Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Islam radical, quel avenir post-révolutions dans le monde arabe (...)

Islam radical, quel avenir post-révolutions dans le monde arabe ?

Les révolutions qui ont secoué la Tunisie et l’Egypte et qui vont sûrement encore secouer de nombreux sinon tous les régimes arabes, auront fait d’une pierre deux coups. Premières cibles abattues, les dictateurs et leur régime despotique appuyés par un arsenal de constitution, de lois et de décrets taillés sur mesure et par une machine gouvernementale corrompue à tous les échelons, véritable rouleau compresseur arbitraire.

Outre ces trophées, une seconde cible qui, si elle n’a pas été totalement touchée, aura du moins reçu un très gros coup qui va lui faire battre de l’aile pendant quelques temps. Ce sont les mouvements religieux intégristes et salafistes.

Les révolutions auxquelles nous assistons depuis le mois de janvier sont le fait de la seule jeunesse dont les deux leitmotivs récurrents sont : Liberté, Dignité.

La moyenne d’âge des manifestants qui ont tenu le haut du pavé se situait entre 20 et 40 ans. Bravant la brutalité du pouvoir, leur ardeur et leur courage ont brisé le mur de la peur. A toutes les menaces proférées par des gouvernements qui se sont retrouvés en un temps record moribonds, ils ont répondu avec hardiesse et fermeté : Liberté, Dignité.

En durcissant, leur grogne révélait chaque jour un peu plus l’inefficacité des armes de leurs dirigeants, tout comme elle révélait l’inefficacité de leurs signaux lancés à l’étranger quant aux risques courus si l’aide extérieure ne se manifestait pas.

Société, islamisme et pouvoir

La confiscation du pouvoir par les équipes qui se sont retrouvées à leur tête après les indépendances est la première blessure qui a poussé les différentes couches des sociétés à opérer un repli sur soi. Ecartées du jeu politique, elles n’ont même pas participé à la distribution des bons points tels que refonte de constitutions ou promulgations de lois et décrets leur accordant parfois de larges droits considérés aujourd’hui comme des acquis très précieux.

Vécue comme une duperie par les peuples, la gouvernance post coloniale a entraîné le vide quasi absolu dans tous les domaines de la vie civile, empêchant une reconstruction saine de l’identité nationale, qu’elle fût panarabe ou panislamique, leviers des combats contre le colonisateur.

La nature ayant horreur du vide, il était prévisible que les peuples allaient tenter de reconquérir leur citoyenneté civile annulée par divers moyens. En empruntant le chemin le plus court, bon nombre se sont acheminés vers la foi.

A la base, personnelle et individuelle, donc peu susceptible de leur être arrachée, cette foi devient très vite une réponse aux maux qui greffent les nations et le seul moyen de retrouver une dignité depuis longtemps perdue. De plus en plus d’appels au Djihad se font entendre dans les mosquées où la plupart des prêches deviennent des incitations à la lutte contre toute autre forme de gestion de la société que celle prévue par le Coran, la Sunna et la Sharia et à la mobilisation contre l’influence occidentale Sa perte de crédibilité, l’Occident en sera lui-même à la fois instigateur et victime.

Malgré l’humiliation ressentie par toute la nation arabe au lendemain de la guerre des six jours, c’est la première guerre du Golfe qui va voir se cristalliser le sentiment de rejet d’un Occident perçu comme une entité rapace et vorace, sans foi ni loi, pillant et détruisant tout sur son passage. Exception faite pour une minorité, les valeurs occidentales ne représentent plus le modèle à suivre. C’est pour les fondements de la Sharia que les options vont être dirigées.

Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelques chose

Brandie par l’Occident contre une révolution iranienne qui a pris de court tout le monde, la menace islamiste va se transformer petit à petit en la diabolisation de l’Islam dont l’apport à la Renaissance qui va sortir cet Occident des ténèbres, n’est plus à démontrer. A postériori, on réalise que ce ne sont pas tant les droits de l’Homme les plus élémentaires qui étaient l’objet du militantisme anti-khoméiniste mais bien plus la perte d’un allié solide pour Israël et ses protecteurs, en la personne du Shah d’Iran.

La campagne anti-islamique lancée dès la chute du bastion iranien va aller crescendo pour atteindre son point culminant en septembre 2011. A ce jour, point de conclusions de l’enquête, mais le « but » est atteint. La mémoire collective a fini par intégrer les paramètres présentant l’islam comme une religion sanguinaire, criminelle, despotique, antidémocratique, réfractaire à toutes formes de modernisme. Depuis bientôt près de quatre décennies, l’Islam est pointé du doigt par les médias, les télévisions et même le cinéma. Difficile d’y rester imperméable ou indifférent.

La confusion entre l’islamisme et l’Islam est une aubaine pour les régimes dictatoriaux arabes. Judicieux, ils tournent la situation à leur double avantage.

S’attribuant le rôle de protecteurs du peuple contre ce fléau social, ils s’érigent comme seul rempart contre l’Islamisme face à un Occident aux populations désemparées et aux gouvernements complices de leurs forfaits et passés maîtres dans l’art de la duplicité. Marginalisées et rejetées par tous, les couches les plus diverses des sociétés musulmanes, vont venir grossir les rangs des armées levées par les chefs islamistes frustrés de ne pouvoir partager si ce n‘est s’accaparer le pouvoir. De cette frustration va naître une situation intenable où les peuples seront pris en otage entre un épouvantail islamiste et une répression sanguinaire se nourrissant l’un de l’autre.

La fin de la victimisation

En Tunisie, le 14 janvier 2011, comme en Egypte le 11 février, la jeunesse a fait tomber le rideau sur cette pièce de théâtre sordide, refusant de continuer à y jouer le rôle de spectateur. Elle va plus loin en décidant d’en devenir l’acteur principal. Les deux précédents comédiens vont devoir faire avec le scénario de la nouvelle pièce de théâtre écrite par cette jeunesse et dans laquelle l’Etat islamique n’est pas à l’ordre du jour.

Dans leur combat contre les régimes en place, les Islamistes ont beaucoup souffert. Poursuivis sans relâche, ils ont payé un très lourd tribut : exil, emprisonnement, torture, dislocation des cellules familiales, isolement social, confiscation de biens … Aujourd’hui, les uns sont rentrés d’exil quand les autres ont quitté les prisons ; tous ont retrouvé leur dignité ainsi que leur droit à la liberté et à l’exercice de la démocratie. Bien qu’adversaire principal du gouvernement, ils n’ont pas été les vainqueurs de la partie de bras de fer joué contre lui. Ce sont les jeunes qui ont terrassé la bête.

Pourtant certains avancent encore qu’aujourd’hui, en cas d’élections législatives, les partis religieux des deux pays seraient en mesure de remporter 30% des sièges aux Parlements respectifs. Rien n’est moins sûr si l’on tient compte des nouvelles dynamiques qui sont en train d’apparaître. Nul ne peut nier que ces organisation demeurent une force d’opposition importante, sans compter que les nouvelles générations d’Islamistes, sont devenues effectivement non violentes et qu’elles ont évolué sur la question de la démocratie, des femmes et de la société civile. Aujourd’hui, leur primauté est donc non à la mobilisation sur les grands slogans de l’Islam politique mais au travail social.

Il reste qu’elles ne mènent pas le mouvement et qu’elles ne représentent pas la majorité de l’opposition. Parlant de l’Egypte, Patrick Haenni, sociologue affirme que « les Frères musulmans, dépassés par un islamisme light, avec une religiosité personnalisée qui n’est obsédée ni par la charia ni par l’Etat islamique, contrôlent de moins en moins bien la dynamique de réislamisation de la société égyptienne ».

La grande inconnue aujourd’hui demeure la manière dont les partis religieux vont exercer le jeu politique ? Maintenant qu’ils ne sont plus dans l’adversité, quelle va être leur nouvelle stratégie ?

Radicalisation ou libéralisation ? Crispation ou démocratie ? Le primat social l’emportera-t-il sur le primat politique ? Ce dernier l’emportera-t-il sur le primat religieux ? La conclusion de Patrick Haenni « Je crois que la grande leçon de ces deux révolutions, celle de Tunisie et maintenant celle d’Egypte, est l’irruption de nouveaux acteurs avec de nouvelles manières de faire de la politique qui prennent à contre-pied toutes les formations traditionnelles, islamistes ou non » constitue une ébauche de réponse.

Fatma BENMOSBAH


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • stephanemot stephanemot 14 février 2011 10:12

    Je suis plutot inquiet a court terme et optimiste a moyen-long terme. Le choix entre dictatures et fondamentalismes est depasse et la renaissance musulmane ineluctable :
    http://blogules.blogspot.com/2011/02/le-rideau-de-sable-et-la-renaissance.html


    • NeverMore 14 février 2011 11:31

      « La fin de la victimisation » ...
      Il suffit de lire l’article pour constater que ce n’est pas pour aujourd-hui.

      "
      La grande inconnue aujourd’hui demeure la manière dont les partis religieux vont exercer le jeu politique ?
      Effectivement, la question ne porte désormais que sur la manière ; il suffit d’écouter le prêche dans les mosquées, pour que l’incertitude se réduise. 


      • Png persona-nongrata 14 février 2011 12:21

        L’Iran est un bon exemple et une réussite si un temps soit peu on se libére de la propagande sioniste qui tend a diaboliser en parmanence cette théocratie.

        Il y’a des élections libres , des juifs au parlement et malgré l’embargo et le boycott la RII est en constante évolution social et technologique depuis trente ans.

        La preuve isr-heil fait dans son froc en ce moment et de l’opération « plomb durcis » on passe à l’opération « coulée de bronze »...

         L’injustice n’a que trop durée et l’avenir appartient a ces peuples seuls et ils n’oublient pas également le rejet unanime de la communauté occidentale quant à l’élection démocratique et transparente du Hamas .

        La démocratie à partir du moment ou on vote pour notre pantin , ça c’est fini aussi .

         La réalité est dans votre article ;

        « Dans leur combat contre les régimes en place, les Islamistes ont beaucoup souffert. Poursuivis sans relâche, ils ont payé un très lourd tribut : exil, emprisonnement, torture, dislocation des cellules familiales, isolement social, confiscation de biens … »

        Ca aussi c’est fini !



        • Emmanuel Aguéra LeManu 14 février 2011 12:54

          Je sais plus où j’ai lu cette phrase d’un intellectuel maghrébin et qui m’avait tant plu :

          A la question « Et n’avez-vous pas peur d’une recrudescence du problème islamiste ? », il avait répondu :
          "Les Islamistes, un problème chez nous ? Bof, pas plus que le FN chez vous... environ 20%.


          • Deneb Deneb 15 février 2011 05:47

            LeManu : ce n’est pas parce qu’ils ne soient que 20% qu’il ne faille pas les combattre. Le problème est qu’ils profitent de la détresse économique des gens pour les embrigader dans le radicalisme, autant FN que les islamo-fascistes. Et comme nous sommes en crise économique permanente, leur rangs grossissent, alimentés par tous les crédules à qui on continue à donner des bouts de pain au lieu de leur apprendre à le fabriquer soi-même. L’islamisme est un problème assez grave, autant que l’obscurantisme chrétien ou autre. Et il faut lui rentrer dans le chou, pas physiquement, mais en utilisant les mêmes armes immatérielles : aux prieurs qui occupent la rue, faisons passer un défilé de filles passablement dévêtues, dans la limite de la loi, bien sûr. Si chaque fois que l’on rencontre une femme voilé dans la rue, on se mettrait une plume aux fesses pour bien montrer que nous aussi, nous avons le sens de l’esthétisme exotique, la rue serait moins pollués par ces ninjas. L’arme absolue contre la religion c’est l’humour. Le ridicule ne tue pas, mais ridiculiser une religion ce n’est pas seulement facile, mais aussi agréable et diablement utile pour que le monde aie un peu plus les pieds sur terre. Jamais aucune guerre n’a été allumé avec de l’humour.


          • LADY75 LADY75 14 février 2011 13:10

            Lady Panam’ n’a rien à dire :

            Pas plus d’ailleurs que la majorité des intervenants qui vont s’bousculer sur le sujet !

            L’un invoque d’entrée « le prêche dans les mosquées », nous laissant imaginer que, par un réseau des plus efficaces, il dispose d’une transcription tous les samedi matins !

            Ensuite, un fedaï du net nous présente l’idéologie politico-religieuse comme la seule planche de secours pour la reconnaissance des droits du peuple palestinien, oubliant le FPLP et d’autres mouvements laïques qui furent longtemps le cauchemar d’Heretz Israel, qui préféra, au début du mouvement et avec la bénédiction des Etats Unis, faire profiter de sa bienveillance le Hamas pour contrer les mouvements de libération trop « marxistes ».

            S’il es ququ’chose qui devrait inquiéter, c’est l’absence de mouvements de la gauche que l’on pourrait qualifier de « radicale » dans ce que l’on se complait à nommer des « révolutions ». Le peuple est présent, celui des chômeurs et des laissés-pour compte du virage libéral pris par la Tunisie à l’arrivée de Ben Ali et de ’Infitah de Sadate (un ex-sympathisant des « Ikhwan al MÛslimin ».. qui signa l’accord de paix avec Israel !), mais ne sont encensés en nos media qu’une frange de « bloggers », rejetons « high tech » de la bourgeoisie locale et qui intégreront les places laissées vacantes par les gérontocrates trop mouillés avec les dictateurs en fuite.

            Religion et neo-libéralisme trouveront un accord, sous la houlette bienveillante des Etats Unis et de l’Europe.. tandis que le peuple, floué, se tournera vers la foi..

            Pas très joyeuze c’matin, m’direz-vous ?

            Normal, il pleut !


            • Png persona-nongrata 14 février 2011 13:22

              Tout musulman éduqué et conscient de ses droits fondamentaux en tant qu’être humain, vous dira que son référentiel c’est le message universel de l’islam et que son action est politique qui se résume à acquérir une part de sa vie terrestre dans la dignité sans troquer l’autre part dans l’au delà. 

              L’Occident éduqué, doit-il reprocher à la rue arabe d’avoir extrait la science même de l’action politique pour l’appliquer à son propre champ de vision du monde ?


            • brieli67 14 février 2011 14:07

              pas très matinale, M’ame Léonie

              aille était dans la verdure à crocus et violettes  ?

              Le Long Léo majordome du Ritz vous cherchait en vain :
              un câble de la Bruche ou du n’ Ill ( chais plus)vous attend : une vraie mélopée

              Soit dit en passant :
               les blanches du Piémont sont annoncées en fin de semaine :
              asperges et truffes blanche de saison.
              à la Fontenelle comme d’hab ?
              et du muscat d’Alsace pour varier les plaisirs ?

              La table est mise.
              venez à l’improviste, mais venez !


            • docdory docdory 14 février 2011 14:24

              @ Personna non grata 

              « Le message universel de l’islam » dites-vous ?
              Il n’y a aucun message universel de l’islam.
              Ce message ne concerne que les 1,5 milliards d’habitants de la planète soumis au joug musulman ( et dont une partie non négligeable ne demanderai rien de mieux que d’être débarrassée définitivement de ce prétendu « message universel » ) .
              Pour les 5 autre milliards d’habitants de la planète ce « message universel » est au mieux sans intérêt, ou ( au choix ) effroyable, répugnant, consternant, sectaire, imbécile, rétrograde, passéiste, moyen-âgeux, méprisable, ultra-violent, haineux, insupportable, paranoïaque, misogyne, sanguinaire, liberticide, et j’en passe !

            • LADY75 LADY75 14 février 2011 15:17

              Lady Panam’ peut-elle s’offusquer ?

              « M’sieur Briely, au temps d’ma jeunesse, et dans les communes environnant la »zone« des fortifs, parler d’asperges à une jeune fille (Ey j’pourrais bien encore en être une !) l’était plutôt inconvenant et suspicieux quant à la vertu supposée d’la donzelle.

              En effet »Aller aux asperges« était l’expression désignant l’activité des »pierreuses« .

              Au vu d’la susceptibilité de nombre de harpies auto-proclamées féministes patrouillant sur c’site.. risquez fort d’vous faire caillasser par de pareilles allusions.

              Fermons donc la parenthèse : les asperges du Piemont qu’arrivent ? Mais c’est l’annonce du printemps !

              Alors, và pour le Muscat d’Alsace.. mais la truffe blanche ? J’me damnerais pas pour ça ! »


            • brieli67 14 février 2011 15:45

              Il y a la noire et bosselée à bien frotter à la brosse et à l’émeri
              que nous conservons dans des Weck avec des oeufs de vraies poules
              va pour l’oeuf de nos bocaux ? la demi-dozaine avec des mouillettes au pain bis

              Fini les sombres dimanches ......

              on devrait censurer Veronika cette ritournelle de Berlin ou de Vienne
              tralala.
              Die ganze Welt ist wie verhext,
              Veronika, der Spargel wächst !

              tralala Véroniqua ! Le monde est comme ensorcelée : car l’asperge pousse

               


            • LADY75 LADY75 14 février 2011 15:56

              Lady Panam’ se promène :

              Viel dank für le jeu de piste aux trésors de ritournelles pousse-au-suicide !


            • Lord WTF ! Lord Franz Ferdinand Of F. In S. 14 février 2011 16:43

              Tiens pour le Doc, une autre mélopée de FF ! smiley

              Et afin de compléter la perspective offerte par cet article, quelques rappels aux monomaniaques sectateurs du choc-des-civilisations et de la Force Obscure Barbue…

              Zo…

              Al Thowratna Madaniyya, la Sayfiyya, la Diniyya !  soit notre révolution est populaire, ni violente, ni religieuse voilà un des slogans principaux de la revolution du Lotus, avec l’autre plus connu Irhal soit dégage à l’attention du vieux&très-collant raïs…

              I. En cas de révolution téléguidée par les Barbus, la plupart des slogans aurait contenu au moins une fois ( version light) le vocable islam : or pas de slogans religieux dans les manifs car ce n’est pas une révolution (toujours en cours : la place Tahrir n’étant qu’un centre parmi d’autres) d’une véritable révolution représentant les Egyptiens dans leur diversité et au-delà de leurs clivages politiques, religieux, etc…    

              Alors oui, les Frères Musulmans ont participé au mouvement, mais sur le tard , et de manière assez ambiguë : ils ont été vraisemblablement aussi surpris que les chancelleries occidentales, mais non les Frères Musulmans in real life n’ont que peu à voir avec la présentation que les écrans du Monde Libre en font…la menace barbue a perdu de son hyperpilosité depuis quelque temps déjà : pour des raisons diverses et variées.

              Une première étant l’abandon relative du champ politique depuis quelque temps déjà : à de nombreuses occasions où ils auraient pu agir politiquement : ils se sont tous simplement effacés : que ce soit au niveau des élections, ou post-élections en soumettant à la Justice égyptienne les habituelles contestations sur le résultat des votes ; ensuite en se joignant déjà depuis des années (exemple le mouvement antérieur Kefaya) avec les divers groupes de l’opposition égyptienne (nationaliste, laïcs, gauche, etc…) ; enfin vu la nature de l’état Moubarak : politiquement ils auront rapidement à s’expliquer sur les compromis de terrain qu’ils ont pu faire avec le Régime : ce dernier usant des Frères Musulmans comme substitut aux services étatiques en charge du Social mais aussi comme rempart aux autres formes d’opposition : ben oui, la répression anti-barbus a le plus souvent servi à mater démocrates, laïcs, mouvements ouvriers ou paysans, etc…les Barbus fonctionnant en symbiose sous un régime fondé sur le système protection-racket : l’Etat ayant le monopole du racket et de la protection : les Frères eux allègeant le fardeau quotidien avec quelques sacs de farine, de l’huile, etc…

              Quant aux dernières annonces du mouvement : elles sont on ne peut plus clair : ils ne souhaitent pas accéder au Pouvoir : quelque ce soit leur raison : on peut considérer que 1. ils n’y sont pas préparés : ayant abandonné cette perspective depuis des années, 2. le plus important le mouvement est en pleine mutation : ce qui ne serait qu’une enième évolution du mouvement depuis les années 20 : la problématique étant aujourd’hui de considérer quel rôle le mouvement veut-il jouer en Egypte et quel est son objectif au final ; enfin 3. la révolution du Lotus a aussi changé la donne au sein de l’appareil Frères Musulmans : la vieille garde perdant des points face à la jeune garde dont le positionnement est somme toute différent.       

              Bref pour faire simple, la vieille garde comme son nom l’indique est frappée d’impotence : enfermée dans une logique qui fonctionnait ( relativement) dans l‘ancienne donne égyptienne : bref de l’islamisme classique : mais le changement en cours laisse cette grille de lecture sur le carreau autant qu’elle s’avère maintenant anachronique : la phase post-islamisme ayant été enclenchée : les révolutions tunisienne et égyptienne ayant réussi en quelques semaines ce que les mouvements islamistes ont été incapable de faire depuis des décennies (pour le cas des Frères depuis presqu’un siècle maintenant) : so ancienne garde face à l’impasse de l’islamisme old school.

              La jeune garde, elle, a pour référence première non pas l’Iran mais la Turquie et l’AKP : ce qui en soit est une acceptation du concept de démocratie et rompt définitivement avec le modèle islamiste traditionnel en matière de gouvernance soit la shura coranique : modèle somme toute imprécis avec une juste autorité islamique gouvernant et sujette à consultation.  

              Mais derrière un barbu, il y a un autre barbu…so schéma approchant du côté de la Gama’a Islamiyya qui a aussi abandonné usage de la violence politique et radicalisme : l’optique étant de continuer la da’wa (prosélytisme) via les moyens politiques légaux

              The shift in Egypt’s religious politics goes beyond the Muslim Brothers. Al-Gama‘a al-Islamiyya, the Islamist group that inflicted atrocious violence on officials, Copts, and foreign tourists in the 1980s and 1990s in pursuit of an Islamic state in Egypt, underwent a significant change by the late 1990s ; it laid down its arms, abandoned its violence and radical Islamism, and opted to work as a political party to pursue peaceful da‘wa (proselytising) within Egypt’s legal framework (though the government refused to give the group a permit).

              Reste aussi un groupe mineur, celui du Hizb ul Wasat, s’étant émancipé du movement Frères Musulmans qui lui opte pour un modèle démocratique moderne (i.e. : occidental) avec pluralisme politique&religieux&idéologique, mixité&parité (le mouvement ayant intégré des Chrétiens : au point que son idéologue-en-chef soit maintenant un Copte).     

              Au final, les mouvements dits islamistes aujourd’hui se voient confrontés autant à leurs propres limites qui les ont rendus incapables de véritables résultats à la différence des mouvements populaires en cours et de l‘impasse représenté par l’islamisme considérant les revendications des peuples en révolte actuellement : droits individuels, liberté religieuse, démocratie : bref la perspective post-islamiste : soit une perspective post-idéologique, démocratique et populaire visant à la justice, la dignité et la liberté.

              Les mouvements islamistes n’y survivront pas plus que les régimes autoritaires si ils sont tout autant incapables de suivre l’évolution naturelle du monde arabo-musulman qui aujourd’hui dit non à un ancien ordre duquel dictateurs et leurs symbiotiques opposants islamistes étaient les deux faces d’une même pièce.


            • Lord WTF ! Lord Franz Ferdinand Of F. In S. 14 février 2011 16:44


              II. Révolution de travailleurs et prolos : alors certes Tahrir square a eu les faveurs des médias, de même que cette jeunesse hype&hi-tech mais c’est l’ensemble de l’Egypte qui participe à cette révolution : et derrière les milliers de jeunes facebook&twitter : il y a des millions de travailleurs et prolos qui depuis des années déjà manifestent, font la grève, etc… ont développé syndicats ouvriers et mouvements paysans secouant le régime : et continuent aujourd’hui encore alors que la place Tahrir se vide doucement : le Delta du Nil et ses villes populaires et industrieuses restent en révolution : disons que la Révolution du Lotus amorce maintenant son passage de la médiatique Tahrir vers les populeuses cités ouvrières du Nil  : Suez, Mahalla, Kafr, etc…

               

              Si la place Tahrir a bien entendu l’appel à travailler ensemble de la junte militaire en place : les ouvriers et prolos d’Egypte eux ont encore quelque mal à y croire, et si l’usage de Facebook leur est moins familier que pour la jeunesse cairote : grèves, occupations d’usines, etc… ils connaissent le pratiquant depuis des années : alors disons que la Révolution égyptienne ne commence ni ne s’arrête à la place Tahrir : 2006 grèves massives de Mahalla qui aujourd’hui en 2011 continuent à Suez, Mahalla, Kaf’r al Dawar, etc… où là apparaît une autre Egypte toute aussi enragée et motivée à renverser l’appareil Moubarak celui-ci parti ou non : aux demandes politiques des révolutionnaires de Tahrir : les prolos eux ajoutent leurs revendications sociales, économiques et syndicales (notamment l’élimination des syndicats sous pilotage étatique) : et si pour l’instant ils temporisent : les grèves continuent que ce soit dans les transports publics, les chemins de fer, les usines textiles, étatiques…

              La révolution du Lotus entrant dans une nouvelle phase : sa dimension sociale : le mot-clé étant du côté de Suez, Mahalla et autres villes prolos étant révolution permanente jusqu’à que leurs revendications, certes plus terre-à-terre que celles de la jeunesse de Tahrir soient elles aussi entendues.

              III. enfin les Femmes : qui si elles ont été largement absentes des médias occidentaux (de toute évidence leur disparition autant soudaine que travaillée a des raisons qui relèvent plus de la prop-à-gland à destination des masses occidentales que de la réalité des manifs sur le terrain) ont pleinement participé à la Révolution du Lotus : protégées par leurs compatriotes mâles et échappant cette fois à l’habituel machisme des rues égyptiennes qui leur pourrit la vie l’essentiel du temps : violence sexuelle et ciblée que la police et les baltagiyya des services de Moubarak ont spécifiquement&quotidiennemnt usé à l’encontre des femmes manifestants : nous compterons au nombre des victimes Amira tuée par un policier, Liza elle par une voiture de police, Sally elle par un baltagiyya de Moubarak à coup de batte, Noha, etc…

              Mais pour le reste :

               

              D’abord donne-moi un job, nous parlerons du voile plus tard… voilà le slogan « féministe » dans les manifs : où des organisations telles que l’Egyptian Center for Women’s rights, Egyptian  et d’autres ont associés aux revendications politiques des mouvements de la jeunesse, des ouvriers, des paysans, etc… celles des mouvements de femmes ou féministes égyptiens.

               

              Et c’est là qu’on peut aisément constater le traitement biaisé (islamophobique) des medias occidentaux qui ont subtilement ignoré ce visage somme toute féminin de la Révolution du Lotus : le plus amusant étant qu’en effaçant ces femmes égyptiennes et leur combat : le Monde Libre n’a rien fait d’autre qu’agir comme ces omniprésents&fantasmatiques barbus auquel par contre il a largement exagéré le rôle dans la révolution égyptienne.

               

              Enfin, ce qui vaut pour les Femmes vaut aussi pour les Coptes : largement représentés et participant au mouvement révolutionnaire qui eux aussi n’ont pas connu les faveurs des médias occidentaux : ceux-ci les préférant dans le rôle d’éternels victimes oubliant qu’un des plus importants et précoces soutiens à la Révolution fut celui de Sawiris : le tycoon des télécoms égyptiens sans doute le plus riche des Egyptiens et qui bizarrement est Copte et lui aussi donne dans le Social (comme les Barbus) cela depuis des années avec sa fondation : une différence avec les Frères : le clan Sawiris dispose à lui-seul de moyens autant financiers que médiatiques pour continuer de supporter la Révolution du Lotus : le clan Sawiris lui ajoutant aux demandes politiques, sociales, économiques des jeunes, des femmes, des prolos, des gauchos, des laïco, des démocrates, etc… celles économiques des hautes sphères de la société égyptienne s’opposant à la main-mise économique étrangère sur le pays, et l’absence de soutien aux acteurs économiques égyptiens : bref les « capitalistes patriotes » de Misr…

               

              Conclusion : il est conseillé à tous les apprentis analystes du monde arabe et de l’Egypte en particulier de ranger leurs vieilles revues géopolitiques tendance néo-cons&meilleur des mondes : et d’enfin commencer à se renseigner sur la REALITE de ces pays…    


            • Lord WTF ! Lord Franz Ferdinand Of F. In S. 14 février 2011 16:56

               correctif :

              or pas de slogans religieux dans les manifs car ce n’est pas une révolution islamiste/religieuse (toujours en cours : la place Tahrir n’étant qu’un centre parmi d’autres) dont il s’agit mais d’une véritable révolution représentant les Egyptiens dans leur diversité et au-delà de leurs clivages politiques, religieux, etc…  

              et sorry pour le passage en english... 


            • OMAR 14 février 2011 19:52

              Omar 33

              Docdodo« Pour les 5 autre milliards d’habitants de la planète ce » message universel " est au mieux et patati et patatta plus tout le fiel islamophobe...

              Eh Docbobo, les 5 autres milliards d’habitants ne vous ont pas désigné comme étant leur avocat des pauvres :..
               
              Par contre si vous saviez ce qu’il pensent aussi du Christianisme, de l’Indouisme, du Judaisme, du Bouddhisme, et bien d’autres choses encore, ou simplement de vous, vous aurez honte d’écrire de telles aneries...


            • Hadj Ahmed 14 février 2011 20:10

              Bonjour votre augustesse et merci (pas sur la tête siouplait),

              D’accord sur à peu près tout, sauf sur les « jeunes loups » des frères. Plutôt risqué ce que vous avancez et d’un, qu’il y ait en soi dans un tel mouvement la possibilité de voir surgir une jeune garde capable qui plus est d’aller à l’encontre du (ou plutôt des), mourchids me semble pour ainsi dire impossible tant la relation à l’aîné-érudit est particulière dans ces cas là, ensuite qu’ils aient comme modèle l’AKP turque ?!. 

              Bref, dès vous avoir lu j’ai immédiatement demandé à mon copain Google qui n’en savait pas plus mais qui connaissait des adresses en arabes où l’on pourrait me renseigner et alors nada de chez walou.

              Bref, si c’est juste votre sentiment alors je peux suivre sans problèmes, sinon arrêtez de vous moquer de mon neurone et dites j’ai plutôt le sentiment que.

              Cela dit, trois questions please :
              1. A part « ne vandalisez pas », El Azhar s’est-il vraiment exprimé sur les évènements ?
              2. Pensez-vous que la cour aura a payer ses obséquiosités, je pense notamment à une certaine presse pas forcément gouvernementale, ou alors cela se dirige t-il plutôt vers le réconcilionsnous, nous sommes tous des frères.
              3. La fuite sur les pourparlers autorité palestinienne-Israël, pourquoi autant de réactions en chaine selon vous ?


            • Hadj Ahmed 14 février 2011 20:25

              Lord,
              Comme vous allez de toutes les manières vous payer mon portrait, alors je préfère vous agresser à-priori, ça me permettra de mieux encaisser smiley

              Pas d’accord du tout sur votre translittération, madannya je l’aurais traduite par civique voire pourquoi pas civique et civile quant à sayfiya allez voir votre ORL car ça signifie estivale smiley


            • Hadj Ahmed 14 février 2011 20:32

              En lieu et place de La « sayfiyya », La « taifyya » peut être ? Ni communautariste/ethnique/sectaire ni ...ceci-celique.


            • Aafrit Aafrit 14 février 2011 20:40

              Sayfia, sine pas Sad. Sayf..pas l’été mais l’épée..
              Enfin, je crois avoir compris ça


            • Aafrit Aafrit 14 février 2011 20:47

              sinon, « Ta ifiya » est la plus appropriée..


            • Lord WTF ! Lord Franz Ferdinand Of F. In S. 14 février 2011 20:47

              Bon cher Jojo, sur vos traductions : d’un sayfiyya renvoyait bien à épée et non été : problème de traduction Machrek>Maghreb ? smiley ensuite ok pour madannyya  mais j’ai ici fait le choix de populaire plutôt que civile : choix subjectif, je le reconnais mais en cohérence avec la réalité sur le terrain.

              D’accord sur à peu près tout, sauf sur les « jeunes loups » des frères. Plutôt risqué ce que vous avancez et d’un, qu’il y ait en soi dans un tel mouvement la possibilité de voir surgir une jeune garde capable qui plus est d’aller à l’encontre du (ou plutôt des), mourchids me semble pour ainsi dire impossible tant la relation à l’aîné-érudit est particulière dans ces cas là, ensuite qu’ils aient comme modèle l’AKP turque ?!. 

              Sur ce point, la dite jeune garde notamment au travers de personnalités telles que Essam al Erian et A. Abou al Fotouh a clairement exprimé sa préférence pour une gouvernance démocratique suivant le modèle AKP : so je connais pas les sites arabes où vous allez farfouiller mais je peux vous en filer quelques uns au cas où Si’Jojo serait un peu perdu dans l’arab web souk !

              Quant à la traditionnelle et madrassique relation aîné-petit nouveau : hmmmm…les Ikhwan ne sont pas monolithiques et le mouvement a évolué et se retrouve en évolution accélérée avec la révolution du Lotus : pour les raisons déjà cité : mais disons que est venu le temps de se updater et de se reformuler : et ce sont sur ces failles, et entre ces interstices que la jeune garde va trouver ou assurer son influence si ce n’est sa prise en charge du mouvement. Bon, j’y reviendrai plus tard : la question des Ikhwan méritant au minimum une bonne dizaine de thèses…   

              Enfin rapidement sur Al Azhar : pareil que pour les Ikhwan : pas monolithique et je dirai que les ulémas se sont montrés prudents : tout aussi surpris que le régime, les Frères, etc…et somme toute dans leur madrasa d’ivoire : le temps de réaction a été plus lent : sans compter que ce n’est pas à vous que j’apprendrai 1. le spectre de la fitna qui a sans doute conditionné les timides réactions des vieux ulémas, et 2. le rapport ambiguë de l’orthodoxie alazharienne quant aux gouvernants qui généralement voit les ulémas préferer rappeler la coranique vertu de la Patience al’sabr plutôt que d’encourager les révolutionnaires…

              Je reviendrai plus en détail dés que j’aurai le temps cher Jojo !

               


            • Sachant Sachant 15 février 2011 00:11

              « Il n’y a aucun message universel de l’islam »

              Au catéchisme, on m’a enseigné qu’il y avait un message universel
              De la vraie chrétienté
              Celui de l’église catholique et apostolique

              J’vois pas sur quoi vous vous basez pour prétendre qu’un musulman
              Est moins endormi qu’un catho
              Qu’un protestant
              Qu’un juif

              J’vois pas...


            • brieli67 15 février 2011 01:04

              Samedi, on a eu ce papier d’Olivier Roy, professeur et directeur du programme méditerranéen de l’Institut universitaire européen de Florence (Italie)

              Prisme occidental !
              Même mouvement de modernité dans la sphère d’influence anglo-saxonne (Egypte) et française ( que la Tunisie en attendant) ou cependant des différences... ?

              Devant l’ampleur et les caractéristiques propres que tu nous décrits on comprend mieux le KO debout des « ingérants » possibles. De son côté, le stratège militaire sage étudie la fin du conflit... 

              Bouffées d’air au MO et plus loin et plus près, le choc sino-américain « inéluctable » selon bon nombre de « théoriciens » se trouve retardé d’autant.

              Une chance pour l’Europe ?


            • Lord WTF ! Lord Franz Ferdinand Of F. In S. 15 février 2011 01:06


              so, Si’Jojo (au fait : je ne comprends pas pourquoi vous pensez que je vous considérerai comme une entité hostile ou que la vision de votre ras comme aplanisseur mural soit aussi réjouissant pour moi que vous semblez le penser...so, on lâche le sebsi maintenant Si’Jojo smiley )


              1. A part « ne vandalisez pas », El Azhar s’est-il vraiment exprimé sur les évènements ?
               

              So sur AlAzhar, j’épluche les diverses réactions (pas très nombreuses) et donc je m’en tiendrai à ce que j’en ai dit plus haut : fitna/ al sbar : ainsi que prudence mais à part ça rien de très revendicatif : bref difficile position autant pour l’orthodoxie sunnite que pour le pope : ayant eu à conjuguer avec Moubarak : je pense que l’optique profil bas va être de mise pour un temps. Sinon plus largement, AlAzhar ou le clergé Copte, le pope, etc.... n’auront de rôle que si il y a polarisation sur le religieux : dans l’immédiat, ils ne sont pas des éléments clés de compréhension...dépassés qu’ils sont.

               

              2. Pensez-vous que la cour aura a payer ses obséquiosités, je pense notamment à une certaine presse pas forcément gouvernementale, ou alors cela se dirige t-il plutôt vers le réconcilionsnous, nous sommes tous des frères.

              Hmmm…à cette question, pas eu l’impression que les Egyptiens réclamaient vengeance : cela est mon impression : disons que j’imagine que la tendance actuelle sera de traiter quelques figures clés de l’ancien régime : afin de satisfaire à la mémoire des martyrs mais aussi afin de supporter la lutte de pouvoir et d’influence qui se joue au sein de l’Armée égyptienne ainsi que des hautes sphères : bref le club Moubarak&Co va sans doute perdre nombre de ses adhérents puis on passera à autre chose : la tendance « patriote » ou nationaliste de l’Armée faisant ainsi d’une pierre deux coups : éliminant ses rivaux « mondialistes » et s’en sortant relativement blanchie ; quant aux patriot tajjar eux ils seront ravis que les copains de Gamal passent un sale quart d’heure. Bref pour ce que j’en comprends actuellement : l’option n’est pas au règlement de comptes général : nombreux seront ceux qui vont passer au travers : un peu à la manière de nombres d’ex-cocos en Europe de l’Est : devront juste se recycler.   

               

              3. La fuite sur les pourparlers autorité palestinienne-Israël, pourquoi autant de réactions en chaine selon vous ?

               

              Ben disons que pour le coup , envisager maintenant des pourparlers va s’avérer compliqué car il n’est pas dit que côté Cisjordanie la révolution égyptienne ne donne pas quelques idées, de même que les situations en Syrie ainsi qu’en Jordanie ont aussi un impact immédiat sur le futur des perpétuels pourparlers israélo-palestiniens…

               

              Mais pour faire simple : côté Egyptien : la question de Gaza va devoir trouver une solution et tant qu’aucun nouveau gouvernement n’est formé : difficile de connaître là la position de l’Armée et le contrôle réelle qu’elle a des frontières : les tribus bédouines s’étant jointes rapidement au mouvement des citadins ; plus problématique : la Jordanie car si les manifestations et le timide-mais-présent mouvement de pré-révolte en Jordanie se poursuit : la donne risque de changer du tout au tout : en effet le régime tient grâce au support des tribus bédouines : le système électoral qui est dans la ligne de mire des manifestants empêche : 1. le parti barbu d’être représenté mais surtout 2. le(s) parti(s) palestinien(s) aussi : or comme vous le savez les Jordaniens d’origine palestinienne sont pas loin d’être majoritaire : une réforme du système électoral jordanien (si la monarchie succombe aux demandes principales des manifestants) entrainera de facto une majorité politique où les tribus bédouines (seule assise de la monarchie) seront minoritaires alors que partis palestiniens et islamistes seront majoritaires : ce qui bien entendu changerait complètement la situation de l’autre côté du Jourdain.

               

              Bref, dés que j’aurai un peu plus de temps, j’essaierai de revenir sur ces trois points…

               

              p.s. : sinon votre sayfiyya m’a titillé et donc j’ai parcouru les divers lexiques, dicos, databases, etc…qui me sont accessibles et si l’usage peut vous surprendre : sayfiyya renvoie bien à la force armée (ou sabrée si vous préférez) : historiquement ce fut même usé en période ottomane pour évoquer l’Armée…so…je rangerai cela dans la catégorie des mameloukismes en misri commun… (mais bon, je cherche une version écrite du motto puisque votre hypothèse taïfaesque me semble valable)

               


            • Lord WTF ! Lord Franz Ferdinand Of F. In S. 15 février 2011 01:09


              correctif : parce que Si’Jojo va sans doute me tomber dessus donc : correction : fitna/al’sabr et non al sbar : ce qui serait somme toute trés malpoli de la part de ses vénérables ulémas...  smiley


            • Lord WTF ! Lord Franz Ferdinand Of F. In S. 15 février 2011 02:11


              Herr Doc,

              fast réponse  smiley

              Même mouvement de modernité dans la sphère d’influence anglo-saxonne (Egypte) et française ( que la Tunisie en attendant) ou cependant des différences... ?

              Disons que les aspirations (liberté, dignité,etc…) se rejoignent et avalise ce concept (certes valise mais va falloir en inventer d’autres au fur et à mesure) de post-islamisme mais il y a tout de même des différences : non seulement entre Maghreb et Machrek mais aussi selon les pays.

              Pour faire court : on a des différences manifestes : 1 le rapport au vécu/ressenti colonial (et donc la relation actuelle mais surtout future avec l’Occident) : beaucoup plus prégnant au Maghreb que plus à l’Est : si dans le Maghreb le début du XXè siècle renvoie au colonialisme : côté P.O, M.O il y renvoie certes mais sous sa forme britannique (beaucoup moins jacobine) et aussi et surtout à la Nahda (le moment historique où ont été pensé les deux courants historiques (panarabisme&(pan)islamisme) qui ont marqué l’ordre ancien que les révolutions en cours tentent d’abattre) ;

              ce qui 2 engendre des différences aussi dans le patrimoine idéologique/politique où d’un côté on a surtout eu des luttes d’indépendance (des héros de la libération comme figures emblématiques) alors que de l’autre on a déjà toute une somme idéologique, politique, etc… quant au rapport à l’Occident, à la modernité vs religion… (donc des figures héroïques plus des penseurs…attention ça ne veut pas dire qu’il n’y en pas ou pas eu côté Maghreb ; juste dans la conscience collective : les figures emblématiques sont plus liés à la décolonisation et le patrimoine idéologique de référence est avant tout construit là-dessus) > disons que côté Maghreb : on est entre le ressenti et le complexe face à l’Occident ; côté Machrek on est beaucoup moins complexé et on est plus dans l’optique de prendre ce qu’il y a d’utile ou de bon côté Occidental et l’intégrer au patrimoine existant ou l’arabiser/islamiser : bref pragmatisme anglosaxon ayant déteint.

              Dans la perspective maghrébine, c’est beaucoup plus compliqué : d’autant plus avec l’importante diaspora en Europe : diaspora qui n’a d’ailleurs pas le même profil : essentiellement pour raisons économiques alors que côté Machrek le rapport entre opposition politique/ exil ou diaspora est beaucoup plus évident : ce qui entraîne que les diasporas du Machrek me semblent plus en phase avec ceux restés au pays que celles du Maghreb où et déculturation et radicalisation ont contribué à largement déconnecter immigrés et locaux. Bref : il y a par exemple une dimension politique (voir religieuse) dans le cas de la diaspora égyptienne beaucoup plus évidente que pour la diaspora marocaine et donc un rapport au pays et un intérêt quant à son évolution somme toute différent.

              Puis 3 en raison de colonisateurs différents : impact direct sur l’intelligentsia ainsi que les potentiels futurs leaders : et sans vouloir être méchant entre un jeune machrékin passé par un campus de la Côte Est US ou sur l’île d’Albion et un maghrébin inscrit à Montpellier ou à la Sorbonne : il y a des différences manifestes (ce qui serait d’ailleurs le cas entre un étudiant français habitué à la tutelle des syndicats étudiants et un étudiant américain au fait de toutes les stratégies et du marketing en matière d’action politique)…tout cela pour dire que avoir x classes d’âge de diplômés sortis des universités US ou brit est un avantage certain dés lors qu’on parle com, marketing, action, lobbying, campagnes médias, etc…beaucoup plus pragmatique voir efficace l’action politique côté anglo-saxon : sans compter que l’impact est beaucoup plus large dés lors qu’on conjugue et en arabe et en anglais.

              (un autre wiener d’adoption, le très-médiatique Baradaï a juste découvert récemment que le board d’Harvard comptait une bonne quinzaine d’Egyptiens…)

              Bien entendu, ici je n’émets pas de jugement de valeur au niveau individuel mais considère la suite des événements au niveau global/local où il y aura un besoin urgent d’avoir une/des élite(s) capable d’assurer avec pragmatisme&efficacité la continuation du processus : et donc mon avis personnel est de considérer que le Machrek a plus d’atouts que ce soit au niveau local ou dans sa diaspora. (enfin un petit 4. un contexte multiconfessionnel (chrétiens/musulmans) inconnu au Maghreb)…et bien entendu dans le cas de l’Egypte, on peut difficilement trouver dans l’histoire contemporaine, un pays arabe qui était aussi proche de l’idée de pôle ou centre (du monde arabe) que l’Egypte l’a été.

              Mais en dépit de ces différences : les deux mondes arabes communiquent : une donnée essentielle souvent oubliée est l’usage d’une langue commune de Tanger à Sanaa : support via internet d’une diffusion autant intensive qu’instantanée de tout ce qui agite le monde arabe actuellement.

              Disons que les mécaniques ou situations ne sont certes pas les mêmes mais il y a bien une mécanique globale/panarabe en marche au sein du monde arabe qui pour l’instant n’a pas de centre ou d’origine précise mais la destination elle est bien la même : la fin de l’ordre ancien.   

               

               


            • Hadj Ahmed 15 février 2011 11:19

              Merci infiniment votre augustesse,

              En fait si les deux sites officiels des Ikhwan dont celui d’Alexandrie, ne laissent transparaître aucun changement majeur, des analyses comme celle-ci du Dr Ahmed Youcef vous rejoignent parfaitement sur deux points clés :

              • Les mouvements genre Ikhwan savent désormais qu’ils ne peuvent prétendre à aucun début de leadership suite à un mouvement initié et mené à terme par des jeunes élevés avec un Mourshid/guru dit Facebook/Twitter et élevés dans ce qu’Internet impose à tous comme réalité manifeste « la différence » et l’absolue nécessité d’en tenir compte à tout moment…
              • Il vous rejoint également sur le modèle turc du fait du fond sunnite commun bien sûr, mais surtout du fait que plus que nulle part ailleurs, l’AKP milite politiquement en face d’une adversité laïque non pas anecdotique (comme en Algérie), mais très puissamment ancrée dans la société turcque, bref l’islamisme à la papa « L’arche de Noé c’est moi et personne d’autre, où vous êtes avec moi, ou vous êtes perdu » est comme vous le dites si bien, définitivement dépassé.
              En conclusion tous les courants sont condamnés à plus de respect de l’autre et à s’allier à la société égyptienne entière s’ils veulent simplement être et c’est tant mieux.

              Sur le risque de fitna déterminant une prudence certaine des hommes de religion qui comptent sur la scène égyptienne vous avez bien sûr raison pour Al Azhar, mais vous avez tort dans l’absolu puisque dès les premiers jours El Karadhaoui n’hésitait pas à parler de « martyrs » (ce qui vous le savez équivaut de sa part à une fatwa) et appelait avec insistance les machaikhs d’El Azhar notamment à soutenir les jeunes dans la rue. Vous me direz avec raison que pour Karadhaoui et autre Wajdi Ghonim il y a le vécu personnel avec la dictature, c’est vrai mais j’ai attentivement écouté et il y avait beaucoup plus que ça, Moubarak a été une telle malédiction pour les égyptiens qu’aucune hésitation n’était désormais envisageable même pour des El-karadhaoui pleinement conscients que le moindre mot qu’ils peuvent prononcer peut embraser une poudrière qui ne demande que ça.

              Je pensais aussi aux éternelles rivalités frôlant à chaque fois le clash entre l’école azhariste et celle wahhabiste saoudienne. Notamment à des gens comme Dr Ali Djoumaa répondant à un Albani presque avec mépris, mais aussi à un Albani disant que la « aqida » du Dr Sharaoui était dévoyée ! Rien de moins.

              Le flirt permanent avec le ridicule de ce genre de conflits aussi (L’histoire des sépultures présentes dans beaucoup de mosquées égyptiennes). Mais pendant les événements c’était autre chose, c’était des hommes de religion saoudiens appelant à soutenir Moubarak et des égyptiens comme Dr Safwat hedjazi leur répondant en gros qu’ils feraient mieux de se mêler de leurs propres fondements et de leurs dirigeants à eux, bref du jamais vu pour moi tant la règle « la chair des érudits est empoisonnée » était et reste de mise.

              Alors divorce consommé des deux courants religieux ayant pignon sur rue au Caire et à El Riadh ? Surtout depuis la requête des wahhaboil à Obama de ne pas humilier le salopard.

              Quelles conséquences sur les politiques des deux pays ? Plus d’alliance possible face à l’Iran ou même face à la Syrie ? Ou alors simple désaccord ponctuel que des impératifs « supérieurs » dépasseront très vite ?

              Enfin, si vous avez une seconde j’aimerais SVP que vous vous prononciez sur les fameux 30 à 60 milliars d’euros du clan dont 15 pour le seul Pharaon. C’est vrai qu’en 30 ans, Smic+Smic+Smic ça peut faire un joli pactole mais à ce point ?

              Merci encore une fois cher Monsieur et au plaisir égoiste assumé, de vous lire plus souvent smiley


            • Miss Fischer-Brown 21 février 2011 00:09

              D’abord donne-moi un job, nous parlerons du voile plus tard… voilà le slogan « féministe » dans les manifs : où des organisations telles que l’Egyptian Center for Women’s rights, Egyptian  et d’autres ont associés aux revendications politiques des mouvements de la jeunesse, des ouvriers, des paysans, etc… celles des mouvements de femmes ou féministes égyptiens.

              Et c’est là qu’on peut aisément constater le traitement biaisé (islamophobique) des medias occidentaux qui ont subtilement ignoré ce visage somme toute féminin de la Révolution du Lotus : le plus amusant étant qu’en effaçant ces femmes égyptiennes et leur combat : le Monde Libre n’a rien fait d’autre qu’agir comme ces omniprésents&fantasmatiques barbus auquel par contre il a largement exagéré le rôle dans la révolution égyptienne. Par LORD JE NE SAIS PLUS KOI

              Quel blabla ! un p’tit trophée pour Lord-Agogo


            • Png persona-nongrata 14 février 2011 13:24

              « Le royaume d’Arabie Saoudite est aussi un Etat islamique mais cela n’a jamais vraiment contrarié l’Occident. Au contraire, les Etats-Unis ont annoncé il y a quelques mois vouloir conclure avec ce pays une vente d’armes record se chiffrant à soixante milliards de dollars. Si l’islamisme représentait un réel danger pour l’Occident, l’administration de Barack Obama, prix Nobel de la paix, chercherait-elle à vendre aux Saoudiens des avions F-15 et des hélicoptères de combat pour un montant capable d’éradiquer la faim dans le monde ?  »


              • NeverMore 14 février 2011 14:54

                A votre avis, qui va piloter les avions et les hélicos ?


              • Hadj Ahmed 14 février 2011 20:44

                Nevermore
                « A votre avis qui va piloter » ?

                Chépamoi eux par exemple

                En fait, ils ont pris des cours en Camelus dromedarius F16 us (oui, ils avaient appris à lire oui) smiley


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 14 février 2011 13:51

                Bonjour à tous,
                une remarque vous dites :
                « A postériori, on réalise que ce ne sont pas tant les droits de l’Homme les plus élémentaires qui étaient l’objet du militantisme anti-khoméiniste mais bien plus la perte d’un allié solide pour Israël et ses protecteurs, en la personne du Shah d’Iran. »

                Oui, et alors ? Ce sont des relations diplomatiques classiques, où on fait feu de tout bois.

                Un article de plus qui nous rebat les mêmes airs (victimisation, nation arabe indéfinie -c’est quoi un Arabe ?- bouc émissarisation de « l’Occident » - même question que la nation arabe- , l’islamisme est une invention de l’Occident et des méchants-dirigeants-arabes-corrompus, etc...).
                Attendons de voir ce que ça va donner, mais, si pour la Tunisie, je pense qu’effectivement il y a peu de chance pour qu’on arrive à un régime autoritaire et « islamiste », pour l’Egypte je ne parierais pas la même chose.
                De même avec l’Algérie de ce bon Bouteflika dont la rancoeur post coloniale semble, jusqu’à preuve du contraire, l’indépassable horizon du peuple algérien mythifié.
                Enfin bref, pas de neuf, que du vieux, de Serpico à Lounès en passant par Benmosbah on ressasse toujours les mêmes airs, comme en France où de Rioufol à Tasin on se masturbe avec l’Islam.

                On ne va pas choper un mal de tête avec cet article, que je moinsse d’un clic allègre.

                à plus !


                • Aafrit Aafrit 14 février 2011 14:10

                  The game’s over pour les islamiste radicaux et les djihadistes et tous les crétins violents allant dans ce sens là.
                  Ceux qui reste sont ceux qui savent qu’ils ont affaire à des humains et non pas à des entités invisibles.Ils sont ceux qui savent qu’on ne peut gérer une société de 21 siècle très complèxe avec des mythes datant de plusieurs millénaires.Ce sont ceux qui croient en la démocratie et qui vont prendre incontestablement les islamistes turcs comme modèle à suivre.
                  Ni Iran ni maidon, car malgré la diabolisation de ce pays auquel je n’adhère aucunement, cette théocratie est loin d’être « elbalad elfadhil »(utopia). Bien qu’elle ait fait plus d’effort en matière de répartition de richesses et de justice sociale, elle doit faire plus d’effort en matière de libertés individuelles et collectives.C’est une théocratie muselant des libertés et abrutissant des masses plus qu’elle donne l’occasion à s’épanouir et à investir cette énergie intellectuelle dans la création et l’invention.S’il y a quelque chose de très positive à retenir en Iran, c’est le fait d’avoir fermé la porte au nez des requins internationnaux(qui d’ailleurs le diabolisent que pour ça) et avoir dit merde aux escrocs qui mentent aux peuples pour piller leurs richesses d’une manière officielle ou officieuse.
                  J’ai écouté une prêche d’un imam d’Alazhar qui parlait à une foule immense présente à la place Tahrir ce venredi au Caire avant le départ de Moubarek (diffusé sur aljazeera) que j’ai apprécié un peu, cet imam qui souhaite la démocratie à son pays ainsi que la participation de tous les courants politiques de toutes obédiences (muslmans ou coptes, laïc ou islamiste, gauche ou libéral...etc).Je me suis dit oufffffffffffffffff on est loin des prêches crétins mortfières, débiles des Belhadj et des Abassi dans les années 90 en Algérie.
                  Là je me suis dit qu’on est vraiment dans le poste-islamisme du moins l’islamisme crétin et violent !


                  • Aafrit Aafrit 14 février 2011 20:52

                    pleine de fautes dont les maiden, c’est la fear of the dark qui me joue des tours.
                    que les fans m’en pardonnent smiley


                  • Sachant Sachant 15 février 2011 00:03

                    « The game’s over pour les islamiste radicaux et les djihadistes et tous les crétins violents allant dans ce sens là. »

                    Ben non, il y a de plus en plus de stupidos qui ont « la vérité de dieu »
                    Comme quoi, finalement, le métier le la manipulation ce n’est que de la routine...


                  • daniel paulmohaddhib 14 février 2011 14:28

                    l’extremisme ah

                    la tentative de coup d’etat mondial actuelle, qui est une guerre contre l’humanite, qui est de la torture mentale imposee a la planete, qui se laisse faire...pourquoi ? de 3 banques americaines ( deja oublie les milliards de cadeau ? oui ) + la fed + la banquew centrale europeenne me semblent etre plus extreme que tout le reste..
                    le mythe de la competition, du business , de l’argent etc , mythe entretenue depuis des millenaires par un humain au cerveau d’enfant ,donc qui ne devient jamais adulte mentalement ( regardez ces couillons de politiques et leur petit point rouge....sur le veston..etc etc..)le mythe de la competition demeure necessaire pour le voleur qui est au pouvoir , seule solution pour lui de prendre ce que aucun ne pourrait faire seul...
                    d’un cote le collectif est utilise jusqu’a la moelle, de l’autre cote grace a la valeur donnee a certains emplois , a certains produits , a certaines personnes , le collectif qui a tout fabrique est totalement nie....en effet il faut le nier pour voler...
                    tous les gens qui dirigent sont des voleyrs du collectif....
                    les humains sont tous interdependants, aucun talent n’a d’interet seul....
                    seul le collectif donne un sens a tout cela...

                    moi je dis cela, mais les moutons vont continuer a raler ....jusqu’ou ? et pour faire quoi ?
                    on garde la competition et on va demander au futur gagnant de partager la victoire.. ?

                    ouvrez les yeux, ca n’arrivera pas..

                    le seul chemin au dela de la perversite humaine est un collectif de fabrication et de partage hors du profit...
                    qui veut y aller ? je dirais environ 0.5 % des humains....les autres , ils y croient encore a la competition...alors pourquoi raler quand le vainqueur prends ses gains...

                    soyez beau joueur...pas tres sportif tout ca...
                    et oui, pour une planete en paix, on est encore a des annees lumieres de la bonne direction ,mais les elites et le peuple sont responsable de tout cela....

                    alors refusant de voir cela en face , il est clair que un bouc emissaire ca soulage, ca evite de se regarder.....


                    • Sachant Sachant 15 février 2011 00:00

                      « qui se laisse faire...pourquoi ? »


                    • Martin D 14 février 2011 14:36

                      juste pour info :
                      - l’ex-ministre de l’intérieur égyptien a été arrêté car il a organisé l’attentat anti-copte du 01/01/11 afin de pouvoir accuser les palestiniens et l’Islam.
                      - on a pu voir des vidéos ou l’on voit des coptes avec leur croix en plein milieu de la foule être totalement solidaire avec la jeunesse égyptienne
                      - un juif d’origine égyptienne a été interviewé par aljazeera au milieu de la foule qui regrettait que les pays soit-disant démocratique n’était pas enthousiaste à ce que l’Égypte se libère de la dictature
                      - que le directeur des frères musulmans, lors d’une interview d’aljazeera, a annoncé que s’il prenaient le pouvoir, et ceci est une condition faible, ils ne feraient pas la guerre à israel, mais qu’ils annuleraient la vente du gaz à israel au prix actuel (pour info < de 20% au prix du marché) pour le mettre au prix du marché afin que le peuple en profite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Fatma Benmosbah


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès