Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > International > Inde 2007 - Au pays de Nehru et de Gandhi

Inde 2007 - Au pays de Nehru et de Gandhi

Le pays qui sera, en 2030, le plus peuplé du monde avec un peu plus d’1,4 milliard d’habitants (sur les 8 milliards que comptera la planète) accapare subitement tout l’espace médiatique de la planète. Son nom dérive de la vieille version persane du mot « sindhu » ou fleuve Indus. D’autres textes préfèrent utiliser le mot « Barhat » ou « Hindustan », « terre des Hindus » en persan.

Pour Martin Luther King et Nelson Mandela par exemple, Gandhi était un maître à penser !

L’apôtre même de la non-violence, Gandhi voulait doter son pays, l’Inde, d’une identité propre en regroupant près de 500 ethnies et langues différentes. Si Nehru enfanta la constitution de l’Etat, Gandhi, le fils d’une caste populaire, en sera l’essence même et le propulseur ! Quel est donc ce curieux pays-continent qui entre bruyamment cette année dans la cour des grands ?

L’Union Indienne, cette république fédérale de 25 États et 7 territoires, reste membre du Commonwealth et parvient à maintenir l’équilibre entre ses ethnies et ses religions, entre autre l’islam et les 4 religions nées sur son sol :

L’hindouisme, le bouddhisme, le jaïnisme et le sikhisme. La célèbre ville sainte de Bénarès, au nord du pays, reste véritablement la Mecque de l’hindouisme depuis plus de 2500 ans, accrochée à la rive Ouest du Gange.

Toutefois, si elle parvient à faire cohabiter les différentes religions sur son sol, l’Inde n’a toujours pas résolu le problème du Cachemire. Cet ancien État de l’Himalaya est en effet, depuis 1947, au cœur d’un conflit entre l’Inde et le Pakistan - toutes deux puissances nucléaires. Ce conflit, qui perdure encore de nos jours, contraint près de 10 millions de Cachemiris, à 77 % musulmans, à vivre, pour ainsi dire, en otages. Il résulte de la partition de l’empire des Indes sur des bases religieuses : l’hindouisme à l’Inde et l’islam au Pakistan, qui a lui-même perdu sa partie orientale en 1971, devenue, par sécession, le Bangladesh. Après près de 200 ans de colonisation britannique, la création du Pakistan à majorité musulmane et de l’Inde à majorité hindoue faite dans le sang reste problématique !

Forte de son histoire millénaire et de sa démocratie confirmée, l’Inde se lance aujourd’hui dans une folle expansion économique.

D’autant plus que le monde découvre un nouveau marché très attractif de plus d’un milliard de consommateurs, bien différent de la Chine voisine.

En 2006, les visites des présidents Chirac et Bush à New Delhi sont un exemple de l’attrait indien. En particulier dans le domaine du nucléaire, l’Inde, qui n’a pas signé de traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et qui a effectué des essais nucléaires, subit certes un boycott international de l’AIEA, mais se voit en revanche courtisée par les Etats-Unis. G. Bush peut, lui, se permettre de briser le tabou et de vendre à l’Inde de la technologie nucléaire...

En 2007, l’Inde achète ainsi ses usines atomiques chez les Américains, de gros avions en Europe, et s’ouvre à toutes les offres de la planète en cassant ses tarifs douaniers. Elle ambitionne de devenir le « bureau du monde », en bénéficiant des délocalisations massives des services informatiques, bancaires, actuariels, et des centres d’appels. Les conséquences économiques risquent cependant d’être dévastatrices pour le monde de l’emploi américain, à l’horizon de 2015, avec la perte de près de 2 millions d’emplois qualifiés, aux Etats-Unis.

L’Inde a misé en particulier sur la technologie et la science

Les universités indiennes mettent chaque année sur le marché 260 000 ingénieurs avec un niveau international très satisfaisant. Les ingénieurs informaticiens de ce pays ont carte blanche dans les grands pays industrialisés tels que les Etats-Unis, le Japon ou l’Allemagne, qui leur a même proposé une « Green card » spéciale. Bill Gates, qui vient d’être confirmé, en mars 2007, 1re fortune mondiale, profite du décalage horaire, de la haute technologie indienne et du faible coût salarial pour travailler, de nuit, de l’autre côté de la planète.

Bangalore, la capitale de l’État du Karnataka, dans le sud du pays, est devenue, à l’image de la Shanghai voisine, la capitale high-tech du pays, attirant la délocalisation des multinationales occidentales.

Quelque 200 000 informaticiens travaillent dans cette nouvelle Silicon Valley indienne, qui possède une main-d’œuvre abondante, qualifiée, parlant l’anglais et payée 6 fois moins qu’en Occident. Microsoft a vite été suivi par Motorola, Siemens, IBM, Texas Instruments, HP, Intel, Google et bien d’autres. La société indienne d’informatique, Infosys, symbolise le succès de Bangalore.

À Karnataka, on surnomme ces jeunes les « yippes » ou « Young Indian Professionals ». Âgés de 20 ans, ils flânent le week-end de bar en bar et se retrouvent, le lundi matin, ingénieurs informaticiens, gagnant déjà 250 US$ par mois, soit le double de leurs parents. Et plus d’un n’hésitent pas à aller sextupler son salaire en Amérique ou en Allemagne.

Si le PNB de l’Inde reste encore le 7e du monde, sa croissance économique en revanche est une des plus rapides avec un taux de croissance d’environ 7 %.

En parité de pouvoir d’achat, l’Inde est classée 4e puissance économique mondiale. Les réformes économiques de la dernière décennie portent leurs fruits avec une génération d’industriels et d’entrepreneurs qui se lancent à la conquête du monde, tel le multimilliardaire Lakshmi Mittal qui racheta les aciéries européennes Arcelor (n° 2 mondial) pour 24 milliards d’euros. Par ce rachat, le groupe Mittal prévoit une production de 220 millions de tonnes d’acier par an : Une OPA au nez de l’Union européenne...

Malgré tout, l’Inde demeure un pays pauvre, avec une population à plus de 50 % rurale. Le fossé se creuse entre une Inde urbaine et ouverte et une Inde rurale, traditionnelle et renfermée. Le quart de la population vit encore en dessous du seuil de pauvreté avec plus de 100 millions de personnes qui n’ont toujours pas accès à l’eau potable et 500 millions à l’électricité.

L’agriculture reste le maillon faible et nourricier de ce sous-continent et emploie toujours une grande part de la population active. Riz, blé, millet, thé, coton et canne à sucre tiennent le haut du pavé, avec le plus grand cheptel du monde en ovins et bovins. Avec les nouvelles technologies, l’Inde produit désormais assez pour satisfaire les besoins de toute sa population, qui n’a cependant encore que 610 US$ de PNB/hab./an.

Avec une augmentation de 20 millions d’individus par an (soit deux fois la population de la Tunisie), l’Inde deviendra, en 2030, le pays le plus peuplé du monde. Mais, contrairement à la Chine, le ralentissement de la natalité par la contraception n’est pas, dans ce pays, une contrainte, mais un choix démocratique et évite ainsi à l’Indien l’obligation chinoise de l’enfant unique. Mais si en Inde l’État ne contrôle pas la natalité, l’hindouisme, lui, domine la vie des femmes, comme nulle autre religion dans le monde. L’infanticide féminin, sous des prétextes moraux ou religieux, n’est-il pas responsable d’un déficit humain de 10 millions de femmes ?

Les 14 et 15 août 2007, le Pakistan et l’Inde fêtent, chacun, le 60e anniversaire de leur indépendance.

Le temps de la raison ! Après s’être violemment affrontées pendant des années, les deux puissances nucléaires s’attachent aujourd’hui à normaliser leurs relations et sont davantage accaparées par leurs propres problèmes.

Aujourd’hui, après 60 ans et trois guerres, le climat s’est-il apaisé entre les deux frères ennemis ?

Pour l’Inde, le défi est aujourd’hui le partage des fruits d’une croissance exponentielle. Car dans sa course à la puissance économique, elle a laissé de côté nombre de ses 1,1 milliard d’habitants : elle abrite un tiers des habitants les plus pauvres de la planète qui vivent avec moins d’un dollar US par jour.

Dans ce pays de pauvreté, les mères Teresa foisonnent et l’opium du peuple est aussi le cinéma. C’est pour la population une véritable religion, qui remplit une fonction sociale majeure. Aller voir un film relève du rite ou du pèlerinage, où la société se met en scène, désamorce violence et crise sociale au travers de fictions très codifiées. In fine l’ordre social est rétabli.

Les quelque 20 000 salles de cinéma du pays - dont certaines ont plus de 1 000 places -, sont bondées 7 jours sur 7. Le cinéma est pour ce pays le prolongement naturel des autres arts traditionnels, marionnettes, kathakali, lanternes magiques, qui en font un immense bazar d’images. Un siècle après le passage des frères Lumières à Bombay (1896), l’Inde est devenue le 1er producteur mondial de films, avec une production annuelle de près de 1 400 unités.

Deux géants se côtoient, mais ne se ressemblent pas : l’Inde et la Chine. L’Inde a en effet sur la Chine un avantage précieux : la démocratie. Nehru a déjà prévenu, en 1936, que la démocratie sera le pont entre l’ouvrier et le paysan, et non pas l’ennemi. Depuis le 15 août 1947, jour de son indépendance, l’Inde n’a cessé de consolider sa démocratie, qui l’aidera, j’espère, à nourrir son gros milliard d’habitants, à freiner certaines ambitions belliqueuses et peut-être à servir de catalyseur et d’exemple à tout le reste de l’Asie du Sud-Est.

Les sages Shiva et Brahmâ valent bien une messe et sauront trouver le chemin du karma...

Rached Trimèche



Sur le même thème

Narendra Modi : Un Premier ministre indien inquiétant
Démocratie indienne, l'excellence ?
Les Pays non alignés Pour une utopie vers la science et la technologie
Tourner le dos à la croissance, utopie idéaliste ou affront salutaire ?
Crimée : Non! La Communauté Internationale n'est pas unanime


Réactions à cet article

  • Par nan (---.---.---.73) 11 septembre 2007 13:34

    Cet Article est trés intéressent et enrichissant ...bravo !

    • Par Dr Rached Trimèche (---.---.---.73) 11 septembre 2007 13:44
      Dr Rached Trimèche

      merci Nan !

      J’espère que tu visiteras bientôt ce pays-continent et y rencontrer tes collégues informaticiens, que ton pays, l’Allemagne, est en train d’attirer...par plusieurs approches

    • Par Maali (---.---.---.226) 14 septembre 2007 13:51

      Je trouve que c’est un article fort intéressant ! Son auteur a réussit à faire passer subtilement le côté instructif concernant l’économie et la politique de l’Inde sans pour autant faire sentir au lecteur qu’ il s’agit d’une simple leçon monotone de géographie ; d’autant plus qu’il l’a adouci et très bien garni par les aspects mythique et mystique fort développés et prisés dans ce formidable pays.

      Tel article ne peut être que celui d’un homme qui a été profondément imprégné, qui a compris et senti très fort une civilisation aussi grandiose.

      Je ne peux que vous féliciter Mr Rached pour cet article de qualité supérieure, et pour lequel je voterai très volontiers !!

    • Par Dr Rached Trimèche (---.---.---.153) 21 septembre 2007 01:40
      Dr Rached Trimèche

      @ Maali Merci de ton interet à cet article ! Bonne chance et courage pour ton encyclopedie « Les 1000 musts du CIGV » J’ai 2 nouveaux bouquins que je peux te passer si tu veux bien, pour tes recherches

  • Par Ram (---.---.---.28) 11 septembre 2007 13:51

    Je ne comprend pas trop l’interet de l’article. Un mix de clichés (même s’ils sont pour la plupart vrai) sur l’Inde ? Agoravox gagnierais à avoir des articles de fond sur l’un ou l’autre de ces domaines. Copier/coller ce que l’on voit au JT sur wikipedia n’a pas trop d’interet. Bon après je critique mais c’est vrai que l’Inde actuelle ressemble parfois à ça.

    Quelques précisions quand même :

     Evitez de dire que l’Inde est le pays de Gandhi. C’est très impoli car une grande partie de la population n’aime pas le personnage.

     Vous parlez de la Mecque de l’hindouisme pour désigner Benares. Cette ville est sainte mais le grand pelerinage des hindous est la Kumba Mela. 60 millions de pelerins tous les 12 ans, le plus grand rassemblement religion du monde.

     500 millions de personne n’ont pas acces à l’electricité ? n’avez vous pas pensez qu’une grande partie du pays est bien heureux comme ça ?

     Shiva et Brahma ne sont pas des sages mais des dieux. Un culte hindou n’est pas une messe mais une puja. On ne trouve pas le chemin du karma on le façonne. C’est le chemin de moksha, la délivrance des réincarnations, que les hindous recherchent.

  • Par LE CHAT (---.---.---.148) 11 septembre 2007 14:12
    LE CHAT

    Très bel article sur l’INDE qui a réussi à devenir une grande puissance et à rester malgré tout une démocratie .

    Ce qui est surprenant , c’est que ce pays est resté un nain sportif , car à part le cricket et le polo , où sont les champions ( oh j’oubliais vikash dorasoo , l’ex formidable pointure du PSG smiley )

  • Par moebius (---.---.---.23) 11 septembre 2007 20:14

    C’est cricket surtout... maissi le sport est une ascése alors les indiens,et plus précisémment les renonçants ou les gurus sont des sportifs de trés haut niveau...l’histoire de ce gosse de 5 ans coureur de marathon qui a defrayé la chronique...il ne resterait qu’a inscrire la planche à clou ou le yoga comme prochaines disciplines sportifs aux jeux olympiques.

  • Par MICHELLE (---.---.---.191) 21 septembre 2007 15:00

    excellent article Monsieur Trimèche pour lequel je voterai volontiers. qui n a pas rêvé de découvrir un jour cette terre unique sacrée et colorée j ajouterai que ce pays en phase de développement et en plein essor pour les délocalisations de toutes sortes, est pratiquement au top 10 de la production des génériques, ce qui fait encore couler beaucoup d encre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires