Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Journée Internationale de la Femme dans le monde musulman

Journée Internationale de la Femme dans le monde musulman

La violation des droits fondamentaux des femmes dans le monde islamique est un fait qui a été trop longtemps ignoré. La sauvegarde des droits des femmes est maintenant essentielle pour redonner un sens à cette journée commémorative.

Sur proposition de l’Internationale Socialiste en 1910, la Journée internationale des Femmes (le 8 mars) a été célébrée pour la première fois dans beaucoup de pays industriels. Elle demandait le droit de vote, le droit au travail, à la formation professionnelle et à la fin de la discrimination au travail.

Depuis lors, cette journée est commémorée et fériée dans les pays communistes. Elle symbolise la longue lutte des femmes sur tous les continents, d’ethnies, religions, cultures et classes sociales différentes, mais qui ont été privées de l’égalité avec les hommes.

Aujourd’hui, nous savons que la lutte pour l’égalité, la justice, la paix, la démocratie, le sécularisme et le développement n’est pas séparée de la lutte contre l’islamo misogynie.

La journée internationale des femmes est un symbole des femmes en tant qu’associées à l’histoire du monde. C’est un démenti aux discriminations religieuses qui considèrent les femmes moins dignes que les hommes. Ce jour est enraciné dans la lutte historique contre les heures noires de l’église européenne, c’est une demande de « liberté, égalité, fraternité » comme durant la Révolution française.

La journée internationale de la Femme a emmené une nouvelle dimension pour des femmes dans les pays développés et en voie de développement. Mais l’islam, politique international et à l’ambition croissante, est une nouvelle barrière sérieuse à la cause des femmes. Aujourd’hui, en dépit des efforts coordonnés dans le monde, la communauté internationale à travers l’ONU ignore le destin des centaines de millions de femmes qui sont les victimes consentantes ou non de la misogynie islamique.

Alors que le 8 mars était un symbole de laïcité contre l’église catholique, il devient maintenant une lutte mondiale contre la misogynie des mosquées islamiques. Aujourd’hui, l’ombre affreuse de l’islamo misogynie déploie ses ailes au-dessus de notre société.

Pour les femmes iraniennes en république islamique le changement de la loi est impossible. Si nous voulons repousser les principes religieux qui mettent les femmes dans une position inférieure dans toutes les sociétés islamiques, nous devons abattre le régime religieux.

Selon l’organisation mondiale de la santé, 85 à 115 millions de filles et des femmes ont subi des mutilations génitales ; ces pratiques ont cours dans beaucoup de pays musulmans, malgré le fait qu’elles soient interdites et condamnées par la communauté internationale.

Dans certains pays, des femmes qui ont été violées sont parfois tuées par leurs propres familles pour préserver l’honneur de la famille. Des massacres d’honneur comme legs des traditions islamiques ont été rapportés en Jordanie, au Pakistan, au Liban, en Syrie, en Irak et d’autres pays du Golfe Persique.

Le viol en tant que moyen d’humiliation, de pression et de torture a été employé contre des femmes dans les prisons politiques iraniennes. Le viol des non musulmanes avant que leur exécution est systématique comme pour Zahra Kazemi, un journaliste Irano canadienne, un exemple parmi beaucoup d’autres.

Depuis 1979, une majorité toujours croissante de femmes iraniennes identifiées comme « mal voilées », souffrent quotidiennement de l’obligation du port du voile islamique.

Depuis l’existence du régime islamique, pas un jour ne s’est écoulé sans attaque, agression physique, arrestation, jet d’acide, harcèlement et pression psychologiques sur les femmes. La république islamique d’Iran a clairement indiqué que, pour les femmes, aucune autre sorte de vêtement n’est acceptable excepté le voile islamique.

La croissance écoeurante de la violence contre des femmes en Iran a rigoureusement limité les conditions d’accès au travail, à l’éducation, aux arts, au sport, au divertissement et à la liberté générale dans la vie sociale des femmes.

La raison pour laquelle l’islam insiste sur le port du hijab est d’éviter les contacts inutiles entre femme musulmane et les « non mahram » (hommes non autorisés : hors du cercle de famille). Le dogme du « mahram » contre « non mahram » est la base du hijab islamique —voire men articles (Hijab Islamique) ainsi qu’en en anglais (Non-Mahram) et (Gendre Division).

Bien que la loi proclame que les femmes et les hommes ont l’égalité des droits, les faits et agissements quotidiens démontrent qu’entre loi et réalité des droits des femmes, il existe une différence immense. Les problèmes des influences religieuses, particulièrement dans les sociétés islamiques, n’ont pas été résolus.

Au fil des années, des conférences, des manifestations et des commémorations de toutes sortes se sont tenues pour réfléchir sur les progrès accomplis. Il est maintenant temps de réclamer ce qui n’a pas été fait. La journée internationale de la Femme devrait être l’occasion de rassembler enfin les efforts efficacement contre l’islamo misogynie, qui demeure le principal obstacle à la réalisation des droits des femmes.

Bien que la charte des Nations Unies propose l’égalité des sexes comme un des droits fondamentaux de l’homme, l’organisation ne peut pas fixer des normes, des programmes et des buts pour avancer le statut des femmes dans le monde entier. Par exemple, l’Onu évite de condamner le voile obligatoire, le joug le plus symbolique de la misogynie par les régimes islamiques dans leurs pays.

Naturellement la charte de l’Onu, signée en 1945, était le premier accord affirmant le principe d’égalité entre hommes et femmes. Cependant, la charte a été préparée avant l’arrivée de l’islam politique international. Aujourd’hui, la communauté internationale doit exiger de l’Onu d’adopter de nouvelles résolutions défendant le statut des femmes dans les sociétés islamiques. Les femmes dans les sociétés islamiques ont besoin d’appui international. L’Onu, au vu des rapports sur la misogynie doit maintenant réagir.

L’Onu qui a été capable de condamner l’apartheid doit maintenant être capable de condamner de la même manière l’apartheid sexuel des états islamiques et imposer le respect des mêmes droits pour les femmes. Il est temps maintenant de défier les islamo misogynes partout à travers le monde.

La violation des droits fondamentaux des femmes dans le monde islamique est un fait qui a été trop longtemps ignoré. La sauvegarde des droits des femmes est maintenant essentielle pour redonner un sens à cette journée commémorative.

Beaucoup d’exemples quotidiens de misogynie en Iran prouvent que la république musulmane par ses statuts différents pour les hommes et les femmes a ramené le rôle des femmes à un simple moyen de reproduction. Ainsi avec de telles interprétations islamiques, la participation des femmes aux domaines sociaux, culturels et beaucoup d’autres est diminuée quand elle n’est pas supprimée.

La république islamique de façon démagogique et publicitaire a fait émerger des organisations féminines chez elle alors même que ces organisations n’ont d’autre but que d’officialiser les comportements les plus abjects et les plus misogynes sous couvert de respect de l’islam. Et des musulmanes se laissent prendre au piège en pensant que participer à ces organisations est une façon de lutter contre l’islamo misogynie.

La communauté internationale doit prendre des actions spécifiques pour l’égalité des genres en rejetant spécialement les régimes islamiques comme responsables actifs et officiels de la misogynie dans le monde. Au XXIe siècle, le monde ne peut pas accepter que les droits des Femmes soient conditionnés par les religions. Il est temps de cesser de considérer les femmes comme des « demi hommes » avec des « demi droits » !

La promotion de l’égalité des sexes est non seulement de la responsabilité des femmes, mais une responsabilité sociale de toutes les personnes démocrates. C’est non seulement un indicateur de croissance nationale sociale et économique, mais un facteur du développement normal pour tous les individus. La séparation des sexes crée des anéantissements, perversités et agressivité avec l’obéissance aveugle qui caractérise les sociétés opprimées.

Ce jour international des femmes, laissez-nous le re-dédier aux centaines de millions de femmes qui sont les victimes conscientes ou non de l’islamo misogynie. Il y aura beaucoup à accomplir pour jeter les bases légales pour inviter la communauté internationale à se rappeler qu’il est de notre responsabilité de défendre le droit de vivre dans l’égalité la dignité, et la liberté pour les deux sexes.


Moyenne des avis sur cet article :  3.38/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

187 réactions à cet article    


  • mcm 9 mars 2009 20:44

    Jahanshah Rashidian,

    Votre article bien que très argumenté ne soulèvera pas foule sur Agoravox ! Pensez-vous le diner du CRIF est une actualité bien plus brulante que des millions de femmes opprimées par la religion d’amour de paix et de tolérance.

    Et puis c’est pas vrai que les femmes islamiques sont opprimées, elles adorent ça !


    • Kalki Kalki 9 mars 2009 22:19

      Si ca va ramener du monde, des intégristes et des momo.

      Une partie de la solution c’est les femmes musulmane elle meme, on ne peut pas dire non a leur place. Autant que la culture qui évolue, heureusement, mais trop lentement.


    • mcm 9 mars 2009 23:09

      Que vous disais-je incroyable hypocrisie où parler du droit de la femme sans parler de ses pires prédateurs fait un carton de 300 interventions, mais parler des pires prédateurs vaut 5 interventions dont 2 miennes.

      On est sur AV faut pas rêver !


    • mcm 10 mars 2009 09:58

      C’était cynique ! smiley


    • ambre 10 mars 2009 09:52

      La femme en Islam

       

      1. Aspect spirituel

      Le Coran énonce clairement que les hommes et les femmes sont de même nature spirituelle et humaine. Les deux ont reçu le “souffle divin” qui leur a donné de la dignité et a fait d’eux les gérants de Dieu sur la terre. La femme n’est pas blâmée pour la “chute de l’homme”. La grossesse et l’accouchement sont donnés comme des raisons supplémentaires pour aimer et apprécier les femmes et non comme punition pour “avoir mangé de l’arbre interdit”. L’homme et la femme ont des devoirs et des responsabilités comparables et les deux font face aux conséquences pour leurs décisions et de leurs actions morales. Nulle part le Coran ne mentionne que les “hommes sont supérieurs aux femmes”, à moins que le texte du Coran n’ait été pauvrement traduit en français. Le Coran indique clairement que la seule base de supériorité est la piété et la droiture, non le genre, la race, la couleur ou la richesse.

      2. Aspect économique

      La loi islamique sauvegarde les droits des femmes avant et après le mariage. En fait, la femme reçoit une plus grande sécurité financière que l’homme. Elle a droit au plein montant de son cadeau de mariage. Elle a le droit de garder toutes les propriétés présentes ou futures et un revenu pour sa propre sécurité. Pendant ce temps, elle a droit à toute l’aide financière avant, pendant et après le mariage, sans égard à sa richesse personnelle. Les droits additionnels incluent l’aide pendant la “période d’attente” en cas de divorce et l’aide pour l’enfant. Cette aide garantie à toutes les étapes de sa vie, constitue des avantages financiers sur les hommes, équilibrés partiellement par la moindre part d’héritage qui lui revient.
      La femme dispose seule de l’usufruit de son travail éventuel, tandis que l’homme a le devoir d’entretenir et subvenir aux multiples besoins de sa famille.

      3. Aspect social

      1. En tant que fille : Le Coran blâme l’attitude de certains parents qui tendent à favoriser leurs fils. Il prescrit le devoir d’aider et de montrer de la gentillesse et de la justice envers les filles.
      L’éducation des filles n’est pas seulement un droit mais un devoir pour tous les musulmans, hommes et femmes.
      Une fille a le droit d’accepter ou de rejeter des propositions de mariage. Le mariage forcé sans le consentement mutuel est invalide selon les enseignements du Prophète Mohammad (Paix et Bénédiction sur lui) .


      2. En tant qu’épouse : L’opinion de l’Islam sur le mariage est exprimée dans le verset suivant du Coran : “Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent” (Sourate 30, verset 21)


      La norme du mariage dans l’Islam est la monogamie. Cependant, comme plusieurs peuples et religions incluant les prophètes de la Bible, l’Islam a permis la polygamie, déjà existante (polygynie), mais il la règule et la restreint. Elle n’est ni exigée ni encouragée. L’esprit de la loi est de prendre des mesures concernant les événements imprévus des personnes et de la collectivité (par exemple, les déséquilibres créés par les guerres) et de fournir une solution morale, pratique et humaine aux veuves et aux orphelins. Ceci peut expliquer pourquoi le verset qui règle la polygamie a été révélé après la guerre d’Ohod, dans laquelle des douzaines de musulmans furent tués, laissant derrière eux des veuves et des orphelins dans le besoin. Tous les intéressés impliqués dans un mariage polygame ont des options. Une femme ne peut être forcée à devenir une seconde épouse. La première femme qui n’accepte pas une situation de polygamie a le droit de demander le divorce.

      La responsabilité du mari sur l’entretien, la protection et la direction de la famille, en général, dans l’esprit de la consultation et de la gentillesse, est la signification du terme coranique “Qawwamoune”(Sourate 4 v.34). Ce terme est souvent mal traduit par “qui a de l’autorité sur les femmes”. De la même façon Dieu a doté les hommes et les femmes de qualités physiologiques et autres, différentes et complémentaires mais également importantes. Ceci mène à certains rôles et devoirs différents mais complémentaires à l’intérieur de la cellule familiale. C’est ce à quoi le Coran réfère par le terme “(fad’)darâdja” (Sourate 2 v.228), souvent mal traduit comme “parce que Dieu l’a fait supérieur à l’autre”. Cette différenciation se retrouve strictement dans les rôles, non dans le statut ou l’honneur.
      Dans le cas d’une dispute familiale, le Coran exhorte le mari à traiter sa femme gentiment et à ne pas négliger ses côtés positifs. Si le problème est relié au comportement de la femme, son mari peut la rappeler à la raison. Dans la plupart des cas, cette mesure suffit. Dans les cas où le problème continue, le mari peut exprimer son mécontentement d’une autre façon pacifique, soit en dormant dans un lit séparé du sien. Cependant, il y a des cas où la femme persiste à maltraiter de façon délibérée son mari et néglige ses obligations conjugales. Au lieu du divorce, le mari peut avoir recours à une autre mesure qui peut sauver son mariage, du moins dans certains cas. Cette mesure est décrite plus précisément comme étant une petite tape sur le corps, mais jamais sur le visage, ce qui est plus une mesure symbolique que punitive. La loi islamique a bien précisé qu’avoir recours à cette mesure extrême et exceptionnelle considérée comme le moindre de deux maux (l’autre étant le divorce), est sujet à des restrictions explicites. Elle ne doit pas être sévère au point de causer des blessures ou même de laisser une marque sur le corps. Les lois américaines ou européennes contemporaines ne considèrent pas une tape légère qui ne laisse aucune marque sur le corps comme un abus physique.
      C’est la même définition qu’ont donnée les juristes musulmans il y a plus de 1400 ans. Dans plusieurs paroles, le Prophète a découragé son utilisation, aussi légère soit-elle. “Ne frappez jamais les servantes de Dieu (les femmes)” a dit le Prophète, qui a démontré cette noblesse dans sa propre vie conjugale.

      Il s’ensuit que lorsque cette question est ramenée dans son contexte, elle n’a rien à voir au fait de sanctionner “l’abus” ou “la violence conjugale” qui est, malheureusement, répandu dans un pays tel que les États-Unis où toutes les 10 secondes une femme est battue et chaque jour quatre femmes sont tuées par leurs conjoints, ce qui fait de la violence conjugale la cause du tiers environ des meurtres commis sur les femmes aux États-Unis (1993).

      Dans tous les cas, les musulmans qui passent outre les enseignements de leur foi et commettent des excès doivent être condamnés ; comme tous les autres transgresseurs, sans distinction de religions.
      L’affirmation erronée que les excès commis par certains musulmans peuvent être mentionnés dans un des versets parmi les 114 sourates du Coran n’est pas plus vraie que d’affirmer que la violence qui sévit contre les femmes aux États-Unis peut être retrouvée dans la Bible.

      En répétant l’exhortation coranique sur le bon traitement envers les femmes, le Prophète Mohammad (Paix et Bénédiction sur lui) a clairement énoncé que “les meilleurs d’entre vous sont les meilleurs (dans leur conduite) envers leur famille et je suis le meilleur d’entre vous (dans ma conduite) envers ma famille”. C’est l’exemple à suivre pour le croyant sincère qui veut dépasser les paroles, et le simple habit extérieur de piété, pour puiser directement ses vertus dans le Coran et la Sounnah (habitudes du prophète).

      Les formes de dissolution du mariage incluent forcément un accord mutuel entre le mari et la femme, si l’on se réfère à la sourate “Talâk” (divorce) du Coran (S.65:1-7 ou S.2:226/30, qui spécifient les différentes étapes d’un divorce) ; de même dans les hadiths. Le divorce est à l’initiative du mari, en général, mais peut-être l’initiative de la femme dans certains cas, voire, la décision d’un conseil sur l’initiative de la femme. Il est notable que malgré cette facilité apparente, les taux de divorces dans les sociétés musulmanes sont très inférieurs à ceux du monde occidental, car il faut situer cette “facilité” dans la perspective de la cohérence de l’ensemble du message coranique.

      La garde des enfants après le divorce, selon la loi islamique, est le droit de la mère jusqu’à ce que l’enfant soit âgé d’environ sept ans, moment où l’enfant peut choisir le parent avec lequel il veut vivre. Toutefois, le principe directeur qui prévaut réside dans le bien-être de l’enfant et le droit des deux parents à avoir accès à leurs enfants.

      3. En tant que mère : Le Coran prescrit la gentillesse envers les parents, particulièrement les mères. Les musulmans apprennent que “le Paradis se trouve aux pieds des mères”.

      4. En tant que soeur dans la foi : Le Prophète a recommandé la gentillesse, l’attention et le respect des femmes en général car elles sont les soeurs des hommes.

      5. Au sujet de la modestie et des interactions sociales : Il y a aujourd’hui un large fossé entre l’idéal (loi islamique) et la réalité (pratiques culturelles). L’extrémisme, dans un sens ou dans un autre, est étranger à l’esprit de la loi islamique et peut refléter de simples pratiques culturelles.
      Les musulmans croient en une ligne directrice d’essence divine pour la modestie et la vertu se traduisant dans l’habillement et le comportement des hommes et des femmes. Le retrait de la femme dans certaines cultures est étranger à la pratique du Prophète. Des interprétations excessivement strictes faites par des savants dans certaines cultures minoritaires conservatrices (par exemple, les restrictions quant à l’interdiction pour les femmes de conduire) sont le reflet de l’influence de ces cultures conservatrices et non une compréhension généralement acceptée de la grande majorité des savants musulmans à travers le monde.
      L’Islam n’interdit pas la mixité sous deux conditions principales : a) observation d’un devoir de réserve et de pudeur mutuel ; b) ils ne doivent pas être seuls (tête à tête).
      L’Islam n’interdit pas la liberté, mais le libertinage, et ce, à l’homme et à la femme. Si la femme a le devoir de pudeur devant l’homme, ainsi de même, l’homme a la même obligation face à la femme. Point de discrimination.

      4. Aspect légal et politique

      Les hommes et les femmes sont égaux devant la loi et les tribunaux. Les changements dans le nombre de témoins, hommes et femmes, dans les tribunaux ne figurent dans le Coran que dans le contexte des contrats financiers. Le but est d’établir l’exactitude du témoignage, dans un cadre donné et auquel les femmes peuvent ne pas avoir été exposées ou être expérimentées en matières commerciales. Le juge peut cependant décider d’assurer la justice sans égard au sexe des témoins.

      CONCLUSION

      L’Islam a été la première culture à admettre la totale indépendance financière de la femme, à lui accorder des droits codifiés, que même certaines parties de l’Europe d’aujourd’hui leur refuse (le vote par ex.).
      Les musulmanes constituent en gros la moitié de la Oummah.
      Dieu, dans sa Sagesse, n’a pas attendu que d’autres dessinent pour elles les plans de leur libération.
      En Islam, chacun est responsable de ses actes et devra en répondre devant Dieu.
      Les musulmans font acte d’Islam non par foi aveugle, mais par acceptation de la cohérence de l’ensemble des principes de Dieu dans le Coran, et l’exemple du prophète, car il faut restituer le problème dans ce cadre et nul autre.

      “Le plus parfait des croyants est celui qui a la meilleure conduite . Les meilleurs d’entre vous sont ceux qui sont les meilleurs avec leurs femmes“ Hadith (Tirmizi)

      Ainsi parla le prophète de Dieu, Mohammad (Paix et Bénédiction Sur Lui) .



      http://www.youtube.com/watch?v=EBPD7laTSoU



      Une chose encore, mes amies occidentales converties à l’islam et qui sont d’ailleurs très épanouies m’expliquaient justement que la femme musulmane n’avait pas du tout la même définition du mot liberté que la femme occidentale... Il serait pê temps de faire le ménage chez nous avant d’aller le faire chez les autres !!!
       


      • Dj Younes 10 mars 2009 11:16

        A Ambre ,

         Vous avez parfaitement résumé la réalité , bravo !!!!!!


      • San Kukai San Kukai 10 mars 2009 12:24

         @ Ambre,

        Merci pour votre commentaire, bien écrit au demeurant. Je doute cependant qu’il soit de votre cru, puisqu’on le retrouve un peu partout sur le net depuis plusieurs mois.

        Comme de très nombreux textes révisionnistes, celui-ci nous informe que le texte fondateur d’une religion dit en fait l’inverse de la pratique qu’en font ceux qui accèdent au pouvoir en son nom. Je ne vous en veux pas particulièrement, toutes les religions faisant de même ; ainsi Le cardinal Giovanni Battista Re a affirmé droit dans sa chasuble que l’Église a toujours défendu la vie… On croit rêver.

        Ces textes et ces avis autorisés des cléricaux de tout bord sont insultants pour la mémoire humaine, ils sont insultants pour ceux qui souffrent des injustices commises par les religieux qui les brandissent, ils sont insultants pour l’humanité qui tente de s’affranchir de l’obscurantisme à force de raison et d’intelligence. En fait, les religieux considèrent que nous (le laikos, le peuple) sommes totalement idiots, nous qui n’avons pas vu tout l’amour divin que contiennent les textes sacrés, amour qui devrait nous permettre de pardonner du fond de notre cœur les errances de nos frères ayant mal interprété la parole de Dieu (ceci concerne tous les dieux).

        Que les religieux s’occupent donc de la pratique du culte et cessent d’intervenir dans tout ce qui concerne la vie courante des gens. On ne peut à la fois clamer que seul Dieu juge et cracher des anathèmes au nom d’interdits humiliants et absurdes. Une bonne fois pour toutes, fichez la paix aux femmes et aux enfants !

        Ah… une dernière chose : la notion de pureté ne concerne que l’eau potable.


      • mcm 10 mars 2009 13:24

        Et hop encore un commentaire censuré par la complaisance d’une modération, une simple réponse à ambre qui nous prétend que les femmes seraient libérées par l’islam !

        Et les juifs ont été libérés par Hitler ? Et les enfants ont été libérés par dutrou ?

        A l’image de ambre, ils n’ont pas peur du ridicule nos islamophiles, les mêmes qui nous parlent des bienfaits de l’islam, sont les mêmes qui nous pondent de longues tirades sur la nuisance extrême du "lobby juif".

        Pas un exception à cette règle, pas une seule manifestations pro-palestinienne qui ne finissent par les cris de "mort au juifs", et après ça ces nigauds viennent nous dire que l’islam n’est pas antisémite.


      • Martin D 10 mars 2009 14:58

        en effet, je suis d’accord avec vous...il ne faut pas mélanger le message divin de ce que pratiquent les gouvernements ou les Hommes !


      • docdory docdory 10 mars 2009 14:59

         @ Ambre 

        Ben voyons ... !!!! 


      • mcm 10 mars 2009 10:07

        Où sont les féministes enflammées ? Disparues, évanouies, volatilisées, muettes !


        • COLRE COLRE 10 mars 2009 10:14

          dis-donc, mcm, les femmes, ça bosse, et ça n’a pas de temps à perdre aux commérages continuels de Agoravox ! ne te trompe pas d’adversaire, stp.


        • mcm 10 mars 2009 10:18

          Pardon Colre, j’ai tant de fois constaté ce silence complaisant, cette auto-censure dès qu’il s’agit de l’islam, que je provoque pour ameuter la foule. 


        • ThatJazz ThatJazz 10 mars 2009 10:38

          Je pense pas que ce soit de la complaisance mais tout simplement parce que ça tombe sous le sens. Enfin de mon point de vue. C’est un peu comme si on faisait un sujet sur la dictature nord coréenne en disant que décidément là bas les gens sont pas libres.

          C’est évident que l’islam opprime les femmes, comme les autres religions l’ont fait. Mais j’ai bon espoir, je pense que l’islam d’ici une trentaine d’année va se séculariser, se laïciser progressivement. Au fond le stigmatiser est contre productif ça encourage les gens à persévérer dans ce qu’ils pensent être des traditions. Il ne faut pas prendre les musulmans pour des gens moins intelligents que nous, ils sont très capable de se débrouiller et d’évoluer tous seuls, comme on l’a fait à une époque.


        • mcm 10 mars 2009 10:56

          That Jazz,

          Mais que dites vous ? Nous devons attendre que les musulmans daignent mieux traiter les femmes et nous taire en attendant parce que la critique serait contre-productive !

          Je ne me tairais pas plus aujourd’hui que demain, par notre révolte, moi et quelques membres de ma famille avons réussi à arracher nos soeurs et notre mère des griffes de l’islam.

          Je me tairais pas.



        • Senatus populusque (Courouve) Courouve 10 mars 2009 10:59

          Ernest Renan :

          « L’islamisme ne peut exister que comme religion officielle ; quand on le réduira à l’état de religion libre ou individuelle, il périra. L’islamisme n’est pas seulement une religion d’État, comme l’a été le catholicisme en France, sous Louis XIV, comme il l’est encore en Espagne ; c’est la religion excluant l’État, c’est une organisation dont les États pontificaux seuls en Europe offraient le type. […] L’islam est la plus complète négation de l’Europe ; l’islam est le fanatisme […] le dédain de la science, la suppression de la société civile ; c’est l’épouvantable simplicité de l’esprit sémitique, rétrécissant le cerveau humain, le fermant à toute idée délicate, à tout sentiment fin, à toute recherche rationnelle, pour le mettre en face d’une éternelle tautologie : Dieu est Dieu. »

          De la part des peuples sémitiques dans l’histoire de la civilisation, 1862.


        • ThatJazz ThatJazz 10 mars 2009 12:07

          Je ne dis pas qu’il ne faut pas critiquer, mais qu’il faut éviter de stigmatiser. Et puis il faut faire une différence entre les musulmans issus de l’immigration que nous avons en France et ceux du Maghreb ou du Moyen Orient. Les musulmans de France sont issus de familles qui sont arrivées dans les années 60, et qui ont gardé dans leur tête l’organisation sociale, religieuse et familiale de leur pays dans les années 60. Mais pendant ce temps, les choses ont bougé dans les pays d’origine. En plus, la majorité des immigrés sont originaires de zones rurales souvent bien moins évoluées que les zones urbaines. Tout ça vous donne un islam européen qui paradoxalement est souvent plus intégriste que celui des pays d’origine -à quelques exceptions près bien sûr-. Quand vous observez les turcs du bosphore, et les émigrés turcs d’anatolie vous n’avez pas vraiment l’impression de parler du même peuple, de même pour les marocains urbains et les émigrés marocains ruraux. Faut pas simplifier à l’extrème. D’ailleurs, le fait de prendre tous les musulmans pour une unité c’est de la propagande...islamiste. Il n’y a plus d’unité depuis le 17ème siècle, chaque pays, chaque peuple a ses spécificités. L’islam comme le christianisme a de multiples branches, et le wahabisme de Ben Laden n’en est qu’une partie à l’origine ultra minoritaire.

          Pour les effets contre productifs de la stigmatisation je vous donne un exemple : l’excision. Les campagnes de prévention des ONG portent leurs fruits lentement, mais les mentalités commencent à progresser. On m’a raconté l’histoire suivante : dans une région d’Afrique où l’excision était pratiquée, des femmes locales avaient commencé à expliquer les dangers de cette opération et petit à petit les gens avaient arrêté d’exciser leurs fillettes. Et puis un jour, des féministes américaines sont arrivées en brandissant des ciseaux et en criant à la barbarie. En quelques jours toutes les fillettes ont été excisées et tout était à refaire.


        • masuyer masuyer 10 mars 2009 13:04

          That Jazz,

          le bon sens ça fait du bien.

          Merci pour votre commentaire intelligent.


        • Annie 10 mars 2009 14:28

          Tout à fait, Colre, on ne peut pas tout faire, défendre la cause des femmes et bosser. 
          Quoique j’avais l’intention d’apporter ma contribution à cet article. Je viens de lire un article sur les femmes en Iran, où la situation est loin d’être idéale. Mais je crois que les articles sur AV donnent une image un peu faussée de ces femmes en laissant croire qu’elles sont totalement démunies et impuissantes à lutter contre l’ordre établi. En particulier les jeunes et les plus aisées financièrement essayent de faire bouger les choses. Je suppose que vous avez entendu parler des compagnies de taxis qu’elles ont montées en Iran, des taxis conduits par les femmes pour les femmes. C’est un début, très modeste, qu’il faut applaudir mais il faut aussi leur laisser le choix des moyens parce qu’elles se trouvent en première ligne. J’ai trop en mémoire le nombre de femmes qui ont été assassinées en Afghanistan après avoir remis en question l’ordre établi sur les conseils d’ONG bien intentionnées. C’est pour cette raison aussi que je crois qu’il est difficile de nos jours pour une institution internationale comme l’ONU de légiférer dans un sens ou un autre sans se faire accuser de néo-colonialisme. Il n’y a qu’à voir ce qui se passe au Soudan.
          Je voudrai aussi rappeler à tout ceux qui évoquent la normalisation de la situation en Iraq que cette dernière se fait au dépens de la liberté des femmes. 
          Tout cela pour dire que je n’ai aucun problème pour condamner les restrictions de liberté et les exactions commises contre les femmes en vertu de la loi musulmane. Simplement il m’est plus facile de changer les choses autour de moi que dans d’autres pays, surtout quand de telles inégalités sont totalement institutionnalisées. 


        • gaiaol 10 mars 2009 15:38

          comprendre sans condamner ces societes... parce que le poids de siecles d oppression autant religieuse que traditionnelle sans oublier le politique, facteur tres puissant. merci annie. au fond, il s agit simplement d etre (le verbe) humain


        • COLRE COLRE 10 mars 2009 10:08

          @l’auteur,

          Permettez-moi de vous féliciter de cet article d’une très grande clarté et qui est un véritable coup de poing dans l’estomac veule de la bien-pensance misogyne.

          Pour l’instant, ils accusent le coup et se taisent, comme le dit mcm, ils sont occupés ailleurs : les centaines de millions de femmes ne les intéressent pas vraiment, en réalité, sinon silencieuses et obéissantes, "discrètes", disait l’un d’eux.

          Comme vous êtes un homme, et d’origine iranienne, ils ne savent encore comment vous aborder. Ils ne peuvent pas vous traiter de "vieilles féministes bourgeoiso-occidentaless hystériques". Nul doute que certains resortiront l’injure de "traître" ou de "carpette de ces dames" ou bien considéreront comme ailleurs que vous n’êtes pas un "homme, un vrai"…

          Bravo, en tout cas, et merci de dire L’ÉVIDENCE. Une situation ignoble, visible par tous, mais qu’on préfère ne pas voir et nier… Ils ont tellement mieux à critiquer !

          L’histoire leur donne rendez-vous : dans moins d’un siècle, notre beau monde misogyne, voire islamo-mysogine, comme vous dites, seront vus comme les vrais esclavagistes du passé.


          • mcm 10 mars 2009 10:11

            Colre, vous savez que je vous aime vous ? Merci mille fois d’être là ! Je salue votre probité.


          • COLRE COLRE 10 mars 2009 10:15

             smiley bon, ça va…


          • mcm 10 mars 2009 10:23

            Capitaine, je comprends votre indignation, mais vous rappelle qu’une excommunication est un moindre mal comparé aux monstruosités mysogines de l’islam.

            Ceci dit je suis d’accord sur ce point : Les curés rabbis et imams à la plume et au goudron.


          • Bois-Guisbert 10 mars 2009 11:35

            Notre enfoiré benêt de Benoît qui excommunie la maman d’ une petite fille de neuf ans qui l’ a autorisé d’ avorter suite à un viol

            Vous ne savez pas de quoi vous parlez. Ce n’est pas Benoît XVI qui excommunie, c’est l’Eglise. Parce qu’elle ne peut pas faire autrement.

            Pour des gens qui croient en Dieu et qui, de surcroît, professent que toute conception a été voulue par Dieu, cette excommunication est dans l’ordre des choses. Et c’est la non-excommunication qui n’y serait pas, dans l’ordre des choses.

            Vous, vous ne croyez pas en Dieu et vous êtes incapable de comprendre cela, moi, je n’y crois pas non plus, mais je comprends parfaitement.

            J’ajoute que l’attitude collaborationniste qui consiste, très hypocritement, à défendre implicitement les musulmans, en suggérant que nous ne sommes pas mieux qu’eux est particulièrement répugnante.


          • Gazi BORAT 10 mars 2009 11:45

            @ BOIS-GUIBERT

            Les logiques religieuses peuvent nous étonner parfois.

            Ainsi cet exemple (tiré de Léo Taxil), souvent utilisé par les anticléricaux du début du siècle :

            Un homme fait un repas pantagruélique dans un restaurant. A la sortie, il est poignardé par un quidam et meurt sur le coup.

            L’assassin est condamné à mort et se confesse, comme il était alors d’usage, à un prêtre avant de monter sur l’échafaud.

            Conséquences : La victime du meurtre descend en enfer car morte en état de péché mortel, sans confession ni absolution. L’assassin, lui, monte au ciel.

            "Collaborationniste" est pour vous un adjectif infâmant ? Vous m’étonnez !

            gAZi bORAt


          • Bois-Guisbert 10 mars 2009 12:32
            « Les logiques religieuses peuvent nous étonner parfois. »
             
            Cela n’empêche pas d’en prendre acte.

            « Ainsi cet exemple (tiré de Léo Taxil), souvent utilisé par les anticléricaux du début du siècle...  »
             
            L’exemple est mauvais. La gourmandise est un péché capital, pas un péché mortel. Il aurait donc fallu faire sortir le quidam du One Two Two, du Panier fleuri ou du Chabanais. De plus, Dieu seul sait si la victime a eu, ou non, le temps de se repentir… Et Léo Taxil est un farceur lourd, assez peu fréquentable...

            « "Collaborationniste" est pour vous un adjectif infâmant ? Vous m’étonnez ! »
             
            C’est parce que vous ignorez tout de moi.
             
            Savez-vous, par exemple, que je n’ai même pas à me cacher derrière un antisionisme de façade pour dissimuler un antisémitisme que je n’éprouve pas, en dépit d’un grand-père assez remonté contre le peuple élu...

          • Bois-Guisbert 10 mars 2009 15:20

            Vous avalisez par le fait qu’ une fillette de neuf ans , violée , accouche de jumeaux ?

            Non.

             Que ces idiots congénitaux n’ excommunient pas l’ auteur du viol , qu’ il n’ excommunie pas les pédophiles , que Wiliamson raconte ses fadaises , vous êtes pour cette religion là ?

            Non.

            P.S. - Ne répondez pas "Alors, je ne comprends pas", je sais d’ores et déjà que vous en êtes incapable smiley


          • COLRE COLRE 10 mars 2009 10:49

            Bien sûr haddock, cette excommunication m’a scandalisée !! pauvres crétins pour qui l’avortement d’une quasi enfant de 9 ans, du fait d’un viol est contraire aux lois de Dieu et mérite l’ex-communication, alors que le violeur d’une quasi enfant de 9 ans ne le mérite pas !!! cela montre bien la misogynie structurelle des religions faites par les hommes et pour les hommes !!!

            En revanche, en 1905, on s’est battu pour que ces crétins irresponsables n’aient aucun pouvoir politique. Ce n’est pas le cas de l’Islam qui impose sa LOI temporelle. C’est donc cela qu’il faut combattre et dénoncer, toujours et toujours. On ne mélange pas tout.


          • Senatus populusque (Courouve) Courouve 10 mars 2009 10:54

            L’avortement est moins grave que la croyance à un "Dieu"


          • Gazi BORAT 10 mars 2009 11:11

            A COLRE

            • "En revanche, en 1905, ON s’est battu pour que ces crétins irresponsables n’aient aucun pouvoir politique"

            Vous luttiez déjà en 1905 contre la veulerie de la bienpensance ?

            Total respect pour la constance de votre combat !

            gAZi bORAt

          • mcm 10 mars 2009 11:18

            Brillante diversion sur l’emploi du pronom personnel "on" ! 


          • Gazi BORAT 10 mars 2009 11:38

            @ MCM

            "Brillante" analyse !

            gAZi bORAt


          • Olga Olga 10 mars 2009 12:37

            @Gazi BORAT
            Pas terrible votre allusion sur le "ON" et sur "1905"... D’autant plus que si je dis "on s’est battu en 1905" il va de soi à la lecture de la phrase que je ne m’inclus pas dans ce "on". smiley 
            Par contre vous pouvez y aller sans hésiter avec mcm, qui se décrivait il y a encore peu de temps comme un débatteur poli, posé et respectueux des autres, alors qu’il ressemble de plus en plus à un troll aigri, malpoli, insulteur... smiley 
            Tiens, je reprends le commentaire de Colre :
            dis-donc, mcm, les femmes, ça bosse, et ça n’a pas de temps à perdre aux commérages continuels de Agoravox  ! "
            Il aurait pu comprendre que ça s’adressait à lui, que ce commérage continuel c’était le sien, que le "les femmes ça bosse" pouvait laisser penser que lui par contre il avait un temps libre plus que conséquent, malheureusement mal utilisé... Mais non, il continue sa petite occupation de troll, tout fier qu’il est de passer son temps à raconter sa vie (pour mieux dénigrer celle des autres), insulter, provoquer, menacer, avec toute la nuance qu’on lui connait... smiley 
             


          • Gazi BORAT 10 mars 2009 13:22

            @ OLGA

            J’ai cédé à la facilité et à une de mes lubies : je suis allergique au "ON", inclusif et terroriste...

            gAZi bORAt


          • Axel Axel 10 mars 2009 13:58

            Tout à fait Gazi. "On, c’est con".


          • mcm 10 mars 2009 14:00

            Ma pauvre Olga que vous dire ?

            C’est moi qui trolle mais vous qui parlez de tout sauf du sujet.
            C’est moi l’agresseur mais vous qui m’agressez sans même que je vous hèle.

            Vous avez le réflexe typique que tous les athée islamophiles d’agoravox, ne pouvant contrer un ex musulman sur sa connaissance de l’islam, vous exprimez votre vacuité inepte dans des attaques ad hominem récurrentes.

            Dites moi voir que connaissez vous de l’islam ? Vous avez mangé du couscous dans un restaurant marocain ? Vous avez acheté un tapis oriental à la redoute ?

            Dire que cet article est un plaidoyer pour les droits de la femme, et qu’il faut encore que des hommes engagent ce combat à votre place, vous n’en avez pas assez de nier votre propre civilisation, d’être traitresse à votre propre genre ?


          • Gazi BORAT 10 mars 2009 15:59

            @ MCM

            Mis à part vos problèmes de famille passés que vous nous assénez à longueur de posts et auxquels vous donnez une dimension universelle... vos talents d’islamologue sont des plus légers..

            Par contre, vous êtes experts en copié-collé de sites spécialisés dans la haine raciale. Je me souviens avec émotion du jour où vous nous avez envoyé sur des statistiques recensant les viols dont les Noirs se rendent coupables envers les Blancs !

            Un peu comme si Dieudonnée M’bala s’estimait connaisseur du judaïsme pour avoir travaillé en duo avec son ex-pote Elie..

            gAZi bORAt


          • mcm 10 mars 2009 10:59

            Les membres de la ouma et leurs amis athées coraniques, ne pipent pas un mot, mais passent moinsser avec vigueur !


            • Vrai/Faux 10 mars 2009 11:09


              Des hommes et des femmes comme Rashidian continuent d’accabler le passé pour ne pas admettre que c’est bien leur conduite passée en Iran en 1979 qui a conduit à la montée de l’islamisme mondial contemporain. Il y a une terrible injustice, ceux-là mêmes, qui ont anéanti bien des rêves en sacrifiant un pays pour assouvir une vengeance personnelle, sont aujourd’hui célébrés en France et dans le monde qui semblent désemparés et tremblotants devant cet islam jihadiste arrogant.

              Les ex-Pompiers Pyromanes iraniens en lutte contre le Jihad !
              07.03.2006

              Les ex-Pompiers Pyromanes : Jahanshah Rashidian, Maryam Namazi et Chahla Chafiq

              http://www.iran-resist.org/article1675.html


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès