Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Jusqu’où Bush s’obstinera-t-il au Moyen-Orient ?

Jusqu’où Bush s’obstinera-t-il au Moyen-Orient ?

G.-W. Bush perd des points dans sa stratégie contre l’Iran. Ses alliés lui font défaut les uns après les autres, tandis que la situation de ses troupes en Irak s’aggrave de jour en jour. Jusqu’où va-t-il s’obstiner, dans sa conquête du Moyen-Orient ?

Libéré pour un temps du problème coréen par les Accords de Pékin, remettant à plus tard la déstabilisation de Chavez au Vénézuela, le gouvernement américain concentre son activité vers un objectif unique, lieu de villégiature paradisiaque pour les capitaux occidentaux : l’Iran. Son pétrole, son gaz, ses pipe-lines. Trois bonnes raisons pour dépendre économiquement, politiquement et militairement des Etats-Unis.


Un enjeu majeur dans la quête d’hégémonie

La mainmise sur la production de gaz et de pétrole ne représente pas le seul enjeu d’un conflit éventuel.

Sur le plan géostratégique, l’Iran procure un débouché naturel aux hydrocarbures de la Mer Caspienne et permet le contrôle du Golfe persique. Trois navires US de support de troupes de débarquement font route en ce moment vers le golfe avec 6000 marines et des avions d’appui feu. On leur prête l’intention de s’emparer des îlots que l’Iran contrôle aux abords du détroit d’Ormuz.

La branche Sud de la route de la soie traverse le pays d’Est en Ouest (la Russie et le Kazakhstan se partagent le contrôle de la branche Nord). Cette route, que l’on pourrait rebaptiser route du pétrole, représente un enjeu essentiel aux liaisons terrestres entre l’Europe et la Chine. Pékin travaille à créer une voie de chemin de fer gagnant directement l’Europe afin de briser la quasi-insularité dont souffre la Chine pour le transport de ses marchandises. La déstabilisation du Baloutchistan, théâtre de récents attentats et destiné à être séparé de l’Iran dans le cadre du plan américain pour le Moyen-Orient, permettrait d’installer dans cette province iranienne un gouvernement fantoche propre à contrôler cette route.

Tenir l’Iran, c’est tenir la corde avec laquelle il sera possible d’asphyxier progressivement les Etats émergents d’Asie. C’est également s’emparer d’un maillon capital (avec la Syrie) de la chaîne logistique qui alimenterait des troupes en vue de contenir militairement les deux rivaux des Etats-Unis que sont la Russie et la Chine. L’administration Bush est bien décidée à reprendre à son compte le rêve d’Alexandre et de Napoléon : contrôler la Méditerranée et le Moyen-Orient jusqu’à l’Indus dans le but d’exercer sa prééminence sur l’essentiel du commerce mondial.

Sans l’Iran, ce rêve restera inaccessible. Bush a besoin pour y parvenir de prétextes, de nombreux alliés et de solides bases arrière. Sur ces trois points l’administration Bush semble s’engager dans des impasses.

Les prétextes

Le conflit qui se prépare en Iran prend prétexte d’un postulat (la volonté soi-disant affirmée par Ahmadinejab d’anéantir Israël), d’un a priori (l’Iran préparerait une arme nucléaire afin de parvenir aux fins prétendument avouées), et d’un fait indiscutable (le soutien iranien aux milices chiites dans l’insurrection irakienne).

Sur le premier point, Ahmadinejab a réellement dit que la page du régime sioniste à Jérusalem devait être tournée, comme l’ont été celles de l’Union soviétique ou de la monarchie iranienne. Il n’a pas dit qu’Israël, la Russie ou l’Iran devaient être rayés de la carte. Le reste procède de la désinformation, curieusement amorcée par l’agence iranienne INRA. Le jeu de l’Iran apparaît à la lumière du cheminement de cette information. En aggravant les propos du sous-chef de l’Etat, les mollahs ambitionnent d’aggraver la déstabilisation du Moyen-Orient entreprise par les Etats-Unis dans l’espoir d’étendre leur emprise sur le monde chiite et de faire reculer l’influence wahhabite soutenue par les pétrodollars saoudiens. La seule façon pour l’Iran d’anéantir Israël, non limitrophe, serait l’emploi massif d’armes nucléaires, provoquant par la même occasion la destruction de l’Iran et son incapacité à devenir un acteur majeur du Moyen-Orient.

Quelque effort que l’on puisse faire pour affranchir l’Iran d’une volonté de disposer de l’arme nucléaire, la centrale à eau lourde de Nataz oppose un démenti définitif. Cette centrale servira à produire du plutonium dont l’usage ne convient pas à beurrer des tartines. Il faut cependant une profonde mauvaise foi pour ne pas convenir que, coincés entre une Russie qui convoite depuis des siècles cet accès au Golfe persique, un Etat d’Israël qui sert d’armée de secours aux ambitions américaines et un Irak qui a déjà mené contre eux une longue guerre avec le soutien des occidentaux, les Iraniens convoitent légitimement un moyen de dissuasion propre à leur garantir une relative sécurité. D’autant que la bombe iranienne ne pourra servir de prétexte à une intervention armée que pour le temps où l’Iran ne la possèdera pas. Ensuite, il sera trop tard, prouvant la chose par son accomplissement. Qui craint les très réelles bombes pakistanaises ou indiennes ? Ne tombons pas dans l’hypocrisie qui consiste à dire que ces bombes, ne visant pas Israël, ne menacent personne. Cent soixante-dix millions de Pakistanais et un milliard d’Indiens reçoivent, nul n’en doute, la même considération de notre part que sept millions d’Israéliens. Nous pensons simplement que l’équilibre de la terreur ayant été atteint dans le sous-continent indien, la dissuasion rend impossible l’utilisation de telles armes. La menace d’une agression nucléaire de l’Iran contre Israël ou tout autre Etat du Moyen-Orient relève de la même chimère. Libéré de son droit de réserve par son prochain départ à la retraite, bon connaisseur du Moyen-Orient et de la chose nucléaire (il a quand même le doigt sur le bouton !), Chirac a tenté de remettre à sa place une éventuelle menace en la replaçant dans le contexte de la dissuasion. C’est à cet équilibre que veut parvenir l’Iran.

L’Iran ne pourrait non plus agresser avec une arme nucléaire un de ses voisins arabes sans perdre tout soutien populaire. Reste la Russie, la Chine, l’Europe ou, pourquoi pas, les Iles Kerguelen qui se révèlent dans cette logique une cible tout aussi plausible.

Reste le soutien iranien à la rébellion chiite en Irak. Dans un premier temps, tant que les forces soutenues par Téhéran s’appliquaient à instaurer le chaos, l’administration Bush a fermé les yeux sur leurs agissements. Elles coopéraient de facto avec les Américains dont le but est de reproduire un scénario yougoslave afin de créer de petits Etats entièrement sous contrôle. Face à la montée de la menace américaine à son égard, Téhéran entraîne les résistants irakiens à une guerre de quatrième génération contre la plus forte armée du monde, non sans succès. À la solution de Bush de détruire l’Iran pour le contraindre à cesser d’abattre ses hélicoptères, le bon sens populaire en propose une autre : le retour à la maison des troupes américaines.

Ces trois casus belli brandis par l’administration Bush recèlent un caractère hautement polémique. Même réunis, ils ne sauraient justifier une agression contre l’Iran, sauf à les accepter d’emblée pour ce qu’ils sont : un caprice du prince auquel il serait malséant de s’opposer. Mais nous ne sommes plus au Moyen Age.

Les vraies raisons qui poussent Bush dans une attaque aventureuse contre l’Iran, développées au début de cet article, ne peuvent quant à elles faire l’objet d’une communication de la Maison Blanche.

L’administration Bush semble l’avoir compris. L’opinion publique a maintenant le regard attiré sur le militarisme croissant de la Syrie dont les troupes sont priées de rester bras ballants après l’attaque du Sud-Liban. État souverain, la Syrie se préoccupe naturellement de la sécurité de ses frontières. Pour quelle raison donnerait-elle un prétexte d’invasion à Israël ? Cette agitation sur le Golan est à même cependant de mettre le feu aux poudres. En cas d’agression, l’Iran pourrait se sentir contraint d’intervenir et d’exposer de la sorte son territoire aux bombes américaines qui rouillent dans leurs conteneurs. Ce qui est, depuis longtemps, très mal vu du Pentagone.

Bush, c’est plus mon copain

La belle unité de façade qui rassemblait les nations démocratiques avant la seconde Guerre du Golfe se lézarde sérieusement face à la difficulté de la chose. Tant qu’il s’agissait de promener ses troupes en Mésopotamie (ses ruines historiques, son climat, son peuple accueillant), l’intervention relevait de l’impérieuse nécessité de défendre nos valeurs humanistes. Le réchauffement du climat belliqueux de la région la rend d’un coup moins accueillante. Tour à tour, Japonais, Polonais, glorieux alliés britanniques - et j’en oublie beaucoup - mettent un terme à leur séjour. Quant à poursuivre l’aventure vers l’Iran, cela ne tente vraiment personne. L’expérience afghane suffit à empoisonner l’atmosphère.

En Italie, le gouvernement Prodi vient de tomber pour avoir voulu soutenir l’extension de la base américaine de Vicenza.

L’allié turc lui-même se rappelle soudainement que son indéfectible alliance avec l’Occident ne saurait le détourner des devoirs que lui impose sa fraternité millénaire avec l’Iran. Fraternité sur le dos d’un peuple kurde auquel l’Amérique promet l’indépendance. Ankara n’apprécie pas et le fait savoir clairement.

À la manière d’une femme battue ayant quitté son mari pour se précipiter chez le bon docteur Petiot, les Etats de l’Europe de l’Est, l’Ukraine et la Géorgie pourraient bientôt constituer les plus sûrs soutiens des Etats-Unis. L’indigence de leurs armées ne représente cependant pas l’apport stratégique que recherchent les Etats-Unis pour poursuivre leur conquête de l’Est.

Hormis Israël, Bush n’a plus d’allié capable de l’épauler efficacement dans ses rêves de puissance. Il est parvenu par sa croisade hégémonique au Moyen-Orient à exacerber, à l’encontre des Etats-Unis, les ressentiments de ses plus vieux alliés historiques.

S’ils vont en Iran, les Etats-Unis devront y aller seuls, avec Israël.

Des bases vulnérables.

L’explosion de deux bases américaines en Irak ces derniers mois constitue certainement la plus grave menace contre un déploiement de troupes américaines au Moyen-Orient. La résistance musulmane rêve de rééditer cet exploit. L’Iran la dote d’un matériel considérable, et pas seulement au Liban. Cette vulnérabilité s’est trouvée renforcée par les manifestations populaires en Italie. Gageons que les services secrets américains sont en ce moment tous sur le pont afin de débusquer tout mouvement arabe susceptible d’arroser de missiles les bases américaines de par le monde.

Le déploiement des porte-avions américains montre que l’administration Bush ne dispose plus que de sa marine pour garantir la sécurité de ses soldats loin du sol natal.

De plus en plus isolé diplomatiquement sous la pression des populations et des groupes économiques qui auraient tout à perdre dans une déflagration au Moyen-Orient (ceux qui ne dépendent pas du complexe militaro-pétrolier), Bush ne dispose plus de marge de manœuvre.
Pour retrouver la confiance des populations et entraîner de nouveau les gouvernements occidentaux dans la prolongation de sa croisade, il faudrait un nouveau onze septembre. Cette dernière éventualité est très sérieusement envisagée par l’ancien conseiller à la Défense nationale et porte-parole de nombreux think-tanks américains, Zbigniew Brzezinski.

Renaud Delaporte

Sources principales :

Agence Ria Novosti
Contreinfo
Dedefensa
Département d’Etat
Iran Resist
Agence de presse de la République islamique

Mondialisation.ca
World Socialist Web Site

....et mon blog


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (370 votes)




Réagissez à l'article

486 réactions à cet article    


  • alpo47 (---.---.222.233) 23 février 2007 11:32

    Bravo pour votre argumentation, exhaustive et s’efforçant de décrypter les intentions cachées des uns et des autres..

    Notamment, de l’Amérique de Bush, qui s’efforce de controler les routes du pétrole, les pays producteurs, et fait de la Chine son nouvel ennemi, en plus de l’Islamisme, pour justifier la formidable course à l’armement lancée aux USA. Le GVT américain s’efforce de refaire la manipulation médiatique qui a précédé l’invasion de l’Irak, mais les cartes commencent à lui échapper.

    Peut être pourrait on ajouter qu’on ne parle jamais des 200 à 400 têtes nucléaires Israeliennes, que personne ne remet en cause. Comment se fait il ?

    Et se demander, au nom de quoi, de quel principe, ceux qui ont la bombe atomique, refusent aux autres le droit de la fabriquer, même s’il est évident que cette prolifération, entre des mains de moins en moins « responsables » ne peut qu’inquiéter. Ne perdons pas de vue, tout de même, que le seul pays à l’avoir utilisé, c’est les USA, et contre un ennemi qui cherchait désespérément à négocier sa reddition.

    J’ai peur que mis en minorité chez lui, voyant ses anciennes alliances se défaire, Bush, avec derrière lui, les lobbies qui « l’animent », ne pratique la « fuite en avant » et ne remette en danger les différents équilibres.

    Nous sommes tous en danger.


    • U.S. Air Force (---.---.113.30) 23 février 2007 11:57

      Bush peut jeter des bombes et des armes nucléaires tactiques sur Busheer(Siemens S.A.) mais les troupes ne sont pas combat-prêt pour une telle escalade à descendre toute la route longue à Téhéran. Et les juifs n’ont qu’une grande gueule. Un mecontentement d’un Ambassadeur Français : « that shitty little country »(A Look at The ’Powerful Jewish Lobby’ par Mark Weber((16) D. Davis, « French Envoy to UK : Israel Threatens World Peace, » Jerusalem Post, Dec. 20, 2001. The French ambassador is Daniel Bernard)) Mark Weber is director of the Institute for Historical Review. He studied history at the University of Illinois (Chicago), the University of Munich, Portland State University and Indiana University (M.A., 1977). For nine years he served as editor of the IHR’s Journal of Historical Review ).


    • Captain Flint (---.---.17.100) 23 février 2007 12:36

      Sur le point de l’utilisation de l’arme atomique par les USA contre le Japon lors de la Seconde Guerre Mondiale, il y a une erreur dans vos connaissances.

      Il est certes communément admis que le Japon voulait se rendre, mais ce n’est pas la vérité. Avant l’utilisation des armes, Hirohito refusait toujours la réddition, même si la partie civile de son gouvernement était de plus en plus divisé sur ce point. Mais comme le cabinet impérial était contrôlé par des militaires bourrus, aucune reddition en vue. L’usage des bombes n’a également pas eu autant d’effet que souhaité et, comme en attestent plusieurs documents de l’époque, le Japon aurait même minimisé leur effet en parlant de « quelques bombes incendiaires » pendant un premier temps. Le véritable déclencheur de la reddition du Japon fût l’invasion de la Mandchourie par la Russie (le Japon redoutant plus, comme Hitler, de se rendre aux communistes qu’aux américains).

      C’était juste pour préciser ce petit point.


    • (---.---.37.71) 23 février 2007 12:39

      Redition sans condition, c’est la seul chose acceptable, évidement (qu’est ce que tu veux négocier ? Qu’ils gardent leurs esclaves coréens ?)


    • alpo47 (---.---.75.39) 23 février 2007 13:30

      Je ne suis pas historien, il m’est cependant arrivé d’en écouter, notamment sur la 5, s’exprimer ces derniers temps sur le sujet de l’utilisation de la bombe atomique par les USA. Ils semblent avoir tendance à réécrire les anciens livres d’histoire, auxquels, je pense, vous faites référence.

      Il se serait essentielement agi pour Roosewelt, de démontrer à la face du monde, notamment de l’URSS, que les USA avaient une « arme de destruction massive », pour confirmer leur hégémonisme, alors que la reddition Japonaise n’était plus qu’une question de temps. Hiroshima et Nagasaki en auraient fait les frais.

      Laissons encore quelques temps, l’histoire se décanter..


    • cestpaspermis (---.---.146.34) 23 février 2007 14:52

      Ce n’est pas Roosevelt qui a envoyé la bombe, mais Truman, le fasciste.


    • TB (---.---.21.162) 25 février 2007 08:57

      « Sous la direction du physicien Robert Oppenheimer et du général Leslie Groves, le projet fut lancé en 1942 dans le plus grand secret, suite à une lettre d’Albert Einstein au président Roosevelt selon laquelle l’Allemagne nazie travaillait sur un projet équivalent.

      Le projet Manhattan conduisit à la conception, la production et l’explosion de trois bombes atomiques. La première, une bombe au plutonium (appelée « Trinity »), fut testée le 16 juillet 1945 dans le désert près d’Alamogordo dans l’état du Nouveau-Mexique. Les deux suivantes, l’une à l’uranium et l’autre au plutonium (appelées « Little Boy » et « Fat Man »), furent larguées respectivement sur les villes japonaises de Hiroshima le 6 août 1945 et Nagasaki le 9 août.

      En 1945, le projet employait plus de 130 000 personnes. Il coûta près de deux milliards de dollars au total. »

      « Dans la matinée du 6 août de la même année, le président Harry Truman, qui a succédé à Franklin Roosevelt décédé le 12 avril, donne l’ordre de larguer une bombe atomique sur un objectif civil, la ville d’Hiroshima, avec pour objectif de faire capituler le Japon.

      Même aujourd’hui, les raisons de cette décision sont loin d’être parfaitement connues. Il faut en effet se rappeler que le projet Manhattan visait initialement l’Allemagne et non pas le Japon. »

      « La Commission MAUD marque le commencement du projet britannique de bombe atomique, avant que le Royaume-Uni ne joigne ses forces avec les États-Unis dans le Projet Manhattan. »

      Ce que les livres (scolaires) d’Histoire nous apprennent moins c’est ceci :

      « Les physiciens commencent à envisager l’emploi de l’énergie atomique et de la bombe atomique dans les années 1930 :
      - L’arrivée au pouvoir de Hitler en Allemagne déclenche une fuite des cerveaux immédiate dès 1933, y compris des savants de confession juive qui contribuèrent ensuite de façon décisive aux filières française et britannique ; la bombe allemande ne vit jamais le jour malgré les travaux de l’institut de chimie Kaiser-Wilheim de Berlin pendant la guerre.
      - Les découvertes et travaux effectués au Collège de France par Frédéric et Irène Joliot-Curie, Hans Halban et Lew Kowarski en 1939 et 1940 sont significatifs. Des communications sont faites et des brevets pris à cette époque. Un de ces brevets porte sur les Perfectionnements aux charges explosives, « brevet d’invention n° 971-324, demandé le 4 mai 1939 à 15h35 à Paris ».
      - La commission MAUD britannique est lancée pendant la drôle de guerre et récupère les résultats de la filière française après la débâcle de la bataille de France en mai 1940. »

      « En 1935, Frédéric et Irène Joliot-Curie partagent le Prix Nobel de chimie. Ils travaillent dès 1939 sur le projet d’une bombe atomique française (pour laquelle ils déposèrent un brevet [ci-dessus]. Le programme nucléaire militaire français est le plus avancé de l’avant-guerre. Mais ce sont les Américains, avec le titanesque projet Manhattan, qui aboutissent le 16 juillet 1945 à l’explosion de la première bombe atomique dans le désert du Nevada. »

      Voila pourquoi, la France entra ensuite dans le Conseil de Sécurité, le Commissariat à l’Energie Atomique fut créé sous la direction (commissaire) de ... Irène Joliot-Curie dès 1946.

      Aujourd’hui, le CEA, dont le statut est celui d’un établissement public à caractère scientifique, technique et industriel, a pour mission de développer les applications de l’énergie nucléaire dans les domaines scientifique, industriel, et de la défense nationale. Il emploie environ 15 000 salariés. Son budget annuel est de 2,7 milliards d’euros.

      « En 1952, le centre d’études nucléaires de Saclay est ouvert sur un terrain de 271 hectares en plein plateau de Saclay.

      À Marcoule, sont successivement construits les réacteurs G1 (1956), G2 (1959) et G3 (1960) de type Uranium Naturel-Graphite-Gaz (UNGG). Une usine pour extraire le plutonium du combustible usagé est également construite. Grâce à ces installations, la France peut réaliser son premier essai nucléaire dans le Sahara en 1960, seulement deux ans après que la décision officielle ait été prise.

      À Pierrelatte, une usine d’enrichissement de l’uranium à usage militaire est construite. À Chinon, le CEA et EDF collaborent à la construction des réacteurs EDF 1 (1962, 68 MW), EDF 2 (1965, 200 MW) et EDF 3 (1967, 500 MW) de type UNGG.

      La guerre des filières oppose le CEA et EDF : le premier est partisan de la filière française Uranium Naturel Graphite Gaz tandis que le second défend la filière des réacteurs à eau pressurisée (Pressurised Water Reactor) d’origine américaine. En décembre 1969, le gouvernement tranche en faveur d’EDF et décide la construction d’une centrale à eau pressurisée à Fessenheim. » ....

      Sources Wikipédia


    • LE CHAT LE CHAT 23 février 2007 11:40

      Bravo pour ton bel article , jusqu’où le dingue du Texas va t il emener son peuple et continuer à saper la démocratie avec comme seul argument la loi du plus fort , la méthode du cow boy !

      J’attends le mage Arthur qui devrait jaillir de la forêt de Brocéliande avec son excaliburne ......


      • Arthur Mage (---.---.181.194) 23 février 2007 12:22

        Je vous prie d’éviter de voter autrement que pour dénoncer les trolls, ainsi qu’il a été prévu par le co-créateur de ce site ( http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=15173 ) : un trop grand nombre de votes négatifs risque en effet de mettre hors de vue les opinions minoritaires, ce qui est bien entendu néfaste à tout débat citoyen digne de ce nom.


      • Anthony Meilland Anthony Meilland 23 février 2007 12:31

        J’ai beau chercher l’anti-américanisme primaire dans l’article, je ne le trouve pas.

        Considères-tu que la critique du gouvernement américain est de l’anti-américanisme primaire ?

        Dans ce cas plus de la moitié des Américains sont anti-américains primaires !!!


      • faxtronic (---.---.127.45) 23 février 2007 15:58

        Mais Mage, tu es un troll


      • alpo47 (---.---.177.137) 23 février 2007 18:10

        L’intervention des « démocraties coalisées » en Irak ? Le bien, contre le mal ... zorro qui vient sauver les Irakiens ? D’ailleurs, une sacré réussite cette intervention, 300.000 morts, majoritairement civils, le chaos, la guerre civile. Rassurons nous, la production de pétrole a repris.

        Si Saddam était bien un (très) piètre personnage, des dizaines d’autres dictateurs dans le monde bénéficient de l’appui de ces mêmes démocraties, notamment des Américains.

        Désolé de briser quelque peu votre rêve, mais le monde n’est pas aussi simple (simpliste).


      • alpo47 (---.---.177.137) 23 février 2007 18:35

        Donc, si je vous suis, tous ces pays représentent le Bien.(regardez mieux, la plupart sont des "succursales américaines). Donc,logiquement, tous les autres doivent représenter le mal. Non ?

        Et si vous laissiez s’exprimer votre esprit critique pour regarder l’Histoire, depuis le seconde guerre mondiale ? Allez donc sur Google, tapez « interventions Américaines », militarisme ... vous aurez une liste des interventions et là , demandez vous : Quelle était la raison de chacune ? (plus de 70, je crois). Est ce que l’intervention au Vietnam était un combat du bien contre le mal ? Et au Nicaragua ? Et le blocus de Cuba qui dure depuis près de 50 ans ? etc .. ;etc...

        Hélas, si vous faites cela, objectivement, vous risquez une cruelle désillusion.


      • alpo47 (---.---.177.137) 23 février 2007 19:24

        Le régime de Saddam était-il criminel ? Oui. Y en a t il d’autres dans le monde ? Oui. Certains bénéficient ils du soutien de l’occident ? Oui. Et, quel est l’Etat le plus criminel de la planète ? Les USA, sans aucun doute ; si on se contente de relire l’histoire, pas de lire la propagande, par exempe des USA ou du Mossad.


      • (---.---.215.93) 23 février 2007 20:53

        sous prétexte de protéger coute que coute les états unis, mage s’acharne sur l’irak pour cacher l’apogée du cynisme et du sadisme. comment parvient-il avec une telle inconscience à justifier l’injustifiable sous prétexte que ce sont les américains qui mènent la danse de la mort ? à escamoter la terreur qu’ils ont fait naitre. ou sont le droit, la justice dans toute cette horreur que vit l’irak aujourd’hui ? mais tout s’expllique à partir du moment ou on comprend enfin qu’il est lui meme néocon, évangéliste et extrémiste.


      • JEFFBI (---.---.234.86) 23 février 2007 23:33

        fut un temps Mr Mage ou les personnes qui comme vous pensaient qu’une guerre était juste et que leur pays était dans l’erreur, partaient rejoindre les rangs de brigades internationales comme en Espagne 1936.

        ayez du courage et vivez l’ aventure extraordinaire de cette guere de libération au service de la démocratie dans le monde et engagez vous avec la coalition. Mettez vos compétences et votre vie au service de vos valeurs.

        Soyez l’ emblème de ces français fiers et dignes qui comme Papon et Bousquet et bien d’ autres en 1940 n’ont pas hésité avant de se mettre au service de leurs idéaux et de ceux qui les défendaient.

        l’ avneture de plus vous fera peut être réfléchir sur cette guerre minable et nauséeuse, inutile et arrogante, au service d’ une famille élargie de pétro-militaro-cowboys dont la vision du monde aussi basique que sectaire pousse l’ humanité toute entière vers le chaos .


      • JEFFBI (---.---.234.86) 24 février 2007 02:53

        des menaces ??? du calme mr Mage

        point n’était mon propos de comparer vos idées et celles de ces exemples mais uniquement mettre en relief la démarche d’adhésion a la politique et les idéaux d’ une puissance étrangère et les engagements que cela avait justifié. Mais vous n’êtes pas idiot et vous le savez aussi bien que moi en faisant semblant de vous offusquer.

        il faut parfois savoir mettre ses idées en perspective historique et se demander ce que l’ on peut faire pour la cohérence de celles ci : ces terribles exemples ont au moins eu le courage d’ aller au bout de leur logique.

        Je note que vous ne relevez pas l’ exemple « flatteur » de la guerre d’ Espagne bien que le régime stalinien y aie eu un rôle de soutien indiscutable ...barbaries sélectives ...

        Enfin quant à votre engagement, Mr Malraux Hemingway et consorts n’ étaient pas non plus des soldats à ma connaissance et ils ont su porter beaucoup plus haut et plus fort leur combat par leur engagement physique et littéraire à une époque ou la communication était beaucoup moins développée. Vos petites interventions sur le net, certes utiles et agréables à polémiquer, restent malgré tout très pantouflardes.

        la démocratie est en danger pourtant ???


      • (---.---.202.7) 24 février 2007 15:58

        Le mieux pour nous ET pour les néo-tarés ca serait de les parquer. La branche US en France, quelque part dans le Vercors, et la branche sarkozienne dans les Appalaches.

        Sans leurs passeports, s’entend.


      • (---.---.202.7) 24 février 2007 16:00

        Eh, le Mandarom, va t’occuper des tes majorettes ! smiley


      • benevole (---.---.51.155) 24 février 2007 21:06

        Il y a malheureusement un grand nombre d’individus pour boire la propagande officielle sans aucune forme d’esprit critique et pour énoncer des formules comme « anti-américanisme primaire » dont ils ne comprennent même pas le sens mais qu’ils croient magiques pour discréditer l’adversaire.

        Les Etats-Unis ont connu de très grands présidents : Abraham Lincoln, John Kennedy (et surtout son frère Bob dont la campagne promettait beaucoup) et enfin Jimmy Carter. Le point commun de ces hommes d’exception était de mettre en avant et d’incarner des valeurs de justice sociale, de respect des droits de l’homme. A ces hommes politiques, j’ajouterai aussi des hommes comme Martin Luther King ou Michaël Moore et je ne doute pas qu’il existe dans la population américaine quelques millions d’individus qui partagent les mêmes valeurs, hélas minoritaires.

        Pour le reste, et aussi longtemps que ces valeurs ne seront pas majoritaires aux Etats-Unis, je revendique mon anti-américanisme pour les raisons suivantes :

        1) Cette nation s’est bâtie sur le génocide du peuple indien.

        2) Cette nation s’est enrichie grâce à une importation massive d’esclaves africains.

        3) Cette nation impose au monde entier sa monnaie et ses lois économiques assassines dont le résultat est la mort de 24.000 personnes par jour des oeuvres de la faim.

        4) Cette nation est historiquement la seule suffisamment abjecte pour utiliser par deux fois l’arme nucléaire.

        5) Cette nation continue à développer des armes de destruction massive et à se surarmer comme l’Allemagne nazie au siècle dernier.

        6) Cette nation utilise ces armes : défoliants au Vietnam, uranium appauvri en Irak, bombes à fragmentation en Afghanistan et sa manière de combattre (bombarder à haute altitude pour éviter les défenses anti-aériennes et massacrer les populations civiles est la plus lâche qui soit.

        7) Cette nation a soutenu et soutient un grand nombre de dictatures et de démocratures, ces pseudo-démocraties à la botte des Etats-Unis qui lui prêtent son concours contre l’avis de 100% de la population (Jordanie, Egypte, Pakistan). Même Saddam Hussein a été soutenu et armé par les Etats-Unis en armes de destruction massive pour combattre l’Iran. Le coup d’Etat coûtant la vie à Allende et installant Pinochet au pouvoir a également été fomenté par les Etats-Unis.

        8) Cette nation n’a ratifié ni le protocole de Kyoto, ni le traité interdisant la production de mines antipersonnel, ni la déclaration des droits de l’enfant.

        9) Comme l’ont signalé bon nombre de contributeurs, cette nation intervient militairement un peu partout quand elle peut en tirer un avantage financier ou stratégique. Elle considère donc le monde entier comme son territoire de chasse.

        10) Malgré tout le respect que je dois aux soldats américains qui sont morts en Normandie ou dans les Ardennes, je rappelle qu’il a fallu 4 ans et qu’ils soient eux-mêmes attaqués à Pearl Harbour pour que les Américains entrent en guerre contre les nazis. Il ne leur a en revanche fallu que 8 jours pour partir à la défense de la « démocratie » koweitienne.

        11) Pour ceux qui voient « Hitler » ailleurs que dans la peau de Georges Bush, je rappelle que les Bush collaboraient avec les nazis, qu’après la guerre les Américains ont protégé la fuite des dirigeants de la Gestapo et les ont engagé pour assurer la répression dans les pays d’Amérique latine dont les dirigeants étaient à leur solde.

        12) Toujours pour les mêmes aveugles, je souligne que la notion de bouclier atomique voulu par Bush rompt avec la stratégie de dissuasion de l’arme nucléaire et entend rendre possible une attaque sans crainte des représailles. Bush envisage donc d’y recourir le cas échéant.

        13) J’ajoute que la notion de guerre préventive lancée par Bush, son célèbre « Qui n’est pas pour moi est contre les Etats-Unis », sa journée de prière pour le succès de sa guerre en Irak, sa propagande mensongère visant à entretenir la peur et à diaboliser l’ennemi sont des arguments et moyens développés auparavant par Hitler.

        14) Les Etats-Unis ne respectent pas davantage les conventions internationales. Ils sont partis en guerre en Irak sans l’autorisation de l’ONU auquel ils ont effrontément menti et n’ont pas respecté la convention de Genève dans leur guerre contre l’Irak, pratiquant la torture et l’humiliation des prisonniers, alors que le même reproche ne peut être fait aux Irakiens. On se rappellera notamment les mensonges du Pentagone concernant l’héroïque libération de leur femme soldat alors que cette dernière a expliqué par après qu’elle avait été soignée par les Irakiens et libérée par ceux-ci.

        15) L’existence même de Guantanamo rappelle le respect dont Hitler entourait ses prisonniers et le long embargo contre l’Irak a entraîné au moins 500.000 morts dans la population civile.

        16) Le fait d’utiliser les pays européens pour « questionner » les prisonniers ravale ces pays au rang de gouvernements fantoches.

        17) Le soutien inconditionnel des Américains à Israël a permis à cet état des représailles disproportionnées et de multiples violations des conventions internationales.

        18) Les Etats-Unis n’ont pas encore atteint un niveau de civilisation tel que la vente des armes y soit contrôlée et la peine de mort abolie.

        19) Hitler a été le premier dirigeant à vouloir interdire le tabagisme (au contraire de Churchill). La lutte contemporaine contre le tabagisme est partie des Etats-Unis avec une stratégie de dégradation de classe sociale (via les taxes) , de culpabilisation , de diabolisation , de désinformation et d’exclusion directement inspirée des méthodes nazies et obéissant au même objectif d’établir un pouvoir fort, niant les droits individuels, avec le soutien d’une majorité de la population.

        20) La population américaine est la plus violente qui soit et il n’est pas étonnant que les sports extrêmes y fassent recette. C’est le résultat d’un système extrêmement répressif. C’est aussi le pays occidental où le plus grand taux d’enfants vivent en dessous du seuil de pauvreté.

        Si Saddam n’était pas un saint, il avait au moins l’excuse d’une enfance malheureuse au contraire de Bush qui est né le cul dans le beurre.

        Et il faut reconnaître à Saddam que lui, au moins, savait tenir l’Irak. Il était certes sans pitié pour ses opposants mais son régime laïc assurait la cohabitation pacifique des différentes religions, y compris la religion chrétienne dont la communauté vivait en sécurité et, pour ceux qui l’ignoreraient, la couverture sociale en Irak, avant la guerre contre l’Iran et l’embargo décidé par les Américains, était bien meilleure qu’aux Etats-Unis. Le peuple irakien était par ailleurs beaucoup plus cultivé que le peuple américain.

        Le procès de Saddam, dénoncé par Human Rights, et son verdict, dicté par les Etats-Unis à son tribunal d’occupation est une preuve de plus de la barbarie et de l’incommensurable bêtise de son président.

        Alors, taxez-moi d’anti-américanisme primaire si ça vous chante mais je n’ai énuméré que des faits. Ce sont donc les faits qui sont anti-américains.

        Seul une circonstance historique, la libération du nazisme a justifié l’engouement ou l’aveuglement pour tout ce qui provenait des Etats-Unis mais il est temps de constater aujourd’hui que les rôles sont inversés, qu’Israël et les Etats-Unis jouent actuellement les rôles belliqueux et l’Allemagne le rôle pacifique.

        Et que le dascisme a changé d’identité.


      • Avatar (---.---.100.74) 25 février 2007 12:57

        Bravo bénévole !

        Et je ne doute pas un seul instant que vous auriez pu facilement allonger cette liste.

        Attention à la réponse de Mage smiley, il doit faire ses comptes de morts avec sa balance spéciale et macabre...

         smiley


      • Avatar (---.---.100.74) 25 février 2007 18:26

        Au mage tragicomique Arthur,

        « Sur Guantanamo : la Cour suprême des Etats-Unis veille à ce que les droits des prisonniers de guerre de ce petit territoire soient respectés. Tant mieux. »

        écrivez-vous...

        Que quelqu’un essaie donc de lire votre phrase sans rigoler !!!

         smiley


      • Avatar (---.---.100.74) 25 février 2007 18:41

        Au Mage Arthur,

        Concernant la non ratification par les USA de la convention int. des droits de l’enfant(de l’ONU), elle « s’explique » smiley ainsi :

        « Il est intéressant de noter que les États Unis ne l’avaient pas signée car elle interdit la peine de mort pour les mineurs. Les États Unis ont aboli la peine de mort pour les mineurs en janvier 2005 mais, à ce jour, n’ont toujours pas ratifié la convention... »

         smiley

        in

        http://www.droitsenfant.com/hi...


      • minijack minijack 26 février 2007 04:01

        Comment pouvez-vous énoncer de telles stupidités, mage ? Vous devriez avoir honte de mêler le nom de Chirac dans ce fatras d’inepties. Qu’on l’aime ou pas, il nous a épargné une belle connerie, parfaitement prévisible (je l’avais personnellement prévue de longue date), et surtout a épargné au reste du monde de perdre tout espoir dans la France. Non, Chirac ne fait pas toujours que des conneries, et là, il faut lui reconnaître qu’il a pris la meilleure décision de toute sa vie politique.

        Arrêtez de vous cacher derrière une fausse barbe pour justifier cette Busherie. Extrémiste à en juger par vos propos, vous agissez comme un agitateur dangereux et vous me rappellez Oussama, premier prétexte Bushiesque et marionnette électorale, voire terroriste aussi consistant que les ADM de Saddam...
        Quelle cause servez-vous ? La paix ou l’hégémonie texane ? (Et je ne suis pas anti-américain en disant cela. Je ne suis qu’anti-Bush, comme plus de 50% des américains qui se réveillent enfin aujourd’hui.)

        Sur la manière de débarrasser l’Irak de son tyran, il y avait mille autres moyens que l’invasion. Aider les démocrates locaux par exemple. Comme on aurait pu aussi le faire en Afghanistan bien plus tôt, en aidant le commandant Massoud.
        L’invasion de l’Irak ne sert jamais QUE les intérêts des envahisseurs, certainement pas ceux des irakiens !
        Pour que cela fut vraiment une libération, il aurait fallu que les américains se retirent juste après avoir trouvé Saddam et laissent les Irakiens faire leur propre démocratie, s’ils en avaient envie et comme ils en avaient envie. Là oui, ils seraient apparus comme des libérateurs. Le fait de rester pour contrôler les puits de pétrole et asseoir un gouvernement à leur solde ne fait que desservir l’image des USA.

        La tentation évidente d’une invasion de l’Iran serait encore plus catastrophique pour le monde. IL FAUT STOPPER BUSH ! Par tous les moyens !
        Cet homme est dangereux ! Et encore plus ceux qui le manipulent en coulisse.
        Tout à fait d’accord avec l’auteur de l’article.


      • benevole (---.---.51.155) 26 février 2007 04:33

        Je dois au moins vous reconnaître, Mage, le courage de vos opinions car il en faut beaucoup pour nous sortir deux longues répliques à mon seul argumentaire en plus de toutes les réponses que vous aviez précédemment apportées.

        Mais je me demande au fond ce qui vous motive...

        Vous dites (dans un autre commentaire) ne pas supporter la souffrance d’autrui et c’est précisément aussi parce que la souffrance d’autrui m’est insupportable que je suis devenu un adversaire déclaré des Etats-Unis.

        Vous reconnaissez cette souffrance dans le sort des tribus indiennes qui peuplaient le territoire des Etats-Unis et dans l’esclavage d’une population africaine déracinée.

        Mais vous passez cela au bleu au motif que les Américains sont nos ancêtres européens. Certes l’Europe n’est pas vertueuse. Certes mon pays, la Belgique, et le vôtre, la France, ont été des puissances coloniales. Certes, ils se sont rendus coupables d’exactions, la Belgique dans l’assassinat de Patrice Lumumba, la France dans l’armement des Hutus qui a permis le génocide rwandais. Et bien sûr aussi je les dénonce.

        Mais nos nations ne sont pas allées aussi loin que les Etats-Unis. Elles n’ont pas conquis leur territoire en exterminant ses précédents occupants et les différences fondamentales entre le colonialisme et l’esclavage sont d’une part que le colonialisme ne déracine que les colons et qu’au moins les routes, chemins de fer, mines ou carrières édifiées par les populations africaines l’ont été sur leur propre territoire et leur ont appartenu à l’indépendance.

        Et surtout, nos nations n’ont pas été aussi constantes dans l’exploitation d’autrui. Si j’ai énuméré tous mes griefs contre les Etats-Unis depuis leur origine jusqu’à nos jours, c’est justement pour démontrer que rien n’a changé aux Etats-Unis et que le même mépris pour tout ce qui n’est pas purement américain a persisté tout au long de leur histoire. Aucune nation dans le monde n’est responsable du dixième (voire du centième) de morts et de souffrances provoquées par les gouvernements américains.

        Oui, et je le souligne moi-même, il y a eu de grands hommes en Amérique : Abraham Lincoln : assassiné , John et Bob Kennedy : assassinés, Martin Luther King : assassiné, Jimmy Carter : lynché médiatiquement. Voyez-vous même ce qu’ils en font. Il est clair pour tout le monde que l’assassinat des frères Kennedy résultait d’un complot et les commanditaires n’ont toujours pas répondu de leurs actes. La seule explication plausible est qu’ils sont au pouvoir (ou dans la sphère de celui-ci comme baîlleurs de fonds et inspirateurs de la politique américaine).

        C’est un gouvernement de gangsters que vous soutenez alors qu’en vertu de vos propres motivations vous devriez le combattre avec toute l’énergie dont vous êtes capable et qui n’est pas négligeable au vu du nombre de vos interventions.

        Comment pouvez-vous soutenir sans honte que les Etats-Unis constituent la plus grande démocratie ? Drôle de démocratie où l’on arrive au pouvoir avec moins de voix que son concurrent ! Drôle de démocratie quand le pouvoir part ou se maintient en guerre contre l’avis de ses électeurs ! Qu’y a t-il de plus important que la guerre ou la paix ? Si sur ce point fondamental, un gouvernement peut bafouer la volonté de ses électeurs, ce n’est pas une démocratie. Du reste, sous prétexte de lutte contre le terrorisme, le clan Bush a instauré un système de surveillance individuelle et de délation que Ceaucescu n’aurait pas désavoué. Et cela, c’est sur le plan interne. Prétendre régenter le monde en lui imposant les valeurs américaines est exactement le contraire de la démocratie.

        Sur le plan économique, vous parlez de la satisfaction de l’Inde et du Brésil mais connaissez-vous la situation dans ces pays ? Pour une poignée de nouveaux riches, que de misère alentour ! Mon fils aîné est allé à Delhi et à Bagdad (dans le cadre d’une course pour la paix) quelques semaines avant la guerre. Ce qui l’a frappé à Delhi, ce sont :
        - une nuée d’enfants mendiants derrière chaque touriste
        - des enfants dont les pieds étaient aussi larges que des pattes d’éléphant faute de soins.
        - des lépreux agonisant et mourant sur le trottoir, sans perturber autrement les passants habitués, et leur enlèvement par la police plus de deux heures après leur décès.
        - une pollution « à couper au couteau ». Ce qui l’a frappé à Bagdad, où il a pu circuler librement et parler à la population, particulièrement aux enfants car il est régent en éducation physique et éducateur, et il comprend l’arabe, c’est l’hospitalité de la population irakienne et le profond attachement de celle-ci à Saddam Hussein, particulièrement dans le quartier de Saddam City, devenu Sadr City, où il a improvisé un match de foot avec les enfants.

        A propos du protectionnisme, les Amerloques le combattent quand il fait obstacle à leurs propres exportations et le pratiquent dans le cas contraire. Deux exemples :
        - Pour imposer aux Européens les bananes chiquita au détriment des bananes africaines, les Américains les ont menacés de représailles économiques.
        - Sentant leur sidérurgie en perte de vitesse, les Américains ont réintroduit les taxes à l’importation.

        A propos de Kyoto, Bush ne s’est pas embarrassé des mêmes périphrases que vous pour tenter de justifier l’injustifiable. Il a simplement dit qu’il serait préjudiciable aux intérêts des entreprises américaines.

        Et c’est bien là le problème. Le monde entier est considéré par les Amerloques comme destiné à servir les intérêts des entreprises américaines.

        Un de mes amis français, André-Jacques Holbecq, a recueilli un jour les confidences d’un « agent » du FMI (Fonds monétaire international). Celui-ci lui expliquait que lorsqu’un pays sous-développé demandait une aide au FMI, il était chargé d’expliquer au dirigeant qu’il l’obtiendrait à la condition de vendre ses matières premières aux entreprises américaines en dessous du prix pratiqué pour les autres pays et qu’il obtiendrait même en ce cas une commission personnelle. Ce fonctionnaire du FMI expliquait même par quels moyens cette corruption s’effectuait ; il était question de chèques rédigés au crayon. En cas de refus du dirigeant, il avait mission de lui faire comprendre que non seulement, il n’aurait pas l’aide du FMI, mais également que celle des ONG américaines allait cesser et que l’opposition de son pays pourrait bénéficier d’armes susceptibles de le renverser.

        Vous avez là l’explication du fait qu’après avoir été porté aux nues par les Etats-Unis, Saddam Hussein, soit devenu l’homme à abattre.

        Mon ami est tout à fait digne de confiance. Il est d’une hommêteté intellectuelle au dessus de la moyenne et, ancien pilote du Concorde, il l’est également du point de vue intellectuel. Auto-didacte en économie, il pourrait faire l’éducation de votre ministre des Finances.

        Alors, qu’un gouvernement soudoie un dirigeant d’un pays pauvre, c’est déjà inacceptable mais qu’il utilise pour ce faire un organisme international comme le FMI pour ce faire, c’est haïssable. Et dire que les pays européens ont soutenu la candidature de l’infâme Wolfowitz (le faucon de la guerre en Irak) à la tête de la Banque mondiale ! Quelle obscure tractation ou quelle indigence intellectuelle de nos élus cela revèle t-il ?

        Tout au long de vos deux commentaires de réponses, vous me dites des choses comme « Oui, Guantanamo, c’est pas bien mais il y avait des raisons à cela » pour finir par avouer que « La fin justifie les moyens ». Ce slogan est celui de Machiavel. Le machiavélisme a été longtemps considéré comme le mal absolu. Et pour ma part, je le considère toujours comme tel.

        Au nom de ce slogan, je pourrais décider que la Terre est en mauvaise voie et décider de supprimer ses 6,5 millions d’habitants pour la repeupler avec ma femme. C’est du même ordre d’idées que s’inspirent les tueurs en série de prostituées. Avec « La fin justifie les moyens », on peut tout justifier au nom de n’importe quelle pseudo-vérité. Et c’est bien pourquoi les Etats-Unis sont dangereux, du moins leur branche républicaine.

        Ce qui me hérisse dans vos réponses, c’est l’expression « gouvernement irakien démocratiquement élu ». Comme si un gouvernement pouvait être élu démocratiquement dans un pays occupé ! Si on avait organisé des élections sous le gouvernement de Vichy, croyez-vous que les Français auraient élu De Gaulle ou Pétain ? Y avait-il un seul candidat pour exiger le retrait immédiat des forces d’occupation en Irak ? C’était pourtant le voeu de tous les Irakiens. Il faut être particulièrement stupide pour oser parler d’un gouvernement « démocratiquement élu » alors que la plupart des votants allaient voter sous escorte militaire.

        J’étais pro-américain sous Carter et je le redeviendrai quand Bush croupira au fond d’une prison pour ses crimes contre l’humanité car cela voudra dire que l’Amérique aurait enfin une conscience. Mais on en est très loin puisqu’elle n’assume même pas encore sa responsabilité à l’égard de l’agent orange utilisé au Vietnam.

        Vous, vous êtes pro-américain inconditionnel. Cela signifie pour moi que vous placez votre fascination pour les Etats-Unis au dessus de toute autre considération éthique.

        Mais si j’accepte cela, je dois accepter que les Allemands, en 40, aient eux-aussi placé l’amour de leur pays au-dessus de toute considération éthique. Eux au moins avaient l’excuse qu’il s’agissait de leur pays et qu’ils baignaient dans cette propagande nazie.

        Vous, vous disposez d’une information plurielle et vous n’êtes pas citoyen des Etats-Unis. Quelle excuse revendiquez-vous pour demeurer l’ami de cette nation en dépit de toutes ses exactions et notamment de la souffrance et des morts qu’elle ne cesse d’engendrer ?

        Si je dois retenir une chose que j’ai apprise grâce aux Américains, à l’occasion du procès de Nuremberg, c’est que la conscience doit parler plus haut que l’obéissance ou l’amour de la patrie.

        Comment, à votre avis, la Cour martiale américaine devrait-elle juger le lieutenant Tamada qui a refusé de partir en Irak au motif que cette guerre était illégale et illégitime ?

        Pour conclure, puisque vous ne croyez que les Américains, je vous offre 4 vidéos réalisées par des Américains et qui vous montreront de manière un peu plus concrète ce que vous défendez. Je les ai mises temporairement sur mon site où elles sont hors sujet et ne les y laisserai donc pas longtemps. Il s’agit des 4 boutons verts sur la page http://www.justicesociale.net/crbst_30.html

        Si après ça vous persistez encore , je renonce.. C’est qu’il faut vous laisser évoluer à votre rythme.


      • Avatar (---.---.2.186) 27 février 2007 12:52

        Magnifique Bénévole

        Continuez donc ainsi et peut-etre que Mage atteindra un jour la lumière.

        Enfin je l’espère pour lui...

        Merci bénévole pour ce commentaire qui aurait pu etre en lui meme un article de rédacteur ; surtout lorsqu’on observe sur ce site des articles sans interet tel que celui sur le prince harry....

         smiley


      • Gaëtan (---.---.105.110) 28 février 2007 16:16

        Salut Bénévole,

        puis-je te demander de remettre les vidéos pendant quelques minutes sur ton site car ca m’intérresse de les voir. en fait j’ai su télécharger la première puis apparemment entre-temps, tu les as retirées.

        sinon ce n’est pas grave.

        je tiens à signaler que je suis entièrement d’accord avec toi mais je ne vais me limiter à ca vu que tu dis ce que je pense smiley

        au plaisir


      • frederic9 (---.---.232.32) 23 février 2007 11:54

        La libération des peuples chiites et kurdes d’irak est désormais incontournable et la violence fanatique et meurtrière des arabes sunnites, qui giclent jusque sur ce forum, n’y changeront rien.

        On a vu récemment, que les terroristes arabes sunnites, prenant exemple sur leurs maitres Nazis, à l’image du grand Mufti de Jérusalem, grand collabo devant l’Eternel et grand oncle de Yasser Arafat, emploient des gaz pour liquider leurs adversaires en Irak.

        Comme Hitler, leur inspirateur, à Auschwitz.


        • Charley (---.---.242.46) 23 février 2007 14:47

          Des gaz ? Comme les USA avec l’agent orange au VietNam aussi !


        • (---.---.177.137) 23 février 2007 19:19

          T’as appris ça où ? Au Mossad ?


        • faxtronic (---.---.127.45) 23 février 2007 15:59

          Mais Mage, encore une fois, tu es un troll


        • JEFFBI (---.---.234.86) 23 février 2007 22:54

          tout le monde y compris vous ouvre les textes cachés et je pense même que leur taux de lecture est plus important ue les messages non cachés.

          donc pas de parano mr Mage

          les notations vous permettent de plus de connaître la tendance générale de l’ opinion des débateurs même si je le reconnais il s’agit d’un détournement de l’idée à l’ origine de ces notations.


        • (---.---.215.93) 24 février 2007 00:40

          ce qui est indigne mage, c’est de laisser s’exprimer un néoconservateur évangéliste et extrémiste comme vous. en accord parfait avec l’autre adorateur d’hitler, frederic9. vous êtes en démocratie profitez-en mais vous ne la méritez pas car de jour en jour vous anticipez son avilissement.


        • JEFFBI (---.---.234.86) 24 février 2007 04:05

          dois je conclure Mr Mage que vous n’ ouvrez pas les textes cachés par les votes négatifs ?

          ou pensez vous que les intervenants sur ce blog sont si bètes qu’ils se refusent absolument à ouvrir ceux ci ??

          je ne comprend pas bien ces cris de vierge effarouchée dans le vide. Ca ma parait être un vrai faux problème

          même si, je le répète, bien évidemment tout le monde a le droit de défendre ses idées au même niveau de visibilité.


        • JEFFBI (---.---.234.86) 24 février 2007 04:23

          jusqu’a quand et jusqu’ou ira t’on dans la caricature et les syllogismes réducteurs :

          tu n’es pas d’accord avec moi donc tu es avec ceux que je dénonce.

          Tu es contre la politique actuelle d’Israel tu es donc antisémite

          tu es contre la politque de Bush, tu soutiens donc Al Qaida

          tu trouves cette guerre inutile destructrice et pitoyable , tu es donc un soutien de Saddam Hussein

          etc....

          ceci m’est insupportable : je ne suis ni antisémite ni pro Saddam ou pro Al Qaida, ni anti américain et pourtant je dénonce les politiques apocalyptiques de Bush et de ses alliés.

          Cette logique perfide est celle des ayatollahs de tous bords depuis toujours : intégristes du monde entier unissez vous que nous puissions vous combattre.

          aui nie l’ intégrisme de Mr Bush ?

          aui nie l’ intégrisme des dirigeants actuels d’ Israel ?

          qui nie l’ intégrisme Iranien ?

          pourquoi doit on obligatoirement être les otages idéologiques de l’ un ou l’ autre ???

          je crois qu’ il y a encore une place pour l’ humanisme partout dans le monde : en Iran en Irak en Israel aux USA et en France Mr Mage et comme vous je l’ espère je ne tolère pas d’ être réduit au statut d’ ami de mes ennemis.


        • Xav (---.---.27.227) 23 février 2007 12:37

          Mais au nom de quoi Bush se permet d’envahir tel ou tel pays ? On n’est plus au moyen age, et il serait temps que les américains lui mettent une grande claque !! Alors que tous les USA connaissent des soucis à quasiment tous les niveaux dans leur pays, la seule chose qui préoccupe ce taré c’est d’envahir le monde entier...attention, a trop en vouloir, il pourrait bien se mordre la queue !!


          • Comité Cicéron 23 février 2007 22:59

            Si Roosevelt vous avait écouté, il ne serait pas venu débarquer en Normandie :

            à l’époque les USA étaient en pleine crise (bien plus grave qu’aujourd’hui),

            et aucun américain ne voulait aller se battre pour les colonialistes européens, qui exploitaient allègrement l’Afrique et l’Asie.


          • (---.---.207.55) 24 février 2007 17:51

            Comité Cicéron a écrit : Si Roosevelt vous avait écouté, il ne serait pas venu débarquer en Normandie :

            à l’époque les USA étaient en pleine crise (bien plus grave qu’aujourd’hui),

            Vous devriez revoir un peu votre histoire. Les USA ne sont entrés en guerre qu’après que les japonnais les aient attaqués (Pearl harbour, 7.12.1941), ils n’ont combattus les allemands que parce que ceux-ci étaient les alliés des japonnais. Ce n’est qu’en mars 1941 qu’ils ont commencé à aider matériellement les anglais par le biais d’un prêt-bail, remboursable (les affaires sont les affaires). Et durant tout ce temps, pas mal de firmes US faisaient d’excellentes affaire avec l’Allemagne nazie (IBM, ITT et autres).

            Si l’ont doit remercier un peuple de nous avoir débarrassé des nazis, c’est les anglais. Ils ont supporté, seuls, tout le poids de la guerre pendant pratiquement 1 an et demi avant qu’Hitler décide d’attaquer l’URSS (22 juin 1941) et, de ce fait, de créer un deuxième front. Je ne suis pas spécialement anglophile, mais il faut remettre les choses à leur place.


          • (---.---.53.172) 24 février 2007 17:57

            Ajoutons tout de même que les Soviétiques avaient plus d’une centaine de divisions engagées au combat. Environ 10 fois plus que les Américains. Et qu’ils auraient sans doute fini par venir à bout des nazis.


          • Axis of Evil (---.---.101.8) 23 février 2007 12:44

            Bravo à Renaud Delaporte. Un article plein d’objectivité, de sincérité et de pragmatisme que l’on ne trouve même pas dans les grandes éditions nationales. Merci

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Renaud Delaporte

Renaud Delaporte
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès