derniers mois en Indonésie. Car si l’Etat indonésien est laïc, il a dû céder à la pression des musulmans les plus extrémistes, tandis que des manifestations s’y sont tenues avec en plus de la présence amhadie, celle de chrétiens, mais aussi de musulmans dit "modérés" (ce terme est une aberration, un musulman est musulman, il croit, le taxer de "modéré" revient à le décrédibiliser un peu et ce n’est que pour une meilleure compréhension que j’use de ce terme), dans l’objectif de maintenir une certaine laïcité, c’est-à-dire une entente de principe entre les différentes religions. Les mouvements les plus radicaux réclamaient la dissolution du mouvement comme étant blasphématoire, n’hésitant pas à incendier leurs lieux de culte et leurs écoles, lorsqu’ils ne s’en prenaient pas tout simplement aux amhadis eux-mêmes, les contraignant à fuir leurs maisons. Si le gouvernement n’a pas interdit le mouvement ainsi que cela lui était réclamé, il a imposé aux ahmadis de ne pratiquer qu’exclusivement au sein de leur communauté, ce qui fait craindre aux autres confessions de nouvelles concessions devant les extrémistes. L’islam représente 88 % de la population indonésienne et est bien sûr largement majoritaire.
 
"Quelle que soit l’image que l’on se fait de Dieu, il ne faut pas tuer en son nom. Tous les Calgariens, Albertains et Canadiens peuvent voir dans cette mosquée le vrai visage bienveillant de l’islam ainsi que de ses fidèles. (...) d’autres projets de mosquées ont déjà été amorcés à Saskatoon, Brampton et Vancouver. Cette communauté est vraiment florissante ici au Canada. (...) Partout au monde, les Ahmadis sont reconnus pour leur amour de la paix, leur immense solidarité et leur soumission à la volonté de Dieu, soit les véritables fondements de l’islam", affirme le Premier ministre à l’inauguration, tandis que Lal Khan Malik, président de la Communauté musulmane Ahmadiyya du Canada, ajoute que "L’ouverture de cette mosquée est pour les musulmans Ahmadi une occasion historique d’apporter quelque chose à la société canadienne. Nous invitons chacun à l’adopter comme un endroit de réunion pour établir harmonie et respect."
 
La communauté Ahmadi n’est pourtant pas nombreuse au Canada, mais elle y est particulièrement active. Elle compte près de 50 000 membres, dont 2 000 se situent dans le "Peace Village", petite entrave de la ville de Vaughan en banlieue de Toronto. Le village est tout entier construit autour de la mosquée, située au centre du village, les maisons elles-mêmes sont bâties en conséquence, avec une séparation possible entre les hommes et les femmes pour les éventuelles réceptions d’invités et un aménagement dans les écoles pour les enfants souffrant de maux de tête pendant le ramadan est prévu. Pour la plupart, les membres de cette communauté sont issus d’Asie centrale et aussi méridionale.
 
Mais si la communauté est pacifique et tout à fait laborieuse, Peace Village n’en a pas moins retenu l’attention, dans une société qui tolère le communautarisme comme un fait culturel. Une habitante du coin fait remarquer dans un forum qu’une petite chapelle a été détruite pour installer le village. Tout un chacun y est bienvenue, mais il serait illusoire de croire que de nombreuses personnes de confession différente iront s’y installer. Peace Village est un symbole très parlant du communautarisme au Canada, qui verra aussi à la rentrée ses premières écoles pour enfants noirs, avec une éducation afro-centrée, ce qui peut faire craindre que petit à petit la société canadienne ne se divise en petites communautés, même si cette façon de faire appartient bien à l’histoire culturelle du pays.
 
La photo en illustration est issue du site http://www.baitunnur.org/
 
La vidéo qui suit évoque Peace Village, non pas directement la mosquée Baitun Nur qui ne se trouve pas dans le village.

Documents joints à cet article

Inauguration de la plus grande mosquée du Canada

Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

69 réactions à cet article    


  • Gazi BORAT 11 juillet 2008 12:44

    Le Canada, ses grands espaces, ses températures extrêmes, son sens de la démesure !

    Encore un fil défouloir pour les xénophobes de service qui n’ont pas encore pris la route des vacances..

    Soyez prudents sur la route !

    Celle-ci est nettement plus meurtrière en France, quoi que puisse en penser les agoravoxiens ci-dessus cités, que le terrorisme islamiste..

    Et ce n’est pas Jean Pierre Stirbois qui me contredira !

    gAZi bORAt


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 juillet 2008 02:25

      Le Canada est officiellement communautariste. La Canada n’est pas une nation au sens traditionnel : on parle d’une "mosaïque " canadienne. Bon ou mauvais, c’est une autre débat....

      http://nouvellesociete.org/5184.html

      Ou si vous avez plus de temps : http://nouvellesociete.org/709.html

       Pierre JC Allard


    • armand armand 11 juillet 2008 12:53

      Baitun Nour de l’ourdou ?

      C’est simplement de l’arabe.

      L’ourdou est comme l’anglais, y voisinent des mots d’origine sanscrite, persane, arabe, parfois même pour désigner la même chose.

      Dans le cas présent, même la formulation est arabe, avec le mot ’beit’ pour désigner la maison (en ourdou, maison se dit plutôt ’ghar’)


      • Gazi BORAT 11 juillet 2008 13:01

        @ armand

        Hors sujet, juste en passant..

        Je viens de lire dans un ouvrage anglais sur l’armée ottomane en 1914-18 un fait curieux : le premier homme noir a avoir obtenu un brevet de pilote fut un lieutenant Ahmet, venant du Yemen et probablement d’origine somalie, lieutenant dans l’armée ottomane et qui obtint son brevet à la fin de 1914 à l’école de Yesilköy.

        gAZi bORAt


      • camerone 11 juillet 2008 13:26

        gazi borat est curieusement muet et ne sait que manier l’invective lorsqu’on lui propose la réciprocité .

        à quand une église en Arabie Saoudite ,à quand une Synaguogue à Téhéran  ? . ..àprés tout l’Islam c’est la tolérance ...pas vrai ?


        • Gazi BORAT 11 juillet 2008 16:51

          @ Camerone

          Une synagogue ou une église à la Mecque ne me dérangeraient pas...

          Par contre, il existe déjà des lieux de culte chrétiens (surtout arméniens) et juifs en Iran.

          gAZi bORAt


        • boubou 11 juillet 2008 19:19

          Réponse à camerone : Vous avez parfaitement raison. Mais l’Arabie Saoudite et autres pays du golf
          d’ailleurs, n’ont pas de personnel étranger ou du moins ceux qui ne sont pas pratiquants. Gazi a raison, il y a des synagogues en Iran. Le Canada a fait un gros geste pour les musulmans qui résident dans ce pays.


        • jeanclaude 11 juillet 2008 13:37

          Ce sera intéressant et utile de suivre l’évolution de la société canadienne, dont l’option communautariste est différente de la nôtre.

          Pour le moment, je ne vois pas où est le problème, si les règles du jeu qui prévalent dans ce pays ont été respectées et si le financement a été privé.

          Après tout, cet investissement ne concerne que les intéressés et n’a pas, si l’article est complet, choqué les canadiens. Donc laissons respirer les autres à leur convenance et les citoyens canadiens pratiquer leur religion.

          Cette réalisation montre aussi que le monde musulman est varié et qu’il ne faut pas tout mettre dans le même sac. Bien sûr la critique devient alors plus compliquée, il faut se renseigner, mettre des nuances, tout effort qui n’est pas le fort de certains islamophobes nationaux.


          • morice morice 11 juillet 2008 13:47

             Marrant, je ne peux jamais voir une mosquée sans penser à Baikonour.  et je ne suis pas le seul...


            • morice morice 11 juillet 2008 13:50

               par camerone (IP:xxx.x69.58.18) le 11 juillet 2008 à  13H26 

               
              "gazi borat est curieusement muet et ne sait que manier l’invective lorsqu’on lui propose la réciprocité" . 
              je serais de vous, le légionnaire, je ne fanfaronnerais pas : si Gazi se réveille, ça risque de vous faire sombrer dans un ridicule dont vous vous souviendrez toute votre vie. Ne vous attaquez pas à la culture ; vous n’en n’avez pas, vous perdrez dès le premier tour... 

            • morice morice 11 juillet 2008 13:51

               par Satantango (IP:xxx.x35.211.218) le 11 juillet 2008 à 13H04 

               
              Pas avant qu’ils ne t’aient égorgé dans ta baignoire et distribué ta carcasse au chiens errants..

              nouveau venu d’extrême droite qu’on ne salue pas, donc. 

            • morice morice 11 juillet 2008 13:53

               J’ai bien un centre évangélique au coin de ma rue ..... 


            • ASINUS 11 juillet 2008 14:15

              @camerone

              comme vous l avez remarqué pour certain la " culture" donne tout les droits a ceux qui ont eu la
              latitude de l acquerir pendant que d autres soit produisaient aux champs et dans les usines voir
              veuillaient aux remparts a leur place , certains comme gazi " il vous repondras ce qui lui convient et si cela lui convient" certain comme gazi se servent de leur culture pour dialoguer informer ou contredire , d autre
              comme le Professeur se servent de " leur culture" pour assener ce qu ils tiennent pour vrai pour mepriser
              ceux qui ne peuvent ou ne veulent culturer en rond bref ce sont les memes que semble t il vous et moi avons connus "un con ça ose tout c est meme a cela qu on les reconnaient"dans ce cas precis nous avons affaire a un diplomé c est vous dire !


            • Gazi BORAT 11 juillet 2008 16:56

              @ ASINUS

              Bonjour ô voix autoproclamée du prolétariat...

              Je ne vous ai pas attendu pour travailler en usine, me taper les sales boulots et vous signalerai que j’ai quitté l’école à quinze ans et passé mon bac durant mon service militaire...

              Du coup, ça fait plaisir de se voir de temps en temps traiter d’intellectuel.. Soyez en donc remercié, mêmesi l’intention de votre propos était ailleurs.

              Cordialement,

              gAZi b.


            • ASINUS 11 juillet 2008 21:26

              @gazi et paf un point pour vous cela m apprendra a pratiquer l amalgame, mon idée premiere
              etait de demontrer deux comportement différent de personnes de savoir " c est ma perception "
              tout a ma guerille personnel j ai commis un impair ,la référence aux champs et l usine " nous avons manifestement un debut de cursus commun" ne vous etait pas destinée mais faisait reference a un contentieux ancien , ne desirant pas que le titre dont vous m afublez me reste je bat ma coulpe
              pour le reste ..ne varietur


            • Sef 11 juillet 2008 13:49

              Réponse très serieuse et marrante à la fois

              Si si, ca peut être réciproque

              d’ailleurs le but de faire une mosquée au Canada ou ailleurs est de servir lapopulation locale et pas d’importer une culture

              alors réciproquement, si besoin est, des églises et des sénagogues pousseront là ou il faut

              Il y a bien des églises en Tunisie et en egypte !


              • Zalka Zalka 11 juillet 2008 14:53

                Très très peu et de moins en moins. Néanmoins, il ne faut pas attendre que les pays musulman applique le juste choix de la tolérance religieuse pour l’appliquer nous même.


              • Gazi BORAT 11 juillet 2008 17:35

                @ Zalka

                Personnellement, je ne plaide pas pour la multiplication des édifices religieux, quelle que soit la confession maitre d’ouvrage. Mieux vaudrait à la place des bibliothèques, des centres culturels ou des cinemas "art et essai".

                Concernant la construction de leieux de cultes chrétiens, le cas de la Turquie est paradoxal.

                Le kémalisme et son strict laïcisme avait banni la prise en charge par l’Etat de la restauration des édifices religieux non classés.. ce qui fait que les petites églises arméniennes et grecques, ainsi aussi que les plus modestes mosquées de quartier, se sont longtemps dégradées..

                Les mosquées ont bénéficié des capitaux saoudiens, en échange de la propagation en Turquie d’un islam wahabite étranger aux traditions locales plus portées sur la diversité des confréries dont certaines considérées comme hétérodoxes.

                Le Refah Partisi (ancien avatar de l’actuel AKP) fit campagne auprès de la communauté arménienne en promettant de lever ces interdits et de permettre aux églises de bénéficier d’aides étatiques en vue de leur réhabilitation. Cela permit à un parti politique "musulman" de récupérer des voix "chrétiennes".

                Ce n’est pas le moindre des paradoxes que l’on peut relever en Turquie sur ce sujet et je pense qu’Armand, s’il est dans les parages, complétera ces propos..

                gAZi bORAt


              • armand armand 11 juillet 2008 20:32

                Bonsoir Gazi,
                Effectivement, je reviens dans les parages...

                On dirait, en effet, que les minorités en Turquie votent AKP. Est-ce un paradoxe ?

                A y voir de plus près, non. Outre l’ouverture internationale - et notamment européenne - des figures de proue de l’AKP, qui rassure certainement les minorités, il y a la place de la religion comme marqueur national.
                Les kémalistes sont laïcs, en principe, mais le ’fait religieux’, constitutif de nationalité, n’est jamais très loin. Pour beaucoup de nationalistes turcs,on peut être laïc à fond, mais estimer que le citoyen turc, par excellence, est un musulman sunnite. Ce qui fait regarder avec soupçon les chrétiens de toute persuasion, et même les Alevis, pourtants kémalistes convaincus, acquis au vieux parti républicain (CHP).


              • charlie 11 juillet 2008 14:09

                C’est sur...aprés avoir chassé de gré ou de force tout se qui ne ressemble pas à un musulman...nul besoin de cathédrale et de synagogue...j’ai ouÏ dire qu’en Algérie les évangélistes ne sont pas à la noce...donc effectivement ...pourquoi des églises...n’est ce pas .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Blaise

Blaise
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès