Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > International > L’économie d’une guerre ?

L’économie d’une guerre ?

Ces révoltes dans des pays arabes ne vont-elles pas permettre à l'actuelle Maison Blanche l'économie d'une guerre si ce jeu de domino, où des dictatures et des gouvernements tombent dans le Moyen Orient, n'arrive jusqu'à l'Iran ?

C'est une question que l'on peut se poser tant la diplomatie étasunienne et Obama s'impliquent, s'expriment, se déplacent vis à vis d'un certain nombre de pays arabes.

Bien sûr, il ne s'agit pas de retirer à ces populations le mérite d'avoir fait tomber des dirigeants corrompus. Mais force est de constater que la diplomatie étasunienne est bien plus présente que l'européenne sur l'échiquier arabe. Et j'utilise le terme « échiquier » à bon escient tant la situation commence à le dévoiler !

Une quarantaine d'années, le temps de 2 générations, après les révolutions et les guerres d'indépendances qui ont permis à plusieurs pays arabes de devenir indépendants et autonomes, un nouveau vent de révolution souffle sur cette région du monde. Des populations qui ne crient non seulement de besoin de moins de corruption, le départ de leur dirigeants, s'offusquent du prix des denrées alimentaires, du chômage trop important, demandant plus de liberté, mais réclament en fait une nouvelle indépendance. Après avoir été sous le joug de puissances coloniales, ces peuples se sont retrouvés sous de nouveaux maîtres, certes non plus des étrangers, mais des dirigeants issus de leur propre nation qui ont instauré un pouvoir fort, autoritaire, souvent sans partage et sans espace d'expression digne de ce nom.

Poussée par la génération Facebook, la population ose descendre dans la rue, manifester et braver les forces répressives. Antoine Sfeir, directeur des cahiers d'Orient, parle du mur de la peur qui est tombé. Oui, cela peut expliquer pourquoi, alors que tout bouillonnait, beaucoup d'éléments pour une révolte étaient en place, le volcan de la révolution n'était pas encore entré en éruption. La peur, telle une chape de plomb, figeait ces populations à accepter leur sort. Mais ce mur est tombé d'abord en Tunisie avant de se propager tout autour.

Quand on entend parler les jeunes égyptiens, ils sont fiers maintenant d'être des égyptiens dans un pays qui veulent être à leur image. La révolution ne fait que commencer.

Mais pour certains pays, l'aspect religieux n'est pas à négliger dans ces révoltes. Le cas le plus frappant est Bahreïn où une population à majorité chiite est dirigée sans presque aucun partage par la minorité sunnite depuis deux siècles (1). Parmi les revendications des manifestants, l'ont entend le besoin de plus de liberté, l'accès à des postes à responsabilité pour les chiites et une nouvelle constitution où ils seraient représentés.

Les deux pays chiites sont l'Irak et l'Iran et l'on trouve des communautés chiites dans d'autres pays de la région comme la Syrie, le Liban, le Yémen, le Koweït, l'Inde ou l’Afghanistan et même la Turquie. Le pouvoir actuel iranien pourrait être tenté, si ce n'est déjà le cas d'accentuer les différences et la rivalité existant depuis bien longtemps entre ces deux branches de l'Islam (2). A terme, il pourrait faire vaciller des bastions sunnites à l'avantage des chiites iraniens.

Face à l'Iran, le gouvernement d'Obama a toujours maintenu une ligne dure dont on doit toujours craindre que cela ne débouche sur une guerre. L'on se rappelle les câbles révélés par Wikileaks, il y a peu, des propos des dirigeants saoudiens appelant leur grand allié, les USA, à envahir l'Iran. Mais on peut ajouter d'autres manœuvres et accusations dans cette région (3) cherchant à accuser l'Iran de soutenir des groupuscules extrémistes chiites et seraient un prétexte pour une nouvelle guerre.

Pour rappel, la 5° flotte des États-Unis est basée à Bahreïn et le golfe du Yémen est crucial pour les approvisionnements pétroliers. Aux yeux de la Maison Blanche, ses deux pays doivent rester stables d'où la venue surprise d'Hilary Clinton au Yémen le mois passé (4) et ne pas sombrer soit sous le "contrôle iranien" soit subir une « somalisation » pour le Yémen.

L'on pourrait alors assister, à coups de manifestations, contre manifestations, actions à travers les réseaux sociaux, vidéos chocs, à une guerre sous une nouvelle forme, sous couvert de révolte, sans qu'aucun coup de feu ne soit tiré, qu'aucun soldat ne soit envoyé, entre les USA et l'Iran. Le but du gouvernement d'Obama serait de pousser à la révolte la population iranienne pour renverser leur dirigeant actuel. Révolte qui aurait déjà commencée (5) ?

 

Liens :

(1) : http://www.leuromag.com/Bahrein-les-revoltes-font-place-a-la-pacification_a5947.html

(2) : http://http://www.turquie-fr.com/turquie-sunnite-ou-iran-chiite/22/01/2011/

(3) : http://www.brefnews.com/a-la-une/wikileaksle-roi-du-bahrein-accuse-le-hezbollah-et-la-syrie/

(4) : http://http://www.rfi.fr/moyen-orient/20110111-hillary-clinton-yemen-soutenir-le-pays-face-al-qaida

(5) : http://www.iranmanif.org/index.php?option=com_content&view=article&id=1346:nous-navons-pas-donne-de-morts-dans-lespoir-dun-compromis-ou-pour-saluer-un-guide-criminel-criaient-les-manifestants-a-teheran-&catid=2:en-iran&Itemid=3



Sur le même thème

Le chaos en Irak : Le Nouveau Moyen-Orient en actes
Des guerres interconfessionnelles au Moyen-Orient aux bouleversements géostratégiques du XXIe siècle. Les véritables dimensions des conflits armés
Irak l’embrasement
Et si les Barbares n'étaient pas ceux que l'on croit
Vraie et fausse réalité


Les réactions les plus appréciées

Réactions à cet article

  • Par APPOCALYPTO (---.---.---.12) 22 février 2011 12:50
    APPOCALYPTO

    Ne vous inquiétez pas, ça va venir en Europe et aux US aussi, nos dirigeants sont tout autant corrompus, sinon plus ..

  • Par frugeky (---.---.---.126) 22 février 2011 14:54

    Encore une erreur de casting.
    Ce sont bien les USA qui ont contribué à la révolution iranienne en se désolidarisant du shah qui en prenait un peu trop à ses aises et voulait faire de l’Iran une puissance régionale.
    Il n’est pas du tout certain que si l’Iran changeait de régime cela irait dans le sens voulu par les USA.

  • Par Alpo47 (---.---.---.210) 22 février 2011 20:35
    Alpo47

    Une guerre avec l’Iran offre plusieurs intérêts du point de vue des Américains : D’abord, faire tourner le « complexe militaro-industriel » qui tire en ce moment l’économie américaine, puis s’emparer de leurs puits de pétrole, enfin « occasionnellement » étouffer un ennemi potentiel de leur grand allié et manipulateur ... Israel.
    Cela, c’est quelque soit le pouvoir en place en Iran.

    Par contre, si Ahmeninedjad était renversé, ce que je ne crois pas, ils auraient du mal à trouver un autre prétexte. Mais, faisons leur confiance, ils ont une grande imagination.

  • Par vachefolle (---.---.---.9) 22 février 2011 22:10
    vachefolle

    Donc pour résumer, votre anti-américanisme primaire est supérieur a l’intérêt de la démocratie et la paix dans le monde.

    Qu’un dictateur fanatique désireux d’atomiser Israel soit a la tête de l’iran vous parait donc une solution plus acceptable que la révolution des peuples arabes pour la liberté.
    Alors un indice, les US ne contrôlent pas le monde, les talibans ne sont pas des agents de la CIA déguisés pour justifier la guerre anti-terroriste. Seul votre anti-américanisme vous fait croire cela, bien que pour être d’accord avec vous, la manipulation irakienne US etait évidente.
    Mais Obama ne voulait pas que Moubarak tombe, il n’a fait qu’accompagner le mouvement.
    Ce n’est pas le département d’état qui fait descendre les gens dans la rue a Tripoli ou Teheran.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès