Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Inventaire du contre-Printemps des Islamistes tunisiens [2/11]

Inventaire du contre-Printemps des Islamistes tunisiens [2/11]

Remarque préliminaire

Cet Inventaire est publié en onze Volets, numérotés de [1/11] à [11/11], dont l’ordinal et l’intitulé de chacun sont mentionnés dans le Sommaire qui suit, avec, à chaque fois, la mention du Sommaire et des Liens des Volets publiés.

Sommaire

1. Principale proposition discriminatoire relative aux Droits de la Femme dans le Projet de la future Constitution :

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/inventaire-du-contre-printemps-des-122196

2. Deux petits textes qui tombent à pic : " Le féminin dans le masculin, le masculin dans le féminin " d’Edgar Morin et " La femme est un simple objet sexuel" de Rached Ghannouchi

3. Mainmise sur les Rouages de l’État et les Médias Publics

4. Appel à mes Compatriotes de Tunisie et d’ailleurs 

5. Un cocktail de leurs forfaits

6. Des Ministres singuliers

7. Lundi 9 avril 2012, Lundi noir du Printemps Tunisien

8. Des Systèmes Administratif, Policier et Judiciaire binaires

9. Ah ! avec les Islamistes, qu’il fait bon d’être Franco-Tunisien de ce côté de la Méditerranée !

10. Un discours Caméléon

11. Supplique de tous les jours

***

2. Deux petits textes qui tombent à pic : " Le féminin dans le masculin, le masculin dans le féminin " d’Edgar Morin et " La femme est un simple objet sexuel" de Rached Ghannouchi

a. Une « Épreuve de Commentaire de Texte » au choix à l’attention de nos Constituants

Le premier petit texte, reproduit ci-dessous, est un extrait du dernier livre d’Edgar Morin, intitulé "La Voie-Pour l’avenir de l’humanité"et paru, chez Fayard, en 2011 :

"Nous devons savoir que chaque sexe porte en soi de façon atrophiée, récessive ou latente, la présence de l’autre sexe. Ainsi l’homme a conservé des tétons, et le clitoris féminin est un pénis réduit. Il ne saurait être question de dépasser le masculin et le féminin dans un quelconque unisexe, mais plutôt de compléter la tendance à l’égalité homme/femme par l’accroissement, chez l’homme, de caractères propres à la féminité (soins et tendresse), et, chez la femme, de caractères propres à la masculinité (carrières de responsabilité et d’autorité). Si la différenciation (génétique ? culturelle ?) entre les hémisphères cérébraux a développé dans l’hémisphère dit masculin les qualités d’analyse et d’abstraction et, dans l’hémisphère dit féminin, les qualités d’intuition et d’appréhension globale, hommes et femmes détiennent les deux hémisphères, et l’idéal serait d’associer le sens de l’abstraction et de l’analyse à celui de l’intuition et du global dans un plein emploi commun des « deux sexes de l’esprit »(…) Ce sont les femmes qui, dans un monde de mâles dominants, brutaux et bornés, ont sauvegardé la douceur et la tendresse. D’où la justesse de la parole d’Aragon : « La femme est l’avenir de l’homme », en ce sens que c’est toute la civilisation humaine qui doit intégrer les potentialités d’amour et d’affection du féminin. (…) En outre, à notre époque où les connaissances sont de plus en plus dispersées, compartimentées, les femmes sont peut-être mieux placées que les hommes pour saisir la complexité des grands problèmes de la vie personnelle et collective. ".

Quant au second petit texte, reproduit ci-dessous, il s’agit d’un extrait du livre de Rached Ghannouchi, intitulé " Entre le Coran et la réalité des Musulmans ", qui a été cité par "Al Maghrib", un quotidien tunisien de langue arabe :

"La femme est un simple objet sexuel. La différence entre les deux sexes repose, essentiellement, sur les fonctionnalités sexuelles, et les spécificités de la femme tournent autour de ses fonctions sexuelles (…) Chaque spécificité de la femme a un lien avec sa fonction sexuelle ou est le résultat de cette fonction, essentielle chez la femme et qui est le fondement de la nature féminine, alors que toute autre caractéristique reste secondaire, tout aussi fondamentale soit-elle » (sic).

Afin d’enrichir les débats qui vont se dérouler en séance plénière, concernant la discussion du Projet de notre future Constitution, qui a été arrêté par les diverses Commissions, et, principalement, sa partie relative à la Femme, je propose ces deux textes comme une « Épreuve de Commentaire de Texte » au choix à tous nos Constituants, et ce, avant que l’Assemblée Nationale Constituante n’entame lesdits débats. À cet effet, et à l’attention de ceux parmi eux qui ne sont pas initiés à la Pensée Islamiste, je vais rappeler succinctement, dans le prochain paragraphe, l’origine doctrinale Islamiste du troc de la Complémentarité contre l’Égalité, troc qui conduit à l’Équité Islamiste inégalitaire.

b. L’Équité Islamiste ne peut être qu’inégalitaire

Pour les Islamistes, la Complémentarité biologique des sexes de la Femme et de l’Homme induit, nécessairement, des destinées sociales et culturelles différentes et, donc des droits et des devoirs spécifiques différents qui ne sont, en aucun cas, similaires, identiques aux deux sexes. Et, par suite, cette différence biologique induit une différence dans les droits et devoirs, droits et devoirs pris par référence à la justice convenue : C‘est ça "l’Équité Islamiste" des sexes, et ce, à l’instar de ce qui se passait aux États-Unis d’Amérique, à l’époque ségrégationniste, et en Afrique du Sud, à l’époque de l’Apartheid, où la différence biologique de peau des citoyens blancs et des citoyens noirs induit une différence dans les droits et devoirs, droits et devoirs pris par référence à la justice convenue. À l’instar, aussi, de ce qui se passe, aujourd’hui, en Israël et dans les Territoires Palestiniens Occupés où la différence ethno-culturo-spirituelle entre les citoyens juifs et les citoyens arabes induit une différence dans les droits et devoirs, droits et devoirs pris par référence à la justice convenue. Pour ce dernier point, j’invite le lecteur à consulter mon Article, intitulé " L’Etat d’Israël et la pratique de l’Apartheid ", paru sur le Lien :

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/l-etat-d-israel-et-la-pratique-de-80085

Autrement dit, pour les Islamistes, la différence biologique des sexes ne conduit pas, en matière de droits et devoirs, à l’ Égalité des sexes, mais à l’ Équité, considérée par référence aux principes de la justice, convenue, commune, qui, basée sur la différence sexuelle, maintient et reproduit la Complémentarité des sexes dans la division sexuelle du travail, la répartition sexuelle des tâches, des responsabilités,… Ainsi, pour les Islamistes, à chaque sexe son statut, son rôle, donc ses droits et devoirs, considérés par référence aux principes de la justice convenue, commune, qui sont, pour chaque sexe, les droits qui lui sont garantis par la Sharia (on y vient ) et les devoirs que lui impose la Sharia. Comme exemple caractéristique, le devoir de docilité est imposé aux femmes et non aux hommes, ce qui implique que, pour l’Équité Islamiste, la violence et le viol conjugaux, commis par l’époux, n’existent pas ! Mais, la Sharia est un ensemble juridique fluctuant, dans l’espace et dans le temps, dont la conception, l’interprétation et les applications ne font pas l’unanimité, et ce, même au sein des pays qui ont adopté la Sharia comme mode de gouvernance, compte tenu du fait que toutes les questions juridiques, dans son cadre, relèvent de l’Ijtihad (l’Effort Spirituel Individuel).

Ainsi, pour les Sunnites, il existe quatre écoles juridiques qui ne s’accordent pas sur des points importants. Quant aux Shiites, il suffit de se rappeler du cas de l’Ayatollah Khomeiny qui a interdit le contrôle des naissances, au nom de la Sharia, au début de son pouvoir, et qu’il l’a légalisé, toujours au nom de la Sharia, à la veille de sa mort. Aussi, la Sharia, qui attribue, déjà, à priori, des droits et devoirs inégalitaires aux femmes et aux hommes, ne peut assurer, non plus, l’Équité entre les personnes de même sexe au sein de la Oumma Islamique.

D’ailleurs, comme l’a noté Sadakat Kadri dans son Livre (" Heaven on Earth-A Journey Through Shari'a Law from the Deserts of Ancient Arabia to the Streets of the Modern Muslim World ", Farrar, Straus and Giroux, New York, 2012), c’est le Sultan Mehmet II, que l’Histoire a retenu pour avoir conquis Constantinople en 1453, qui initia l’écriture du premier Code Juridique Islamique, basé sur la Sharia, c’est-à-dire huit siècles après l’avènement de l’Islam ! En outre,Il n’a jamais existé de consensus autour de la définition du terme Sharia, alors, comme on le verra au paragraphe d. ci-dessous, qu’il existe un consensus autour de la traduction de ce terme en français

En conséquence, il apparaît, d’après ce qui précède , que la Sharia est une œuvre purement humaine, hautement fluctuante, dont le terme qui la désigne est indéfinissable, constatation qui m’a conduit à affirmer que « La Sharia est obsolète » et inviter à sortir « l’Ijtihad des oubliettes », lui qui « fait de chaque croyant un potentiel exégète », pour le libérer de «  sa pratique désuète », comme je le mentionne dans mon petit Poème intitulé « Ma Profession de Foi » paru sur le Lien :

http://www.legrandsoir.info/ma-profession-de-foi.html

Ce petit Poème, composé il y a plus d’un an, m’a été inspiré par la déclaration suivante : « la polygamie est l’un des principes fondamentaux du programme à venir du mouvement Ennahdha. Nous défendons ce droit et cette liberté préservée en Islam. Nous sommes déterminés à introduire ce droit à la constitution tunisienne », déclaration, parue sur le Journal en Ligne « Investir En Tunisie », qui a été attribuée (faussement, semble-t-il) à Samir Dilou, aujourd’hui, Ministre des Droits de l’Homme et de la Justice Transitionnelle et Porte-parole du Gouvernement de la Troïka, et, à l’époque, Porte-parole du Parti Islamiste d’Ennahdha. Samir Dilou a, par la suite, opposé à cette déclaration un démenti, publié le 1er juin 2011et reproduit dans le Lien ci-dessous :

http://www.tixup.com/societe/7074-ennahdha-la-polygamie-est-un-principe-fondamental-a-inscrire-dans-la-prochaine-constitution.html

démenti où il a affirmé, en outre, que « Le Programme d’Ennahdha ne comporte pas le point de la polygynie (…) et s’il y aura une révision du Code du Statut Personnel, ce sera uniquement dans le but de renforcer les Droits et les Acquis de la Femme » (sic). Autrement dit, dans la logique du Parti Islamiste Tunisien, le troc de la Complémentarité et l’Équité contre l’Égalité constitue un renforcement des Droits et des Acquis de la Femme Tunisienne ! 

Dans tous les cas, quoique disent les Islamistes, cette Équité, déduite de la Complémentarité des sexes, ne peut être qu’inégalitaire et la femme y apparaît comme étant le noir des États-Unis d’Amérique et de l’Afrique du Sud ségrégationnistes ou le palestinien de l’Israël de l’l’Apartheid, étant donné que « la caractéristique essentielle de la pratique de l’Apartheid dans un pays est constituée par l’existence d’un système de lois dans lequel les groupes dominants et les groupes subordonnés ne disposent pas des mêmes droits ». Et, comme un prévenu en vaut deux, rappelons aux Islamistes Tunisiens que l’Apartheid est, d’après l’ONU, un Crime Contre l’Humanité, compte tenu de la « Convention internationale sur l’élimination et la répression du crime d’apartheid » [Article 2, Résolution 3068 (XXVII) du 30 novembre 1973], Convention mentionnée dans le Lien suivant :

http://www.un.org/fr/events/mandeladay/apartheid.shtml

c. Une « Épreuve de Commentaires de Texte » à l’attention du Cheikh Rached Ghannouchi

Quant au Cheikh Rached Ghannouchi, je lui propose comme « Épreuve de Commentaire de Texte » ou bien, ce qui est encore mieux, comme sujet du Prêche du Vendredi 16 août 2013, Semaine de la date du 57ème anniversaire de la promulgation du Code du Statut Personnel, ce sublime texte que j’aime beaucoup et que je ne peux m’empêcher de reproduire chaque fois que le sujet s’y prête :

« Nous ne faisons pas assez pour l’épanouissement des femmes. Les considérer comme étant seulement aptes à enfanter et allaiter peut nuire à notre prospérité, alors qu’elles ont d’énormes capacités que nous avons étouffées par la situation de dépendance dans laquelle nous les avons mises, et qu’elles peuvent contribuer efficacement à la vie de la cité.

N’oublions pas qu’elles constituent les deux tiers de l’humanité : si on laisse ces deux tiers vivre comme des plantes ou vivre en parasite sur le compte du tiers restant, cela ne peut que conduire nos cités à la ruine et au malheur
 ».

Il s’agit d’un texte d’Ibn Roshd (Averroès, 1126-1198) qui a été traduit par moi-même, et ce, à partir du livre de Khalil Charf-Eddine : « Ibn Roshd, al-shu‘aa al akhir », Dar al-Hilal, Beyrouth, 1988, texte qui montre qu’Ibn Roshd est, sans aucun doute, le précurseur de la Défense des Droits de la Femme.

d. Les termes Shariaet Ijtihad dans le Coran

Dans le Coran, la prescription qui prime sur toutes les autres est l’Ijtihad (l’Effort Spirituel Individuel), prescription qui peut être considérée comme étant le Sixième Pilier de l’Islam ; étant donné que c’est la prescription la plus omniprésente, à travers diverses formes, dans le Livre Saint, et ce, contrairement au terme “Sharia ”qui apparaît, dans tout le Coran, une et une seule fois, plus précisément dans le Verset 18 de la Sourate 45, et dans le sens de “Voie”,  Verset qui dit : “ ثُمَّ جَعَلْنَاكَ عَلَى شَرِيعَةٍ مِّنَ الْأَمْرِ ” (“Puis, Nous t’avons mis sur la Voie de l’ordre ” ). Quant à l’importance de l’Ijtihad dans le Coran, et, par suite, dans la vie du croyant, elle se justifie par le fait qu’en Islam, il n’y a ni Concile, ni Autorité Pontificale, ni Clergé, ni…, que seul Dieu sonde les cœurs et est seul juge de la relation qui l’unit aux hommes.

Il convient de rappeler que le terme“ Sharia ” est la transcription en caractères latins du terme coranique “ شريعة ” et de noter, dans ce contexte, que ce terme coranique est traduit, dans la quasi-totalité des Coran en langue française, par le mot “ Voie ”, dans un sens très proche de celui du mot « Voie » qui figure dans le titre du livre d’Edgar Morin, ci-dessus mentionné, et non par l’expression “la Religion”, “la Loi”, “la Loi Coranique” ou “la Loi Islamique ”,  comme on aurait tendance à le croire, fait que l’on peut vérifier dans la Liste des Coran en langue française, mentionnés en fin d’Article, traductions considérées par les spécialistes de la question, toutes cultures, toutes nationalités et toutes spiritualités confondues, comme étant les Traductions de Référence.

e. On a poussé la Sharia vers la porte et, par la grâce de l’Ijtihad des Islamistes, elle revient par la Fenêtre !

Comme il a été rapporté dans la chapitre précédent, le Parti Islamiste, par la voix de son Guide suprême, avait renoncé officiellement [sous la formidable mobilisation des Modernistes de tous bords, mobilisation qui s’est manifestée sous formes de rassemblements, sit-ins, articles, pétitions, tables-rondes, débats, interventions dans les espaces radiophoniques et audiovisuels,… ]de proposer, dans la future Constitution, la Sharia comme source obligée du Droit Tunisien. Cet abandon a été annoncé, par Rached Ghannouchi lui-même, le dimanche 25 mars 2012, lors d’un Meeting populaire, organisé par son Parti.

Mais, voilà, le mardi 4 septembre 2012, le groupe des Constituants Islamistes au sein de la « Commission des Instances Constitutionnelles » de l’Assemblée Nationale Constituante a présenté une proposition appelant à inscrire dans la Constitution un « Conseil Suprême Islamique », comme « Instance Constitutionnelle », proposition établissant, en réalité, une Autorité Religieuse Constitutionnelle jouissant d’un Pouvoir parallèle qui risque de mettre en péril l’essence même de l’État Civil et Moderne qu’est la Tunisie d’aujourd’hui, réticences qui ont été partagées par des Constituants non Islamistes, membres de ladite Commission. Mais, les Islamistes ont été épaulés par l’Universitaire et Théologien Hmida Ennaifer, un des fondateurs du Mouvement Islamiste Tunisien, qui a été invité par ladite Commission pour être auditionné au sujet de cette proposition. Hmida Ennaifer a défendu, dans sa prestation, cette idée d'inscription d’un «  Conseil Suprême Islamique  » dans la Constitution en affirmant que « L'Article 1 de la Constitution stipule que la Religion de l'État tunisien est l'Islam. Mais, nous ne disposons ni d'un référentiel islamique en Tunisie qui confirme le contenu de l'Article 1 de la Constitution, ni d'une Autorité Religieuse scientifique et historique » (sic).

Après discussion, et en raison de la difficulté à trancher cette question par un vote ou par consensus, les membres de la Commission se sont accordés, le jeudi 6 septembre 2012, pour soumettre à la séance plénière de l’Assemblée Nationale Constituante la question de l’inscription du « Conseil Suprême Islamique » dans la Constitution.

En vérité, il convient de dire qu’il n’est pas nécessaire d’être un expert en Droit Constitutionnel pour se rendre compte que la Constitutionnalisation d’un  "Conseil Suprême Islamique " revient à adopter la Sharia comme source obligée du Droit Tunisien.

En effet, il coule de source qu’une des prérogatives premières de ce Conseil serait de statuer sur la conformité des lois à l’Islam, comme l’a sous-entendu Hmida Ennaifar dans son audition. Or, pour les Islamistes, « il n’y a pas de différence entre l’Islam et la Sharia », d’après la déclaration, très officielle, deRached Ghannouchi rapportée au chapitre précédent. Donc, une des prérogatives premières de ce Conseil serait de statuer sur la conformité des lois à la Sharia : CQFD !

Et, ce serait alors au bon vouloir de ce  "Conseil Suprême Islamique " de spécifier de quelle Sharia il s’agirait ; qui plus est, comme il a été démontré ci-dessus, il existe une multitude de Sharias indéfinissables.

Dans ce cadre, l’Histoire a montré que la fluctuation, par essence, de la Sharia a conduit, plus d’une fois, à un Droit flou et à des Lois controversées. Par ailleurs, l’Histoire a montré, aussi, que par son instabilité, la Sharia s’accommode, parfaitement, de la surenchère dans les domaines social, politique et religieux , surenchère qui a été usitée, plus d’une fois, et qui peut l’être encore, plus que jamais, par des détenteurs obscurantistes d’un pouvoir s’autoproclamant gardien des valeurs morales et religieuses, pour imposer, constitutionnellement, leurs propres approches concernant, par exemple, le blasphème, les châtiments corporels, la polygynie, l’adultère, l’apostasie, et, plus généralement, les Droits et Libertés de la Femme, la Liberté de Croyance, d’Opinion, d’Expression, de l’Artiste, du Créateur,… ou bien alors, pour nous imposer, constitutionnellement, tout un modèle de société qui soit conforme à leurs dogmes liberticides et inégalitaires.

En conclusion, le but caché de la Constitutionnalisation d’un  "Conseil Suprême Islamique ", proposée par les Islamistes, est de faire de la Tunisie Plurielle, de l’Ouverture, de la Tolérance et du Bien-Vivre-Ensemble, carrefour, depuis trois millénaires, des Civilisations Universelles, non pas un "État de Droit", mais un "État de Fatwa" ; autrement dit : une "République Islamique de Tunisie".

……………………………………………………….......

[1] R.Blachère (Maisonneuve & Larose, Paris, 1980)

[2] J. Berque (Albin Michel, Paris, 1995)

[3] N.Bin Mahmoud (Dar El-Fiker, Damas, 1985)

[4] H.Boubakeur (ENAG/Editions, Alger, 1989)

[5] A.D.Boureima(Darussalam, Riyadh, 2000)

[6] M.Chiadmi (Editions Tawhid, Lyon, 2006)

[7] G.H.A. Fakhri (Publications Al Aalami, Beyrouth, 2000)

[8]A.Harkat (Dar El-Fikr, Beyrouth, 2003)

[9] S.E. Kechrid (Dar El-Gharb El-Islami, Beyrouth, 1984)

[10] R.R. Khawam (Maisonneuve & Larose, Paris, 1990)

[11] D. Masson (Editions Gallimard, Paris 1967)

[12] S. Mazigh (Les Editions du Jaguar, Paris 1985)

[13] A. Penot (Éditions Alif, Lyon, 2005)

[14] Zeinab Abdelaziz) (AMAM, Jamahiriya Arabe Libyenne…, 2002) ; à ma connaissance, c’est l’unique femme musulmane qui a traduit le Coran.

[15] Traduction Officielle du Royaume de l’Arabie Saoudite effectuée sous la responsabilité de la Présidence Générale des Directions des Recherches Scientifiques et Islamiques, de l’Ifta, de la Prédication et de l’Orientation Religieuse, conformément à l’Arrêté Royal N°19888 du 16/8/1400 H. Cette Traduction, la plus répandue chez les francophones non- arabophones, apparait, en réalité, comme étant une variante de celle de Blachère [1] qu’elle suit de très très près. Elle est, à ma connaissance, la plus fondamentaliste (par ses remarques et notes ajoutées au texte initial) et est diffusée, souvent sans mention de l’origine, par plusieurs Maisons d’Edition éparpillées à travers le Monde. Elle est identifiable par sa Note 1 de la Sourate 1. qui commence par : «  C’est la formule que prononce le Musulman au commencement de tout acte, se rappelant ainsi de son créateur et de son Guide et Lui demandant Son aide pour bien l’accomplir. Selon les commentateurs, il faut sous-entendre…  ».

Salah HORCHANI


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • Yves Dornet 11 septembre 2012 09:31

    Bonjour,

    @HORCHANI Salah,

    les citoyens juifs et les citoyens arabes induit une différence dans les droits et devoirs

    tout comme les citoyens Français et les citoyens Suédois ici.


    • partizzan 11 septembre 2012 12:34

      passe le chemin avec ta propagande islamique , donc tes mensonges (takya)
      tout ce que tu peux raconter est abrogé par d’autres versets


    • epicure 11 septembre 2012 17:27

      @Par subcommandante (xxx.xxx.xxx.63) 11 septembre 11:26

      c’est vrai que l’homme et la femme sont égaux dans l’islam :
      l’homme a droit a quatre femmes, et autant d’esclaves sexuelles qu’il veut/peux.
      la femme n’a droit d’avoir des rapport sexuels avec qu’un seul homme , son mari.
      dans de nombreuses situations, le coran instaure des droits différents entre l’homme et la femme, sur le seul fait de la différence sexuelle.

      de plus ces différences de droit montrent qu’en fait le coran considère l’épouse au même niveau que l’esclave sexuelle, et qu’elle n’est pas considérée comme l’égale de son mari.


    • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 11 septembre 2012 10:47

      @ Yves Dornet

      Bonjour,

      1. À ma connaissance, il n’existe pas de nationalité arabe, ni de religion française, ni suédoise, d’ailleurs !

      2. je parle, entre autres, des 1.500.000 arabes d’Israël qui sont des citoyens israéliens (qui ont la nationalité israélienne).

      3. « Au sujet de l’Apartheid appliqué par Israël dans les territoires palestiniens occupés, voir le livre de Jimmy Carter (Président des Etats Unis de 1977 à 1981 et artisan des « Accords de Camp David » qui ont établi la Paix entre Israël et l’Egypte)) intitulé « Palestine : Peace not Apartheid » (Simon and Schuster, 2006). Parmi les principaux faits que Jimmy Carter expose dans son livre, on peut citer les suivants :

      a. Le régime établi par Israël dans les territoires occupés est un système d’Apartheid comparable à celui qui a été érigé en Afrique du Sud.

      b. Plus de 100 postes fixes de contrôle militaire et encore beaucoup plus de postes de contrôle mobiles (lieux de vexations, de brutalités et d’humiliations) empêchent les palestiniens de circuler librement sur leur territoire et d’accéder à plusieurs villes en Cisjordanie. »  :

      Extrait de mon Article intitulé : « L’Etat d’Israël et la pratique de l’Apartheid » paru sur Lien :

      http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/l-etat-d-israel-et-la-pratique-de-80085

      et cité dans le Corps du Texte de mon Article d’aujourd’hui.

      Salah HORCHANI


      • philouie 11 septembre 2012 13:01

        À ma connaissance, il n’existe pas de nationalité arabe, ni de religion française, ni suédoise, d’ailleurs .

        Pas plus que de religion arabe.

        Les arabes qui vivent en Israël peuvent aussi bien être chrétiens ou juifs que musulmans.


      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 11 septembre 2012 14:46

        "L’État d’Israël n’attribue pas à ses citoyens palestiniens les avantages, les services et les opportunités qu’il attribue à ses citoyens juifs. En effet, dans un Rapport du Département d’État Américain, il est indiqué que le « gouvernement [israélien] n’a pas alloué de ressources suffisantes ou pris de mesures adéquates afin de fournir aux arabes israéliens la même qualité de services gouvernementaux ainsi que les mêmes possibilités d’emploi au gouvernement que celles fournis aux juifs« 

        Source :

        Country Reports on Human Rights Practices – 2003 : Israel and the Occupied Territories » ;

        http://www.state.gov/g/drl/rls/hrrpt/2003/27929.htm

        Salah HORCHANI


      • Yves Dornet 11 septembre 2012 21:06

        je parle, entre autres, des 1.500.000 arabes d’Israël qui sont des citoyens israéliens (qui ont la nationalité israélienne).

        reconnaissent ils cette nationalité ? reconnaissent ils officiellement Israël ?

        Nous avons en France des « Français » (?) de papiers et d’allocs, tel merah, fofana...qu’en pensez vous ?


      • partizzan 11 septembre 2012 12:05

        vais-je apparaitre sans cœur si je dis qu la condition ds femmes en terre d’islam m’indiffère ? Car la discrimination et la légitimation de la violence envers la femme est inscrit dfans le coran (4:34-38 et dizaines d’autres) , finalement lorsqu’un femme se fait massacrer comme hier encore jusqu’à etre laissée pour morte cela me laisse de marbre. Chacun est libre de choisir son compagnon http://www.laprovence.com/article/a-la-une/assises-daix-pour-samir-islam-lui-appartenait

        Cette discrimination en cache une qui me concerne bien plus : celle de l’infériorité ds non musulmans . Dans un pays qui compte de plus en plus de musulmans , j’ai un devoir envers ms enfants , œuvrer pour inverser cette colonisation bien plus néfaste que celle d’israel


        • partizzan 11 septembre 2012 14:59

          vous moinssez « professeur » (sisi je vous ai vue passer ;) ) : le sort des non musulmans en terre d’allah vous indiferr don ? seule compte votre condition de femme (musulman...) ? plutôt égoïste. Mais prévisible
          ps : ici , on est en France. Remballez votre pleurnicheries sur Israël et la palestine , raconter ça sur un média fr à des français qui subissent VOTRE colonisation nous ramène à ds histoires poutresques/paillesques


        • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 11 septembre 2012 15:08

          @ partizzan

          Vous écrivez :

          1. « Car la discrimination et la légitimation de la violence envers la femme est inscrit dfans le coran (4:34-38 et dizaines d’autres) »

          2. « je ne voudrais pas jouer les trouble-fête Mme Horchani , mais il semble qu vous trichiez sur votre titre , vous n’etes pas professeur des universités à l’université de Bourgogne en tout cas » [Par partizzan (xxx.xxx.xxx.12) 11 septembre 13:39]

          En réponse :

          1. Ces douloureuses prescriptions, contraires aux Droits Humains ne sont pas caractéristiques du Coran (qui d’ailleurs, à divers endroits, les atténue), mais se trouvaient déjà, auparavant, dans les Écritures Saintes qui l’ont précédé. A titre d’exemple :

          Il est écrit dans la Bible :

          « L’homme qui couche avec un homme comme on couche avec une femme : c’est une abomination qu’ils ont tous deux commise, ils devront mourir, leur sang retombera sur eux » (Lévitique 20,13).

          « Si un homme épouse une femme, s’unit à elle et ensuite la prend en aversion, et qu’il lui impute alors des fautes et la diffame publiquement en disant : « Cette femme que j’ai épousée et dont je me suis approché, je ne lui ai pas trouvé les signes de la virginité »(…) Si la chose est avérée, et qu’on n’a pas trouvé à la jeune femme les signes de la virginité, on la fera sortir à la porte de la maison de son père et ses concitoyens la lapideront jusqu’à ce que mort s’ensuive (...) Si l’on prend sur le fait un homme couchant avec une femme mariée, tous deux mourront : l’homme qui a couché avec la femme et la femme elle-même (…) Si une jeune fille vierge est fiancée à un homme, qu’un autre homme la rencontre dans la ville et couche avec elle, vous les conduirez tous deux à la porte de cette ville et vous les lapiderez jusqu’à ce que mort s’ensuive » (Deutéronome 22,13-22-23).

          Salah HORCHANI
          2. Professeur des Universités (et non Professeure)


        • partizzan 11 septembre 2012 15:26

          où ai-je écrit « ProfesseurE » ? . Etant universitaire également ...
          Vous montez sur ce titre , j’ai la liste des PU de votre université ...
          Quant aux « arguments » évoquant l’ancien testament , vous êtes décidément de ceux qui pensent qu’une saloperie lu ailleurs justifie les saloperies du coran ?
          Ce serait oublier (mais je pense qu vous « oubliez simplement) que l’AT est un RÉCIT aux yeux des chrétiens , un témoignage ÉCRIT PAR LES HOMMES, et non livre »révélé« et considéré comme divin
          Tout ça commence à schlinguer l’hypocrisie et le mensonge islamiques , vous n’avancez qu’ainsi , jusqu’à transformer votre statut de chargé de TD en celui de »professeur"


        • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 11 septembre 2012 15:26

          Autre exemple de ces douloureuses prescriptions, mais du Deuxième Testament  :

          « .2. Je vous félicite de vous souvenir de moi en toute occasion, et de conserver les traditions telles que je vous les ai transmises.
          3. Je veux pourtant que vous sachiez ceci : le chef de tout homme, c’est le Christ ; le chef de la femme, c’est l’homme ; le chef du Christ, c’est Dieu.
          4. Tout homme qui prie ou prophétise la tête couverte fait affront à son chef.
          5. Mais toute femme qui prie ou prophétise tête nue fait affront à son chef ; car c’est exactement comme si elle était rasée.
          6. Si la femme ne porte pas de voile, qu’elle se fasse tondre ! Mais si c’est une honte pour une femme d’être tondue ou rasée, qu’elle porte un voile !
          7. L’homme, lui, ne doit pas se voiler la tête : il est l’image et la gloire de Dieu ; mais la femme est la gloire de l’homme.
          8. Car ce n’est pas l’homme qui a été tiré de la femme, mais la femme de l’homme,
          9. Et l’homme n’a pas été créé pour la femme, mais la femme pour l’homme.
          10. Voilà pourquoi la femme doit porter sur la tête la marque de sa dépendance, à cause des anges ».

          Source :

          Première épître aux Corinthiens, 11 : 2-10.

          Salah HORCHANI
          Professeur des Universités


        • partizzan 11 septembre 2012 15:34

          ma touche « e » dysfonctionne , lisez « lue » , « mentez » etc
          Une chose est certain , JAMAIS la France n’accorderait à une personne aussi médiocre que vous le titre de « professeur ». Quel vous le soyez au gabon ou en tunisie , est un autre problème , je considere l’achat d’un titre également dans un de ces pays...


        • partizzan 11 septembre 2012 15:39

          il n’existe pas such a « 2em testament » .. apprenez à utiliser google un pu mieux « professeur » plutot que d’étaler votre crasse ignorance en public
          Le Nouveau Testament , puisque j’imagine qu vous vouliez parler de ça , n’est pas plus « révélé » que l’Ancien .. Et vous continuez à puiser dans toutes les pires choses la justification du coran : cet ouvrage est donc la collection du pire de l’humanité ?
          Je vous prierai de déliner votre véritable titre universitaire en France , histoire que les lecteurs sachent


        • partizzan 11 septembre 2012 15:50

          à vos lamentations sur l’évolution de la tunisie vers l’islam j ne saurais que répondre
          « Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes. »
          Il y a 57 pays musulmans ,et aucune exception. Soit vous acceptez et revendiquez votre apostasie (et comme vous connaissez la physique quantique vous êtes de fait apostate de l’islam) , soit vos plaints sont irrecevables , aceptez la lo islamique , et surtout ccomprenez que Jésus n’a pas souaitz installer un « loi » chrétienne. La laïcité , l’égalité et les droits de l’homme , en filigrane dans les Évangiles , sont à l’opposé du message coranique. Les tentatives désespérées de « démocraties islamiques » en grimant atrocement les « démocraties chrétiennes » sont au mieux pitoyables...


        • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 11 septembre 2012 15:58

          Tiens, tiens, tiens si on clique sur :

          partizzan

          on trouve que toutes les contribution de cet(te) internaute, sur la Site d’Agoravox, se limitent à ses commentaires à mon Article d’aujourd’hui, étant donné qu’il vient de s’inscrire aujourd’hui-même sur le Site d’Agoravox : bizarre, bizarre, bizarre ! Comme dirait l’autre !

          Salah HORCHANI


        • partizzan 11 septembre 2012 16:09

          c’est censé être un argument , un réponse à
          Je suis inscrit sous le pseudo « partizan » sur ce forum http://www.bivouac-id.com/forum/index.php , je ne suis donc pas un cheveu sur un ciorba , ou je ne sais ce que vous essayez de sous entendre. Et effectivement , je me suis inscrit sur agoravox suite à la lecture de votre article. soyez en flattée. Vous devriez vous réjouir , je connais bien l’islam et la tradition . Je suis également un physicien . Et maintiens que vous n’avez RIEN publié sur le sujet dans des revues à impact factor . Et que vous n’êtes pas professeur des universités
          Vous savez , c’est délicat de s’inventer des titres


        • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 11 septembre 2012 16:40

          Autre exemple de ces douloureuses prescriptions, mais du Deuxième Testament et dans la bouche de Jésus même :

           « Quand à mes ennemis, ceux qui n’ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici, et égorgez-les en ma présence » (Lc:19, 27).

          Source :

          Dans l’Evangile selon Saint Luc, à la fin du passage connu sous le nom de « Parabole des mines »,

          Salah HORCHANI


        • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 11 septembre 2012 16:45

          Vous dites le Site « Bivouac », le Site considéré parmi les plus islamophobes de la Toile :

          Alors, monsieur (ou madame) « partizzan », qui s’est manifesté (e) sous d’autres cieux sous le pseudonyme de monsieur (ou madame) « gastounet », je vous dis bon vent et vous laisse bivouaquer avec vos phantasmes islamophobes, jusqu’à votre prochain changement de pseudonymes !

          Salah HORCHANI


        • partizzan 11 septembre 2012 16:58

          je répète , et ça risque de durer tant que vous trainerez vos mensonges :
          -« deuxième Testament » ça n’existe pas. Avant de vous lancer dans des discutions théologiques que vous ne maitrisez pas ,apprenez au moins qu’on dit « Nouveau Testament » , à l’imag de la Nouvelle Alliance que Jésus apporte aux hommes
          -« islamophobie » ? désolé , je ne sais pas ce que ça signifie. Je retrouve une « définition » de ette invention par les islamistes qui veulnt imposer en terre non musulmane le délit de ritique de l’islam , or à preuve du contraire , ici dans mon pays , la ciritque de l’islam est permise. Salutaire même je dirais , pour qui est soucieux que les droits de l’homme restent resptés , car au cas où vous ne l’auriez pas remarqué ce n’est nulle part le cas en pays musulman , le coran définissant le non musulman comme un inférieur (statut de dzimmi)
          Libre à vous de défendre cet apartheid , libre à moi de souhaiter qu’en tant que femme vous subissiez rapidement les effets secondaires de l’islamisation de votre pays. Oui , je vous souhaite au plus vite la charia , et ne me générai pas pour pointer du doigt vos critiques à l’encontre ds islamistes. Vous pourriez bien finir en prison qui sait au train où vont les choses
          -je n’ai tjs aucune référence de vos travaux universitaires . Vous n’etes pas professeur des universités , et j’aimrais bien rire un peu en parcourant vos « travaux »


        • partizzan 11 septembre 2012 17:09

          encore un petit effort et google vous apprendra ce qu’est une Parabole
          Vous êtes totalement ignorante sur le sujet , et ne savez même pas que l’on dit « Nouveau Testament » et non « 2nd testament » ... alors pourquoi continuer de feindre vainement une quelconque connaissance sur le sujet par des renvois google pitoyables ?


        • epicure 11 septembre 2012 17:42

          @Par partizzan (xxx.xxx.xxx.12) 11 septembre 12:05

          donc au final, ce qui vous différencie des islamistes que vous critiquez, c’est juste une histoire d’étiquette, mais sur le fond vous partagez les islamistes et vous le même mépris pour la femme.

          En quoi la dénonciation de l’apartheid sexuel, est il contraire à la dénonciation de l’apartheid religieux ?

          Sauf à cacher la défense du sexisme chrétien ou juif.


        • partizzan 11 septembre 2012 17:52

          je suis simplement cohérent : les tunisiens veulent l’islam. Qu les femmes aient donc aussi droit aux prescriptions coraniques qui les concernent , puisqu’elles valent à peu près autant qu’un non-musulman
          La loi islamique est une abomination , un crime contre l’humanité . Mais cette contributrie d’agoravox semble acquiescer et simplement vouloir abrogation de ce qui concerne le traitement des femmes , et se montre indifférente au traitemnt des (rares) non musulmans qui n’auraient pas encore été chassés

          Donc oui , je souhaite un islam dans toute sa « splendeur » aux tunisien(ne)s , ils ont voté pour


        • partizzan 11 septembre 2012 18:00

          svp , pas d’argument de paille. Je ne méprise pas la femme , tout au contraire (je suis un vieux gentleman jamais pris en défaut sur ce terrain)
          Je ne méprise que la femme musulmane qui se plaint ... de quoi finalmnt ? de ce que la loi islamique prévoit pour elle
          Et arrêtez de ramener ce qu’en tant que chrétien je devrais penser. Un chrétien respecte avant tout les lois des hommes , c’est un enseignement évangélique majeur. Il n’y a pas de « loi chrétienne » , les traditions rapportés par la bible ne sont qu ça, des traditions. La bible n’est pas le oran , cad pas un livre à la prétention d’être révélé" et donc , base de loi
          On peut être chrétien et soumis à la loi des hommes (on DOIT meme), on n peut pas etre musulman et non soumis à la loi d’allah (charia)


        • epicure 11 septembre 2012 21:04

          @Par partizzan (xxx.xxx.xxx.12) 11 septembre 18:00

          tes deux premiers paragraphes se contredisent.
          Si tu était vraiment un gentleman, tu ne mépriserais pas la femme musulmane qui n’a pas choisie de naitre dans un pays musulman.
          SI tu respectait vraiment la femme, tu aurait de al compassion pour les femmes maltraités par les traditions « arabes » ou musulmanes.

          En fait le pire c’est que tu affirmes que tu n’as pas de compassion pour une femme qui n’a jamais choisie d’être soumise à un macho sexiste musulman, ce qui contredis tes prétentions.


        • partizzan 11 septembre 2012 21:32

          erreur d’interprétation. Je n’ai pas de compassion pour une musulmane qui se lamentent alors que l’origine de ses maux est .. l’islam lui même. C’est elle même qui se contredit , et plus pervers encore je souligne que ce n’est pas la discrimination des non musulmans qui la dérange dans l’islam , mais cell des femmes. Elle s’accommode d’un islam qui persécuterait les non musulmans à condition que sont statut de femme soit épargné. Hautement égoïste , c’est surtout pour ça que je ne m’associe pas à ses lamentations sélectives
          Ce qui je reconnais est une attitude peu chrétienne. Chacun ses faiblesses , je ne suis qu’un pêcheur


        • philouie 11 septembre 2012 13:16

          A vous lire, l’immense majorité de l’humanité - parce que quoique vous en pensiez la différenciation sexuelle reste la norme à peu près partout - vit sous le règne de l’apartheid.

          vous n’avez pas l’impression d’avoir l’excès un peu ridicule ?


          • partizzan 11 septembre 2012 13:39

            je ne voudrais pas jouer les trouble-fête Mme Horchani , mais il semble qu vous trichiez sur votre titre , vous n’etes pas professeur des universités à l’université de Bourgogne en tout cas


            • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 11 septembre 2012 15:59

              Tiens, tiens, tiens si on clique sur :

              partizzan

              on trouve que toutes les contribution de cet(te) internaute, sur la Site d’Agoravox, se limitent à ses commentaires à mon Article d’aujourd’hui, étant donné qu’il vient de s’inscrire aujourd’hui-même sur le Site d’Agoravox : bizarre, bizarre, bizarre ! Comme dirait l’autre !

              Salah HORCHANI


              • partizzan 11 septembre 2012 16:12

                qu’y-a-’il de « bizarre » ? je trouve bien plus louche une personne qui triche sur ses titres


              • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 11 septembre 2012 16:54

                Vous avez dit [partizzan (xxx.xxx.xxx.12) 11 septembre 16:09, ci-dessus] que vous êtes inscrit sur le Site « Bivouac », le Site considéré parmi les plus islamophobes de la Toile :

                Alors, monsieur (ou madame) « partizzan », qui s’est manifesté (e) sous d’autres cieux sous le pseudonyme de monsieur (ou madame) « gastounet », je vous dis bon vent et vous laisse bivouaquer avec vos phantasmes islamophobes, jusqu’à votre prochain changement de pseudonymes !

                Salah HORCHANI


              • partizzan 11 septembre 2012 17:04

                Et bien non , je ne suis pas « gastounet » et je le jure sur la bible , puisque vous pouvez vérifier qu je suis bien chrétien. Mais intéressant de vous voir acculée aussi rapidement sans argument depuis le départ , à vous lire au bout de3 messages supputer que tout islamophobe serait forcément le même individu (« gastounet » en l’occurrence)
                utiliser un concept d’islamiste (islamophobie) nous éclaire encore plus sur vous
                Et svp , retirez ce titre de « professeur des universités » que vous usurpez et souillez. Vous n’etes qu’une chargée de TD


              • blablablietblabla blablablietblabla 11 septembre 2012 17:26

                Alors vous vous êtes aussi givré que lui ,vous vous rendez compte ,vous vous inscrivez exprès pour lui porter la contradiction vous avez rien d’autres à foutre ? je pense que vous devriez consulter au plus vite vous aussi.


                Et lui il est pas mieux avec ses sourates ,évangiles , faut arrêter la moquette là, il doit être raide complètement !


              • partizzan 11 septembre 2012 18:08

                les « révolutions » arabes sont basées sur les sourates coraniques. Vous pouvez faire abstraction de ce fait et continuer de ne rien comprendre à la genèse de ces soulèvements (meme si initiés par des malhureux affamés)


              • epicure 11 septembre 2012 21:07

                @Par partizzan (xxx.xxx.xxx.12) 11 septembre 18:08

                non la révolution tunisienne n’était pas basée sur des revendications religieuses, mais des revendications politiques, sociales comme la démocratie, la liberté, la justice sociale etc...
                Et non pour l’instauration d’une censure religieuse ou de al perte des droits de la femme.
                Les islamistes sont montés dans le train de la révolution une fois qu’il était en marche.


              • partizzan 11 septembre 2012 21:33

                décidément vous n’êtes au courant de rien .. les islamistes ont été ELUS
                sisi , je vous assure


              • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 11 septembre 2012 19:17

                Que Vive la Solidarité Internationale de Universitaires, Intellectuels, Professionnels des Sciences, des Arts et des Lettres !

                Manifeste de solidarité avec le Professeur Kazdaghli et les universitaires tunisiens

                Il n’existe pas de synthèse accessible sur l’histoire de la Tunisie contemporaine comme on en dispose pour l’Algérie (Benjamin Stora, dans la collection « Repères » de La Découverte), pour la Turquie (Hamit Bozarslan, dans la même collection), ou pour le Maroc (Pierre Vermeren, idem). Cette lacune, alors même que la Tunisie fut pionnière dans le mouvement du « printemps arabe », ne permet pas d’apprécier à sa juste gravité ce qui se déroule aujourd’hui dans les universités tunisiennes. Une pétition vient d’être diffusée en France et dans le monde afin d’alerter sur les menaces consérables pesant sur les libertés académiques. La voici (dans la version longue de la note).

                Vincent Duclert

                « Manifeste de solidarité avec le Professeur Kazdaghli et les universitaires tunisiens »

                Ce Manifeste, qui a été initié par Robert Zittoun, Professeur émérite à l’Université Paris 6, sera rendu public (journaux, remise à l’Ambassadeur de Tunisie, ....) au mois d’octobre, peu avant le procès de Habib Kazdaghli, prévu pour le 25 octobre 2012. Il commence à circuler en France, en Europe et ailleurs, parmi les universitaires, les artistes, les cinéastes, les écrivains,....

                Pour adhérer à l’appel, il suffit d’envoyer un courriel à l’adresse e-mail du Professeur Robert Zittoun (robert.zittoun@club-internet.fr) en indiquant, votre : Nom, Prénom, Titre ou Fonction et Ville de Résidence, précédé de la Mention : « Je signe le Manifeste de solidarité avec le Professeur Kazdaghli et les universitaires tunisiens ».

                Voici quelques précisions sur le contexte par Marouane Ben Miled, enseignant à l’Ecole nationale d’ingénieurs de Tunis (http://www.enit.rnu.tn/), chercheur au Lamsin, associé au Ceperc, qui invite à signer le texte de solidarité ci-dessous. « Je ne sais pas si vous avez suivi les événements de la Faculté des lettres de la Manouba en Tunisie depuis la rentrée 2011-2012. Sitting violent, durant plusieurs mois, d’intégristes (dont la grande majorité n’est pas étudiante) qui ont insulté et menacé de mort des professeurs (notamment le doyen), parfois frappé ; défoncé des portes de classes ; empêché des cours de se tenir ; tabassé très violemment des étudiants (notamment pendant dix minutes deux types baraqués se relaient pour donner des coups de pieds sur les parties génitales d’une jeune étudiante) ; mise à sac du bureau du doyen ; remplacement du drapeau tunisien du fronton de l’établissement par un drapeau noir avec une inscription religieuse (drapeau faussement attribué au Prophète) etc. (Moins violent, d’autres événements du même type ont eu lieu dans d’autres établissements d’enseignement public). Le prétexte de tout cela était d’obliger l’administration et les professeurs à accepter que des étudiants puissent suivre cours et passer examens en étant voilés intégralement (on ne voit même pas les yeux). Refus du conseil d’administration et du doyen, qui acceptent néanmoins que l’on puisse circuler ainsi vêtu dans l’établissement mais pas pendant les cours. La complicité du gouvernement, avec ces actes, s’est exprimée par l’absence de réaction des forces de l’ordre malgré les appels du doyen et du conseil d’administration ; les prises de positions de plusieurs ministres, dont le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, qui ont affirmé systématiquement que la responsabilité des évènements revenait au doyen et aux enseignants-chercheurs etc. Ajoutons à cela que deux fils de ministres, dont celui de l’enseignement supérieur, étaient parmi les intégristes qui occupaient les lieux. Tout cela dans un contexte où l’enseignement public est remis en cause depuis la maternelle ; des écoles religieuses sont créées dans tout le pays ; la mosquée zitouna, vidée des théologiens et savants traditionnels par la force et remplacé par un illettré intégriste, ne se contente pas de redevenir un lieu d’enseignement, mais demande également les locaux de plusieurs établissements supérieurs. Tout cela en dehors de tout cadre légal. Aujourd’hui le Doyen de la Faculté de Lettres de la Manouba est traduit en justice au prétexte d’avoir agressé une étudiante, ce qu’il nie. Il n’y a aucun témoin de cette prétendue agression. Le Doyen risque une lourde peine de prison. »

                Manifeste de solidarité avec le Professeur Kazdaghli et les universitaires tunisiens

                Universitaires, intellectuels, professionnels des sciences, des arts et des lettres, nous soutenons les intellectuels tunisiens engagés dans la défense des libertés universitaires de leur pays. Nous partageons leur inquiétude, et sommes préoccupés par les pressions, provocations, et intimidations qui s’exercent à l’encontre d’universitaires dans l’exercice de leurs fonctions, et d’artistes exposant leurs œuvres. Nous avons été consternés d’apprendre que le Professeur Habib Kazdaghli, Doyen de la Faculté des Arts, des Lettres, et des Humanités de l’Université de Tunis-Manouba, est poursuivi devant les tribunaux et menacé d’une lourde peine de prison. Il est accusé d’avoir agressé une étudiante, alors que c’est lui qui a été victime d’agressions violant toutes les normes de conduite à l’égard d’un Professeur et d’un Doyen d’Université, avec des voies de fait confirmées par les nombreux témoignages qui nous sont parvenus. Nous exprimons notre pleine solidarité avec tous les universitaires, intellectuels et artistes qui défendent avec force et courage les valeurs des sciences, des humanités, et des arts. La liberté d’enseignement, de recherche et de création est une condition nécessaire à une vie universitaire et artistique dégagée de toute pression politique ou idéologique, et constitue une valeur universellement reconnue. Cette liberté est nécessaire au développement et au progrès de la société tunisienne, auxquels elle aspire pacifiquement.

                Premiers Signataires : Jean-Michel Baleyte, Professeur, Psychiatrie de l’enfant, Caen

                Patrick Baudry, Sociologue, Professeur des Universités, Bordeaux 3

                Sadek Beloucif, Médecin, Professeur Université Paris 13

                Philippe Bouchard, Professeur d’endocrinologie, Hôpital Saint-Antoine, Paris

                Danièle Brun, Psychanalyste, Professeur émérite de l’Université Paris-Diderot

                Claude-Arnold Boccara, Dentiste Paris

                René Bokobza, Ingénieur civil Paris

                Renato Bensasson, Chercheur CNRS-MNHN, honoraire

                Jean-Yves Cahn, Professeur, Clinique Universitaire d’Hématologie, CHU Grenoble

                Joel Ceccaldi, Hématologue des Hôpitaux

                Christiane Charmasson, Psychiatre-psychanalyste

                Geneviève Delzant, Professeur de Médecine Interne, Paris

                Patrick Donabédian, Professeur à l’Université d’Aix-Marseille

                Josué Feingold, Directeur de Recherche émerite Inserm

                Nicole Feingold, Chercheur de recherche Honoraire Inserm

                Arlette Fellous, Chercheur émerite, Inserm

                Marc Fellous, Professeur émérite, Hopital Cochin, Paris

                Eric Fiat, Philosophe, Université Paris-Est Marne-la-Vallée

                Sonia Gallico, Historienne, Rome, Italie

                Michel Geoffroy, Médecin, philosophe

                Roland Gori, Professeur émérite Université d’Aix Marseille, psychanalyste

                Corinne Haioun, Hématologue, Professeur faculté de médecine de Créteil

                Françoise Héritier, Anthropologue, Professeur Honoraire au Collège de France

                Norbert Ifrah, Président de la 47ème section du Conseil National Universitaire

                Albert Jacquard, Généticien, écrivain

                Axel Kahn, Généticien, Président honoraire de l’Université René-Descartes

                Malek Kamoun, MD, Professeur de pathologie, Philadelphie, USA

                Gabriel Laury, Psychiatre, New-York

                Dominique Lecourt, Philosophe, Professeur émérite à l’Université Paris Diderot

                Violette Lefi, Avocate, Maire adjointe chargée de la culture, Paris 12

                David Machover, Professeur de Cancérologie, Hôpital Paul-Brousse, Villejuif

                Daniel Martin, Consul Honoraire de la République de Vanuatu en France

                Bernard Noël, Écrivain

                Benoit Polack, Hématologue, Professeur au CHU de Grenoble

                Henri Rochant, Professeur émérite de la faculté de médecine de Créteil

                Simon Schraub, Cancérologue, Professeur émérite Université de Strasbourg

                Claude Seys, Psychologue clinicienne, Fréjus

                Didier Sicard, Président honoraire du Comité Consultatif National d’Éthique

                Jean-Jacques Sotto, Professeur émérite d’Hématologie, CHU de Grenoble

                Jean-Claude Soufir, Médecin, hôpital Cochin, Paris

                Salvatore Spezial, Dipartimento Storia Culture e Religioni, La Sapienza, Roma, Italie

                Gérard Socié, Médecin, Président de la Société Française d’Hématologie

                Françoise Valensi, Maître de Conférences-Praticien Hospitalier, retraitée

                Lucia Valenzi, Historienne, Université de Naples Federico II

                Robert Zittoun , Hématologue, Professeur émérite Université Paris 6

                Yasmine Zuily, Professeur émérite, Université Paris-Est, Créteil

                ...............................

                Source : Site de la Revue « La Recherche »

                http://larecherche.typepad.fr/le_blog_des_livres/2012/07/manifeste-de-solidarit%C3%A9-avec-le-professeur-kazdaghli-et-les-universitaires-tunisiens-.html

                ..............................

                Salah HORCHANI


                • Yves Dornet 11 septembre 2012 21:34

                  @Salah HORCHANI,

                  Je me demande vraiment ce que vient faire Israël au milieu de votre article. Mais peut être que c’est en fait le sujet de votre article ...

                  vous n’avez pas répondu à mon interrogation : 11 septembre 21:06


                  • partizzan 11 septembre 2012 22:08

                    l’antisémitisme -pardon , on dit antisionisme maintenant - se traduit de maniere obsessive par cette allusion récurrente à cette région du monde où l’intéressé n’a jamais mis les pieds
                    Autrement , le dit antisionistes préoccuperait bien plus d’un vrai situation de colonisation militaire : les turcs en Chypre
                    Mais si le monde diplomatique consacre 100 fois moins d’articles sur ce sujet , c’est bien que la politique colonialiste et d’apartheid des musulmans est « normale » , par contre les juifs ux doivent se laisser coloniser et détruire. Ils en arriveraient meme à hanger l’histoire et affirmer que ’est israel qui a refusé le partage et déclaré la guerre ...
                    Vous ne pourrez donc pas discuter avec cs personnes qui n’ont que la haine du juif comme motif


                  • Yves Dornet 11 septembre 2012 22:23

                    @partizzan,

                    Intervention de bon sens, argumentée, qui appelle l’auteur à rebondir...si possible, parce qu’apparemment ... il a disparu de son article. Un comble.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès