Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Islam Imposé en Iran

Islam Imposé en Iran

Le désastre sur le peuple iranien se triple : moins de quatorze siècles après l’invasion des musulmans arabes à Qadessieh et moins de cinq siècles après la " chiitisation " sanglante des Safavides ; depuis 1979, les Mollahs s’imposent en chantant leur triomphe à travers le pays devasté, bafoué, et réprimé par leur régime.

Affaibli par des guerres continuelles contre l’empire byzantin, La Perse fut militairement assez vulnérable pour être envahie par les musulmans de l’Arabie en 637. La première défaite des Perses à Ghadessieh marque le début de la fin de l’empire Sassanide et l’amorce de la soumission d’une grande civilisation aux nomades musulmans. Après cette défaite, la dynastie Sassanide faillit à défendre son territoire et tomba après une deuxième défaite à la bataille de Nahavand en 642.

Comme d’autres grandes civilisations en Syrie et en Egypte, la civilisation perse est aussitôt démantelée par les envahisseurs musulmans. Les villes peuplées qui symbolisaient cette civilisation ont été rasées ou détruites. Comme permis par leur religion et comme d’habitude, les musulmans massacrèrent les hommes " non musulmans " pillèrent leurs biens et asservirent leurs femmes et leurs enfants comme butins de guerre.

Ceux qui ne pouvaient pas s’échapper des massacres et de l’esclavage et qui ne pouvaient pas fuir devant les envahisseurs vers un autre pays de refuge comme l’Inde n’ont eu que deux choix : soit la conversion à l’Islam, soit le payement d’un impôt appelé "Jizya ", un tribut humiliant payé aux musulmans par les " dhimmis " (les citoyens non musulmans d’un territoire dirigé par les musulmans).

L’invasion fut désastreuse, l’ensemble du pays fut occupé en 650 par les musulmans qui cherchent à étendre leur "Dar-al-islam" (le territoire de l’islam) à tout prix. Pour cette ambition, les Perses devraient perdre leur identité nationale, leur langue, et leur religion — le zoroastrisme —. La population civile diminua à cause des massacres perpétuels et parce que une grande partie a dû fuir leur pays et parce que un grand nombre de femmes et d’enfants sont devenus des esclaves et déportés vers les marchés de l’Arabie pour être vendus comme d’autres butins de guerre.

L’Iran resta occupé par les Arabes musulmans durant deux siècles et finalement tomba sous les dynasties chiites pendant les cinq derniers siècles.

La "chiisisation" de l’Iran commença par la Dynastie Safavide au début du seizième siècle. Shah Esmai’l Safavide, le premier roi de la dynastie d’origine turkmène et lui-même un soufi militant, imposa violemment la conversion au Chiisme aux iraniens qui étaient majoritairement sunnites. Cette conversion est pour la création d’une identité nationale contre son rival sunnite de l’empire Ottoman qui menaçait son règne.

La scission du Chiisme du Sunnisme et puis les subdivisions à l’intérieur du Chiisme tiennent à la définition de la lignée des Imams. La plupart des Chiites sont duodécimains ou imâmites. Leur "imâmat" commence par Imam Ali et sa ligné se termine par le douzième, le Mahdi - l’imam caché.

Le Chiisme qui est un courant historiquement politique, intégriste et sectariste, conteste depuis son apparition le pouvoir politique en termes religieux, se penchant uniquement sur la tradition théocratique (pouvoir politique détenu par les religieux) de l’Etat musulman. Les Chiites ne reconnaissent pas les mêmes héritiers que les Sunnites après la mort du Prophète en 632 : pour les Chiites, c’est l’imam Ali, cousin et gendre du Prophète, qui est la figure tutélaire ; pour les Sunnites, c’est Abou Bakr, compagnon de Mohammed. S’ensuivent des différences liturgiques et doctrinales, mais surtout politiques.

Pour bourrer le crâne d’un peuple, le Shah Esmai’l envoie ses agents dans les pays arabes pour recruter des "Sayyeds" (descendants du Prophète Mohammad). En effet, ils ont dû faciliter les tâches pour l’administration répressive du Shah. C’est par les carnages du Shah Esmai’l et les prêches de ses complices Sayyeds que l’Iran devient subitement chiite. Un événement qui coûta la vie à des centaines de milliers d’Iraniens. Les Iraniens " infidèles " n’étaient pas cette fois massacrés par les musulmans de la péninsule d’Arabie mais convertis violemment par un roi iranien pour la cause de ses buts politiques et personnels.

Le Shah Esmai’l s’est considéré le représentant du "Mahdi" (le douzième Imam qui est disparu il y a mille ans et est attendu par les chiites pour faire régner la justice islamique sur la terre). Dans ce contexte, le monarque devient une figure semi divine, ce que tous les rois prétendaient être et ce jusqu’à l’émergence de la République Islamique, où cette prétention est baptisée "Valy-e-Faqih" (Leader Suprême).

C’est sous les Safavides que la culture de deuil se divulgua en Iran. Achoura est le jour où le troisième Imam Hussein, fils du premier Imam et quatrième Calife, Ali, avec ses soixante-douze compagnons, sont martyrisés par les troupes de Yazid, le maudit qui était Calife omeyyade en 680. Quelques siècles plus tard, sous les Safavides et les Qadjars, cet événement reprend une dimension symboliquement importante et même trop exagérée.

Pendant les dix premiers jours de Moharram, le mois de deuil, et spécialement le neuvième et le dixième jour certains Chiites se consacrent aux cérémonies de deuil en souvenir du martyre de l’Imam Hossein et de ses partisans à Kerbela il y a plus de treize siècles. Des cortèges d’hommes vêtus de noir déambulent dans les rues au son des tambours rythmés par le frappement des poitrines et des chaînes et précédés par des porte-drapeaux et des groupes de musique funèbre. Ils se tailladent même le crâne pour que jaillisse le sang : tout concourt à signifier le deuil et également à une culture de haine et violence. En même temps que la religion en Occident cède la place à la Renaissance, le Chiisme invente ces cérémonies de deuils.

Sous les Qadjars, des nouvelles cérémonies religieuses émergent. Il s’agit de Ta’ziyeh qui s’inspire des événements du jour de l’Achoura, dont l’impression est trop forte dans la mentalité chiite. Le Ta’ziyeh est une représentation théâtrale de ces événements, accompagnée de lamentations et de récits de deuil. Bien que ces récits et les lamentations infinies ne soient que des prêches imaginaires des Mollahs chiites, c’est une occasion pour bourrer le crâne de ceux qui doivent prouver leur foi et leur attachement aux descendants du Prophète.

Sous les Qadjars, les Mollahs contrôlaient les institutions religieuses et culturelles comme des madressehs (écoles religieuses pour les garçons), la justice, celles qui bafouent les droits de liberté, l’égalité de femme, des arts et sciences modernes et traditionnellement l’identité préislamique de l’Iran.

Néanmoins, on témoigne d´une formation graduelle d’une nouvelle caste sociale en Iran qui n’est que celle des Sayyeds : ils portaient comme toujours des turbans noirs, ou parfois verts. Ils n’étaient que plusieurs centaines à l’époque des Safavides, recrutés des pays arabes, et aujourd’hui ils sont plusieurs millions dont la propagation disproportionnée montre qu’une grande majorité de Sayyeds devaient être des charlatans opportunistes qui se sont faufilés au rang des "descendants du Prophète" pour profiter de tous les avantages qui leur étaient offerts. Des descendants de Mohammad et à la fois des disciples d’Ali, gendre et cousin du Prophète Mohammed, inventent leur mythe de suprématie de sorte que le peuple soit l’éternel repenti, hanté par l’apostasie et ainsi devait oublier cette injustice et cette duperie.

Les Chiites ont longtemps été opprimés et maintenus sous l’étroit contrôle des Sunnites à travers le monde musulman. Dès son apparition, le Chiisme a été une secte de persécutés et d’exclus. Les Safavides préparèrent désormais un terrain favorable pour les faire venir en Iran. Les minorités chiites, souvent isolées au cœur des populations majoritairement sunnites, devinrent de nouveaux citoyens de l’Etat chiite, Vrai ou faux, parmi eux, beaucoup de Sayyeds avec un turban noir ou vert qui leur permettent d’avantage de former une nouvelle caste forte.

Sous la dynastie Qadjar (1786-1925) - également religieuse - qui succéda aux Safavides, puis sous le dernier Shah Mohammad Reza Pahlavi (1925-1979), les Mollahs accrurent encore leur pouvoir. Sous seize ans du règne de Reza Shah, les Mollahs perdent relativement leur influence politique. Tandis qu’en Iran, mis à part cette courte période de Reza Shah, l’influence des Mollahs grandissait, au point que l’Ayatollah Khomeiny réclama l’instauration d’un régime islamique en 1979, alors, la troisième invasion d’islam commence. Le " calife " de cet islam chiite s’appelle "Vely-e- Faqih" c’est-à-dire un "Ayatollah" (titre religieux chiite) et leader politique à la fois avec la monopolisation totale du pouvoir.

Le désastre sur le peuple iranien se triple : moins de quatorze siècles après l’invasion des musulmans arabes à Qadessieh et moins de cinq siècles après la "chiitisation" sanglante des Safavides ; depuis 1979, les Mollahs s’imposent en chantant leur triomphe à travers le pays dévasté, bafoué, et réprimé par leur régime .

Plus qu’une religion politique et moins qu’un ordre éthique, plus qu’un ordre social et moins qu’une une foi de liberté - aussi divisé que le sont généralement les conflits politiques, plus diversifié que ne l’est généralement une religion - l’islam, ou plutôt les " islams " existent dans le monde d’arriéré et se développent démographiquement dans le monde moderne, et leurs préceptes intéressent aussi bien la vie privée que la vie publique des musulmans.

Aujourd’hui, les Mollahs chiites au pouvoir en Iran se prennent pour les leaders de tous les musulmans. Ils prônent un retour aux sources de la Charia et à l’âge d’or du Prophète Mohammad. La société idéale des Mollahs est une communauté musulmane, Umma. A l’âge d’or, elle devait se composer des hommes barbus, des femmes encagées dans leur chador noir et des hordes ardentes ivres de rites médiévaux. Pour cela tout est permis, même la guerre sainte, le Jihad.

De ce fait, les Mollahs chiites considèrent leur régime comme Etat de tous les musulmans), méprisants des sectes à l’intérieur de l’islam et des choix politiques des musulmans. C’est par la barbarie (théoriquement écrite dans la constitution de la République Islamique) que les Mollahs osent s’imposer.

Aujourd’hui comme au temps de la première invasion des musulmans arabes de l’ancienne Perse, et puis des massacres des Sunnites iraniens sous le règne de la dynastie Safavide, l’application intégrale de l’islam et ses lois, la Chariah, à tous les aspects de la vie quotidienne et politique est imposée contre les femmes, les jeunes, les intellectuels, les minorités religieuses et ethniques, et tous ceux qui ne demandent que le droit de vivre d’une manière libre et laïque en Iran.


Moyenne des avis sur cet article :  3.64/5   (56 votes)




Réagissez à l'article

80 réactions à cet article    


  • geko 27 novembre 2008 12:07

    très instructif merci !


    • nephilim 27 novembre 2008 17:02

      merci pour cette lecon d’histoire fort instructive^^


    • stephanemot stephanemot 28 novembre 2008 09:19

      Je comprends votre amertume a voir l’Iran s’enferrer dans une voie sans issue.

      Le probleme n’est ni ethnique (ex Arabes) ni religieux (ex Islam) mais politique, car sous le pretexte religieux le fondamentalisme releve par essence de la politique.

      Les grandes religions reapprendront a cohabiter dans ce grand pays, et plus tot qu’on ne le pense.


    • stephanemot stephanemot 28 novembre 2008 09:23

      je comprends votre amertume a voir ce merveilleux pays s’enferrer dans une voie sans issue.

      le probleme n’est ni ethnique (ex Arabes) ni meme religieux (ex Islam) mais politique, car c’est l’essence meme du fondamentalisme, sous le pretexte religieux.

      l’Iran s’en affranchira plus tot qu’on le pense, grace justement a son heritage de culture et de diversite.


    • Thierry JACOB 27 novembre 2008 12:41

      L’on pourrait évidemment multiplier les exemples...qu’il soit chiite ou sunnite ...l’islam phagocyte l’instruction, la raison, le progrés...
      Obscurantiste il est la négation de l’homme libre...


      • beus 27 novembre 2008 18:09

        Bonjour,

        votre connaissance de l’Islam et de l’histoire laisse a desire. Ce sont les musulmans qui ont pendant des sciecles developper les sciences (mathematique, physique, chimie, droits, ...) alors qu’il regnait un obscurentisme profond dans le monde occidental.
        C’est en s’inspirant de leurs savoirs qu’a eu lieu la renaissance de l’occident.

        Preuve que le probleme ne vient pas de l’Islam ...
        A bon entendeur.


      • Thierry JACOB 28 novembre 2008 11:16

        BEUS...

        Les islamiques ont développé...au contact d’autres civilisations...de la à dire qu’ils se sont appropriés leurs connaissances...


      • mcm 27 novembre 2008 12:50

        Merci monsieur Jahanshah Rashidian de nous montrer avec précision les bienfaits de la rapt (religion d’amour de paix et de tolérance).

        Profitez-en avant que de tels articles ne soient interdits de publication pour cause d’islamophobie.


        • swakk 27 novembre 2008 12:57

          si seulement nos politiques lisaient agoravox
          ca aideraient a savoir que l’on ne traite pas avec ceux qui ont voués leur vie et leur religion a votre perte et a c’elle de vos valeurs et civilisation 


          • morice morice 27 novembre 2008 12:57

             par Thierry JACOB (IP:xxx.x67.115.10) le 27 novembre 2008 à 12H21 

             
            Trés bon condensé historique...merci JAHANSHAH ! 

            L’islam est une idéologie politique liberticide, esclavagiste, assassine, rétrograde... 

            il ne dit pas ça... il dit "Aujourd’hui, les Mollahs chiites au pouvoir en Iran se prennent pour les leaders de tous les musulmans." c’est DIFFERENT. 

            • morice morice 27 novembre 2008 12:58

               depuis 1979, les Mollahs s’imposent en chantant leur triomphe à travers le pays dévasté, bafoué, et réprimé par leur régime .

              ah ça c’est clair, mais le Shah et la France les ont bien aidés !!!! 


              • Satantango Satantango 27 novembre 2008 19:47

                C’est plutôt les Yankees qui non seulement ont mis en place le "dictatueur" Shah Mohamed Reza pour remplacer le laïque et démocrate Mohammed Mossadegh, celui qui a débuté le programme nucléaire Iranien, "assassiné" dans un malheureux accident d’avion,, celui qui les empéchait de faire main basse sur les richesses du pays. Exactement comme ils ont placé Nouri El Maliki en Irak pour remplacer Saddam Hussein et construit 5 de leurs 16 bases militaire en Irak à la frontière iranienne... Ou encore Hamid Karzaï en afghanistan.

                Ce même Mohammed Reza alias le Shah a ainsi pu en toute sérennité financer les armes nucléaires d’Israël.

                Etonnant, non ?


              • appoline appoline 28 novembre 2008 13:37

                Oui Morice, il ne faut pas oublier que Koméni avait la belle vie à Neauphles le Château.


              • ma1965 27 novembre 2008 12:58

                Merci de nous rappeler cet épisode bien peu connu nous rappelant que la Religion d’Amour de Paix et de Tolerance s’est répandue par le glaive et l’épée.

                Les terribles évenements de Mumbai sont l’illustration de l’Islam éclairé que l’on veut imposer a nos démocraties


                • fouadraiden fouadraiden 27 novembre 2008 13:05


                   La plus drôle quand on parcoure l’article qui revisite l’histoire depuis un bistrot allemand , c’est la profession de foi de l’auteur , elle se présente comme suit :

                  "Allemand d’origine iranienne, étudiant des années 80s à Paris, sans appartenance idéologique ou religieuse mais laïque et démocrate."
                   

                   c’est le syndrome turc , des islamisés qui cherchent à se purifier de l’arabité en se déclarant démocrates et laïques devant des occidentaux.

                   O grande Perse zoroastre où as-tu mis ta dignité !
                   


                  • Thierry JACOB 27 novembre 2008 13:15

                    L’auteur est bien plus que Perse et Zoroastre...il est laïque et démocrate...il n’est pas dans un coin confiné d’une région...mais à l’échelle du monde...
                    Adieu dogmes moyenâgeux, bonjour valeurs universelles...


                    • hihoha 27 novembre 2008 13:52

                      Un magnifique plaidoyer en faveur de la culture Perse.
                      Bravo et shalom.


                      • Le pirate des caraibes 27 novembre 2008 14:21

                        ah... les merveilles de l’islam ... smiley


                        • katalizeur 27 novembre 2008 14:45

                          @ l’auteur le nouveau salimane rushedy

                          peux tu nous faire le meme texte en denonçant la religion juive, ,,, ????? EUH .......NON
                          toi le laiique democrate ?
                          comme pour tes potes il y a a la clef :
                           1°) une protection policiere H24
                           2°) une bonne couverture merdiatique avec DHL et sa bande
                           3°) pas de conferences trop risqué........
                           4°) une carte de sejour en urgence de la par de hortenoeux
                           5°) l’avion de la ripoublique avec doctor cauchemard pour aller te chercher en allemagne
                           6°) reçu par le troll en chef avec cerise sur le gateau le legion d’hoynour comme bite en cour
                           7°) un poste garni au CNRS ou tu retrouveras l’autre cretin de foulosoff de comptoire

                          mais pour cela il faut que tu deniches un email d’un jeune ousbiquandais de 12/14 ans qui te menace de mort en Français (pour faire pleurer plus facilement les moutons au 20H)


                        • Gilles Gilles 27 novembre 2008 15:59

                          cake

                          "Le texte du Coran étant injustifiable, puisque même si il contient quelques versets pacifiques et tolérants, ceux-ci sont annulés par les versets plus tardifs qui les contredisent (les versets les plus tardifs étant considérés comme ayant autorité sur les précédents),
                          "

                          Il y a plusieurs écoles.... entre ceux qui prône la prééminence des versets les plus récents, ceux qui préfèrent les plus tolérants..... le Coran et les hadith (il ya des différence entre les traditions sunnites et chiites) s’interprètent largement ; donc la lecture que l’on en fait dépend largement de soi ou de l’imam du coin

                          Si en plus on rajoute que le Coran actuel n’est qu’une compilation "humaine" de plusieurs transmissions orales différentes existantes au quatre coin du monde islamique, et effectuées quelques décénies aprés la mort du prophète, on a de quoi s’enmêler les pinceaux


                        • Thierry JACOB 27 novembre 2008 16:38

                          GILLES...

                          Aprés la mort du prophéte...

                          soyons sérieux...assassin, voleur, esclavagiste, pédophile oui...mais prophéte...allons !

                          SOYONS SERIEUX

                          on parle histoire ou conte à dormir debout ???


                        • mcm 27 novembre 2008 16:47

                          @Gilles,

                          J’ai posé cette question à des centaines de musulmans sans avoir une seule réponse claire, aussi je vous la pose :

                          Pouvez vous vous me citer une seule bonne action qu’aurait fait Mahomet ?


                        • Satantango Satantango 27 novembre 2008 23:41

                          il a civilisé 1,500 000 000 d’humains et baver de jalousie les judéo-chrétiens qui n’ont pu que plagier (puis déveloper avec les colonisations) la culture, la sciences. les maths, les arts de la civilisation Arabo-musulmane. Jésus quant à lui a entubé 1 000 000 000 de crétins en les faisant croire que sa mère était vierge (insiménation artificielle ?) et qu’il marchait sur l’eau... 

                          Comme a pu le constater Amine Maalouf, personne n’a massacré autant de peuples que les Chrétiens depuis les Romains jusque GW Bush en passant par les Croisades et par Hitler ! T’es content ?

                          Le modèrateur est à l’image d’Agoravox ; sélectif et de parti-pris : c’est pas Mohammed qui est pédophile, c’est Dutroux et ses corréligionnaire...


                        • courageux_anonyme 28 novembre 2008 01:18

                          quel est le rapport entre les Juifs et l’article ?
                          Est-ce que les Juifs menacent la France ? Ils posent des bombes à Paris ? Toujours à vouloir dévier le sujet, certains...


                        • docdory docdory 28 novembre 2008 11:17

                           @ Thierry Jacob

                          Et encore , cette liste s’arrête à l’an 2000 ! Il faudrait que le site la réactualise ...


                        • Thierry JACOB 28 novembre 2008 11:28

                          SATANTANGO...

                          IL a civilisé...
                          on en voit encore les effets aujourd’hui...

                           Aïcha a dit : « J’avais six ans lorsque le Prophète m’épousa et neuf ans lorsqu’il eut effectivement des relations conjugales avec moi. ».[2

                          un peu d’histoire SATANTANGO... ???


                        • JJ il muratore JJ il muratore 1er décembre 2008 18:44

                          @Satantango. Vous avez le droit d’être en colère (il se pourrait même qu’il y ait de quoi !) mais votre colère vous amène à dire des...bêtises. Par exemple que l’Islam aurait civilisé 1 500 000 000 de personnes ! Qu’il y ait actuellement ce grand nombre de musulmans c’est certain, mais d’affirmer qu’ils sont tous civilisés c’est exagéré et en outre cela présuppose qu’avant l’Islam ils ne l’étaient pas. Il faut être très prudent dans ce domaine car c’est avec ce genre d’exagération et d’inexactitude que vous entrainez des non-civilisés, pourtant Musulmans, à détruire par exemple les deux Bouddhas géants en Afghanistan, pourtant patrimoine mondial !
                          Ensuite votre colère vous autorise à insulter une autre religion (en fait toute religion excepté la votre) mais comme nous sommes civilisés nous n’allons pas lancer une fahtwa contre vous.
                          Bref je trouve lamentable que l’on accuse et traine dans la boue la religion Musulmane, et tout autant telle autre. Comme quoi la colère n’est pas bonne conseillère !
                          Salam !


                        • Grégory 27 novembre 2008 14:54

                          J’ai voté pour cet article mais je le regrette un peu, car au fur et à mesure de la lecture il me semble partisan. Je note par exemple l’emploi des mots "massacre" et "esclavage" à répétition - mots qui sont fortement connotés. Je ne remets pas en doute leur validité mais il faut bien voir qu’à l’époque de telles situations étaient tout sauf isolées (d’ailleurs même maintenant...). La civilisation occidentale s’est basée en continue sur l’esclavage, l’eradication brutale de ses concurents, la conquête et l’évangelisation.

                          Comme cet article est publié sur un site de culture et public occidentaux, en situation de guerre possible avec l’Iran, il me semble malhonnête et propagandiste de présenter les choses comme si les musulmans étaient historiquement malfaisants. Pour commencer pourquoi ne pas préciser qu’esclavage et massacre étaient aussi des pratiques existants en Perse avant les musulmans ? Pour donner l’impression que les gentils Perses ont été éradiqués par les vilains Mollahs ? Pourquoi ne pas mentionner les apports fondamentaux de la culture Perse à l’Islam ? Pour donner l’impression d’un écrasement unilateral à l’occidental, genre conquête des amériques ?

                          Les commentaires me confortent dans cet impression d’une audience qui apprécie de se voir confirmer ses opinions intimes. Ceci n’est pas un travail de recherche, ceci est une utilisation de données historiques à des fins partisanes.

                          Et ce parti là, je n’en suis pas.


                            • katalizeur 27 novembre 2008 15:09

                              @ L’auteur ...................laiique et demoncrate..

                              Islamophobie quand tu nous tiens !

                              par Fayçal Megherbi *
                              Nous assistons, depuis quelques jours, à une importante montée d’événements et de comportements anti-musulmans en France et partout en Europe.

                              Dans cet article, nous dressons, d’abord, un constat des situa-tions d’islamophobie en France et en Europe, ensuite, nous présentons les rapports des organisations européennes et onusiennes portant sur l’état des lieux du racisme, l’antisémitisme et l’islamophobie en Europe et partout dans le monde et nous concluons notre contribution avec des propositions de recommandation et des solutions contre ce fléau qui ronge les sociétés européennes.

                              En début du mois de septembre, l’opinion publique française était interpellée, par la presse française, sur le cas de Mme Sabeh KADI, jeune française d’origine maghrébine demeurant en Seine-Saint-Denis et souhaitant passer son permis de conduire. Elle a fait l’objet d’un refus discriminatoire d’inscription par un établissement privé d’auto-école situé dans la ville où elle habite, à Pavillons-Sous-Bois. Le responsable lui aurait tenu des propos tels que : « Le tchador ne passe pas ici », « le foulard ici est interdit » et l’a priée d’aller s’inscrire dans un autre établissement. Ce refus de servir constitue pourtant un délit à caractère discriminatoire à raison de la religion, prévu et réprimé par les dispositions de l’article 225-2 du Code pénal français. Une association des Droits l’homme, le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples, a saisi la HALDE (), organe français de lutte contre toutes les formes de discrimination, de cette infraction et compte déposer une plainte pénale.

                              Cette affaire s’ajoute à beaucoup d’autres. En effet, après la condamnation d’une propriétaire d’un gîte dans les Vosges pour avoir refusé, et sur les mêmes raisons, la location d’une chambre à une Française d’origine marocaine, après les répétitions de profanations des cimetières musulmans, inscriptions racistes dans un établissement scolaire à Montpellier, développement de sites islamophobes sur Internet, cette nouvelle affaire est un révélateur d’un enracinement de cette nouvelle forme de racisme à l’endroit des musulmans.

                              Dans un autre pays d’Europe, les 19, 20 et 21 septembre 2008, un rassemblement de l’extrême droite européenne se tient à Cologne (Allemagne), à l’initiative du mouvement xénophobe et raciste allemand Pro-Köln, organisé à Cologne (Allemagne) , appelant à un « rassemblement contre l’islamisation. » Le motif initial de cette manifestation est de s’opposer à la construction d’une mosquée dans cette ville.

                              D’autres organisateurs se sont associés à cette initiative : le FPÖ autrichien -ancien parti de Jörg Haider, le Vlaams Belang flamand -successeur du Vlaams Blok, qui s’est auto-dissous pour éviter une condamnation pour racisme et xénophobie, la Ligue du Nord italienne, membre de la coalition gouvernementale au pouvoir. La presse d’extrême-droite et les organisateurs annoncent la venue de représentants du Front National et MNR, de l’élu identitaire alsacien Robert Spieler, d’un député allemand qui a fondé un parti qui s’appelle « Travail-Famille-Patrie », de groupes liés au néo-conservateur américain Pat Buchanan, du parti fasciste britannique BNP.

                              Ce rassemblement vise à la fois à préparer les campagnes électorales de l’extrême-droite en Allemagne, et à développer la coopération entre les mouvements d’extrême-droite européens, sur le thème de la « lutte contre l’islamisation. »

                              Cette provocation dans la mise en place d’une stratégie politique de l’extrême droite européenne vise, principalement, à désigner l’ensemble des musulmans vivant en Europe, comme des islamistes potentiels et des ennemis de la « civilisation » et de « l’identité européenne » et de contribuer à alimenter en véhiculant ces messages, l’idéologie de l’extrême-droite, voire même des groupes néo-nazis. Le parallèle avec les idées et mouvements antisémites du XXe siècle est flagrant.

                              Ce rassemblement est d’autant plus dangereux qu’il se situe dans un contexte particulièrement inquiétant où l’antisémitisme et l’islamophobie progressent de façon inquiétante en Europe. Ainsi, selon une enquête réalisée en 2008, dans 24 pays du monde, par le Pew Ressearch Center, 46% des Espagnols, 36% des Polonais, 34% des Russes et 20% des Français ont une mauvaise opinion des juifs.

                              Dans le même sillage, ils sont 52% des Espagnols, 50% des Allemands, 46% des Polonais et 38% des Français qui se disent avoir une mauvaise opinion des musulmans.

                              Après les multiples alertes signalées dans les rapports publiés, dès le 10 octobre 2001, c’est-à-dire après les attentats du 11 septembre 2001, par l’Observatoire européen des Phénomènes racistes et xénophobes de Vienne, sur les réactions anti-islamiques dans l’Union européenne et renforcées par les différents rapports spéciaux du comité pour l’élimination de la discrimination raciale de l’ONU, les gouvernements des Etats européens autorisent des rassemblements, la tenue prônant l’intolérance et le racisme. M. Maurice Glele-Ahanhanzo (2) a présenté, dans le cadre de son rapport du 13 février 2002, un chapitre relatif à l’« Impact des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis d’Amérique sur des musulmans, des Arabes et d’autres populations originaires d’Asie » et a déjà attiré l’attention des gouvernements, en estimant qu’il est « bien évidemment trop tôt pour tirer des conclusions générales mais plusieurs rapports mettent en évidence le fait que les hommes politiques et d’autres guides d’opinion joueront un rôle essentiel dans l’influence de l’orientation future des opinions publiques ». Lors de l’Assemblée générale de l’ONU, tenue le 7 novembre 2007 M. Doudou Diène (), Rapporteur spécial sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance qui y est associée, a attiré l’attention des Etats membres sur « les signes alarmants de régression du combat contre le racisme, la discrimination raciale et la xénophobie liée à deux développements graves : la banalisation du racisme et de la xénophobie par la prégnance des plates-formes racistes et xénophobes dans les programmes politiques des partis démocratiques, et la montée de la violence politique raciste. » et a recommandé « l’importance de la promotion et de la mise en oeuvre de la Déclaration et du Programme d’action de Durban, particulièrement dans le cadre de la préparation de la Conférence d’examen de Durban, qui devrait se tenir en 2009. »

                              M. Diène suggère ensuite de « promouvoir le lien entre le combat contre le racisme et la xénophobie avec la reconnaissance et la promotion d’un multiculturalisme démocratique, égalitaire et participatif basé sur deux principes : la reconnaissance, le respect et l’expression des spécificités ethniques, culturelles et religieuses, et le principe de la nécessité de la promotion des interactions et interfécondations entre les différentes communautés. »

                              De son point de vue, ces deux principes constituent « l’expression de la dialectique de l’unité et de la diversité qui seule garantit l’équilibre dynamique d’une société multiculturelle et permet de transformer les tensions identitaires, sources de discriminations, en vivant ensemble, respectueux de la diversité. » C’est pourquoi, il est fort recommandable que les Etats européens prennent en urgence les bonnes mesures politiques pour éradiquer ces fléaux qui touchent leurs sociétés et combattent les idéologies extrémistes et haineuses en prônant la tolérance et les principes des Droits de l’homme.



                              * Juriste et élève-doctorant à l’Université de Perpignan.
                              http://hogra.centerblog.net/
                              http://hogra.centerblog.net/

                              • perditadeblanc perditadeblanc 27 novembre 2008 15:10

                                 Affligeant cet article de l’oncle TOM,
                                qu’il veuille bien faire plaisir aux sionistes je comprends,mais minute....juste une chose à dire,d’abord j’y étais moi l’année derniére en Iran et il n’y a rien de comparable aux dires, et mensonges de ce soit disant démocrate et laÏque Iranien veut bien nous le faire croire.Les musumans Iraniens ont fait faire un bond fulgurant
                                à la civilisation islamique,grâce à leurs penseurs ,poêtes,philosophes et j’en passe.
                                A croire lorsqu’on lit cet article, que les Iraniens vivent sous le joug d’une calamité dont ils ne peuvent se défaire.Mais la vérité est toute autre, L’Iran vit sous embargo américain depuis bientôt 30ans ,ainsi que sous la menace des bombardiers israêliens,L’Iran a de plus subit 10 ans d’une guerre horrible contre l’Irak de Saddam assidument concocté par ses protecteurs de l’époque qui l’ont ensuite pendu comme un mouton le jour de l’AÎD.l’Iran est une civilisation plusieurs fois millénaire,c’est le berceaux des plus grandes civilisations ,elle attise la haine des jaloux et des vendus.
                                Que Dieu protége l’Iran......


                                • Jahanshah Rashidian Jahanshah Rashidian 27 novembre 2008 15:19

                                  Merci chers internauts, Geko, Thierry, mcm, ma 1965, foaudraiden, morice, hihoha..., pour avoir laissé votre réflexion.

                                  Je corrige un passage du texte en rajoutant un poit "." raté car cette pherase ainsi corrigée peut miex répondre à notre ami qui demande le role du Shah et l’occident dans la mainmise du pouvoir des Mollahs.
                                  Voila la phrase orignnale :

                                  ...puis sous le dernier Shah Mohammad Reza Pahlavi (1925-1979), les Mollahs accrurent encore leur pouvoir sous seize ans du règne de Reza Shah, les Mollahs perdent relativement leur influence politique. Tandis qu’en Iran, mis à part cette courte période de Reza Shah, l’influence des Mollahs grandissait....

                                  Voila la correction : ...puis sous le dernier Shah Mohammad Reza Pahlavi (1925-1979), les Mollahs accrurent encore leur pouvoir. Sous seize ans du règne de Reza Shah, les Mollahs perdent relativement leur influence politique. Tandis qu’en Iran, mis à part cette courte période de Reza Shah, l’influence des Mollahs grandi...

                                  Je précise que le Shah croyait, comme la plupart des dictateurs mégalomanes, que certaines forces divines, d’origine des Imams chittes, ont activement prortegé son trone ; pour ca, le Shah n’ était pas vraiment dur contre les opposants religieux, tandis que l’était contre les autres.

                                  L’occident, decu et désillusionné par le maintien du Shah, a laissé aller les evenments à facon que le Shah soit repmlacé par les Mollahs avant qu’un detournement de la révolution vers une revolution socialiste soit envisageable— le plan de Berzenski " Ceinture Verte ".


                                  • Médiateur Médiateur 27 novembre 2008 15:36

                                    La correction vient d’être faite.


                                  • Satantango Satantango 28 novembre 2008 03:11

                                    "Sous seize ans du règne de Reza Shah, les Mollahs perdent relativement leur influence politique. Tandis qu’en Iran, mis à part cette courte période de Reza Shah, l’influence des Mollahs grandi..."

                                    Tu en écris toujours autant de telles âneries ?

                                    D’autant plus que le "modérateur" aveugle se met au garde à vous pour cautionner ce genre d’inepties  !

                                    Au fait tu t’es exilé parce que tu étais très proche de la famille du Shah Mohammed Reza (le dictateur d’à peine 16 ans ...une misère, "Tandis qu’en Iran", "cette courte période"... !), (avec un prénom pareil cela ne m’étonnerait pas), ou parce que tu as été pourchassé par les Mollahs "jusque dans les chiottes" ?

                                    Les Occidentaux, les USA et Giscard, lui, le recevait en grandes pompes avec sa Shabanou en lui baisant les babouches, l’ont laissé crever en lui refusant l’asile. Jusqu’à ce que le Roi du Maroc Hassan II, toujours roublard, ne lui accorde gîte et couverts avant qu’il ne parte mourir ailleurs dans l’indifférence générale...


                                  • jak2pad 27 novembre 2008 15:55

                                    article très intéressant, clair et concis, et qui par contraste fait paraître ridicule le galimatias de cette pauvre en pensée qui signe perdita, et surtout d’un doctorant ( sic) qui provoque l’étonnement puis le rire...


                                    • Thierry JACOB 27 novembre 2008 16:00

                                      Iran Resist

                                      PETITVERREDEBLANC...L’Iran ...avant...l’islam, était une grande civilisation ...et depuis, comme partout ailleurs...au moins dans les têtes, c’est l’obscurantisme qui gagne du terrain ! 


                                      • Jahanshah Rashidian Jahanshah Rashidian 27 novembre 2008 16:37

                                        Cher Médiateur,
                                        Merci pour la correction !


                                        • Martin D 27 novembre 2008 16:55

                                          article très orienté...ça ne m’étonnerait pas que l’Histoire serait revisité par ce laique sans appartenance religieuse ou ideologique et allemand d’origine iranienne....


                                          • armand armand 27 novembre 2008 18:17

                                            Cher Jahanshah (s’appeler ’empereur du monde’ n’est-ce pas lourd à porter ?)

                                            Si je puis me permettre un regard critique, vous semblez opposer la civilisation zoroastrienne et l’Islam, alors qu’une fusion s’est opérée assez tôt. D’ailleurs, très vite, les Abbasides ont emprunté à la défunte monarchie sassanide toute la symbolique et le faste royaux, peu présents du premier temps des Ommayades. On pourrait même soutenir que la civilisation persane a bien plus influencé la civilisation arabe que l’inverse...
                                            Vous mes faites penser à certains ’paganistes’ qui, en Occident, considèrent comme la plus terrible des catastrophes la conversion de Constantin au christianisme.

                                            Les chiites étaient, certes, minoritaires, mais bien représentés dès les premiers temps en Iran : le calife Al-Mamoun a voulu instituer l’imam chiite ali Rida comme héritier ; le fondateur de la dynastie ismaelienne des Fatimides, Al-Mahdi, est venu précisément d’Iran jusqu’au Maghreb où il a détrôné les Aghlabides. Il y a bien eu une dynastie chiite des Bouyides. Quant à l’Iranité des sultanats qui acceptaient du bout des lèvres la suzeraineté du calife, les Samanides disaient descendre des Sassanides, et c’est sous Mahmoud de Ghazna, comme vous le savez, que Ferdousi a composé le Chahnameh. Je ne pense pas que vous voudriez nier la grandeur - et l’iranité - de Sa’adi, Hafez, Nizami et tant d’autres sous prétexte qu’ils étaient musulmans...

                                            Alors, très bien, on ne saurait contester la conversion forcée de populations sunnites sous la férule inflexible de Chah Esmail. Mais de là à y voir les origines de la funeste doctrine de velayat-i-faqih, c’est à mon sens exagéré. Sous les Séfévides le Chah dominait le clergé, et non l’inverse. En somme, un système assez proche de celui des Sassanides, où le Chahanchah régissait les mobads. D’ailleurs les Qadjars se sont entichés de l’ancien Iran et ont lancé la mode qui a perduré jusqu’au dernier Pahlavi de se présenter comme hériters de Darius et d’Ardéchir - on le voit bien dans leurs fresques et leurs bas-reliefs calqués sur ceux des dynastes pré-islamiques.

                                            Vous avez l’air de vous en prendre aux rites chiites des taziyehs - c’est dommage, car c’est une des plus belles évocations du sacrifice et de la cruauté des hommes, comparable aux plus belles messes de Pâques chez les chrétiens et imprégnée du même esprit.

                                            L’idéologie tordue et les exactions des mollahs ne doivent pas rejaillir sur toute la civlisation arabo-persane, qui, pendant plusieurs siècles, a fourni une belle culture de référence depuis la Turquie jusqu’aux frontières de la Chine, l’Inde y comprise. Et il n’y a pas pire ennemi de cette civilisation que les salafistes actuels et leurs équivalents chiites au pouvoir en ce moment.

                                            Khoda Hafiz...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès