Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > J’ai pensé… au Maghreb : et si la démocratie était un leurre (...)

J’ai pensé… au Maghreb : et si la démocratie était un leurre ?

La foule en liesse réunie sur la place Tahrir, symbole de la révolution, salue enfin le départ de Moubarak. Quelques jours plus tôt, c’était Ben Ali qui faisait les frais, en Tunisie, de la colère populaire. Depuis, la grogne, jusqu’alors sous-jacente dans les autres pays arabes, devient de plus en plus audible, faisant vaciller sur leurs bases des dictatures (sous couvert de pour bien installées. L’Algérie, le Yémen, Bahrein et même la Lybie connaissent actuellement leurs premières manifestations enflammées. Ca y est la démocratie est en marche et le Maghreb va connaître bientôt les joies de la démocratie…

Partout, à la télévision et dans la presse écrite, les spécialistes et commentateurs politiques s’affolent, alternant hymnes à la liberté et protestations virulentes contre les dictateurs, oubliant d’ailleurs, pour certains, leurs manques de prise de position sur ce sujet avant que les hostilités ne commencent. Liberté chérie enfin retrouvée… Qui pourrait ne pas s’en réjouir ? Pas même moi qui pourtant reste on ne peut plus circonspect. Pourquoi ?


- Il n'est pas certain que la démocratie va s’installer durablement : l’Histoire regorge d’épisodes démocratiques ayant tourné au cauchemar. La révolution de 1789, louée de tous, avait, en quelques années, débouché sur l’avènement de Napoléon. Il y eut ensuite deux autres républiques avant que la démocratie ne s’installe définitivement. Certains ne manqueront pas de me signaler qu’il s’agit là d’histoire ancienne. Je leur rappellerai comment, dans d’autres pays, plus récemment, la démocratie est dévoyée au profit d’une caste ou d’un homme : Poutine en Russie pour ne citer que le plus connu. Election ne signifie d’ailleurs pas démocratie, quand les opposants et les médias sont bâillonnés. Les exemples pullulent et force est de constater que les constitutions les plus respectueuses des droits de l’homme n’empêcheront jamais l’installation de dictatures. La démocratie est un mode de gouvernement qui s’apprend, se construit et l’exemple des pays africains qui, lors de la décolonisation, ont copié nos modèles, est là pour nous le rappeler.

- Il est faux de croire que c’est l’aspiration démocratique qui a conduit au soulèvement des peuples : ce sont d’abord les difficultés économiques qui ont poussé les peuples à se rebeller. Je ne dis pas qu’il n’y avait aucune revendication touchant aux libertés individuelles mais elles étaient marginales, portées par les élites, comme ce sont les bourgeois, qui se voyaient refuser le droit à être nobles, qui ont poussé le 1/3 Etat à prendre La Bastille. Les peuples s’accommodent souvent parfaitement des dictateurs pourvu qu’ils parviennent à les nourrir, à leur faire grimper l’échelle sociale et à galvaniser leurs égos. Si les gouvernements qui vont se mettre en place désormais ne parviennent pas à atteindre ces objectifs, ils sont perdus d’avance et nombreux seront alors les nostalgiques des anciens régimes. Comme le sont par exemple les nostalgiques du communisme dans les ex-pays de l’Est certes aujourd’hui libres mais privés d’avantages que ne leur offrent plus aujourd’hui l’économie capitaliste (droit au travail, au logement, aux transports,…). Les pays du Maghreb dont beaucoup vivent du tourisme (en berne depuis les évènements et peut-être pour longtemps) ou du soutien financier de l’Occident vont-ils être capables de relever ce défi ? Pas sûr !

- Il est naïf de penser que ce sont des démocrates qui vont prendre les rênes. Les élites qui vont prendre la main ne seront pas des petites gens mais des personnes déjà influentes et souvent impliquées, au moins indirectement, dans la gestion du pays. Croyez-vous vraiment que les réseaux de pouvoir, constitués pendant des décennies, vont d’un coup de baguette magique démocratique, disparaître ou laisser la place. Croyez-vous vraiment que l’opposition, atone ou clandestine, va pouvoir trouver sa place et faire entendre sa voix ? Et de quelle opposition parle-t-on d’ailleurs ? Méfions-nous d’elle qui, derrière une critique de la dictature en place, cache peut-être des desseins de domination sans partage.

Qui sommes-nous d’ailleurs pour juger de la démocratisation ? Croyons-nous vraiment vivre en démocratie ? Avons-nous d’ailleurs un réel choix de nos gouvernements ? Le capitalisme est aujourd’hui seul maître à bord et les règles du commerce international et de la financiarisation réduisent à peau de chagrin les choix des politiques qui, derrière leurs vitupérations et leurs promesses de lendemain qui chantent, savent qu’ils sont pieds et poings liés. Ce qui explique d’ailleurs la désaffection dans les urnes et la poussée des extrêmes. La démocratie est un leurre tout comme l’est la révolution. Elle n’amène qu’un changement des élites qui nous gouvernent, comme l’explique le sociologue et économiste Vilfredo Pareto. Ne nous réjouissons donc pas de vivre dans une démocratie comme si elle représentait la panacée. Elle connaît aussi ses déboires. Ce que l’on appelle corruption dans les pays en voie de développement est appelé chez nous « trafic d’influence ou prise illégale d’intérêt ». Et ce que nous appelons caste là-bas est appelé chez nous ENA, les élus de bord différents se retrouvant fréquemment autour d'un verre en privé après s'être étripés en public. Le modèle occidental est évidemment plus vivable qu’ailleurs mais loin d’être le meilleur, il est surtout le moins mauvais. Restons donc sur nos gardes, ne croyons pas que la démocratie est un acquis inaliénable et prions pour le Maghreb et les peuples opprimés.


Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

72 réactions à cet article    


  • ja.poirier 18 février 2011 10:30

    un point de vue réaliste !!! l’ultra libéralisme est toujours en embuscade !!


    • Alpo47 Alpo47 18 février 2011 10:30

      Une piqure de rappel salvatrice...

      Pour l’instant, c’est l’armée qui a pris le pouvoir après nos ex amis dictateurs ... Il serait d’une grande naïveté de croire à un avenir idyllique (le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple) après ces mouvements de foule.
      Les « élites » instruites et riches vont très facilement manœuvrer pour trouver des hommes de substitution aux précédents afin de conserver privilèges et pouvoir.
      Pour notre part, la ploutocratie au pouvoir a depuis longtemps installé un système où tous les « dés sont pipés », car sans véritable alternative, ni vraie opposition.

      Je crois aussi qu’il faudra bien plus que quelques mouvements de foule pour mettre à mal le « système » en place, dans les pays arabes et ... chez nous.


      • iris 18 février 2011 10:49

        de toutes façon il restera dans la société des complices de la tunisie de ben ali-
        chez nous il est resté des collabos mème après la sortie des allememands et ils ont souvent oeuvré dans l’ombre et pour leurs interèts..ou pour leurs amis..
        l’épuration prend au moins 3 générations.


        • HAAS 18 février 2011 11:04

          Merci pour vos commentaires ... n’hésitez pas à visiter mon blog où je développe d’autres sujets d’actualités

          http://c-monavis.blogspot.com


          • Philou017 Philou017 18 février 2011 13:02

            C’est surtout vos préjugés qui sont en sursis.


          • lebreton 18 février 2011 16:21

            @ kronfi
            Et voila ce commentaire d’un rascisme basique ,celui du pseudo intello qui vomit sa haine comme le fit un certain goebbels ,le probleme ,pour vous c’est sans doute que le web ne peut etre un instrument de propagande comme le sont les journaux et certaines chaines de télévision ,les sources sont différentes et permettent de contredire et de mettre à bas vos théories fascisantes et malsaines .


          • ffi ffi 18 février 2011 17:43

            En parlant de sources...

            Il suffit de lire le Coran pour comprendre qu’il promeut l’union des musulmans par la haine du juif et du chrétien, en justifiant toutes sortes d’exaction à leur encontre (meurtre, torture, racket). Tout musulman ayant apostasié peut légitimement être tué (par sa famille plutôt, afin que l’honneur soit sauf).

            C’est l’éternel problème de l’unification de la société par la haine. Cela permet de garantir une certaine solidarité entre les gens, mais cela provoque des infamies de grande ampleur... Or, les moyens employés sélectionnent le but, ce qui limite intrinsèquement la société Islamique à une sorte de barbarie collective.

            Toute l’histoire musulmane le montre. Les 1300 ans de cette religion regorge de preuves.

            De ce point de vue, oui, l’Islam n’est pas une religion comme les autres (en fait toutes les religions sont uniques et produisent une cité particulière). Et nos stupides politiques de mettre face aux catholiques des tenants d’une religion qui appelle à leur extermination depuis plus d’un millénaire ? Ils sont bien imprudents. Mais l’on connaît aussi l’antichristianisme sur lequel s’est fondé la République...

            En parlant de sources, lisez-donc le Coran pour commencer, vous direz moins de bêtises.


          • Arthur 123 20 février 2011 15:50

            I<<l suffit de lire le Coran pour comprendre qu’il promeut l’union des musulmans par la haine du juif et du chrétien>>
            Je suppose que c’est le reflet de votre opinion monarchique qui vous prenez d’avoir des opprimions un humanisme de mauvais aloi.

            ce qui se passe en Égypte n’est pas d’ordre exclusivement religieux, même si cette revendication n’est pas absente et soit une même une composante de se bouleversement.

             il serrait temps que vous tordre le coup à une visions d’un monde dépassés et que vous faissez preuvre d’humanisme si celà n’est pas de trop vous demandez. taissez vous.


          • HAAS 21 février 2011 15:21

            Cet avis me paraît bien péremptoire ... il me semble d’ailleurs que l’on peut alors faire exactement le même constat pour la Bible ou la Torah

            Lisez ceci : http://c-monavis.blogspot.com/2011/02/jai-pense-ne-serait-ce-pas-nous.html


          • PhilVite PhilVite 18 février 2011 12:15

            Dur dur de voir à quel point nous sommes désabusés. Jour après jour le voile se lève sur notre réelle condition : chaire à canon du capitalisme et de la ploutocratie. Ici comme la-bas.

            C’est incroyable comme l’illusion de la démocratie est en train de se dissiper à la vitesse grand V.


            • PhilVite PhilVite 18 février 2011 16:57

              eh merde , j’ai mis un « e » à chair, ça craint !


            • PAS GLOP PAS GLOP PAS GLOP PAS GLOP 18 février 2011 12:30

              Avec l’instauration du nouvel ordre mondial, la démocratie est une concept en voie de disparition.
              Difficile de ne pas voir la main de la CIA derrière tout ce remue ménage. Et lorsqu’on connait les qualités de cœur et de conscience de cette organisation, le pire est à craindre . Il y a fort à parier que les nouveaux gouvernements « démocratiques » seront inféodés aux institutions mondialistes. Se soigner de la peste pour attraper le choléra, n’est pas forcement une avancée. 


              • ffi ffi 18 février 2011 18:01

                Il ne faut pas tout généraliser...

                Le modèle de la société « rationnelle » a elle-aussi lamentablement échoué. La démocratie, faussement dénommée, par son fonctionnement, ne mène qu’à l’oligarchie.

                En fait, toute société prospère ne peut être fondée que grâce à une affection commune. Si cette communauté de sentiments partagés satisfait la soif d’amour des hommes, alors oui, ils s’apaisent et ainsi c’est une raison généreuse qui peut s’épanouir (Saint-Esprit) et apporter de multiples bienfaits pour tous.

                La religion optimale de ce point de vue est le christianisme : Tous unis par l’amour de Dieu, vers l’amour de Dieu. Ce flot d’amour divin, ressenti en commun, épanche cette soif d’amour, besoin physiologique vital de l’homme.

                Le christianisme est la religion Vraie. Elle l’a abondamment montré dans l’histoire, par la révolution scientifique qu’elle a engendré et la qualité du patrimoine qu’elle a légué. C’est cette vérité manifeste qui prouve qu’elle vient de Dieu.

                La démocratie des loupiotes, matérialiste et rationaliste, au vu de ses piteux résultats en deux siècles, a largement prouvé qu’elle ne vient pas de Dieu. Elle fait l’impasse sur l’entretien des homme dans l’amour divin. D’où ce monde sans affection où pullulent les manipulateurs, les calculateurs, les arrivistes, les dépravés, les dépressifs, etc...


              • Vent d'est Vent d’est 18 février 2011 19:00
                La démocratie des loupiotes, matérialiste et rationaliste, au vu de ses piteux résultats en deux siècles, a largement prouvé qu’elle ne vient pas de Dieu. Elle fait l’impasse sur l’entretien des homme dans l’amour divin. D’où ce monde sans affection où pullulent les manipulateurs, les calculateurs, les arrivistes, les dépravés, les dépressifs, etc...

                La démocratie est loin d’être un système parfait mais elle a l’avantage qu’elle peut être amélioré. Ce n’est pas le cas de la théocratie, système dont tu es sympathisant, on a vu ce que ça a donné en Europe quand elle était sous la suprématie de l’église catholique, ou plus récemment en Afghanistan dirigé par les talibans. Puis redescend sur terre, ton pote imaginaire que tu appelle « dieu » ou « allah » n’existe que dans l’imagination des hommes.


              • ffi ffi 18 février 2011 21:44

                Mon pauvre ami, les 3/4 du patrimoine culturel de l’humanité a été produit en Europe sous le christianisme. C’est aussi à ce moment-là qu’il y a eu la révolution scientifique moderne...
                .
                Qu’a fait la démocratie ?
                - Des banlieues.
                - Légalisation de l’usure.
                - Abolition des prés communs.
                - Création du système de banque centrales.
                - Abolition de tous les systèmes de protection ouvriers (corporations) et interdiction de toute association ouvrière et syndicats.
                - Mise en place du libéralisme.
                - Une science cloisonnée.
                - Des millions de morts (Nazisme et guerres nationalistes).
                - Un art dégénéré...
                - Un étalage de débauche.
                - Une décadence.

                En France, ça ne prend pas... Entre la qualité du patrimoine de l’ancien régime et les horreurs que l’on raconte dessus, il y a un petit quelque chose qui ne colle pas...

                Pourquoi en 1797 les monarchistes gagnent-ils les élections ? (Avant Coup d’état de Napoléon)
                Pourquoi en 1871, les monarchistes gagnent-ils les élections ? (Avant le coup de Mac-Mahon)
                Pourquoi en 1914 les monarchistes sont-ils envoyés en première ligne à l’abattage ?

                La démocratie, ça ne fonctionne pas. Cela aboutit au pouvoir d’une oligarchie (car il faut des sous pour gagner les élections), qui plus est irresponsable, puisqu’elle agit au nom du peuple (qu’elle asservit par ailleurs)... Il n’y a pas de bien commun en République démocratique.

                Du FN au NPA, ils sont tous pour une république démocratique...

                Mais la démocratie porte mal son nom, car elle ne donne pas le pouvoir au peuple...


              • Vent d'est Vent d’est 19 février 2011 11:04

                "Mon pauvre ami, les 3/4 du patrimoine culturel de l’humanité a été produit en Europe sous le christianisme. C’est aussi à ce moment-là qu’il y a eu la révolution scientifique moderne..."

                Ouiii surement ! Galilée a manqué de passer sur le bûcher quand il a dit que la Terre était ronde et qu’elle tournait autour du soleil, mais bon c pas grave, le christianisme a fait évoluer les sciences, en effet... C pour ça aussi qu’aujourd’hui, ils nous bassinent sur le fait que la théorie de l’évolution serait fausse, au nom de la création de l’univers par leur pote imaginaire...

                .
                Qu’a fait la démocratie ?
                - Des banlieues.
                - Légalisation de l’usure.
                - Abolition des prés communs.
                - Création du système de banque centrales.
                - Abolition de tous les systèmes de protection ouvriers (corporations) et interdiction de toute association ouvrière et syndicats.
                - Mise en place du libéralisme.
                - Une science cloisonnée.
                - Des millions de morts (Nazisme et guerres nationalistes).
                - Un art dégénéré...
                - Un étalage de débauche.
                - Une décadence.


                Dsl mais c pas la démocratie qui a instauré tout ça mais le système capitaliste, chose complètement différente. De plus certaines mesures existait déjà sous la monarchie. C en aucun sous Louis XIV que les systèmes de protections des ouvriers furent mise en place, mais sous la 3ème république.

                Pourquoi en 1797 les monarchistes gagnent-ils les élections ? (Avant Coup d’état de Napoléon)
                Pourquoi en 1871, les monarchistes gagnent-ils les élections ? (Avant le coup de Mac-Mahon)
                Pourquoi en 1914 les monarchistes sont-ils envoyés en première ligne à l’abattage ?

                Le vote était censitaire, càd seul les bourges, les nobles, les grands patrons et autres gros capitalistes votaient.

                La démocratie, ça ne fonctionne pas. Cela aboutit au pouvoir d’une oligarchie (car il faut des sous pour gagner les élections), qui plus est irresponsable, puisqu’elle agit au nom du peuple (qu’elle asservit par ailleurs)... Il n’y a pas de bien commun en République démocratique.

                Du FN au NPA, ils sont tous pour une république démocratique...

                Donc rétablissons la monarchie absolue de droit divin, ça fonctionnera mieux.... Ou alors pour faire plaisir à tes potos muzz, un émirat régi par la charia.

                Allez, sieg heil !


              • ffi ffi 19 février 2011 18:58

                Je ne dis pas qu’il n’y a pas eu d’injustice sous l’ancien régime. Si l’on compile mille an d’histoire, on peut en trouver effectivement.

                Cela dit si l’on fait fait la même compilation sur les deux cents ans de République, là, cela bat tous les records en terme de morts et d’injustice.

                Pourquoi ne parlerions nous pas des Maurice Allais, Benveniste, Kervran, Broglie, pour l’époque récente ? Et de tous les « négationistes » du climats ? Et en histoire, qu’en est-il ?

                L’épuration des scientifiques hors-norme existe toujours. Le premier de la République, ce fut Antoine Lavoisier, inventeur de la chimie, guillotiné... Ca n’a pas traîné...

                Si vous ne savez pas distinguer entre une religion qui professe l’union égalitaire dans l’Amour par Dieu et pour Dieu (le christianisme), et une religion qui professe l’union inégalitaire dans la haine des impurs par Dieu (l’Islam), c’est que vous ne réfléchissez pas.

                On peut certes désigner toute foi sous le mot de religion, mais cela fait, on en est pas plus avancé... Entre une secte qui pousse ses membres au suicide, une autre qui pousse ses membres à l’exaction sur autrui, et une autre qui se voue à apaiser les personnes afin qu’ils utilisent leur raison généreuse, tout ne se vaut pas.

                Si vous peinez trop à distinguer par vous-même, vous pouvez vous aidez de quelques indices fournis par l’histoire. Les 3/4 du patrimoine culturel mondial est chrétien. C’est au sein des sociétés chrétiennes qu’a eu lieu la révolution scientifique moderne. Les oeuvres d’Art s’y comptent pas milliers, d’une qualité d’exécution inégalée par rapport aux autres parties du monde, et ici-même aujourd’hui. Le Christianisme a poussé les gens vers le Vrai, le Beau et le Bien. Il est donc parfait avec son intention initiale et c’est cette adéquation entre ses intentions et ses réalisations qui prouve qu’il vient de Dieu.

                Vous prenez le mot « Religion » en synonyme de « Mal ». Or, c’est faux, une vraie Religion est nécessairement bonne, une fausse Religion est nécessairement mauvaise.


              • ffi ffi 19 février 2011 19:47

                Pour ce qui est la structure économique de l’Ancien régime, vous semblez ne rien y connaître.

                Je vous invite à lire le livre des métiers d’Etienne Boileau (XIIIème siècle). Généralement, les ouvriers étaient organisés en corps (de métiers). L’état ne traitait jamais directement avec la personne, mais avec le corps social dont il faisait parti (aujourd’hui, l’état nous sert de plus près).

                Généralement, le corps de métier se chargeait de contrôler la qualité des productions. En cas de défaut, il pouvait dresser des contraventions. Le corps avait donc un pouvoir de police et de justice. Les fonds ainsi récupérés était dédié à des oeuvres de charité, à destination des familles et des membres du corps social.

                Par exemple :
                - permettre à l’orphelin d’un membre décédé d’être formé.
                - soutenir des membres blessés au travail et en incapacité de travailler.
                - soutenir les membres à la retraite.
                ...
                Les ouvriers étaient propriétaire de leur métiers. Le corps social leur devait de pouvoir l’exercer (répartition du travail). Il y avait deux types d’ouvriers :
                - Les maîtres, disposant seul du droit de vente (aujourd’hui : artisan, patron), et jouissant de la propriété d’un établissement
                - Les valets, employés par les maîtres (aujourd’hui : salarié).

                Généralement (mais cela dépendait des corps), le nombre d’établissement des maîtres était limité (en général limité à 2 établissement), de même que le nombre de Valets qu’ils pouvaient employer (généralement limité à 4).

                Dans les manufacture d’Etat, la grande industrie, les ouvriers étaient là aussi géré par le corps de métier auquel ils appartenaient.

                En ce qui concerne les jours de congé, les 190 fêtes religieuses de l’ancien régime étaient chômées.

                Qu’a fait la Révolution ?
                Les corporations, ayant politiquement la gestion et la répartition de l’activité économique, de sa qualité, furent accusées d’entraver la « concurrence libre et non faussée ».
                Par les loi d’Alarde et Le Chapellier,
                - Les corporations furent dissoutes, leurs biens saisis et vendus au plus offrant (16 milliards de Franc à l’époque), détruisant toute la protection sociale de l’ancien régime (qui existait depuis le 12ème siècle à Paris, puis s’était étendue à toute la France)
                - Toute association ouvrière fut de plus interdite pour éviter leur reformation (Mais ils n’ont pas pu venir à bout du compagnonage).

                Conséquences :
                Les restrictions de nombre d’établissement et d’employé furent levée, ce qui permit à la grande bourgeoisie de cumuler petit-à-petit beaucoup de capital et d’employés. C’est la concentration capitalistique et la montée de salariat, si caractéristique du XIXème siècle.

                Bref, c’est au nom de la démocratie qu’est instauré le capitalisme... laissant les mains-libres à la grande bourgeoisie d’Affaire, en détruisant tous les dispositifs de protection ouvriers.

                Dès l’origine, le nom de « démocratie » fut employé pour donner le pouvoir à une oligarchie d’affaire, souvent liée au commerce transatlantique. Cette oligarchie a maintenu ce pouvoir jusqu’à lors. C’est la première phase de la mondialisation.

                Par la Révolution, de fille aînée de l’Eglise, la France est devenue fille cadette du capitalisme.


              • ffi ffi 19 février 2011 19:56

                C’est quand même bizard de ne pas réussir à connecter que c’est la révolution qui installe le capitalisme... Pourtant l’ordre de succession temporel devrait déjà servir d’indice. L’observation attentives des décisions prise dans cette période (légalisation de l’usure, création de la Banque de France, dissolution des corporations et des organisations ouvrières, levée des restriction en matière de concentration du capital et du nombre d’employés, installation de la concurrence, ...) suffit de confirmer facilement cette évidence.

                D’où ce coté piquant d’une gauche qui vénère la Révolution tout en vociférant sur le capitaliste... C’est, pour le moins que l’on puisse dire, paradoxal.


              • Hermes Hermes 21 février 2011 11:28

                Bonjour Fifi,

                Beaucoup d’analyses intéressantes et le rappel de faits qui sont trop souvent ignorés, merci. Mais pour ce qui est des religions ....

                Les messages d’êtres exceptionnels qui ont essayé d’ouvrir les yeux et le coeur à leurs semblables ont parsemé l’histoire de l’humanité. Aucun n’a été plus vrai qu’un autre.

                Ce qui en a été fait ensuite, et les religions qui ont été bâties sur leur mémoire, a quoi bon les idolatrer ?

                Retrouvons la source en nous-même au lieu de défendre une idée !

                Défendre une idée ou une croyance comme étant la meilleure dans l’absolu, est une position tellement violente qu’elle ne peut pas permettre de rester connecté à la source.

                Il n’y a pas de conflit ni de violence possible dans l’unité. Dès lors que je veux imposer, je sais que je suis sorti du chemin. Mais je ne l’affirme que pour moi-même. Je ne chercherai pas à vous convaincre de quoi que ce soit. Je ne peux que proposer de vérifier si je dis vrai ou faux.

                Que se passe t’il quand vous adoptez telle attitude ? Quele type de relation construisez-vous ? Vous seul pouvez le savoir en final.

                Bonne journée.


              • Traroth Traroth 18 février 2011 12:43

                Il est possible qu’il faille encore des rebondissements pour que ces peuples arrivent à la démocratie. Evaluer les résultats de ces évènements à l’échelle de quelques mois est dénué de sens.

                Il y a pourtant des gains incontestables issus des mouvements actuels :
                • Ces peuples ont manifesté leur volonté de vivre en démocratie. Parce que visiblement ça ne paraissait pas évident à certains, comme Sarkozy qui disait avoir « sous-estimé l’aspiration du peuple tunisien à la liberté » (sic). Au moins maintenant, les choses sont claires : les Mohammed VI, Kadhafi, Ahmadinejad, el-Assad, Abdallah I (Arabie saoudite), Abdallah II (Jordanie), Sabah IV n’ont pas du tout l’appui de leur peuple. Le peuple est opprimé et n’est pas d’accord. Plus personne ne peut le nier.
                • Ils ont découvert leur force. Le peuple est toujours le plus puissant. On ne peut le dominer qu’en lui faisant oublier ce fait, c’est vieux comme Machiavel. C’est très long, pour réussir à lui faire oublier ça. Il suffit de regarder la France, où au bout de 200 ans, ce n’est toujours pas totalement le cas. Si ces mouvements de révolte n’apportent pas au peuple ce qu’il veut, il y en aura d’autres !

                • boris boris 18 février 2011 13:00

                  L’auteur a raison de se poser la question, effectivement la démocratie est bien un leurre.


                  • HAAS 18 février 2011 13:40

                    Je pense que l’on s’est très mal compris ou que vous avez mal lu l’article...
                    Mon analyse ne concerne pas que les Pays du maghreb. Le phénomène que je décris est propre à tous les peuples. Ce sont par exemple les magasins vides qui ont poussé les européens de l’Est à se soulever contre le communisme.
                    Mes propos ne sont en aucun cas racistes et encore moins bourgeois. Même en France, nous vivons ce phénomène. Je reste persuadé que si nous ne nous soulevons pas davantage contre les injustices du système en place, c’est parce que nous avons le sentiment d’avoir plus à perdre qu’à gagner. Et la redistribution (l’assistanat diront certains) est de plus en plus acceptée comme un moyen d’acheter la paix sociale plutôt qu’un vrai outil d’équité sociale.


                  • daniel paulmohaddhib 18 février 2011 13:30

                    pour en finir avec ce mot de democratie....extrait d’apres platon..

                    Comment introduire la justice dans la cité et en sauvegarder l’unité, sinon en formant, par la connaissance de l’Un-Bien, des hommes politiques dont le souci consiste à façonner cette unité en éduquant les citoyens ? Platon expose la question du gouvernement de la cité dans son dialogue La République, rédigé en 370 sous le coup de deux constats :
                     — dans sa jeunesse il a vu l’oligarchie des Trente corrompre Athènes, tandis que la démocratie qui lui succède condamne scandaleusement à mort Socrate (399 ay. J.-C.), le plus juste des citoyens ; ainsi est-on passé de l’échec d’un gouvernement cupide à l’échec de l’incompétence, de la tyrannie de quelques-uns à celle de l’opinion ;

                    ainsi la democratie , la bien nommee , a commence par l’assassinat d’un juste......il y a 2399 ans....on aurait du se mefier.....

                    arretons avec ce mot .......ca n’a jamais eu de sens....
                    je n’ai jamais vote de loi...et vous ?


                    • ffi ffi 18 février 2011 18:03

                      Je n’ai qu’un seul mot : vive le roy !


                    • daniel paulmohaddhib 19 février 2011 09:36

                      ffi....roy ou autre...le voile de l’illusion fonctionne bien...voter ne garantie rien du tout....
                      c’est juste le voleur qui veut se faire passer pour un juste c’est tout...

                      d’ailleurs ce serait plutot dans les gens qui ne veulent pas de pouvoir , que le monde pourrait se modifier un jours, cela dit le voleur sera de retour ..aussi..il ne peut rien contre un groupe qui est eveille, car un tel groupe est solidaire et ne se laisserait pas faire....etc etc.....
                      alors un roy ou autre ne serait pas pire, car attention , il convient de voir ou la fleche pseudo democratique va s’ecraser....
                      la peche au gros consiste a faire croire au poisson que il domine, qu’il va s’en tirer...et puis bingo..
                      comme par hasard la deconnection totale de l’argent avec un semblant de reel , s’est produite juste avant la chute du pseudo communisme, autre forme de pouvoir totalitaire , car il fallait montrer un capitalisme triomphant....quitte a mentir...le capitalisme moderne est mort dans les annees 1970 environ..depuis il s’auto detruit.....c’est ca la competition....
                      va t’on encore en vouloir ? oui bien sur, au cas ou l’on gagnerait...


                    • ffi ffi 19 février 2011 17:37

                      Dans la mesure où personne ne choisit où il naît, un roy de naissance ne choisit pas lui-même d’être au pouvoir... Il n’est donc pas Roy par ambition personnelle, mais par un coup du sort.

                      Une autre option consisterait à tirer au sort le détenteur du pouvoir. Mais ce dispositif est inférieur au premier, parce que, dans le premier cas, le dauphin, en tant que fils du Roy, est naturellement porté à aimer le Roy, comme son père aussi l’aime, et donc à l’imiter dans son métier de monarque et de gouvernant, ce qui assure que l’enfant, dès la naissance commence à apprendre son futur métier, ce qui bonifiera ses capacités à un niveau qu’aucun autre dispositif ne permet.

                      De plus, si ce Roy est d’éducation très chrétienne, alors il a le commandement d’aimer son peuple et de le mener au Salut divin. Cela évite ainsi toute tyrannie, car le Roy se place sous les ordres de Dieu, qui est Amour.

                      Le Roy très chrétien, c’est la potion magique des Gaulois. C’est un quasi-miracle que cela fonctionne, pourtant l’histoire l’a montré, cela fonctionne.

                      La République fait un brouhaha insupportable, mais est incapable de gérer les problèmes. Elle laisse substituer le peuple de France par les peuples du tiers-monde, elle laisse l’Islam conquérir le pays, elle laisse ses hordes chasser les autochtones de pans entiers du territoire.

                      La République n’aime pas le peuple, car ses dirigeants seront toujours ceux qui l’auront utilisé pour satisfaire leur ambition personnelle (du fait des élections).


                    • Hermes Hermes 21 février 2011 14:00

                      Galette des rois tous les trois mois ?  smiley

                      Pas plus de douze par galette, ça limitera le pouvoir des rois !


                    • daniel paulmohaddhib 18 février 2011 13:48

                      le drame de mon post precedant est que avec l’humain tel qu’il est et veut rester....
                      il n’y aura pas de metamorphose du cloporte...ou de transmutation du plomb en or symbolique..

                      on passe de la cupidite, a l’incompetence , de la tyrannie de quelques uns a celle de l’opinion...
                      voyez vous le probleme.. ? je ne crois pas non...

                      ca s’appelle un cul de sac....
                      Tous les humains sont sur la meme longueur d’onde., ca non plus ce n’est pas du tout percu je pense.....celle du  : moi seulement....multiplie par 6 milliards , divise par la negation du reel ,

                      ca donne competition=guerres.........

                      chaque humain a un probleme ,ce probleme c’est lui meme....qui se fuit en permanence en s’occupant des autres, c’est si commode, l’autre a toujours tort, moi j’ai raison....facile, enfantin...dement..
                      je sais , je sais ca veut dire quoi ?
                      quand vous souffrez, je sais je sais , tout va bien ...mais supposons que un jours vous souffriez psychologiquement, avez vous la moindre idee de l’origine de cette souffrance, comment elle nait , ce qu’ elle provoque ? non....

                      ce monde malsain n’est pas un hasard, nous sommes entierement responsable et ce n’est pas la faute des autres mais de tous....car on refuse de cooperer volontairement.....
                      le pire c’est que finalement on coopere quand meme , sans le savoir ....mais a marche forcee....et oui on coopere sans le savoir reellement.......,otez de votre champs visuel tout ce qui a ete fabrique par un collectif , que reste t’il ?

                      pourquoi ? parce que cooperer c’est mauvais....ils le disent partout , ca doit etre vrai non ?//


                      • Hermes Hermes 18 février 2011 18:17

                        Bonjour Paul,

                        Il y a l’idée que celui qui est au pouvoir (obtenu démocratiquement ou pas) pourrait être meilleur ou différent, et que l’on pourrait se reposer sur sa bienveillance pour vivre en paix et en sécurité, loin de la violence et de la misère.

                        Cette idée est le fruit d’un conditionnement profond. Celui qui est au pouvoir reste en effet un être humain, et en tant que tel, il est soumis aux mêmes difficultés que tout un chacun de maîtriser son avidité et ses pulsions egoistes.

                        La croyance est confortable car elle permet de se défausser de sa propre responsabilité, de déléguer l’usage de la force aux institutions, et de rester dans un profond sommeil sans examiner sérieusement les armes de destruction massive que sont nos opinions, nos a priori, nos préjugés, la possession et la peur qui les accompagne. Celles-ci oeuvrent au quotidien dans nos rapports avec les autres, notre famille, nos proches, nos voisins, nos collègues...

                        Cette délégation va jusqu’au seuil de l’inacceptable où se produit le réveil révolutionnaire. Pour qu’il y ait des changements sociaux durables, il faudrait que ce réveil sur la réalité extérieure s’accompagne d’un réveil sur la réalité intérieure. En son absence il ne s’agit que d’une décharge cathartique des foules.

                        La coopération est une bonne « idée ». Mais comment on coopère est aussi important que le fait de coopérer ou pas (quelle attitude interne). Car comme vous le faites remarquer la coopération existe de fait déjà !

                        Cela ne peut pas être une idée sur laquelle on se repose, avec toute la violence intérieure larvée qu’il y a quand on se repose sur une idée.

                        Si l’attitude interne le permet, cela peut être quand même être un moyen intéressant de mettre à l’épreuve sa lucidté et son intégrité, et de la faire grandir en constatant ses réelles difficultés dans la coopération. A ce titre un embryon de méthode même, un chemin vers plus d’humanité.

                        Peut-on dépendre d’une méthode pour se libérer de soi-même ? Je ne le crois pas, mais faire l’ expérience consciemment ramène à la réalité.

                        Bonne soirée.


                      • daniel paulmohaddhib 18 février 2011 19:50

                        hermes, bien vu ton mot qui m’interesse..pas le temps ce soir.
                        je repondrais sur certains de tes points...demain
                        salut


                      • daniel paulmohaddhib 19 février 2011 10:30

                        Salut hermes..

                        tu dis : La croyance est confortable car elle permet de se défausser de sa propre responsabilité, de déléguer l’usage de la force aux institutions, et de rester dans un profond sommeil sans examiner sérieusement les armes de destruction massive que sont nos opinions, nos a priori, nos préjugés, la possession et la peur qui les accompagne. Celles-ci oeuvrent au quotidien dans nos rapports avec les autres, notre famille, nos proches, nos voisins, nos collègues..

                        oui, il y a un renoncement a vivre reellement , vivre est insecurite et impermanence ,et par un manque de lucidite a regarder ce qui est vrai , qui est fuite , c’est ca la peur c’est fuir le vrai , la quete du tout securite absolu commence , elites ou peuples en sont la ,c’est la meme fuite,peut,quete de securite qui pousse pseudo elites et pseudo peuple a chercher cette securite sous forme de possession.....or la securite est une illusion , illusion car ca n’existe pas....la vie est tout ce que l’on veut...sauf ca !

                        tu dis : il faudrait que ce réveil sur la réalité extérieure s’accompagne d’un réveil sur la réalité intérieure. En son absence il ne s’agit que d’une décharge cathartique des foules.

                        oui tout a fait...

                        tu dis : La coopération est une bonne « idée ». Mais comment on coopère est aussi important que le fait de coopérer ou pas (quelle attitude interne )

                        oui exact , je trouve....le comment/pourquoi est a trouver, apres c’est deja gagne...bien sur..
                        et ca ca va se trouver dans le voyage interieur qui n’est jamais entrepris...sauf exceptions

                        tu dis : Cela ne peut pas être une idée sur laquelle on se repose, avec toute la violence intérieure larvée qu’il y a quand on se repose sur une idée.

                        tres juste..oui , une idee reste superficiel du genre : j’aimerais bien que , mais si il n’y a pas de profondeur donc de sincerite...ca ne va pas marcher ou tres peu..pour revenir a la violence originelle....on a des milliers d’annees de violence derriere...

                        tu dis : Si l’attitude interne le permet, cela peut être quand même être un moyen intéressant de mettre à l’épreuve sa lucidté et son intégrité, et de la faire grandir en constatant ses réelles difficultés dans la coopération. A ce titre un embryon de méthode même, un chemin vers plus d’humanité.

                        je vois dans ma demarche de comprehension que cooperer est un effet secondaire d’autre chose...
                        en clair l’humain souffre et a peur.De ca il ne sait rien et ne veut rien savoir , de peur d’avoir peur...alors il s’invente une vie ideale...qu’il va essayer d’atteindre , et le monde n’est que la resultante de l’ensemble des rapports entre chaque : je veux.
                        un tel humain a quitte le reel que l’on peut ecrire VERITE , pour vivre le mensonge a lui et aux autres.
                        Ca s’appelle de la schizophrenie.(divise du reel )...les humains sont schizophrenes et ne le savent pas.
                        Victime de dereglement mental , perdu dans les peurs qui sont enfouies dans le non conscient mais agissent en secret , ca je le sais , par experience...dans mon voyage interieur je l’ai vu et c’est incroyable a quel point le non conscient dirige...car on reste en superficialite des choses..toujours en fuite du vrai , de l’impermanence de la vie...

                        tu dis : Peut-on dépendre d’une méthode pour se libérer de soi-même ? Je ne le crois pas, mais faire l’ expérience consciemment ramène à la réalité.

                        tout est la, c’est mon sujet prioritaire depuis tres jeune...mais contrairement a ce qui est generalement admis, il y a quelque chose a faire...et ce qu’il y a a faire est la ou je situe notre libre arbitre....
                        quelque soit l’origine de ce qui EST , elle nous a laisse avec un « boulot » a faire sur nous...
                        il n’est pas impossible...
                        pour moi ca se situe entre 10 ans et plus , au moment ou le cerveau augmente en capacite, il voit l’impermanence , ce cerveau animal se survie a une fonction principale prioritaire : la survie...
                        chez l’animal « normal »ca va, il est entierement « controle » par le programme de mere nature..
                        chez l’animal homme , on est laisse avec une partition a jouer ou pas...
                        cette partition est de rester avec l’impermanence de la vie...la est le libre arbitre..
                        mais on refuse de regarder ce fait, cette verite absolue qu’est notre fin....et la on pete un cable....
                        de rester avec la verite de l’impermanence va « ouvrir » une autre capacite , qui elle sait regarder l’inconnu , la peur , la mort , la fin ,les problemes etc....
                        je n’invente pas, je le sais par experience....
                        c’est passionnant , l’autre cerveau a comme effet secondaire d’etre entierement cooperatif, bon, ouvert etc..car il ne souffre pas....
                        ainsi souffrir devient le sujet principal , central , je considere la souffrance psychologique par experience comme un symptome ,mais aussi un catalyseur...
                        la souffrance des humains selon moi n’est pas du tout un hasard secondaire, mais une volonte Creatrice de Mere Nature, pour nous pousser a grandir a l’age adulte...
                        car l’intelligence qui n’a rien a voir avec le QI faut il preciser , l’intelligence elle ne tolere pas de souffrir....et c’est ca qui va amener un humain sur le chemin de la connaisance de soi interieure...c’est ca qui libere de la souffrance , par la comprehension de tout le processus a l’oeuvre....et un jours on va voir pour soi meme que ce que je veux est reaction de la peur qui elle meme est fuite du reel....
                        attention ici,on va faire la difference entre ce qui est vital et pas.....
                        le vital a pour outil ce que j’appelle le cerveau anlytique ou ego, cerveau animal de survie...
                        l’humain a lui une autre capacite...mais elle ne va pas s’ouvrir toute seule, sauf momentannement par accident...pour montrer , pour dire : ca existe..
                        mais le travail sur soi est a faire....on ne le fait pas..
                        Ainsi la douleur mise en nous ne va pas s’arreter toute seule...
                        c’est la 3eme noble verite donnee par le bouddha , le nirvana est la comprehension et le depassement de la souffrance...
                        recemment un gars comme jiddhu krishnamurti parle aussi de cela....
                        ps.desole pour les fautes..

                        Amicalement..


                      • Hermes Hermes 21 février 2011 13:51

                        Bonjour,

                        sortir de la violence, des faux espoirs ou des justifications nécessite effectivement de reconnecter avec la réalité, et effectivement de sortir d’une sorte de schizophrénie convenue et auto-entretenue.

                        La réalité qui se situe.... dans le présent. Où serait-elle ailleurs ?

                        Le point le plus difficile pour les personnes dont la pensée est agile et exercée, est d’accepter la lenteur collosale de la pensée. Notre intellect est totalement inopérationnel pour intégrer le présent et la réalité en mouvement permanent, car il n’a tout simplement pas la vitesse requise. Tous les combien de jours une nouvelle idée, vraiment nouvelle qui change notre vision des choses ?

                        Malheureusement notre psychisme global (incluant nos émotions, notre motricité et nos sensations) est trop encombré pour prende le relais. Pourtant, c’est dans ces énergies que se trouve la rapidité nécessaire.

                        Pour « monter », il faut comprendre qu’il faut d’abord descendre, et faire le ménage aux étages inférieurs, jusqu’à retrouver la sensation du réel, et les « possibilités » curieuses qui peuvent l’accompagner d’ailleurs. Effectivement c’est tout un travail.

                        La première étape du ménage c’est d’arrêter de justifier sans cesse son propre état, de pister avec simplicité les tensions physiques et les habitudes de comportement mécaniques.

                        Simple en apparence seulement ! Car l’intellect a vite fait de se nourrir des compréhensions qui se font et de reprendre sa dictature d’une autre façon.
                        Et d’un certain point de vue donc, la vie politique des nations que l’actualité illustre aujourd’hui n’est que le reflet des mécanismes psychologiques des individus qui la composent.

                        Bonne journée.

                        PS :
                        1- si possibilité est entre guillemets, c’est parceque d’un point de vue objectif pour une personne purement rationnelle, il n’y en a aucune.


                      • boris boris 18 février 2011 13:53

                        Bien vu, moi de même, jamais voté de loi, pourquoi ?


                        • daniel paulmohaddhib 18 février 2011 14:26

                          parce que tout notre role actif dans la direction du comment du vivre ensemble dure 1 seconde. par 5 ans..le temps de mettre un papier dans une boite...pour choisir un gars qui va faire ce qu’il veut...en gros..
                          apres c’est fini.....
                          j’enfonce juste des portes ouvertes quand je me suis rendu compte a quel point des gens que je cotoyais pensaient peser sur le bien vivre ensemble en s’impliquant 1 seconde par tranches de 5 annees..
                          salut.


                          • CAMBRONNE CAMBRONNE 18 février 2011 14:36

                            Salut

                            Bon article qui a le courage de faire entendre une petite musique différente et relativiser le sens des mots .

                            Je suis d"accord avec vous en général sur les raisons qui poussent les peuples à la révolte : ce sont plus les ventres creux que les ventres pleins qui descendent dans la rue et montent sur les barricades . Mais ceci ne donne pas de révolutions , ce ne sont que révoltes , émeutes, jacqueries etc etc .

                            Il faut donc pour faire LA REVOLUTION qu’il y ait autre chose : Des leaders avec des théories . En 1789 ce furent les nobles éclairés , les bourgeois et une partie du clergé qui ont fait la révolution en s’inspirant des idées des lumières : Exemple de l’Abbé Sieyes qui démarra cette révolution et qui y mit fin en appelant Bonaparte .

                            C’est la populace qui sert de troupe de manoeuvre et qu’on fait descendre dans la rue , comme toujours, mais sans tête elle tourne en rond comme le canard . En gros le pauvre peuple est manipulé mais ce n’est pas lui qui fait les révolutions .

                            Contrairement à ce que vous affirmez Napoléon Bonaparte n’a pas étranglé la révolution car il en a gardé l’essentiel . il a mit fin à l’anarchie qui avait ruiné le pays en dix ans et il a évité le retour de la monarchie de droit divin . On pourrait discuter longtemps sur ce sujet et je ne m’étendrai pas .

                            Autre point sur lequel je ne suis pas d’accord avec vous c’est à propos des pays de l’Est .

                            Ni en Allemagne de l’Est ni en Pologne ni en Hongrie ce furent les magasins vides qui provoquèrent la chute du système mais bien l’absence de liberté .

                            J’ai une très bonne connaissance de l’histoire de la Pologne de 1980 à 1989 et je peux vous dire que si les magasins n’étaient pas débordant de victuailles c’était surtout l’absence de liberté et la présence des armées soviétiques considérées comme une véritable armée d’ occupation qui a fait déborder le vase .

                            Ceci est encore plus vrai en Allemagne de l’Est où le niveau de vie était bien meilleur qu’en Russie .

                            Enfin , les révoltes des pays arabes dont nous parlons ces jours ci ont été menées par des gens jeunes , plutôt instruits et normalement nourris . Ce n’est pas la foule des miséreux du Caire qui est descendue dans la rue où d’ailleurs elle est déjà .

                            La révolution soviétique dite d’Octobre est encore moins une révolution économique , c’est la récupération par des révolutionnaires professionnels de la révolution de février 1917 .

                            En conclusion , pour faire UNE REVOLUTION il faut une doctrine , un mouvement organisé et au moins un leader .

                            Dans les pays dont nous parlons aujourd’hui : Les pays arabes , seuls les frères musulmans ou autres partis islamistes sont en mesure d’avoir une organisation , une doctrine des chefs et des moyens .

                            Les islamistes se présenteront donc aux élections et seront élus démocratiquement comme Adolphe Hitler et ensuite ce sera comme en Iran .

                            On parie combien ?

                            Vive la république quand même .


                            • ffi ffi 18 février 2011 18:10

                              Révolutionnaire et Républicain-démocrate ? Mais c’est déjà le cas...

                              Aujourd’hui, le révolutionnaire véritable est catholique et monarchiste.

                              Entre un millénaire de gloire et 200 ans piteux, entre un patrimoine culturel exceptionnel et des banlieues, entre être fille aînée de l’Eglise, et fille cadette / larbin du capitalisme, il n’y a pas à hésiter.


                            • Max Murdok Max Murdok 18 février 2011 23:12

                              ? ??? mais tu fume quoi ???? 


                              certes pendant 1000 ans en Europe l’art et la culture ont joué à 100% le jeu du Christianisme.

                              faut dire que si c’était pas « Pieux » les arts étaient qualifiés de sataniques ou de malfaisants... excommunions, prison, torture voir mise à mort pour hérétisme... 

                              les innovations technologiques et scientifiques ont suivit le même chemin. Du moment que les théories exposées ne contrariaient pas les dogmes de l’Eglise.

                              donc mon petit fifi..... comme pour Paulo le chevaucheur de Vers... prenez vos gouttes... vous êtes lobotomisés par des racontars digne de la cour de récré de la primaire... 

                              Max Murdok : des barbelés dans les mots

                            • ffi ffi 19 février 2011 00:52

                              Ah ? Moi qui croyait que c’était l’école Républicaine l’usine à propagande...

                              Il suffit de voir la qualité du patrimoine de l’Ancien régime et les banlieues actuelles. N’avez-vous pas l’impression qu’il y a un petit je ne sais quoi qui ne colle pas ?

                              Il suffit de lire Pascal, Leibniz ou St Thomas d’Aquin, puis de lire tous nos philosopheux postmodernes...

                              Il suffit de comparer le travail de Léonard de Vinci avec le WC de Marcel Duchamp et les merdes de l’art contemporain.

                              Il suffit de constater que Copernic était prêtre et que l’Eglise avait mandaté Gallilé pour tester mathématiquement l’hypothèse (mais il en avait fait un ouvrage politique et il s’était de fait des ennemis, d’où sa mise en résidence protégée). Il est vrai qu’aujourd’hui on a tendance à oublier la nuance entre hypothèse et vérité.

                              Ne vous vient-il pas à l’esprit que c’est cette alliance de recherche de beauté, de vérité et de charité chrétienne qui a justement permis la révolution scientifique ?

                              Ô, certes, en compilant 1 millénaire d’histoire, vous trouverez bien quelques cas où le système fut très injuste (les 10 000 morts de la Saint-Barthélémy et quelques savants écartés).

                              Mais nous pouvons très bien faire de même sur les 200 ans de République :
                              - 1 000 000 mort de la guerre Révolutionnaire.
                              - Terreur et mises à morts arbitraires.
                              - Génocide vendéen (300 000 morts)
                              - Destruction de la moitié des édifices religieux
                              - Interdiction de toutes associations ouvrières et saisie des biens des ouvriers (corporations), laissant la porrte ouverte à la concentration sans fin du capital. Mise en place du capitalisme.
                              - Colonisation de l’Afrique
                              - Politique d’envoi à l’abattage de la jeunesse du pays en 14 (1 500 000 morts).
                              - Politique d’asservissement de l’Allemagne en 1921 (Traité de Versailles, invasion de la Ruhr).
                              - Exclusion de scientifiques novateurs (Kervran, Benveniste,...)
                              - Scandales à répétitions sur les médicaments.

                              Heureusement que De Gaule était Royaliste...

                              Excusez-moi, mais la comparaison prête à sourire. Comme quoi, la manipulation mentale réalisée par l’école Républicaine n’a vraiment rien à envier à celle de Goebels.

                              La République démocratique est naturellement un régime politique inefficace et hautement corruptible (justement parce qu’inefficace).


                            • ffi ffi 21 février 2011 02:42

                              L’espérance est une vertu. Vous savez, évoquer l’abondant patrimoine de l’ancien régime est bien un plus solide argument que l’assourdissant brouhaha illusoire des arguments Républicains.

                              Il peuple l’imaginaire de tout français. Même la République n’ose y toucher...

                              Et en fait, ça m’amuse... C’est la subversion ultime, ça permet de n’être d’aucun parti, ça permet d’être véritablement libre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès