Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’amazighité au Nord de l’Afrique se dirige-t-elle vers un « (...)

L’amazighité au Nord de l’Afrique se dirige-t-elle vers un « rendez-vous raté » avec l’histoire ?

Où va le nord de l'Afrique ? Quelle est la perspective des forces amazighes et progressistes laïques sur un espace de confrontation entre le laïcisme et l'islamisme et où plusieurs acteurs internationaux interviennent d'une manière ou d'autre ? Quel est l'avenir des peuples amazighs de cette région du monde qui sont porteurs d’une civilisation millénaire tolérante, ou toutes les religions ont coexisté du Judaïsme à l'Islam en passant par le Christianisme ? En bref, quel est l'avenir de l'humanité globalement dans cette partie de l'espace Euro-Méditerranéen menacé par l'arabisme et l'islamisme qui étendent leurs tentacules, chaque jour un peu plus loin dans, un tissu social déjà déchiré ?

Telles sont généralement les questions qui se présentent aux acteurs amazighes au nord de l’Afrique, ainsi qu’aux observateurs internationaux de cette région dont l'histoire plonge ses racines jusqu'à l'aube de l'humanité : Une région qui représente l'un des espaces de « choc des civilisations » dans le monde. Aujourd’hui, le choc qui se produit résulte d'un conflit entre les propriétaires de la terre, les amazighs autochtones et les « porteurs » d'une idéologie importée du Moyen-Orient ; ce sont généralement ceux qui sont manipulés par les acteurs extérieurs (L'Arabie Saoudie et le Qatar précisément) qui veulent éliminer l'existence légitime des nobles peuples amazighs sur leurs propres territoires.

Devant ce genre d'ennemis, le conflit prend une dimension ethnique pour défendre l'existence légitime d'un des plus anciens peuples du monde actuel. Selon M. Hamid (ancien membre de l'académie berbère), publié par Edisud, ces peuples sont les plus anciens du continent Africain et dont l'Homme amazighe tire ses origines de deux éléments essentiels : les "pré-Méditerranéens" et de "l'Homo sapiens", soit de 4000 à 8000 & de 8000 à 12000 av. JC. Le conflit prend donc une dimension ethnique devant ceux qui défendent le faux discours de l'origine arabe des peuples amazighs.

Dans ce contexte on note qu'IMAZIGHEN qui défendent leurs droits autochtones, s'appuient sur les principes internationaux des droits de l'homme reconnus par la communauté internationale. M. Chafik disait "Notre droit à l'existence en tant qu'ethnie et culture autochtone, de surcroît, s'inscrit dans le registre des droits naturels, celui des droits de l'homme. C'est donc à la conscience universelle que nous devrions en appeler et partant, aux instances internationales". C'est- à-dire qu'IMAZIGHEN combattent sur plusieurs niveaux, dont celui de l'ethnicité.

Ainsi les Imazighen combattent plus d'un ennemi. On trouve d'une part, les régimes arabo-musulmans orthodoxes qui jouent sur la dualité de l'authenticité et la modernité, et sur celle du discours et pratique. D'autre part, on trouve les mouvements panarabistes de l'Islam politique qui sont en fin de compte des auxiliaires des régimes assassines. Les derniers événements de Ghardaia en Algérie montrent clairement le rôle et les objectifs de ce genre des mouvements.

Cette double confrontation demande beaucoup d'énergie et de concentration pour les militants amazighs qui combattent pour une vraie démocratie et laïcité. Les activistes, qui portent les mêmes aspirations de l'occident, s’approprient les langues occidentales et les utilisent pour se faire entendre. Ils renversent les tyrans et instaurent la nouveauté dans cette importante partie du sud de la Méditerrané … C'est le soulèvement amazighe qui commence à détruire les murs de l'idéologie arriérée qui sépare le nord et le sud de le Méditerrané. M. Gille Kepel disait en résumé "les arabisants à la poubelle et les orientalistes à la retraite !".

Il est clair qu'IMAZIGHEN marchent dans le chemin de destruction de tous les mures idéologiques qui séparent un espace des civilisations communes avant l'arrive de l'Islam. De Yuba II à Sant Augustin, symboles amazighes de la Méditerrané qui réunirent le nord et le sud de cet espace qui se considère comme un berceau des civilisations depuis l'antiquité.

Ils (les amazighs) rapprochent chaque jour un peu plus les deux parties de cet espace qui sont considérés à la fois proche historiquement et géographiquement, et lointaine de par la culture et surtout la religion. La culture et l'identité amazighe (les coutumes, les traditions…), unifie la région et se rapproche du nord / l'Europe occidental. Par contre, l'Islam sunnite, et plus précisément l'école juridique malékite, qui a servi de socle aux nationalismes arabo-musulmans maghrébins, reste une source de légitimité « essentielle » pour les régimes. Celle-ci sépare alors les citoyens entre eux, la région de ses origines et son propre espace naturel, pour tenter de le relier avec un espace oriental qui n'est pas le sien et qui est incompatible avec la modernité à laquelle aspirent les peuples amazighs surtout qu’ils se reconnaissent dans les valeurs universelles de la liberté, de la tolérance et de l’égalité. Rappelons que la société amazighe est profondément égalitaire.

L'avenir de la région se détermine par ces deux parties de conflit, et plus précisément, par la force de chaque partie dans la scène de combat, soit au niveau national, régional ou international. On observe ici que les arabo-musulmans, soit les régimes ou les mouvements politiques, ont des grandes alliances avec les régimes à pétrodollars qui les manipulent contre les mouvements amazighs et laïcs dans les pays de Tamazgha. À titre de rappel, ces régimes à pétrodollars, surtout l'Arabie Saoudie et le Qatar, ont une large implication dans les événements en l'Egypte et en Syrie, ou ils font pénétrer leur model politique arriéré et carrément intégriste.

Par contre, IMAZIGHEN n'ont pas encore des alliances fortes avec les autres acteurs internationaux qui partagent avec eux les mêmes aspirations et perspectives, dont les pays européens, les anglo-saxons…etc. Ce sont des alliances nécessaires dans un combat qui prend plus d’une dimension. Des alliances qui pourront sauver la région des tentacules de terrorisme arabo-islamique, et pour la création de perspectives amazighes libre au sud de la Méditerrané, mais pour cela il faut que l’occident cesse toute complaisance avec l’Arabie saoudite et surtout le Qatar qui est en train d’investir ses pétrodollars en occident mais aussi son idéologie destructrice.

Si les Imazighen ne réussissent pas à construire des alliances solides avec l’occident dans cette époque historique qui détermine l'avenir de Tamazgha, l'Amazighité dans cette région risque de se retrouver dans une situation de « rendez-vous raté » avec l'Histoire ! Et les ennemis arabo-musulmans seront renforcés par leurs alliés et seront plus solidement basés plus sur notre région.

On est dans un ère de changement marqué par les soulèvements des peuples et l'installation de nouvelles bases militaires dans toute l'Afrique, surtout dans la partie nord, par les Etats-Unis et ses alliés, dont la France qui a annoncé qu'elle avait « le droit » d'intervenir militairement partout en Afrique, où des citoyens français et ses intérêts étaient en danger.

C'est une nouvelle ère qui s’ouvre dans cette région, et si nous ne savons pas comment gérer la situation de l'époque avec ceux avec qui nous partageons les mêmes valeurs de la démocratie, la laïcité, la liberté…etc., nous serons alors en situation de « rendez-vous raté » avec l'Histoire ! Aussi, à défaut de convaincre les Etats occidentaux qui semblent être beaucoup plus sensibles aux pétrodollars des régimes arabes, faisons en sorte de convaincre les peuples occidentaux qui eux par contre se rendent de plus en plus compte que ces politiques les mènent droit au mur et à la confrontation directe avec l’arabo-islamisme dans leur propre pays.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • MuslimADieu MuslimADieu 9 mai 2014 11:27

    @Fikri

    Cet article me dérange. Il se peut pourtant que je sois « amazigh » moi-même et franchement j’ai du mal à savoir ce que ça représente « d’être amazigh ».
    Il est certain que la culture « Amazigh » a été décimée par les imams de Satan. Mais est ce opportun de brandir ce nationalisme qui reste quand même assez ethnique dans ces fondements ?
    Dès qu’il s’agit de taper sur « les conneries » de la culture arabe, je suis partant.Mais le faire sous drapeau « Amazigh » ne m’emballes pas même s’il a l’avantage d’être centré sur le maghreb et non sur la péninsule arabique et ses imbéciles.
    Le siècle des lumières, en France, a été bâti sur des idées et une nouvelle vision d’avenir. Je doutes fort qu’il aurait été ce qu’il a été si c’était l’étendard Gaulois qui avait été brandi.

    • Henri Diacono 9 mai 2014 13:38

      D’accord avec vous Muslim, mais tout habitant d’Afrique du Nord dont vous faites partie ou avait fait partie, comme moi-même (un de mes aïeux est né de père inconnu voilà longtemps du côté de Sfax, alors que ma tribu est implantée en Tunisie depuis 1753) ont certainement des gènes de cette population dans son sang. Qu’il soit musulman chrétien ou israélite. C’est dans ce sens et uniquement dans celui-ci qu’on peut parler de l’amazighité, tout en précisant que, malgré la déduction de l’auteur, ce peuple qui pour la première fois a mêlé son sang à celui d’un (ou d’une) ibère longtemps, très longtemps avant Jésus, tire à mon avis toute sa spécificité actuelle par les divers courants d’autres sangs qui se sont succédé sur ses terres. Il n’empêche qu’il nous faudrait lutter pour qu’il garde les gènes, donc en priorité la langue, de ses origines.
      Comme en France, les Bretons et surtout les Corses veillent jalousement à leurs racines sans pour cela dédaigner qu’ils sont français de nationalité.N’oubliez pas non plus,l’ami,que les berbères ont été chrétiens avant de devenir musulmans


    • eric 9 mai 2014 12:23

      http://www.youtube.com/watch?v=THlQwHA1A8k
      Peut être un élément de réponse dans ce chant et ceux qui le chantent.
      On les devine parfaitement intégrés a la civilisation mondiale tout en étant ancrés dans leur langue et leur culture.
      Partout dans le monde, ces courant religieux fondés sur la lecture dans sa propre langue et sur le libre examen ont été une planche de salut pour des « petits » peuples menaces, permettant l’accès a la modernité et la conservation de sa culture. Tziganes, Mosquitos, Karen etc...

      Un seul inconvénient dans la zone concernée, devenir chrétien n’est pas simple...


      • Henri Diacono 9 mai 2014 13:16

        Et pourtant, éric, dans cette zone ils ont presque tous été chrétiens avant de se convertir, ou être convertis, à l’Islam. Il ne faut pas oublier non plus qu’ils furent pour beaucoup, les berbères de Tunisie et Algérie, moins au Maroc, dans les splendeurs de l’Andalousie. Une légende dit en Afrique du Nord que cette population s’alliait toujours aux nouveaux conquérants pour chasser les précédents.


      • eric 9 mai 2014 13:42

        Une autre légende raconte qu’entre le mariage interdit avec les femmes musulmanes, les impots des dhimis, et d’autre mesures d’encouragement du même type, les populations finissaient par adhérer spontanément aux beautés de la religion nouvelle. Mais tous cela est de l’histoire très ancienne.... 


      • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 9 mai 2014 15:17

        N’y a-t-il pas une timide ouverture en Algérie ou le tamazigh viendrait d’être enfin reconnue comme autre langue officielle ?


        • OMAR 9 mai 2014 15:48

          Omar33


          @Fikri

          Que vise votre article ?

          Vous voulez virer les arabes d’Afrique du Nord ?
          Mais il y a autant d’arabes au Maghreb qu’en Iran.... smiley
          Pincez-vous, si nous sommes actuellement marocains, algériens, tunisiens ou autres libyens, nous sommes avant tout amazigh, d’origine chaouis, rifains,  libous   Zlass, mozabites, terguis, Ghomrasnya, , Cleuh, etc....

          Nous parlons arabe, comme nous parlons aussi le français.
          Et rien de doit s’opposer au fait que nous pouvons et nous devons parler amazigh...

          Vous voulez rechristianiser le Maghreb ?
          Si nous sommes aujourd’hui majoritairement musulmans, nous avons été aussi païens, chrétiens ou israélites, dans notre passé...
          Alors que chacun décide seul « où il doit enterrer son père ».

          Vous voulez lutter contre l’obscurantisme, le fanatisme et l’intolérance.
          Votre combat est le mien, surtout s’il est dirigé contre le wahhabisme, le salafisme et tous ces nouveaux prophètes de deux sous.

          Mais j’ai bien peur, qu’en réalité, vous espérez que l’on deviennent des occidentaux du deuxième collège, acceptés à contre-cœur par certains bien-pensants et profondément rejetés par la majorité occidentale.

          Ou peut-être suivez-vous le même ignoble itinéraire que ce minable Ferhat Mehenni qui est allé lécher les bottes d’Israël dont le gouvernement , 

          • scylax 9 mai 2014 16:12

            Qu’est-ce qu’Israël vient faire là-dedans. Les Imazighen n’en ont rien à faire de la Palestine qui a été colonisée par les Arabes comme le Maghreb, l’Egypte, la Mésopotamie, etc...

            Il faut décoloniser tout cela. 

          • Domino 10 mai 2014 15:06

            Ben oui, Israel s’intéresse fort aux frictions berbères/arabes du Maghreb. Diviser pour régner.


          • popov 9 mai 2014 17:10

            @l’auteur

            Il y a le site http://www.kabyles.net/ où on a parfois l’impression que les commentaires sont moins censurés que sur AV.


            • charlotte 9 mai 2014 21:44

              Il n y a pas de peuple amazighs
              tout le monde peut trouver sur internet par l’étude génétique des peuples du magrehb que tous ces gens sont à 75% au moins les mêmes, opposer les uns aux autres c’est la méthode des français pendant la colonisation. Au gré des colonisations ceux qui étaient sur les cotes et dans les grandes ville ont plus été imprégnés de la culture des envahisseurs que d’autres. Mais ceux sont les même peuples 90%.

              Faire 160 km en 8 heures de car en algérie, sur des routes goudronnées en 2010 m’a fait comprendre pourquoi certaines régions n’ont pas vraiment été colonisées et préservées il y a 500, 1000 ou 2000 ans.
              la notion de peuple est fondamentalement raciste et fondamentalement fausse.
              Les activistes, qui portent les mêmes aspirations de l’occident, s’approprient les langues occidentales et les utilisent pour se faire entendre. Ils renversent les tyrans et instaurent la nouveauté dans cette importante partie du sud de la Méditerrané ...
              les aspirations de l’occident sont les mêmes depuis des millénaires : dominer le reste du monde. Ou alors peut être tu veux nous expliquer qui est derrière les activistes. Ou alors tu parles des harkis ?

              Je suis kabyle j’étais en algérie la semaine dernière ou ce discourt de haine n’a pas de prise.
              En recherchant mes ancêtres, je me rend compte comme tous les gens d’Afrique du nord, que rien qu’au niveau de mes arrières grands parents, il y a déjà plusieurs métissages.
              Je vais me confronter quoi en tant que kabyle ? à une partie de moi même ? à ma grand mère ? à mes cousins ?
              La différence de langue a surtout existé parce que certaines tribus étaient moins exposées que d’autres à la colonisation. Et cette notion de peuple a surtout été inventé au 19e siècle par les français qui cherchaient à diviser pour mieux régner.


              • cverméjuste 9 mai 2014 23:31

                islam et laicité ne sont pas compatibles.
                l’islam est avant tout un système politique ou il n’y a que 2 catégories de citoyens : les musulmans et les soumis ...


                • Hannibal GENSERIC Hannibal GENSERIC 10 mai 2014 09:43

                  @ l’auteur

                  Associer amazighité et laïcité me semble une erreur grossière : être laïque ne signifie pas être anti arabe ou anti musulman ou anti juif...Or cet article me gêne par un certain relent de racisme anti musulman et anti arabe.

                  "La laïcité est le principe de séparation de l’État et de la religion. Le terme grec, laos, désigne l’unité d’une population, considérée comme un tout indivisible. Le laïc est l’homme du peuple, qu’aucune prérogative ne distingue ni n’élève au-dessus des autres. « C’est le crédo de mon blog.

                  Je considère que la population maghrébine (algérienne, marocaine, tunisienne, libyenne, etc) est une et indivisible, avec ses différentes composantes ( langue, religion, origine (berbère, latine, punique, turque, française, arabe ou papou)).

                  Cependant, en tant que laïque militant, on peut discuter sans tabou de toutes nos origines, croyances , us et coutumes, langues, etc.. afin d’essayer de comprendre qui nous sommes réellement (car nous vivons dans le mensonge continu des médias et des gouvernants) afin de savoir ce que nous voulons. C’est le principal objectif de mon blog.

                  Exemples :

                  1- l’origine génétique de l’écrasante majorité des Maghrébins est berbère et non, comme les gouvernants et les médias le prétendent, arabe :
                  http://numidia-liberum.blogspot.com/2012/08/identite-maghrebine-la-genetique.html

                  2- Les langues du Maghreb :
                  http://numidia-liberum.blogspot.com/2011/06/qui-parle-arabe-dans-le-monde-arabe.html

                  La langue magribia date de 25 siècles :
                  http://numidia-liberum.blogspot.com/2012/11/parlez-vous-carthaginois.html

                  Il est évident que les rois fainéants du pétrole, alliés à l’impérialisme et au sionisme, consacrent leur fortune à détruire les Etats »arabes" laïques ou supposés comme tels, ainsi que le nettoyage ethnique (expulsion ou assassinat) des non musulmans du Moyen Orient, en attendant de le faire au Maghreb. Ils ont déjà commencé le boulot en Libye : http://numidia-liberum.blogspot.com/2013/06/libye-debut-du-demantelement.html



                   


                  • popov 10 mai 2014 10:54

                    @Hannibal Genseric

                    On n’est pas responsable de ses ancêtres, on n’a rien fait pour faire d’eux ce qu’ils furent, donc on n’a pas à en être fier ni honteux. Et pourtant, on est tous de quelque part et il est naturel d’aimer la terre sur laquelle on a vécu, et de vibrer par exemple à l’écoute de sa musique traditionnelle ou de sa poésie.

                    L’islam, tout comme le capitalisme de casino et le communisme ont tendance à raboter les différences culturelles et les particularités pour faire un homme standard plus facile à manipuler. L’islam a de façon récurrente au cours de l’histoire essayé de faire disparaitre toute trace des cultures qui ont précédé son imposition, souvent sous le prétexte de lutter contre le polythéisme. Un des derniers exemple spectaculaire fut le dynamitage des statues de bouddha de Bamiyan en Afghanistan.

                    Face à une idéologie qui se veut universelle comme l’islam il est normal qu’un jour ou l’autre les gens prennent conscience qu’ils ne sont pas exactement ce qu’on leur a dit qu’ils sont.

                    C’est dans ce sens que je comprends à la fois cet article et vos réticence, de même que celles de MuslimADieu ou d’Omar. Le nationalisme, c’est facile à exciter, mais cela devient souvent impossible à contrôler.


                  • scylax 10 mai 2014 12:53

                    Votre conclusion est totalement contradictoire avec vos présupposés « berbéristes ». Qu’est-ce que les Berbères (y compris arabophones bien sûr) ont à voir avec les palestiniens arabophones. Israël est un allié objectif des revendications berbéristes. 

                    Quant à la question de la langue, il faut effectivement forger une langue littérale maghrébine à partir des dialectes. Il y a 4 langues issu de l’arabe du VIIe siècle : maghrébin, égyptien, irako-levantin et péninsulaire. Les trois premiers correspondent à trois substrats : berbère, égyptien pharaonique, araméen. 
                    La tunisie est un pays punico-berbère et non arabe. Pas plus que la France ou Haïti sont des pays « latins » sous prétexte qu’ils parlent une langue latine. Un peuple n’est pas un caméléon. Il ne prend pas la couleur de la langue qu’il parle.

                  • Analis 11 mai 2014 15:27

                    La Tunisie un pays punico-berbère ? Mais les puniques étaient des phéniciens, des Proche-Orientaux sémites, comme les arabes, quoi... Des étrangers autant qu’eux. Les populations du Maghreb ont toujours été très mêlées, et les influences proche-orientales y existent depuis près de trois millénaires, sinon plus. 


                  • zygzornifle zygzornifle 10 mai 2014 15:42

                    l’Europe à bien raté son rendez vous avec l’histoire ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès