Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Israël : c’est la quadrature du cercle !

Israël : c’est la quadrature du cercle !

« Le peuple a choisi Kadima », s’est autoproclamée Tzipi Livni. « Le camp national, sous la direction du Likoud, a gagné avec une avance très nette. Avec l’aide de Dieu, je serai à la tête du prochain gouvernement », a déclaré Benyamin Netanyahu. « La surprise c’est peut être la victoire de Tzipi Livni et son parti, le Kadima, mais ce qui est plus important c’est que le camp de la droite s’est considérablement renforcé », a lancé Avigdor Lieberman.

Sur les 5,3 millions d’électeurs appelés aux urnes, 65,1 % d’entre eux avaient enregistré leur vote à à fermeture des bureaux, selon la commission électorale centrale. C’est à peine 1,7 point de plus qu’en 2006 (63,5 %). Au point de départ, les élections ne devaient avoir lieu qu’en 2010. La démission d’Ehud Olmert, mêlé à des affaires de corruption, a devancé le scrutin selon un mode de scrutin proportionnel, Tsipi Livni ayant également échoué à former un gouvernement d’union.

Le parti de centre-droit Kadima de Tzipi Livni est légèrement en tête, avec 28 sièges. Le parti de droite de Benjamin Netanyahu, le Likoud, obtient lui 27 sièges. La formation d’extrême-droite Israël Beiteinou d’Avigdor Lieberman, contre toute attente, ne gagnerait que 15 sièges. Le parti travailliste d’Ehud Barak n’obtient que 13 sièges. Enfin, le parti ultra-orthodoxe Shass a reculé en ne faisant élire que 11 députés. Deux partis nationalistes religieux auraient fait élire 7 députés, tandis que les listes arabes obtiendraient 5 sièges. Un fait est à noter : le vote des 175 000 soldats israéliens ne sera pas connu avant jeudi soir.

Pour former un gouvernement, Tzipi Livni ne disposerait que du soutien théorique de 55 députés alors que son adversaire, Benyamin Netanyahu, compterait une majorité de 65 députés.

Il n’est pas faux de dire que la formation de droite Israël Beiteinou d’Avigdor Lieberman détient une balance du pouvoir. « Nous n’excluons personne. Mais mon souhait fondamental va vers un gouvernement nationaliste », a expliqué Lieberman.

De son côté, Livni tend la main à Benyamin Netanyahu pour l’inviter à joindre un gouvernement qu’elle dirigerait. « Il faut désormais respecter le choix des électeurs, respecter la décision des urnes, et rejoindre un gouvernement d’union nationale sous notre direction ». Pourtant, encore une fois, si on prend en compte le fait que Netanyahu apparaît en meilleure position pour former un gouvernement, quel fut en réalité le vrai choix des électeurs ? Il appartiendra au président Shimon Peres d’interpréter cette volonté populaire et pour cela, il commencera dès la semaine prochaine ses consultations avec tous les partis représentés au parlement. Il lui faudra choisir le ou la député qui est le plus apte de constituer une majorité ministérielle. Le parlementaire, ou la parlementaire, ainsi choisi bénéficiera d’une période de 28 jours, qui peut être prolongée de 14 jours supplémentaires, pour former un gouvernement.

Le tsunami de la droite n’a pas eu lieu. La grande ferveur populaire, manifestée en début de campagne pour Benyamin Netanyahu, n’a pas donné les résultats escomptés. Par contre, Avigdor Lieberman a fait des gains en faisant élire quatre députés de plus à la Knesset. Et ces gains substantiels, en comparaison de ses adversaires, le conforteront dans ses exigences de « mettre à bas le Hamas » et lui assureront une voix prédominante pour forcer le nouveau gouvernement de rejeter toute négociation ou toute trêve avec ce dernier.

La question que plusieurs analystes et observateurs se posent est bien évidemment les conséquences de ces résultats sur le processus de paix au Moyen-Orient. Il est de plus en plus évident que la présence et l’influence croissantes des partis de droite compromettront tout accord de paix, provisoire ou non. L’Autorité palestinienne de Mamoud Abbas particulièrement affaiblie, l’élection du Hamas venue diviser les rangs palestiniens et la présence possible d’un gouvernement de droite en Israël ne sont pas des conditions idéales pour créer un État palestinien à côté de celui d’Israël. Le Proche-Orient vient d’envoyer à Barack Obama le pire message qu’il pouvait souhaiter : d’espoir la région se tournera davantage vers le désespoir.

Comment le peuple de Gaza pourra-t-il espérer le moindre assouplissement de ses conditions de vie insoutenables avec un gouvernement de droite qui n’a d’espoir que de botter les arabes israéliens hors d’Israël ?

À Gaza, la population ne se fait plus d’illusions. Jalal Khader, un avocat palestinien, manifestait tout de même à Paul Akim, journaliste de 20minutes, une certaine crainte : «  je suis inquiet de voir la société israélienne virer de plus en plus vers la droite. Un gouvernement israélien de droite va chercher à imposer sa politique. Ce sera d’autant plus difficile de trouver une solution négociée ». Rami Rabayah, ancien fonctionnaire de l’Autorité palestinienne, ajoute : « Pour nous, il n’y a pas vraiment d’enjeu. Kadima est resté au pouvoir pendant quatre ans pour finir par faire la guerre à Gaza. Ça ne peut pas vraiment être pire ».

Selon un diplomate qui commentait la présente situation auprès du correspondant de l’hebdomadaire L’Express, « Vous ne pourrez pas changer la politique interne des Palestiniens sans processus de paix sérieux qui renforcera la place des modérés. Et si vous ne donnez pas satisfaction aux aspirations nationales des Palestiniens rapidement, c’est le Hamas qui sera renforcé ».

Benjamin Barthe, du quotidien Le Monde, a peut-être donné une analyse assez réaliste de la situation qui prévaut, par exemple, à Nazareth-Illit. Yaffa, 52 ans, la gérante d’un magasin de vêtements pour enfants, lui expliquait en termes qui défient la langue de bois : « On a besoin de Lieberman pour finir le boulot à Gaza. Mille trois cents morts, ce n’est pas suffisant. Il faut qu’ils sortent tous avec le drapeau blanc ».

Par contre, les résultats du scrutin de mardi montrent également que les Israéliens sont pragmatiques. Cette nouvelle consultation, c’était la cinquième en dix ans. Certaines dérives à droite ont freiné l’ardeur des citoyens juifs à voter massivement pour les partis extrêmes. Le message est limpide et, que ce soit Tzipi Livni ou Benyamin Netanyahu, le prochain gouvernement d’union devrait refléter cette tendance.

« Ce sont les élections les plus à droite de l’histoire d’Israël », écrivait ce week-end l’éditorialiste vedette, Nahum Barnea, dans le quotidien à grand tirage Yedioth Ahronoth, cité par le quotidien Le Figaro. Une question persistante demeure. Combien de temps résistera le prochain gouvernement, qu’il soit du centre ou d’extrême-droite ?

(Sources : Haaretz, Jerusalem Post, AFP, Presse canadienne, L’Express, Le Figaro, Le Monde, New-York Times)


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

56 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 11 février 2009 10:04

    les élus sont quasiment tous nazionistes , + ou moins , à quelques exceptions ! les palestiniens ont pas fini de morfler..... Comment le CRIJF si critique envers le FN peut il rester aussi silencieux sur le fait que l’extrême droite fasciste tient Israel par les couilles ? smiley


    • abdelkader17 11 février 2009 10:58

      Qu’on m’explique quel est la différence entre Kadima et l’extrême droite ?
      La ministre des affaires coloniales Livni et ses deux acolytes Barak et Olmert viennent de franchir un cap dans la sauvagerie et l’horreur, en guise de présent pour la nouvelle année sous forme de massacre de masse dans la bande de Gaza.
      C’est un pays raciste et colonial, c’est un préalable à la compréhesion de la mentalité de ses habitants, qu’on arrête de nous amuser avec cette prétendue démocratie.
      Quand à la farce de la création d’un état palestinien, c’est totalement impossible tant la colonisation à fait son oeuvre , les tendances politiques de droites comme de "gauches" se sont toujours opposés à ce projet.
      Les propos extrémistes de cette femme sont plus conforme aux sentiments et à la tendance populaire majoritaire.


      • K K 11 février 2009 10:58

        Sans aller jusqu’aux exces des propos du chat, je m’inquiete fortement pour la paix dans la region. Il me semble qu’on n’est pas pres de la voir. Helas


        • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 11 février 2009 11:52

          K

          Je partage ce sentiment. Voilà pourquoi toute personne consciente des enjeux qui se jouent au Moyen-Orient ne peut rester indifférente aux événements des derniers jours en Israël.

          Pierre R


        • Traroth Traroth 11 février 2009 18:07

          Le problème, c’est qu’il faut vraiment de bonnes lunettes pour voir la différence entre Netanyahu et Livni, politiquement. Les deux sont d’ailleurs prêts à s’allier au fasciste Liebermann. Cette élection n’a pas d’intérêt parce qu’elle n’a aucun enjeu.

          Un mot quand même sur Netanyahu : Il me semble judicieux de rappeler qu’on sait déjà de quoi il est capable, puisqu’il a déjà été premier ministre, de 1996 à 1999. Il avait été élu face à Peres (qui assurait l’intérim depuis l’assassinat de Rabin en 1995), déjà dans des circonstances troubles pour ne pas dire bushesques. Quelques mois plus tard, les accords d’Oslo (auxquels il s’était opposé dès leur signature) n’était plus qu’un souvenir et la seconde Intifada éclatait.


        • L'enfoiré L’enfoiré 11 février 2009 20:09

          Bonjour Pierre,

           Je n’avais pas beaucoup d’espoir par l’interne des élections. C’est clair, les murs autour d’Israël vont avoir de beaux jours devant eux. Il va y pousser des orties. 
           En France, il y a un temps pour la ligne Maginot pendant la 1ère guerre. Après les murs, pourquoi pas cette solution ?
           L’extrême droite prend du galon. C’est clair.
           Dimanche, sur FR3, il y a eu le téléfilm de Marcel Bluwal "A droite toute". Si cela passe, cela vaut le détour.

           


        • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 11 février 2009 20:15

          L’enfoiré

          Force est de reconnaître qu’Israël se dirige en droite ligne vers une crise institutionnelle. À moins que les chefs des partis soient en mesure de donner du leste à leurs exigences respectives pour mettre l’intérêt de la nation au-dessus des partisaneries politiques.

          Pierre R.


        • K K 11 février 2009 23:26

          @Pierre

          .... et qu’ils voient que l’interet superieur de la nation est la paix....


        • mcm 11 février 2009 11:32

          @Pierre R

          La montée de l’extrême droite est restée dans des limites pas plus alarmantes que celle de la France ou d’autre démocraties.

          Finalement Avigdor Lieberman n’a gagné que quelque sièges, ce qui est parfaitement compréhensible vu le contexte tendu de ces élections.

          De plus l’avancée de "Israel Beitenou" a été compensée par le recul du Shass, ce qui revient à dire que l’extrême-droite israélienne ne progresse pas mais se laïcise.

          Avigdor Lieberman est de la droite dure, c’est un fait, mais à l’analyse de ses propositions, je ne vois rien de très alarmant, excepté sa détermination à solder le problème Palestinien par la manière forte, qui va beaucoup trop loin, quand il fait des allusions à l’usage de l’arme atomique, ce qui ne doit pas faire oublier les aspects positifs de son programme, entre autre renforcement de la laïcité.

          En résumé, la démocratie d’Israel reste remarquablement stable dans un contexte très difficile, ce qui est une prouesse dont peu de nation seraient capables.


          • Alpo47 Alpo47 11 février 2009 11:41

            Effectivement, tout va comme d’habitude, dans la société israelienne.
            Comparer Liebermann à Le Pen, pourquoi pas. Simplement, la différence c’est que l’un est au gouvernement et peut y exprimer et mettre en place son racisme et l’autre pas. Différent, non ?
            Et il me semble que Liebermann est bien plus extrémiste que Le Pen. Bien plus.
            Le plus extraordinaire, c’est que partout dans le monde, cette montée du racisme serait , et a été, condamnée... sauf en Israel. Là bas, c’est permis. Etonnant, non ?


          • abdelkader17 11 février 2009 11:51

            "l’extrême-droite israélienne ne progresse pas mais se laïcise".
            Vous avez encore quelques blagues comme celle ci dans le registre de l’infamie.
            Que dirais on si on parlait de cette manière des partis d’extrême-droite en europe et plus précisement en France ?
            Je vois d’ici le tableau tous les thuriféraires du sionisme , les intellectuels de cours et leurs affidés criraient au scandale et à l’antisémitisme.
            Ce pays s’est fondé sur des politiques racistes et coloniales, ses politiciens sont des extrémistes, sa population dans sa grande tendance est raciste, alors allez vendre votre poison ailleurs.


          • mcm 11 février 2009 12:10

            AbdelKader

            Et le Hamas c’est pas extremiste ? C’est pas une infamie ? Mais c’est vrai qu’un arabe n’est jamais ni extrémiste ni infame mais toujours en résistance !


          • abdelkader17 11 février 2009 12:16

             Hamas
            acronyme partiel de harakat al-muqâwama al-’islâmiya (mouvement de la résistance islamique)
            répresentant élu et légal du peuple palestinien, qui dans son ensemble résiste à une occupation militaire fasciste qui dure depuis 60 ans


          • gaiaol 11 février 2009 12:18

            hamas ne peut etre un danger que pour sa propre societé avec ses objectifs d’islamisation. et encore...faut pas prejuger de la population palestinienne et de sa force de resistance a ces objectifs.

            sur l echiquier politique jusqu a aujourdh ui, son "extremisme" a surtout permis aus israeliens et ceux qui les soutiennent de renforcer l etau et les bombes autour et sur des palestiniens desarmés



          • mcm 11 février 2009 12:29

            Abdel,

            Que votre Hamas soit élu démocratiquement prouve bien qui sont les vrais fascistes !

            Je vous l’ai déjà dit, si vous tenez à la confrontation, pas de problème mais ne venez pas pleurnicher après.

            Songez que Israel pourrait stériliser Gaza en quelques heures si elle le voulait, et remerciez là pour son extrême patience, au lieu de continuer à soutenir des extrémistes, de peur que Israel exédée fasse vraiment un malheur.

            Vous cherchez quoi ? Une bonne hécatombe pour pouvoir critiquer Israel ?


          • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 11 février 2009 12:48

            MCM

            La gauche laïque n’a pas beaucoup évolué avec seulement quatre sièges pour le Meretz. Et les travaillistes ont perdu beaucoup de terrain. 

            Kadima obtient 28 mandats, le Likoud 27, Israël Beitenou 15, le Parti travailliste 13 et Shass, 11, l’Union nationale, 4, le Foyer juif, 3,les trois partis arabes 11, la liste orthodoxe Judaïsme unifié de la Thora, 4, Meretz, 3. Il reste encore à compter les bulletins de vote des soldats, des diplomates et des marins (Guysen).

            Selon le Jerusalem Post, Avigdor Lieberman a refusé mardi soir d’apporter son soutien à Tsipi Livni. « Nous voulons un gouvernement de droite. C’est notre souhait et nous ne le cachons pas. [...] La question principale aujourd’hui ne concerne pas seulement les frontières mais surtout le caractère d’Israël en tant qu’Etat juif, sioniste et démocratique ». Et Lieberman poursuit : « Notre premier objectif est clair, détruire le Hamas (…). Depuis 7 ans nous nous réveillons chaque matin et allons dormir tous les soirs avec une nouvelle attaque de roquettes. Cela doit prendre fin. Celui qui veut de nous comme partenaire au gouvernement doit changer sa politique ». Il faudra voir le sens que donne, au mot démocratie, Avigdor Lieberman.

            Je crois bien qu’Israël doit faire face à un terrible constat. Ehoud Barak déclarait au Jerusalem Post : « Nous devons admettre la vérité : après une campagne éreintante, nous sommes face à un système politique brisé qui n’incite pas à la stabilité ».

            Pierre R.


          • Alpo47 Alpo47 11 février 2009 13:04

            "... Israel pourrait stérilise Gaza en quelques minutes... " nous dit MCM.
            Et si on disait plutôt ASSASSINER 1.500.000 personnes. Nous savons que le crime ne vous effraie pas.
            Ah, quelle chance , tout de même, d’être le "peuple élu" et de pouvoir tout faire, en toute impunité !


          • abdelkader17 11 février 2009 13:12

            Ton vocable teinté de racisme génétique reflette bien les travers de ta personnalité, continue comme tes amis Bhl et glucksmann à défendre l’indéfendable et la monstruosité, vous êtes au ban de l’humanité souffrant du complexe de Massada, c’est incurable.


          • Traroth Traroth 11 février 2009 18:28

            @mcm : Quand les Palestiniens se faisaient représenter par les laïcs de l’OLP, je n’ai pas pas l’impression qu’ils étaient mieux traités ni même vraiment différemment par Israël. L’islamisme n’est qu’un prétexte. Quand on pousse les gens à se radicaliser, il ne faut pas s’étonner ensuite s’ils sont radicaux !


          • Mouche-zélée 11 février 2009 18:39

            gaiaol

            Le souci c’est qu’interpol a publié une liste de terroristes recherchés, ils sont tous Saoudiens et rien d’autre .
            Le Hamas est peut être dangereux pour son propre peuple et pour les Israéliens mais il ne faut pas lui donner une envergure qu’il n’a pas .


          • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 11 février 2009 19:16

            Léon

            En effet. En termes de nombres, la droite a gagné. À ce propos, je viens de lire les déclarations de Bernard Kouchner sur le Nouvel Observateur. La France n’est pas neutre dans cette élection. « Tzipi Livni peut essayer de former un gouvernement qui peut paraître contradictoire », estime le ministre des Affaires étrangères, faisant allusion à une possible alliance entre le Kadima et le parti d’Avigdor Lieberman. « La droite a gagné les élections législatives en Israël mais néanmoins, Tzipi Livni pourrait être appelée par le président Shimon Peres à former un gouvernement. Le système israélien, la proportionnelle intégrale permet toutes les coalitions », déclarait Kouchner qui accompagne Nicolas Sarkozy. Par contre ce dernier a refusé de commenter aussi clairement l’élection israélienne : Je préfère réserver mes commentaires après la formation du nouveau gouvernement. C’est au président Shimon Peres de désigner celui ou celle qui aura à conduire la nécessaire coalition ».

            L’un commente, l’autre pas.

            Les réactions de la presse sont également intéressantes. « Nous allons connaître une période intéressante mais triste », commentait aujourd’hui le quotidien Maariv. Le quotidien souligne en même temps : « Livni a gagné la bataille, mais va perdre la guerre ». Le quotidien Haaretz (libéral de gauche) parle lui aussi « d’impasse politique » (Nouvel Obs).

            Pierre R.



          • gaiaol 11 février 2009 11:55

            le systeme electoral israelien favorise les petits partis. autour de kadima (le parti de sharon), du likoud de bibi chere a ces dames, de israel beitenou de liberman, cher aux colons et extremistes de tout poils, il y a aussi le shass, union nationale, notre maison israel et ultra orthodoxes, partis religieux extremistes qui accaparent 38 sieges.

            lizni, la terroriste en tete qui a axé sa campagne et ses menaces sur les arabes israeliens, netanyahu le colon en chef, le liberman en doberman, et les barbus religieux les encadrant, y a pas a dire mais la manoeuvre fort bien calculéée, est russie


            la definition de la democratie a l israelienne arcboutée a ses religieux orthodoxes et aux ultra nationalistes est enfin clairement visible. ce que savent et vivent les palestiniens depuis des décennies qu ils subissent va etre enfin clairement identifié



            • Le péripate Le péripate 11 février 2009 12:21

               Un fait qui sera très vraisemblablement très peu commenté : la représentation des partis arabes passerait de 10 sièges à 5. Représentant 20% de la population, on pourrait s’attendre à ce que leur représentation à la proportionnelle approche les 24 sièges sur 120. On en était très loin, et on s’en éloigne encore plus.

              La conclusion est que les arabes israéliens votent peu sur des critères ethniques, et que plus des 3/4 d’entre eux votent comme les autres israéliens. 

              Bien sûr, la pyramide des âges n’est pas la même, ce qu’il faudrait réellement comparer c’est les proportions d’électeurs inscrits. 

              Mais quand même : il semble que les arabes israéliens n’ont pas l’impression de vivre dans un pays d’apartheid. Dans ce contexte, on comprend mieux la proposition soutenue par le communiste Illan Pappé, un parlement palestinien autonome séparé de la Knesset. C’est que les arabes israéliens ne votent pas "bien", réaliser un véritable apartheid électoral les contraindrait à voter "arabe".


              • gaiaol 11 février 2009 12:47

                la gauche dans son ensemble a obtenu une quarantaine de sieges dont 10 par les arabes israeliens.

                un taux d abstention de 37 %

                les arabes d israel votent traditionnellement pour le parti travailliste.pour avoir plus de chance d etre representes, car les elus arabes n obtiennent pas de postes en general et sont rejettes officieusement par ce mouvement. ce sont surtout les pacifistes qui votent pour les partis arabes.


              • Le péripate Le péripate 11 février 2009 13:02

                 Oui. Ma source était.... l’article lui-même. smiley

                Quoiqu’il en soit, ça ne change pas grand-chose, et votre remarque , Gaiol, me laisse penser que vous lisez dans les pensées des arabes israéliens.


              • gaiaol 11 février 2009 13:13

                meem les articles les plus pertinents peuvent etre completés...

                oui cela ne change rien a la donne mais corrige votre post

                les arabes israeliens ne sont la que pour servir de caution "democratique" a la plus "grande democratie" du moyen orient.


              • Le péripate Le péripate 11 février 2009 13:30

                 Bien sûr. La démocratie est une caution pour la démocratie, etc.... et seul le prolétariat éclairé par l’avant-garde détient la vérité historique. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai soudain envie de bailler.


              • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 11 février 2009 13:33

                Le péripate

                Afin d’éviter toute ambiguité, voici les résultats finals : le Kadima (centre-droit) a obtenu 28 sièges (contre 29 dans le parlement sortant), le Likoud (droite) 27 (contre 12), la formation d’extrême-droite Israël Beiteinou 15 (11), le parti travailliste (gauche) 13 (19), le parti ultra-orthodoxe Shass 11 (12). Ce décompte ne comprend pas le vote de quelque 175.000 soldats dont le dépouillement ne devrait s’achever que jeudi. Selon la commission centrale, le taux de participation a atteint 65,2% des inscrits, soit un taux supérieur de 1,7 point à celui de 2006, et ce malgré le mauvais temps. (AFP)

                Depuis deux heures ce matin, moment de la rédaction de cet article, la situation évolue. smiley

                Pierre R.



              • Le péripate Le péripate 11 février 2009 13:49

                 Voyons donc ça jeudi. smiley


              • gaiaol 11 février 2009 14:04

                peripate,
                vous ne me ferez pas verser une larme sur votre ennui, vos baillements et vos visions binaires.peut etre un conseil :c est l heure de la sieste profitez en


              • Le péripate Le péripate 11 février 2009 14:19

                 Mais oui, bien sûr. J’ai bien compris que vous étiez un adepte des jugements nuancés et des analyses subtiles. Donc vous disiez que les partis arabes n’étaient que la caution d’un faux système démocratique. Je vais réfléchir à cette sentence pleine de sagesse et qui laisse la place à de nombreuses approches.


              • gaiaol 11 février 2009 14:28

                adorer la democratie a l israelienne, parce qu elle est israelienne est autrement plus subtil et nuance. !! la reflexion et la sagesse en moins evidemment. vous ne pouvez pas tout avoir


              • gaiaol 11 février 2009 16:14

                la majorite absolue est atteinte a partir de 61 sieges sur 120

                ils ont en 65

                ce qui fait que l extreme va s allier avec encore plus extreme


              • jaja jaja 11 février 2009 18:38

                Les arabes dits "Israéliens" s’abstiennent à 50%... Les partis arabes sont des partis de gauche comme Abna el Balad (proche du Front Populaire de libération de la Palestine - FPLP-) ou du PC palestinien... Ils ont gagné 10 sièges qui ne leur serviront d’ailleurs à pas grand chose....

                Ceux qui votent pour les partis sionistes sont une petite minorité (sans cesse en voie de diminution) et sont considérés comme des traitres, comme il y en a dans tous les pays et à toutes les époques)..

                Ceux qui s’abstiennent ce sont surtout ceux qu’ici on appelle les "islamistes"... dont on devrait entendre bientôt parler...

                Je n’ai pas les chiffres arabes pour cette élection 2009 mais ils finiront par tomber...





              • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 11 février 2009 19:19

                Jaja

                Pour voir la répartition exacte des résultats électoraux, rendez-vous sur Jerusalem Post en cliquant sur le lien.

                Pierre R.


              • baska 11 février 2009 13:02

                "c’est la victoire du camp national" c’est ainsi que l’on nous résume les résultats de la mascarade qui a eu lieu dans l’entité sioniste. Ceux qui d’ordinaire poussent des cris d’orfraie concernant la moindre avancée de l’extrême droite en Europe qualifient la montée en puissance des criminels nazis-sionistes tel que le slave liberman de la victoire du camp national. Chaque jour qui passe le monde entier découvre leur hideux visage. Si on ne stoppe pas ces tristes créatures ils vont plonger le monde dans une catastrophe. 


                • Mouche-zélée 11 février 2009 18:43

                  Il faut être réaliste il y a une droitisation mondiale, ce n’est pas que le fait d’Israël seul .
                  Cependant j’admets que cette représentation du parlement Israélien très droite et extrême droite est très inquiêtant ...


                  • jakback jakback 11 février 2009 18:54

                    Curieusement, personne, mais vraiment personne, médias ,politiques ,assos etc.... ne s’élève devant le tsunami d’extrême droite qui déferle sur Israel, les fascistes Israéliens sont reconnus fréquentables, par la communauté mondiale, alors que partout ailleurs, de l’Autriche aux Pays Bas en passant par l’Italie et la France et bien d’autres, les garants de la démocratie hurlent instantanément aux loups des qu’un de ses partis, osent seulement ouvrir la bouche.
                    J’avoue que j’en reste coi, si quelqu’un pouvait m’expliquer en quoi l’extrême droite sioniste est plus amène que ses consoeurs, je suis tout ouïe !

                    http://www.lemonde.fr/archives/article/2009/02

                    http://www.lemonde.fr/archives/article/2009/02/09/


                    • Mouche-zélée 11 février 2009 19:21

                      C’est déplorable mais la droite et l’extréme droite déferlent un peu partout en réalité ...
                      Là c’est vrai que ce n’était ni le lieu, ni le moment ...


                    • oncle archibald 11 février 2009 19:24

                       Et les fascistes du hamas sont-ils à votre avis plus fréquentables ?

                      L’organisation de défense des droits de l’homme Amnesty International dénonce dans un communiqué, mardi 10 février, "une campagne de persécution" par le Hamas dans la bande de Gaza contre ceux qui ont, selon lui, "collaboré" avec Israël. Durant cette campagne, "une vingtaine d’hommes ont été assassinés, des dizaines d’autres blessés ou torturés", ajoute l’ONG.

                      Ces informations confirment celles de groupes de défense des droits de l’homme et des victimes de cette répression dans la bande de Gaza qui avaient rapporté fin janvier que des dizaines de membres du Fatah ou des personnes accusées d’être des "collaborateurs" d’Israël avaient été attaqués par les services de sécurité du Hamas pendant et après l’offensive israélienne du 27 décembre au 18 janvier.

                      "Assassinés dans des hôpitaux où ils étaient soignés"

                      Comme ces groupes, Amnesty dénonce des "enlèvements, exécutions délibérées et illégales, torture et menaces de mort contre ceux qu’ils accusent de "collaborer" avec Israël, de même que contre des opposants et des personnes qui critiquaient le Hamas". Les personnes blessées ont "reçu des balles dans les jambes, dans les rotules, dans l’intention de causer un handicap permanent", a encore expliqué Amnesty assurant que certains blessés avaient subi "de sévères passages à tabac qui ont occasionné des fractures multiples".

Selon les témoignages recueillis par l’équipe de chercheurs d’Amnesty International à Gaza durant et après l’offensive israélienne, les victimes ont pour la plupart "été enlevées de leur maison", puis abandonnées, blessées ou mortes, dans des zones isolées, ou retrouvées dans la morgue de l’un des hôpitaux de Gaza. "Certains ont même été assassinés dans des hôpitaux où ils étaient soignés en raison de leurs blessures", raconte l’ONG qui dit avoir intérrogé de nombreuses victimes, du personnel médical ainsi que des témoins oculaires qui ont tous corroboré ces faits.

                      Avec des zinzins pareils des deux cotés la paix n’est pas pour demain dans cette poudrière !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès