Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Israel/palestine : l’inévitable pardon

Israel/palestine : l’inévitable pardon

J’ai écrit un article sur le conflit israélo-palestinien. Comme une bouteille à la mer, quelque chose qui se voulait présomptueusement « au dessus de la mêlée » et qui pour moi paraissait naïvement logique tant ce conflit m’apparaît aberrant. J’ai beaucoup hésité avant de le publier, et je croyais avoir suffisamment fait attention à ce que mes mots ne fâchent personne, pour ne pas créer de malentendu, afin que l’esprit du lecteur puisse se concentrer sur « l’après », et pas sur la comptabilité du nombre de morts ou d’horreurs subies par des êtres humains, dont les vies sont toutes également précieuses.

Mais force est de constater que je n’ai pas réussi à faire passer mon message. Il apparaît, au nombre de critiques reçues à cet égard (et auxquelles je n’ai pas pu répondre individuellement, je leur prie de bien vouloir m’en excuser), que je suis moi-même tombé dans ce qu’un de mes plus virulents critiques appelle « le syndrome de Tom et Jerry, c’est-à-dire une sorte de « non-engagement » intellectuel qui est passé pour de la lâcheté : à trop vouloir ne blesser personne, je n’ai pas pris le soin de confirmer ce que j’avais déjà dit sur le sujet , et que je croyais stupidement acquis, au moins pour mes lecteurs « habituels » : la politique menée par le gouvernement israélien est ignoble et inhumaine, et je ne désire ni minimiser l’horreur de cette politique, ni mettre sur le même plan les souffrances subies par les Palestiniens dans leur ensemble et… je m’aperçois que je cherche le terme à employer pour parler sans choquer quiconque- le défi est rude à relever sur le sujet- de ce que « subissent » (mais « subissent » est-il approprié ?) les Israéliens : sont-ce des souffrances, ou des vexations, et peut-on dire que la peur est une souffrance ?
Car même si les rapports meurtriers sont impossibles à faire - question d’échelle (sur environ 10 000 morts depuis plus de 20 ans, on compte à peu près 8 500 morts Palestiniens- voir chiffres en 2009, contre 1 500 morts Israéliens - le tout sans compter les morts de faim, de maladies, les réfugiés, ceux qu’on ne compte pas, etc…), les Israéliens reçoivent tout de même quelques roquettes, qui tuent parfois ; et pour les familles de ces victimes on doit bien pouvoir parler de souffrances… Mais plus de 1 000 morts, peut-on parler de « quelques » souffrances, ou doit-on parler de « souffrances » en général ? La souffrance d’une famille israélienne vaut-elle plus, ou moins, ou autant que celle d’une famille palestinienne ?

Enfin toujours est-il que s’il faut parler au niveau des « Etats » (mais là aussi le terme est ambigüe), ou au niveau « global », « démographique », bien entendu la victime est palestinienne, et le bourreau est bel et bien israélien.

Cela étant dit et précisé clairement, je ne renie donc pas cet article car une fois cette constatation établie, le problème reste le même : que peut-on faire, imaginer, proposer pour que ce conflit s’arrête ?

Faut-il appeler à la vengeance éternelle et impossible des Palestiniens et rayer Israël de la carte ? Faut-il leur fournir des roquettes supplémentaires, ou continuer de se satisfaire d’être « du côté des gentils » pour continuer à croire qu’un jour les Etats-Unis oublient de mettre leur veto à une résolution véritablement contraignante de la part de la communauté internationale ? Ou que les dirigeants israéliens se réveillent un matin en se disant « cela a assez duré, nous allons faire la paix » ?

Voilà le véritable sujet de l’article. Pour moi, il s’agit non pas d’oublier ni de faire comme si les horreurs n’avaient pas existé, mais de passer au dessus - même si cela paraît impossible - et de se pardonner pour pouvoir offrir aux générations suivantes un autre avenir que la certitude de la misère et l’oppression, pour toute leur vie, avec comme seule perspective d’atteindre un jour quelques civils, là-bas de l’autre côté, juste pour « se venger ». C’est inévitable. Et il ne s’agit pas non plus de confondre un gouvernement avec son peuple (dans aucun pays au monde d’ailleurs). Car je reste persuadé que si on interrogeait les acteurs et les victimes de ce conflit, la majorité des Israéliens comme des Palestiniens seraient pour la paix.

Seulement comment faire la paix si personne n’est d’accord sur les frontières, sur les « dédommagements », comment faire si les roquettes continuent de tomber pour faire cesser le blocus et que le blocus continue d’être appliqué pour éviter aux roquettes d’être acheminées ? Sans doute si j’étais Palestinien je voudrais moi-aussi lancer des roquettes. Mais sans doute aussi si j’étais Israélien je voudrais moi-aussi la mort des lanceurs de roquettes.

Les dirigeants de ces deux « pays », de ces deux « entités », ont un intérêt bien compris à se poser en garants qui de sa sécurité, qui de son combat pour l’indépendance. Mais ce sont eux les principaux responsables de cette situation qu’ils perpétuent. Ils n’accepteront jamais aucune solution qui menace leur pouvoir ou leur autorité, et ils considéreront toujours un compromis comme un recul ou un échec. C’est pour cela que seuls les peuples concernés sont en mesure de faire la paix. Car eux-seuls sont capables de pardonner. Non pas par lâcheté ni par trahison pour leur cause, mais pour leurs enfants, et tous ceux qui viendront après eux. Et même si ce n’était pas pour cela, ils doivent le faire pour le reste du monde.

Il ne suffit plus de dire « les Palestiniens sont traités comme des sous-hommes, il faut punir les Israéliens pour leurs crimes » ; il faut que les peuples se lèvent ensemble pour dire « nous ne voulons plus de cette situation, arrêtons le massacre ». C’est sans doute un voeu pieu, et je serais ravi qu’on ricane à mon propos. Mais qu’on me dise alors ce qu’il faut faire, et si ce qu’on fait actuellement est suffisant.
Et qu’on ne vienne plus me dire que je soutiens la politique israélienne : je suis pour la paix, et la paix ne peut exister sans le pardon.

 

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr


Moyenne des avis sur cet article :  2.82/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • jako jako 28 novembre 2012 09:20

    Bonjour Caleb, vous avez raison comme dans votre article précédent, on ne peut que désirer que cela se règle, en effet, mais je parcours différents blogs que je ne vais pas citer ici pour entendre ce que les gens du terrain pensent ( des deux côtés) il y a une telle haine accumulée que je ne vois pas d’issue raisonnable, de plus j’ai le sentiment que cette haine est entretenue par des décisions abhérantes politiques , je me demande parfois si ce n’est pas voulu quelquepart ( des deux côtés)
    Merci de votre article. 


    • Javascript Javascript 28 novembre 2012 15:09

      Dès le berceau, les Palestiniens haïssent les Israéliens et dès le berceau, les Israéliens méprisent les Palestiniens.

      Notez bien le sophisme présent dans cette phrase, d’après Schweizer les palestiniens HAISSENT et les Israéliens MEPRISENT !

      Le message à peine voilé est de dire que les Israéliens MEPRISENT et donc c’est pas bien (une petite tape sur les doigts pour ces vilains) mais les PALESTINIENS haïssent car comme chacun le sait la haine est inacceptable et est source du terrorisme mondial (ce qui bien sûr est complétement idiot mais HE ! C’est de l’idéologie sioniste, c’est pas fait pour être intelligent).



    • leypanou 28 novembre 2012 11:13

      @auteur :

      "Car je reste persuadé que si on interrogeait les acteurs et les victimes de ce conflit, la majorité des Israéliens comme des Palestiniens seraient pour la paix" : quelle type de paix ? Une paix où il n’y a plus de tirs de roquette et de bombardement de F16 mais que l’on continue à faire des kilomètres pour pouvoir se soigner, à être séparé de sa famille, à être obligé de demander une autorisation pour pouvoir importer quoi que ce soit, de pouvoir sortir du territoire de Gaza, d’être obligé de vivre de la charité des organisations internationales ou de l’ONU, en ayant peur que d’un moment à l’autre, on est victime d’un attentat dans un bus  ? Je pourrais continuer indéfiniment comme cela.

      Et puis sur quoi vous vous basez pour affirmer que la majorité serait pour la paix. Parler d’une paix aussi vague c’est parler pour ne rien dire. Si vous dites que les Palestiniens veulent une paix en retrouvant la terre qui leur a été laissée en 1948 (qui a été rétrécie de 80% à peu près, sans parler bien sûr de cet espèce de bantoustans, ainsi que de la séparation de Gaza et de la Cisjordanie) ou que les Israéliens veulent une paix avec le Grand Israël enfin créé, i.e tous les Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie renvoyés en Jordanie ou ailleurs que dans le Grand Israël, ce n’est pas la même paix.


      • caleb irri 28 novembre 2012 22:49

        @ Leypanou

        Justement non, et pour éviter une paix comme vous la décrivez, il faut se résigner à un seul Etat dans lequel cohabitent les deux peuples. C’est le seul moyen. Sans doute est-il beaucoup plus facile de le professer d’ici, sans subir les conditions de vie de Gaza, mais il faudra bien en passer par là, c’est à dire par le pardon. Peut-être cela n’arrivera-t-il jamais, et peut-être l’ONU fera un jour le travail pour lequel il a été créé, on ne sait jamais... Mais puisqu’on ne peut plus ni partager la terre ni exterminer ses habitants, ces deux peuples sont condamnés soit à se battre pour l’éternité, soit à se pardonner.

        Même si demain Israël disait « on fait les deux Etats » : selon quelles frontières serait le problème immédiatement soulevé ; et je doute qu’il puisse y avoir un accord qui satisfasse l’un ou l’autre. Le pardon c’est le retour de la confiance qui prend la place de la peur et de la haine.


      • cardom325 cardom325 28 novembre 2012 11:28

        Même si les bellicistes sont nombreux, ceux là qui rêvent d’un monde en feu, il ne faut jamais désespérer . La plupart des israéliens n’ont rien à gagner de mauvaises relations avec leurs voisins, seuls quelques apprentis dictateurs comme« Bibi le » va t’en guerre « attisent les braises . Dans la camp palestinien, il en est de même , le Hamas, Coran à la main, embrouille les esprits de pauvres gens empêtrés dans un quotidien sans espoir , et profite de l »’obscurantisme qu’il instaure pour se vautrer dans la corruption et conserver un pouvoir acquis dans les urnes par tromperie
        Je me suis marié en 1986 en Tchécoslovaquie avec une jeune femme de là bas, et je vous prie de croire que jamais personne, chez moi en France ou là bas, n’aurait pensé que le mur de la honte tomberait 3 ans plus tard et que la démocratie, même imparfaite, submergerait l’Europe orientale dans un temps aussi bref
        Nous savons tous qu’un règlement pacifique au Moyen orient auraient des conséquences positives bien au delà de cette région , mais la paix n’est pas du goût de tous ces parasites qui vivent de la guerre ,mettre de l’huile sur le feu n’est jamais anodin, il s’agit d’une stratégie étudiée , et Washington n’est jamais bien loin dans les coups tordus à travers le monde


        • Loatse Loatse 28 novembre 2012 12:09

          @Caleb

          Je l’avais trouvé très bien votre article...dépassionné et courageux.. A ramener ce conflit à sa dimension politique, on prend le risque de finir par se déshumaniser et oublier qu’au delà de l’appartenance à un coté ou à un autre, les populations paient un lourd tribu..

          Que naître à gaza ou à sdérot est ce que l’on peut souhaiter de pire à des enfants, que ceux ci devraient pouvoir vivre comme vivent nos enfants et non pas chaque jour dans la peur qu’un missile ou une roquette ne tombe sur leur maison ou que l’iran atomise leur pays...(la propagande officielle)

          Des enfants pourvus dés leur naissance d’un biberon, d’un doudou comme tous les nôtres, mais aussi d’un ennemi héréditaire....

          Ce sont des générations entières qui héritent de ce fardeau, le perpétuent et le transmettent à leur tour...
           malgré cela il en est qui oeuvrent pour la paix, quitte à passer pour des traitres à la cause, quitte à se faire violence pour ne pas rentrer dans le cycle de la vengeance et ce sont là les plus méritants..
          le héros ce n’est pas celui qui se fait exploser ou qui tire un missile sur un chef de mouvement adverse, c’est celui qui souffre, qui a perdu l’un des siens et qui se bat contre la haine (bien légitime) qui lui broie le coeur..
          Combien auront cette force ?


          • caleb irri 28 novembre 2012 22:53

            @ Loatse

            C’est bien de ça qu’il s’agit : des générations suivantes. Il faut qu’à un moment une des « générations » sacrifie ses rancoeurs , ses peurs et sa haine pour offrir à leurs descendants l’opportunité de vivre décemment. Pour moi c’est comme vous dites : ce n’est pas une lâcheté mais une force.


          • Romain Desbois 28 novembre 2012 13:51

            votre phrase vous trahit s’il fallait encore le démontrer que vous êtes raciste.

            Car vous opposer une nationalité à une race.

            La Palestine a hélas dû faire les frais en prouvant que le comportement d’un Etat fut-il juif (ce que je conteste, un etat n’a pas de race) peut être fasciste, avec l’assentiment de la majorité de ses citoyens.


          • Javascript Javascript 28 novembre 2012 15:14

            Je ne suis pas raciste, mais appel un chat, un chat.

            Ah ouais quand même ! Je sais pas si je l’aurais tenté celle-là à votre place.


          • Romain Desbois 28 novembre 2012 16:19

            n’tin n’tin chez les mauviettes

            Je peux comprendre votre parano mais vous le savez mieux que quiconque la raison pour laquelle , pas tous, mais beaucoup d’arabes et de pas d’arabes en veulent à l’Israël.

            Et vous pouvez remercier leur dieu qu’eux ne soient pas éduqués à la loi du Talion. car il y a longtemps que l’Israël n’existerait plus s’ils utilisaient les mêmes méthodes .

            Rentrez dans vos frontières de 67, laissez gérer la Palestine par les palestiniens, acceptez des casques bleus pour remplacer le mur de la honte israélienne, libérez le ghetto de Gaza et vous verrez comme les gens , d’un seul coup vous aimerons beaucoup plus.

            Vous me faites l’effet d’un gars qui se mord les doigts et qui pleure que ca fait mal.

            Relâchez les mâchoires et l’on cessera de vouloir vous mordre.


          • Mr. Agora 20 décembre 2012 08:40

            « Je peux comprendre votre parano mais vous le savez mieux que quiconque la raison pour laquelle , pas tous, mais beaucoup d’arabes et de pas d’arabes en veulent à l’Israël. »


            Si seulement « les arabes » en avait seulement après Israël . Mais vous savez MIEUX QUE QUICONQUE que elle remontent à bien plus loin cette haine .

            Et vous pouvez remercier leur dieu qu’eux ne soient pas éduqués à la loi du Talion. car il y a longtemps que l’Israël n’existerait plus s’ils utilisaient les mêmes méthodes . 

            Sur ce point j’ai bien ri . Ne vous inquiétez pas pour les pays arabes cher Desbois , cela fait bien longtemps qu’il ont surpassé la loi du Talion. Non eux ils sont plus dans le meurtre gratuit en fonction de leur croyance et leur d.ieu. 
            Et puis ne vous inquiétez pas pour Israël également , les nombreux pays arabes ont tenté de nombreux fois de faire en sorte qu’Israël n’existe plus mais bon , malheureusement pour vous cela n’a pas marché.

            Rentrez dans vos frontières de 67, laissez gérer la Palestine par les palestiniens, acceptez des casques bleus pour remplacer le mur de la honte israélienne, libérez le ghetto de Gaza et vous verrez comme les gens , d’un seul coup vous aimerons beaucoup plus.


            Israël ne serait jamais sorti de ces frontières de 67 , si on ne l’avait obligé à la faire sortir avec des attaques de front des pays arabes. Mais bon vous et la géopolitique ça fait deux . 

            Je vous dirai même plus , Israël ne serait pas sorti de ces frontières de 48 si le lendemain de la déclaration d’indépendance , elle n’était pas attaqué de toutes parts. 

            Donc c’est un peu facile de demander des comptes à posteriori , mais pendant que vous y êtes demandez en aux pays arabes alentour qui sont , ci n’est plus qu’Israël 

            les instigateurs de la situation des palestiniens . 


            Et puis vous parlez de Palestine . Mais quelle Palestine ? Et quelle palestiniens ? 

            Gaza , un ghetto ? Non seulement un camp militaire 

            Et puis pour finir , mettez vous bien ça dans la tète , Israël n’a pas besoin d’être aimez . Et elle en a cure de ce que pense les pays arabes et tous ce qui veulent sa destruction . C’est un peu facile de dire arrêtez et on vous aimera parce que et vous le savez c’est faux . 

            Vous croyez que sérieusement , qu’une fois le pays entre les mains d’un pays arabe quelconque , les juifs pourront vivre tranquille sur cette terre au nom d’un nouvelle elan d’amour qui n’existe que dans votre tète. 



          • Romain Desbois 20 décembre 2012 08:55

            L’Israël et les juifs du monde entier ont su faire la paix avec l’Allemagne, elle devra le faire avec ceux qui lui ont fait moins de mal.

            C’est pratique de se comporter en victime quand on est l’agresseur. L’Israël refuse que la Palestine soit un état comme le droit international le permet.
            Le Mur de la honte est construit sur les terres palestiniennes, l’Israël continue à gagner du temps, pour continuer à grignoter du terrain en espérant que la politique du fait accompli lui donnera raison.
            Mais on restera sur les frontières de 67, et les réfugies auront le droit de retourner chez eux. C’est un des fondements des droits de l’homme.

            Vous savez mieux qui quiconque que dans un conflit, un camp appelle terroriste ce que le camp adverse appelle résistant.

            Israël souffre du syndrome de Frankeinstein, il a fabriqué le Hamas par sa politique anti Arafat.
            Un de vos plus illustre citoyen a même été tué par un des vôtres.

            L’histoire , nous la connaissons. Je suis à priori plus proche des israéliens mais je ne soutiendrais pas aveuglément l’Israël pour autant.

            Je ne fais pas d’angélisme , je pense que l’Israël a tout à perdre à continuer cette politique.

            et pour moi le seule solution qui contenterait tout le monde est que ces deux peuples acceptent de vivre dans un seul état.

            Vivre l’Isralestine !!!!


          • Romain Desbois 28 novembre 2012 16:29

            l’auteur, j’apprécie votre article par ce qu’il a cette volonté réelle de voir les choses s’arranger. Ce n’est hélas pas si courant et je pense que nous devons, nous qui ne sommes pas impliqués directement faire oeuvre de conciliation et non mettre du gaz de chiisme dans l’eau du Jourdain.

            Ce conflit me fait penser à l’album de Lucky Luke « les riveaux de Painful Gulf »

            Dont l’histoire est celle de Roméo et Juliette au far west qui ne peuvent s’aimer car leurs famille se détestent depuis si longtemps que plus personne ne sait pourquoi.

            Deux peuples , une terre : VIVE L’ISRALESTINE !!!


            • pilhaouer 28 novembre 2012 17:45

              @ l’auteur


              « J’ai beaucoup hésité avant de publier ... »


              Pas assez !



              Vous n’avez pas réussi à faire passer votre message, dites-vous. Mais quel est-il ?


              S’il s’agissait de promouvoir la paix, une majorité de lecteurs vous approuveraient sans doute, mais encore faut-il définir la paix que vous souhaitez car, ainsi que le fait remarquer un commentateur, la paix des bantoustans est aussi une forme de paix.


              Vous n’apportez pas de proposition de règlement, bien que partisan d’une solution à un état bi-national, solution séduisante mais probablement la plus difficile à accepter par la majorité des israéliens.


              Or il ne suffit pas d’arriver avec un rameau d’olivier et de crier : Paix ! Paix aux hommes de bonne volonté !


              Vous avez publié votre article au plus mauvais moment, alors qu’un carnage se produisait à Gaza !


              Et, dans votre article, vous placiez les terroristes du côté palestinien exclusivement, alors que la population de Gaza, subissait les bombardements aériens d’une armée régulière au mépris du droit international . Vous avez renvoyé dos à dos les deux parties en décidant qu’il ne servait à rien d’évoquer la genèse du conflit.


              Vous accusez ceux qui ont critiqué votre article de jeter de l’huile sur le feu.


              Mais, lorsqu’il y a un massacre, la priorité est de l’arrêter, et pour cela, il faut dire la vérité.


              Ensuite seulement interviennent les diplomates qui tentent de dégager un chemin vers la paix en évitant le maximum d’écueils liés à la genèse du conflit, justement !

              Et les diplomates doivent d’abord montrer leur impartialité donc éviter les jugements de valeur.



              "Faut-il appeler à la vengeance éternelle et impossible des Palestiniens et rayer Israël de la carte ? Faut-il leur fournir des roquettes supplémentaires, ou continuer de se satisfaire d’être « du côté des gentils » pour continuer à croire qu’un jour les Etats-Unis oublient de mettre leur veto à une résolution véritablement contraignante de la part de la communauté internationale ? Ou que les dirigeants israéliens se réveillent un matin en se disant « cela a assez duré, nous allons faire la paix » ? » ?"


              A quoi servent ces questions ? Qui croyez-vous ridiculiser avec ça ?


              Vous en avez oublié au moins deux !


              Le fils d’Ariel Sharon a déclaré très récemment que la bonne solution était de vitrifier Gaza


              http://www.slate.fr/lien/65175/sharon-gaza-operation-pilier-de-defense


              Alors, pourquoi ne posez-vous pas aussi (plutôt) l’autre question : Faut-il appeler à rayer Gaza de la carte ?

              Dans votre inconscient, les idées de massacre appartiennent plutôt à une civilisation qu’à une autre ?


              "Faut-il leur fournir des roquettes supplémentaires ?"


              Pourquoi oubliez-vous de poser l’autre question : Faut-il leur fournir des F16 ou des missiles supplémentaires ?



              Est-il plus fautif de fournir des pétards aux groupes palestiniens que des armes de destruction massive aux Israéliens ?


              (Faut-il) "... continuer à croire qu’un jour les Etats-Unis oublient de mettre leur veto à une résolution véritablement contraignante de la part de la communauté internationale ?..."


              Eh bien, c’est possible en effet et ça dépend un peu de tout le monde.

              Qui a mis fin à la guerre du Vietnam ? Qui a mis fin à l’apartheid en Afrique du Sud ?

              Pour ne citer que ces deux exemples.

              La lutte des peuples opprimés et le basculement de l’opinion publique !



              pilhaouer « virulent critique »

              le syndrome de Tom et Jerry, ce n’est pas une absence d’engagement intellectuel, c’est le fait de ne présenter que les images d’un conflit sans fin en évitant d’expliquer son origine.


              • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 1er décembre 2012 03:47

                @ l’auteur

                Autant je suis porté à dire que j’ai bien aimé votre présent article parce qu’il met en avant la question du pardon même si c’est de manière maladroite (vu que le pardon est certes nécessaire mais malheureusement pas suffisant)
                autant je dois dire que la volée de bois vert que contient le commentaire de philouer n’est pas ... volée.
                Elle est méritée et elle traduit bien je crois l’impossibilité de ménager la chèvre et le choux lorsqu’on se trouve au beau milieu de l’abomination.
                Comme le dit philouer, il faut revenir aux origines, ce qui veut dire comprendre le « big picture » du projet sioniste.
                Avec la question du pardon, essentielle j’y insiste (j’ai écrit là-dessus), vous faites dans les « bons sentiments » mais cela n’offre aucune issue car il manque l’autre essentiel : la vérité.
                En Afrique du Sud ils ont inventé les commissions Vérité et Réconciliation.
                Notez bien que la vérité vient en premier.
                Le pardon et la réconciliation ne peuvent que lui succéder.
                Pour répondre à votre question : que faire ? je dirais : il nous faut la vérité.
                Il nous faut un accord sur ce qui se passe avec le projet sioniste en Israël, donc avec le peuple juif depuis 2500 ans.
                Quelle chance d’avoir un accord sur « La controverse de Sion » (Douglas Reed) avant le grand boum ? Aucune
                Regardez les zélotes sionistes que vous avez sur ce fil, vous les pensez capables d’investiguer l’histoire honnêtement ? Pour eux l’action prime car... ils sont en guerre, ils ne cessent de le dire.
                Rien de tout cela ne s’arrêtera avant qu’il ne soit trop tard.
                Apocalypse now !


              • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 1er décembre 2012 03:48

                @ l’auteur

                Autant je suis porté à dire que j’ai bien aimé votre présent article parce qu’il met en avant la question du pardon même si c’est de manière maladroite (vu que le pardon est certes nécessaire mais malheureusement pas suffisant)
                autant je dois dire que la volée de bois vert que contient le commentaire de philouer n’est pas ... volée.
                Elle est méritée et elle traduit bien je crois l’impossibilité de ménager la chèvre et le choux lorsqu’on se trouve au beau milieu de l’abomination.
                Comme le dit philouer, il faut revenir aux origines, ce qui veut dire comprendre le « big picture » du projet sioniste.
                Avec la question du pardon, essentielle j’y insiste (j’ai écrit là-dessus), vous faites dans les « bons sentiments » mais cela n’offre aucune issue car il manque l’autre essentiel : la vérité.
                En Afrique du Sud ils ont inventé les commissions Vérité et Réconciliation.
                Notez bien que la vérité vient en premier.
                Le pardon et la réconciliation ne peuvent que lui succéder.
                Pour répondre à votre question : que faire ? je dirais : il nous faut la vérité.
                Il nous faut un accord sur ce qui se passe avec le projet sioniste en Israël, donc avec le peuple juif depuis 2500 ans.
                Quelle chance d’avoir un accord sur « La controverse de Sion » (Douglas Reed) avant le grand boum ? Aucune
                Regardez les zélotes sionistes que vous avez sur ce fil, vous les pensez capables d’investiguer l’histoire honnêtement ? Pour eux l’action prime car... ils sont en guerre, ils ne cessent de le dire.
                Rien de tout cela ne s’arrêtera avant qu’il ne soit trop tard.
                Apocalypse now !


              • Romain Desbois 1er décembre 2012 07:57

                j’approuve le projet d’un peuple de rechercher une terre à eux (même si pour moi la terre n’appartient à personne), mais je n’approuve pas qu’on chasse d’autres humains pour en prendre la place.


              • Dwaabala Dwaabala 28 novembre 2012 22:31

                Si des voix s’étaient élevées pour prôner le pardon quand l’Allemagne nazie annexait un à un les États, ou quand le Japon occupait l’Asie du sud-est, la seconde guerre mondiale aurait peut-être été évitée, qui sait ?


                • Romain Desbois 29 novembre 2012 00:43

                  je pense que le mal était déjà fait... depuis le traité de Versailles hélas.


                • Dwaabala Dwaabala 29 novembre 2012 08:23

                  Alors le mal est déjà peut-être fait depuis le dépeçage du territoire palestinien par l’ONU en 1947 et la proclamation de l’Etat israélien en 1948.


                • Romain Desbois 29 novembre 2012 19:51

                  oui vous avez hélas raison je pense.


                • Romain Desbois 29 novembre 2012 19:54

                  Caleb

                  je suis attristé que ton article n’ait pas déclanché des records d’audience et de commentaires. Il me peine de constater que le bellicisme est bien plus populaire que la pacifisme.

                  Mouais ... quoi d’étonnant .

                  Il est temps l’Homme devienne humain es sortant de l’âge de la barbarie.


                  • Romain Desbois 30 novembre 2012 08:55

                    Rejouissons nous de l’avancée historique que nous vivons actuellement.

                    Que les humains de cette terre en profitent pour se faire la paix !!!!!!

                    Peace and love

                    Shalom/Salam

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès