Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Karachi, c’est loin d’être fini

Karachi, c’est loin d’être fini

N’en déplaise au président de la république (vidéo 1), l’affaire de l’attentat de Karachi survenu en 2002 est devenue en quelques jours une affaire d’Etat. Contrats d’armements mirifiques, intermédiaires douteux, commissions, rétrocommissions, campagnes électorales et assassinat de onze ingénieurs français. Tous les éléments sont réunis pour un scandale hors normes. Un karachigate.

Il semblerait désormais établi que Jacques Chirac, à peine arrivé l’Elysée en mai 1995, ait demandé que soit mis un terme au versement d’une partie des commissions négociées un an plus tôt par le gouvernement d’Edouard Balladur, à l’occasion de la vente de trois sous-marins par la Direction des constructions navales (DCN) au Pakistan. “Peu après ma nomination au ministère de la Défense, en 1995, Jacques Chirac m’a demandé de passer en revue les différents contrats de ventes d’armes en cours et de stopper le versement des commissions pouvant donner lieu à des rétrocommissions. C’est ce qui a été effectué : chacun d’entre eux a fait l’objet d’une expertise particulière“, a affirmé M. Millon à Paris-Match le 24 juin.

Pas pour des raisons d’éthique mais parce que le nouveau président aurait été persuadé qu’une partie des rétro-commissions aurait servi au financement de la campagne de son rival malheureux (vidéo 3), Edouard Balladur, dont le directeur de campagne était alors Nicolas Sarkozy. Un Nicolas sarkozy également ministre du Budget et donc à ce titre amené à autoriser ou refuser les commissions déclarées auprès de l’administration des douanes pour y être défiscalisées.

Invité ce dimanche du Grand Jury LCi-RTL, Edouard Balladur, un brin agacé a réfuté la thèse du financement politique alors que les comptes de sa campagne “ont été établis, déposés, contrôlés et validés par l’organe compétent à cet effet“. Selon l’ancien premier ministre , il ne s’agirait que de simples allégations étayées par aucun fait : “Il ne suffit pas que quelqu’un aille devant un juge pour dire quelque chose pour que cela soit tenu pour vérité d’évangile”, a-t-il ajouté. “Ça dépend d’abord de l’honorabilité de celui qui dit quelque chose et des preuves qu’il apporte“.

Ce serait donc l’arrêt du versement de ces commissions, dont certaines auraient été destinées à des officiels pakistanais, qui pourrait être le mobile de l’attentat de Karachi. Une thèse suffisamment sérieuse pour être évoquée par les deux juges antiterroristes en charge de l’enquête devant les familles de victimes.

Et voilà comment on glisse d’un odieux attentat islamiste à la mise à jour d’un système de corruption institutionnalisé inhérent aux grands contrats d’armement français . Si l’affaire éclabousse des retraités ou des semi-retraités de la politique Jacques Chirac et Edouard Balladur, l’actuel président et son entourage voient leurs noms cités dans le dossier : Brice Hortefeux, Jean-François Copé, et l’ex-secrétaire adjoint de l’Elysée, François Pérol.

La menace ne vient pas de la gauche, tenue par de vieilles histoires, notamment celle des frégates de Taiwan . Guère plus de la justice avec un parquet privé de toute indépendance. Le risque ce sont les médias poussés par la blogosphère (vidéo 2) à, ne pas lâcher l’affaire. La mutation express de Brice Hortefeux des affaires sociales à l’intérieur, la mise en porte-à-faux du clan chiraquien avec la nomination de MAM à la justice, peuvent être analysées comme le déploiement d’un système défensif autour du château.

 

 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.92/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • Traroth Traroth 29 juin 2009 11:18

    Si si, ça passionne les foules. Mais pas les médias, allez savoir pourquoi...


  • goc goc 29 juin 2009 10:58

    @ l’auteur

    vous avez mille fois raison, il faut rester vigilant et remettre cette histoire autant de fois que possible sur le devant de la scène

    en plus on connait le point faible de nabot1er (comme de tous les mégalos d’ailleurs) c’est l’incapacité a se maitriser quand son image se dégrade

    Ce qui me fait penser que cette affaire le poussera à la faute

    et comme on connait la versalité congenitale des « amis » du nain, on peut esperer qu’a un certain moment ceux-ci s’empresseront de le lacher, de peut detre eux-meme eclaboussé par les retombés.


    • katalizeur 29 juin 2009 11:17

      @ groc

      mon ami vous lisez dans mes pensés......depuis quelque temps je me demande si le scenario n’est pas entrain de se mettre en place......

      le mandat qui lui a été confié : 1) le traité...........fait
       2) l’otan...............fait
       3) sionisé l’ administation centrale.....fait

      il n’a plus d’utilité pour le systeme.....un homme neuf reprendra la broderie là ou l’aura laissé......


    • K K 5 juillet 2009 10:35

      l’ami katalyzeur dit :
       3) sionisé l’ administation centrale.....fait

      Dans ce cas.... je lui pose une petite question : Pourquoi les franc ais sont ils plus impopulaires que jamais auparavant en Israel ?

      lire dans libération les différentes brimades qu’ont subies des employés consulaires franc ais roulant en véhicules diplomatiques.


    • Dzan 5 juillet 2009 20:02

      Lefevre ! Sors de ce corps !!!


    • Pentragone 29 juin 2009 11:16

      C’est intéressant de lire dans le forum que la stratégie de l’opposition en débâcle serait de pousser Sarkozy à la faute, même si le pays devait en souffrir. On saisit ce qui motive une telle opposition uniquement concentrée sur une revanche personnelle.


      • katalizeur 29 juin 2009 11:23

        @ pendra

        qui vous dit que c’est l’opposition qui n’existe pas et qui dans la realité n’a jamais existé , va le pousser a la faute....

        non comme ubu il se poussera tout seul dans le precipice...il veut tout faire tout seul, pour cette fois ...qu’il le fasse....vas y mon grand tu es le meilleur.....on se retrouve en bas...


      • katalizeur 29 juin 2009 11:41

        j’ai oublié de te faire une petite confidence......le systeme a deja mis la grenade dans sa poche......tu as deviné......oui c’est carla...

        le jour ou le systeme decidera que c’est fini....carla s’en va .....devine la suite.... 


      • Butters Butters 29 juin 2009 13:48

        erf.. El Caïd-a réussi à imputer leur frasque en une affaire d’état :/
        i z’ont drolement de pouvoir au fond de leur grotte sans wifi.. en fait.

        Personellement, je condamne à mort les responsables à cause de leur hypocrysie..
        cache toi bien machine à laver l’argent dite Ben laden de boska.


        • Butters Butters 29 juin 2009 14:01

          ps : we can change.. enfin j’espère :/


        • Montagnais Montagnais 29 juin 2009 14:41

          Zébulon, en mission, contrôle les media, les argousins et le pognon, et par conséquent le cerveau des populations. L’affaire pourrait ainsi être dissimulée incontinent sous le tapis à la barbe des investigateurs du pays.

          Mais le monde n’est pas aussi bien disposé à son égard que les crédules et gentils français : essayez french bribes karachi Sarkozy dans Google.com (english version) : édifiant..

          Au passage, et parmi les sources d’info sur Karachi, jetez un oeil à http://www.fuckfrance.com , pas besoin d’avoir un doctorat dans la langue des rosbif ou des dindons. Salut aux bouffeurs de frogs.. On est content d’être dans l’Otan.

          ...
          D’autant moins facile à étouffer que l’affaire est désormais liée à la vente (en cours) de class 214 submarines par l’Allemagne.

          Are French Bribes Stopping Zardari Govt. From Buying German Submarines ?


          • Annie 29 juin 2009 15:14

            Puisque Morin va déclassifier les documents pertinents à cette affaire, on devrait être édifié. On pourra donc lire les 162 pages du contrat et non pas les sept remises au juge Bruguière. 


            • agent orange agent orange 30 juin 2009 11:55

              Lors de l’émission « Parlons Net » sur France Info (26-6), Morin a affirmé qu’il déclassifiera seulement les documents que la « commission » voudra bien déclassifier.
              C’est à dire rien, ou alors seulement des docs non compromettants... ?


            • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 29 juin 2009 15:38


              Pour revoir tous les articles d’Agoravox sur cette affaire ( en passant merci à leurs auteurs... et Agoravox )

              http://www.agoravox.fr/spip.php?page=recherche&recherche=karachi&x=8&y=5


              Depuis le début de son mandat j’ai prévu que N.S. aurait du mal à le terminer... pour ce qui est de son ambition concernant un deuxième... de jour en jour cette hypothèse devient de plus en plus ardue... voir impossible !


              Maintenant il semblerait que de Villepin et l’affaire Clearstream.

              ne soit à comparer que du pipi de chien.... un peu la fable de l’arroseur arrosé !!!!!!


              @+ P@py





              • plancherDesVaches 29 juin 2009 17:31

                Hhmm.. Papy.

                Comme pour les US, tout rêgne qui se fait abréger voit la Bêt... le Notre Président risque de ne pas être d’accord.
                Voir les articles sur la montée de la violence dans les banlieux. Ca, ce n’est qu’un début.


              • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 29 juin 2009 16:30

                ... et mon petit doigt me dit que le clan Chirac ( Chirac, Villepin , Debré etc.. ) doit avoir sous sa table pas mal de biscuits en réserve .. et que d’ici 2012

                ils pourraient bien les ressortir petit à petit !



                @+ P@py


                • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 29 juin 2009 17:08

                  Salut Sylvain,



                  J’peux ben me trompatouiller... reste plus qu’a attendre le déroulement de se souk ( souk hélas pas pour les familles des victimes )


                  @+ P@py


                • katalizeur 29 juin 2009 18:54

                  @ spagnolo

                  pour un ancien flic c’est pas mal....je suis entierement d’accord avec vous....non seulement le clan chirac va lui faire la peau .....mais ilne le laissera pas finir son mandat...

                  s’ils sont partis a l’assaut avec l’affaire de karachi c’est qu’ils ont encore pas mal de buiscuits.....le bonzaii a perdue la main pour preuve il s’accroche deseperement a la burqa de fatma......sa prestation a versaille donne le ton pathetique......


                • plancherDesVaches 29 juin 2009 17:25

                  Donc, vous avez tout de même une vie sexuelle...

                  Persistez.


                • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 29 juin 2009 17:20

                  ... Au fait dans l’entourage de la Dame du Poitou et de Béarnais,....ça doit cogiter sec en c’moment !


                  @+ P@py


                  • Montagnais Montagnais 29 juin 2009 18:31

                    C’est vous le thuriféraire stipendié de la Satrapie ? C’est bien, continuez à vous appliquer.. et bien le bonjour au bord de mer et aux châteaux de sables.


                  • Aleth Aleth 29 juin 2009 19:34

                    @ sylvain

                    Si selon toi cette affaire ne représente pas une potentielle bombe qui pourrait faire exploser le gouvernement, ou permettre à l’autre de connaître le même destin politique que Nixon, c’est que tu n’as rien compris. Là c’est du lourd, très lourd !

                    Pour sûr les médias alignés ne lapident celles et ceux qui sont au commande. Laurence Ferrari ne va pas annoncer aux moutons devant leur poste que le petit empereur pourrait sauter pour haute trahison envers le peuple, ayant menti et dissimulé des informations cruciales concernant l’enquête judiciaire relative à l’attentat, qualifiant de « fable » la piste des rétro-commissions et de l’implication de très hauts politiques Français. « On » en parle tout juste du bout des lèvres. Mais « on » en parle quand même un peu partout dans les médias internationaux. C’est un volcan là-dessous !

                    Le phénomène prend plus d’ampleur et d’échos chaque jour qui passe, et ce grâce à l’entêtement bienvenu des membres des familles des victimes, et nous les comprenons, puisqu’ils souhaitent faire ENFIN officiellement la vérité sur ces attentats. Les intérêts politico-magouillo-financiers qui gravitent autour a priori, les protagonistes, les responsables d’alors, etc. Et comme par hasard l’autre - le troll en chef - paraît impliqué, et pas qu’un peu, dans ce scandale nauséabond, cette affaire d’Etat.

                    Il demeure - et on le constate via Agoravox entre autres - des bastions sur la toile qui ne souhaitent en aucun cas que l’affaire tombe dans l’oubli, comme pour les frégates de Taïwan, sauf qu’ici il y a la mort d’ingénieurs Français qui « salit » d’autant plus le tableau. Al Qaïda, c’est tellement facile. Rien que pour faire éclater la vérité, nous devons persévérer. L’autre oserait-il nous faire le coup du « secret d’Etat » et enterrer sous le tapis les tenants et aboutissants ? ç’a bien osé déclarer officiellement que la notion de « secret d’Etat » n’existe plus ! ça n’a pas froid aux yeux ! Donc à présent rien ne saurait empêcher le déroulement de l’enquête judiciaire en « démocratie », au sein de notre « République », n’est-ce pas ?

                    Bref, tu voudrais nous faire croire que c’est une affairette de pacotille qui n’intéresse pas. Il n’y a pas que les parasols et la crème solaire dans la vie. Et je te prie de me croire, ce n’est pas un « feuilleton à dix sous », ça ressemble plutôt à la mèche connectée à un immense baril de poudre. Et le compte à rebours a déjà commencé.


                  • Montagnais Montagnais 29 juin 2009 19:05

                    Là je vous rejoins.. Mais nous n’avons pas d’illusions. De toute façon, pas besoin.. Zébulon paiera la caméra devant laquelle il se détruira. Immanente justice..

                    Pour revenir au sujet, le show de Zébulon, qui nous donne le même plaisir qu’à d’autres Johnny Haliday et M. Jackson réunis à l’unisson :

                    "Tout le monde s’en foutrait".. ? Selon vous ?

                     

                    Pas les 400 000 lecteurs du TIMESONLINE apparemment, il y a trois heures.

                     

                    Quote

                    He was also (Zébulon, note de la rédaction), as Budget Minister of the time, the man who signed the paperwork to have the submarine commissions sent to a Luxembourg-based shell company.

                     

                    They discovered ( Les Juges..NDR) that in 2002 an internal investigation by the DCN, the state ship-building firm, concluded flatly that the bus attack was retaliation over non-payment of the full submarine commissions. The 2002 report, written by a former agent of the DGSE, the French Intelligence Service, said suitcases of cash from the commission were being delivered to Balladur’s campaign in Paris...

                    Unquote

                     

                    Read more.. : http://timescorrespondents.typepad.com/charles_bremner/2009/06/bribes-a-bomb-and-the-sarkozy-trail.html

                     

                    "..suitcases of cash from the commission were being delivered to Balladur’s campaign in Paris..."  !! Des valises de cash prélevées sur les commissions, pour financer les élections de Monsieur B.. !!

                     

                    Faites donner la Chasse, halte à tant de diffamation !

                     

                    Encore un coup des godons, qu’arrêtent pas d’attacher des casseroles à la queue de not’ bon Zébulon..


                    Nous, on y est pour rien du tout, admettez..


                  • Montagnais Montagnais 29 juin 2009 19:23

                    Je vous plusse : espérant que vous accepterez de partager le pastis (mais profitez en bien.. Pourvou ké sa doure). Désir et réalité.. Mais le verdict des Marabouts est formel, personne n’y peut plus rien.

                    Quant à la bave antisarko, elle vient ni des frogs ni des crapauds, mais de bien plus haut.. Immanence disais-je.

                    Revenons au sujet : l’auteur à fait un bon boulot, et même s’il ne peut guérir la cécité du populo, il donne de bonne infos.. qui sont à suivre avec appétit. Nous allons vite voir si le « le déploiement d’un système défensif autour du château » (de sable) va permettre d’endiguer la marée historique..


                    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 29 juin 2009 19:51

                      ... T’in les jours a venir, va falloir reluquer secs les grimaces et autres mimiques de notre Président

                      .

                      Au fait sur AV ... y a t’il un spécialiste de la gestuelle ?


                      @+ P@py


                      • BA 29 juin 2009 21:57

                        Quel a été le budget de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995  ?


                        Le compte de campagne de M. Edouard Balladur est arrêté comme suit (en francs) :


                        - Dépenses : Mandataire : 83 846 491 ; Partis politiques : 5 929 628 ; Avantages en nature : 0 ;

                        Total : 89 776 119 francs.


                        - Recettes : Mandataire : 85 676 060 ; Partis politiques : 5 929 628 ; Avantages en nature : 0 ;

                        Total : 91 605 688 francs.

                        http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/depuis-1958/decisions-par-date/1995/compte-balladur-1995/decision-compte-balladur-1995-du-11-octobre-1995.10707.html

                        Rappel  : Edouard Balladur ne pouvait pas compter sur l’aide financière de son propre parti politique, le RPR. En effet, pendant la campagne présidentielle de 1995, le RPR finançait le candidat Jacques Chirac.

                        Question 1 : en 1995, où le clan Balladur-Sarkozy a-t-il trouvé ces 90 millions de francs  ?

                        Question 2 : Hervé Morin (membre du clan Balladur-Sarkozy : conseiller du ministre de la Défense François Léotard de 1993 à 1995) va-t-il vraiment déclassifier tous les documents « SECRET DEFENSE » ?

                        Question 3 : Patrick Ouart (membre du clan Balladur-Sarkozy : conseiller Justice de Balladur de 1993 à 1995, conseiller Justice de Sarkozy depuis 2007) va-t-il laisser les deux juges d’instruction aller jusqu’au bout de leur enquête ?

                        On verra bien.

                        Il faudra surveiller ça de très près.


                        • homosapiens homosapiens 29 juin 2009 22:54

                          bien sur que sarko est au courant de ces magouilles... fric, armement, financement de partis...c’est du quotidien, rien d’autre ne les motivent sinon que d’user de leur position pour se financer un peu plus leur pouvoir. giscard, chirac, mitterand, sarko et dieu sait quelles magouilles sont en train de se faire pour le suivant... mais qu’est ce qu’ils en ont à foutre de civils même ingénieurs, rien, que dalle, eux passent avant tout et 1/3 des types votent pour en plus... on peut manger des bananes et même se les mettre.


                          • Montagnais Montagnais 30 juin 2009 17:22

                            Pour l’instant, on y est pour rien, nous les anti.. on vous fais pas rêver certes.. Vous voudriez ?

                            C’est plutôt Zébulon et sa clique de nantis, pleins aux fouilles, fafiot par entiers paniers, chariots, silos, Versailles, concerts et mandolines, commissions et corruption.. qui vous font rêver, et vous enfument, et vous niquent.. Vous les consentants bien satisfaits.

                            Karachi, c’est la goutte. Mais, savez-vous, si Sarkozy passe trois réformes, trois seulement, nous frapperont les boucliers et le reconnaîtrons « père de la Nation » :

                            1) Plus de cumul des mandats, plus de carrière politique à vie (et héréditaire parfois).. (comme en Suède par ex)..

                            2) Limite des écarts de revenus, toutes fonctions confondues, dans un rapport de 1 à ... allez ! 10 ou 12.. ça va ? pas trop dur de vivre avec 12000 fifelins le mois ?

                            3) Transparence de tout ce que fait et tout ce que produit l’Administration avec un grand A (idem la Suède). Et là, plus d’histoire Karachi ou Aranda ou Taïwan. Tous contents, tous pro Zébulon, le petit père de la Nation. Désolé l’auteur, Karachi serait fini..


                          • BA 5 juillet 2009 00:16

                            Sur leur blog, les familles des victimes de l’attentat de Karachi ont mis en ligne un article de Mediapart. Voici cet article de Mediapart, publié le jeudi 2 juillet 2009  :

                             

                            Affaire Karachi  : Edouard Balladur est directement impliqué.

                            Par Fabrice Alfi et Fabrice Lhomme.

                            Il a été l’un des principaux intermédiaires payés par la France dans le cadre de plusieurs grands contrats d’armement internationaux, dont le contrat avec le Pakistan susceptible d’être à l’origine de l’attentat de Karachi. Abdulrahman El-Assir est suspecté de longue date par les services secrets français de se livrer à des activités illégales (blanchiment, trafic de drogue et d’armes…), mais aussi d’entretenir des « relations financières » avec l’ancien premier ministre Edouard Balladur, selon des informations recueillies par Mediapart.

                             Ces éléments sont notamment confortés par des notes de la Direction générale des services extérieurs (DGSE), un rapport secret d’un ancien agent de la Direction de la surveillance du territoire (DST), Claude Thévenet, et par le témoignage de l’ancien directeur financier de la Direction des constructions navales (DCN). Ce dernier, Gérard-Philippe Menayas, a confirmé devant la justice la proximité du réseau El-Assir avec l’ancien chef du gouvernement français.

                            Le libanais Abdulrahman Salaheddine El-Assir, né le 26 avril 1950, se trouve aujourd’hui au cœur de l’instruction du juge antiterroriste Marc Trévidic, en charge de l’enquête sur l’attentat de Karachi qui a tué onze Français employés de la DCN le 8 mai 2002. Selon le magistrat, le mobile de l’attentat, longtemps attribué à la mouvance Al-Qaida, serait lié, en réalité, à un règlement de comptes entre l’Etat pakistanais et la France, sur fond de non-versement de commissions en marge de la vente de trois sous-marins Agosta en 1994.

                             Le juge considère désormais cette piste « cruellement logique », comme il l’a confié le 18 juin dernier aux familles des victimes réunies à Cherbourg.

                             La vente des sous-marins de la DCN au Pakistan avait été conclue en septembre 1994 par le gouvernement d’Edouard Balladur pour un montant de 850 millions d’euros. Abdulrahman El-Assir fut, avec un autre homme d’affaires libanais Ziad Takieddine, l’un des intermédiaires chargés par l’Etat français de mener à bien le contrat avec les autorités pakistanaises de l’époque, dont ils étaient très proches.

                             MM.Takieddine et El-Assir avaient également été missionnés par la France, à la même période, pour conclure un contrat de vente de deux frégates de la DCN avec l’Arabie saoudite. L’opération, estimée à 2,9 milliards d’euros, avait été baptisée Sawari II.

                             Dans les deux cas, les commissions qui devaient être versées aux intermédiaires (120 millions d’euros au total) ont été suspendues, dans les années 1995-1996, par le nouveau président de la République française, Jacques Chirac. Ce dernier aurait été persuadé qu’une partie des fonds versés par l’Etat français avaient été destinés à financer en retour Edouard Balladur, son rival dans la course présidentielle, via les fameuses « rétro-commissions ». Le directeur de campagne d’Edouard Balladur était alors son ministre du budget de 1993 à 1995 : Nicolas Sarkozy.

                             Abdulrahman El-Assir attire l’attention de la Direction générale des services extérieurs (DGSE, les services secrets) depuis plusieurs années, selon des informations recueillies ces dernières semaines par Mediapart, mais aussi d’après un ancien agent secret travaillant pour la DCN au moment de l’attentat de Karachi.

                            Cet homme, Claude Thévenet, ex-policier de la Direction de la surveillance du territoire (DST), fut chargé par la DCN de mener une mission de renseignements baptisée « Nautilus » et vouée à mettre au jour les mobiles cachés de l’attentat de Karachi, comme il l’a déjà raconté à Mediapart. Selon lui, M. El-Assir « était en relations avec des réseaux criminels » et « les services de sécurité français le savaient depuis le courant de l’année 1991 », comme il l’a écrit dans un rapport du 7 novembre 2002 adressé à la direction de la DCN dont Mediapart a pu prendre connaissance. 

                             Pour appuyer ses dires, l’ex-espion, dont les révélations sont aujourd’hui prises très au sérieux par la justice, malgré sa mise en cause dans un dossier financier, évoque dans sa note de novembre 2002 « une fiche de personnalité émanant de la DGSE datée du 21 octobre 1996 [qui présente] l’essentiel des activités » de M. El-Assir. « Outre les éléments d’identité et de biographie (noter l’existence d’un passeport marocain, libanais, et surtout d’un passeport diplomatique somalien), cette source [la fiche de la DGSE] mentionne diverses interventions de l’intéressé pour le compte de Dassault (l’industriel historiquement le mieux placé au Pakistan, au moment des négociations pour l’Agosta 90B) », rapporte Claude Thévenet.

                             Il poursuit : « Nous relevons qu’en 1987, El-Assir, administrateur d’une société dénommée Commerce extérieur, est suspecté d’abriter des activités criminelles, en particulier des ventes d’armes et de drogue. Il agirait dans ce cadre en relation avec son frère, Mohamed Rabih El-Assir. Nous relevons qu’en 1991, le poste de la CIA de Rabat l’a soupçonné de se livrer à des blanchiments de capitaux. »

                            Son rapport, qui suit un précédent de septembre 2002 à l’origine du revirement de l’instruction du juge Marc Trévidic, évoque également « une fiche de la DGSE portant le chiffre 1 en sous impression et rédigée à la même période (ce marquage signifie que la fiche était seulement destinée au directeur général du service). Celle-ci porte sur les relations financières développées entre El-Assir et Balladur », précise M. Thévenet, qui ajoute : « Il ne nous a pas été possible de prendre connaissance du contenu complet de ce document. » Peut-être le juge Trévidic le pourra-t-il s’il obtient la déclassification de ces notes pour les besoins de son instruction ? 

                             Car l’existence d’une telle documentation des services secrets français sur les activités d’Abdulrahman El-Assir et de ses liens étroits avec l’ancien premier ministre français Edouard Balladur ont été confirmés à Mediapart par plusieurs sources, dont un ancien membre de la DGSE.

                             A en croire le rapport de Claude Thévenet de novembre 2002, un homme d’affaires pakistanais, Amir Lodhi, a par ailleurs été identifié comme étant le « coordinateur des opérations de rétro-commissions entre la France et le Pakistan ». Amir Lodhi travaillait notamment avec l’amiral pakistanais Mansurul Haq, condamné pour corruption dans le cadre de la vente des sous-marins Agosta par la France…

                             

                             « Le schéma sommaire de distribution qui a prévalu semblait le suivant : Amir Lodhi était responsable des rémunérations occultes des décideurs politiques, tandis que l’amiral Mansurul Haq prenait en charge les versements pour l’armée et les services de soutien aux guérillas islamistes de l’ISI (les services secrets pakistanais) », poursuit l’enquêteur.

                             Toujours selon Claude Thévenet, « les distributions opérées par Amir Lodhi s’effectuaient selon un ordre établi par Asif Ali Zardari », mari de Benazir Bhutto, premier ministre du Pakistan à l’époque de la vente des sous-marins de la DCN. M. Zardari est aujourd’hui président du Pakistan. C’est aussi un intime d’Abdulrahman El-Assir.

                             Un ancien haut dirigeant de la DCN, le directeur financier Gérard-Philippe Menayas, a pour sa part confirmé, le 14 mai dernier, dans le bureau du juge Trévidic, l’étroitesse des liens unissant ce même El-Assir et le gouvernement Balladur : « Il est parfaitement exact que Ziad Takieddine a été imposé à la DCNI [société de commercialisation de la DCN, ndlr] par le pouvoir politique ainsi qu’Abdulrahman El-Assir. Quand je parle de pouvoir politique, c’est le ministre de la défense [François Léotard] ou son cabinet. Je sais que El-Assir et Ziad voulaient intervenir dans les contrats saoudiens mais, en 1996, ils ont été écartés par le nouveau gouvernement, étant donné leur proximité avec l’ancien. »

                            Gérard-Philippe Menayas a évoqué par ailleurs dans le cabinet du magistrat le rôle qu’aurait joué l’ancien ministre de la culture Renaud Donnedieu de Vabres, qui était entre 1993 et 1995 chargé de mission auprès de François Léotard au ministère de la Défense. « C’est Donnedieu de Vabres qui a présenté El-Assir à Emmanuel Aris et Dominique Castellan » (deux dirigeants de DCN), a indiqué M. Menayas sur procès-verbal. Il a présenté M. Aris comme « responsable de la gestion des agents d’influence  » (à la DCN), celui qui « négociait avec les agents, préparait les contrats ».

                             C’est ce qu’avançait Claude Thévenet dans un rapport du 11 septembre 2002, rédigé dans le cadre de sa mission « Nautilus » : « En France, le réseau El-Assir a eu pour principale fonction d’assurer le financement de la campagne d’Edouard Balladur (c’est Renaud Donnedieu de Vabres qui a présenté Abdul Raham El-Assir à Emmanuel Aris)  », écrivait ainsi M. Thévenet.

                             Fruit d’un travail de renseignement aux sources multiples (contacts diplomatiques au Pakistan, enquêteurs des Nations unies, agents des services secrets britanniques et français, membres du Foreign Office…), « Nautilus » arrivait in fine à la conclusion que « l’attentat de Karachi a été réalisé grâce à des complicités au sein de l’armée [pakistanaise] et au sein des bureaux de soutien aux guérillas islamistes de l’ISI ».

                             Selon son auteur, « les personnalités militaires ayant instrumentalisé le groupe islamiste qui a mené à bien l’action poursuivaient un but financier [...] Il s’agissait d’obtenir le versement de commissions non honorées ».

                            Une piste jusqu’alors ignorée par la justice, qui en avait pourtant été informée dès le début, comme l’a révélé Libération le 25 juin.

                             Sollicités par Mediapart jeudi matin, ni M. Balladur ni M. Donnedieu de Vabres n’ont pu être joints.

                            http://www.verite-attentat-karachi.org/?p=162

                             


                            • chmoll chmoll 5 juillet 2009 09:08

                              d’habitude quand on découvre des histouères mafieuses en france, les « médias » en parle a fond la caisse ,mais là non


                              • SURVEYOR 5 juillet 2009 17:45

                                L’auto censure bat son plein.


                                • Dzan 5 juillet 2009 20:03

                                  Ah si seulement c’était Ségolène qu’avait dé.. ;bugué !!!

                                  Ou une histoire de collection de montres !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès