Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Iran : l’impatience se manifeste pendant que Téhéran nomme un nouveau (...)

Iran : l’impatience se manifeste pendant que Téhéran nomme un nouveau négociateur

Existe-t-il un lien entre la démission d’Ali Larijani, secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale de l’Iran et principal négociateur sur le dossier nucléaire iranien et la récente visite de Vladimir Poutine en Iran ? Certains observateurs seraient portés à le croire. Il convient de rappeler que Vladimir Poutine, lors de son entretien avec le guide suprême, avait formulé une suggestion pour sortir l’Iran de l’impasse. Le seul interlocuteur iranien qui ait annoncé cette nouvelle est bien Ali Larijani. « Lors de sa rencontre avec le guide suprême, M. Poutine a fait une suggestion particulière », déclarait Ali Larijani, sans donner plus de détails. « L’une des questions évoquées par cette suggestion, ce sont les affaires nucléaires que nous sommes actuellement en train d’examiner », s’était-il contenté de dire. À cette même occasion, M. Larijani avait annoncé qu’il allait rencontrer le diplomate en chef de l’Union européenne, Javier Solana, le 23 octobre à Rome pour discuter de la crise nucléaire.

M. Larijani a démissionné de son poste trois jours après le départ de Vladimir Poutine de Téhéran. Personne ne sait exactement en quoi consiste cette suggestion particulière de Vladimir Poutine au guide suprême. Ce qui ouvre la voie à de multiples spéculations. Javier Solana, qui doit négocier au nom des Six (France, Grande-Bretagne, Allemagne, États-Unis, Russie, Chine) a rencontré, à Rome, Saïd Jalili, le nouveau négociateur du dossier nucléaire iranien, responsable de moindre rang issu du ministère iranien des Affaires étrangères et proche allié du président Ahmadinejad. Ce même jour, mardi, Mahmoud Ahmadinejad était en Arménie. Il a à peine eu le temps de déclarer devant un groupe d’Iraniens résidant en Arménie que : « bien que nous soutenons les négociations, nous ne négocions sur nos droits avec personne car celui qui négocie sur ses droits est sûr d’en perdre une partie ». Il a écourté son séjour pour rentrer précipitamment à Téhéran. Il devait intervenir devant les députés à l’Assemblée nationale (parlement) arménienne et visiter le Mémorial du génocide arménien, « Dzidzernagapert », ainsi que la Mosquée bleue. La démission surprise de M. Ali Larijani aurait fait naître des tensions politiques à Téhéran.

Les analyses d’observateurs en Iran indiquent que l’ayatollah Ali Khamenei n’aurait pas apprécié cette démission jugée « inopportune » du négociateur sur le dossier nucléaire iranien. Ali Akbar Velayati, conseiller du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a critiqué le remplacement de M. Larijani, en affirmant qu’on aurait dû empêcher son départ dans la « situation sensible » actuelle. Ali Larijani jouissait, du fait de sa désignation par l’ayatollah Khamenei, d’un capital de confiance dans le monde. Il avait été nommé chef du Conseil suprême de la sécurité nationale de l’Iran, en août 2005, suite à l’investiture du président Mahmoud Ahmadinejad. Le départ d’Ali Larijani constitue une deuxième fronde à l’encontre du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei. Il convient de rappeler que, début septembre, le commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique, homme dévoué à l’ayatollah Khamenei avait été évincé de son poste et remplacé par un fidèle de Mahmoud Ahmadinejad.

La question que se posent les diplomates à Téhéran vise bien évidemment le président Mahmoud Ahmadinejad. Aurait-il agi à l’insu du guide suprême, écartant un porte-parole crédible pour le remplacer par un proche ? Au parlement, la nouvelle passe très mal : 183 députés, près des conservateurs, ont manifesté leur soutien à M. Ali Larijani et salué son action. Mohammad Hachémi, ex-vice-président et frère de l’ex-président, Akbar Hachémi Rafsandjani, a indiqué que « la démission de Larijani montre que le cercle des responsables de l’exécutif se rétrécit ». Il a jugé « vraiment regrettable » la démission de M. Larijani, alors qu’« il appartient aux cercles du groupe conservateurs et occupe une position importante dans ce groupe », selon le site internet Aftab.

Boris Iounanov , de l’agence de presse Ria Novosti, proche du gouvernement russe, s’interroge sur le lien hypothétique entre la démission M. Larijani et un refus possible de Téhéran de la suggestion particulière de Vladimir Poutine. Selon des sources dans les milieux diplomatiques européens, les États-Unis auraient laissé entendre à Moscou que le déploiement de la défense antimissile en Pologne et en République tchèque pourrait être reporté si l’Iran abandonnait son cycle nucléaire. La suggestion singulière de Poutine consisterait à permettre à Téhéran, après son accord d’un tel abandon, de recevoir des Européens la technologie du cycle nucléaire complet sous les garanties diplomatiques de Moscou qui accepterait, dès lors, de construire toutes les centrales nucléaires dont l’Iran a besoin. En échange, Washington ajournerait à 2015 au moins le déploiement de la défense antimissile en Europe et s’engagerait à ne pas lancer une opération militaire à l’égard de l’Iran.

Il semble que cette hypothèse soit crédible. En effet, selon une déclaration du secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, actuellement en visite à Prague : « Nous conditionnerons l’activation de ces sites en Pologne et en République tchèque à une preuve définitive de la menace, comme des tests iraniens de missiles. Nous allons continuer les négociations pour les achever, nous allons développer et construire les sites (ABM), mais nous ne les mettrons en service qu’une fois la menace iranienne avérée ». Pour accroître davantage l’intérêt de Moscou, la secrétaire d’État américaine, Condoleezza Rice, et le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, ont proposé à la Russie d’ajouter à la transparence en permettant, par exemple, une présence russe sur le site ABM en République tchèque. Moscou reçoit positivement cette ouverture américaine à la condition toutefois qu’elle lui soit formulée par écrit.

La démission de M. Larijani pourrait-elle signifier que Téhéran, indisposé par ces tractations, aurait opposé à la suggestion singulière de Vladimir Poutine un niet catégorique ?

Que donnera la rencontre du nouveau négociateur, Saïd Jalili, avec Javier Solana ? Ali Laridjani, représentant du Guide suprême de la Révolution islamique, et Javad Vaïdi, sous-secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, ainsi que Mohammad Saïdi, vice-président de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique accompagnent le nouveau négociateur Jalili dans son déplacement à Rome. Javier Solana devra composer avec le fait que Saïd Jalili met un point d’honneur à « délivrer des sermons interminables à ses interlocuteurs ». L’objectif de la rencontre de dissiper les inquiétudes autour des activités nucléaires civiles de l’Iran sera-t-il atteint ? Rien n’est moins sûr.

Un échec ou un raidissement de l’Iran aurait des conséquences que n’ignorent certainement pas le guide suprême Khamenei et le parlement iranien. Cela pourrait déboucher sur le déblocage tant attendu des États-Unis d’une escalade des sanctions à l’égard du pays récalcitrant. M. Solana fera rapport aux Six après ses contacts avec les Iraniens. Tout dépendra aussi du rapport du directeur de l’Agence internationale pour l’Énergie atomique, Mohamed ElBaradei. Pour rappel, l’Iran est sous le coup de deux résolutions comportant des sanctions à cause de son refus de suspendre son enrichissement d’uranium. Tout le plan de coopération établi, en août, entre l’Iran et l’AIEA, avec pour négociateur, M. Larijani, pourrait voler en éclats. Téhéran s’était en effet, en août dernier, engagé auprès de l’agence à éclaircir au plus tard d’ici à la fin de l’année les points d’ombre de son programme nucléaire.

Si la Russie ou la Chine refuse d’entériner une nouvelle résolution pour accroître les sanctions à l’égard de l’Iran, les États-Unis et les Européens, poussés par la France, pourraient mettre à exécution leur menace de renforcer leurs sanctions hors du cadre de l’ONU.

En fin de soirée, mardi, dans le cadre somptueux de la villa Doria Pamifili, Javier Solana et les négociateurs iraniens auraient eu, selon l’AFP, des discussions constructives. Tous trois se retrouveront pour une autre session de discussions avant la fin novembre. Saïd Jalili a confirmé qu’il entendait continuer dans la voie suivie par M. Larijani. Pendant que se poursuivait à Rome cette nouvelle rencontre, Nicolas Sarkozy, en visite à Rabat, a invité Téhéran à s’inspirer de l’exemple du Maroc qui a conclu un accord de coopération nucléaire avec la France. « L’énergie du futur n’a pas vocation à être la possession exclusive des pays les plus développés, dès lors que les conventions internationales sont partout respectées », a-t-il déclaré. A Londres, le Premier ministre britannique, qui recevait, toujours ce mardi, son homologue israélien Ehud Olmert, a rappelé que l’Iran continuait à violer le Traité de non-prolifération nucléaire en dépit des deux trains de sanctions adoptés par le Conseil de sécurité des Nations unies. « Nous prenons très sérieusement ce que l’Iran propose et nous sommes prêts à recourir aux méthodes que nous avons déjà mises en œuvre ainsi qu’aux sanctions diplomatiques. Et je ne n’écarte rien », a réitéré Gordon Brown.

En terminant, impossible de passer sous silence le grondement de l’Amérique : « Notre pays et l’ensemble de la communauté internationale ne peuvent pas rester les bras croisés alors qu’un État qui soutient le terrorisme est en train de mettre en œuvre ses ambitions les plus agressives », a martelé à nouveau le vice-président des États-Unis, Dick Cheney. « Le gouvernement de l’Iran constitue un obstacle de plus en plus grand à la paix au Proche-Orient ».

(Sources : AFP, Cyberpresse, La Presse canadienne, Le Monde, Le Temps, Ria Novosti)



Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 24 octobre 2007 11:34

    « ...As a nation of influence and ideals, the United States has been engaged in the Middle East for generations. Our goal is peace among its many nations, and a lasting stability that benefits all the world... »(Dick Cheney)

    Ce pourrait être comique, si ce n’était tragique...Tout la langue de bois des faucons est concentré là.

    Une attaque contre l’iran serait le plus sûr moyen de déstabiliser dangereusement et durablement tout le MO et de compromettre les chances des forces d’opposition iraniennes de parvenir à changer de l’intérieur la nature du régime.


    • Nobody knows me Nobody knows me 24 octobre 2007 16:28

      D’accord avec vous, mais la technique des USA pour changer un gouvernement qui leur déplait a rarement été la diplomatie : Venezuela, Cuba, Argentine, Chili, Irak, ...

      Escalade en cours et en bonne progression. Je n’ai pas connu la guerre froide, étant trop jeune à l’époque, mais grâce à GW Bush et sa clique de fauves (terme insultant pour ces braves bêtes) sont en train d’en faire une toute belle toute neuve.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 24 octobre 2007 19:08

      @ Zen et l’Auteur : « Fascinating », dirait Mr Spock. Derrière le bruit de sabres, on assiste à une activité diplomatique comme il n’y en a pas eu depuis l’après-guerre. On voit tout a coup que les guerres qui viennent et vont ne sont que des mouvements de tours dans les colonnes a et h. La partie se joue au centre de l’échiquier et est devenue trop complexe pour être vraiment comprise. Le temps d’écrire une suite à « 1984 ».. Une trilogie ?

      http://nouvellesociete.org/5154.html http://nouvellesociete.org/5166.html http://nouvellesociete.org/5161.html

      Pierre JC Allard


    • seespan 24 octobre 2007 11:49

      @ Pierre R

      quelque point qui me semble rarement mis en avant quand on parle de l’iran et de la menace nuclaire.

      1- Le president de l’iran n’a aucun pouvoir d’ou la virulence de ses declarations ( simple provocation, ne correspond pas a une intention reélle.

      JUAN COLE : Well, Ahmadinejad is a ceremonial president. He is a little bit more active, has stronger links to the Iranian Revolutionary Guards Corps than his predecessor, Mohammad Khatami, who, by the way — the previous president of Iran — has upbraided Ahmadinejad for his comments regarding Holocaust denial. So Ahmadinejad is — he is not commander-in-chief of the armed forces. He can’t order anybody to kill anybody. He can’t launch a war. He can’t launch missiles. Those powers are vested in the Supreme Jurisprudent, the Ayatollah Ali Khamenei. Ahmadinejad can, you know, cut the ribbons and open bridges and things like that. So the American right’s fascination with him is entirely misplaced, and it’s because he’s a quirky character and he has objectionable views, and so it’s easy to use him to demonize Iran.

      http://www.democracynow.org/article.pl?sid=07/10/23/1411254#transcript

      2- L’iran est au mieux a cinq ans de pouvoir construire une arme nuclaire et nous n’avons aucune preuve que se soit sont intention, la menace militaire qu’elle fait peser sur le monde est aussi credible que celle de l’irak.

      Here is the reality. Iran has an economy the size of Finland’s and an annual defense budget of around $4.8 billion. It has not invaded a country since the late 18th century. The United States has a GDP that is 68 times larger and defense expenditures that are 110 times greater. Israel and every Arab country (except Syria and Iraq) are quietly or actively allied against Iran. And yet we are to believe that Tehran is about to overturn the international system and replace it with an Islamo-fascist order ? What planet are we on ? . . .

      http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/blog/2007/10/22/BL2007102200929.html


      • goc goc 24 octobre 2007 12:10

        Franchement on ne peut reprocher aux iranniens de ne pas croire une seule seconde que les USA pourraient annuler leur prochaine guerre, alors que tout est pret, surtout depuis qu’on sait avoir depassé le pic de production petrolier, donc la course au petrole devient prioritaire pour le clan Bush (grande famille texanne affiliée et financée par le lobby petrolier)

        alors franchement, j’ai du mal a comprendre l’atitude de Poutine, sauf a definir comme « negociable » l’installation des missiles europeens, et donc a preparer le prochain marchandage Russie-Usa, l’Iran n’etant qu’un des pions


        • seespan 24 octobre 2007 12:23

          @ goc

          Le probleme d’une attaque sur l’iran est que une partie du petrol irannien vas en chine. Ce qui interresse les US ce n’est pas de prendre le petrol mais d’en avoir le control ( confirmé par greenspan reçament, il a expliqué que d’un point de vue economique le control des ressource irakienne etait primordial pour eviter les pics petroliers ).

          Je vois mal la chine accepté que les US prenne le control d’une de ses principale source d’aprovisionnement, d’ou les tension actuel entre les deux, l’invitation du dalailama n’en etait que le dernier avatar.


        • goc goc 24 octobre 2007 12:36

          @seespan

          je suis d’accord avec toi sur le pb du contrôle des flux pétroliers, c’est clair que ni la Chine, ni meme la Russie (dont on connait les problèmes d’appro dans la région de la Caspienne, suite à l’influence americaine grandissante) ne laisseront faire les Usa.

          Par contre l’histoire du dalai-lama est plus anecdotique et tiens a l’arrogance (et donc l’incompetance diplomatique) habituelle des Usa face a ceux qui ne sont pas « du bon coté ». C’est la meme chose que lorsque Condo va visiter les dissidents russes. Imagine la reaction du « monde entier » si Poutine, se rendant aux Usa, allait soutenir les americains desirant recreer le Parti Communiste Americain


        • goc goc 24 octobre 2007 12:44

          j’oubliais aussi l’autre raison majeure de cette nécessité pour les USA de contrôler les flux pétroliers, raison qui devient de plus en plus urgente, c’est celle d’imposer que ces flux soient payés en dollar et non en d’autres devises, et ce afin d’éviter l’effondrement du billet vert, et donc de leur économie


        • seespan 24 octobre 2007 12:51

          @ goc

          Arrogance oui, incompetence non Pour l’arrogance avec bush on ne peut meme pas discuter le point.

          Pour l’incompetence tu oublies qu’ils c’est fait elir grace a une base religieuse, il y a une forte base evangeliste mais les personnes fortement religieuse ( catholique, juif, mormon, protestant, ect ... ) soutenait plutot bush. Pour les americains c’est a la figure religieuse qu’il a rendut hommage ( il a appuyé se point dans son discourt ), personnalité en lutte face a un gouvernement athée smiley . Les degats diplomatique lui ont etait pardonnée il y a eu un gain politique.

          Par contre la reconnaissance du genocide armenien proposé par pelosi ( juste une question de droit de l’homme ) a fait un flop façe au interet strategique ( 80% des vols americain vers l’irak passe par la turcquie) .


        • seespan 24 octobre 2007 12:58

          @ goc

          En effet l’etalonnage du billet vert est essentiel pour les U.S. Si tu peus bien comprendre l’anglais je te conseil ce document :

          http://www.house.gov/paul/congrec/congrec2006/cr021506.htm

          Mais n’oublie pas c’est compliqué avec la chine deux point essentiel qui fait que la chine soutient les U.S

          1 Les U.S sont les premiers clients des chinois ( les chinois ont toujours etait les marchands de l’asie et on traite bien ses clients )

          2 Les americains doivent 1000 milliard de dollars au chinois en bons du tresor americains si l’economie americaine s’effondre les chinois peuvent s’assoire dessus.


        • seespan 24 octobre 2007 12:28

          @ thierry jacob

          Rethoric de bush et cheney il ne te manque plus que la partie ou l’iran destabilise l’irak et y attaque les americains.

          Il y a juste un problem pour l’instand aucune preuve d’aucune de ses affirmations, les preuves iraient meme dans le sens contraire. Dans les combattants etrangers arreté en irak ils y a des ressortissants d’arabie saoudites ( bizarement les medias U.S semblent boycoter l’info ) mais aucun iranniens.

          Mais les faits n’on jamais arretés une bonne campagne de communication.


        • Nobody knows me Nobody knows me 24 octobre 2007 16:40

          « La meilleure façon d’aider les forces d’oppositions iraniennes est d’intervenir...et avec eux...d’installer la démocratie. »

          Oui, ENSEMBLE installons la démocratie en Iran, comme les USA l’ont installée en Irak, en Afghanistan, et auparavant au Chili (remember 11/09/1973), au Venezuela, ... Regrets pour la tentative avortée à Cuba.

          Car ENSEMBLE, TOUT EST POSSIBLE.

          PS : Ceci était évidemment un message à caractère ironique, destiné à souligner la politique étrangère des states.


        • Nobody knows me Nobody knows me 24 octobre 2007 17:27

          Je connais votre position sur la question Mr Jacob.

          Mais selon mon point de vue, plusieurs états voyous doivent être rajouté à votre liste : les USA passent en tête de liste.

          Selon mon point de vue, les exactions sont perpétrées par ce gouvernement fasciste qu’est l’administration Bush. Les exactions des régimes totalitaires du Moyen Orient dont vous parlez ont été financées, fournies et déployées par les USA. Mais le manche de l’appareil est en train de leur échapper, donc il faut bien redresser la situation.

          Selon mon point de vue, une partie du terrorisme est perpétré par Bush et son organisation de siphonnés (protestants, juifs, catholiques, évangélistes et toutes les sauces de tarés que l’on trouve là-bas) pour continuer leur « American Way of Life ». Le terrorisme dont vous parlez est une conséquence directe de la politique étrangère guerrière des USA (et de la majorité des pays industrialisés) depuis plus de 50 ans, de la paupérisation du Tiers-Monde par ces mêmes pays « démocratiques » et de la récupération des victimes qui crèvent la dalle par une bande de siphonnés (islamiste ceux-là) qui les jettent contre le premier autobus venu.

          Je ne vois pas qu’un seul coupable comme vous, juste des causes et des effets...


        • Nobody knows me Nobody knows me 24 octobre 2007 17:33

          Et de la part de qqn dont l’avatar est un champignon atomique, vos remarques sur les risques que l’Iran avec une arme nucléaire représente un danger, perdent un peu de leur sens et me ferait qq peu rire si le sujet n’était pas l’avenir de la planète.


        • Nobody knows me Nobody knows me 24 octobre 2007 17:35

          Ah j’oubliais, vous dîtes : « les centrifugeuses tournent au max... »

          Des photos ? Des vidéos ? Des documents ? Y a-t-il une preuve qui étaye ce que vous avancez là ? Les avez-vous vu en personne, ces centrifugeuses ?


        • seespan 24 octobre 2007 12:41

          @ thierry jacob

          Les 20% sunnites avait le pouvoir en irak les 80% chiites en etait ecarté maintenant c est l’inverses d’ou les combattants d’arabie saoudite ( sunnites ) qui viennent les aidés.

          Le petrole etait en territoire chiite mais etait exploité par les sunnites, l’usage creant la proprité les sunnites suupporte assez mal d’etre ecarté d’ou les conflits entre les deux communautés.

          Quand le general petraeus est passé devant le congré la commission lui a dit tres clairement qu’elle ne croyait pas a une amelioration car « meme si demain tout les jiadiste venaient a disparaitre nous aurions sur les bras un probleme confessionnel majeur » de memoire on lui a repeté deux ou trois fois a l’ouverture de la commission.


        • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 24 octobre 2007 12:35

          Tous

          Merci de vos commentaires. Dans cette oligarchie opaque où ni les partis politiques, ni les programmes n’existent, les Iraniens eux-mêmes en sont réduits à décrypter les signes. Selon la Constitution, le « Vilayat-e-faqih » (Wilayat al faqih) est le système politique iranien qui place l’État sous l’autorité de la hiérarchie religieuse. Et selon cette même constitution, le président occupe la deuxième place, après le Guide suprême. Le guide suprême est le premier en hiérarchie. En réalité, Ahmadinejad serait, selon des experts, le quatrième dans cette ligne hiérarchique du pouvoir. Il y a plus à craindre du pouvoir religieux que des gesticulations d’Ahmadinejad. Il existe des rivalités certaines entre les clans religieux et entre le pouvoir civil. Ce n’est pas pour rien que la proposition de Vladimir Poutine a été signifiée directement au guide suprême de l’Iran. Ali Khamenei a le dernier mot sur le nucléaire. Un autre élément qui concoure à favoriser cette hypothèse : le pouvoir religieux a laissé le mouvement étudiant contester ouvertement Ahmadinejad. Dans un état aussi répressif que l’Iran, cela aurait été impensable. Il existe les réformateurs modérés et les conservateurs extrémistes. L’ancien président iranien Akbar Hachémi Rafsandjani, qui occupe une position clé dans le régime, avait dénoncé la censure et défendu la liberté d’expression dans les universités. C’est ce même Rafsandjani qui avait déclaré : « On ne peut enfermer la pensée des gens avec des régimes dictatoriaux ».

          Khamenei intervient peu publiquement. Lorsqu’il le fait, ses déclarations sont scrutées à la loupe.

          La situation économique de l’Iran se dégrade à vue d’œil. Le pouvoir religieux sait fort bien que le peuple s’en prendra au président Ahmadinejad, déjà confronté au mécontentement populaire, qui n’aura pas su apporter la prospérité. Paradoxe dans un pays qui jouit d’une rente pétrolière colossale, le Président doit user d’expédients pour couvrir ses dépenses. Il peine à faire adopter un budget au parlement. Comme l’indiquait Le Monde, si tout s’effondre, M. Ahmadinejad sera seul responsable, le guide l’écartera.

          Il convient de remettre le tout dans une perspective géopolitique : face à l’Occident dominateur, la meilleure stratégie pour préserver sa souveraineté consiste-t-elle, pour Téhéran, à ouvrir ou à fermer ? Tel est le débat qui agite Téhéran aujourd’hui.

          Pierre R.


              • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 24 octobre 2007 15:07

                @ donegale

                Merci pour ce lien au réseau PBS. Frontline est une émission d’affaires politiques très connue et suivie en Amérique. Je vais m’attarder ce soir à regarder ce topo sur l’Iran.

                Pierre R.


                • Internaute Internaute 24 octobre 2007 15:29

                  Il est quand même fort ce Poutine. D’aprés ce que dit l’auteur, si Poutine réussit son coup il aura gagné sur tous les tableaux. Il se sera débarassé des missiles américains qui menaçent son pays et d’un éventuel Iran nucléarisé au prix (au gain devrais-je dire) de la construction des centrales nucléaires iraniennes tout en faisant des européens ses alliés en leur laissant une place d’honneur.

                  C’est un condensé de Machiavel, de Fouchet et de Talleyrand !

                  Si ce coup marche il aura mérité le titre de Tsar.


                  • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 24 octobre 2007 15:53

                    @ Internaute

                    Je n’ai pas une admiration profonde pour Poutine mais force est de reconnaître que depuis sa présence au Kremlin, la Russie est redevenue un joueur incontournable sur l’échiquier politique international. Il est fort bon stratège, à mon avis. De lui ou de l’Amérique, celle qui a le plus à perdre d’une guerre régionale est la Russie. Je n’aimerais pas trop qu’on se bombarde aux frontières de mon pays. J’étudiais une carte géographique, avant de rédiger cet article, pour visualiser les enjeux. Exercice fort instructif.

                    Pierre R.


                  • frédéric lyon 24 octobre 2007 18:59

                    Le débat en Iran devient de plus en plus musclé, l’exemple de Saddam Hussein est resté dans les mémoires, qui à Téhéran est prêt à prendre le risque de défier la communauté internationale ?

                    C’est un coup où on risque sa tête et la survie de son régime.

                    Nous ne sommes pas pressé par le temps, les iraniens ne peuvent pas planquer les installations nucléaires militaires, ni les usines pour fabriquer les missiles qui seront chargés de transporter les armes nucléaires. En fait leur entreprise est sans espoir, les Coréens du Nord l’ont compris avant eux.

                    Il y a donc une chance pour que le régime des ayatollah passe à travers les gouttes en mettant les pouces. Ce serait bien dommage.


                    • hub 24 octobre 2007 20:42

                      Quelques réalités.Les pays qui achètent notre technologie nucléaire seront dépendants de nous ;bien davantage que nous le sommes de l’OPEP.La dépendance est d’autant plus forte dans le nucléaire que chaque centrale requiert un combustible adapté, qui doit de ce fait provenir du même fournisseur que la centrale. Il y a peu de pays qui maitrisent la technologie nucléaire , du coup elle devient une arme stratégique et financière très importante.Les pays détenant la technologie ne veulent pas permettre à n’importe qui de briser leur monopole . Faut-il ajouter quelque chose pour comprendre le problème avec l’Iran ? La « communauté internationale » auto-proclamée n’est rien d’autre qu’une clique de mafiosis. L’Iran gêne pour une chose : il veut briser cette « omerta », maitriser la filière ; il ne veut pas des « usines clés en main » qui ne sont rien d’autre que des MENOTTES pour l’éternité. Il contrarie le rêve US d’un PO et MO dominés et soumis. Que ceux qui critiquent l’Iran, pour de fausses raisons, tombent les masques !! Religion,théocratie, mollahs, etc : de la fumée, de la propagande. L’enjeu est autre : colonial et impérialiste. Un pays « du Sud », du 1/3 monde est en passe de briser ses chaines. Ca ne plait pas, et alors ? Tous les progressistes doivent soutenir l’Iran, il y va de notre intérêt contre les multinationales.


                      • hub 24 octobre 2007 20:47

                        Il ne s’agit pas du pouvoir iranien ; mais du pouvoir que les occidentaux excercent grâce au nucléaire.


                      • dan 24 octobre 2007 21:13

                        Malheureusement on ne peut pas soutenir un pays théocratique faschiste et tyrannique,un progressiste ne peut soutenir un intégriste capitaliste.--------------Que les capitalistes et intégristes se battent entre eux ,on s’en fout et même c’est une bonne chose pour le camp du progrès socialiste marxiste.------C’est peut-être cynique mais l’histoire est cruelle et il vaut mieux être dans le sens de l’histoire car que l’on soit du côté des gagnants ou des perdants à un moment donné c’est toujours l’histoire qui a le dernier mot et l’histoire est du côté du progrès et non du côté du conservatisme intégriste.


                        • hub 24 octobre 2007 21:31

                          « il vaut mieux être dans le sens de l’histoire » !!il n’y a pas de sens à l’histoire ; et surtout pas le sens donné par les occidentaux depuis 300 ans.La Révolution anti-impérialiste,et Islamique,de 79, qui l’avait prévue ? Certainement pas ceux qui tordaient l’histoire à leurs idéologies.... « c’est toujours l’histoire qui a le dernier mot et l’histoire est du côté du progrès et non du côté du conservatisme intégriste » : le dernier mot, d’accord.Mais pour le progrès, faudra repasser. Ce « progrès » responsable des génocides les plus épouvantables, ceux du 20 ième s. Arrêtons notre gloriole de bazar ; l’Iran va suivre son chemin, nous devons le respecter. L’Iran a bcp de choses à nous apprendre, infiniment plus que l’inverse.Va-t-on commettre un génocide,un de plus, contre l’Iran pour se vanter d’avoir raison ?? Sortons une bonne fois pour toute la perversion du colonialisme de nos cerveaux !!


                        • Christoff_M Christoff_M 25 octobre 2007 04:18

                          l’Iran devient un lieu d’affrontement indirect entre les EU, La Chine, et la Russie ... il y a peu ces pays se sont réunis dans le cadre d’une réunion regroupant les pays proche de la mer Caspienne, les Etats Unis peuvent faire beaucoup de bruit, comme certains pays européens ; les rapports ne sont plus les memes, le vendeur d’armes à l’est s’appelle Poutine !! il a déclaré lors de cette réunion que jamais il ne laisserait un pays franchir les frontières de l’IRAK... la Turquie est passablement ennervée...

                          et le bouclier américain prévu en Pologne soi disant pour barrer des tirs de l’Iran, est un mensonge mal dissimulé face à la peur de la montée en puissance de Poutine... les Chinois et les Russes supportent de moins en moins les incursions lointaines des américains et leurs collusions douteuses avec des milices, ce qui fait que l’IRAK et l’Afghanistan en sont ou ils en sont maintenant...

                          La famille Bush pratique depuis longtemps le soudoiement, voire la fabrication d’opposants fantoches ; je ne vois pas pourquoi l’Europe ne dit pas niet et ne pose pas en arbitre, jouant son vrai rôle, tout en continuant à inspecter les installations de l’IRAN... pourquoi cette pression et cette politique de sanctions focalisée sur un seul pays !??

                          le prétexte du nucléaire rappelle un peu trop les armes chimiques prétendues justifier l’intervention us en IRAK... pourquoi ne parle t on pas de la Syrie et de l’Arabie saoudite ?? la il n’y a sans doute pas les memes intérèt en jeu...


                          • Philippe Vassé Philippe Vassé 25 octobre 2007 15:15

                            Pierre,

                            J’arrive un peu en retard sur le fil de cet excellent article du fait de la masse de travail que j’ai en cours et vous prie de m’excuser pour ce fait.

                            A l’évidence, Poutine ne suggère aux dirigeants iraniens que ce qui sert ses intérêts, à court, moyen et long terme.

                            Vous avez mis en évidence ce point crucial. En clair, il veut aider l’Iran sur le plan économique en échange d’une position qui apporte de l’eau au moulin de son bras de fer sur les missiles américains en Pologne et Tchéquie.

                            Par ailleurs, sans l’aide technologique russe, le régime iranien ne pourra ni faire du nucléaire civil, ni encore moins militaire.

                            Bref, Poutine a réussi (peut-être) un « coup » que d’autres n’auraient jamais réussi : il a déstabilisé le régime de Téhéran et créé des dissensions internes par son jeu diplomatique et de pressions économiques subtiles.

                            A suivre dans les semaines qui viennent.

                            Il semble d’ailleurs que Nicolas Sarkozy avait noté en Russie que son interlocuteur était « habile » et « capable » sur le dossier iranien.

                            D’autant que Poutine continue ainsi à faire des coups doubles ou triples, notamment en jouant des sentiments en Europe contre la politique de Bush, soutenu par le Président français contre...la majorité écrasante de son opinion publique.

                            Bien amicalement,


                            • dan 25 octobre 2007 15:45

                              En effet le 20è siècle est une véritable boucherie et un grand recul dans l’histoire de l’humanité ------------mais l’histoire ne s’arrête pas et même si son chemin est en zigzag avec des allers retours elle avance quand même et suivant le sens du progrès car c’est la Raison qui est le moteur de l’Histoire.-------L’histoire ne s’arrête pas au 20è siècle.


                              • hub 25 octobre 2007 21:21

                                Je lis :« l’histoire avance quand même et suivant le sens du progrès ».Faut arrêter de jouer les ’Madame Soleil’ à 2 balles ! Le progrès ? bof !depuis 30 ans,je constate une qualité de vie qui se dégrade.Ce qu’on appelle Progrès n’est que le moyen pour le système marchand de s’imposer.Même les limites de ce système vont être vite atteintes. « c’est la Raison qui est le moteur de l’Histoire » : quelle prétention !! l’histoire est bien trop riche,subtile pour se limiter à un seul moteur.L’Homme ne se limite pas à la ’raison’ ;quand il a voulu s’y limiter, il a commis les pires crimes.On est loin du sujet Iran ? NON.C’est une argumentation (bien faible) pour critiquer le système iranien, et les cultures non-occidentales. Il y aurait un modèle supérieur : l’occidental, les autres étant inférieurs et simplement en retard. Eh bien Non !! Ce rejet justifié de la domination impérialiste occidentale est l’un des « moteurs » de la révolution de 79. Révolution religieuse ET anti-coloniale. Cet aspect est développé par Ahmadinejad dans chacun de ses discours, et les dirigeants iraniens en sont très conscients. Après avoir ensanglanté l’histoire, c’est qd même un peu fort que les occidentaux s’en servent pour poursuivre leur domination. Dont le nuke n’est qu’une des faces ......


                              • hub 25 octobre 2007 21:39

                                « de nouvelles sanctions internationales contre l’Iran, ne conduiront qu’à une impasse. Le meilleur moyen de résoudre la situation ce n’est pas de courir comme un fou dans tous les sens comme un homme avec un couteau à la main » (V. Poutine). Poutine est-il le SEUL homme d’état aujourd’hui ?bien l’impression que oui.Les ’sanctions unilatérales US’ ne sont rien d’autre qu’une déclaration de guerre à la RII, mais ça n’a rien d’international.Elles montrent d’ailleurs l’échec des US. Faire reculer la RII est quasi-impossible.D’abord, ce serait une injustice ; ensuite ça ne comporte que de très sérieux inconvénients.Comme le renforcement du régime. L’Iran maitrise l’enrichissement, ce savoir ne peut être détruit. Difficile d’admettre qu’un régime non-soumis à l’occident, et taxé d’arriéré pendant 30 ans accède au nuke : possible, mais vaut mieux voir la réalité. L’Iran va étonner, pas seulement dans le nucléaire.


                              • dan 26 octobre 2007 15:52

                                L’Iran n’accède à la technologie nucléaire que grâce au transfert de la connaissance scientifique et technologique de l’Occident,ce ne sont pas les iraniens qui ont inventé la mécanique relativiste et quantique ni la physique nucléaire---------------------------------Mr hub, vous venez de vous contredire au sujet de la raison puisque vous dites vous-même en citant mr Poutine qu’il « ne faut pas courir comme un fou dans tous les sens comme un homme avec un couteau à la main ». Là vous avez raison de dire qu’il ne faut pas se comporter comme un fou et donc agir en homme raisonnable,vous rendez donc hommage à la raison.D’ailleurs vous ne pouvez même pas faire un pas sous vous soumettre vous-même à la loi de la raison.-------Toute la création entière est soumise à la loi de la raison universlle.-----------D’autre part c’est parce que les hommes ne se conduisent pas en conformité avec la raison,emportés par la passion dévorante qu’il existe des violences et des guerres.Heureusement qu’il y a la raison pour limiter l’aveuglement de la passion et sa folie destructrice à défaut de l’empêcher totalement.Et c’est bien grâce à elle,la raison,que la terre n’est pas détruite et que l’humanité avance cahin caha peut-être mais avance quand même,vous ne pouvez le nier.Car par une heureuse providence la quantité de raison est supérieure à la quantité de folie----------Malgré les nombreuses guerres et génocides c’est quand même les forces démocratiques qui l’ont emporté sur les forces tyranniques au cours de l’histoire.Et la population mondiale a augmenté considérablement ainsi que la richesse ;----Certes d’autres maux redoutables et d’autres défis se présentent encore menaçant l’humanité,la pollution,les intégrismes,les capitalismes, mais aussi et toujours les passions égotistes des hommes, je ne doute pas que la Raison viendra en secours aux hommes.


                                • hub 28 octobre 2007 22:55

                                  Difficile de répondre tant qu’on n’a pas défini précisemment ce qu’on entend par Raison.Je vous trouve bien optimiste, simpliste même ! « les iraniens n’ont pas inventé la relativité et la méca quantique »,et alors ? les américains non plus. Peut-être que les allemands qui l’ont fait ne descendaient pas de ceux qui ont apprivoisé le feu.Les iraniens peuvent conserver leurs particularités y compris leur immense mysticisme et religiosité, tout en dominant la physique aussi bien que nous. Ils ont l’âme mathématique, tout en étant religieux.Ils ont d’excellents ingénieurs ; ingénieurs ET iraniens.Avec votre affaire de Raison bien trop basique, vous êtes bloqués en plein 19 ième S. !!!


                                • Lino Pralino La Praline 28 octobre 2007 12:49

                                  Les ultras préparent la guerre contre l’Iran

                                  Par Selig S. Harrison

                                  http://www.monde-diplomatique.fr/2007/10/HARRISON/15208

                                  « Il faut se préparer au pire », a expliqué M. Bernard Kouchner, et le pire, « c’est la guerre ». Cette déclaration du ministre des affaires étrangères à propos de l’Iran a suscité bien des critiques et mis en lumière les inflexions de la nouvelle diplomatie française (lire l’éditorial ci-contre). Elle a surtout confirmé que les Etats-Unis envisageaient très sérieusement une opération militaire contre la République islamique. En fait, malgré toutes les précautions et les circonvolutions sur la nécessité de persévérer dans la voie diplomatique, la Maison Blanche a déjà lancé une escalade contre l’Iran, autorisant des actions « non létales » à l’intérieur de ce pays et aidant des groupes séparatistes, qu’ils soient arabes, kurdes, baloutches ou azéris. Loin de soutenir l’opposition démocratique, cet interventionnisme contraire au droit international a permis aux « durs » du régime de renforcer leurs positions et de harceler les intellectuels et les démocrates. Pourtant, à Téhéran, on pense qu’il est possible d’ouvrir un dialogue avec Washington. Il faudrait, pour cela, accepter de mettre sur la table tous les sujets du contentieux américano-iranien. Et que la Maison Blanche renonce à son objectif de « changement de régime ».

                                  Dans la lutte qui se déroule au sein de l’administration Bush sur la question de la politique iranienne, deux camps se font face. D’un côté, le vice-président Richard Cheney et ses alliés au Pentagone et au Congrès, aiguillonnés par l’American Israel Public Affairs Committee (Aipac), poussent au bombardement non seulement de l’usine d’enrichissement d’uranium de Natanz, mais aussi des sites militaires iraniens situés près de la frontière de l’Irak. De l’autre, la secrétaire d’Etat Condoleezza Rice souhaite continuer dans la voie diplomatique, en renforçant et élargissant les négociations avec Téhéran, entamées en mai à Bagdad, sur la stabilisation de l’Irak. Mais elle n’a obtenu l’ajournement d’une décision sur l’option militaire qu’au prix d’un compromis dangereux : une intensification des opérations clandestines visant à déstabiliser la République islamique, lesquelles ont été confirmées par une directive présidentielle fin avril 2007 .

                                  Ces opérations se poursuivent depuis une dizaine d’années ; mais, en l’absence d’une couverture officielle, la Central Intelligence Agency (CIA) n’a agi que par personnes interposées. Le Pakistan et Israël, par exemple, ont fourni des armes et de l’argent à des groupes rebelles dans le sud-est et le nord-ouest de l’Iran, où les minorités baloutche et kurde, sunnites, combattent de longue date le pouvoir central perse et chiite. L’autorisation présidentielle d’avril permet l’intensification des opérations « non létales » conduites directement par des agences américaines. En plus d’une multiplication des émissions de propagande, d’une campagne de désinformation et de l’enrôlement d’exilés en Europe et aux Etats-Unis afin d’encourager la dissidence politique, le nouveau programme privilégie la guerre économique, notamment la manipulation des taux de change et d’autres mesures propres à perturber les activités internationales bancaires et commerciales de l’Iran.

                                  Le contenu de la nouvelle directive a été dévoilé après sa communication aux commissions de renseignement des deux chambres du Congrès, (...)


                                  • hub 28 octobre 2007 23:12

                                    Quelques poignées de traitres, vendus aux US, ne peuvent rien contre la RII.Les modjahedins khalq ont pitoyablement échoué avec la même stratégie.Et ils étaient bien plus redoutables que ces groupuscules ; ils ont été anéantis par les pasdaran. L’Iran est un pays ancien,structuré ; faire une guerre contre lui, n’a rien à voir avec l’Irak. Beaucoup plus difficile, avec une population qui se rangera à 99 % derrière le clergé.Un envahisseur est condamné à l’impuissance, à un enlisement sanglant. D’autant plus qu’une nouvelle guerre US fera office d’overdose dans la région.


                                  • dan 29 octobre 2007 15:55

                                    Pour inventer une théorie scientifique il n’est nul besoin d’avoir inventé le feu même si pour pour inventer le feu il faut respecter la méthode expérimentale et rationnelle de toute théorie scientifique,il faut donc partout et toujours se conformer à la raison scientifique,et donc à la raison universelle.----------------------------Il ne faut pas confondre religion ou mysticisme avec religiosité et intégrisme.-----La vraie religion est unique et universelle et conforme à la raison dans sa loi et sa pratique dans tout le champ du créé.Tandis que les sectes sont multiples avec des dogmes particuliers établissant des règles particulières et non conformes à la raison et du même coup provoquent des comportements obscurantistes et injustes car irrationnels.-------Il ne faut pas sombrer dans le relativisme et le subjectivisme où chacun a raison dans son coin car cela établirait une anarchie intrinsèque où la loi de la jungle,la loi de la force pure et animale,la loi des nazis règne en maitre et où on ne fera plus de différence entre la barbarie et la civilisation.-------------------------Mr Hub,---il est vrai que d’après vos commentaires vous prenez fait et cause pour les intégristes islamistes,il n’est donc pas étonnant que vous soyez défiant envers la raison universelle qui ne peut qu’entraver et combattre les penchants sectaires des individualismes égotistes collectivisés dans l’intégrisme.Méfiez vous de ne pas tomber dans le sort dela Mosquée rouge du Pakistan--------------------Et si vous rejetez l’autorité de la raison absolue et transcendante,une et universelle, comment pourrez vous convaincre quiconque à votre cause pacifiste qui en soi est louable,comment pourrez vous dialoguer avec quelqu’un et vous faire comprendre ici même à agoravox.-----------------En tout cas il y aura toujours la guerre entre la Riason et les forces et éléments irrationnels de l’univers.


                                    • hub 29 octobre 2007 19:13

                                      mon cher ! Alors que dire des visions de l’Univers ?? Qu’est-ce que ça veut dire : « La vraie religion est unique et universelle et conforme à la raison », je ne comprends rien ! Retour à des choses simples : a)L’Iran est dans son droit sur le nuke b)L’Iran a le droit de suivre sa voie propre c)On peut être croyant,musulman ou autre, et scientifique ;en Iran , et ailleurs d)les occidentaux ont tjs été des envahisseurs coloniaux, contrairement à l’Iran e) Les USA sont des impérialistes et des criminels ; qui ont eu raison(justement !) jusqu’à présent grâce à leur armes (mais certainement pas avec leur Raison). « vous soyez défiant envers la raison universelle » : Exact, je suis un opposant à tout ce qui est universalisme (concept fumeux et arrogant, inventé par la bourgeoisie occidentale du 18 ième pour asservir le reste du monde). « vous prenez fait et cause pour les intégristes islamistes » : je soutiens la RII depuis ... 1978 !!!! et j’en suis fier ! « En tout cas il y aura toujours la guerre entre la Riason et les forces et éléments irrationnels de l’univers » : pour pas changer ............


                                    • dan 29 octobre 2007 19:44

                                      Sans commentaire---------en réponse à mr Hub

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès