Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Jack Lang, épinglé sur la Toile, met le génocide arménien « entre (...)

Jack Lang, épinglé sur la Toile, met le génocide arménien « entre guillemets »

Internet fait le bonheur des uns, le malheur des autres mais permet l’extension de l’information avec une certaine liberté. A tort ou à raison, c’est un autre débat que celui qui m’amène à la tribune aujourd’hui avec colère et indignation.

L’ancien ministre socialiste, Jack Lang, se trouve aujourd’hui au coeur d’une polémique suite à la diffusion, justement, sur le site de Dailymotion puis ceux du Monde et du Nouvel Observateur, d’une vidéo durant laquelle il met "entre guillemets" le génocide arménien. Entre paradoxe et cynisme, l’ancien ministre de la culture virevolte, retourne sa veste et change de costume.


En effet, à l’occasion d’un débat entre historiens, concernant la compétence des parlements à légiférer des lois mémorielles, organisé dans son fief de Blois, monsieur Lang s’est déclaré "doublement coupable" d’avoir voté, en 2001, la proclamation solennelle officialisant la reconnaissance par la France du génocide arménien de 1915. Il s’est, par ailleurs, empressé de signifier son refus du texte de loi prévoyant la poursuite pénale du négationnisme à l’égard du génocide arménien, comme la loi Gayssot l’avait instituée, en 1990, pour le génocide juif pendant la seconde guerre mondiale. Ce texte, qualifié de "monstrueux" par le socialiste, a été voté, en octobre 2006, par l’ensemble des députés animés par "des préoccupations électorales" selon Lang. Ce discours ne semble pourtant pas être l’apanage d’un seul homme puisque selon Alain Marleix, secrétaire d’Etat à l’Intérieur et aux Collectivités locales, interpellé à l’assemblée en décembre 2008, le gouvernement "n’est pas favorable à l’inscription de ce texte à l’ordre du jour du Sénat". Ces prises de positions en demi-teinte ont de quoi décevoir, autant que les avis tranchés peuvent nous horrifier.

Pris au piège dans une polémique qui l’incrimine, Mister Jack change, à nouveau, de costume et se plaint d’une "campagne injuste" menée contre lui, précisant qu’il n’a, je cite, "pas de leçons à recevoir de qui que ce soit". Mais c’est peut être un cours d’histoire tout de même qu’il faudrait à monsieur Lang, ou le témoignage des enfants et petits-enfants de ces arméniens massacrés qui luttent aujourd’hui pour la reconnaissance de la souffrance de leur peuple.

C’est toute la communauté arménienne qui s’indigne, aujourd’hui, face à de tels propos, et à ses côtés, se joignent les partisans d’un humanisme bien plus sincère, que politique. Alors que des miliers de turcs viennent de signer une pétition demandant pardon au peuple arménien pour "La Grande Catastrophe de 1915" et son déni, l’incursion des violents propos de Jack Lang est à la fois intolérable et vide de sens. On ne peut avancer si certains, on ne sait pourquoi d’ailleurs, s’amusent à reculer, à revenir sur l’acquis de la connaissance et de la sensibilité.

Et sans démagogie, j’aimerais rappeler que le poids des mots n’est plus à prouver, que la reconnaissance d’un traumatisme est, elle, un poids qu’à l’autre, on peut retirer. Dans la perspective d’une avancée, pour un peuple et pour tous les autres, écoutons, apprenons et faisons acte de la réalité.

Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Jules BOYADJIAN Jules BOYADJIAN 9 février 2009 15:36

    Je suis totalement en accord avec cet article. Ces propos ne concernent pas ceux d’un homme qui serait défavorable à une loi condamnant le négationniste de génocide, puisque le débat sur la limite entre liberté d’expression et le respect de la dignité peut être concevable. Là très clairement, Jack Lang apporte son soutien aux thèses mettant en doute la réalité du génocide... en d’autres termes, Jack Lang apporte une caution aux négationnistes, ce qui ne peut pas être toléré...


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 9 février 2009 15:52

      Comme dit l’autre,.... les masques tombent !

      @+ P@py


      • ALTER NAIF laxap 9 février 2009 16:06

        Même réthorique erratique, la gestuelle Tasérisée en moins. Un petit soupcon jésuite, remuez c’est prêt.
        Horreur TOTAL
        Monsieur le ministre des affaires étranges, à quand les sacs de riz dans les centres de rétention dénoncés dans les rapports du Haut Comité des Droits de l’Homme de l’ONU ?
        Vous avez bien raison, après y aurait les Birmans, les Tchétchènes qu’on renvoie fissa maison en procédure d’urgence.....
        Aux qualités qu’on exige d’un chien, connaissez-vous beaucoup de maîtres qui soient dignes d’être adoptés ?
        Pierre Augustin Caron de Beaumarchais


        • Radix Radix 9 février 2009 18:36

          Bonjour

          Il faut le comprendre le Jack, il cherche du boulôt !

          Il est en mission pour le compte de Sarko qui veut nous fourguer la Turquie en Europe alors il est urgent de se livrer à un rétropédalage d’urgence sur la question arménienne.

          Il se verrait bien à la culture le Jack !

          Radix


          • miwari miwari 9 février 2009 21:01

            Pour Jack, je l’appel Jack parce qu’à force de l’entendre j’ai l’impression que je le connais (il ne ferait pas partie de mes amis, mais je le connais quand même), "génocide" est un terme a n’employer que dans certains cas.


            • abdelkader17 9 février 2009 23:19

              la clique de socialo néolibéraliste qui nous avait vendu le grand soir un jour de mai 81.
              Qu’il fut sinistre ce fameux mois de mai 81.


              • fassfood fassfood 10 février 2009 00:04

                Il a bien raison jack lang. Ce n’est certainement pas aux parlements de n’importe quel pays de legiferer sur des pretendues genocides.
                Quant a vous refourguez les Turcs dans l’ UE bande de naz on y es deja .. 5 millions reparti sur toute l’UE.
                En plus on a le droit de vote ....


                • Emile Red Emile Red 10 février 2009 12:07

                  Fastfood, vous détruisez vous même ce que vous avancez, lamentable !

                  Il est certain que ce n’est pas au législateur de décider de l’histoire, à ce compte Sarko deviendra dans 20 ou 30 ans notre grand guide suprème réformateur surtout si son blingbling le mène six pieds sous terre avant.

                  Ce qui pèche dans votre discours c’est le " pretendues genocides ", qui ne saurait être un argument historique mais bien une prise de position, ce que tout historien sensé ne pourrait approuver.

                  Le seul argument incontestable est que le génocide Arménien appartient avant tout aux Turcs et aux Arméniens, et que d’accepter un point de vue historique unilatéral ne peut que favoriser les mystifications des deux parties. Il est impensable que l’historien ne puisse exercer son libre arbitre selon le bon vouloir d’une caste politique agissant dans un but n’ayant aucun lien avec l’Histoire.

                  Toujours est-il qu’il est malvenu d’exiger d’un peuple perdre la face pour lui permettre d’accéder à quelconque organisation, qui plus est économique, quand les moralistes ont tant de mal à admettre leurs propres avanies il est tout autant immoral de prendre à son compte la défense d’un autre peuple alors qu’on lui tournait le dos lors de son sacrifice.

                  La plus belle des noblesses est de savoir tourner la page.


                • dante haguel 10 février 2009 13:51

                  @Emile Red :
                  je comprends pas ton commentaire...
                  entre "Le seul argument incontestable est que le génocide Arménien appartient avant tout aux Turcs et aux Arméniens..."
                  et
                  "La plus belle des noblesses est de savoir tourner la page."

                  parce qu’actuellement il y a une grosse polemique sur un eveque qui a tenu des propos negationniste (discretement sur une tv suedoise) et c’est le branle bas de combat de partout, grosse prise de tete pour les propos tenus par un seul gars...
                  et la, ca devient qu’une question turco-Arménienne, un peu bizarre comme facon de voir comme quoi le revisionnisme peut amener a des reponses suivant que le genocide est juif ou arménien !

                  Pourtant c’est pas les temoingnages qui manquent sur cette page noir de l’histoire de la turquie, entre ceux des principaux interesser ou des observateurs exterieurs, y a de quoi faire passer cela de la ’rumeur’ a un fait établi...
                  tout comme il y en a encore pour dire que les chambres a gaz nazi ne sont pas une certitude... du délire...

                  bref je suis d’accord, c’est au historiens de faire la lumiere sur tout ca... parce qu’on a laisser le temps passer et le crime impuni...
                  dans 50 ans, quand il n’y aura plus de déporté vivant, devrons nous revoir toutes les lois sur la Shoah etc... parce que ca appartiendra a l’histoire ?

                  les faits sont les faits, et la non reconnaissance d’un génocide permet juste de repeter interminablement les plus sottes periodes de l’Histoire de l’humanité, comme ce fut le cas au Rwanda, Darfour, et tout les autres endroits...


                  bref on doit tourner la page pour la question Armenienne, mais on ne doit pas la tourner pour le génocide juif... bizarre comme facon de voir ! cela dit c’est dans l’air du temps : 2 poids 2 mesures...




                • Emile Red Emile Red 10 février 2009 15:53

                  Je n’ai jamais dit qu’il ne fallait pas reconnaitre les génocides, je dis qu’il est dangereux de légiférer sur quelque chose comme l’histoire et plus particulièrement quand ce n’est pas l’histoire de notre pays.

                  En ce qui concerne le négationnisme, bien sûr qu’il faut réagir, mais le condamner n’est pas l’empêcher, on a des lois qui condamnent un négationniste en France mais que faire si celui-ci est hors frontières et étranger de surcroit ? N’est-ce pas une preuve que ce genre de loi est imbécile à l’heure de l’information tout azimuth ?


                • Mouche-zélée 10 février 2009 14:01

                  Je confirme, il suffit de voir mes commentaires, qui est l’auteur, ses propos et mes questions sur ce fil ....

                  Les gens de gauche ne sont pas forcément "à gauche" d’après les propos d’un candidat P.S aux cantonales de 2008, Denis Szalkowski ...

                  Déprimant !


                • Mouche-zélée 10 février 2009 13:54

                  Honteux de chez honteux, 1 million et demi d’habitants déportés et massacrés sur une population de moins de trois millions, ce n’est pas assez pour appeller cela un génocide ?

                  Jack Lang n’est-ce pas le type qui représente le mieux la gauche caviar en France ?
                  Tout un symbole du "bling bling" de gauche ...  smiley

                  C’est très révélateur du PS, tout comme certains masques qui tombent sur Agora Vox :

                  Nous ne sommes plus à cela prêt, j’ai même trouvé un article ou l’auteur disait "Je suis un homme de gauche mais je ne suis pas à gauche" , de plus en plus fort .
                  Quelqu’un de gauche avec des idées de droite ça s’appelle comment ?


                  • fassfood fassfood 10 février 2009 23:38

                    1 500 000 morts Algeriens sous les armes des barbares Français en Algerie. Pour toi on doit appeller ça comment ??
                    Genocide ou dommages collatéreaux ??


                  • Mouche-zélée 10 février 2009 15:15

                    Reconnaitre ce génocide est d’une importance essentielle : La notion d’égalité devant la loi ..
                    L’ONU a reconnu le génocide Arménien en 1985, si Jack Lang le nie, il est négationniste point !

                    Il n’y a pas de grands et petits crimes contre l’humanité, il y a des crimes contre l’humanité, point .
                    Lang au tribunal, il nie les décisions de l’ONU donc du TPI par ricochet


                    • JoëlP JoëlP 10 février 2009 15:25

                      Je n’aime pas beaucoup Jack mais j’aime encore moins le ton de cet article qui considère qu’il y a un véritable acquis en matière d’histoire : ">>On ne peut avancer si certains, on ne sait pourquoi d’ailleurs, s’amusent à reculer, à revenir sur l’acquis de la connaissance et de la sensibilité.<<"
                      Et que vient faire la sensibilté ?
                       
                      On doit pouvoir laisser les gens s’exprimer. En matière historique, rien n’est jamais certain ni le point de vue turc ni de celui des arméniens. Chomsky a raison à la suite de Voltaire, il faut accepter les idées qui nous déplaisent sinon comment prétendre que nous sommes des démocrates.

                      Le reproche que l’on peut faire à Lang, c’est le double langage en considérant qu’il est normal de légiférer en ce qui concerne l’autre génocide. Vous pouvez moinssez.


                      • Emile Red Emile Red 10 février 2009 15:57

                        Tout à fait d’accord avec vous, légiférer c’est comme signer un aveu d’impuissance face à la barbarie.


                      • franc 10 février 2009 15:35

                        Jack Lang m’a déçu quand il a apporté son soutien des deux mains au TCE------------------------------------mais là je ne peux plus m’empêcher de le dire ,il fait parti de la fausse gauche qui soutient le capitalisme mondialiste 

                        d’autre part ce retournement de veste marque la superficialité de ses convictions -----------------------------ou bien il est contre les lois mémorielles en générale alors il doit réclamer l’abolition de la loi Gayssot et permettre ainsi à quiconque de pouvoir exprimer son opinion sur l’existence ou non d’un évènement historique tel qu’un génocide y compris donc la remise en cause de l’existence de la shoa--------------------------ou bien il est pour les lois mémoriales alors je ne vois pas pourquoi il refuserait maintenant une loi sur le génocide arménien alors qu’il est pour la loi sur le génocide des juifs -------------------ce deux poids et deux mesures ,cette reconnaissance sélective de génocide peut être considérée comme une forme de racisme,il s’agit de privilégier l’importance d’un peuple ,en l’occurrence le peuple juif ,sur tous les autres peuples ,et de rendre la Shoa comme un évènement unique dans l’histoire,le génocide des juifs serait incommensurable par rapport aux autres génocides , cela est inacceptable 

                         


                        • alizée 11 février 2009 13:18

                          Bonjour,
                          merci pour cet article qui nous éclaire sur la personnalité du docteur K et qui nous montre que des années après ce GENOCIDE la réalité est tout autre : l’aveuglement eternel face a ce fait historique, encore et encore ; en tant qu’arménienne je suis révoltée voir écoeurée de voir qu’il y a encore des personnes ,politiques en plus, qui refusent d’admettre ce génocide simplemet pour protéger des intérets personnels. Franchement, quand je vois que la france a accepté de reconnaitre le genocide qu’en 2001 (ce qui est très tard !) je me demande ce que cherche ce pauvre docteur k ? il aurait du rester medecin et garder ces opinions politiques pour lui-même au lieu de les divulguer au monde entier et de nous insultés par la même occasion.
                          Alors que les choses soient clairs pour M.K, oui le genocide arménien a existé et il existe tjs dans nos memoires, dans les livres d’histoires, dans les romans de litterature et malheureusement encore dans la presse, baffoué et nié.
                          Connait-il seulement la definition du mot "GENOCIDE" ? n’oublions pas, l’ignorance est toujours le vecteur de l’intolérance.
                          cordialement,
                          lili


                          • Valin 13 février 2009 15:51

                            Je conseillerai à tout les politologues en herbe et autres nationalistes de tous crins de lire

                            « L’IMBROGLIO TURC »

                            La question du génocide

                            « En droit international, le génocide est un concept juridique apparu après la Deuxième Guerre mondiale (Tribunal de Nuremberg, Convention des Nations Unies du 9 décembre 1948). La question de la reconnaissance du génocide arménien a pris une véritable ampleur politique à partir des années 1980 avec une série de décisions nationales et internationales, qui se sont multipliées depuis lors, en dépit des objections turques. Pour les Arméniens, la question ne fait pas de doute. Les massacres, planifiés par le régime ottoman, furent exécutés par une organisation spéciale, constituée à dessein pour ne pas compromettre les organes de l’État. Il s’agit bien d’un génocide, selon la définition de la Convention de 1948 (massacres intentionnels et planifiés visant un groupe ethnique ou religieux), même si le concept juridique est apparu postérieurement. Selon la thèse officielle des Turcs, il s’agit de crimes commis par les dirigeants Union et Progrès dans le contexte dramatique de 1915, mais pas d’une opération organisée par l’État ottoman, et qui n’est pas comparable à ce qu’a été la Shoah.

                            Le concept de génocide ne peut donc s’appliquer.

                            A lire dans « L’IMBROGLIO TURC » préfacé par Huber Védrine par François Dopffer Ancien Ambassadeur de France en Turquie

                            Enfin avant d’exprimer tant de jugements de valeur, ayez la décence d’apprendre l’Histoire. Au demeurant, je suis en accord avec M Lang (la première fois depuis 1981), il a raison, le politique ne doit pas porter de jugement sur l’histoire. Laissons cette affaire entre les mains des historiens (pour mémoire les arméniens refusent toutes études historiques, c’est un peu facile de prétendre le contraire et de prendre des libertés très contestables avec la réalité).
                             


                            • franc 18 février 2009 15:26

                              Si vous êtes d’accord avec mr Lang que le politique ne doit pas porter de jugement sur l’histoire ,en ce point précis je suis d’accord aussi,alors vous seriez d’accord aussi avec moi de réclamer l’abolition de la loi Gaissot afin que quiconque et entre autres les historiens puissent étudier ,débattre et exprimer librement leur opinion sur l’existence ou non de tel ou tel génocide ou de l’ ampleur des massacres dans l’histoire et donc de dépanaliser toute opinion négationniste en général et permettre la remise en cause de l’existence de la Shoa en particulier-----------------------------sinon ce serait un deux poids et deux mesures qui est injuste et raciste en ne reconnaissant que le génocide du peuple juif par la loi

                              et puis ,d’un autre côté,il ne faut pas se faire d’illusion,les historiens sont des hommes comme les autres et soumis à des influences comme les autres ,qui nous dit qu’ils qu’ils seront tout à fait objectifs ou plus objectifs que les politiques ,les hommes privés seraient ils plus droits ou plus moraux que les hommes d’état,rien n’est moins sûr,privés ou publics seule une infime minorité sont droits et honnêtes,et il faut une grande force de caractère et une âme incorruptible d’un saint pour résister à toutes les influences extérieures et les tentations intérieures pour ne pas trop s’éloigner de la vérité --------------car comme le dit la chanson de Guy Béart "le premier qui dit la vérité ,il doit être exécuté"-----------------------et puis ne dit-on pas que l’histoire est écrite par les vainqueurs


                              • Valin 24 février 2009 12:26

                                Mea culpa, je me suis trompé sur M. J. Lang, j’aurai du comprendre qu’il ne fonctionne qu’en fonction de la direction du vent. Je n’aurai pas du oublier que depuis toujours tous les ministres et hommes politique de tout crin ont retourné leur veste, action qui un art chez eux.
                                Monsieur Franc, pour ce qui est de l’abolition de la loi Gaissot, afin que les historiens puissent étudier l’histoire (en particulier Turquie/Arménie, c’est le rôle d’un historien et certainement pas celui d’un politique), bien entendu, je dirai que c’est un devoir d’historien.

                                Hormis quelques attardés mentaux négationnistes en France, évêque, le Pen, ... intégristes, ils sont toujours poursuivis par la justice. Les horreurs nazi pendant le seconde guerre mondiale, et pas uniquement contre les juifs, les tziganes, les homosexuels, les communistes, assassinés dans les chambres à gaz ne sont plus remis en cause en France.
                                Quant aux Historiens, même si hommes ils sont, avec des faiblesse, je leur accorde plus de consciences qu’à un Lang, ou un Giscard. Pour moi, le reste n’est que de la propagande de groupuscules d’activistes endoctrinés.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Dianerou

Dianerou
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès