Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Incidents à l’ONU à la veille du départ de Koffy Annan

Incidents à l’ONU à la veille du départ de Koffy Annan

 Alors que l’ONU s’apprête à changer de secrétaire général, G. W. Bush, le président américain, s’est fait conspuer par deux de ses adversaires directs dans l’enceinte des Nations unies.

A l’occasion d’un sommet des Nations unies, le président des USA s’est fait ridiculiser par ceux là-mêmes qu’il traite de présidents « démoniaques ». Les présidents iranien et vénézuelien Ahmadinejad et Hugo Chavez se sont défoulés à l’ONU en exprimant avec virulence des propos peu amènes à son encontre.

Le même sempiternel leitmotiv de Bush.

Bush fut le premier à parler. Dans son message, le président américain s’est adressé aux populations sinistrées du Darfour au Soudan. "Vous avez souffert d’indescriptibles violences, et ma nation a qualifié ces atrocités de génocide, ce qu’elles sont. Le monde va se lever contre pour apporter une aide humanitaire supplémentaire", leur a-t-il dit en substance. Depuis qu’en 2004, des miliciens arabes armés par le gouvernement de Khartoum ont engagé une croisade de la mort contre les populations de la région rebelle du Darfour, le président Bush et son administration ont mille et une fois été sollicités par des agences humanitaires, des hommes politiques et la rue, pour stopper un autre carnage du type rwandais de 1994. L’un des appels les plus pressants venait du plus grand parc de New York à la veille des travaux de la 61e Assemblée générale de l’Onu, le jour même où George Bush atterrissait dans la ville pour prendre part aux assises de l’Onu. Autant donc dire qu’en parlant du Soudan, le président américain a aussi voulu régler quelques problèmes de politique interne. Mais George Bush ne pouvait pas oublier ce qui fait son leitmotiv depuis les événements du 11 septembre 2001, le monde arabo-musulman. "Notre objectif est de vous aider à construire une société plus tolérante et libre, qui honore les gens de toutes les fois et promeut la paix", leur a-t-il dit dans son allocution d’une vingtaine de minutes. Il a spécifiquement parlé, tour à tour, aux peuples iranien, libanais, syrien, irakien et afghan, les appelant à ne pas croire à la propagande faite par des extrémistes musulmans qui indexent l’Amérique comme ennemie de l’islam. De ce ton paternaliste auquel il a désormais habitué ses compatriotes, il n’a cessé d’encourager ces peuples du Moyen-Orient à sortir de la barbarie et de la tyrannie de leurs dirigeants. "De Beyrouth à Bagdad, les gens sont en train de faire le choix de la liberté", s’est-il félicité.

Le président Hugo Chavez harangue.

Le président du Vénézuela Hugo Chavez n’a pas lésiné pour s’en prendre directement et vertement au président des USA. Sans état d’âme, il a conspué le président américain et l’a traité de diable. "Le président des Etats-Unis, le monsieur que je compare au diable était ici ", a t-il dit en montrant le podium de l’Onu où George Bush l’avait précédé une journée plus tôt. Le président Hugo Chavez a même fait le signe de croix comme pour appeler à la protection du Ciel. Ce geste a immédiatement provoqué des rires bruyants parmi les participants à l’assemblée générale. Un numéro comique de ce genre, on ne l’avait vu auparavant à l’Onu que lorsque Yasser Arafat s’y était présenté un jour avec son pistolet. Et avant le chef du Mouvement de libération du peuple palestinien, c’est le président de l’URSS Nikita Kroutchev qui avait cogné sa chaussure sur la chaise de l’Onu. L’empire américain fait tout son possible pour perpétuer son système de domination... Quel type de démocratie pouvez-vous imposer avec des marines et des bombes ? a t-il demandé. Le président Hugo Chavez ne s’est pas contenté de s’en prendre aux Etats-Unis et à leur président à la tribune de l’Onu. Il est allé au cœur même de New York, dans le célèbre quartier délabré de Harlem, où il a lancé une opération coup de cœur pour offrir du carburant et du chauffage aux populations pauvres. Un vrai pied-de-nez à la première puissance mondiale. Là-bas, à Harlem, il a qualifié le président américain de menace pour le monde entier. Partant des dénonciations de la campagne militaire américaine en Irak, il a abouti à des insultes directes, taxant George Bush "d’alcoolique, malade et complexé". Tandis que quelques centaines de personnes applaudissaient la bête noire du patron de la Maison Blanche, la classe politique américaine ne se montrait pas très amusée par les facéties de Hugo Chavez. "George Bush est le président des Etats-unis et représente la nation entière. Toute inexplicable attaque contre lui doit être prise par les républicains, les démocrates et tous les Américains comme une attaque contre nous tous", devait promptement réagir Charles Rangel, membre du Congrès américain pour la circonscription de Harlem. Entre autres, l’ancien président Bill Clinton faisait remarquer que Hugo Chavez ne s’était fait du mal qu’à lui-même. Et la rue américaine n’en démord de colère, avançant que les Etats Unis ne déposent pas 1,3 milliard de dollars dans les caisses de l’Onu chaque année pour que cette dernière serve de porte-voix aux ennemis du pays. Pour reprendre les propos du linguiste américain, Noam Chomsky : " L’administration de Bush a supporté un coup d’Etat pour renverser son gouvernement. Supposons que le Vénézuela supporte un coup d’Etat pour renverser le gouvernement des Etats-Unis, allez-vous croire que c’est de la blague ?", s’est-il notamment demandé.

La diatribe Ahmadinejad.
Le discours du président américain ne pouvait pas être du goût du président iranien Mahmoud Ahmadinejad. Avant même le début de l’Assemblée générale de l’Onu, le président iranien avait déjà souhaité un débat médiatique avec George Bush. Il faut dire que le chef d’Etat américain est le plus sceptique au monde sur les intentions pacifiques des expériences nucléaires iraniennes. Le disciple avoué de l’ayatolah Khomeni, par ailleurs soupçonné aux Etats-Unis d’avoir participé à la prise d’otages de diplomates américains en 1979, à Téhéran, pendant 444 jours, insiste : son pays ira de l’avant dans la conquête de l’énergie nucléaire pour des fins pacifiques et non apocalyptiques, comme le soutiennent les grandes puissances.
Il a donc saisi la tribune des Nations unies pour pourfendre le monde occidental qu’il qualifie d’hégémonique et hypocrite. "Qui viendra donc parler pour les oppressés ?", a t-il demandé. "Certains, dit-il, veulent diriger le monde en utilisant les armes et les menaces pendant que d’autres vivent perpétuellement dans l’insécurité et le danger". Quoique mordant dans le verbe, le ton calme et le discours bien structuré de cet homme en ont pris plus d’un à contre-pied. Obligé de monter sur le podium des Nations unies huit heures après son homologue américain, absent du dîner offert par le secrétaire général de l’Onu, cet homme, qui proclama un jour qu’Israël devait être rasé de la carte du monde, s’est donné un profil étonnant à New York, à tel point que la prestigieuse Université de Columbia lui a adressé une invitation. Fait marquant pour les observateurs, quoique cette invitation ait été annulée, officiellement pour défaillance de la logistique.

Les premiers adieux de Kofi Annan.

Cette soixante-et-unième assemblée générale de l’Onu, qui devait marquer les débuts des adieux du secrétaire général Kofi Annan, a été gâchée par les manifestations de trois énergumènes qui sont pourtant des chefs d’Etat. A quoi ont bien pu servir leurs cris ? A se soulager, peut-être. A faire oublier leurs bourdes, possible. Qu’en est-il exactement de Kofi Annan ? Il est le septième secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, et le premier à sortir des rangs du personnel. Il a entamé son premier mandat le 1er janvier 1997. Le 29 juin 2001, sur recommandation du Conseil de sécurité, l’Assemblée générale l’a réélu par acclamation pour un second mandat, commençant le 1er janvier 2002 et s’achevant le 31 décembre 2006. Kofi Annan, d’origine ghanéenne, s’en va après dix ans de bons et loyaux services. Il est l’un de ceux qui ont pu tenir tête au président américain lors des différents conflits de ces dernières années. Les Nations unies ne vont pas bien, et chacun des observateurs y va de son diagnostic. Le président Hugo Chavez propose le transfert du quartier général de l’Onu dans son pays, le Venezuela. Le successeur de Kofi Annan aura à traiter de l’emplacement du QG de l’ONU.


Moyenne des avis sur cet article :  3.97/5   (113 votes)




Réagissez à l'article

115 réactions à cet article    


  • Stioupide Bob (---.---.11.49) 27 septembre 2006 14:20

    tss tsss ... tu te relâches mon cher day doubleuvai... Trop dur d’écrire des commentaires compréhensibles deux jours de suite ? smiley


  • Roman (---.---.253.231) 27 septembre 2006 10:55

    Bon aperçu de 3 des puissances de cette planète qui font le plus parler d’eux de nos jours, dans une petite fenêtre d’un jour à l’ONU. J’ai vraiment bien aimé car ça résume très bien la situation actuelle. Mais je reste un peu sur ma faim, j’aurais voulu savoir ce que d’autres représentants comme la Chine, la Russie ou les européens avaient à dire. Est-ce que c’était des discours totalement plats contrairement aux 3 autres ?


    • Sam (---.---.201.61) 27 septembre 2006 10:56

      Extraits du texte de l’article :

      Bush : “ Vous avez souffert d’indescriptibles violences, et ma nation a qualifié ces atrocités de génocide, ce qu’elles sont. Le monde va se lever contre pour apporter une aide humanitaire supplémentaire ”, leur a-t-il dit en substance...

      “ Notre objectif est de vous aider à construire une société plus tolérante et libre, qui honore les gens de toutes les fois et promeut la paix ”, leur a t-il dit dans son allocution d’une vingtaine de minutes.

      De ce ton paternaliste dont il a désormais habitué ses compatriotes, il n’a cessé d’encourager ces peuples du Moyen-Orient à sortir de la barbarie et de la tyrannie de leurs dirigeants.

      Chavez : Un numéro comique de ce genre, on ne l’avait vu auparavant à l’Onu que lorsque Yasser Arafat s’y présenta un jour avec son pistolet. Et, avant le chef du Mouvement de Libération du Peuple Palestinien, c’est le président de l’URSS Nikita Kroutchev qui avait cogné sa chaussure sur la chaise de l’Onu !

      Ahmadinejab : Le disciple avoué de l’Ayatolah Khomeni, par ailleurs soupçonné aux Etats-Unis d’avoir participé a la prise d’otages de diplomates américains en 1979, à Téhéran, pendant 444 jours, insiste que son pays ira de l’avant dans la conquête de l’énergie nucléaire pour des fins pacifiques

      On notera la différence de qualificatifs employés quand il s’agit de commenter les discours du président Bush, en regard de ceux qui sont accolés aux paroles du président Chavez et à celles du président Ahmadinejab.

      Un petit extrait de l’argumentation faite par le « comique » président Chavez, à l’ONU. Vous alllez voir ces élucubrations clownesques prètent à rire. Sans nul doute.

      ...la déclaration que le président des Etats-Unis a faite hier. En tant que porte-parole de l’impérialisme, il est venu pour faire partager ses remèdes de charlatan afin d’essayer de préserver le modèle actuel de domination, d’exploitation et de pillage des peuples du monde.

      Alfred Hitchcock aurait pu utiliser [cette déclaration] comme scénario pour un de ses films. Je peux même proposer un titre : « La Recette du Diable ». Comme Chomsky le dit [dans son livre] de façon claire et détaillée, l’empire américain fait tout ce qu’il peut pour consolider son système de domination. Et nous ne pouvons pas lui permettre de faire cela. Nous ne pouvons autoriser que la dictature mondiale se consolide.


      • Marcel PatoulatchiV (---.---.167.159) 27 septembre 2006 21:02

        Vous avez raison ! Allions nous à l’Iran, aux Emirats Arabes Unis et à la Syrie - et à leur nouvel ami le Venezuala.

        Nous avons beaucoup de point communs avec ces pays là. Assurement, dans ces pays là, on est opposé à toute dictature ! C’est certain. Ce sont les pays des droits de l’homme, il n’y a pas de doute.


      • Antoine Christian LABEL NGONGO Christian LABEL NGONGO 27 septembre 2006 10:59

        Pas mal Demian, bien analysé smiley C’est honteux de voir des dirigeants de pays se comporter ainsi, il faut reconnaître que G. W. bush donne toujours le bâton pour se faire ridiculiser.


        • Antoine Christian LABEL NGONGO Christian LABEL NGONGO 27 septembre 2006 11:04

           smiley Sam, c’est bien de souligner et rapporter les mots utilisés pour décrire le président Chavez, ou le président iranien. Il faut néanmoins reconnaître que l’ONU ressemblait la semaine dernière à un cirque. smiley


        • Sam (---.---.201.61) 27 septembre 2006 11:18

          Affirmation gratuite. Sur d’autres sites les commentateurs soulignent que l’ambiance était électrique, grâve et très nerveuse avec un côté subversif, en voyant le président US attaqué et raillé si durement.

          Qui ne dit mot consent. Je vois que vous acceptez la partialité de votre texte. C’est bien. Ce qui serait mieux c’est qu’à l’avenir vous preniez un peu de distance, par rapport à l’Empire. smiley


        • Roman (---.---.253.231) 27 septembre 2006 11:45

          @Sam

          L’auteur a bien dit dès le début que « le président des USA s’est fait ridiculiser par ceux là-mêmes qu’il traite de présidents « démoniaques » ».

          Je ne vois pas en quoi l’auteur est partisan de l’ « Empire ». Je le trouve juste envers ces guignols qui ont tous à la fois tord et raison. Chavez a raison de malmener Bush que je trouve démoniaque, le président iranien dont j’arrive pas à écrire le nom a raison de vouloir son indépendance nucléaire quand les autres puissances l’ont, et Bush a raison de pousser l’ONU a envoyer des forces au Darfour, les autres gouvernements s’en foutant royalement. Biensur ils ont tous d’autres intérêts personnels derrière toutes ces bonnes résolution, mais rien ne sert de condamner unilatéralement un empire démoniaque pour en mettre un autre à la place. C’était électrique d’un point de vue diplomatique, mais un cirque pour le peuple qui n’en peut plus de voir ces guignols se renvoyer des balles à la figure pendant que c’est lui qui trinque sur le champ de bataille.

          La Chine et la Russie n’attendent qu’une chose : la chute des américains. Mais pour y faire quoi ensuite ?


        • (---.---.218.164) 27 septembre 2006 11:54

          @Sam

          Le discours de Chavez est caricatural. Il rappelle les grandes envolées à l’ONU entre URSS et USA du temps de la guerre froide. Quand au discours du président iranien, il n’est pas présenté sous un jour tellement défavorable. Accessoirement, le président Bush qui parle d’apporter la démocratie à Beyrouth (Parmi les états qu’il cite, le Liban est le seul état démocratique selon les critères occidentaux), ça se suffit comme ridicule. Pas besoin d’en rajouter.

          Sinon, dire que l’auteur est pro-US, effectivement, c’est n’importe quoi, ses autres articles étant souvent liés à l’exploitation de l’Afrique par les pays occidentaux.


        • Sam (---.---.201.61) 27 septembre 2006 12:20

          Je ne vois pas en quoi l’auteur est partisan de l’ « Empire ».

          Relis mon premier message et tu comprendras.

          Et ne fais pas adopter le manichéisme de ceux qui crient « Aaaannttiiiiiiiiiiiiii-Amériacccaaaaniiiiiiiiiiiiiiiime » dès qu’on on critique les propos et les décisions du gouvernement américaint.

          Je dis simplement que l’auteur de l’article est partial, peut-être sans même s’en rendre compte. Je dis aussi que la prestation de Chavez n’est pas risible, sauf quelques mots et pour nous européens.

          Il dénonce clairement avec une dérision qui caricature Bush, qui montre qu’il n’a pas peur et qui exprime, sans doute, en filigrane, sa colère devant les tentatives permantentes de déstabilisations et sûrement d’assassinat perpétrés contre lui par les services secrets US. Une centaine de tentatives de meurtre ont été recensées contre Castro en trente ans. Vous imaginez contre Chavez. Tout celà n’a rien de risible.

          C’est marrant quand Bush emploie un vocabulaire qu’une vieille confite chez les curetons n’oserait plus employer chez nous, personne ne dit que c’est risible. Ca non plus, ça n’a rien de drôle. smiley


        • Antoine Christian LABEL NGONGO Christian LABEL NGONGO 27 septembre 2006 15:11

          Mister Sam, j’ai écrit des articles sur le chikunguya, Israël, Les fraudes et j’en passe. Certes j’ai écrit également sur l’immigration, la pollution.

          Je me soucie de ce qui se passe dans le monde et non me focalise sur ce qui se passe en France intra muros. smiley


        • Mahomet (---.---.68.217) 27 septembre 2006 21:13

          Le discours de Chavez c’est du blabla. Il cause, il cause, mais il continue de vendre son pétrole aux Etats-Unis...


        • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 7 mai 2012 21:45

          Les USA continuent d’acheter du pétrole vénézuélien, cette situation enrichit donc leur ennemi.


        • Visiteur Indigène (---.---.180.214) 27 septembre 2006 11:28

          Ce qui est honteux c’est que vous assimilez les paroles de Chavez et d’Ahmadinejad a des discours caricaturaux. Quant l’exaspération est à son comble,(n’oublions pas que ces deux pays pétroliers sont depuis quelques années les cibles de l’arrogant establishment bushien), le langage doit être direct et sans fioriture. Ces deux pays n’ont rien à attendre des USA par des politesses de vassallités. Ils se savent en première ligne des futures attaques nucléaires américaines. Lorsqu’elles arriveront très prochainement, vous réviserez votre jugement car il faut être le diable personnifié pour vitrifier chirurgicalement quelques millions de civils Iraniens. Entre l’argent et la vie, Bush s’est déjà fourvoyé..


          • Sceptique (---.---.27.61) 27 septembre 2006 12:16

            Cette propension systématique à faire l’apologie des ennemis de l’Amérique fût-ce à l’aune d’un discours pourtant impartial dénote une dangereuse idéologisation d’un combat pourtant loin d’être manichéen comme certains voudraient nous le faire croire. D’autre part il faut être sacrément embrigadé pour sérieusement croire que les States ont l’intention de nuker l’Iran ou le Vénézuéla. On se croirait sur un mauvais site de propagande, aussi de grâce, un peu de sérieux. Tout n’est pas blanc ou noir.


          • Daniel Milan (---.---.168.196) 27 septembre 2006 12:21

            Salut la fosse !

            Que voulez-vous, l’Amérique est l’un des principaux poisons de l’humanité !


          • Marcel Patoulatchi (---.---.167.159) 27 septembre 2006 21:06

            L’Iran, c’est un pays avec lequel la France doit s’allier. Les droits de l’homme y sont respectés ; je ne parle même pas des droits de la femme. On rêve tous de faire de la France un nouvel Iran.


          • yalesapiens (---.---.38.243) 27 septembre 2006 23:09

            C’est triste de voir des commentaires comme ceux-ci, sans fondement ni bases credibles : Qui a le plus besoin de l’autre entre le Venezuela et les USA ? Si Chavez est fort qu’il coupe du petrole que les americains lui achete, et on verra comment ses economies se comporteraient. A force de narguer les americains, il finira par se tirer une balle au pied avec ses compagnies aux USA. Notamment Citgo. Qu’il se rappelle du boycot du vin des francais. Quoique sous le respect du droit de la parole, les americains ne tolererons pas cette cirque indefitivement. Salut


          • yalesapiens (---.---.38.243) 27 septembre 2006 23:11

            « Cette propension systématique à faire l’apologie des ennemis de l’Amérique fût-ce à l’aune d’un discours pourtant impartial dénote une dangereuse idéologisation d’un combat pourtant loin d’être manichéen comme certains voudraient nous le faire croire. D’autre part il faut être sacrément embrigadé pour sérieusement croire que les States ont l’intention de nuker l’Iran ou le Vénézuéla. On se croirait sur un mauvais site de propagande, aussi de grâce, un peu de sérieux. Tout n’est pas blanc ou noir ».

            ENFIN, UN COMMENTIARE LUCIDE, REALISTE, IMPARTIAL ET INTELLIGENT.


          • Antoine Christian LABEL NGONGO Christian LABEL NGONGO 27 septembre 2006 11:33

            Sam, je ne suis pas un pro de l’empire USA. Si tu prenais la peine de lire mes précédents articles, tu le comprendrais. Merci. smiley


            • Sam (---.---.201.61) 27 septembre 2006 12:23

              Peut-être, ce n’est pas mon problème.

              Mon problème c’est que ton article manifeste une inégalité de traitement flagrante en faveur du gouvernement américain, en la personne de son chef.


            • Sceptique (---.---.27.61) 27 septembre 2006 12:45

              C’est faux, et il faut vraiment avoir l’esprit obnubilé par ses illusions d’altermondialiste sauvage et irréfléchi pour ne pas le voir. C’est tout de même inconcevable qu’il faille s’excuser de faire un article impartial et non empli de relents de basse propagande. Vous vous croyez tellement progressiste avec votre haine poussée au point que vous voyiez du pro-américanisme partout ?


            • William R Wolf 30 septembre 2006 16:41

              Personnellement, je ne suis pas d’accord avec Sam. Certes, je méprise le président Bush et toute sa clique, et il est vrai que les discours des présidents iranien et vénézuélien Ahmadinejad et Hugo Chavez sont tout à fait justifiés.

              Cependant, c’est un peu l’hôpital qui se moque de la charité. Certes Mr Bush est lamentable dans son rôle de président, mais je ne pense pas que l’Iran ou le Venezuela soient des modèles de démocratie, et de respect des droits de l’homme et de la femme.

              Un dirigeant qui s’occupe des pauvres de Harlem ferait bien de s’occuper des siens, car je ne me souviens pas avoir vu le Venezuela dans la liste des pays les plus stables financièrement.

              Quant au président Iranien, un homme qui a un jour prôné la destruction totale d’Israël peut il vraiment se permettre de critiquer les propos de Mr Bush, si ridicules et dénués de sens soient-ils ?

              J’ai bien conscience qu’aucun dirigeant ou représentant figurant a l’ONU n’est totalement irréprochable. Mais il y a des moments ou certains feraient mieux de faire profil bas, surtout quand ils agissent contre les décisions de l’ONU, comme le fait si bien Mr Ahmadinejad avec son programme de développement nucléaire.


            • Antoine Christian LABEL NGONGO Christian LABEL NGONGO 27 septembre 2006 11:49

              Bien remarqué Roman, qu’adviendra t-il de nous à la sauce Russe ou Chinoise ? smiley


              • Talion Talion 27 septembre 2006 12:32

                Bon article...

                Juste un détail : Le président Iranien N’A PAS appelé à la destruction d’Israël !

                Encore une fois, la désinformation de Reuters intoxique les esprits et il est bon de la corriger : C’est le régime colonialiste de l’extrême droite Israëlienne actuellement au pouvoir qu’il souhaite voir disparaitre.

                Les Iraniens n’ont rien contre les juifs... D’ailleurs certains de leurs députés appartiennent à cette communauté par ailleurs parfaitement intégré en Iran (contrairement à ce que laissait penser le mauvais canulard des « rubans jaunes » que je ne sais plus quel imbécile à fait se propager dans les médias).

                Ils s’opposent plutôt aux « sionistes », ce terme étant de leur point de vue synonyme d’« impérialistes colonisateurs ». Ce qui s’explique par le fait que culturellement parlant ils se sentent très proche des Palestiniens et ont peu de mal à s’identifier à eux.


                • armand (---.---.219.112) 27 septembre 2006 17:41

                  Faux. Vous noyez le poisson. L’Iran a toujours considéré officiellement l’état d’Israël comme une « entité » qui n’a aucune existence légale. Il ne s’agit pas d’arguties pour distinguer entre « régime » et « peuple ». Tout régime israëlien est pour les mollahs un régime « colonialiste », puisque la vulgate de l’Islam politique n’admet pas que la moindre parcelle de terre conquise jadis par l’Islam lui échappe. D’ailleurs l’administration Olmert n’est pas d’extrême droite, mais plutôt du centre. Certes, il y a des variations : Khatami a dit récemment qu’il pouvait accepter Israël si le Hamas l’acceptait. Mais il ne représente pas l’actuelle tendance au pouvoir. Par contre, il est exact que les juifs n’ont jamais été persécutés en Iran et sont même représentés (tout comme les Zoroastriens) : mais comme ces derniers ils doivent garder profil bas.En revanche les Baha’is, considérés comme hérétiques, sont durement opprimés depuis la prise de pouvoir des mollahs.


                • Marcel Patoulatchi (---.---.167.159) 27 septembre 2006 21:07

                  Talion,

                  Avez-vous lu la charte du Hamas ? Savez-vous quelle est la position officielle de l’Iran sur le Hamas ?


                • Aîcha Qandicha (---.---.219.170) 27 septembre 2006 21:20

                  Mais armand, l’entité sioniste n’a aucune existence légale. Elle est fondée sur une monstrueuse machination qui est basé sur tout sauf le droit et la légalité et se maintient par la force, la violence et la victimisation. On peut la tolérer, mais on n’est pas obligé non plus de crier alélua en se prostérant sur son temple. De là, à accuser ses détracteurs de vouloir la détruire, c’est autre chose...


                • Mahomet (---.---.68.217) 27 septembre 2006 21:24

                  Euh, quelle est la base légale de l’existence du Maroc ???


                • Aîcha Qandicha (---.---.219.170) 27 septembre 2006 21:27

                  Le Maroc existe en tant qu’Etat et Empire lorsque tes ancêtres vivaient encore dans des grottes à l’état sauvage.


                • armand (---.---.156.176) 27 septembre 2006 21:31

                  Eh voilà : affirmer qu’un état constitué a droit au même respect et à la même sécurité que les autres c’est se prosterner... Incorrigible, Aïcha. Il ne te viendrait pas à l’esprit de contester la légitimité de la Pologne parce qu’elle a expulsé les Allemands de Prusse orientale, ni de la Tchéquie qui a fait pareil avec les Sudètes. Mais dès qu’il s’agit d’un pouce de territoire qui échappe à l’Oumma ! Tu dois être inconsolable de la perte de l’Espagne, du sultanat de Delhi, des enclaves du côté de Perpignan, des « Maures et des Esterels ».


                • chantecler (---.---.4.88) 27 septembre 2006 21:31

                  Proster youp la boum,salut Aïcha:Oh mon Aïcha,je comprends ton désir de soutenir ton peuple et de combattre l’injustice.Mais le monde est complexe:y’a des salauds de tous bords ,des pour qui la vie c’est pas grand chose ! Certes les Israéliens y vont souvent un peu fort,mais les voisins ne sont pas toujours gentils.Pour te délivrer un message d’espoir,pendant 150 ans les Allemands et les Français se sont bouffés le foie,jusqu’au jour où ils ont découvert qu’ils aimaient pareillement la choucroute.Depuis ils font des bébés !


                • Daniel Milan (---.---.168.196) 27 septembre 2006 21:35

                  Bien d’accord avec toi Aïcha, En dehors des quelques abrutis congénitaux qui hantent les forums pour distiller leurs fantasmes islamophobiques ; je suis quand même surpris (Comme quoi, on peut être naïf à tout âge !) que des hommes de culture, tel Armand et d’autres avec lesquels j’aime « croiser le fer » (verbalement s’entend !)comme Patrick Adam, s’obstinent à défendre l’indéfendable, en particulier cette idéologie raciste, terroriste, criminelle et totalitaire qu’est le sionisme !


                • armand (---.---.156.176) 27 septembre 2006 21:36

                  Post Scriptum : Aïcha, j’ai le plus grand respect pour les brillants royaumes du Maghreb - un petit faible quand même pour l’épopée des Fatimides qui les a menés jusqu’en Egypte - mais un juif te dirait (et il aurait raison) que le royaume d’Israël est encore plus ancien. Mais c’est vrai que toute revendication qui remonte à la Jahiliya est nulle et non avenue.


                • Aîcha Qandicha (---.---.219.170) 27 septembre 2006 21:36

                  Armand, le jour où les Palestiniens auront un Etat avec Jeruslamen Est comme capitale, à ce moment-là, les esprits seront apaisés. Tu peux dormir tranquille si tu as volé le lit de ton voisin qui se retrouve à même le sol ?


                • armand (---.---.156.176) 27 septembre 2006 21:42

                  Eh oui, Daniel, nous n’avons pas la même lecture des mêmes penseurs, n’est-ce pas ?

                  Aïcha,au beau petit nez fin et aquilin, je ne me prosterne que devant la beauté féminine, sachant que « sur terre, il n’y a qu’une seule îvresse durable : la sécurité dans la possession d’une autre créature, la sécurité absolue et inévitable » comme l’écrivait d’Annunzio...


                • armand (---.---.156.176) 27 septembre 2006 21:46

                  Aïcha, Je crois que c’est plutôt affaire de deux personnes, toutes deux légitimes, qui convoitaient le même lit. Que chacun ait le sien, je l’appelle de tous mes voeux.


                • Daniel Milan (---.---.168.196) 27 septembre 2006 21:55

                  Quoi de plus naturel et... humain que de se « prosterner » (si l’on peut dire !) devant la beauté féminine ou du moins devant LA FEMME (pas trop conne et pas trop môche de préférence ?), qui symbolise LA VIE ; mais pour ce qui est de se prosterner devant un étron sioniste, il y a quelque chose qui m’échappe !


                • chantecler (---.---.4.88) 27 septembre 2006 22:00

                  Oh Daniel,j’admire ta délicatesse:comment fais-tu ?


                • Daniel Milan (---.---.168.196) 27 septembre 2006 22:03

                  A quel degré dois-je prendre et comprendre ta réponse, Cher Chantecler ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès