Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Islande, la peur du vide

Islande, la peur du vide

L’Islande et ses quelques 320 000 habitants ont abordé la saison estivale avec la satisfaction du travail accompli : l’Althing, le parlement monocaméral de cette île frappée de plein fouet par la crise économique, a autorisé par une courte majorité (33 voix contre 28) la premier ministre Johanna Sigurdardottir à déposer la candidature de l’Islande à l’Union Européenne, légiférant ainsi sur la mesure phare du programme des sociaux-démocrates. 

La question de l’adhésion à l’Islande à l’UE, jusqu’à alors exclue par les différentes forces de l’échiquier politique a été mise à l’ordre du jour au lendemain de la crise financière de l’automne 2008 : les trois premières banques du pays (Landbanski, Glitnir et Kauphting) ont dû être nationalisées faute de liquidités, les taux d’intérêt se sont élevés à plus de 20% et la couronne islandaise a perdu la moitié de sa valeur par rapport à l’euro. 

Aujourd’hui, les conservateurs du Parti de l’Indépendance comme les sociaux-démocrates en passant par le Mouvement Vert de Gauche se sont accordés sur la nécessité d’adopter la monnaie unique afin de subir moins sévèrement une telle crise financière. Cependant, le premier et le troisième souhaiteraient négocier avec Bruxelles une adoption de l’euro sans adhésion, malgré un premier refus catégorique.

 

Une indépendance chèrement acquise

L’adhésion à l’UE ne rencontre effectivement guère d’opinions positives. Le référendum, qui tranchera la question à l’issue des négociations d’adhésion risque d’être particulièrement disputé. Ce relatif eurosceptisme est à mettre sur le dos du caractère insulaire de la société islandaise : la faute à une histoire trouble qui a donné un caractère si cher et si précieux à la notion d’indépendance. 

Kalmar.jpgEffectivement, depuis sa fondation en 930, l’Islande, l’"Ile de Glace" n’a connu que 397 années de souveraineté pour 682 d’occupation étrangère ! La Norvège a pris le contrôle de l’île de 1262 à 1383, date où l’Union de Kalmar (rassemblement de la suède, de la norvège et du danemark) s’est formée, laissant place au Royaume de Danemark-Norvège puis le Royaume du Danemark à partir de 1814 avant que les Britanniques et les Américains n’occupent l’Islande dès 1940 jusqu’à la déclaration d’indépendance de 1944.

 

L’Islande craint de voir sa souveraineté entamée...

On comprend via ce bref historique l’importance qu’accorde l’Islande à l’indépendance et à la souveraineté. Or, face aux prérogatives accrues de l’Union dans nombre de domaines, le spectre du fédéralisme inquiète la toute jeune islande. De plus, au vu de sa faiblesse démographique (avec 320 000 habitants, la population islandaise représente moins de 0,06% de la population européenne), l’Islande craint d’être marginalisée au sein de l’Union. 

Le risque de voir l’anglais gagner en importance au profit de l’islandais inquiète également un pays où la conservation du patrimoine linguistique possède une signification toute particulière. Les invasions étrangères ont en effet entravé une modernisation de l’islandais, la population ayant recours à des introductions de mots étrangers (danois principalement), dégradant de facto la pureté de l’islandais, musée linguistique à part entière puisque n’ayant subi que très peu de modifications depuis le XIIème siècle ! Afin d’éviter de nouvelles introductions de mots étrangers, les gouvernements successifs ont donc mis en place des commissions de terminologie qui assurent la perpétuelle modernisation et la pureté de la langue islandaise .

 

...et la santé du secteur halieutique déchoir

Mais au-delà de ces aspects historiques et affectifs l’adhésion de l’Islande à l’Union Européenne rencontre des problématiques moins superficielles. Effectivement, la crise économique ayant mis à plat le système bancaire, la pêche est redevenu le premier secteur d’activité. Or, les conditions d’adhésion à l’UE exigent la libre circulation des navires communautaires au sein des espaces maritimes nationaux, permettant ainsi aux 27 états membres d’accéder aux ressources halieutiques islandaises. De plus, les quotas drastiques imposés par Bruxelles ne réjouissent guère les Islandais, qui seraient également contraints de cesser la pêche de baleines. 

Cependant, ce point litigieux sera a priori le seul et unique à enrayer le bon déroulement des négociations, les conditions économiques, budgétaires et financières étant d’ores et déjà respectées pour l’Islande, adhérente à l’Espace Economique Européen. Quoi qu’il en soit, l’insularité conjuguée au fort ressentiment national islandais et les conditions sévères fixées par Bruxelles nous empêchent à l’heure actuelle de présenter l’Islande comme le 28ème état européen...

 

Retrouvez cet article et cet auteur sur Le Nouvel Hebdo.com, le blog d’Alex Joubert. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.11/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 1er septembre 2009 10:02

    le Montenegro et le Kossovo , bien que ne faisant pas partie de l’europe , utilisent l’euro comme monnaie , pourquoi l’islande ne pourait elle en faire autant ?

    Le principal problème est la volonté de certains pays européens de faire rembourser par l’islande avant toute démarche les milliards d’euro de leurs épargnants évaporés dans la faillite des banques islandaises ! Les islandais ont ils vraiment envie de s’endetter à vie pour rembourser les dettes des quelques spéculateurs qui étaient alors à la tête des banques ?


    • Alex Joubert 1er septembre 2009 10:08

      Le Monténégro et le Kosovo utilisent l’euro car étant des états nouvellement indépendants ils n’ont pas eu le temps de mettre en circulation une devise. mais une fois que ce sera possible, ils abandonneront l’euro. Encore que le Kosovo n’est pas véritablement indépendant puisqu’il n’est pas reconnu par le conseil de sécurité de l’Onu ! 


      Oui tu as raison mais en même temps les clients d’Icesave ont droits à être remboursés ! 


      • LeGus LeGus 1er septembre 2009 10:34

        @l’auteur,

        « ...mais en même temps les clients d’Icesave ont droits à être remboursés !  »

        Ah bon et pourquoi ? Je viens de perdre à la roulette de chez Partouche, vous voulez bien rembourser ?
        En quoi est-ce différent ?
        Ces petits ou gros rentiers qui vivaient sur l’éternel serrage de boulon, sur les délocalisations, les plans de licenciement salués en bourses, le constant chantage au chômage, qu’ils ne viennent pas pleurnicher maintenant.


      • faxtronic faxtronic 1er septembre 2009 11:23

        Euh, c etait des bancaires d epargnants qui s amusaient ensuite a speculer. Mais les comptes etaient ceux d epargnants. C est le gros problemes des banques, elles jouent avec de l argent dont elles ont la garde. Elles ramassent plain de fric en prenant le risque avec l argent des autres, ces memes autres qui ne recoivent pas le gain de ce risque. Le gros probleme est que les gains partent dans la poches des banques, et les pertes sont rembourses soit par les epargnants, soit par les contribuables


      • faxtronic faxtronic 1er septembre 2009 10:24

        Je ne suis pas d accord avec le terme occupation etrangere. L islande est une ile colonise justement par les scandinaves. projetes les notion d etats et de souvairenetes et d independance, notion ultra-moderne en fait, dans le monde du passe tiens a de la manipulation. L union de Kalmar n est pas une prise de controle par une nation, c est une union de royaume. Les nations modernes sont une invention recente, disont du XIX siecles, ne melangeont pas tout.
        L islande est une ile, voila tout.

        L islande, via ses banquiers (l islande n a que 320 000 habitants, la redistributions des richesses est rapide, 10 speculateurs islandais ont autant d impact sur la croissance du PIB que 2000 speculateurs francais ou 10 000 speculateurs US ) a essaye d’enculer le monde en speculant. Et ils en etaient fiers. Je me rappelle aussi des mentions de l islande comme etant le tigre de glace, un exemple, un modele...

        En belgique et aux pays bas, la faillite de Kalthing a fait des ravages chez la particuliers.


        • paul muadhib 1er septembre 2009 10:26

          le syndrome bancaire en fait, le pognon est la ,super je vous emmerde !, plus un sous ,c’est maman !!!!


          • Alex Joubert 1er septembre 2009 10:54

            A faxtronic : 


            Ils n’ont pas été conolisés tt de suite par les scandinaves puisque la première islande était indépendante ! c’est dans ce sens que je parle de domination étrangère !

            A Legus : 

            c’est le système capitaliste. en même temps la société (les médias, les politiques) n’ont pas joué leur rôle d’information et d’opposition au système 

            • faxtronic faxtronic 1er septembre 2009 11:09

              non, la premiere islande etait une colonie, c est a dire une terre vierge colonise par des vikings, donc des scandinaves. ils appartenaient au monde scandinave. Il n y a pas de domination etrangere, le terem de domination etrangere est une notion completment anachronique dans ce contexte temporel


            • LeGus LeGus 1er septembre 2009 11:12

              @L’auteur,

              « c’est le système capitaliste... »
              Ceci n’est pas un argument tout au plus une profession de foi.

              « en même temps la société (les médias, les politiques) n’ont pas joué leur rôle d’information et d’opposition au système »
              Et ils ne risquent pas de faire opposition, ils sont le partie intégrale du système, qui possède les média, qui finance les campagne des politiques ? Candide va huhuhu.

              Permettez moi ce conseil : vous n’avez pas une mauvaise plume, utilisez la plutôt pour faire le beau auprès de filles, frottez vous un peu à la vie, vous reviendrez dans quelques années, avec de l’expérience en plus.

              Cordialement.


            • Gilles Gilles 1er septembre 2009 14:37

              Oui, enfin, bon, je doute un peu que les premiers islandais, fussent-ils viking de Norvège ou du Danemark, allaient prendre leur ordre dans leur région d’origine avec des préfets nommés en direct de Scandinavie. Leurs descendants encore moins, vu la longueur du voyage.
              Ils ont du fonctionner en circuit fermé, et 3 siècles plus tard voir ces « scandinaves » arriver et se sentir coloniser, à juste titre.
              Il me semble aussi que les vikings établis en Grande Bretagne et en France et ailleurs n’étaient pas des colonies dépendantes d’une métropole mais pleinement indépendantes.
              En outre, il em semble aussi que les vikings n’avaient pas d’états centralisés au Xem siècle et que chaque « tribus » faisait un peu ce qu’elle voulait, notamment prendre la mer pour commercer, razzier, découvrir de nouvelles terres


            • ZEN ZEN 1er septembre 2009 11:25

              L’Islande a joué un jeu dangereux, entraîné par quelques financiers formatés aux USA
              On n’avait jamais vu des Islandais crier leur colère dans les rues
              Elle est en état de coma dépassé
              C’est le moment d’y aller faire du tourisme. Les prix sont redescendus à un niveau raisonnable pour nous. Mais ça ne durera pas...

              "Le surendettement des ménages, la taille démesurée des banques, l’imprévoyance et les erreurs de l’Institut d’émission ont acculé l’Islande, l’une des plus riches nations nordiques, à la quasi-faillite."

              L’Islande : un aperçu de l’avenir(?)


              • faxtronic faxtronic 1er septembre 2009 12:01

                «  l’une des plus riches nations nordiques »

                Avant la bulle financiere, ils etaient assez pauvres, apres aussi. Une bulle n apporte rien de bon


              • wesson wesson 1er septembre 2009 11:55

                Bonjour l’auteur,

                "ce point litigieux sera a priori le seul et unique à enrayer le bon déroulement des négociations, les conditions économiques, budgétaires et financières étant d’ores et déjà respectées pour l’Islande, adhérente à l’Espace Economique Européen« 

                Tout faux. Le point litigieux, c’est la formidable dette - en Euros - que l’Islande a contractée en jouant au financiers. L’Angleterre a commencé d’abord par alourdir très fortement la petite note (en donnant une garantie financière très importante aux »epargnants« qui avaient placés leurs »économies" à 6% dans les banques d’Islande). Puis maintenant elle s’oppose farouchement à l’intégration de l’Islande en Europe tant que son gouvernement ne s’engagera pas formellement à régler cette dette avec un échéancier. Il me semble que les pays-bas soutiennent aussi cette position, car ils ont aussi laissé leurs épargnants se faire pièger là bas.

                Le petit soucis est que le montant de cette dette (aux alentours de 2.5 m€) est tout simplement insupportable pour ce pays, compte tenu de ses ressources qui comme vous le dites sont principalement halieutiques. Comparé au PIB, on est dans des ordres de grandeurs plusieurs fois supérieurs à ce que l’Allemagne devait rembourser après la 1ère guerre mondiale.

                Bref, l’accès à l’UE pour l’Islande est au prix de la reconnaissance d’une dette impossible, pour finalement se retrouver être un banthoustan de l’Europe.

                La réalité étant que l’Europe toute entière a instantanément tourné le dos à ce pays que l’on vantait il y a quelques années comme étant un modèle de développement - à ce moment là votre bible (le figaro) racontait même qu’il y était le plus grand du monde -, et dont maintenant plus personne ne veut entendre parler. Faute d’interlocuteur ayant une réelle volonté de l’aider en Europe, c’est tout naturellement que ce pays se tournera vers un partenaire tiers qui n’a pas toutes ces exigeances, à savoir la Russie.

                Quel dommage que vous n’ayez pas passé plus de temps sur vos devoirs de vacances, cela nous aurait peut-être évité un article superficiel de plus et factuellement inexact.


                • Nobody knows me Nobody knows me 1er septembre 2009 14:43

                  Ils ont vite compris la situation les dirigeants islandais. Ils se sont dit « Tiens, une bande de couillons rembourse et renfloue les banques en galères par leurs conneries. Pourquoi ne pas tenter une petite pénétration par la porte de derrière ? »
                  xD


                  • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 1er septembre 2009 15:48

                    C’est admirable, il semblerait que vous ayez au moins 19 ans.
                    C’est avec les filles que cela risque d’être difficile. Une islandaise peut-être...


                    • georges 1er septembre 2009 17:46

                      ils veulent l euro pas l adhesion , les anglais ont eu l adhesion mais pas l euro
                      drole d europe peuplé de pays opportunistes
                      l europe c est dabord une conviction , si l islande est surtout interessé par la protection de l euro elle peut s abstenir de postuler
                      on a deja l irlande qui a obtenu tout un tas de garanties, les arrangements ca suffit !
                      qu ils n oublient pas d ou ils viennent et ce qu ils sont : des eleveurs de moutons un temps reconvertis en carnassiers de la finance


                      • tylhdar tylhdar 1er septembre 2009 23:48

                        les trois premières banques du pays (Landbanski, Glitnir et Kauphting) ont dû être nationalisées faute de liquidités

                        Manque de chance pour eux, le traité de lisbonne interdit la nationalisation des banques.


                        • pascal 2 septembre 2009 00:16

                          La misère face aux profits scandaleux. Les banques islandaises ,managées par les tradeurs américains ,s’en sont mis pleines les fouilles ,maintenant au peuple de payer les pots cassés ! 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

AJ


Voir ses articles







Palmarès