Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’Afghanistan, la dernière invasion soviétique

L’Afghanistan, la dernière invasion soviétique

L’Afghanistan est un pays ravagé par la guerre civile et les invasions extérieures, en proie à l’insécurité permanente, depuis plus d’une quarantaine d’années.

Il y a trente-cinq ans, le 27 décembre 1979, les troupes soviétiques franchissaient la frontière afghane et se sont emparé de Kaboul. Il y a à peine trois mois, Ashraf Ghani fut installé comme nouveau Président de la République afghane le 29 septembre 2014. Adbul Rachid Dostom et Sarwar Danish ont été investis comme Vice-Présidents de l’Afghanistan le même jour. Élu le 14 juin 2014 (après une première tentative le 2 novembre 2009), Ashraf Ghani a succédé à Hamid Karzai, à la tête de l’État afghan depuis le 22 décembre 2001. Les récents attentats talibans ont montré hélas que le pays est encore loin d’être pacifié.

Retour sur un enlisement militaire et sans doute la dernière grande erreur politique du régime des soviets.


Communiste dès 1973

Les communistes prosoviétiques ont pris le pouvoir à Kaboul à l’occasion de la Révolution de Saur le 27 avril 1978 (environ 3 000 morts) qui fut la réaction à l’assassinat de Mir Akbar Khyber, membre important du PDPA (parti démocratique du peuple de l’Afghanistan, fondé le 1er janvier 1965 par les communistes), dix jours plus tôt. Mohammed Daoud Khan, Président de la République autoritaire depuis son coup d’État du 17 juillet 1973, en avait profité pour arrêter les principaux leaders du PDPA lors des funérailles. Mohammed Daoud Khan (1909-1978) était le cousin du dernier roi d’Afghanistan, Mohammed Zaher Shah (1914-2007), qui régna du 8 novembre 1933 au 24 août 1973 (il est mort récemment, le 23 juillet 2007 à Kaboul après avoir reçu le titre de "Père de la Nation" le 15 juin 2002). Mohammed Daoud Khan fut auparavant Premier Ministre du 7 septembre 1953 au 10 mars 1963.

Il faut rappeler les périodes d’après guerre. Pendant la décennie Daoud (1953-1963) où Mohammed Daoud Khan s’était déjà emparé du pouvoir, l’Afghanistan avait suivi un programme de modernisation et d’industrialisation auquel se sont opposés certains religieux (mollahs). Le pays avait conservé une stricte neutralité durant la guerre froide, sans prendre position entre les USA et l’URSS mais en soutenant les Pachtounes contre le Pakistan (alliés aux États-Unis face à l’Inde non alignée mais proche de l’Union Soviétique). Mohammed Daoud Khan fut ensuite exclu du pouvoir et il revint avec l’aide des Soviétiques en été 1973 en installant un gouvernement communiste. Deux ans plus tard, le nord-est de l’Afghanistan s’est révolté contre Kaboul et s’organisa en mouvement islamiste opposé aux communistes. La révolte du 22 juillet 1975 fut écrasée par les communistes dans la vallée du Panchir. Y participèrent le futur Commandant Massoud (1953-2001) ainsi que Burhanuddin Rabbani (1940-2011), futur Président de la République du 28 juin 1992 au 27 septembre 1996 et du 13 novembre 2001 au 22 décembre 2001.

Depuis 1973, les communistes étaient donc au pouvoir à Kaboul. Mais il y avait plusieurs factions communistes rivales. Le 28 avril 1978, Mohammed Daoud Khan fut lui-même assassiné par la branche communiste soutenue par les Soviétiques (au sein du PDPA). Dix-sept membres de sa famille furent également exécutés. Le secrétaire général du PDPA (depuis le 1er janvier 1965), Nour Mohammad Taraki (1913-1979) s’arrogea tous les pouvoirs : Président de la République du 30 avril 1978 au 14 septembre 1979 et Premier Ministre du 1er mai 1978 au 27 mars 1979. Taraki était soutenu par les Soviétiques qui se méfiaient de son rival plus radical, Amin. Taraki avait nommé deux Vice-Premiers Ministres : Amin et Babrak.

Mais Hafizullah Amin (1929-1979) prit sa succession à la tête du gouvernement le 27 mars 1979 et le fit assassiner le 14 septembre 1979 pour prendre également la tête de l’État. Pendant le (court) "règne" sanglant d’Amin, des purges ont entraîné plusieurs dizaines de milliers de morts parmi les communistes du Parcham. Les Soviétiques décidèrent donc d’intervenir directement pour stopper Amin.


Une intervention pour "stabiliser" la situation politique

Le 27 décembre 1979, les troupes soviétiques ont pénétré dans le nord de l’Afghanistan et dans la capitale Kaboul où elles assassinèrent Hafizullah Amin. Pour simplifier énormément, on pourrait affirmer que les Soviétiques sont intervenus dans une guerre civile entre communistes afghans (Khalq, à l’origine de la Révolution d’avril 1978, et Parcham, proches des Soviétiques), en prenant le camp des plus modérés. Ils estimaient surtout qu’Amin n’était pas fiable et aveuglé dans son pouvoir personnel, il aurait pu se retourner contre l’URSS.

yartiAfghanistan02

L’URSS installa au pouvoir un homme plus sûr, Babrak Karmal (1929-1996), ancien bras droit de Mohammed Daoud Khan en 1973. Avec le soutien de l’armée soviétique, Babrak Karmal contrôla à partir du 27 décembre 1979 tous les pouvoirs : Président de la République (jusqu’au 24 novembre 1986), Premier Ministre (jusqu’au 11 juin 1981) et secrétaire général du PDPA (jusqu’au 4 mai 1986).

Le contexte régional de 1979 était particulièrement inquiétant par ses troubles.

D’un côté, le Pakistan était gouverné par le général Muhammad Zia-ul-Haq (1924-1988), Président du Pakistan du 16 septembre 1978 au 17 août 1988 à la suite de son coup d’État qui renversa Zulfikar Ali Bhutto (1928-1979) le 5 juillet 1977. Zulfikar Ali Bhutto avait été Président du Pakistan du 20 décembre 1971 au 13 août 1973 puis Premier Ministre du Pakistan du 14 août 1973 au 5 juillet 1977 (réélu démocratiquement le 10 mars 1977), et c’était lui qui avait nommé Zia chef de l’armée pakistanaise le 11 octobre 1976. Zulfikar Ali Bhutto fut condamné à mort le 18 mars 1978 et pendu le 4 avril 1979. Il était le père de Benazir Bhutto (1953-2007), future Premier Ministre elle aussi (du 2 décembre 1988 au 6 août 1990 et du 19 octobre 1993 au 5 novembre 1996). Zia n’a pas cessé de déstabiliser l’Afghanistan soviétique en aidant massivement tant militairement que financièrement les résistants islamistes contre le pouvoir communiste à Kaboul. Zia fut tué lors du crash de son avion le 17 août 1988, alors qu’il était accompagné de diplomates américains.

De l’autre côté, l’Iran était en pleine révolution islamiste depuis le 11 février 1979. Les islamistes étaient certes antiaméricains mais également antisoviétiques et la fièvre islamiste inquiétait beaucoup plus l’URSS que les USA à cette époque, puisque ces derniers n’ont pas hésité à les aider pour résister à l’occupation soviétique (il faut aussi comprendre l’opposition entre chiites et sunnites).


Une résistance acharnée et une armée soviétique mal préparée

Si le pouvoir dans les grandes villes et l’armée afghane étaient effectivement sous contrôle soviétique après 1979, ce que l’URSS n’avait pas imaginé, c’était que la résistance populaire s’est organisée et fut soutenue à la fois par des pays ouvertement islamistes (Arabie saoudite, Pakistan, etc.) et par les Américains et leurs alliés.

L’intervention militaire fut condamnée dès le 14 janvier 1980 par l’ONU. La plupart des pays musulmans l’ont également condamnée ainsi que la Roumanie. La plupart des pays "occidentaux" boycottèrent les jeux olympiques à Moscou du 19 juillet au 3 août 1980. À partir de début 1980, les Moudjahidine du peuple se sont structurés pour s’opposer à l’occupation du pays par plus de 100 000 soldats soviétiques.

yartiAfghanistan03

À la suite de combats très meurtriers où la bravoure était présente dans les deux camps, la résistance afghane est parvenue à reconquérir environ quatre cinquième du territoire (au relief de haute montagne très difficile pour l’Armée rouge) malgré plusieurs grandes offensives soviétiques.

Arrivé au pouvoir le 11 mars 1985, Mikhaïl Gorbatchev a compris très vite qu’il fallait quitter ce pays, mais il ne voulait pas humilier l’Armée rouge et a donc renforcé sa présence en Afghanistan pour obtenir une victoire militaire et partir la tête haute. Après quelques victoires militaires, le retrait des troupes soviétiques fut annoncé le 20 juillet 1987. Une trêve a été négociée notamment avec le Commandant Massoud.

Gorbatchev révoqua Babrak Karmal donné responsable de situation de guerre civile et le remplaça par Haji Mohammad Chamkani (né en 1947), Président de la République du 24 novembre 1986 au 30 septembre 1987, et surtout par Mohammed Nadjibullah (1947-1996), chef des services secrets afghans (le Khad, sous contrôle du KGB) à l’origine de très nombreuses exécutions et actes de torture, bombardé secrétaire général du PDPA du 4 mai 1986 au 16 avril 1992, et Président de la République du 30 septembre 1987 au 16 avril 1992.

Le régime communiste fut cependant renversé le 16 avril 1992 par l’alliance des différents groupes de résistants, en particulier entre Abdul Rachid Dostom, ancien communiste, et le Commandant Massoud. Nadjibullah, retenu dans les bâtiments de l’ONU à Kaboul pendant quatre ans, fut arrêté, traîné, torturé et assassiné par les talibans le 27 septembre 1996 après la prise de Kaboul.


Un bilan sanglant

Le 15 février 1989, les dernières troupes soviétiques ont quitté l’Afghanistan (début du retrait le 15 mai 1988). Pendant ces cent dix mois d’occupation, 900 000 soldats soviétiques se sont rendus sur le terrain. 800 avions et hélicoptères et 1 500 chars furent détruits.

yartiAfghanistan06

Le bilan humain de la guerre entre 1979 et 1989 fut très lourd. Près de 15 000 soldats soviétiques y laissèrent leur vie, 18 000 soldats de l’armée afghane et près de 100 000 résistants afghans. Mais en tout, avec la population civile, 1,2 million d’Afghans furent tués dans cette guerre et 6 millions ont dû partir en exil, principalement au Pakistan. Le pays ne comptait que 15 millions d’habitants, l’hémorragie a donc été terrible.

À noter que les pertes de la coalition étrangère qui, à partir du 7 octobre 2001, renversa les talibans (arrivés au pouvoir le 27 septembre 1996 et chassés le 13 novembre 2001, dirigés par le mollah Mohammad Omar), sont à ce jour de 3 486 (dont 2 356 Américains et 89 Français) pour une guerre qui coûta la vie à environ 40 000 personnes.


Épilogue

L’invasion de l’Afghanistan fut la dernière intervention militaire directe de l’Union Soviétique. Le dernier "cadeau" de Leonid Brejnev (1906-1982) avant son agonie. Après Budapest (1956), après Prague (1968), les Soviétiques ont pris cette décision comme un Néron qui brûlerait Rome. Par son enlisement, par sa violation du droit international et surtout par son coût (environ 30 milliards de dollars), cette guerre a précipité l’URSS dans sa chute après avoir renforcé les dissidences politiques. L’URSS voulait initier une ouverture vers le Golfe persique.

yartiAfghanistan04

Mais c’était trop tard : le mur de Berlin s’est effondré quelques mois après le retrait soviétique de l’Afghanistan, et l’Union Soviétique elle-même fut supprimée officiellement le 25 décembre 1991. Depuis la fin du régime communiste, la Fédération de Russie a néanmoins poursuivi de nouvelles guerres dans son environnement proche : guerre intérieure en Tchétchénie mais aussi extérieure en 2014 avec l’Ukraine et l’invasion (douce) de la Crimée.

Avec la chute du rouble (l’euro est passé de 58,80 roubles le 18 novembre 2014 à 75,53 roubles le 18 décembre 2014), l’effondrement des cours du pétrole (le baril est passé de 101,95 dollars le 1er janvier 2014 à 55,49 dollars le 18 décembre 2014), la Russie est blessée et isolée, ce qui n’est pas bon du tout pour la paix internationale. Dans sa conférence de presse du 18 décembre 2014, le Président Vladimir Poutine s’en est pris une fois encore à "l’Occident", supposée responsable de tous ses maux, pour défendre la "civilisation russe". La ficelle est certes un peu grosse, mais il faut se méfier des réactions nationalistes qui sortent souvent du cadre confortable de la raison économique. Une réconciliation politique entre l’Europe et la Russie devient donc urgente pour éviter l’escalade de la violence que le continent a déjà connue aussi stupidement en été 1914.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (27 décembre 2014)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Andrei Sakharov.
L’Union Soviétique.
L’Iran.
Le Pakistan.
L’Inde.
Les soldats morts en Afghanistan.
Oussama Ben Laden.
Le nouveau monde.

yartiAfghanistan05 


Moyenne des avis sur cet article :  1.55/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • scorpius scorpius 27 décembre 2014 12:09

    D’après Zbigniew Brzezinski, la CIA a « aidé » avant l’invasion soviétique ...



    • Ouallonsnous ? 27 décembre 2014 23:48

      Et après le retrait des soviétiques, qui donc a été à la manoeuvre jusqu’à maintenant ?

      Sylvain est partial et partiel comme d’habitude !


    • jako jako 27 décembre 2014 13:01

      et comment c’était avant tout cela ? car il y a bien un avant non ?


      • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 27 décembre 2014 15:18

        L’Occident aurait dû soutenir les Soviétique pour éclater la tronche aux Islamistes au lieu de s’allier avec des tarés qui balanceront quelques années plus tard leurs avions sur Nouille-Orque !


        • antyreac 27 décembre 2014 15:46

          En Afghanistan les impérialistes rouges ont eu la branlée (bien méritée ) de leur vie.


          • Esprit Critique 27 décembre 2014 15:55

            Cette remise en perspective de notre histoire très récente, est utile pour comprendre le monde actuel, en proie au Nazislamisme, qui s’avère par son étendue géographique, son irrationalité, sa monstruosité idéologique, un conflit en devenir, bien plus grave que tout ceux que l’humanité a déjà connu. Le venin est déjà disséminé.


            • Ouallonsnous ? 27 décembre 2014 23:50

              Le monde actuel est en proie au Nazislamisme, sionisme, depuis la fin du 19éme siècle !


            • Doume65 27 décembre 2014 16:00

              « la Russie est blessée et isolée »

              Rectification : Elle est blessée, certes, mais pas isolée du tout. Dire qu’elle est isolée relève du révisionnisme après toutes les signatures d’accords internationaux qu’elle a initiée ces derniers temps.


              • Crab2 27 décembre 2014 16:20

                Une seule chose ravage l’Afghanistan : la haine des femmes


                • MagicBuster 30 décembre 2014 15:57

                  Pourquoi ne pas considérer que les américains et les russes ont toujours été alliés ?

                  Il y a le bon et le mauvais flic, chacun peut choisir le bon qu’il préfère (ce qui ne change rien).
                  NB : Demandez au peuple d’Afghanistan

                  Dans cette hypothèse, les régulières tensions théâtrales (un peu partout dans le monde) entre ces deux géants n’auraient pour unique but que maintenir un équilibre.
                  Si un nouveau pays (n’importe lequel) ou n’importe quelle organisation veut diriger le monde, il apparait impossible de se mettre les deux grands à dos.

                  Que se passerait-il si un état disposant de bons renseignements, et dotés de moyens militaires efficaces et discrets découvrait le pot aux roses ?

                  Il lui serait indispensable d’agir masqué, voire de faire diversion en orientant vers un (autre) ennemi.


                  • Michel Maugis Michel Maugis 30 décembre 2014 23:10

                    A quand la dernière invasion des USA ?


                    Jamais, il y en a en permanence.

                    En fait ce n’ était pas une invasion, mais une intervention LEGAL à l’ appel du gouvernement Afghan légal contre le terrorisme organisée par CARTER

                    Les interventions soviétiques en Hongrie et en Tchécoslovaquie ont sauvé le monde, encore une fois, d’ une guerre mondiale.

                    Ce qui s’y passait était déjà des « révolutions de couleurs » financée par les USA

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès