Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’eau noire qui attend Obama en Irak (saison 1)

L’eau noire qui attend Obama en Irak (saison 1)

Je vous ai raconté à moult reprises le comportement inavouable des troupes américaines en Irak, et plus exactement, dans cette guerre de certains groupes d’hommes armés. Un conflit devenu une guerre privée, tant le nombre de contractants chargés de la sécurité est important (on en compte aujourd’hui plus de 163 000 sur place, soit davantage que de soldats officiels !), une guerre devenue celle des milices armées ayant pour nom Blackwater, Triple Canopy, Olive, Unity Resources ou RTI international, Dyncorp et bien d’autres encore (voir la liste des vingt plus importantes parmi les 122 présentes à la fin du deuxième épisode de cet article). Au point que l’on peut véritablement parler "d’outsourcing" du Pentagone pour la guerre irakienne. Des contractants ou plutôt des mercenaires, présents dans d’autres pays, notamment la Colombie, où Dyncorp est sur-représenté et a été très acoquiné avec les paramilitaires auteurs de massacres de paysans réfractaires à leur emprise. 

A propos du premier, je vous avais conté rapidement leur attitude au carrefour de Nissor (ou Nisour) Square, à Bagdad, où 6 mercenaires avaient fait un carton pour le plaisir sur des civils. La scène s’était produite le dimanche 16 septembre 2007 vers 11h 50, les mercenaires partant alors en expédition sous le nom de code Raven 23, pour sécuriser des diplomates après un attentat à la bombe qui venait juste de se produire un peu plus loin dans la ville. Ils avaient alors tué froidement 17 personnes (et provoqué 20 blessés) à ce rond point, dans un déchaînement incroyable de violence : en tirant sans raison à la mitrailleuse et au SR-25 (au départ un fusil de « Designated Marksman », à savoir celui des snipers) ou au BW-15, l’arme « maison », mais aussi en lançant ce jour-là des grenades incendiaires pour parachever leur « travail ». Très vite, les compte-rendus des faits avaient montré que le déclenchement des tirs s’était fait sans raison valable qu’il s’agissait bien d’une énième bavure. Et que tout avait commencé par un des mercenaires, juché en haut du toit d’une Humvee, qui avait tiré sans être menacé vers le conducteur d’une Kia Sedan qui arrivait pourtant lentement au carrefour, avec au volant un étudiant en médecine. Le tireur ayant ensuite abattu la mère du conducteur, sortie précipitamment du véhicule. Une grenade incendiaire avait été ensuite promptement lancée sur la voiture par les gens de Blackwater, un procédé paraît-il commun qui permet de limiter les investigations ultérieures des inspecteurs de l’armée US. Incendier, ça laisse moins de traces. L’extrême violence des faits et les images terribles de la scène du crime rappellent le massacre d’Haditha, qui avait fait 24 morts, le 19 novembre 2005, qui n’a été suivi au final d’aucune condamnation des militaires US responsables. Un second MyLaï que cet Haditha, en fait. Tout le monde s’attend avec ce second massacre connu à ce que cela soit pareil cette fois encore, à savoir que les autorités américaines allaient une nouvelle fois fermer les yeux sur ces exécutions sommaires en pleine rue. Il en reste quelques images de véhicules criblés de balles, et comme seul document vidéo de l’évènement, une longue séquence de 10 minutes, fournie par le régime irakien en place et non l’armée US. La scène se passe à la fin de l’incident (on entend encore deux coups de feu épars), elle est filmée au loin, on y voit des pompiers qui s’activent et fort peu d’ambulances, une scène filmée dans ce qui semble être un pigeonnier local, chose fort répandue on le sait là-bas, pendant que les petits hélicoptères noirs bien connus de Blackwater survolent la scène. Pour ce qui est du nombre d’ambulances, on sait depuis toujours que les victimes déposées à l’hopital de Bagdad le sont le plus souvent par des voitures particulières, plus promptes à réagir qu’un service médical encore assez désorganisé .

Le principal responsable du massacre de Nissor, qui s’appelle Paul Slough, rentrera tranquillement chez lui en vacances au Texas pendant la durée de l’enquête, et en profitera pour « fêter » un mois après l’événement, en total irresponsable protégé par son immunité négociée par contrat par l’armée américaine. « Less than a month after the shooting, friends said, they saw Paul Slough and his wife at a tailgate party outside a Texas Tech football game in Lubbock. The group included Mr. Thompson, the former Texas National Guard member. He said Mr. Slough looked like the stereotype of a Blackwater guard : Oakley sunglasses, cargo pants, cropped hair and a chiseled physique » L’homme, engagé dans l’armée de terre US en 1999, revenait de 100 missions en Bosnie, où il avait atteint le rang de sergent, et avait rejoint en 2002 les Texas National Guard, qu’il avait quittés pour s’inscrire chez... Blackwater, qui lui offrait bien davantage financièrement pour jouer les gardes du corps des autorités ou des diplomates locaux. Sous les coups de feu répétés de ce seul tireur à la gâchette facile, les collègues de notre homme s’étaient sentis eux aussi menacés, et avaient tiré avec frénésie à leur tour sur les passants. Le carrefour sera jonché de cartouches. Paul Slough s’acharnera sur plusieurs de ses victimes, au point qu’un des membres des responsables de Blackwater, arrivé sur place, sera obligé de le mettre lui-même en joue pour lui intimer l’ordre de cesser le feu ! Ce dimanche là , c’était bien le « Bagdad Bloody Sunday » comme le titreront des journaux. Un de plus. Un de trop.

A l’hôpital de Bagdad, les blessés irakiens confirment les faits : il n’ y avait pas un seul assaillant de présent, aucun geste hostile, et parmi les morts figurent bel et bien des femmes, des vieillards et des enfants. On y apprend aussi qu’un homme levant les mains en l’air a été froidement abattu, ce que confirme assez rapidement un des assaillants lui-même .« Ridgeway also admitted one victim was shot in his chest ’while standing in the street with his hands up. » On est en présence d’assassinats, et non d’actes de guerre. Trois Kurdes, installés sur une terrasse, témoigneront aussi au New-York Times n’avoir vu des tirs que dans un seul sens, celui émanant des véhicules de Blackwater. Plus simple encore comme constatation : par terre, le sol est jonché de douilles a-t-on dit. Mais pas une seule n’est celle d’une AK-47 : « the Times reports that GIs found many 7.62x51 and 5.56x45 shell casings scattered around the square, the type of ammunition used by US armed forces and mercenaries employed in Iraq. They found no examples of 7.62x39 casings, the type of ammunition used by the AK-47, the weapon commonly used by the Iraq resistance ».

Un journaliste ayant reçu le prix Pulitzer, Steve Fainaru, correspondant du Washington Post et auteur d’un livre indispensable sur la question, comprend vite que « l’incident » de Nissor Square, qu’il vient d’apprendre, décrit comme « anodin » dans un premier temps par les autorités US, est bien plus grave que ce que peuvent bien en dire l’armée ou le représentant sur place de Blackwater .. car l’homme vient juste d’écrire un livre, justement, sur ces fameux mercenaires de Blackwater : « Fainaru writes, play by »Big Boy Rules« -which often means no rules at all as they barrel down highways in the wrong direction, firing on any vehicle in their path. » Il sait donc bien ce dont ils sont capables, et se doute que s’ils l’ont fait, c’est parce qu’ils espéraient bien bénéficier de la clémence des autorités. Pour la première fois, ils se trompaient. L’article du NYTimes du 2 octobre 2007 est le premier à semer le doute sur les circonstances de cette bavure parmi le grand public. Ce ne sera pas le seul, et l’idée fera son chemin progressivement dans les esprits surtout au ministère de l’intérieur irakien : l’incident de Nissor est révélateur de méthodes inavouables et de pratiques particulières finalement assez habituelles : en Irak, on tue tous les jours des civils avant tout, sous des prétextes fallacieux ou carrément au jugé. Un an après, pourtant, le 14 novembre 2008, le journal the Nation parle d’inculpation officielle des six responsables de Blackwater... Le même jour, le département d’état US indique aussi avoir perdu la trace de 900 armes automatiques destinées au départ à Blackwater et évaporées dans la nature. La firme de mercenaires est désormais en cause. Accusée de provoquer une insécurité chronique et même de vol d’armement pour alimenter les trafics qui font rage.

Car la réputation de Blackwater est déjà faite depuis longtemps, même vis à vis des autres sociétés privées. Un mémorendum accablant daté du 1 er octobre 2007 le prouve amplement : c’est simple, les mercenaires d’Eric Prince sont ceux qui tirent toujours en premier : « When Blackwater’s performance is compared to that of the other two State Department contractors, DynCorp and Triple Canopy, the reports reveal that Blackwater participated in more shooting incidents than the other two companies combined. For the time period from January 1, 2005, through April 30, 2007, Blackwater fired weapons in 168 incidents, as compared to 102 incidents for DynCorp and 36 shooting incidents for Triple Canopy. Blackwater also fired first at a higher rate than its counterparts on the State Department contract, although the incidence of firing first was high for all three contactors. During this time period, Blackwater fired first in 143 escalation of forces incidents (85% of incidents), compared to 63 incidents for DynCorp (62% of incidents) and 30 incidents for Triple Canopy (83% of incidents). Blackwater also inflicted property damage more often than the other two companies combined. » Blackwater a donc bien la gâchette trop facile, cela tourne chez elle à la culture morbide d’entreprise ! Une telle attitude de défiance vis à vis des autorités en place et d’une police locale qui tarde à se mettre en ordre s’explique difficilement. Sauf s’ils se sentent protégés en haut lieu. Ce qui est le cas.

L’opinion comme quoi ils ne risquent rien, ces mercenaires, est en effet relayée très vite par le gouvernement irakien qui est alors en train de négocier les termes du départ des américains. Or la pierre d’achoppement des débats est alors le statut exact des mercenaires, qui bénéficient selon les seules autorités US d’une parfaite et totale immunité depuis le début du conflit, et qui ne se sont donc pas privés de l’utiliser .« The hanging issue is the issue of immunity, but there has been progress on that, » affirme le même mois le ministre des affaires étrangères irakien Hoshyar Zebari. L’affaire de Nissor arrive juste à propos pour éviter de nouvelles dérives de ce genre : si l’Irak veut redevenir un état souverain, il faut revoir à tout prix le statut à part des mercenaires privés, héritage malsain de l’ère W. Bush. Un livre clé signé Jeremy Scahill, de Democracy Now et auteur de reportage saisissants pour le journal The Nation sur « l’armée fantôme de Bush », sorti au même moment, tombe à point nommé : selon lui, les troupes de Blackwater se permettent en fait tout, et tuaient sans vergogne et sans remords des civils, et ce, depuis longtemps déjà dans le pays. Suscitant une haine sans nom à leur égard, de la part des irakiens. La réconciliation de l’Irak passe donc désormais pour le gouvernement qui va rester sur place, par le refus pur et simple des exactions commises par des mercenaires protégés. Si l’on veut éviter la haine, c’est simple, il faut aussi exclure Blackwater du pays : ses troupes incontrôlées en ont déjà trop fait. Et son patron également, qui a passé ces dernières années à frauder ouvertement le fisc US, en ne payant même pas les charges sociales de ses employés. « The arrangement has... wrongly allowed Blackwater to avoid paying social security and Medicare taxes, as well as federal income and unemployment tax - or $32m (£16m) in taxes from May 2006 to March 2007. » Une découverte du très actif membre du Congrès Henry Waxman, un démocrate, le monsieur propre devenu président du House Committee, un personnnage véritablement, chargé d’examiner l’usage des crédits militaires octroyés par la chambre des représentants.

Une haine farouche, voilà ce que provoque l’attitude provocatrice des mercenaires, au point d’être la cible de terribles représailles. Tout le monde a les images atroces en tête des corps carbonisés suspendus aux poutrelles du pont de Fallujah. Les quatre employés de Blackwater (Scott Helvenston, Jerry Zovko, deux anciens des forces spéciales, Mike Teague, un vétéran de la guerre Afghane contre les russes, et Wes Batalona, un ancien Ranger revenu de Somalie) tués, brûlés et pendus carbonisés au pont de Fallujah en 2004 avaient tout simplement payé pour les exactions de leurs collègues précédents. Des exactions dont la presse n’avait jamais parlé, qui dataient de 2003 déjà, avec la prise par la force de Fallujah par l’armée US, alors que le quartier était redevenu calme, nous dit Scahill : « And eventually the US came in and took Fallujah by force. They, in fact, took over a primary school called the Leader’s School in April of 2003, and Iraqis began protesting, and that resulted in what Fallujans remember as a massacre. About a dozen people were killed, seventy people were injured one night as Fallujans protested. And that really sparked a series of conflicts between the people of Fallujah and the US military, in which scores of US soldiers were killed and many Fallujans were killed ». L’écrasement de Fallujah à deux reprises s’est fait dans un bain de sang, on vous l’a déjà dit ici et on vous le répète une nouvelle fois, cela restera un des crimes contre l’humanité commis par les troupes US en Irak et cela devra aussi être l’objet un jour d’un procès du même nom. Notamment pour l’usage d’armes chimiques. Ce que le Pentagone avait bien dû admettre en novembre 2005. A quoi s’ajoute à Fallujah l’huile sur le feu versée par les israëliens : « and then another event happened before the Fallujah ambush of the Blackwater contractors. On March 22, the Israeli military killed Sheikh Ahmed Yassin, who was a cleric bound in a wheelchair, as he was coming out of morning prayers, killed him and about a half a dozen people in his entourage. And in Fallujah, there was a massive protest against that. And already people believed that the Israelis and the US were working hand-in-hand during the occupation of Iraq. So that was the context leading up to the Fallujah ambush, and it’s almost never talked about ». On ne l’avait jamais dit, préférant recréer chez le téléspectateur US le même choc que les martyrs de Mogadiscio. 

Lors du meurtre des 4 occupants du 4X4 par les habitants révoltés de Fallujah, et non par des « terroristes », des slogans hostiles aux USA mais aussi à Israël avaient été proférés, des accents relayés par toutes les télévisions US... et d’Israël.Jeremy Scahill avait pourtant tracé un portrait à l’acide de la compagnie Blackwater, le 10 mai 2007, en témoignant devant les sénateurs US du « House Appropriations Subcommittee on Defense », et en expliquant dans le détail le rôle important de la firme, ses contrats mirobolants, ses salaires énormes (« en un jour ils gagnent ce qu’un soldat gagne en un mois » avait dit Scahill) et ses dérives mortifères notoires. Il relevait alors les dires du brigadier américain Karl R. Horst, venu lui aussi témoigner, le responsable de la sécurité US à Bagdad, selon qui douze tirs contre des civils avaient eu lieu en moins de deux mois seulement, avec des morts et des blessés.... sans que Blackwater ne soit en rien inquiété, immunité assurée oblige. On connaît la déposition de Colin Powell à l’ONU, on devrait regarder celle de Scahill, qui prophétisait, cinq mois avant le massacre du rond-point de Nissor, les accidents à venir. En face, si le Sénat et le Congrès commençaient à s’en inquiéter, ce n’était pas le cas de l’administration de la Maison Blanche. Un Bush visiblement émêché, invité à une réunion, éludera totalement la question embarrassante sur les mercenaires privés et leurs récentes exactions en la renvoyant sur Donald Rumsfeld de manière odieuse. En se payant ouvertement au passage la tête de la jeune journaliste qui lui avait posé la question sur le massacre de Nissor. On savait qu’il pouvait être mufle, mais pas à ce point. Pour lui, Nissor n’est qu’un épisode de plus, sans conséquences. Il se trompe gravement. L’attitude de quelques mercenaires déjantés va plomber pendant des mois l’atmosphère des négociations entre son administration et le gouvernement irakien qui souhaite faire un exemple avec ce cas précis, car il va de l’avenir des autres sociétés de sécurité sur le territoire irakien.

En fait, l’incurie des firmes privées ne s’arrête pas aux seuls civils. Elles sont aussi capable de tuer des militaires, et cette fois par pure incompétence et extrême légèreté dans leurs réalisations contractuelles. C’est le cas de la firme KBR, à laquelle était lié jusqu’en avril 2007 Dick Cheney via Halliburton, et sa gestion catastrophique des déchets ou de la répartition sur place de l’électricité. KBR se charge en effet aussi... des décharges des dépôts de l’armée US : en absence d’incinérateur, on y brûle le plus souvent les surplus à l’air libre, y compris des matériels neufs... ou non utilisés (la gabegie reine dans l’armée US !). La gestion catastrophique de ces décharges expose les soldats à des attaques aux poumons ou à la peau des attaques toxiques évidentes. Provoquant jusqu’à la mort par cancer des soldats US chargés de les entretenir ! CNN avait déjà noté par ailleurs les autres graves insuffisances des services de KBR, à partir d’un accident survenu à plusieurs reprises : l’électrocution de soldats prenant une douche, en raison de montages électriques défectueux. 18 soldats US avaient ainsi perdu la vie de cette façon avant que l’on ne s’en inquiète ! Ce que n’avait pas voulu reconnaître officiellement KBR. On avait pourtant relevé du 231 volts dans les cabines de douche des militaires. A voir les installations électriques extérieures, on n’est pas trop surpris... . A voir les prises sans masse avec les fils dénudés introduits directement dedans non plus... Civils ou militaires, les sociétés privées contractuelles, en Irak, s’en fichent royalement, ce qui compte, c’est combien cela rapporte... à leurs dirigeants tel Eric Prince, le « war profiteer » par excellence..

Le massacre de Nissor une fois passé, on se dit que ce n’est peut être qu’un « accident », comme d’aucuns le prétendent alors, qui n’ont pas encore vu les dégâts ni ne savent le nombre de victimes exact. Un « accident » à répétition, il semble. A peine un mois après, le 11 octobre exactement un membre de la société Unity Resources Group, tire à nouveau sans raison dans le moteur d’une vieille Oldsmobile blanche, puis arrose la carrosserie d’un tir nourri. Deux femmes placées à l’avant meurent sur le coup, sur la banquette arrière on en relève une troisiéme et un enfant, tous deux griévement blessés. Les mercenaires auteurs des coups de feu mortels sont australiens, leur entreprise enregistrée a ses quartiers généraux à Dubaï (comme désormais KBR) et son registre de commerce est à Singapour. Et la société est elle même contractante pour RTI. Bref, Blackwater n’est pas le seul à commettre ces meurtres gratuits, et toutes les firmes de ce type font dans la plus parfaite opacité sur leurs documents officiels, histoire surtout d’échapper à l’impôt. Les mercenaires sont payés le plus souvent à la semaine... et en liquide , Prince ne payant pas ainsi les taxes fédérales américaines et les impôts. Ce n’est malheureusement pas le seul subterfuge que la firme prête à tout a utilisé là-bas

Les morts du rond point de Bagdad auraient pu s’ajouter à la longue liste des meurtres qui resteront à jamais impunis, faute de preuves et de témoins encore vivants. Heureusement, ce ne sera pas le cas. Vous allez me dire, ce que vous racontez-là depuis le début, nous ne sommes pas censés le croire sur parole. L’Irak n’est quand même pas devenu en cinq ans un tir au pigeons de soldats en goguette le samedi soir !! Nous n’en sommes quand même plus aux temps du Ku-Klux-Klan et de ses expéditions punitives du week-end !! Obama vient d’être élu semble-t-il ! Et bien détrompez vous. C’est d’ailleurs ce que nous verrons demain, si vous le voulez bien...

Documents joints à cet article

L'eau noire qui attend Obama en Irak (saison 1) L'eau noire qui attend Obama en Irak (saison 1) L'eau noire qui attend Obama en Irak (saison 1) L'eau noire qui attend Obama en Irak (saison 1) L'eau noire qui attend Obama en Irak (saison 1) L'eau noire qui attend Obama en Irak (saison 1)

Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • non666 non666 24 janvier 2009 11:43

    Papy, malheureusement, ce que dit morice est vrai.

    Depuis les salles d’interrogatoires d’abuh grahib , à la sécurisation des intrets privés en passant de plus enplus par des missions commandées par le penatagone, blackwater et ses soeurs sont en train de realiser ce que les plus noirs romans de science fiction annoncaient depuis 30 ans : la privatisation des guerres.

    Faute d’exister reelement, Al quaida a besoin d’etre créée....
    Palestianiser les irakiens est la solution toute trouvée pour prolonger ad vitam eternam la "guerre contre le terrorisme" sensée regrouper les alliés des etats unis, tou unis, derriere eux.
    Si les sunnites et maintenant quelques schiites sont fort "motivés" grace a ces comportements , il va falloir continuer pour qu’ils finissent par s’unir, de grès ou de force, ce qui finira , in fine, par justifier retroactivement , les hypothèses qui ont justifiees ces guerres...

    Qui de la poule ou de l’oeuf ?...les braves gens ne se poseront plus la question si, au final, quelquechose qui ressemble a ce que denonçait la CIA finit par exister.
    la grande multinationale du terrorisme, qui va obliger "l’occident" a s’unir, justifier la choc des civilisations, valider la coherence de la "civilisation" judeo-chretienne comme etant un tout.... elle est pas belle la vie ?

    Toutes les propagandes infondés, toutes les rhetoriques visant a justifier la suprématie des etats unis sur leurs alliés mineurs, l’absorbtion forcée de la turquie et d’sirael dans l’UE face aux "menaces crees de toute piece, tout cela va etre justifié a posteriori.

    Sauf, si une France forte, dans une Europe forte emmerge....à la chute de sarkozy.
    Dès la Liberation, nous organiserons l’epuration de ses soutiens...
    Il vous reste peu de temps pour jouer avec votre marionette.

    Premier coup de semonce aux europeennes.





  • morice morice 23 janvier 2009 18:09

     L’Irak n’est quand même pas devenu en cinq ans un tir au pigeons de soldats en goguette le samedi soir ? ?

    si, malheureusement : dites-moi, Papy, vous n’êtes PAS rédacteur, n’est ce pas ???? 


    • antitall antitall 23 janvier 2009 19:04

      Malheureusement si..... smiley


    • morice morice 23 janvier 2009 19:05

       ben celle-là je m’en doutais...


    • Tonton Tall 23 janvier 2009 18:58

      Hé ben, hé ben, momo ? Kekseksa pour des manières ?
      tu t’amènes en loucedé on the friday night, comme ça ?
      tu croyais que t’allais échapper petêt ??
      mais les zozos veillent ! smiley


      • morice morice 23 janvier 2009 19:05

         ah ça, votre bêtise, TALL, n’ a pas d’heure...


      • Tonton Tall 23 janvier 2009 22:19

        pour ça que je ne te remercierai jamais assez de m’apprendre que la guerre, c’est pas beau... smiley
        chavais pas... smiley
        je m’enrichis culturellement vachement ici

        enfin les guerres des ricains en tout cas, pasque les ôtres, c’est déjà nettement mieux
        ah mais c’est vrai !! .. ya pas de guerre qui sont pas à côs des ricains !!
        c’est toujours eux !!

        mais que je suis beeeeeeeete...
        merci momo de m’ouvrir les yeux ! smiley


      • antitall antitall 23 janvier 2009 19:03

        Encore un bien bel article....l’Irak,cette immense fète foraine pour snipper en goguette....


        • Tonton Tall 23 janvier 2009 22:24

          moi je préfère les fêtes bouraines où on sniffe en braguette


        • morice morice 24 janvier 2009 02:09

           vos obsessions sexuelles deviennent flagrantes, TALL.


        • Tonton Tall 24 janvier 2009 12:48

          bien baiser, ça rend moins haineux...
          tu devrais essayer


        • antitall antitall 24 janvier 2009 15:07

           smiley smiley.....


        • John Lloyds John Lloyds 23 janvier 2009 19:04

          Le pb d’Obama ne devrait pas être Blackwater en Irak, mais Blackwater intra-muros. Professionnels du nettoyage furtif pour le compte du DHS, comme ils l’ont montré pour Katrina, ils ont l’immense avantage d’intervenir sur un claquement du doigt et d’éviter les lourdes procédures de réaffectations militaires. Mon avis étant que non seulement ils ne seront pas un pb pour Obama, mais ils lui seront salutaires.

          Merci en tous cas pour ce très bon article (que j’ai déjà lu depuis 1 mois smiley ) et dont je me demandais s’il allait sortir.


          • Radix Radix 23 janvier 2009 19:13

            Bonjour Maurice

            Ce n’est pas "l’eau noire" ce sont les écuries d’Augias qui attendent Obama !

            La situation que Bush a créé en Irak est tellement inextricable qu’il n’y pas de solutions honorable de s’en sortir.
            La solution de Bush était probablement de retirer progressivement les troupes en laissant les armées privées sur-place à charge pour les Irakiens de payer ces armées privées.

            Evidemment ils n’ont pas marchés !

            Radix


            • morice morice 23 janvier 2009 19:19

               John, ça fait deux fois que je le propose, et là il est resté au frigo pendant.. oh, au départ ma première soumission de cet article date du 15 décembre.... on est le 23 janvier... hier encore, il était à 8 votes : toujours les éternels quatre rédacteurs à bloquer... 

              nature du refus à l’époque :
              Raison du refus :
              De trop nombreuses soumissions d’articles de votre part en même temps

              Au fait, pour ceux que ça intéresse, mes déboires... dans l’article sucré sur les Barbouzes toujours il y avait ce chapitre :

               .... en nommant à l’économie numérique un proche de De Villiers, Bruno Retailleau, qui a débuté bénévole au Puy du Fou, Nicolas Sarkozy, chaud partisan du vote électronique et du contrôle du contenu du Net (et donc aussi du vote sur Internet !), s’achemine vers une dérive sécuritaire qui ne présage rien de bon. Chez les DeVilliers, rappelons-le, l’un des fistons, Guillaume, est... barbouze chez Geos. L’autre, c’est un autre (gros) problème... dont on ne sait plus rien, d’ailleurs. A l’époque des faits, DeVilliers avait vendu la mèche des relations politiques dans l’intelligence économique, en expliquant au Figaro que "son fils Guillaume, spécialiste en intelligence économique, était « la cible d’un règlement de comptes » après lui avoir fourni des documents pour son livre Les Mosquées de Roissy." Que celui qui dit que cette intelligence économique n’est pas liée à la politique et à des idées de droite bien arrêtées me fasse signe... 

              Or aujourd’hui, dans la presse, il y a ça... 

              mais ce n’est pas pour ça que celui sur le prisonnier s’est fait sucrer... mais ça vous donne une petite idée de l’ambiance , quoi...


              • antitall antitall 23 janvier 2009 21:07

                Quelle belle famille que celle-ci ! tous des fous à mettre dans le puy.......Morice les blackw appartiennent au groupe Carlyle,n’est-ce pas ? indirectement ou directement ??.....


              • morice morice 23 janvier 2009 21:22

                 non, ce sont des indépendants dirigés par un fou furieux de la religion... chrétienne. commentaire d"un internaute US :

                "The guy is a megalomaniac fundamentalist christian and a paranoid homophobe, he needs to be put in an asylum before he uses blackwater to kill innocent muslims."

                un avis que je partage entièrement...


              • Tonton Tall 23 janvier 2009 22:29

                hé la-bas !!
                tu avais dit que les athées respectaient les religions...

                ah oui, mais pas celle-là.... tous des curés pédophiles ....
                l’ôt d’en face, elle est mieux hein ! mon ayatollachounet... smiley


              • antitall antitall 23 janvier 2009 22:55

                Tall tu travailles du chapeau,il y a pas moins ni plus de curés pédophilles que d’imams ou que de rabins ....faut en tenir une sacrée couche pour devenir un de ceux-là,mettre son énergie à des sectes qui mentent autant qu’elle respirent..... smiley 


              • morice morice 23 janvier 2009 23:42

                 ....décidément, chez vous, TALL, les obsessions sont tenaces, comme les insultes. Vous ne pouvez plus sortir de votre syllogisme, alors vous continuez tous les jours, en variant le vocabulaire, à me taxer de musulman : rien ne vous l’y autorise, et rien ne vous permet d’en conclure de la sorte. Mais c’est ça où renoncer à venir tous les jours m’injurier : car sinon, je vous le répète, vous passez pour un sombre idiot, à vous êtes accroché à ce mensonge inventé de toutes pièces. Vous savez à qui vous me faites penser, à ne pas vouloir reconnaître que vous avez tort ? Au dénommé G.W. Bush, qui a asséné pendant des années que Saddam avait des WMD, que la guerre au terrorisme avait renforcé les Etats-Unis, et que Ben Laden était un inconnu pour lui... lui non plus n’a jamais voulu revenir sur ses mensonges. Vous n’avez aucune PREUVE de ce que vous avancez, seule la conclusion de vous deux neurones malades en activité. Chaque jour ici, TALL, vous êtes davantage pitoyable à vous accrocher à pareille baliverne... 


              • Tonton Tall 24 janvier 2009 12:49

                musulman n’est pas une insulte
                mais menteur et intégriste, si ...


              • morice morice 23 janvier 2009 21:26

                 excellents vos liens... United Defense est devenu...BAE !


                • antitall antitall 23 janvier 2009 21:45

                  non,t’as visité tous les chiottes de Trifouillis-les-oies ? .....des torrents de boue,la nausée.... smiley


                • morice morice 23 janvier 2009 21:50

                   pas du tout, et faut vraiment en tenir une bonne pour venir s’en vanter dans un site... on vous savait de droite extrême, on ne savait pas que vous étiez JC Vandamme... c’est vrai qu’il parle comme vous, remarquez...


                • antitall antitall 23 janvier 2009 21:43

                  et ça voudrait dire que la future guerre avec l’Iran est déjà programmée,seule la date est inconnue ??...


                  • Tonton Tall 23 janvier 2009 22:33

                    comment ça ? momo connaît pas la date  ?
                    mais keski fout ??
                    yaka taper dans google "date de la prochaine invasion de l’Iran - document top-secret - pentagone"
                    et hop ! t’as tout qui sort en pdf ! smiley


                  • antitall antitall 23 janvier 2009 23:00

                     smiley j’ai tapé exactement ce que tu as marqué et devine sur quoi je tombe......ÇÀ smiley 


                  • morice morice 23 janvier 2009 21:47

                     Celui-là, ça lui viendrait pas à l"idée de lire la série de "Cargos" pour savoir comment des israëliens ont exercé un trafic d’armes vers l’Irak ... sa vision des choses par le petit bout de la lorgnette est étonnante...


                    • antitall antitall 23 janvier 2009 21:54

                       smileyce mec joue double jeu.....,son regard est faux et ses intentions sont malfaisantes,tout est faux chez ce type ,il m’apparait comme quelqu’un de désiquilibré et il peut devenir dangereux.....


                    • finael finael 23 janvier 2009 23:37

                       Cela va vraisemblablement poser un problème à l’administration Obama, mes sources, entre autres "Blackwater" de Jeremy Scahill, semblent être pour certaines les mêmes que les votres.

                       Au niveau des atrocités, inutile d’en rajouter : celles que vous citez ont déjà pu être vérifiées. Mais cette "privatisation" de la guerre, voulue dès le début par Donald Rumsfeld a aussi coûté extrêmement cher au contribuable américain. Et continuera vraisemblablement à lui coûter très cher bien longtemps après le retrait des troupes, officielles et privées (Joseph Stiglitz & Linda J. Bilmes : "Une guerre à 3000 milliards de dollars").

                       Un point rassurant : après 5 années d’impunité les "contractants" ont été reconnus passibles des tribunaux, alors que jusqu’à présent M. Prince, président de Blackwater, avait réussi à faire qu’ils ne soient responsables devant personne.

                       Mais que va-t-on faire de tous ces gens là : ex-troupes spéciales, escadrons de la mort, etc ... ?

                       Surarmés (Blackwater a commencé par être un centre d’entrainement ultra-performant), ils représentent un danger potentiel pour le monde entier !


                      • ASINUS 24 janvier 2009 11:41

                        bonjour finael
                        blakwater negocie actuellement des stages de formation pour les forces de polices de 3/4 etats us


                      • morice morice 23 janvier 2009 23:47

                         Merci de souligner les sources, pour TALL on ne fait qu’appuyer sur un bouton : il n’a pas écrit un seul article sur le sujet, mais se permet d’ironiser sur les contenus. Lui préférait un MERCENAIRE, Bob Dénard, un des rares articles qu’il aît écrit ici, et qui ont tous été retirés depuis... à sa demande, paraît-il ... la honte ?


                        • antitall antitall 23 janvier 2009 23:52

                           smiley ah ce sacré Bob,encore un castar !!!.....


                        • morice morice 24 janvier 2009 02:10

                           Nostalgie de vieux débris ça.


                        • JONAS JONAS 24 janvier 2009 00:33

                          @ L’Auteur :

                          Donnez-nous les règles de la guerre moderne ! ? Ne me répondez pas la paix !

                          Non un règlement pour des guerres propres….. !  smiley

                          Comme les Socialos-Cocos, vous critiquez tout, mais n’avez aucunes solutions !

                          Faites pour une fois l’effort de réfléchir….. !

                          Bonne nuit…..


                          • morice morice 24 janvier 2009 02:07

                             je ne suis pas "socialo", et vous vous n’êtes pas devin non plus. La critique vous est perçue comme négative, chez moi ça fait évoluer. Finalement, à vous lire, vous n’avez donc pas envie d’évoluer. Restez donc dinosaure...


                          • morice morice 24 janvier 2009 02:11

                             L’idée n’est pas de guerre propre : l’idée c’est que la guerre n’est ni une obligation ni une fatalité : dur à piger, ça ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès