Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Interview de Vladimir Poutine : Economie, Ukraine, Crise des réfugiés, (...)

Interview de Vladimir Poutine : Economie, Ukraine, Crise des réfugiés, Syrie, Terrorisme...

Le 4 septembre 2015 

 Source : en.kremlin.ru 

 Traduit par Diane, relu par jj pour Le Saker francophone

« Cette crise était totalement prévisible. Si vous vous souvenez, ou si vous recherchez dans vos archives, nous en Russie, et votre serviteur en particulier, avons dit il y a quelques années que nous nous trouverons dans des problèmes à large échelle si nos soi-disant partenaires occidentaux poursuivent leur politique étrangère malencontreuse, comme je l’ai toujours répété, en particulier dans les régions musulmanes, au Moyen-Orient, en Afrique du Nord – la politique qu’ils mènent encore actuellement.

Quelle est cette politique ? Celle d’imposer leurs normes sans prendre en considération l’histoire, la religion, la culture ou les caractéristiques nationales de ces régions. C’est, d’abord, la politique menée par nos partenaires américains ; l’Europe suit aveuglément leur exemple, respectant ses engagements avec ses prétendus alliés, puis en paie le prix. » Vladimir Poutine

 

Président de la Russie, Vladimir Poutine : Bonjour. Allez-y, s’il vous plaît.

Question  : Considérant le Forum économique de l’Est d’aujourd’hui, pensez-vous qu’il a été un succès en révélant quelques zones de croissance ? Quel genre de perspectives voyez-vous s’ouvrir pour la région ?

Vladimir Poutine  : Cette région a un énorme potentiel et donc il y a toujours eu des zones de croissance et de développement ici. Notre tâche, cependant, n’est pas simplement de trouver des lieux de croissance individuels, mais d’établir en général un climat favorable et un bon environnement pour les affaires afin de développer l’économie de l’Extrême-Orient et le secteur social. Les gens ici sont très talentueux, énergiques et actifs, et nous devons simplement leur offrir des conditions favorables.

L’événement d’aujourd’hui, le Forum économique de l’Est, est un pas dans cette direction. Mais il est plus important de remarquer ce que nous avons fait ces derniers temps, discuter du développement de l’Extrême-Orient et prendre les décisions dont j’ai parlé au forum. Comme je l’ai expliqué, cela comprend des zones prioritaires de développement, des taux d’emprunt préférentiels, le port franc de Vladivostok et toute une série d’autres mesures de soutien.

Nous espérons vraiment que cela portera ses fruits, mais à juger au nombre de contrats et d’accords signés ici pendant le forum, nous pouvons dire que ces mesures semblent fonctionner. J’espère beaucoup que nous commencerons à voir des résultats tangibles très bientôt.

Question  : Monsieur le Président, ce voyage vous a emmené à Chita, ville russe à la frontière chinoise et mongole, et en Chine, où l’événement principal était la célébration de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Comment décririez-vous la situation avec les résultats [de la Seconde Guerre mondiale] à la lumière de vos contacts avec vos collègues, avec des anciens combattants et d’autres ? Le sens et la signification de ces rendez-vous ont-ils été dilués et érodés ?

Vladimir Poutine : Je pense que nous sommes tous témoins de tentatives d’éroder l’importance de la Seconde Guerre mondiale et de ses événements et, c’est triste, cela existe en Europe et aussi en Asie, où nous pouvons voir des tendances similaires. Il est donc très important pour chacun qui a combattu le nazisme et le militarisme de maintenir, dans la conscience de l’humanité, la véritable signification de ce qui s’est passé dans la lutte contre le nazisme et le militarisme.

Je pense qu’en organisant des événements à une échelle aussi importante pour marquer cet anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, nos amis chinois vont précisément dans cette direction, et maintiennent au sein de leur population une compréhension correcte de la signification de la lutte contre ces choses. Le sens véritable est seulement de s’assurer que cela ne se reproduise plus jamais dans l’histoire de l’humanité.

Pour notre part, nous continuerons à faire tout ce que nous pouvons pour assurer que la vérité sur la Grande Guerre patriotique, la vérité sur ceux qui ont combattu pour notre indépendance et notre liberté et ont apporté la liberté aux peuples d’Europe ne resteront pas seulement dans nos mémoires, mais dans les cœurs de notre peuple et aussi des peuples d’autres pays.

La Chine a organisé des événements à grande échelle, et nous avons senti que non seulement les dirigeants chinois, mais aussi les gens, chérissent profondément et préservent la mémoire de ce que leurs ancêtres ont fait pour libérer leur pays.

Question  : Dans votre discours, plus tôt, vous n’avez pas donné une évaluation de la situation économique en Russie. Nous voyons cependant que le rouble continue à baisser quand les prix du pétrole chutent. Quelles sont votre évaluation et vos prévisions, et prévoyez-vous de nouvelles mesures pour stabiliser le marché ?

Vladimir Poutine  : Ce travail se fait publiquement. Le gouvernement le mène publiquement et je me réunis régulièrement avec les membres du gouvernement responsables de l’économie. J’ai eu tout récemment une discussion précise sur toutes ces questions avec le Premier ministre, à Sotchi.

Le gouvernement a un paquet de mesures et de propositions sur ce qu’il faut faire dans ce genre de situation et comment s’y prendre. Ce n’est pas un genre de situation extraordinaire pour nous. Nous en avons aussi traversé une semblable en 2008-2009, et aussi quelques années auparavant. Nos mesures pour soutenir l’économie et les affaires sont connues et prêtes. La seule question est de savoir quels instruments utiliser et dans quelle mesure.

Comme je l’ai dit au forum tout à l’heure, notre ligne générale est que nous ne voulons pas simplement brûler nos réserves ou n’utiliser que de l’argent du budget pour soutenir des secteurs industriels ou des entreprises individuelles. Notre ligne générale vise à élargir la liberté des entreprises, à libérer notre système économique des tracasseries administratives et à améliorer le système de prise de décision et le climat des affaires. C’est notre ligne générale de développement et notre politique dans ce cas particulier.

En général, dans une situation de crise, la meilleure réponse est toujours de donner plus de liberté aux affaires. C’est la direction dans laquelle nous allons nous engager, mais en même temps, cela n’évitera pas des mesures ciblées de soutien pour des secteurs industriels spécifiques, le marché du travail et le secteur social. Comme je l’ai dit, nous procéderons très soigneusement, en fonction des demandes du marché. La Banque centrale réagit tout à fait efficacement.

Quant à la volatilité des prix des ressources énergétiques, nos biens d’exportation traditionnels, oui, cela arrive, mais c’est hors de notre contrôle. Cela dépend de processus qui se développent dans l’économie mondiale dans son ensemble et sur les marchés asiatiques. J’ai aussi discuté de cette question avec nos amis chinois et nous ne voyons rien de dramatique dans cette situation.

Je pense que ces ajustements du marché n’étaient pas inattendus. Bien sûr, ils ont un impact sur les prix de l’énergie, mais cela n’épuise pas toute la question. C’est aussi une question d’excédents de production d’énergie et d’entrée de nouveaux joueurs dotés de réserves considérables sur le marché mondial, y compris les arrivées prévues, comme l’Iran.

Je pense que tout cela est un processus naturel. L’économie mondiale, y compris le secteur énergétique, doit suivre son développement naturel et être dans son état normal, et ne pas être mise sous pression par des facteurs externes ou politiques. Je suis sûr que tout cela reprendra une tournure totalement normale et naturelle. Je pense que l’économie de la Russie s’est déjà plus ou moins adaptée à la situation. Il reste quelques aspects qu’il faut travailler, évidemment, le gouvernement et la communauté des affaires, et nous le ferons.

Je pense qu’il est parfaitement justifié que le gouvernement ajuste cette situation avec son budget annuel, parce que dans ces conditions, il est plus difficile ou même impossible de prédire exactement comment les marchés mondiaux se comporteront et comment cela affectera les recettes budgétaires fédérales et régionales.

Le gouvernement continuera à établir des objectifs chiffrés pour les années suivantes, la deuxième et la troisième année, et continuera à faire ses prévisions, dont nous tiendrons compte, mais dans ces conditions, essayer de prédire plus ou moins précisément ce qui va se passer et comment nous devrions répondre n’est possible qu’une année à l’avance.

Je pense que le gouvernement prend la bonne décision en établissant un budget pour un an seulement et je demanderai au Parlement de soutenir cette approche. Quant à nos engagements sociaux, nous ferons tout le nécessaire pour assurer qu’ils soient tenus.

Question  : Au sujet de l’Ukraine, nous connaissons les événements qui ont eu lieu hier à la Verkhovna Rada à Kiev, où des agents des forces de sécurité ont été tués et des manifestants ont affronté la police. Cela s’est passé alors que le Parlement votait des amendements à la Constitution. Comment évaluez-vous ces événements et quel est votre pronostic ?

Vladimir Poutine : Je vous rappelle que conformément aux Accords de Minsk des amendements devaient être introduits dans la Constitution ukrainienne, mais que cela devait être fait par la discussion, le dialogue et la coordination avec la région de Donbass et les Républiques populaires de Donetsk et de Lugansk, qui ne sont pas reconnues. Malheureusement, les autorités de Kiev ne prennent aucune de ces mesures aujourd’hui et il n’y a ni dialogue ni coordination sur les amendements à la Constitution de l’Ukraine. C’est un principe très important.

Si nous parlons de la mise en œuvre des Accords de Minsk, permettez-moi de vous rappeler que les amendements à la Constitution doivent être discutés et convenus avec la région du Donbass, pour commencer, et ensuite, que la loi sur les élections du gouvernement local doivent aussi être définies avec la région du Donbass. Troisièmement, une loi d’amnistie est censée être adoptée, mais cela n’a pas eu lieu, et une loi sur le statut spécial de ces régions est censée entrer en vigueur. Cette loi a été adoptée, mais son entrée en vigueur a été reportée. Ce sont là quatre conditions de base pour un règlement politique que nos collègues de Kiev n’ont pas mis en œuvre, malheureusement. Elles ne sont tout simplement pas appliquées.

Quant aux événements tragiques qui ont eu lieu, je pense que ce n’est pas lié aux amendements à la Constitution, parce que tout ce qui est proposé aujourd’hui comme amendement est de nature purement déclarative et ne change fondamentalement rien à la manière dont le pouvoir d’État en Ukraine est organisé.

Je n’entrerai pas dans les détails maintenant. Vous pouvez parler avec les spécialistes. Tout cela est assez clair pour voir ce qu’il en est. Simplement, ce que nous voyons aujourd’hui est le prochain round de la confrontation politique en Ukraine, et les amendements à la Constitution sont uniquement utilisés comme prétexte pour intensifier la lutte politique pour le pouvoir.

Question  : Que pensez-vous qu’il va se passer à partir de là ?

Vladimir Poutine : Cela ne dépendra pas de nous mais de l’Ukraine elle-même, du peuple ukrainien et du temps pendant lequel ils sont encore prêts à endurer ce chaos.

J’ai déjà dit que le fait que l’Ukraine a été placée sous une gouvernance extérieure et que des étrangers tiennent tous les postes clés dans le gouvernement, et maintenant dans les régions clés aussi, est, à mon avis, une insulte au peuple ukrainien.

N’y a-t-il réellement pas de dirigeants décents, honnêtes et compétents en Ukraine ? Bien sûr qu’il y en a. Je répète : cela ne dépend pas de nous. La manière dont les événements évoluent en Ukraine dépend de l’Ukraine elle-même et du peuple ukrainien.

Question  : Ces derniers jours, la crise des réfugiés a atteint un stade critique en Europe. La situation est très tendue. Quelle est votre évaluation de cette situation, pourquoi pensez-vous que cela arrive ? Que pensez-vous qu’il va se passer ensuite ?

Vladimir Poutine : Nous en avons parlé en de nombreuses occasions il y a longtemps. Je crois que cette crise était totalement prévisible. Si vous vous souvenez, ou si vous recherchez dans vos archives, nous en Russie, et votre serviteur en particulier, avons dit il y a quelques années que nous nous trouverons dans des problèmes à large échelle si nos soi-disant partenaires occidentaux poursuivent leur politique étrangère malencontreuse, comme je l’ai toujours répété, en particulier dans les régions musulmanes, au Moyen-Orient, en Afrique du Nord – la politique qu’ils mènent encore actuellement.

Quelle est cette politique ? Celle d’imposer leurs normes sans prendre en considération l’histoire, la religion, la culture ou les caractéristiques nationales de ces régions. C’est, d’abord, la politique menée par nos partenaires américains ; l’Europe suit aveuglément leur exemple, respectant ses engagements avec ses prétendus alliés, puis en paie le prix.

Je suis surpris de voir certains médias américains critiquer l’Europe pour son attitude excessivement dure, comme ils disent, à l’égard des migrants. Mais les États-Unis ne doivent pas faire face à un tel flux de migrants, tandis que l’Europe, après avoir suivi si aveuglément les instructions de l’Amérique, porte maintenant le fardeau de la crise.

Je ne dis pas cela pour dire combien nous sommes intelligents et combien myopes se sont révélés nos partenaires, ni pour provoquer personne ; nous devons simplement voir quoi faire ensuite. Qu’est-ce c’est ? La réponse est très simple.

Tout d’abord, ensemble, et je voudrais souligner ce mot, ensemble, nous devons combattre le terrorisme et l’extrémisme en tout genre, et prioritairement dans les pays à problèmes, pour résoudre cette question – sans cela tout futur progrès est impossible. Comment pouvons-nous faire un quelconque progrès dans des régions contrôlées par État islamique ? C’est impossible, les gens fuient ces régions, ils tuent des centaines de milliers de gens, font exploser des monuments culturels, brûlent des gens vifs ou les noient, coupent les têtes de personnes vivantes. Comment quelqu’un peut-il vivre là ? Évidemment, les gens s’enfuient.

Premièrement, nous devons lutter efficacement contre le terrorisme et l’extrémisme ensemble.

Deuxièmement, nous devons rétablir l’économie de ces pays et leurs sphères sociales. C’est seulement en manifestant du respect pour l’histoire, les traditions et la religion de ces peuples et de ces pays que nous pourrons rétablir leur souveraineté et leur fournir un soutien économique et politique à large échelle.

Si nous unissons nos efforts dans toutes ces régions, nous aurons des résultats positifs. Si nous agissons séparément et continuons à discuter entre nous sur certains principes et procédures quasi-démocratiques dans certains territoires, cela va nous jeter dans une impasse plus grande. Je place cependant mes espoirs dans un développement positif et dans des efforts conjugués avec tous nos partenaires.

Question  : Monsieur le Président, j’aimerais clarifier quelque chose à propos d’État islamique, parce que la Russie a parlé de la nécessité de créer une coalition politique, et les États-Unis ont exhorté à la même chose. Il n’y a pas d’accord sur la Syrie, par exemple, et ainsi de suite. Comment voyez-vous la création d’une telle coalition ?

Vladimir Poutine  : Nous prenons des mesures précises, et nous le faisons publiquement. Si vous voulez connaître les détails, je peux expliquer encore une fois. C’est vrai que nous voulons créer une coalition internationale pour combattre le terrorisme et l’extrémisme. Avec cet objectif en vue, nous tenons des consultations avec nos partenaires américains, j’en ai discuté personnellement au téléphone avec le président des États-Unis, M. Obama, et j’ai aussi discuté avec le président de la Turquie, les dirigeants d’Arabie saoudite, avec le roi de Jordanie, le président égyptien et d’autres partenaires. Nos agences militaires sont en contact étroit, et tout récemment les chefs des états-majors des pays voisins de ces conflits se sont rencontrés à Moscou.

Nous poursuivons nos efforts politiques afin de créer une certaine coalition. S’il est impossible aujourd’hui d’organiser le travail en commun directement sur le champ de bataille, pour ainsi dire, incluant tous les pays intéressés à combattre le terrorisme, nous parviendrons au moins à une certaine coordination entre eux. Nos premiers pas montre que cela semble généralement possible.

Nous savons qu’il y a des positions différentes sur les développements en Syrie. Incidemment, les gens ne fuient pas le régime de Bachar al-Assad – ils fuient État islamique, qui a occupé de vastes territoires en Syrie et en Irak, où il commet des atrocités. C’est ce que les gens fuient. Nous comprenons toutefois qu’un changement politique est aussi nécessaire. Nous travaillons aussi avec nos partenaires en Syrie.

Il y a une compréhension globale que de tels efforts communs pour lutter contre le terrorisme doivent aller de pair avec certains processus politiques en Syrie. Le président syrien est aussi d’accord avec ça, y compris, par exemple, organiser des élections parlementaires anticipées et établir des liens avec ce qu’on appelle l’opposition saine et l’impliquer dans la gestion du pays. C’est principalement une question de développement interne de la Syrie. Nous n’imposons rien, mais nous sommes prêts à aider dans un dialogue interne à la Syrie.

Question  : Monsieur le Président, seulement pour clarifier les choses : la Russie est-elle prête à participer à une opération militaire si la coalition prend forme ? En particulier puisque nous avons une certaine responsabilité morale – il y a des Russes dans la région occupée par État islamique. Certains médias disent déjà que notre aviation est déployée dans la région.

Vladimir Poutine : Vous savez, c’est une question distincte et nous verrons ce qui se passe. Disons, l’aviation américaine lance certaines attaques. Jusqu’ici, son efficacité n’a pas été très élevée, mais il est trop tôt pour dire ce que nous sommes prêts à faire. Nous fournissons cependant de toute façon un soutien significatif à la Syrie, en équipements et armements et en formation du personnel.

Nous avons signé des contrats importants avec la Syrie il y a 5 ou 7 ans, et nous nous y conformons totalement. Par conséquent, nous considérons divers scénarios, mais pour le moment, ce dont vous avez parlé n’est pas à l’ordre du jour. Toutefois, nous poursuivrons nos consultations avec nos amis en Syrie et avec les pays de la région. Je vous ai déjà dit que nous échangeons avec eux sur cette question et avec les parties avec lesquelles nous dialoguons.

Merci beaucoup.

 

Voir la dernière publication de Sayed Hasan : Les marchands de soupe de la mafia laïque française

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.59/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

120 réactions à cet article    


  • leypanou 12 septembre 2015 10:10

    Il faut surtout se rendre compte de l’hypocrisie de ceux qui prétendent lutter contre ISIS/Daesh ici après 1 an de « frappes aériennes » et 6700 sorties, Daesh/ISIS semble plus fort que jamais.

    Les Etats-Unis voulaient même une zone d’exclusion aérienne pour protéger « leurs » rebelles qui luttent contre Daesh, sachant que ISIS/Daesh n’ont pas d’avion : la conclusion est claire, ils veulent pouvoir bombarder essentiellement des cibles syriens sans risque.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 septembre 2015 15:21

      @leypanou
      Daesh a triplé son territoire après 1 an de Coalition, soit disant, anti Daesh....


    • V_Parlier V_Parlier 12 septembre 2015 17:44

      @Fifi Brind_acier
      Et aujourd’hui ils se scandalisent à l’idée que la Russie et Assad se mettent à lutter réellement contre daesh. Ca sent vraiment mauvais au royaume de l’UE. L’invasion que nous commençons à subir (même pas forcément voulue par les « envahisseurs » eux-mêmes) est peut-être finalement la seule chose qui pourra arrêter les euro-atlantistes dans leur délire... mais à quel prix !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 septembre 2015 09:00

      @V_Parlier
      La question est de savoir ce qui les inquiète ? La Russie n’a sans doute aucune envie de se retrouver englué dans un Afghanistan Bis...Mais depuis des années, elle livre de l’armement à la Syrie et les Conseillers militaires qui vont avec, pour former l’armée syrienne.


      Reste à savoir quel type d’armement livre la Russie ?
      En 2013, quand l’OTAN et l’ US Navy s’apprêtaient à bombarder la Syrie par la mer, il y a eu un os. Ils n’arrivaient pas à repérer les radars syriens, préalable à toute attaque. Ils ont dû déclarer forfait, ce que les médias occidentaux se sont bien gardé de nous raconter.
      « Echec et Obamat en Syrie »

      L’armement russe est spécifiquement conçu pour dézinguer les armements américains. Les Russes sont par exemple capables de « déconnecter » toute l’électronique d’un navire de guerre... A l’heure de l’électronique, les occidentaux en sont restés à voir des chars russes partout...

    • Gandalf Gandalf 13 septembre 2015 18:21

      @Fifi Brind_acier


      Ben ouais fifi. Plus ils luttent contre Daesh, plus je me retrouve dans la dèche.

    • fred.foyn Le p’tit Charles 12 septembre 2015 10:21

      Poutine est actuellement le seul homme politique valable sur la planète...c’est en cela qu’il dérange les « Fachos » avec à leurs têtes les USA...Vous avez vu les « Faux-Culs » qui pleuraient sur la photo d’un enfant mort..mais qui faisaient ripailles sur les centaines d’enfants assassinés par Israël sur Gaza...Le PS vient de mobiliser 600 maires de France en grande pompe et criant à l’exploit...hors c’est d’après le code officiel géographique (COG) publié par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), au 1er janvier 2015, la France comptait 36 658 communes dont 36 529 en France métropolitaine (Corse comprise) .. ?..Nous sommes gouvernés par des « NAINS » incompétents travaillant pour les USA à la destruction de la planète pour les mafieux made in américa...Alors forcément Poutine dérange dans ce « con-sert » puant de charognes siégeant à l’ONU...


      • Parrhesia Parrhesia 12 septembre 2015 12:11

        @Le p’tit Charles

        Très, très, très bien vu !

        Il est clair que Wladimir Poutine fait actuellement face à la meute avec un calme et une compétence dignes de tous les éloges !

        Par ailleurs, j’aurais souhaité marquer mon soutien à votre jugement par un vote favorable sur le compteur « plus », mais il semble que la gestion de ce système d’appréciation des commentaires soit en train de devenir de plus en plus fluctuante…


      • doctorix doctorix 12 septembre 2015 21:06

        @Parrhesia
        Vous avez raison, l’abandon du système de cotation des commentaires comme auparavant n’est pas une bonne chose.

        Il y avait certes une forme de vedettariat, mais aussi à mon avis un plus vif intérêt des lecteurs.
        Je ne serais pas étonné d’apprendre que l’audience a largement baissé à la suite de cette mesure.

        Pour rester sur Poutine, c’est le seul homme d’Etat digne de respect à l’heure actuelle (avec quelques dirigeants d’Amérique du Sud).
        Les autres sont des pantins, obéissant servilement à d’autres farceurs aux USA.
        Qui dirige vraiment les affaires ? Une infime minorité avec à leur tête quelques banquiers, Rothschild, Rockefeller, Goldman Sachs, Morgan. Il en est ainsi depuis 200 ans, et ces gens-là, par leur emprise sur les media qu’ils possèdent, décident de toutes les guerres en manipulant les masses ignorantes.
        Et ça fonctionne toujours.

      • Yaltanne 13 septembre 2015 10:46

        @Parrhesia
        .
        Vous avez raison, l’abandon du système de cotation des commentaires comme auparavant n’est pas une bonne chose.[…] à mon avis un plus vif intérêt des lecteurs.Je ne serais pas étonné d’apprendre que l’audience a largement baissé à la suite de cette mesure.

        .
        Je confirme.
        Suivre les commentaires, leur audience, regarder combien souscrivent combien réfutent était le principal intérêt de mes visites.
        De fait, je viens chaque fois moins souvent ici, je glisse vers d’autres sites avec commentaires et appréciations de ceux-ci, lisibles (compréhensibles).
        .
        Mon père disait « le mieux est l’ennemi du bien », si c’était pour faire mieux, ça confirme l’adage.
        Je crois que c’est tout bonnement pour faire nouveau, puisque changer est la clef de la popularité. C’est pour le moins ce que pense, par contagion, le plus grand nombre. Le mot d’ordre est donc : changer, tout, toujours, tout le temps pour ne pas lasser…
        .
        Z’ont tort, comme d’hab…

        en plus… c’est très frustrant. On ne peut plus participer des conversations en marquant son soutien ou au contraire sa réprobation.
        - - - - - - -
        Si l’équipe des grands décideurs pose un sondage - qui sera toujours mieux que la vieille chose qui traine depuis des années dans la marge droite de la page d’accueil et qui fait très j’m’enfoutiste - on pourra savoir ;)


      • Croa Croa 13 septembre 2015 14:58

        À doctorix « Et ça fonctionne toujours »
        Oui mais les masses sont de moins en moins ignorantes smiley


      • Thucydide Thucydide 14 septembre 2015 08:42

        @Parrhesia
        j’aurais souhaité marquer mon soutien à votre jugement par un vote favorable sur le compteur « plus », mais il semble que la gestion de ce système d’appréciation des commentaires soit en train de devenir de plus en plus fluctuante

        Je l’ai fait mais j’ai dû d’abord autoriser javascript sur la page de mon navigateur (Firefox)


      • Parrhesia Parrhesia 14 septembre 2015 14:01

        @Thucydide

        Merci mille fois de m’avoir communiqué cette solution.

        Néanmoins je dois vous avouer que pour des raisons personnelles j’ai exclu Firefox de mon système, comme d’ailleurs Facebook et autres modernités suspects.

        Malheureusement je ne puis tout exclure...

        De plus, mon âge avancé s’accommode mal de tout ce qui complique inutilement la communication entre interlocuteurs de bonne foi, ce qui ne semble être le cas, ni de Firefox, ni de certains webmasters, ni des concepteurs d’interfaces en général !

        Mais encore une fois, merci pour votre information.

        Bonne journée à vous


      • Sarah Sarah 12 septembre 2015 14:13

        « En général, dans une situation de crise, la meilleure réponse est toujours de donner plus de liberté aux affaires. C’est la direction dans laquelle nous allons nous engager, mais en même temps, cela n’évitera pas des mesures ciblées de soutien pour des secteurs industriels spécifiques, le marché du travail et le secteur social. »


        Le gouvernement français fait le contraire : plus il y a pénurie, plus il réglemente, aggravant encore la pénurie.

        Constatant cela, il règlemente encore plus, prend des « mesures » encore plus contraignantes et restrictives pour faire croire aux électeurs « qu’il fait quelque chose » et ainsi de suite.


        • Sarah Sarah 12 septembre 2015 14:15

          Inversement, contrairement aux Russes, il laisse vendre ou démanteler des secteurs-clés de l’industrie, aggrave le chômage, dégrade les vrais services publics et mène une politique anti-sociale.


          Quand aller-vous, enfin, vous guérir de l’RPS (l’Herpès en ajoutant les voyelles) ?


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 septembre 2015 15:09

          @Sarah
          La Russie n’a pas ineffable avantage d’être dans notre belle Europe de la prospérité...
           


        • christophe nicolas christophe nicolas 13 septembre 2015 18:37

          @Sarah


          La libéralisation pour laisser les gens créatifs entreprendre est une bonne chose et cela est faisable lorsqu’il y des règles du jeu honnêtes et applicables ce qui demande une régulation par les frontières. L’assistanat est la conséquence d’un libéralisme mondialiste qui est de fait l’internationale socialiste. Si vous créez des conditions qui tuent les gens, vous êtes obligés de les assister.

          On ne peut pas raisonner « libéral ou socialiste » sans parler des frontières qui fixent les règles du jeu sinon il se crée des inversions de raisonnement. Un pays très protégé par ses frontières peut être très libéral, c’était l’ancien modèle des USA.

          L’internationale socialiste est un modèle où 95% des gens finiront en assistés comme ça, ils accompliront leur vieux rêve de rééduquer la pensée. Ca rejoint Rockefeller qui avait construit un monopole, les ententes globales dans les affaires n’étant que du socialisme déguisé.

          Evidemment plein de gens veulent une chose et construisent l’inverse parce que beaucoup de nos dirigeants pratiquent la langue de bois.

        • France Europe République Fabien de la Beauce 12 septembre 2015 14:25

          Vladimir Poutine, un homme d’état visionnaire et patriote, il est la chance de la Russie. Des hommes de cette trempe n’existent plus en France depuis la mort de De Gaulle !


          • krapom.deviantart.com krapom.deviantart.com 12 septembre 2015 16:43

            @Fabien de la Beauce
            Je n’irais pas jusqu’à dire « la chance », mais il est certain que sans lui le pillage du pays aurait continué et les files d’attente devant les commerces se seraient plus encore allongées - pour la plus grande joie du monde Occidental et des Alcooliques Anonymes...


          • doctorix doctorix 12 septembre 2015 21:12

            @krapom.deviantart.com

            On peut ajouter que sans lui, nous serions probablement lancés dans une guerre nucléaire contre l’Iran.
            Personne ne mérite davantage le Nobel de la Paix (qui pour une fois serait pleinement justifié).

          • Thucydide Thucydide 14 septembre 2015 08:55

            @krapom.deviantart.com

            Il aura donc bel et bien été la chance de la Russie, parce que l’arrêt du pillage économique et l’amélioration des conditions générales de vie ne sont pas des fatales calamités.
            Si vous faites allusion au relatif autoritarisme de sa pratique de gouvernement, là aussi il faut bien comprendre que la gabegie Eltsinienne nécessitait un sérieux coup de frein...
            Laissons ce pays reprendre sa route en passant calmement ses vitesses : ce serait dommage qu’il cale.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 septembre 2015 15:19

            Pour la Syrie, il faut noter dans ses réponses des phrases que nous n’entendons plus depuis bien longtemps en France : « Nous devons rétablir l’économie de ces pays et de leur sphères sociales. C’est seulement en respectant leur histoire, les traditions et la religion de ces peuples et de ces pays que nous pourrons rétablir leur souveraineté et leur fournir un soutien économique et politique.
            Si nous unissons nos efforts dans toutes ces régions nous aurons des résultats positifs ».


            Comprenons : la Coalition anti Daesh n’arrive à rien car sa politique est erronée.
            Il avait prévu ce qui est en train d’arriver. Poutine va donc proposer aux Nations Unies son plan pour aider ces nuls à combattre Daesh : une coalition internationale avec la Russie, la Chine et l’ Iran pour appuyer l’armée syrienne...

            Il faut souhaiter que ce plan fonctionne, que la paix revienne au Moyen Orient et que tous ces réfugiés puissent rentrer chez eux.

            • Lucide bdpif@laposte.net 12 septembre 2015 17:05

              @Fifi Brind_acier



              Si les millions de refugiés SYriens voulaient rentrer chez eux, sous la coupe du regime Assad, il leur suffisaient de changer de région dans leurs pays et d’aller dans les zones controlés par Assad. S’ils ne le font pas, c’est qu’Assad est aussi boucher que Daech.

              Il faut abbatre le regime Assad avec Daech pour qu’ils puissent rentrer chez eux.C est d’une logique implacable



            • Lucide bdpif@laposte.net 12 septembre 2015 17:17

              @bdpif@laposte.net


              Un peu de lecture fifi



            • leypanou 12 septembre 2015 19:51

              @bdpif@laposte.net
              C’est vrai, cela a très bien marché pour la Libye.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 septembre 2015 21:08

              @bdpif@laposte.net
              Z’avez raison, non seulement Assad tue son propre peuple, mais en plus, ceux qui sont encore vivants votent majoritairement pour lui..., y compris ceux qui sont à l’étranger. Les Syriens sont masos en somme.


              Vous devriez lire autre chose que Médiapart, il fait de très bonnes enquêtes en France, mais sur les théâtres de guerre, ses journalistes ne voient pas plus Daesh que la Coalition..., cela s’appelle « une myopie sélective ». 

            • doctorix doctorix 12 septembre 2015 21:25

              @bdpif@laposte.net

              Interprétation partiale.
              Les gens qui quittent les zones occupées par Daesh n’ont pas envie d’aller dans une région plus sure actuellement mais qui risque à tout moment d’être envahie par les mêmes coupeurs de tête qu’ils fuient. De plus, l’embargo et l’insécurité font que Damas a des problèmes graves d’eau, de nourriture, de médicaments : pas un endroit de rêve.
              Il ne faut surtout pas abattre le régime d’Assad, et il faut surtout remettre en question toutes les calomnies qui circulent sur son compte.
              Regardez ce qu’on vous a dit sur Poutine, et observez comment les opinions sur sa personne se retournent actuellement. Ne servez pas la soupe aux propagandistes désinformateurs.
              Ouvrez les yeux et résistez !
              Ceci pour le cas où vos opinions ne seraient pas rémunérées, parce que de tels personnages existent, si, si...

            • Yanleroc Yanleroc 13 septembre 2015 03:27

              @Fifi Brind_acier

              Bonjour Fifi
              Pour que ce plan fonctionne il ne reste plus que les US veuillent bien rentrer dans cette nouvelle coalition donc, et s’ allier dans un bel éclair de lucidité contre le terrorisme et DAESH, et ceci au plus vite, puisque la solution est tellement limpide.
              Mais le Complexe Militaro-Industriel US et la Grande Finance n’ ont sans doute pas intérêt à ce que le Terrorisme prenne fin.Il n’y a d’ info que celle là !
               Poutine le sait, et dans ce cas, cet espoir d’ alliance contre nature n’ est qu’ un espoir.
              Les US feront traîner, sous la pression des Intérêts Mondialistes Parasites et DAESH continuera de gagner du terrain en Syrie malgré le travail des diplomates et « spécialistes » de Poutine. 

               Si les US se désistent dans les conditions de l’ accord, Poutine et les Chinois auraient le choix entre prendre les choses en main avec ses alliés au Moyen Orient sans l’ OTAN.. 
              ou laisser s’ installer le Chaos en Europe, espérant que l’ Amérique soit « contaminée », 
              c-a-d que les peuples se soulèvent et se rebellent, tout comme il l’ espère et le souhaite en Ukraine.
              Je ne le vois pas intervenir sans y être forcé, je le vois plutôt attendant sagement , prêt au prochain coup d’ échec, la conscience tranquille (si je puis dire), de voir la suite, il le dit.
              Les US sont clairement désignés comme responsables mais il me semble qu’ il en appelle plus à la Conscience des Peuples, qu’ à leurs Hauts dirigeants. En poussant plus loin, on pourrait dire qu’ il en appelle à la Révolte des Peuples Indigènes et souverains occidentaux, et pour pousser encore , je dirais que nous aussi ! Pour m’ enfoncer je dirais que les ET eux mêmes en appellent à la prise de conscience des peuples. N’ oublions pas que Poutine a menacé les US de dévoiler les dossiers Ovni ...

              Cette nouvelle coalition peut-elle vraiment voir le jour ?.. Car cela voudrait dire forcément que les plus grandes puissances mondiales alliées ne peuvent pas, ne pas réussir, non plus à lutter contre, mais à éradiquer définitivement le Terrorisme.
              Je ne pense pas que Poutine soit naïf à croire que les Impérialistes Américains vont lâcher le morceau facilement, et tout ça peut traîner .Et traîner c’est continuer..Qu’ en pensez vous ?


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 septembre 2015 09:09

              @bdpif@laposte.net
              Mais c’est bien sûr ! Daesh est au nord de la Syrie, qu’ils aillent donc au sud !
              Refaire sa vie en plein désert syrien, c’est super fastoche...
              Si vous voulez voir à quoi cela ressemble, voilà quelques photos.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 septembre 2015 09:12

              @Yanleroc
              Sauf si les Russes ont gardé leur avance technologique en matière d’armement...
              J’ai mis un commentaire plus haut sur ce sujet.


            • Lucide bdpif@laposte.net 13 septembre 2015 11:43

              @Fifi Brind_acier


              J’ai trouvé très jolie le sphotos que vous m’avez mises, avec les petits chameaux et les palmiers. Effectivment, ce sont des photos de désert. Qui n’ont aucuns rapports avec le sujet.

              Refaire sa vie ne Désert Syrien pour les réfugiés ? Je vous invite plutôt à regarder la réalité avec le camps de Zaatari, qui est carrement devenu une ville avec plus de 600 000 réfugiés

              Apparement, la grande majoritée des syriens fuieraient les massacres du régime Assad, soutenu par la Russie, depuis 3 ans, et les massacres de de daesh depuis 1 an environ. Il n’y a qu’une poignée d’internautes sur le net, qui se compte par Dizaine, qui affirment eux, qu’ils ne fuient pas ASSAD. 

              Qui croire ? Les 99,9999 % de refugiés qui affirment que Aassad est bien un dictateur sanguinaire qui massacre sa population, ou alors, une poignée d’internautes installés sur un canapé à Paris qui eux affirment le contraire ? Le choix est cornelien




            • Yanleroc Yanleroc 13 septembre 2015 11:59

              @Fifi Brind_acier

              Que les Russes soient capables de tenir tête aux US dans un combat technologique ne fait pas de doute mais comment poutine peut-il espérer une coalition internationale sachant que  « comme l’a précisé un porte-parole de la Maison Blanche ce week-end, ses actions en Syrie ne seraient acceptables que si elles étaient subordonnées aux objectifs de Washington et de sa « coalition ». Washington n’a toutefois manifesté aucun intérêt à intégrer la Russie dans ce front impérialiste. ». Donc c’ est un vœux pieux.Est-ce que pour autant que Poutine désire s’ engager plus avant même s’ il poursuit son aide à la Syrie..

            • Yanleroc Yanleroc 13 septembre 2015 12:51

              @bdpif@laposte.net
              Poutine affirme aussi que les réfugiés ne fuient pas Bachar mais l’ EI, 

              et avec lui, « une poignée » de Russes..combien en pourcentage ?! .

              Les réfugiés de Zaatari ne pourraient-ils pas créer petit à petit une Autre ville sur leur camps avec l’ argent des occidentaux, cela coûterait certainement moins cher que des charges nucléaires.Le reportage montre qu’ ils en seraient capables.Pourquoi voudraient-ils tous alors migrer vers l’UE, d’ autant que les peuples européens résistent à cette « invasion ».Poutine aussi tient à l’Intégrité culturelle des peuples (les réfugiés ne sont pas un peuple d’ accord), et il est clairement contre le NOM mais je crois plutôt qu’ il attendra que les Impérialistes se tirent une balle dans le pied ! 

            • Parrhesia Parrhesia 13 septembre 2015 14:01

              @bdpif@laposte.net

              Dans votre logique implacable, vous avez comptabilisé beaucoup de reflux migratoires parmi les populations qui, à tort ou à raison, se sont installées dans l’actuel hexagone depuis 466 ?

              Si oui, merci de nous les signaler. Cela sera sans aucun doute susceptible de modifier notre point de vue.


            • Lucide bdpif@laposte.net 13 septembre 2015 14:24

              @Yanleroc

              « Poutine affirme aussi que les réfugiés ne fuient pas Bachar mais l’ EI, et avec lui, « une poignée » de Russes.. » 


              Et bien, je crois savoir pourquoi !!!!! En fait les medias Russes ne mentionnent jamais que Assad lance des bombes sur son peuple, et mene une tyrnaie sans som, assassinant femmes, enfants et rebelles en masse. C’est pour cà que Poutine n’est pas au courant !!!!! 

              Pour ne pas froisser le monsieur, je pense qu’il faudrait interdir aux refugiés et aux medias mondiaux de parler de ce que fait Monsieur Assad !!!! Ainsi, le secret serait bien gardé !!!!

              (Ou alors vous nous prenez royalement pour des cons dans vos explications, c’est une possibilité aussi)

            • elpepe elpepe 13 septembre 2015 14:49

              @bdpif@laposte.net
              votre lien ne prouve rien du tout vous etes d une totale malhonnete intellectuelle
              Biensur il existe une opposition a Bassar, comme en France il existe une opposition a ce gouvernement qui ruine son propre pays, lui fait prendre des risques considerables en matiere de terrorisme et appauvrit ces populations en permettant une immigration massive
              Pour autant cet opposition preferent rester a ecrire et essayer d eduquer des gens comme vous en restant sur leurs cannapes plutot que de prendre les armes, et tirer sur tout, la France est encore et heureusement un pays de droit, et les populations chretiennes non violentes comme moi
              Avec des gens comme vous et les cretins au gouvernement il est bien possible que ca ne soit plus le cas ds le futur .... merci pour votre obscurantisme


            • Croa Croa 13 septembre 2015 15:07

              À bdpif@laposte.net
              Médiapart n’est guerre plus fiable que les autres médias autorisés. Perso j’ai essayé mais il y a belle lurette que je ne suis plus abonné.
              En ce qui concerne le calvaire syrien écouter plutôt cet avocat !
               


            • Croa Croa 13 septembre 2015 15:16

              À bdpif@laposte.net « Les 99,9999 % de refugiés qui  »...
              PASSENT À LA TÉLÉ ?
              Effectivement c’est là paroles d’évangile !  smiley smiley smiley smiley


            • Lucide bdpif@laposte.net 13 septembre 2015 17:11

              @Croa


              Ha moi, je ne sais pas hein ? Je cherche à comprendre .... Je suis dans la plus complète confusion

              D’un coté : Des millions de refugiés qui passent à la télé, radio, photos, qu’on voit débarquer sur nos plages, et ce depuis 4 ans et qui affirment qu’assad est un boucher qui bombarde sa population

              Et de l’autre coté, depuis 3 mois, une poignée de 10 francais et les medias russes qui affirment que c’est faux, enfin eux ils affirment pas que c’est faux, ils en parlent pas ....

              Que choisir ? A moins que les millions de refugiés mentent et soient des agents de la cia, que pendant la nuit, les reptiliens russes arretent le temps histoire de réécrire tout les témoignages contre Assad, ce qui est probable aussi et rendrait plausible vos témoignages pacifistes=

              (OU alors vous nous prenez royalement pour des cons, c’est possible aussi)


            • Lucide bdpif@laposte.net 13 septembre 2015 17:15

              @elpepeicles


              Ha bon ? Il existerait une opposition à Assad ? VOus êtes sur ? Je cherche dans les commentaires et les articles d’agoravox personne n’en parle .....

              Mon petit doigt me dis que c’est peut être possible et que cà expliquerait la guerre civile. 
              Merci pour votre role d’education populaire, c’est très gentil. Un peu concon, si vous n’etes pas rémunéré par la russie, mais c’est tout à votre honneur. Eduquez nous, on attends que cà, mdr

            • Lucide bdpif@laposte.net 13 septembre 2015 17:45

              @Croa


              J’ai regardé ton lien Croa, l’avocat qui parle est l avocat egalement d’ Alain Soral. Il fait partie du reseau voltaire, donc c’est l’ équipe à Meyssian. Donc je regarde meme pas le lien, c’est du 100 % connerie assuré.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès