Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’Afghanistan, nos soldats et... Ibn Khaldoun

L’Afghanistan, nos soldats et... Ibn Khaldoun

Peut-on imaginer ou rêver, un jour, d’un projet dans lequel de l’argent consacré à l’effort de la guerre (3 milliards en Afghanistan et 12 milliards de dollars en Irak respectivement par mois) serait injecté dans l’économie afin que le pays soit sur les bons rails ? On peut me reprocher de rêver. C’est juste, mais les grands projets utiles à l’humanité ont toujours commencé par un rêve. A bon entendeur, salut.

Le 15 janvier 2008, lors d’un attentat contre un hôtel de luxe à Kaboul, un ministre norvégien est blessé.

Le 27 février 2008, la base de Bagram a été la cible d’un attentat, au moment où le vice-président américain Dick Cheney la visitait. Les talibans disent l’avoir visée. Le comble est que le mollah Dadullah, commandant militaire des talibans, a déclaré à la chaîne panarabe Al-Jazeera que Ben Laden avait planifié et supervisé l’attentat, qui a fait une vingtaine de morts dont deux soldats américains.

Le 27 avril, un attentat, qui cette fois visait directement le président Afghan, M. Hamid Karzaï, échoue et il en sort indemne.

Le 4 juin... La liste est longue, il n’ y a pas un jour qui passe sans qu’il y ait une action militaire contre les forces de l’Otan. Ainsi, lundi dernier, une embuscade a été tendue aux militaires français en patrouille de reconnaissance et de renseignement dans la vallée d’Uzbin, au nord-est de Surobi dans un secteur dit RCC (regional Command Capital) situé à 50 kilomètres environ à l’est de la capitale afghane, Kaboul. Cette patrouille était composée d’une section de 8e RPIMa en tête, d’éléments de l’armée nationale afghane suivis d’une section du Régiment de marche du Tchad et, à l’arrière, des éléments des forces spéciales américaines chargées de guider l’appui-feu aérien en cas où la patrouille serait attaquée.

L’ensemble est constitué d’une centaine d’hommes. Selon l’état-major de l’Otan à Kaboul ; la mission de cette patrouille est de sécuriser une route dangereuse et peu fréquentée entre Saroubi, d’une part, et Tag Ab dans la province voisine de Kapisa, d’autre part.

Cette agression a coûté, à la France, la vie de dix de ses jeunes soldats et vingt et un blessés dont onze sont dans un état grave.
Selon le général Jean-Louis Georgelin, chef d’état-major des armées, les Français sont tombés dans une "embuscade bien montée". Les talibans ont fait preuve "d’une certaine capacité à manœuvrer et ne manquent pas de munitions".

Jacques Follorou, journaliste au journal Le Monde, dépêché en Afghanistan a pu interroger les militaires blessés dont les témoignages sont contraires à la version officielle.

Eu égard aux informations ci-dessus, comment peut-on expliquer de telles réalisations de la part des talibans et leurs alliés ? Il est indiscutable que le facteur commun aux opérations des insurgés, citées dans ce texte ou non citées, est sans doute la qualité des informations et des renseignements mis à leurs dispositions.

L’embuscade, le piège tendu à nos militaires est significatif, Jacques Follorou a rapporté que, lorsque les survivants sont arrivés au col trois heures plus tard, les talibans ont été prévenus par des complices. Les déclarations du général Jean-Louis Georgelin vont dans le même sens lorsqu’il déclare que l’embuscade était bien montée et que les insurgés disposaient suffisamment de munitions. Autrement dit, ils connaissaient exactement la taille de la patrouille.

Faut-il rappeler que l’affrontement a duré plusieurs heures et sans que les talibans soient réellement inquiétés. L’un de nos militaires, cité par J. Follorou, a déclaré que les tirs des talibans n’ont pas cessé pendant quatre heures. Donc, on n‘a pas lésiné sur les moyens et leurs lignes d’approvisionnement fonctionnaient bien.

Compte tenu de son importance et de son impact, cette agression, nous fait penser qu’elle n’aurait jamais, jamais, pu avoir lieu sans la complicité (directe ou indirecte) de l’armée afghane et de ses services et, plus probablement, du service des renseignements militaires.

Tentative de comprendre le mode de fonctionnement de la société afghane avec Ibn Khaldoun

Certes, à notre niveau, on ne dispose pas des éléments tangibles qui permettent de confirmer cette analyse. Cependant, il ne faut pas oublier que la société afghane est avant tout une entité tribale et la théorie de l’historien-philosophe arabe Ibn Khaldoun pour une partie de son œuvre, « al Muqaddima= Introduction », à savoir, d’al assabiyya al kabaliyya (cohésion et solidarité) s’y vérifie pleinement.

Pour être plus simple et plus clair, soulignons l’existence de plusieurs traductions de cette expression, nous en donnons quelques-unes : al assabiyya al kabaliyya peut être traduit comme « esprit de corps », « esprit de clan » et quelquefois « force sociale », « force clanique », « force tribale », « force communautaire ou religieuse ».

Donc, dans cette société (la société afghane) dominée par al assabiyya al kabaliyya, les relations sociales sont principalement tribales ; l’appartenance de l’individu à sa tribu, au chef de tribu, prévaut à celle du daoulla (Etat). Ainsi, le comportement, l’attitude et les réactions de l’individu dans ces conditions (les conditions de tribu) sont différents des individus urbains. En face d’un problème « x », intra-tribal, je m’allie avec mon frère contre mon cousin, alors que, en cas de problème « y » inter-tribal, je m’allie avec mon cousin contre l’étranger. En l’occurrence, l’étranger ici est la force de l’Otan.

Pourquoi ignorer l’autre ?

Ne pas comprendre cette réalité de la société afghane, ne pas comprendre son mode et son mécanisme de fonctionnement, ou refuser de l’analyser profondément afin d’en tirer les conséquences, car tout simplement à nos yeux, c’est complètement caduc, ne permet pas de comprendre comment les insurgés arrivent à être bien informés et arrivent à mener leur action à terme.

Il est certain, ou quasiment certain que des éléments appartenant à la même tribu et/ou à une coalition des tribus ont intégré l’armée et ses services avec pour un seul et unique but d’être au courant de tout.

Y a-t-il une sortie ?

La question qui s’impose, c’est comment faire pour sortir de ce bourbier ? La réponse ne peut pas être militaire seulement, ça fait plus de sept ans que les forces de l’Otan se battent, ça fait plus de sept ans que les forces de l’Otan mènent des opérations de tout genre. Le nombre des militaires de l’Otan est passé de 15 000 en 2001 à 70 000 en 2008. Les talibans, chassés du pouvoir en 2001 et coincés dans des zones limitées, dominent aujourd’hui presque 50 % du territoire afghan et le pire est qu’ils opèrent maintenant à partir de 50 kilomètres de Kaboul alors que le recrutement des nouveaux moudjahiddines est en marche.

L’indispensable mutation

Donc la vraie réponse serait une mutation de la société afghane, passant d’« al’umrân badâwi ou badâwa  », c’est-à-dire de « la vie rurale » vers « al’umrân hadâri ou hadâra », à savoir « la vie urbaine  ». Le mécanisme de ce passage social est déterminé par « le dénouement/ la dissolution » d’« al assabiyya al kabaliyya », selon nos termes d’aujourd’hui, il nécessite des mesures socio-économiques et politiques afin de libérer l’individu de l’emprise clanique et tribale et l’intégrer dans une société plus ouverte et plus équitable.

NB :
c’est une grosse erreur et un contresens de traduire les termes « al’umrân badâwi » et « al’umrân hadâri » respectivement par « vie au désert ou vie nomade » et « vie sédentaire ». Dans al Muqaddima d’Ibn Khaldoun, il y a une définition explicite et sans ambiguïté de ces deux termes. On y trouve que hadâra et badâwa se réfèrent à la vie urbaine pour le premier et la vie rurale pour le deuxième.

Sur le plan économique, jusqu’à maintenant, beaucoup de promesses pour rien, le président, M. Hamid Karzaï, ne cesse de se plaindre de ces promesses. Les Etats-Unis dépensent chaque mois 3 milliards de dollars en Afghanistan, soit 100 millions de dollars par jour, alors que l’ONU ne parvient même pas à boucler la somme de 400 millions de dollars nécessaires pour venir en aide auprès du tiers de la population afghane qui souffre de sous-alimentation.

Les jeunes Afghans et les pères de familles, dans leur lutte quotidienne pour survivre, se trouvent devant deux voies, cultiver l’opium ou intégrer les rangs des insurgés et, parfois, ils sont contraints à faire les deux à la fois. Là, le monde libre, le monde démocratique doit intervenir pour créer ou inventer la troisième voie, une voie pleine d’espoir où l’homme serait au cœur d’un projet économique de développement.

Sur le plan politique, la classe politique afghane est à l’image du reste du pays et, selon plusieurs observateurs, elle est corrompue. Nous ne nous attardons pas sur ce sujet, car après tout cette une question ne dépend que de la population afghane elle-même.

La formation des forces locales de sécurité doit constituer l’essentiel du travail de nos militaires afin que les Afghans arrivent à assurer eux-mêmes leur propre sécurité. Nos militaires, comme les autres militaires d’ailleurs, quoi qu’ils fassent, sont, aux yeux de la population, des étrangers qui occupent leur pays et la source de tous leurs malheurs en sachant que les soucis de ce pays ne datent pas d’hier.

Incompréhension et inquiétude !

Une chose quand même nous intrigue dans cette guerre : pourquoi les responsables américains refusent tout contact avec les insurgés du Mullah Omar en Afghanistan alors qu’ils le font avec les autres Mullahs en Irak ?

Le président de la République, M. Sarkozy, a déclaré en avril dernier à Londres, lors de sa décision d’augmenter notre participation (700 militaires) au sein des forces de l’Otan en Afghanistan, qu’il s’engageait à convaincre le président de l’administration états-unienne, M. Bush, de changer la méthode. Pour l’instant, aucun signe ne permet de constater un tel changement.

Espoir mais sans illusion !

Peut-on imaginer ou rêver, un jour, d’un projet dans lequel de l’argent consacré à l’effort de la guerre (3 milliards en Afghanistan et 12 milliards de dollars en Irak respectivement par mois) serait injecté dans l’économie afin que le pays soit sur les bons rails ? On peut me reprocher de rêver. C’est juste, mais les grands projets utiles à l’humanité ont toujours commencé par un rêve. A bon entendeur, salut.

Fayez Nahabieh / Le 24.08.2008.
Membre de l’association « Amis du Monde diplomatique »
La Réunion FRANCE

Références
1. Les soldats blessés racontent l’embuscade, les combats, les erreurs… Jacques Follorou. Le monde.fr 20.08.2008.
2. Reconnaissance d’Ibn Khaldoun. Entretien d’Olivier Mongin directeur de la revue Esprit avec Abdesselam Cheddadi. La revue Esprit.

Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • morice morice 25 août 2008 11:16

    Très bon article qui INFIRME totalement les thèses de notre secrétaire de l’Elysée, qui voudrait bien forcer la main pour nous faire croire que les responsables sont "étrangers" : c’est la désinformatin façon Bush sur laquelle s’aligne de façon éhontée Claude Guéant hier dans le Figaro. On est au stade de la PROPAGANDE gouvernementale là, merci donc de rester aussi vigilant sur le sujet. le régime de Karzaï est pourri jusqu’à la moêlle, et nous le SOUTENONS.


    • HELIOS HELIOS 25 août 2008 11:30

      Bonjour,
      Interressant votre article, toutefois je me permettrais d’apporter un commentaire qui va probablement deplaire.

      D’un point de vue moral, est-il acceptable d’aider ceux qui vous font du mal ?

      Voila, vous vous posez la question de l’argent "mal" depensé dans la guerre, evidement, personne ne vous dira que c’est une "bonne" depense, mais a y regarder de plus pres vos affirmations ne tiennent pas, toujours d’un point de vue moral.
      D’abord parceque cet argent et les vies qui l’accompagnent representent un effort que fait une nation pour resoudre une problème. cet effort, de générosité ou d’intérêt n’est fait que parce qu’il y a volonté de faire quelque chose. Pour avoir la volonté de faire, justement, il faut des conditions, des relations, des convergeances de vues ou d’interêts etc.

      Replaçons nous dans le contexte. Voila un pays, pauvre certe, qui merite de l’aide. Que fait il ? pour essayer d’abord de s’en sortir ?
      Face au choix d’une evolution suivant son modèle seculaire ou d’une occidentalisation il choisit la seconde solution. l’objectif n’etant pas atteignable seul, au lieu de collaborer, converger, etre partenaire, il choisi la lutte, l’affrontement, la violence, le terrorisme bref rien que du sympathique au deumeurant. Dans ces conditions, pensez vous que d’autres peuples se sentent soudain epris d’une générosité sans limite, se forcent (faire un effort) et se chargent de payer pour aider, construire pacifier et apporter le bien être a ceux qui les combattent ??? c’est moralement insoutenable et vous le savez bien.

      Vous ne pouvez donc pas comparer l’argent depensé pour "la guerre" et celui qui serait necessqire au developpement du pays. Le developpement est une question d’adhesion a une collectivité, (opposé au repli)... en l’occurence la communauté des nations. On ne peut pas adherer d’un coté et continuellement lutter et destabiliser les autres membres sans courir le risque de se voir stigmatisé et rejetté.

      Ce qu’il se passe pour l’Afghanistan aujourd’hui, dans son amplification et probablement son exagération, est de la même nature avec ce qui se passe pour quasiment tous les pays musulmans du monde avec une cristalisation plus prononcée pour les pays arabes. Ces pays donc, ont besoin d’aide de par leur condition geographiques et climatique. ils n’ont pas, en général (pas tous bien sur) besoin d’argent mais de soutiens techniques dans quasiment tous les domaines de la societé ainsi que dans les infrastructures et equipements. Or, leur volonté manifeste de ne pas respecter la "main" qui aide les a transformé en ennemi potentiel lorsqu’ils ne sont pas déjà ennemis avérés ? Comment va-t-on leur apporter de l’aide ? Vous voyez vous, cous même donner de l’argent a ceux qui balancent des missiles sur Israel, qui se font sauter dans les bus ? Non, a ces gens là, on leur envoie des soldats armés jusqu’au dents pour les éradiquer. le seul reproche que je puisse faire aux gouvernements occidentaux, c’est de ne pas aider plus ceux qui le meritent par leur volonté de developpement sain et harmonieux et de ne pas se donner les moyens face a ceux qui emploient les plus viles methodes.

      Voila, j’ai tenté de faire avancer le debat. les pas d’accord ont le droit de l’être, mais pour le moinssage, ce n’est pas d’actualité. Bonne journée


      • Philou017 Philou017 25 août 2008 11:53

        @Helios : "Ces pays donc, ont besoin d’aide de par leur condition geographiques et climatique. ils n’ont pas, en général (pas tous bien sur) besoin d’argent mais de soutiens techniques dans quasiment tous les domaines de la societé ainsi que dans les infrastructures et equipements. "

        Quel mepris façon colonialiste pour ces pays. Les Afghans ont surtout besoin qu’on leur fiche la paix.

        "même ceux qui balancent des missiles sur Israël" : on voit quel est votre point de vue. limite raciste je trouve.

        Présentation partielle, partiale et méprisante. Je vous moinsse 3 fois plutôt qu’une.


      • HELIOS HELIOS 25 août 2008 12:22

        @ Philou017...

        oui, effectivement avoir indiqué le nom d’Israel, est toujours suspect n’est-ce pas ? Je n’ai rien qualifié d’autre que d’indiquer un fait, mais tout de suite vous interpretez ....

        Pour le reste, oui, je suis d’accord avec vous, les Afghans ne demandent qu’une seule chose, c’est qu’on ne s’occupent pas d’eux. Il faudrait savoir de quels Afghans vous parlez, bien sur, tous ne sont surement pas de votre avis, mais admettons. Dans ce cas, foutons leur vraiment la paix, c’est a dire ne faisons pas d’ingerance avec leurs affaires. chaque ballot d’opium qui sort qu’est-ce qu’on fait ? quand ils viennent chez nous pour que nous installions chez eux, television, video, GSM, GPS, aeroport etc qu’est-ce qu’on, va leur dire ? re-inventez tout, industrialisez vous et faites le vous même ?
        Non, bien sûr, car s’ils veulent beneficier du developpement mondial il faut qu’ils acceptent d’appartenir au monde réel, le monde qui ne mets pas de bombe...

        Quand a mon supposé racisme, même limite ? savez vous vraiment ce que c’est que d’être raciste ?


      • Philou017 Philou017 25 août 2008 12:47

        Helios : "quand ils viennent chez nous pour que nous installions chez eux, television, video, GSM, GPS, aeroport etc qu’est-ce qu’on, va leur dire ?"

        Vous connaissez mal la situation. Ceux qu’ont besoin beaucoup d’Afghans, c’est d’assurer leurs besoins premiers :

        "Là où la misère se trouve, une affreuse misère et l’absence d’espoir, toutes les sortes de normalité, qui ont auparavant prévalu dans la famille, dans le voisinage, cessent d’exister. Ecoutez, quand les gens sont bombardés et tués, chacun ne pense qu’à soi. Il n’y a plus de vie sociale normale. Les priorités des gens changent, leur approche de la vie change, et les perspectives des gens sur les choses qui doivent être faites changent aussi. La première priorité des gens en Afghanistan est la question : où peuvent-ils trouver de la nourriture, comment peuvent-ils se procurer de l’alimentation pour remplir leur estomac."
        www.horizons-et-debats.ch/index.php

        « La dure réalité, c’est que de vastes régions de l’Afghanistan connaissent un développement très limité. Pire encore, le conflit armé, force de plus en plus de gens à quitter leur foyer. Il faut répondre de toute urgence aux besoins humanitaires croissants de ces personnes déplacées et d’autres groupes vulnérables. La population afghane mérite de vivre dans un environnement sûr et de pouvoir disposer de soins de santé décents, d’eau potable et de vivres en suffisance », a ajouté M. Kellenberger.
        www.icrc.org/web/fre/sitefre0.nsf/html/afghanistan-news-080408 !OpenDocument

        Du fait des combats entre les forces afghanes et internationales, d’une part, et l’opposition armée, d’autre part, de nombreuses communautés rurales demeurent isolées. Leurs membres doivent faire face à d’énormes difficultés, notamment en ce qui concerne l’accès aux soins de santé primaires, à l’alimentation, à l’eau potable et aux services sanitaires. Ceux qui s’aventurent à transporter leurs proches blessés ou malades depuis les régions de montagne vers les villes, pour qu’ils puissent y être soignés, le font au péril de leur vie, en raison de l’insécurité. Dans de nombreuses régions, la situation tragique des habitants est encore aggravée par l’imminence d’une sécheresse ainsi que par la crise alimentaire mondiale, et l’inflation galopante qui en résulte. La vie de nombreux Afghans est en outre mise en péril par la présence de restes explosifs de guerre et de mines antipersonnel.

        Des milliers de personnes vivant dans des régions reculées du pays doivent abandonner leur foyer pour chercher refuge dans des zones plus sûres, où elles dépendent de l’aide que leur offrent des membres de leur famille pour survivre. Leur présence soumet à encore plus rude épreuve les services de santé et d’assainissement déjà surchargés, dans des régions comme Kandahar, Helmand et même Kaboul.

        « Notre priorité est d’intensifier nos efforts pour répondre aux besoins aigus et urgents qu’il n’a pas été possible de satisfaire à ce jour, le manque de sécurité empêchant les secours d’être acheminés vers les communautés les plus vulnérables, a expliqué M. Kellenberger

        www.icrc.org/web/fre/sitefre0.nsf/htmlall/afghanistan-news-120608

        On est loin des téléphones portables.


      • HELIOS HELIOS 25 août 2008 16:07

        Nous n’avons pas les mêmes références, je viens de regarder hier ou avant hier une emission de télé datée de 2007 qui nous expliquait que les afghans n’avaient pas de besoins de nourriture dans les campagnes.

        Bon, c’est un (mauvais) détail, j’en conviens et je vous rejoins sur la globalité de ce qui est dit, sur le besoin des afghans etc. Mais vous ne pouvez par faire l’amalgame d’un coté soigner les familles dont le fils ou le père vous tire dans le dos une fois que vous le leur presentez.. N’oubliez pas pourquoi les troupes internationales sont là-bas, et ne me ressortez pas le chemin des oleoducs.

        Vous savez comme moi qu’il s’agit d’une guerre contre la drogue, la mafia et le terrorisme.

        — - La drogue, vous savez de quoi je parle...

        — - La mafia, ce sont les gens qui profitent de l’immense quantité d’argent généré par cette drogue et qui sous couvert de nationalisme ou d’integrisme religieux essayent de creer une force sans foi ni loi autres que leur propre volonté

        — - Le terrorisme c’est le moyen employé par les uns ou les autres pour mener a bien les visées des mafias. La dedans comme partout il y a "quelques" sincères, mais qui ne se font helas pas vieux.

        Le peuple afghan, comme leur armée defendent ces trois catastrophes parce qu’ils en font partie eux aussi.

        C’est la ou votre raisonnement et le mien divergent. moi, je ne veux pas payer pour celui qui me tire dans le dos.

        Par contre, et je me suis deja exprimé sur d’autres articles, je pense qu’il est temps de faire le point et de savoir si c’est notre rôle de participer a une intervention sur ce peuple.


        — - si la reponse est non, il faut partir immediatement et par la même cesser tout contact, et même faire un cordon sanitaire autour pour que la maladie ne s’etende pas. plus d’intervention, c’est plus de commerce, plus d’aide : rien. et bien sur avec l’appuie des forces internationale afin que personne ne viennent profiter de la place pour continuer. dans 30 ou 50 ans les afghans seront un grand peuple pouvant integrer la communauté internationale ou ne seront plus que quelques individus a l’instar des indiens d’amazonie


        — - Si la reponse est oui, alotrs il faut se donner les moyens de gagner, les vrais moyens. Plus un "taliban", plus un mercenaire, plus un mafieu a commencer par H Karzai ne doit rester debout. l’Onu doit administrer le pays jusqu’a ce qu’ils soit capable d’être autonome. ce sera une periode noire, mais c’est le prix a payer pour revenir la tête haute dans le concert des nation.


      • Philou017 Philou017 25 août 2008 17:24

         Helios : "Vous savez comme moi qu’il s’agit d’une guerre contre la drogue, la mafia et le terrorisme. "

        Il n’a jamais été prétendu qu’il s’agissait d’une guerre contre la drogue ou la mafia. Du reste la drogue et les clans mafieux prospèrent avec la participation active de ministres et de députés du gouvt fantoche de Karzai.
        Concernant le terrorisme , il s’agit de terrorisme international. Nullement du terrorisme intérieur.
        Allez voir les résolutions de l’ONU. Aujourd’hui, il n’y a plus d’argument en faveur de ce terrorisme international. Si en 7 ans, les américains ne sont pas parvenus à l’éliminer , c’est pas maintenant que ca va changer. Il y aurait bcp à dire sur la réalité du terrorisme issu de la nébuleuse indistincte d’Al qaida, et sur son réel pouvoir. De toute façon, les autorités ne parlent plus d’Al-qaida, mais des talibans. Ce qui est faux aussi, puisque les talibans sont loin d’être les seuls engagés dans ce conflit.
        Seuls quelques journalistes ’commentateurs’,
        friands de clichés faciles, parlent encore d’Al Qaida en Afghanistan .
        Tout cela n’est plus qu’un pretexte.

        si la reponse est non, il faut partir immediatement et par la même cesser tout contact, et même faire un cordon sanitaire autour pour que la maladie ne s’etende pas. plus d’intervention, c’est plus de commerce, plus d’aide : rien. et bien sur avec l’appuie des forces internationale afin que personne ne viennent profiter de la place pour continuer. dans 30 ou 50 ans les afghans seront un grand peuple pouvant integrer la communauté internationale ou ne seront plus que quelques individus a l’instar des indiens d’amazonie

        Votre vision destructrice et paranoiaque n’est certainement pas la mienne. Seules la paix et la justice peuvent enrayer toute dérive terroriste. Le terrorisme prospère sur les terreaux de la guerre, de l’insecurité et du népotisme.

        - Si la reponse est oui, alotrs il faut se donner les moyens de gagner, les vrais moyens. Plus un "taliban", plus un mercenaire, plus un mafieu a commencer par H Karzai ne doit rester debout. l’Onu doit administrer le pays jusqu’a ce qu’ils soit capable d’être autonome. ce sera une periode noire, mais c’est le prix a payer pour revenir la tête haute dans le concert des nation.
        Vous êtes pas un peu malade ?


      • HELIOS HELIOS 25 août 2008 19:33

        Vous avez raison, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil....


      • Arafel Arafel 31 août 2008 22:48

        .....................Dans ce cas, foutons leur vraiment la paix, c’est a dire ne faisons pas d’ingerance avec leurs affaires. chaque ballot d’opium qui sort qu’est-ce qu’on fait ? .................................

        Ha ! parce que l’on est là bas pour lutter contre le trafic de drogue ?
        Je croyais que c’etait pour sauver la liberté du monde " libre" ?


      • Arafel Arafel 31 août 2008 22:59

        L’auteur :"L’embuscade, le piège tendu à nos militaires"

        Je suis moi même un ancien du 8eme RPIMa, et que croyez vous, que l’on ne vous apprend pas à monter des ambuscades ?
        L’ambuscade fait partie de la guerre, il n’y a là rien de fourbe ni de déloyal.

        Le pire c’est pour ceux qui la subissent sans recevoir d’aide, et c’est ce qui semble s’être passé.
        Mais une chose m’etonne quand même : une ambuscade qui dure plus de 4 heures....


      • Philou017 Philou017 25 août 2008 11:46

        @L’auteur : "Sur le plan économique, jusqu’à maintenant, beaucoup de promesses pour rien, le Président Monsieur Hamid KARAZAÏ ne cesse de se plaindre de ces promesses. Les états unis dépensent chaque mois 3 milliards de dollars en Afghanistan, soit 100 millions de dollars par jour, alors que l’ONU ne parvient même pas à boucler la somme de 400 millions de dollars nécessaire pour venir en aide auprès du tiers de la population afghane qui souffre de la sous alimentation."

        Votre phrase montre bien l’absurdité de cette guerre. Elle montre aussi que le guerre est principalement au services du complexe militaro-industriel et rien d’autre.

        L’IFAS qui avait en 2001 la possibilité de reconstruire le pays politiquement et économiquement, n’a presque rien fait en ce sens. La guerre extrêmement brutale livrée aux supposés "centres" du terrorisme a servi de politique. Les brutalités et exactions nombreuses (arrestations arbitraires, coup de mains de forces spéciales, bavures sanglantes) finissent par dresser la population contre l’IFAS.
        www.agoravox.fr/article.php3

        Hamid Karzai est surtout une marionnette Etatsunienne :

        Hamid Karzaï est repéré dans les années 1990 par Zalmay Khalilzad, un afghan naturalisé aux États-Unis en 1984 et qui fait partie de la RAND Corporation, un think tank proche de l’administration des États-Unis et actuel ambassadeur des États-Unis en Afghanistan. Sur ses conseils, le département d’État décide de le promouvoir comme futur président ; pour lui donner une légitimité, il est envoyé en Afghanistan en octobre 2001 pour rassembler quelques tribus pashtounes contre les talibans, les actes de guerre étant en fait largement effectués par les forces spéciales américaines et britanniques. Il échappe à un attentat le 5 septembre 2002.
        fr.wikipedia.org/wiki/Hamid_Karzai

        Sur le site de CNN, le 12 décembre 2004, nous apprenions que le président de l’Afghanistan, Hamid Karzai, avait auparavant travaillé pour une entreprise pétrolière et gazière californienne, Unocal. Il était salarié par Unocal en tant que lobbyiste.
        bellaciao.org/fr/spip.php

        www.mondialisation.ca/index.php

        Ce gouvernement est tres peu reconnu par la population, à tel point que Karzai est surnommé : "le maire de Kaboul".

        Certains parlent d’une guerre civile si l’Ifas quitte l’Afghanistan, mais c’est exactement ce qui est en train de se passer maintenant. Personne ne règlera les problemes à la place des Afghans, même si l’état de guerre du fait des interventions extérieures se prolonge depuis 30 ans et a installé une situation d’affrontement. Mais l’occupation et la force ne résoudront rien.

        Bref, aucune solution ne parait en vue. Seules des négociations politiques avec toutes les parties et le remplacement de l’IFAS par une force d’interposition temporaire de l’ONU peuvent à mon avis apporter une solution à terme.

        Alors, on pourrait toujours rêver que les sommes faramineuses investies dans une présence armée soient attribuées au rétablissement de l’Afghanistan.


        • LE CHAT LE CHAT 25 août 2008 14:34

          t’as raison , on peux rêver , mais ça fait tomber moins de dollars dans les caisses des militaro industriels et du parti républicain !


          • Serpico Serpico 25 août 2008 15:52

            L’auteur :"L’embuscade, le piège tendu à nos militaires"

            ************

            Tiens ! il y a des embuscades pendant une guerre...

            Des fourbes, ces afghans.

            Et puis quoi encore ? la noblesse du combattant occidental qui joue à découvert ? on bombarde à l’air libre, 50 morts par largage, des femmes et des enfants de façon très fair-play...

            Comment ça une embuscade ? Ils étaient plus nombreux aussi ?

            Encore l’arbitre qui ne fait pas son boulot et sarko et son sinistre de la défense qui nous racontent des âneries.

            Les soldats français ne sont même pas morts pour leur pays. Ils ne se sont pas engagés pour mourir pour des causes fumeuses.

            Il ne fallait pas envoyer nos soldats mourir pour les Etats-Unis.


            • HELIOS HELIOS 25 août 2008 16:10

              Ils ne sont pas allés mourir pour les "etats-unis", ils sont allés mourir pour rien ! c’est là, le vrai drame.


            • el bourrico 25 août 2008 16:47

              N’oubliez pas pourquoi les troupes internationales sont là-bas

              Ah ? J’avoue que j’aimerai bien connaitre votre version la dessus.
              Alors, pourquoi y a t-il des soldats Français la bas ?


              • Emile Mourey Emile Mourey 25 août 2008 18:24

                @ l’auteur

                Votre analyse de la situation ne me semble pas contradictoire avec celle de nos experts (cf . émission C dans l’R). Quant aux solutions proposées, scepticisme de ma part ! Ce qu’il faudrait vaincre est le fanatisme religieux et donc porter le débat sur le fondement des religions. Je rectifie : "ce qu’il aurait fallu faire depuis longtemps".

                En ce qui concerne votre explication de l’engagement, vous avez pu vous rendre compte depuis la rédaction de votre article que les critiques que vous formulez étaient infondées. Même si on peut faire des réserves sur le choix de monter une opération par une température de 30 à 35 degrés, même si on peut mettre en doute l’argument selon laquelle le lieu avait déjà été "patrouillé" (la première fois, ça passe, la deuxième fois ça casse), je ne pense pas qu’on puisse critriquer la réaction du commandement.

                Il s’agit là d’un engagement normal comme j’en ai connus moi-même.


                • Philou017 Philou017 25 août 2008 20:27

                  E Mourey : "Quant aux solutions proposées, scepticisme de ma part ! Ce qu’il faudrait vaincre est le fanatisme religieux et donc porter le débat sur le fondement des religions. "

                  Je ne pense pas. D’abord, nous n’avons aucun droit de nous attaquer à des croyances religieuses. Ensuite, le probleme en Afghanistan n’est pas religieux, mais politique et économique.

                  Le pays est en quasi guerre permanente depuis 30 ans, n’a aucune culture politique et démocratique, et les enjeux de pouvoir sont l’occasions d’affrontements entre chefs de clan.

                  Le probleme économique est aujourd’hui crucial. Beaucoup de gens ne mangent pas à leur faim :
                  "Là où la misère se trouve, une affreuse misère et l’absence d’espoir, toutes les sortes de normalité, qui ont auparavant prévalu dans la famille, dans le voisinage, cessent d’exister. Ecoutez, quand les gens sont bombardés et tués, chacun ne pense qu’à soi. Il n’y a plus de vie sociale normale. Les priorités des gens changent, leur approche de la vie change, et les perspectives des gens sur les choses qui doivent être faites changent aussi. La première priorité des gens en Afghanistan est la question : où peuvent-ils trouver de la nourriture, comment peuvent-ils se procurer de l’alimentation pour remplir leur estomac."
                  www.horizons-et-debats.ch/index.php

                  Résoudre le probleme de la pauvreté et des besoins primaires des Afghans est la premiere chose à réaliser. Ensuite, trouver une modus opérandi politique qui permette de calmer les conflits.

                  En l’occurence, l’occupation de l’Afghanistan par l’IFSA, qui est de plus en plus contestée, pour ne pas dire haie, ne permet plus d’envisager une quelconque solution. On se dirige droit vers une guerre civile, si on n’y est pas déjà.
                  Une transmission du probleme à une force neutre de l’ONU devrait permettre de sortir de l’impasse. Encore faudrait-ils que les américains le veuillent...

                  Le probleme de la religion a été tres surmédiatisé. La Burkha na date pas des talibans, et si on a pu s’indigner des exces des talibans, le probleme vient avant tout d’une absence de pouvoir politique équilibré.
                  Donnez la sécurité et de quoi vivre normalement aux Afghans et les problemes deviendront gérables.


                • Emile Mourey Emile Mourey 25 août 2008 22:46

                  @ Philou

                  Je pense qu’avec la montée en puissance de l’extrémisme religieux au Pakistan, le conflit va s’islamiser de plus en plus en Afghanistan et c’est justement là le danger. S’il n’y avait eu que des problèmes de tribus et un sentiment "nationaliste", on pouvait encore espérer mais la situation évolue et pas dans le bon sens.


                • katalizeur 26 août 2008 00:31

                  @monsieur emile MOUREY
                  de quel extremisme parlez vous
                  les afgans veulent se defaire de l’occupation etrangere donc resiste et vous qualifiez cela de monté de l’extremisme
                  donc jean moulin etais un extremiste chretien qui par une religiosité extreme se battit contre l’occupant
                  mais il est vrai que quand le nazisioniste us bombe des enfants et leurs mamans il y a des chances que se soit des talibans puisque les nazisions le disent

                  maintenant qu’il y est des factions .....oui.....commme en france il y avait des groupes constitués de divers tendances politiques ( communiste ,gaulliste comme moi,des gens d’autres bords politique) mais qui combattus pour la meme cause a un moment pour liberé la FRANCE

                  IL n’empeche qu’une fois la france liberé les combats politique on repris


                • Emile Mourey Emile Mourey 26 août 2008 08:37

                  @ katalizeur

                  Vous déformez mes propos et vous le savez bien.


                • katalizeur 26 août 2008 08:56

                  bonjour monsieur MOURET
                   je ne pense pas deformer votre pensé, meme s’il est possible que vos propos soient plutot ambigus
                  expliquez moi je vous prie l’extremisme de mes freres afgans
                   ¤ le fait de vouloir vivre selon ses traditions est de l’extremisme pour vous..... ?????????
                   ¤le fait que les femmes afgannes ne fassent pas de top less, ne montrent pas leurs strings ,c’est de l’extremisme ;; ;; ;; ;; ;;......... ???????????
                   ¤vouloir vivre selon sa religion c’est de l’extremisme ?............????????
                  de quel EXTREMISME parlez vous ????????????
                  je ne suis que maçon enfin manoeuvre en batiment ; donc je ne comprend pas tout...... ;si vous pouviez m’eclairer et me remettre sur la voie du progres....... du non extremisme comme vous et la doxa merdiatique dites.


                  conseil de lecture : ibn khaldoun, encore un arabo musulman me direz vous.......ok
                   alors lisez GUENON
                  ENSUITE vous me parlez de mon extremisme si vous le voulez bien
                  je vous remercie ,monsieur de votre comprehention


                • Emile Mourey Emile Mourey 26 août 2008 09:24

                  @ katalizeur

                  Dans le cas où vous seriez vraiment ce que vous dites, je vous répondrais que vous n’êtes pas un extrémiste et que votre travail vous honore. Si vous voulez vraiment vous informer, alors faites-le :http://www.afghana.org/1015/index.php?option=com_content&task=view&id=267&Itemid=42. Vos véritables frères sont vos compagnons de travail et non les combattants de la charia.

                  Dans le cas où vous seriez un manipulateur d’extrême-droite qui, sous une fausse identité, chercherait la provocation par vos outrances, il n’y a rien à répondre. Point final.


                • katalizeur 26 août 2008 09:57

                  monsieur vous etes un marrant,gentil mais marrant
                  je precise que je suis Français depuis X generations et si je vous dit maçon en realité cela veut dire un non "intellectuel zombifié" je ne suis pas d’extreme droite mais gaulliste ,un vrai, pas les nouveaux aplaventristes (CNR : CONSEIL NATIONAL DE LA RESISTANCE) rien avoir avec l’umps
                  cela dit je ne vous parle pas de mon extremisme
                  mais la discussion c’est engagée sur l’extremisme du peuple afghan qui se rebelle contre l’occupant
                  alors ne me repondez pas a cote avec un ton paternalise au petit bougnoul (travail on s’occupe de tout)
                  je vous redemande de m’expliciter "EXTREMISME AFGHAN"
                  la question est elle assez clair  m’isiou.


                • Philou017 Philou017 31 août 2008 12:27

                  Mr Mourey : "Je pense qu’avec la montée en puissance de l’extrémisme religieux au Pakistan, le conflit va s’islamiser de plus en plus en Afghanistan et c’est justement là le danger. S’il n’y avait eu que des problèmes de tribus et un sentiment "nationaliste", on pouvait encore espérer mais la situation évolue et pas dans le bon sens."

                  Je ne vois pas de montée de l’extrémisme religieux au Pakistan. Je pense que cet extrémisme est présent depuis longtemps, avec l’encouragement d’une partie des services de l’ISI Pakistanais. L’arrivée au Pakistan d’un pouvoir plus démocratique que celui de Musharraf peut améliorer les choses.
                  En tous cas, une guerre pure et dure contre la révolte Afghane ne peut amener qu’une radicalisation des mouvements islamistes. L’apaisement passe forcément par une solution politique, ce que ne permet pas la présence Etatsunienne et le gouvernement Karzai qui est un gouvt fantoche.
                  L’islamisme fanatique prospere toujours sur des situations de guerre et de sentiment d’injustice. C’est pourquoi la situation actuelle me parait être une impasse.


                • Emile Mourey Emile Mourey 31 août 2008 15:22

                  @ Philou

                  Je ne suis pas assez bien informé pour prendre position. Je voudrais bien partager votre optimisme démocratique et pacifiste. Mais apparemment, il semble que la stratégie adoptée actuellement soit d’écraser prioritairement les talibans jusque dans leurs sanctuaires pour en délivrer la population.


                • 3°oeil 25 août 2008 19:18

                  Pour ce qui est de la drogue , du temps des talibans la culture du pavot était interdite en occident le gr se vendait 100 euros,aujourdhui il est à 30 euros ,c’est à cause de quoi ? la mondialisation,l’ultra-libéralisme, ah le terrorisme un puit sans fond pour ceux qui travaillent en coulisse.


                  • katalizeur 25 août 2008 20:08

                    t’inquiete
                    helios regarde beaucoup la television , puis viens ici pensant etre au bistrot, avec comme auditoire mesdames michu et compagnie, leurs paye une carafe de rouge
                      ;puis leurs fait un exposé de la geostrtegie qu’il a tout compris a l’ecole de "c’est d’en l’air" et meme qu’il est diplomé de TF1 et il continu sa formation continu dur la france 24 EN ANGLAIS s’il vous pli


                    clown DHLien tu es demasqué


                    • HELIOS HELIOS 31 août 2008 12:06

                      Bizarre, j’avais fait une longue réponse a ce commentaire.... il a disparu ?

                      Comment cela peut-il se produire, il y a t-il une censure sur agoravox ?,
                      Je ne parle pas de supprimer un message insultant ou qui puisse enfreindre la loi, je parle d’une opinion ou d’une reponse courtoise, même si celle ci peut etre "appuyée"...
                      Qu’est donc devenue ma réponse ? le savez vous, mr l’auteur ?


                    • Yannick Harrel Yannick Harrel 26 août 2008 11:05

                      Bonjour,

                      Lorsque l’on parle de complices parmi la population indiquant aux talibans les allers et venues des forces de la coalition, je pense que ces derniers n’ont pas trop de mal à trouver des recrues potentielles avec les bavures périodiques de l’OTAN. La dernière en date que je viens de lire hier.

                      Affligeant... Encore les fameuses frappes chirurgicales de l’armée de l’oncle Sam très certainement...

                      Les Français se sont embarqués dans cette guerre pour une cause juste mais il semblerait que l’objectif à ce jour soit moins clair ou en tout cas ait été dévié de son objectif premier. Ce qui est certain c’est que ce ne sont ni les Afghans ni les Français qui récolteront les fruits de ce gâchis. Alors qui ?

                      Cordialement


                      • caius 26 août 2008 14:59

                        Il n’y aura aucune paix en afghanistan tant que les chefs des services secrets et de l’état-major pakistanais n’auront pas été fusillés.


                        • PUCK 26 août 2008 23:07

                          Tout à fait vrai,Caïus .

                          Personne sur ce fil ne fait allusion à la situation au Pakistan ,très trouble depuis longtemps ,mais explosive actuellement .

                          Cela a peut être un rapport avec le durcissement récent de la coalition qui a sans doute d’autres renseignements que ceux dont nous disposons ,ne croyez vous pas ?


                        • caius 27 août 2008 11:08

                          L’armée et l’ISI pakistanais sont le bras armé de l’islam politique dans la région et ils n’ont pas digéré d’avoir été évincés d’afghanistan. Ils continueront à soutenir et financer discrètement les talibans avec l’aide de l’Arabie Saoudite (et à entretenir le terrorisme en Inde) tout en faisant prétendant être nos alliés. Les Américains le savent et M. Sarkozy aussi  mais ils disposent de peu de moyens de pression et préfèrent encore le statu quo à un changement de régime.

                           

                          Sur le long terme, l’axe pakistano-saoudien ne sera contré que par un rapprochement avec l’Inde.

                           


                          • posteriori 31 août 2008 10:48

                            pakistan rapproché de l inde ? du boulot pour mounbaten ! Allez mon lord prend une gomme et efface le ptit trait.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès