Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Japon : enfin l’heure du réveil ?

Japon : enfin l’heure du réveil ?

Le jour où Taro Aso est devenu Premier Ministre, il a choisi d’atteindre l’ambition de sa vie au risque de souiller à jamais son propre nom : le Japon semblait parti pour une nouvelle période catastrophique, et son Parti Libéral Démocrate (PLD) pour un score médiocre aux élections de 2009.

A l’époque, le base case scenario semblait une victoire du Parti Démocrate du Japon de la même veine que celle de 1993.

Même si quelques leaders du PDJ ont vécu leurs propres turpitudes ces derniers temps, le PLD a suivi la courbe annoncée. Avec la manière en plus.

L’ère Aso pourrait presque se résumer par ces deux images : un Ministre des Finances bourré à un Sommet du G7 consacré à la gestion de la pire crise d’après-guerre, et des chiffres records du chômage tombant la veille des élections.

Le base case scenario a fait long feu : ce dimanche, le PDJ a rafflé plus de 300 des 480 sièges de la chambre basse.

J’ai le fol espoir que ce worst case scenario pour le PLD se transforme en best case scenario pour le Japon.

Ce pays a vraiment besoin de changement, bien au-delà d’une simple alternance politique ou d’une meilleure politique économique. Le Japon a besoin d’une véritable mutation politique et d’un saut sociétal.

Avant de devenir un Premier Ministre controversé, Taro Aso était un Ministre des Affaires Etrangères controversé, caressant dans le sens du poil l’extrême droite nostalgique de l’Empire fasciste, provoquant régulièrement l’indignation et la colère des voisins Chinois et Coréens, et snobant même Hiromu Nonaka, un rival du PLD, pour être "burakumin", une personne issue de minorité. Nonobstant le fait que l’Empereur lui-même se félicite d’avoir du sang coréen dans les veines.

Yukio Hatoyama, le successeur désigné de Taro, défend au contraire les burakus et particulièrement ceux d’origine coréenne. Il se bat contre les discriminations au sein de l’Archipel, prône une réconciliation avec les voisins, et dirige même une organisation pour l’amitié des peuples coréens et japonais, avec une vision positive d’un avenir commun entre des partenaires naturels ayant tout à gagner à se respecter mutuellement.

Derrière ce nouveau leader de rupture, tout de même âgé de 62 ans, le PDJ a envoyé à la Diète un impressionnant contingent de jeunes pousses, parmi lesquelles un nombre conséquent de jeunes femmes dont certaines ont réussi à bouter hors de la vie politique une collection de dinosaures accrochés à leur poste depuis des décennies et fortement impliqués dans la gestion d’un pays englué dans un système ultraconservateur de keiretsu et de bureaucrates.

Ces élections pourraient signifier la fin du Japon d’Après-Guerre et le commencement de quelque chose de nouveau. Le meilleur moment pour - enfin** ! - mettre les pendules à l’heure sur ce qui s’est passé pendant la guerre en question et avant, faire son nécessaire devoir de mémoire et éclairer les citoyens nippons sur les aspects moins glorieux de l’Histoire du pays... et se débarasser de la seule minorité vraiment menaçante pour la pureté du Japon : une dangereuse clique de fascistes nostalgiques et révisionnistes.

Le Japon a une occasion unique d’enfin entrer dans le nouveau millénaire en tant que grande nation en paix avec ses voisins, son passé, et son propre peuple.


blogules 2009 (voir l’original - également sur blogules VO : "Land of the rinsing sun ?")

* voir "Taro Aso after Tzipi Livni and before... ?"
** voir trop de blogules précédents consacrés au Japon, en particulier "Le Japon décide de recoloniser Dokdo", et "Pas de siège au conseil de sécurité de l’ONU pour les révisionnistes".

 
 
Crédit photo : Reuters/Issei Kato

Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Nicole 31 août 2009 10:42

    Ce qui est interessant, c’est que deux membres du PDJ ont signe la petition de demande de reouverture du dossier 9/11 des leaders politiques pour la verite sur le 9/11 : Fujita que tout le monde connait et Inuzuka qu’on connait moins. Ca permet d’esperer une evolution.


    • wesson wesson 31 août 2009 10:42

      Bonjour l’auteur, merci pour votre article.

      C’est effectivement un moment historique pour le Japon, même si il convient de ne pas sortir de suite les cotillons et autres langues de belle-mère. Même si le chef du gouvernement pressenti est un homme neuf, son parti est quand même composé d’un bon nombre de caciques aux doigts pas toujours très propre. Il conviendra de voir dans le futur si son action ne se trouve pas muselée.

      Il apparait aussi indéniablement que le résultat de cette élection est dû à un rejet massif du néolibéralisme d’une part, et à une volonté de prise de distance avec l’encombrant ami Américain. Les thèmes de la campagnes qui ont le plus fédéré étaient pour l’arrêt de l’achat de bonds du trésor Américain, une diminution des avoir en dollars, une réévaluation de la participation à « la coalition Américaine contre le terrorisme » et une demande officielle d’ouverture d’une enquête internationale sur les évènements du 11 Septembre 2001.

      Si effectivement ce programme se trouve mis en oeuvre, il s’agira là d’une quasi déclaration de guerre faite aux USA.


      • stephanemot stephanemot 31 août 2009 10:53

        bonjour

        pour faire la comparaison avec les States, on se retrouve un peu comme les Democrates pre-Clinton : ils n’ont pas ou plus l’habitude d’exercer le pouvoir, et le parti regroupe un eventail tres large avec une minorite influents d’ultra « liberals » au sens US.

        les reformes risquent de souffrir de cette absence de coherence


      • LE CHAT LE CHAT 31 août 2009 11:38

        Ils disaient aux infos qu’ils avaient promis de verser enfin des allocations familiales conséquentes , la logique néolibérale et l’abscence de toute politique sociale ayant abouti à une chute de la natalité dramatique et à des tas de retraités mendiant dans les rues ....


        • stephanemot stephanemot 31 août 2009 11:45

          cette plateforme a clairement fait mouche chez les electeurs, mais pour le Japon d’Hatoyama, j’ai un peu la meme attente que les US d’Obama.

          dans l’absolu, peu importe l’economie et la politique a la petite semaine. la vraie rupture que j’attends, c’est avec les ennemis de l’interieur, la minorite d’extremistes qui pollue la vie politique nationale et envenime volontairement les relations internationales.

          Holder est enfin sur le coup pour les exces des annees Bush-Cheney.

          j’attends de Hatoyama qu’il aide le pays a enfin entamer le devoir d’inventaire avec son propre passe 


        • LE CHAT LE CHAT 31 août 2009 11:48

          y’a du pain sur la planche , les japonais étant si racistes qu’ils préfèrent fabriquer des robots que d’embaucher des coréens ou des philippins pour s’occuper des vieux !


        • Tetsuko Yorimasa Tetsuko Yorimasa 31 août 2009 15:04

          Vous faites une géneralisation, les Japonais ne sont pas plus racistes que les Français.

          Que diriez-vous si je disais que : comme Lepen est arrivé au deuxième tour d’une election présidentielle, Les Français sont des neo-nazis racistes ?

          ça enerve, pas vrai ?


        • LE CHAT LE CHAT 31 août 2009 15:19

          ça enerve, pas vrai ?

          L’en faut plus que ça ! lol !

          le borgne est arrivé au second tour uniquement parce la gauche était archi nulle !


        • Bois-Guisbert 31 août 2009 12:43

          Pour ceux qui l’ignorent, donc pour l’auteur, je précise que les burakumins ne représesentent pas simplement une minorité, mais qu’ils sont au Japon ce que les Intouchables sont à l’Inde.

          J’ajoute que les Japonais régresseraient considérablement dans mon estime, s’ils finissaient par se vautrer dans une grotesque repentance, qui ne correspond en rien à leur identité.


          • stephanemot stephanemot 31 août 2009 14:26

            vous connaissant, je crois surtout que « les Japonais regresseraient considerablement dans votre estime » s’ils abandonnaient toute pulsion raciste.


          • Bois-Guisbert 31 août 2009 15:11

            Ce que vous appelez « pulsion raciste », je l’appelle tout simplement « instinct de conservation »...

            Si en France, il est du dernier bon goût de se laisser submerger par toutes sortes de peuplades affluant de n’importe voire d’ailleurs encorer, dans l’Empire du Soleil ce serait, à juste titre, considéré comme suicidaire.

            Sans doute que les Japonais sont beaucoup moins « vieux », moins « agonisants* », que les Français et les Britanniques...

            * La tolérance est une coquetterie d’agonisant. (E. M. Cioran)


          • Tetsuko Yorimasa Tetsuko Yorimasa 31 août 2009 15:15

            A ce que je sache les intouchables en Inde ne font pas partis de la mafia locale, au Japon les yakuzas sont presque principalement composés de burakumin.

            C’est un problème extrèmement compliqué, car d’un coté il faut que cette minorité se dissolve dans la population, et de l’autre elle se stigmatise elle seule en ayant des membres dans les yakuzas.

            Alors par pitié ne comparez pas les Intouchables Indiens avec Les Burakumins Japonais


          • stephanemot stephanemot 1er septembre 2009 02:44

            l’amalgame burakumin-yakuza me fait penser aux cliches roms-voleurs ou beurs-voyous.

            les yakuza capitalisent sur les carences de la societe, et si pas mal de burakumins choisissent la voie yakuza c’est aussi parce que c’est la seule voie pour percer dans une organisation.

            l’image des intouchables est tout aussi caricaturale mais elle reflete quelque part un reflexe culturel inacceptable.

            et bien evidemment, a l’image des Francais, tous les Japonais ne sont pas racistes.

            les modes de pensee racistes ne sont cependant pas assez stigmatises dans la societe, ce qui ne facilite pas le passage a une ere plus moderne.


          • Bois-Guisbert 1er septembre 2009 09:50

            par pitié ne comparez pas les Intouchables Indiens avec Les Burakumins Japonais

            Comme les Intouchables, les burakumin sont censés se marier entre eux et ils sont commis à des besognes impures liés, notamment, aux métiers de la viande et des peaux.

            Inaccessible à la pitié, je maintiens donc la comparaison.


          • Bois-Guisbert 1er septembre 2009 09:50

            ce qui ne facilite pas le passage a une ere plus moderne.

            Une ère plus moderne ? Et elle se matérialiserait en quoi, votre « ère plus moderne » ? Une tyrannie de type « 1984 » ?

            Parce que vous devriez prendre conscience du fait que le déni de réalité a ses limites, qui ne peuvent être outrepassées que par un totalitarisme absolu.

            D’un côté, nous avons les principes, les théories, les valeurs et les dogmes, de l’autre, les faits dont même un truqueur comme Lénine savait qu’ils sont têtus.

            J’illustre : vous prenez deux pays, donc deux peuples, sensiblement de même importance dans les années 1950-90, la Corée du Sud et la Turquie, tous deux alliés des Etats-Unis, l’un est peuplé de Coréens, le second de Turcs, et je vous invite à considérer tout ce qui les sépare sur le plan du développement et de l’efficience.

            La Corée a été complètement ravagée par une guerre qui l’a pratiquement rasée au sol. La Turquie n’a rien connu d’approchant et, il y a plus de soixante-quinze ans, un grand homme politique a prétendu la lancer sur la voie de l’occidentalisation.

            Avec les résultats que l’on constate, c’est-à-dire un semi-sous-développement affectant des zones entières d’un pays que les trente glorieuses n’ont pas fait décoller, laissant entrevoir une inaptitude foncière au développement de type industriel.

            A partir de là, vous pouvez stigmatiser tout ce que vous voulez et autant que vous voulez, ce n’est pas ce qui fera passer la Turquie dans une « ère moderne » où l’on prétendra que le ciel est vert et que les prairies sont bleues.


          • Bois-Guisbert 1er septembre 2009 09:59

            et bien evidemment, a l’image des Francais, tous les Japonais ne sont pas racistes.

            Mais on parle, ici, du modèle dominant, pas des zinzintellectuels de gauche, dont la race n’épargne pas l’Empire du Soleil levant !


          • Franc tireur 31 août 2009 14:52

            Ceux qui accuse le japonnais de racisme devraient plutôt balayer devant leur portes avant de parler.
            Les français toujours aussi moralisateurs, risque d’être ridicule.
            Je vous rappelle que c’est bien en France que des jeunes issu de l’immigration sont assassinés par les policiers....et non au Japon.


            • LE CHAT LE CHAT 31 août 2009 15:17

              où tu as vu qu’ils sont assassinés par la police ?

              Ils se plantent en 2 roues en fuyant les controles ou sont électrocutés idiotement en rentrant dans un transformateurs EDF , mais en aucun cas ils sont assassinés par la police !

              la xénophobie existe bel et bien au Japon et les fachos japonais ont bien du sang sur les mains ...


            • LE CHAT LE CHAT 31 août 2009 15:20

              @franc tireur

              tu dois confondre avec le Brésil , où des escadrons de la mort buttent des jeunes délinquants ...


            • Franc tireur 31 août 2009 17:06

              @LE CHAT : si vous regardez TF1, je suis d’accord avec vous et avec votre maitre à penser sarko.
              Les deux jeunes électrocutés sont des voleurs qui se sont réfugiés dans un transfo EDF...

              Sauf que la vérité est tout autre....je vous invite à cherchez par vous même.

              Sans vouloir polémiquer, je vous renvoie à l’affire Omar Radad...

              Si vous pensez que la France n’est pas un pays raciste, je vous invite à jeter un petit coup d’oeil sur les statistique d’accès au marché de l’emploi, au logement....c’est peut être un mensonges des musulmans complotistes aussi ça


              • LE CHAT LE CHAT 1er septembre 2009 09:36

                SARKO n’est pas mon maitre à penser , j’ai pas voté pour lui ...

                Les 2 « jeunes » étaient 2 pré délinquants rôdant sur un chantier où ils n’avaient rien à y faire et ils ont été seuls se faire griller pour fuir la police qui faisait son travail !
                à noter qu’ils ont été enterrés l’un en algérie , l’autre au sénégal , on peut vraiment pas appeler ça une volonté d’intégration


              • Théodore Dupont-Durant 31 août 2009 18:34

                Permettez-moi de vous soumettre ces commentaires d’humeur (en
                vrac), basés sur ma modeste expérience de ce pays :

                1) Il me semble plutôt que ces élections sont - avant tout - un cuisant
                échec de la coalition PLD-New Komeito, coalition qui a souffert, au cours
                de ces dernières années, d’un déficit de chef charismatique, sur fond de
                crises (politiques, économique) à répétition et d’usure générale des
                institutions : après le bien pâle et pusillanime Fukuda, le velléitaire et
                brouillon Aso... Le jeu était faussé d’avance ; et que dire de
                l’efficacité de mesures prises un jour et défaites le lendemain.
                Souvenons-nous du tonitruant (et cassant) Koizumi (père), lequel, alors
                leader du PLD, fédérait (naguère) tout à fait le Japon, bien que menant
                une politique souvent bien plus à droite que celle de ses successeurs,
                s’affichant aussi sans vergogne dans le sanctuaire très-droitiste de
                Yasukuni, au grand dam des deux Chine, des deux Corée, etc... et qui, lui
                aussi, avait introduit des nouveaux/elles-venus/es dans l’Assemblée...
                Sans parler du soutien aux premiers pas politiques de son jeune (e qui
                semble être un avantage, n’est-ce pas ?) fils, plus récemment...
                D’autre part, la sanction des urnes ne préfigure absolument pas le succès
                des vainqueurs ; ceux qui ont voté naguère Koizumi votent aujourd’hui DPJ.
                Et : on aura vu maintes fois, dans bien des pays, à bien des occasions, des
                élus se révéler autrement plus catastrophiques que leurs prédécesseurs
                (*)...

                (*) Un peuple peut tout à fait se tromper : Hitler est arrivé au pouvoir de
                manière tout à fait légale... C’est la loi démocratique.

                2) Leader charismatique ? On peut penser ici à Ozawa, qui a été -
                malheureusement - écarté du leadership du DPJ sur fond de fraude. Nous
                verrons comment ceci se règlera avec le pâle Hatoyama, dont il ne faut pas
                oublier qu’il affiche un pédigree en tous points semblable avec celui
                d’Aso. C’est à dire souffrant des mêmes liens avec le passé troublissime
                du Japon. Et bénéficiant d’innombrables relations d’inter-service
                (typiquement japonais) avec les autres politiques. Et notons que le DPJ
                est en train de s’ouvrir à la transfuge Tanaka (*), fille et héritière
                sans aucun complexe de l’un des politiciens les plus corrompus de
                l’après-guerre (affaire Lockheed !)...

                (*) Il s’agit pourtant de l’une des personnalités politiques les plus
                appréciées de l’archipel.

                3) Ras-de-marée de gauche ? Ceci me semble aussi à regarder à plusieurs
                fois, le DPJ vainqueur étant surtout composé de transfuges du PLD, et la
                gauche n’ayant pas une excellente presse dans un pays où, souvenons-nous,
                le parti socialiste (*) a tout à fait raté la gestion du séisme du
                Hanshin, il y a plus de dix ans. Je pense surtout à une usure des
                institutions politiques, qui ne répondent plus vraiment aux attentes des
                citoyens, et surtout des citoyennes, de plus en plus concernées par ce
                domaine, cherchant à préserver leurs acquis et à améliorer le reste.
                D’autre part, le Shin-Komeito pourrait tout aussi être classé à gauche,
                s’agissant d’un parti bouddhique essentiellement social ; d’ailleurs
                nombreux sont ceux qui ont critiqué son alliance - tactique - avec le PLD,
                pour cette bonne raison.

                (*) Le brouillon et dogmatique Murayama avait refusé de faire intervenir les
                FAD à Kobe au prétexte qu’il était antimilitariste ; le bilan humain reste
                là...

                4) Burakumin : tout d’abord, il s’agit d’un problème de division sociale
                (devenue caste) nippo-japonaise, hérité du passé (permettez-moi de vous
                renvoyer vers l’excellente analyse du regretté Y. Amino à ce sujet). En
                conséquence, les personnes d’origine coréenne (*), qu’elles soient
                implantées au Japon depuis l’occupation du XXème, ou du XV/XVIème, voire
                bien avant (clan Hata), ne sont pas - techniquement - des burakumins ; je
                crois d’ailleurs que M Aso a lui-aussi des parents d’origine coréenne,
                s’agissant d’une famille buke du Kyushu. Et je doute que vous fassiez
                plaisir à ces personnes d’origine coréenne en les traitant de burakumins
                (test à faire !). D’autre part, il ne me semble pas que ce problème soit
                essentiel aux Japonais. C’est un sujet qu’ils abordent bien peu, sinon du
                bout des lèvres, et quand on les interroge à ce sujet...

                (*) L’amiral Tojo, pendu comme criminel de guerre et inscrit au Yasukuni,
                était justement d’origine coréenne...

                5) Bureaucratie japonaise : toutes proportions gardées, elle est tout de
                même bien moindre que sa consoeur française, et en effectif, et en
                pouvoir... On la charge régulièrement de tous les pêchés : c’est là une
                antienne du PLD de Koizumi, puis du DPJ, que de vouloir attaquer les
                fonctionnaires, en leur prêtant des goûts du lucre (il suffit d’aller dans
                un service administratif japonais pour se rendre compte du contraire ; et
                les exemples de concussions sont tout de même bien rares), et en
                critiquant l’amakudari. Pourtant, ce système, qui n’est absolument pas
                propre au Japon (que dire d’Alain Juillet qui vient de rejoindre
                l’américain Orrick, a la suite de Clément et d’Attali...), n’a pas que des
                défauts. Pourquoi les entreprises privées devraient-elles se refuser les
                compétences et l’expérience d’anciens administratifs ? Et pourquoi ces
                anciens administratifs devraient-ils obligatoirement arrêter et prendre
                une retraite (*), coûteuse au pays, plutôt que de continuer à le servir et
                à payer la retraite d’autres plus nécessiteux...
                Et cette même bureaucratie a accompagné et soutenu, sans piper mot, la
                démocratie japonaise jusqu’à nos jours.

                (*) Supprimer l’amakudari signifierait offrir parallèlement des
                compensations financières, parfois importantes, aux intéressés... Nous
                verrons donc bien comment le DPJ s’y prendra...

                6) Origine coréenne de l’empereur (je ne me souviens pas d’une déclaration
                du l’intéressé (*) à ce sujet : pourriez-vous éclairer ma lanterne ? Je ne
                pense pas qu’il s’agisse de Showa) : what for ?
                Vaste question, où les zélateurs et les contradicteurs apportent de
                nombreux arguments, à prendre avec des pincettes, l’histoire étant très
                politisée en Asie... Sans parler de la naissance légendaire d’Ojin, s’il
                semble avéré que les Sôga avaient des liens familiaux avec des princes du
                P’aekche, il ne semble pas que les premiers dynastes japonais s’en soient
                recommandé pour valider leurs tentatives d’invasion de la péninsule (or,
                pourtant, à cette époque, c’est la civilisation coréenne qui était le
                référent, pas le Japon...).
                En se basant sur les objets récupérés dans les tumuli, dont certains
                proviendraient en réalité de Corée, aux dires d’historiens coréens (et ils
                semblent bien qu’ils aient raison), on s’aperçoit effectivement que les
                influences coréennes sont très marquées dans le Japon de l’époque Kofun.
                Mais ceci ne veut en rien dire que les caciques de l’époque aient été
                coréens. Ce n’est pas parce que les moines chinois s’habillent d’une robe
                de safran qu’ils sont réputés d’origine indienne...
                Et notre empereur Triticus, bien que paré de regalia romains, était
                pourtant purement gaulois, d’après les témoignages de l’époque...

                (*) Si cette origine était avérée, devrait-il raisonner en Coréen (dont il
                serait alors à 0,0001%), ou en Chinois (0,0010 probables), ou en Japonais
                (tout le reste...), voire en polynésien ?

                7) Age de Hatoyama : 62 ans. Ceci vous semble un problème. Pourquoi ? Il est
                vrai qu’au Japon, la classe politique n’est toujours des plus jeunes,
                certes. Mais l’âge est-il tant que cela rédhibitoire ? Pourquoi s’interdire
                de bénéficier de l’expérience des uns et des unes ? Je crois plutôt que le
                Japon s’orientera vers l’ouverture de l’emploi aux femmes de plus de 40
                ans, dont beaucoup (makeinu, veuves ou divorcées) se retrouvent sans
                ressources. C’est à dire s’ouvrir à une population encore naguère promise
                au placard social (*).
                Souvenons-nous encore que Hitler est arrivé assez jeune au pouvoir (45 ans
                environ), alors que le très-honnête Adenauer a été nommé chancelier dans
                sa 73ème année... Que dire de leurs bilans respectifs... ?

                (*) Et oui ! Le Japon vieillissant à grandes enjambées, il lui faut donc
                revoir une bonne part de son modèle économique, et, pourquoi pas ?, nous
                donner des leçons (utiles ?) en la matière dans quelque temps... Au risque,
                sinon, d’accroitre la charge des actifs : serait-ce économiquement (et humainement)
                viable ?

                8) En ce qui concerne les besoins de changement(s) de ce pays, faisons
                confiance aux Japonais. Personnellement, j’apprécie beaucoup d’y vivre, de
                vivre dans une vraie démocratie asiatique (la passation de pouvoir en est
                une preuve), à la différence de celles de ses voisins, Chines, Russie,
                Corées, etc. (*)
                Néanmoins, je ne sais pas si ces changements se feront sur la droite ou
                sur la gauche ; en particulier, je pense à la Constitution actuelle,
                non-belliciste et donc soutenue par la gauche japonaise (pacifiste et
                assez anti-américaine), Constitution que le centre et la droite voudraient
                modifier, ne serait-ce que pour disposer d’une armée stricto-sensu. Nous
                verrons bien...

                (*) N’oublions pas que ceux qui critiquent le plus vertement les
                « tentations extrémistes » du Japon sont la Corée du Nord, si démocratique
                (que pensez-vous de la nomination un jeune homme de 24 ans (environ) à la
                tête de l’agence de renseignement du pays, pour devenir bientôt, selon
                toutes prévisions, le leader bien-aimé), la RPC, si démocratique et
                nullement belliciste, que bénissent chaque jour Tibétains et Ouighours
                (pour ne pas citer les autres), Taiwan, digne héritière de Tchang Kai-Chek
                (qu’y sont donc devenus les indigènes, après deux siècles d’occupation
                Han ?), jamais condamné pour crimes contre son peuple, la Corée du Sud, où,
                20 ans auparavant, porter les cheveux longs, pour un homme, était passible
                d’emprisonnement, etc...

                Voisinage difficile pour l’une des (sinon la) plus ancienne(s) démocratie
                d’Asie.

                TDD

                PS : une autre question : pourquoi écrivez-vous qu’Aso a « souillé son nom »
                en devenant Premier ministre ? Ne serait-ce pas plutôt ses parents et
                grands parents, qui n’ont pas hésité à exploiter des prisonniers
                militaires et politiques dans leurs cimenteries ?


                • Tetsuko Yorimasa Tetsuko Yorimasa 31 août 2009 23:37

                  En ce qui concerne votre point n°1 je ne pense pas qu’il s’agisse tout à fait d’un vote de réaction, dans ma famille et avec nos voisins cet été et pour la première fois nous avons parlé politique, je pense qu’il y a une prise de conscience de la part de mes compatriotes.

                  point n°3, en effet on ne peu pas vraiment dire que le DPJ soit un parti de gauche comme on l’entend en France, toutefois en parlant de gauche au Japon, j’y ai entendu pour la première fois parler du parti communiste avec des gens ayant pour intention de voter pour eux !!!

                  point n°4, Il est vrai que le problème des burakumins n’a jamais été abordé en famille et je n’ai abordé ce sujet en profondeur qu’en France

                  point n°6, tout ce qui est avancé par les Coréens aujourd’hui est à prendre avec des pincettes, ce pays nourrissant une haine acharnée contre le Japon, tout les éléments constituants la culture Japonaise sont démontées à la lumière d’une hypothétique supériorité de la culture coréenne

                  point n°7, C’est la deuxième fois que dans votre intervention vous prenez comme réferant l’Allemagne nazi et Hitler et les comparez à des politiciens Japonais, c’est un peu maladroit, non ?

                  point n°8, A mon avis l’article n°9 de la constitution sera modifié, c’est un sujet de conversation très animé chez moi, de toute apparence beaucoup de Japonais aimerais vois cette article modifié

                  En ce qui concerne la fin de votre intervention je suis assez d’accord avec ce que vous dites, le japon est la seule démocratie de cette région du monde !

                  Puis-je avoir vos sources au sujet de l’origine coréenne de l’amiral Tojo ?


                • stephanemot stephanemot 1er septembre 2009 03:39

                  @TDD

                  merci pour ce commentaire circonstancie

                  1-2) Koizumi avait un programme de rupture (il a quand meme dit « je vais detruire le LDP ») et de reforme (cf cinema identique pour la poste), avec un charisme dont ne beneficie pas Hatoyama, par defaut le candidat de derniere minute. on a affaire a deux faux outsiders, avec une importante tradition familiale. Hatoyama n’a pas encore demontre sa capacite a faire bouger les choses en mobilisant des energies parfois contraires. Je ne louais pas son charisme mais certaines de ses valeurs, pour le coup en rupture avec les annees passees. Je peux me tromper mais je vois mal Hato se pointer a Yasukuni. Ou alors les carottes sont vraiment cuites pour le Japon.

                  3) il n’y a pas de raz-de-maree a gauche mais une cassure du quasi parti unique oriente 2/3 politique et 1/3 economie 0/3 social, et surtout un saut generationnel (le tsunami a emporte un bon nombre de vieux croutons). il n’est pas impossible que le PDJ accueuille de nouveaux transfuges et que le paysage se recompose autour du nouveau pole, pour peu que ca donne des resultats (vue la marge de manoeuvre eco, pas evident). ce n’est pas la fin du systeme, mais le debut d’un reequilibrage.

                  4) mon point sur les exclusions internes et externes pretait effectivement a confusion parce que le mepris contre les burakumins va generalement de pair avec le rejet des « etrangers ».

                  5) en France comme au Japon la bureaucratie est une enorme force d’inertie qui a le merite de preserver certaines valeurs mais aussi et surtout tendance a freiner toute evolution et reforme. mais la totale absence de renouvellement des elites est une catastrophe. a ce stade, ce n’est plus un mammouth mais un titanesque fossile.

                  6) c’est en decembre 2001 que Akihito a jete un froid dans les milieux d’extreme droite nippons. Lors d’une interview, l’Empereur a fort habilement demonte tous leurs arguments en disant ’’I, on my part, feel a certain kinship with Korea« (evoquant les liens entre la famille imperiale Japonaise et la famille royale Baekje) - voir par exemple »Japan Rediscovers Its Korean Past« - NYT 2002). Le message n’est pas »je suis Coreen« mais : la pretendue purete de la race est un mythe - regardez : meme moi en suis la preuve vivante. Pire, l’Empereur a embraye en rappelant les apports culturels dans le sens Coree-Japon, et le fait que, peut-etre, le Japon n’a par le passe pas toujours ete tres correct avec son voisin. Inutile de dire que la presse Coreenne a applaudi, et que les ultranationalistes ont cherche a minimiser l’evenement. C’est d’ailleurs l’une des raisons du regain des provocations du gouvernement les annees suivantes (manuels scolaires, Dokdo, Yasukuni...) : un nouveau leader du LDP ne pouvait pas rester au pouvoir sans leur presenter des »garanties". Une fois de plus, c’est avant tout une question de politique interieure du Japon, la question de la Coree est secondaire par rapport a celle ci : le Japon veut-il revenir en arriere ou avancer dans la bonne direction ?

                  7) Vous prechez un convaincu. Le Japon sera clairement le pays le mieux arme pour profiter du marche des 3-4-5e ages dans les decennies a venir. Hatoyama n’est pas tres vieux pour un chef d’Etat, je soulignais surtout la jeunesse des nouveaux elus.

                  8) la nature pacifiste de la democratie est clairement menacee - l’extreme droite a fortement pousse pour faire tomber le tabou et a quelque part grignotte des acquis militaires. les extremistes de gauche comme de droite sont heureusement minoritaires, mais leur pouvoir de nuisance n’est plus a demontrer. si Hatoyama s’attaque aux tabous de l’ere Showa, ca risque d’etre tres tres chaud.

                  PS : je vous rejoins completement et j’ai d’ailleurs pense a mentionner ce fait en ecrivant le passage sur la souillure, mais j’ai eu peur de trop charger une barque deja assez lourde.



                • stephanemot stephanemot 1er septembre 2009 14:59

                  @ « Tetsuko Yorimasa »

                  les Coreens reconnaissent la grandeur de la culture japonaise et celle de la culture chinoise. ce qu’ils n’apprecient pas, c’est quand leurs deux voisins cherchent a reecrire l’histoire a leurs depends.

                  relisez les livres d’histoire avant d’avaler tout ce que pondent les nostalgiques de la periode la plus sombre de l’histoire du Japon.

                  Vous caressez les ultranationalistes japonais dans le sens du poil en disant ceci : « tout ce qui est avancé par les Coréens aujourd’hui est à prendre avec des pincettes, ce pays nourrissant une haine acharnée contre le Japon, tout les éléments constituants la culture Japonaise sont démontées à la lumière d’une hypothétique supériorité de la culture coréenne »

                  pour rappel, la recente poussee de nationalisme en Coree, que je deplore«  s’est faite en reaction a l’incroyable dechainement de revisionnisme dans l’archipel ces dernieres annees (cf scandale des comfort women, scandale des manuels scolaires revises, provocations sur Dokdo...).

                  et pour rappel, la »haine acharnee", on l’a vue a l’oeuvre pendant l’occupation japonaise de la Coree, avec la destruction massive de la culture locale et une violence inouie.

                  je suis curieux de savoir quel semeur de haine se cache derriere ce pseudo, et je ne serais pas surpris d’avoir deja eu affaire a vous par le passe sous un autre avatar.


                • Gnetum Gnetum 31 août 2009 22:00

                  Il faut en tout cas espérer que ce changement politique va faire du bien à ce pays que j’apprécie particulièrement (j’y ai vécu un an).

                  c’est un pays qui a ses problèmes (d’emplois, de conditions des femmes, un système de santé qui pénalise les travailleurs-pauvres etc ...) mais qui a une qualité de vie vraiment appréciable (pas d’insécurité ou presque, des gens le plus souvent respectueux et souvent accueillants).

                  à suivre en tout cas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès