Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’armée égyptienne : enfin à visage découvert...

L’armée égyptienne : enfin à visage découvert...

  Dans le monde entier la condamnation de ce qui vient de se passer au Caire est unanime, Le désaveu est total et l’émotion est grande. De New York à Moscou, de Paris à Pékin, de Londres à New Delhi de Berlin à Brasilia, la désapprobation et l’indignation fusent de partout. Le témoignage des journalistes étrangers fait état d’une Egypte sous tension, d’une escalade des violences sans précédent, d’assaut d’une violence extrême, de dispersion sanglante des manifestations, d’un bain de sang au Caire, d’une place Ra béa al Adaouia devenue le théâtre d’un chaos total, et de tirs nourris à balles réelles sur des civils désarmés dont des dizaines de femmes et d’enfants. La communauté internationale toute entière fustige ce comportement irresponsable d’une armée vestige d’un régime militaire désavoué et vomi par le peuple égyptien.

 Plus de trois cents morts en une seule nuit. De source informée on parle de cinq cents cadavres au moins dénombrés. Quant aux frères Musulmans ils parlent de 2200 victimes et de plus de 10000 blessés. Depuis ce 14 Août au soir l’état d’urgence est instauré au Caire et dans 14 autres provinces dont Alexandrie (de 19 heures à 7 heures). Il est certain toutefois que les frères musulmans ne vont pas accepter le fait accompli et passeront désormais à une forme de lutte mieux appropriée. On envisage de plus en plus une guerre de tranchées, Et le spectre d’une guerre civile n’a jamais été aussi réel que depuis ce jeudi 14 Août. La seule solution à laquelle le général Sissi ne devait pas recourir a été choisie, le pas qu’il ne fallait pas franchir l’a été. Les nerfs ont-ils cédé à la chaleur de l’été ou c’est la peur de perdre leurs privilèges qui a aveuglé les militaires et les a poussé à commettre l’irréparable ? Toujours est-il que l’Egypte se trouve aujourd’hui dans une situation économique, sociale et sécuritaire délicate, épineuse et inconfortable.

 Toute éventualité d’entente, de réconciliation et même de pourparlers est devenue à présent difficile pour ne pas dire impossible après un tel massacre et ce carnage humain de la place al Adawia. Les grandes puissances qui n’étaient pourtant pas toutes favorables à l’arrivée au pouvoir des frères Musulmans, ont cependant toutes déconseillé le recours à la force pour le règlement du problème. C’est pourquoi elles se trouvent aujourd’hui unanimes à condamner l’action répressive inhumaine et disproportionnée de l’armée égyptienne.

  Les Etats-Unis visiblement très gênés pour condamner ces actes inacceptables d’une armée désemparée, n’hésitent cependant pas à les regretter et à rejeter à l’avenir tout recours à la violence. L’Elisée et la chancellerie allemande ont convoqué les ambassadeurs égyptiens accrédites à Paris et Berlin pour leur faire part de leur désaveu au sujet des derniers événements du Caire. Le secrétaire général des Nations Unis, Ban Ki-Moon a également exprimé sa désapprobation au moment où le premier ministre turc Erdogan parle de grave massacre et appelle à une réunion urgente du Conseil de Sécurité. Le Danemark a annoncé pour sa part la suspension de son aide à l’Egypte.

 Au sein même du pays du Nil de nombreuses voies s’élèvent pour condamner le comportement des responsables militaires et les violences commises dans la répression sanglante de ces dernières heures. L’Imam d’Al Azhar, la plus haute autorité sunnite de l’Egypte qui avait soutenu le nouveau régime s’est désolidarisé des" putschistes " .Mais le coup de grâce est venu de prix Nobel de la Paix, Mohamed El Baradée, vice président du nouveau régime qui a également annoncé sa démission.

 Nous l’avons dit dans notre précédent article et nous ne cesserons jamais de le répéter : le général Sassi et ses collègues militaires n’ont aucune expérience politique pour gouverner ce grand pays qu’est l’Egypte d’aujourd’hui. La fin de l’ère du général Moubarak et sa place actuelle en prison devait servir de leçon et de référence pour l’avenir.

Les militaires semblent oublier que les peuples arabes vivent encore dans l’euphorie du printemps arabe, même si ce printemps là diffère quelque peu de ses semblables par ses fleurs précocement fanées et ses aromes très vites volatilisés. On peut encore et pour quelques temps, tolérer des dictatures royales mais pas accepter l’hégémonie de juntes militaires lesquelles n’ont pour gouverner aucune légitimité héréditaire ou électorale.

 Depuis le début des événements qu’a connus le pays les militaires ont voulu faire croire au monde entier qu’il y avait en Egypte une lutte acharnée entre les partisans et les opposants de Mohamed Morsi. Nous avons, très tôt, attiré l’attention des lecteurs sur cet artifice et cette fabulation. L’opposition égyptienne n’a pas toute l’importance numérique et surtout toute la volonté guerrière que l’armée voulait lui prêter. Les seules forces en présence sur le terrain étaient et restent les Frères Musulmans d’un coté et l’armée égyptienne de l’autre. C’est la seules et unique vérité qui doit s’imposer à tous ! Aujourd’hui que les masques sont tombés, il n’y a plus d’opposants dans les rues du Caire mais uniquement les pro- Morsi et les militaires qui agissent désormais à VISAGE DECOUVERT...

 Les jours à venir nous apprendront beaucoup plus sur ce que sera la situation en Egypte. Nous disons pour notre part que les choses vont prendre un tournant plus dramatique, que la crise économique va s’empirer et que les frères Musulmans risquent, s’ils y sont acculés, de recourir aux méthodes subversives ce qui plongera le pays dans la famine et l’anarchie.


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • FRIDA FRIDA 16 août 2013 10:45

    Vous auriez dû intituler votre article « les frères musulmans : enfin à visage découvert »

    Il n’y qu’en Occident et en l’occurrence en France pour soutenir les frères musulmans. Même dans le monde musulman ils sont détestés, mais là-bas on ne risque pas de dire que les gens sont islamophobes, mais ils ont trouvé mieux, ils traitent ceux qui ne sont pas d’accord avec eux de renégats et légitiment leur assassinat.

    La majorité des Egyptiens ne veut plus des frères musulmans, ces derniers ont montré qu’ils ne sont ni démocrates ni même apte à gouverner. Même Tariq Ramadan reconnaît l’échec des frères musulmans, et admet dans son article qu’il faut changer d’orientation, tout en se refusant d’admettre la mort de l’islam politique.
    http://www.youtube.com/watch?v=AnTVJtaPjr8

    Certains manifestants étaient armés et ont tiré sur la foule et sur les forces de l’ordre.

    Nous sommes face au même scénario qu’en Syrie
    http://french.irib.ir/analyses/interview/item/270408-bassam-tahhan,-politologue


    • Calou 16 août 2013 13:24

      J’ai décidé de m’inscrire car je suis outré de voir sur ce site des idiots jouer aux apprentis journalistes comme vous ...

      Les opposants n’étaient pas tous des Pros fréres musulmans .. il y avait des opposants au coup d’état des opposants ainsi qu ’a la reprise du pouvoir par l’armée et par l’ombre de l’ancien régime ... il y avait parmi les opposants des laiques des chrétiens des juifs bref taisez vous plutot que de débiter des aneries.


    • antyreac 16 août 2013 13:34

      Oui la grosse parti de ces gens étaient des islamistes purs et durs et anti démocrates et qui n’hésitaient de tirer sur les forces de l’ordre


    • FRIDA FRIDA 16 août 2013 13:44

      "Les opposants n’étaient pas tous des Pros fréres musulmans .. il y avait des opposants au coup d’état des opposants ainsi qu ’a la reprise du pouvoir par l’armée et par l’ombre de l’ancien régime"

      Je ne vous contredirai pas, il y a toujours des idiots de toutes espèces qui soutiennent les frères musulmans.
      En tout cas, les frères musulmans ont leur massacre de Hama. C’est parti pour la controverse des chiffres de morts, 300, 500, 2500, 10000, voire 20000 morts ou plutôt martyrs,
      http://www.youtube.com/watch?v=WMjdH6rh7aI


    • SamAgora95 SamAgora95 16 août 2013 18:14

      Je suis allergique à tout forme de religion, les frères musulmans me révulsent au plus haut point, mais le peuple Egyptien a choisi ses dirigeants par voie démocratique, à partir de là la démocratie doit-être respectée, quelque soit le résultat.


      La démocratie n’a pas de direction (bien ou mal), si le peuple à choisi de se faire gouverner par des abrutits alors laissons les expérimenter cette absurdité jusqu’au bout, ça sera quelque années de chaos puis retour à la raison, c’est ainsi qu’une démocratie devient mature et efficace, la direction que point le peuple doit-être suivie, même si elle semble mener droit dans le mur, ceux qui n’ont pas compris ce principe n’ont rien compris à la démocratie. Si le peuple n’expérimente pas les mauvaises directions, il ne sera jamais vacciné contre elle.

      Si ce principe n’est pas respecté ça sera le chaos éternel.



    • antyreac 16 août 2013 19:12

      Le problème ce que Morsi expérimenté jusqu’au bout ça donne une dictature pour des nombreuses années



    • antyreac 16 août 2013 10:45

      Les islamistes ont profité du temps de Morsi pour recevoir des largesses de son gouvernement

      Ainsi ils pouvaient s’attaquer en toute impunité aux chrétiens coptes

      • antyreac 16 août 2013 11:53

        Que faut-il pour que la politique comprenne que cette guerre confessionnelle est déjà en cours ? Depuis des années, les chrétiens sont menacés en Egypte par les frères musulmans. Depuis des années, les églises sont endommagées ou incendiées par les frères musulmans.
        Mais Hollande demande des comptes au gouvernement égyptien pour les violences. Apparemment il ne se rend pas compte que les mêmes frères musulmans sont à l’origine de ces violences..


      • jaja jaja 16 août 2013 10:58

        Déclaration des Révolutionnaires socialistes d’Egypte (14 août 2013)

        La sanglante dispersion des sit-in du parc Al-Nahada et de Raba’a al-Adawiyya n’est rien d’autre qu’un massacre ; préparé à l’avance. Son objectif est de liquider les Frères musulmans (FM). Elle fait aussi partie d’un plan de détruire la révolution égyptienne et de restaurer l’Etat militaro-policier du régime Moubarak.

        Les Révolutionnaires socialistes n’ont à aucun moment défendu le régime de Mohamed Morsi et des Frères musulmans. Nous avons toujours été aux premiers rangs de l’opposition contre ce régime criminel, failli qui a trahi les objectifs de la révolution égyptienne. Ce dernier a même protégé les piliers du régime Moubarak et son appareil de sécurité, ses forces armées et ses hommes d’affaire corrompus. Nous avons participé de toutes nos forces à la vague révolutionnaire du 30 juin 2013.

        Nous nous sommes tout autant opposés dès le début aux sit-in des Frères musulmans ainsi qu’à leurs tentatives de rétablir Morsi au pouvoir.

        Il faut cependant replacer les événements d’aujourd’hui dans leur contexte, c’est-à-dire leur utilisation par les militaires pour briser les grèves ouvrières. Nous avons également assisté à la nomination de nouveaux gouverneurs provinciaux, largement issus des rangs des restes de l’ancien régime, de la police et des généraux de l’armée. Puis, enfin, il y a les politiques menées par le gouvernement du général Abdel Fatah Al-Sissi. Celui-ci a adopté une feuille de route clairement hostile aux objectifs et aux revendications de la révolution égyptienne, c’est-à-dire : liberté, dignité et justice sociale.

        Voici le contexte dans lequel se déroule le massacre brutal mis en œuvre par l’armée et la police. Il s’agit d’une répétition sanglante de la liquidation prochaine de la révolution égyptienne. Son objectif est de briser la volonté révolutionnaire de toutes et tous les Egyptiens qui réclament leurs droits – qu’il s’agisse des pauvres, des travailleuses et des travailleurs ou des jeunes révolutionnaires – en instaurant un état de terreur.

        La réaction des Frères musulmans et des salafistes, qui consiste en attaques contre les chrétiens et leurs églises, est toutefois un crime sectaire qui ne fait que servir les forces de la contre-révolution. L’Etat de Moubarak et Al-Sissi, qui n’ont jamais défendu les Coptes et leurs églises [1], sont complices de cette abjecte tentative de provoquer une guerre civile, dont les chrétiens égyptiens seront les victimes des réactionnaires Frères musulmans.

        Nous nous élevons fermement contre les massacres d’Al-Sissi, contre sa tentative hideuse de faire avorter la révolution égyptienne. Le massacre d’aujourd’hui n’est que la première étape sur le chemin de la contre-révolution. Nous nous élevons avec la même fermeté contre toutes les attaques contre les chrétiens d’Egypte et contre la campagne confessionnelle qui ne fait que servir les intérêts d’Al-Sissi et ses desseins sanglants.

        Conduites par ceux qui sont entrés dans le gouvernement Al-Sissi, de nombreuses personnes qui se considèrent elles-mêmes comme libérales et de gauche ont trahi la révolution égyptienne. Ils ont fait commerce du sang des martyres pour blanchir l’armée et la contre-révolution. Ces personnes ont du sang sur les mains.

        Nous, Révolutionnaires socialistes, ne dévierons pas un instant de la voie de la révolution égyptienne. Nous ne ferons jamais de compromis sur les droits des martyres révolutionnaires et sur leur sang pur : celui de ceux et celles qui sont tombés en affrontant Moubarak, celui de ceux et celles qui sont tombés en affrontant le Conseil suprême des forces armées, celui de ceux et celles qui sont tombés en s’affrontant au régime Morsi et celui de ceux et celles qui tombent actuellement en affrontant Al-Sissi et ses chiens de garde.

        • A bas la domination de l’armée !
        • Contre le retour de l’ancien régime !
        • Contre le retour des Frères musulmans !
        • Tout le pouvoir et toute la richesse au peuple !

        Les Révolutionnaires socialistes d’Egypte – 14 août 2013


        • Crab2 16 août 2013 11:06

          Savoir placer le curseur

          L’islam politique

          « Il ne peut exister d’ islamisme modéré, ni de charia light. » Cette phrase de Jeannette Bougrab ( datée, et fortement décriée, sous le gouvernement F. Fillon ) dont la justesse est toujours d’actualité, doit inciter notre gouvernement à changer de fond en comble sa politique internationale, notamment soutenir sans réserve les femmes qui aspirent à être, les laïc ( dont les incroyants) en Égypte et en Tunisie au lieu de se mettre au diapason d’Obama ou la chef de la diplomatie de l’UE, Catherine Ashton qui n’ont toujours pas compris que les erreurs ou les errements de l’Occident ont commencé quand les américains ont soutenus les talibans contre l’occupant russe en Afghanistan

          Loin de moi de défendre le stalinisme, cependant force est d’observer que sous l’occupation russe les afghanes vivaient ( encore ) à ’’ l’occidentale ’’ ;

          après la ’’ victoire ’’ des talibans c’est terminé : interdiction de scolariser les fillettes, pour les femmes adultes de travailler, de se faire soigner, ect...ect...ect

          Moralité : pour les femmes, que ce soit en Afghanistan, en Tunisie, ou dans n’importe quelles ’’ république ’’ islamique ’’ on ’’ ne pas discuter avec un pouvoir religieux.

          C’est un paradoxe, les faits en témoignent, les femmes peuvent toujours discuter avec un dictateur ’’ mais jamais avec dieu ’’ ( encore moins, quand il est musulman )

          F. Hollande, les représentants des partis politiques de notre pays, l’Europe, les États-Unis, devant la situation en Égypte ou en Tunisie, n’ont toujours pas compris où il faut placer le curseur - NAVRANT -

          Suite :

          http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2013/08/16/savoir-placer-le-curseur-5141777.html


          • foufouille foufouille 16 août 2013 11:57

            ils ont pas du pétrole ?

            « Les principales ressources économiques de l’Égypte sont le pétrole, les revenus issus du canal de Suez, le tourisme, les métaux et l’agriculture (surtout le coton). Le pays dépend également en grande partie de l’aide internationale. »

            les salaires augmenteraient = moins de bénefs


            • HELIOS HELIOS 16 août 2013 13:04

              ... Le « petit » detail qui ne colle pas a votre discours, c’est que les 2200 morts des tours jumelles travaillaient legalement dans des batiments privés, et PERSONNE ne leur a demandé de partir....

              ... Les freres musulmans, eux, occupaient le domaine public, et le gouvernement en place leur a demandé de partir, plusieurs fois, et pour toute reponse, ce fut « nous allons mourir en martyre... » ... ben voila, c’est fait, sauf que tous le morts ne le sont pas a cause de la police, mais aussi par ceux la même qui ont tiré dans le dos de leur « freres »

              Nous avons l’habitude et connaissons la methode des musulmans, c’est la victimisation. Ces pauvres barbus qui ont profité de leur arrivée au pouvoir democratiquement (election)
               ont demontré qu’il ne comptaaint pas appliquer les regles democratiques et, mais cela ne pouvait peut etre pas se savoir avant (bisounours) etaient incapable de diriger un pays autrement que par le dogme religieux.

              Bon, pour ce que j’en dis... c’est quand même extraordinaire cette mansuetude, voire cet aveuglement que nous avons envers l’islam !


            • antyreac 16 août 2013 13:15

              En tout cas les islamistes n’ont pas à se plaindre eux qui préconisent le martyre 

              là ils sont bien servi et ce sera le cas à mon avis pour un certain temps.

              • cedricx cedricx 16 août 2013 13:43

                Les autorités militaires égyptiennes - une junte militaire - jouent sur du velours, elles savent pertinemment qu’elles ont le feu vert des occidentaux, qui ne joueront pas longtemps les indignés. Nos médias à qui « on » a donné le LA évitent soigneusement les termes appropriés de junte militaire, massacres, coup d’état ... 


                • antyreac 16 août 2013 14:03

                  En effet qui va plaindre les islamistes qui voulaient la charia et l’islam pour tous 

                  réduire le rôle des femmes et les rabaisser
                  Les gouvernement Morsi étaient prêt a toutes ces munificences en faveur des islamistes pour créer au bout du compte un état ultra islamique

                • antyreac 16 août 2013 14:55


                  Il n’existe pas de démocraties sans le monde arabe, c’est une évidence. 
                  Du Maroc à la Turquie en passant par l’Egypte, tous les régimes sont des régimes forts, autocratiques, népotiques ou tyranniques. 
                  A l’exception notable d’Israel, qui elle, est une véritable démocratie. 
                  La démocratie n’est pas dans les gènes des peuples Arabes, c’est une notion difficilement compréhensible par eux. 
                  Un dirigeant Arabe se doit d’être fort et autoritaire, s’il ne l’est pas ou s’il ne l’est plus, il dégage ! 
                  La culture Arabe est ainsi faite qu’elle ne respecte ou ne craint que les hommes forts, les autres, tous les autres, sont laminés. 
                  Il ne peut pas y avoir de démocraties dans de tels pays et est-ce vraiment souhaitable d’ailleurs au vu des événements en Egypte ?.


                  • A. Nonyme A. Nonyme 16 août 2013 15:29

                    Partout où l’islamisme passe, la liberté trépasse.
                    Morsi a trahi la révolution en s’adjugeant des pouvoirs étendus une fois élu.
                    Les frères musulmans et leur totalitarisme religieux récoltent ce qu’ils ont semé : la merde.


                    • antyreac 16 août 2013 16:01

                      Morsi au bout de quelques mois avait déjà confisqué le pouvoir. Le rêve de ces frères musulmans et de mettre le pays a leur botte. L’armée a eu raison de neutraliser Morsi de toute manière on s’est vite aperçu que ces gens ne transigent pas et que l’Egypte se transforme petit à petit en un état dictatorial ou les minorités seraient écrasées

                      et la démocratie évanouit..

                      • Dolores 16 août 2013 20:06

                        Les nations occidentales avant de condamner devraient se pencher sur leur propre histoire.

                        Qui croirait que la guerre d’indépendance américaine n’a pas fait de morts ? C’était une lutte pour la liberté.
                        La guerre de sécession a été une boucherie. L’Europe est-elle intervenue pour demander l’arrêt de la violence ?
                        La France a connu 2 révolutions,1789 et 1848,Quelqu’un a-t-il osé dire au peuple d’arrêter la violence et de se laisser faire en conservant le statu quo.

                        Dans tous les cas la liberté ne se donne pas, en générale elle est arraché par la force car ceux qui détiennent le pouvoir veulent le conserver à leur profit par n’importe quel moyen.
                        Quel imbécile peut croire qu’un pouvoir soit va discuter, soit va accorder à la population ce qu’elle réclame ?

                        Le peuple égyptien a fait une révolution, il a chassé un tyran. Les frère musulmans ont fait des promesses qu’ils se sont empressé d’oublier.
                        Les égyptiens veulent la liberté et il n’y a qu’un seul moyen pour l’obtenir.

                        Les « grandes » nations se moquent pas mal de ce peuple, ce qu’elle veulent c’est exploiter ses ressources en toute tranquillité. en fait elles ne pensent qu’à soutenir les dirigeants quels qu’ils soit .Et quand on parle des grandes nations, on ne parle pas des peuples mais de leurs dirigeants qui cherchent plutôt à les enchaîner d’une façon plus subtile, même s’ils mettent la démocratie en avant.


                        • Facochon Facochon 16 août 2013 20:27

                          On devrait s’inspirer de l’armée Egyptienne pour nos zones de non droits !


                          • cedricx cedricx 16 août 2013 20:37

                            Comme par exemple Tel-aviv, Hebron ou pus proche de nous : Bastia, Ajaccio, Calvi...


                          • BlackListed BlackListed 17 août 2013 08:35

                            Normalement l’armée égyptienne est suffisamment forte pour ramener le calme dans le pays.

                            Les islamistes sont minoritaires en Egypte ; et ils ne possèdent pas les moyens de combat nécessaires afin de tenir tête à l’Armée, ni de soutiens financiers internationaux conséquents.

                            MAIS une hypothétique ingérence occidentale pourrait s’avérer dangereuse pour les Egyptiens, risquant de déséquilibrer les forces en présence, et de prolonger le conflit indéfiniment.

                            Les Américains et les Européens, François Hollande en tête, font des pieds et mains pour s’immiscer dans les affaires intérieures de ce pays et empêcher l’Armée de égyptienne de faire son nécessaire travail de retour au calme.

                            J’espère que la folie de nos dirigeant n’ira pas jusqu’à armer une fois de plus les islamistes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès