Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Je suis mal à l’aise avec le projet de Wikileaks (mais je comprends (...)

Je suis mal à l’aise avec le projet de Wikileaks (mais je comprends Owni et les autres)

Owni-300x200 Wikileaks, projet initié par Julian Assange, est une structure visant à rendre public des documents confidentiels. Après avoir mis en ligne de 400 000 éléments bruts sur la guerre d’Irak, l’organisation est en train, durant ces heures, de rendre public des télégrammes de la diplomatie américaine, les statelogs. Des journaux partenaires dont Le Monde et le Guardian diffusent et trient une partie des documents. Par ailleurs Owni, site avant-gardiste du génial Nicolas Voisin et son équipe contribue au tri de cette information qui parvient progressivement. Aucun des documents concernés n’est top secret, se repartissant pour moitié entre le confidentiel et le secret, l’autre moitié n’étant pas classifiée du tout.

Je comprends la démarche des médias partenaires de Wikileaks ainsi que d’Owni de rendre intelligibles les documents exposés, de filtrer les éléments pouvant amener à mettre la vie en danger d’autrui. Il s’agit de dire clairement ce qu’il y a dans ces documents et ce qu’il n’y a pas. On évite certains (pas tous hélas) risques de manipulation, de violence et de complotisme. Bravo donc à ceux qui travaillent la matiére brute amenée ainsi.Certes la publication des statelogs va peut-être se faire de façon moins brute que concernant la guerre d’Irak et ce partenariat est une bonne chose.

Par contre je suis pour ma part assez mal à l’aise, comme j’ai pu le dire dans divers échanges sur twitter, avec la démarche globale de déballage de Wikileaks : Loin d’être la promesse faite en 2006 de s’attaquer aux régimes dictatoriaux où la liberté de l’information n’existe pas, Wikileaks ne met en lumière que les échanges confidentiels qui se déroulent dans les démocraties. Certes, celles-ci pour garder leur nature ont besoin de transparence.Pour éclairer leur choix, il est bon que les citoyens soient le mieux informés possible. Et puis certes il y a des faits qui doivent être connus du public dans les relations internationales. Il est par exemple connu que certains secteurs US ne voient pas d’un très bon oeil une possible Europe fédérale, que Guantanamo a donné lieu à des marchandages du gouvernement US avec des Etats européens ou que les USA et le monde arabe sont inquiet que l’Iran déstabilise une partie du monde musulman. Il est aussi intéressant que les Etats puissent savoir ce que pensent réellement d’eux leurs partenaires.

Mais en publiant, massivement, sans trier, souvent de façon brute (quoi que l’actuelle opération, contrairement aux précédentes, se dirige vers un certain tri de l’info, ce qui est une bonne chose) uniquement des outils concernant la diplomatie d’Etats démocratiques au prétexte d’une démocratie profonde, Julian Assange et ses amis ne rendent-ils pas paradoxalement un grand service aux dictatures et groupes terroristes qui pourraient s’en emparer pour leurs opération et leur propagande ? J’ai peur que la réponse soit oui.Il n’y a pas de wikileaks sous les régimes dictatoriaux.

Paru initialement sur mon blog


Moyenne des avis sur cet article :  2.05/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Ariane Walter Ariane Walter 30 novembre 2010 10:47

    Quels Etats démocratiques ????
    Réveillez-vous !


    • Clouz0 Clouz0 30 novembre 2010 10:58

      Et vous, voyagez un peu plus ! smiley



    • Kalki Kalki 30 novembre 2010 11:43

      Oui voyage toi aussi : quand on accepte qu’il y a 4 millions de chomeur 8 millions de pauvres ( actif : sans compter leur famille ) juste pour être con et sadique et se sentir riche

      IL y a comme un problème


    • Philou017 Philou017 30 novembre 2010 11:49

      Tout à fait Ariane. Les USA sont le plus gros fabricant et soutien de dictatures au monde. Ils sont juste opposés à celles qui ne se plient pas devant eux.


    • Polemikvictor Polemikvictor 30 novembre 2010 10:48

      Il faut avoir bien peu de pratique du pouvoir pour imaginer qu’on peu se passer du secret, faire perdre la face à des dirigeants, au nom d’une transparence immature est un grand danger pour la paix.


      • kemilein 30 novembre 2010 16:52

        c’est le secret qui est une aberration (exception du secret de l’instruction qui débouche sur un jugement public)

        il n’y a qu’un seul secret que je trouve « raisonnable » c’est le secret militaire, et ça ne concerne que l’installation, le déploiement et l’activité militaire « sécurité défense ».

        pas de secret pour les magouilles d’état
        pas de secret pour la diplomatie (soit c’en est une, soit c’est de l’espionnage !)
        pas de secret sur le fonctionnement, le financement et le revenu de TOUT membre affilié à l’état et a ses institutions.

        Le secret est antinomique de la Res Publica, chose publique : chose commune, citoyen éclairé et tout son tralala.
        Le secret c’est la honte ou la débilité (de ceux à qui ont cache « pour leur bien »).


      • Julius Julius 30 novembre 2010 10:50

        1. La correspondance privée a été publié. C’est immoral et illégal dans la plupart des cas. Quelqu’un devrait publier les lettres privées des rédacteurs des journaux qui ont publié des documents volés. Et il devrait aussi y mélanger plusieurs fausses lettres - les victimes ne pourront jamais prouver que ces lettres sont fausses
        2. Les textes volé appartient à un seul etat. Cela montre que le groupe derrière ca n’est pas impartial, et elle est probablement meme pas indépendant. Quand aurons-nous accès à des documents similaires en provenance de Russie, la Chine ou l’Iran ?
        3. Une chose est claire à partir des textes fuite : les diplomates américains sont en réalité plus intelligents qu’ils apparaissent parfois dans leurs déclarations publiques. Et ils effectuent espionnage utiles contre leurs ennemis.


        • Julius Julius 30 novembre 2010 11:17

          Il n’y a rien de nouveau ou de faux dans ces documents. Ils n’utilisent pas un langage diplomatique, mais ils disent la vérité. Les descriptions des personnalités politiques sont tout à fait correct (Sarkozy, Berlusconi, Kadhafi, Poutine, Medvedev, Merkel,...). Tout le monde sait aussi que la Russie est gouvernée par une mafia, que le gouvernement iranien est fashist, que Chine n’est pas très heureux avec les aventures de Corée du nord, que les pays arabes ont peur de l’Iran nucléaire, que la France ne manque pas une occasion d’aller à contre les intérêts américains, ...


        • jeanpaul01fr 2 décembre 2010 13:48

          Comme quoi, étant donné que Wikileaks ne « dévoile » que ce que tout le monde savait déjà, cela n’a vraiment aucune importance !!!!

          Quant à l’intelligence des diplomates américains, quand on comprend que leur dossiers ne sont basés que sur des articles de presse et que leurs réflexions sont dignes des journaux people, on peut la relativiser un peu, non ?


        • ZenZoe ZenZoe 30 novembre 2010 11:35

          Wikileaks ou jouer à l’apprenti sorcier ?

          D’accord avec le principe de publier des informations dont les citoyens ont besoin pour se forger leur propre jugement et décider d’une quelconque action citoyenne en connaissance de cause.
          D’accord pour publier des documents qui révèlent des escroqueries (ou bien pire), des tentatives de manipulation, des chiffres tronqués, des manquements à la déontologie etc... 
          Tout cela participe à la lutte contre l’obscurantisme.

          Pas d’accord en revanche avec le fait de publier des correspondances privées. Ca me dérangerait qu’on ouvre mon courrier et qu’on en mette une copie dans toutes les boites à lettres du voisinage.
          Pas d’accord non plus pour publier des documents qui peuvent porter préjudice à des intérêts nationaux (économiques, stratégiques...) d’un pays démocratique ou même mettre sa sécurité en péril.

          Autrement dit, il faut une sacrée connaissance des affaires du monde et beaucoup de flair pour publier ce qui n’avait pas vocation à l’être à priori. Qu’est-ce qui me dit qu’Assange les a ? Je me méfie des chevaliers blancs et solitaires, des justiciers auto-proclamés - et d’ailleurs, qui me dit qu’Assange lui-même n’est pas piloté ?

          Voilàààà, ceci est ma contribution au débat.


          • Philou017 Philou017 30 novembre 2010 12:04

            Pas d’accord en revanche avec le fait de publier des correspondances privées. Ca me dérangerait qu’on ouvre mon courrier et qu’on en mette une copie dans toutes les boites à lettres du voisinage.
            Il ne s’agit pas de correspondances privées, mais de messages diplomatiques qui peuvent être lus par des centaines de personnes, au département d’état et ailleurs. Secrets mais pas privés. Votre courrier ne traite pas des affaires d’état qui concernent tout le monde.
            Quand les services Français font des écoutes sans autorisation, que les flics se servent de fichiers de l’administration en violation de la loi, que des procédures de justice d’exception comme les loi anti-terroristes sont mises en place, voilà qui devrait vous inquiéter.

            Pas d’accord non plus pour publier des documents qui peuvent porter préjudice à des intérêts nationaux (économiques, stratégiques...) d’un pays démocratique ou même mettre sa sécurité en péril.
            Ce sont les états occidentaux qui ont installé l’ultra-libéralisme, qui amène chomage pauvreté, destructuration de la société. Les principaux dangers pour nos intérêts, ce sont ces requins de la politique et de la finance qui forment une oligarchie que se nourrit sur le dos des peuples. Ce sont eux, les vrais dangers pour les intérêts nationaux. Ces gens-là utilisent les médias et la manipulation pour faire avancer leurs pions sans vergogne, en trompant les gens. Notre démocratie n’est plus qu’une apparence, les élections sont téléguidées par les médias qui désignent les bons candidats. Révéler les dessous des décisions prises ne peut que faire sortir la démocratie de l’impasse où on l’a fourvoyée.

            Quand à la sécurité, elle est bien plus remise en cause par les intérêts financiers et géo-stratégiques cachés que par autre chose. Votre discours est convenu, simpliste et dépassé. Il suppose que votre intérêt est le même que celui de l’état. C’est aujourd’hui en grande partie faux.


          • ZenZoe ZenZoe 30 novembre 2010 14:58

            La girafe :

            Votre procédé est malhonnête : vous reprenez une phrase dans un argumentaire complet et vous la commentez comme si le reste n’existait pas.

            Quoi qu’il en soit, je persiste et signe : toute information divulguée doit l’être à bon escient, et il est dangereux de divulguer tout et n’importe quoi à n’importe qui. Wikileaks met au jour des documents américains ? Une attitude responsable demanderait que des documents d’autres pays le soient également en même temps (Chine, Russie, Iran...),. Pourquoi choisir de donner un avantage concurrentiel à des pays encore moins scrupuleux que ceux où nous vivons ?

            Par ailleurs, connaissez-vous Assange ? Savez-vous de quel bord il est, quels objectifs il poursuit, ce qu’il pense ? Etes-vous sûr qu’il n’est pas manipulé lui-même et que les documents ne sont pas des montages ? Et s’il était une sorte de Dr Folamour version post-guerre froide ? On en peut être sûr de rien ! En matière d’information, plus que le contenu, il faut se méfier des sources. 

            La démarche de Wikileaks peut réprésenter une formidable avancée démocratique, ou une bourde monumentale qui peut faire plus de mal que de bien. Vous avez raison de dire que nous sommes en lutte, que c’est le peuple contre les élites au niveau mondial. Mais la lutte se joue aussi au niveau des pays. La lutte se joue aussi au niveau des valeurs culturelles, religieuses, économiques. Et cet équilibre-là est précaire, sa perte pourrait causer une 3ème guerre mondiale. On ne joue pas impunément avec le feu.

            Alors, oui pour révéler les abus bancaires, les magouilles des labos pharmaceutiques, les dérives des lobbies agroalimentaires et pétrochimiques, l’exploitation de main d’oeuvre, le trafic des déchets toxiques, la malhonnêteté des politiciens, les procédés illégaux, le scandale des HLM pour riches - mais non pour mettre au jour quoi que ce soit qui puisse être mal utilisé par des peuples qui ne nous veulent pas du bien.

            Si je suis dépassée comme vous dites (d’ailleurs, par rapport à quoi, à qui ?), vous, vous êtes cinglé.


          • Philou017 Philou017 30 novembre 2010 20:09

            Soleil couchant : "Votre procédé est malhonnête : vous reprenez une phrase dans un argumentaire complet et vous la commentez comme si le reste n’existait pas."

            J’ai repris ce qui me semblait le plus discutable dans vos arguments, c’est tout. Je n’ai rien détaché d’un contexte.

            « Une attitude responsable demanderait que des documents d’autres pays le soient également en même temps (Chine, Russie, Iran...),. Pourquoi choisir de donner un avantage concurrentiel à des pays encore moins scrupuleux que ceux où nous vivons ? »

            La Chine ou la Russie moins scrupuleux que les USA ? C’est vous qui le dites. S’il existe une liberté de s’exprimer aux USA, la manipulation et la tromperie y atteignent aussi des sommets. Ca fait longtemps que je suis sorti de cette échelle de valeur qui placerait nos démocraties comme modele. Si on y bénéficie de la liberté de s’exprimer, les saloperies et les magouilles sont à la hauteur de notre puissance économique et militaire. Quand on regarde l’histoire US, ils detiennent le records de magouilles et de crimes sans problème.
            Par ailleurs, je ne suis pas dans une logique de concurrence. L’époque est favorable pour permettre un rapprochement de tous les pays, parce bien des valeurs ont évolué, que l’informaion ne connait plus de frontières. C’est à mon avis les anciens cadres et les vieilles methodes impérialistes qui freinent le plus ce développement. C’est pourquoi c’est eux qui doivent être dénoncés d’abord pour que le monde avance.

            De plus, cette guerre impérialiste amene les régimes durs à se durcir encore plus ou à freiner une libéralisation (Iran, Russie, Chine, etc).
            Vous êtes alignée sur des anciens schémas, à mon avis. Le nouveau monde est en route....

            « Par ailleurs, connaissez-vous Assange ? Savez-vous de quel bord il est, quels objectifs il poursuit, ce qu’il pense ? Etes-vous sûr qu’il n’est pas manipulé lui-même et que les documents ne sont pas des montages ? Et s’il était une sorte de Dr Folamour version post-guerre froide ? On en peut être sûr de rien ! En matière d’information, plus que le contenu, il faut se méfier des sources. ’
            Ce ne sont que des soupçons. Je suis loin de faire une confiance illimitée à Assange, mais pour l’instant il me parait fiable et honnête, même si on peut discuter certains choix. J’attend des preuves ou des éléments solides pour me mettre à douter. Les Dr Folamour se trouvent bien plus dans nos oligarchies... pourquoi cette défiance ?

             »Mais la lutte se joue aussi au niveau des pays. La lutte se joue aussi au niveau des valeurs culturelles, religieuses, économiques. Et cet équilibre-là est précaire, sa perte pourrait causer une 3ème guerre mondiale. On ne joue pas impunément avec le feu.« 
            Je pense le contraire. Ce qui pourrait amener une guerre d’importance, c’est de continuer avec les anciens schémas de domination/ impérialisme/ manipulation. La vérité, même si elle déclenche des soubresauts, est salvatrice à terme.
            Regardez l’islam : bien des populations sont mises en dangers par la propagande et la soi-disant guerre au terrorisme, pas par la vérité.

             »Si je suis dépassée comme vous dites (d’ailleurs, par rapport à quoi, à qui ?), vous, vous êtes cinglé."
            Vous craignez de perdre les modèles existants. Pourtant ils ont fait la preuve de leurs limites et de leur impuissance. La révélation des magouilles de l’oligarchie peut nous faciliter la voie vers un monde nouveau. N’en ayons pas peur.
            Et merci, je vais très bien.


          • Heil Cartman Heil Cartman 30 novembre 2010 11:38

            Et une fois de plus on se retrouve à discuter de la forme et non du fond.......

            C’est pas de Wikileaks dont on veut parler, c’est des documents qu’ils ont publiés.

            Mais bon faut pas réver, les « plumes lâches » sont de sortie et ca va s’outrer jusqu’à la lie des méthodes de Wikileaks. A la fin presque personne n’aura vraiment eu connaissance du contenu, comme les fois précédentes en fait.


            • plancherDesVaches 1er décembre 2010 16:04

              Il y a moyen de consulter les textes bruts.

              Soit adulte et cherches par toi-même, pour une fois.


            • Heil Cartman Heil Cartman 1er décembre 2010 17:30

              Rassures toi petit, c’est ce que j’ai fais. Et j’ai bien envie d’en parler.

              Problème : tout les articles et commentaires associés (ici ou ailleurs) sont en rapport avec la méthode (pourquoi Wiki a fait-ca ? sont-ils légitimes ? menacent-ils la paix ? Sont-ils irresponsables, Julian Assange est-il un nouvel Hitler ?), bref, que des discussions digne du Figaro (sur lequel ca pullule d’ailleurs).
               


            • worf worf 30 novembre 2010 12:03

              la transparence est une illusion et le secret est parfois nécessaire.
              Dans toute une série de relations, transactions, situations, voir tout simplement personnel, il est courant de cacher certaines choses à d’autres.
              La question n’est pas tant ce qui est caché mais la manière et pourquoi.
              Le pavé de données balancé par wikileaks est tellement énorme que l’on se perd facilement devant cette profusion d’informations ou de données.
              Il faudrait prendre un peu de recul pour décortiquer cette masse d’informations, dont une grosse partie est sans intérêt car déjà connue ou soupçonnée. On sait très bien qu’en diplomatique et en politique, on dit une chose et on peu, souvent, penser une autre, voire le contraire.

              Le danger de se déballage, est qu’une ou des informations pertinentes soient totalement noyées dans ce fatras de données. Es-ce le but poursuivi ?

              D’un autre côté, cette affaire démontre une fois de plus que les médias sont toujours enfermés dans la spirale de l’information immédiate, dépassés de plus en plus par internet. Il est plus que temps que cette profession se reprenne sous peine de disparition.


              • Philou017 Philou017 30 novembre 2010 12:11

                "la transparence est une illusion et le secret est parfois nécessaire.
                Dans toute une série de relations, transactions, situations, voir tout simplement personnel, il est courant de cacher certaines choses à d’autres."

                Certes. Mais le secret d’etat n’a rien à voir avec les relations personnelles. Il sert le plus souvent à cacher des magouilles et des intérêts illégaux. De plus, l’oligarchie en place se sert des médias pour tromper les gens, faire de la propagande à jet continu et faire passer leur message. Il n’y a guère plus de respect et d’honnêteté dans la politique. Pourquoi respecter ce qui n’a plus de respectabilité ?


              • Ariane Walter Ariane Walter 30 novembre 2010 12:35

                @ Philou

                de tout coeur et de toute plume avec vous, Philou !


              • plancherDesVaches 1er décembre 2010 16:14

                Complètement d’accord, Philou.

                Je vais même plus loin. En ces temps de gentille crise économique. (ne prévenez pas Mahame lagarde, ça lui ferait mal à son petit coeur)

                Les états ne sont que des employés des banques.
                Mais QUI de ce terrorisme financier ou de ce besoin de vérité et donc de Justice, sont la poule ou l’oeuf.. ??

                Nous retrouvons ainsi PARFAITEMENT le schéma de chaque découverte scientifique. (pour ceux qui connaissent)

                L’avancée des technologies de l’information (voir sémaphore critiqué par Victor Hugo) a permis de décupler la puissance des banques et de la finance. Utilisation d’une technologie négative(voir : bombe atomique)

                L’avancée des technologies de l’information a permis aux peuples d’être au courant de se qu’ON leur cachait. Utilisation d’une technologie positive.(voir développements de logiciels LIBRES)


                • plancherDesVaches 1er décembre 2010 16:16

                  Depuis que Assange a dit que des révélations allaient être faites sur une banque, il faut le détruire.

                  Conclusion : attaquer un état est ridicule par rapport au fait d’attaquer une banque.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès