Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’enseignement au Maroc : Un secteur noyé dans ses réformes

L’enseignement au Maroc : Un secteur noyé dans ses réformes

Beaucoup d’encre a coulé à propos d’un domaine stratégique qu’on traite avec une légèreté inadmissible. Les lois du marché d’un côté,la privatisation, la lourdeur administrative, l’irresponsabilité,les protocoles vides de tout sens, le mensonge, tout ces facteurs sont autant de boulets choisis pour lester le cadavre, afin qu’il ne refasse plus surface et pour que les requins se partagent sa dépouille morbide au fond de l’océan de l’ignorance où il s’enfonce un peu plus chaque jour...

L’enseignement est incontournable, c’est grâce à lui qu’on prépare les compétences de l’avenir et forme les élites dirigeantes de la nation.Son échec est synonyme de déchéance de tous les autres secteurs qui déterminent le développement.

Au Maroc il serait indéniable que tout le monde s’accorde sur le fait que notre institution scolaire est défectueuse quelque part,la meilleure preuve est le plan d’urgence instauré pour sauver ce qui peut encore l’être.La multiplication des réformes et des directives et des commissions qui se sont succédé depuis l’indépendance n’ont jamais réussi à remettre la motrice sur la bonne voie.

En 1957 c’est la formation de la haute commission à l’enseignement,suivie en 58 de la commission royale de réforme de l’enseignement.En 59 c’est le conseil suprême de l’enseignement,puis c’est le symposium de Maâmora en 64.Le projet Benhima en 67, les deux conférences d’Ifrane en 70 et 80 ,la commission nationale de l’enseignement en 94,la commission royale de l’éducation et de la formation 99,la commission spéciale de l’éducation et de la formation,et enfin le plan d’urgence 2009-2012.Une quantité énorme de travail qui n’a pas réussi à débusquer la pierre du Graal de l’enseignement Marocain. Pourquoi ?

Parce que à chaque fois qu’une réforme est entreprise ,nonobstant ses soubassements théoriques et idéologiques,les véritables acteurs de l’opération ,la pierre de voûte sans laquelle l’édifice ne pourrait tenir,n’a jamais fait l’objet d’aucune consultation,ni d’aucune mise à niveau théorique .Tout ce que l’administration entreprend pour mettre l’enseignant dans le bain de sa nouvelle réforme consiste souvent à charger un inspecteur d’improviser une rencontre de deux jours où il leur parle de choses que lui même ignore et se limite à lire des explications en arabe ,pour des enseignants de français.

Voilà comment,durant un quart de siècle ,depuis 1985,se sont passées les multiples réformes de l’enseignement sur le terrain.La pédagogie par objectifs,qui a longtemps été la bible du ministère a été abandonnée ,sans évaluation de pertinence au profit de la pédagogie du projet ,puis par l’approche par les compétences,avant qu’on n’entende un nouveau discours sur la pédagogie de l’intégration,considérée peut-être comme le remède,vu la paronymie,contre l’intégrisme naissant.Oui pour l’intégration mais pas dans un système de valeurs étranger, sachant que sur le plan académique toutes ces approches se rejoignent ,se recoupent et se complètent et sont unanimement décriées dans leur terre d’origine où elles sont réellement mises à l’épreuve.Que dire alors de leur efficacité pour des élèves culturellement et psychologiquement différents.Mais personne n’a jamais pris la peine d’éclairer les enseignants,censés appliquer ces approches,sur leurs avantages et leurs défauts et la raison de leur abandon.Non personne et les rares qui se cultivent dans ce domaine gardent leurs impressions loin de l’accès des autres.Personne dans un domaine aussi sensible ne veut partager ses connaissances ni ses expériences , après l’on criera tous à l’échec de l’enseignement.

Les décideurs en matière de politique pédagogique se placent au dessus de la mêlée et se croient intouchables ,alors que leurs erreurs successives touchent justement un nombre toujours croissant de nos enfants.A ce propos on tient un discours totalement paradoxal .C’est que d’un côté (officiel)l’on ne cesse de crier à hue et à dia l’attachement au principe de la décentralisation,qui consiste à accorder aux institutions scolaires plus d’autonomies dans la prise de décision ,alors que la réalité est tout à fait autre.Partout au Maroc tout le monde vous confirmera qu’aucun directeur d’établissement n’est capable de prendre la moindre petite décision au profit de "son" établissement,sans l’avis préalable de la hiérarchie supérieure.Eh bien qui osera encore parler de décentralisation et d’autre clichés bon seulement pour la consommation extérieure ?Et pour masquer le manque de vision projective et prospective de l’avenir qui caractérise les différentes réformes passées ,les responsables accusent les enseignants essentiellement de laxisme et cherchent à les surcharger de travail .

Comme si ce pauvre corps enseignant n’est pas déjà assez saigné ,voilà qu’il sert de bouc émissaire et de victime exutoire à sacrifier devant l’autel de la réussite pour qu’elle daigne illuminer les têtes noires de nos petits écoliers ,et s’il lui en reste de nos universitaires aussi. Pire encore ils profitent de la moindre bavure pour resserrer l’étau sur le cou de cette catégorie de fonctionnaires de l’État qui ,somme toute travaillent plus que tous les autres employés des autres secteurs réunis.La moindre infiltration de sujets d’épreuves est imputée à l’enseignant avant l’enquête,l’indiscrétion du moindre agent d’exécution est prise comme prétexte pour prendre des mesure contre tous les fonctionnaires.Ceci est visible lors des examens où un air de suspicion est volontairement installé vis à vis des enseignants,même et surtout lors de leur séance de surveillance . Après l’on s’inquiétera de ce que les élèves n’accordent que peu de respect à leurs profs,un respect que personne ne lui témoigne ,à commencer par l’organisme avec le quel il s’est engagé à vie.

Il est désolant de voir qu’une administration qui ne cesse de parachuter ses directives,ses notes et ses instructions de toutes sortes concernant la P.P.O,la pédagogie projective et tout le barda des théories importées stylo en main ;toute cette administration verticale n’use jamais, elle, de démarche projective ,ni n’entreprend de véritables études sur l’environnement social de l’élève qu’elle vise par ses réformes.La preuve c’est que l’improvisation est la maîtresse incontestée dans la gestion du secteur.L’urgence n’est que sur les papiers,alors que nous sommes aujourd’hui le 28 septembre ,15 jours après la rentrée officielle et encore rien,pire la rentrée scolaire n’a jamais été aussi en retard qu’en cette année des urgences.On a une forte impression que l’enseignement est malheureusement traité comme le parent pauvre de l’État,qui veut s’en débarrasser graduellement en l’ouvrant au marché privé encore plus qu’il ne l’est actuellement .Ceci dans la logique d’une recherche de la solution la plus simple,et pas toujours la plus efficace,du moment que ce secteur est jugé trop coûteux pour le budget étatique ,sachant que l’État ne le subventionne qu’à hauteur de 51%.

Une opération de bradage aggravée par une stratégie de la terre brûlée qui consiste à détruire les assises de l’enseignement public pour accélérer sa déchéance .Au mieux garder un certain pourcentage d’établissements vraiment incassables pour s’en servir dans la quête des subventions étrangères de moins en moins généreuses. Ceci sans cesser de faire le jeu des institutions et des firmes étrangères qui œuvrent par tous les moyens à déstabiliser les institutions éducatives pour avoir accès aux cerveaux des jeunes et les exploiter au profit d’une idéologie et d’un agenda qui leur est propre .


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • JamesBond 5 juillet 2010 10:42

    Le Maroc ce ne sont pas les « paysages de cartes postales » qu’on veut bien nous montrer !
    Pour y être allé très souvent, et particulièrement dans les profondeurs du Royaume, Le MAROC c’est :

    _un analphabétisme supérieur à 50% (là où la Tunisie et l’Algérie ont vaincu le problème même dans leurs comapgnes sauf pour les très anciens)
    _Un pays sans ressources, endettés qui ne vit que du Tourisme
    _Une économie qui repose beaucoup sur la PROSTITUTION, et la DROGUE !!
    _Une pauvreté qui touche la plupart de la population sans l’existance de classe moyenne contrairement à ces 2 voisins du Maghreb !
    _C’est le fruit d’un système politique qui fait la part-belle au Roi et à sa cour, mais chutttttttttt.....le sujet est tabou pour les marocains qui ont une peur bleue de leur maître !!

    Voilà la triste réalité...
    Pour plus de choses allez sur youtube et faites des recherches !!


    • edzez edzez 5 juillet 2010 11:25

      le royaume veut un pays de mouton, et qui ne connaissent que la deuxieme lettre de l’alphabet arabe, Bêêêêêêêêêêêêê.

      Coruption, ...

      c’est pas tabou, il faut un leader qui rassemble le maximum dans l’opposition.


    • Martin D 5 juillet 2010 15:49

      ce pays est complètement à l’Ouest (je ne parle pas de la géographie hein, vous aurez compris !) !
      une partie du Maroc parle français, une autre espagnol, une autre berbère, une autre marocain.. ;

      comment un pays parlant plusieurs langue peut-il s’en sortir ?

      mais le pire, c’est la corruption endémique affolante !

      ce qui fait vivre le Maroc ==> le tourisme en 1 et l’argent des marocains résident à l’étranger en 2
      quand ça tombera, le Maroc tombera faute d’avoir protéger le pays...

      de plus en ce moment le Maroc emprunte à tout va au FMI, ce qui l’oblige à supprimer de nombreux emplois de service public et surtout de garantir une non mise en place de prestations sociales


      • edzez edzez 5 juillet 2010 16:28

        Non entre les ethnis , ça se passe tres bien , on est tres ouvert les uns les autres.

        Rien que chez les berberes il y a plusieurs(au moins 5) dialecte : le rifain, le tamazight( tout le magreb avec la mauritanie), le souss (vers agadir), le chelhi ...

        Les arabes sont minoritaires, ils parlent l’arabes litteraires ( à l’ecole, les grandes institutions, universités, media ...) et l’arabe dialectal ( arabe avec des mots de français et anglais, quelques mot d’espagnol).

        Il y a des arabes juifs , d’afrique central (meme du soudan), des chinois dans les grandes villes un peu comme en france.


      • Martin D 5 juillet 2010 16:44

        à edsez,

        je ne doute pas que cela se passe bien...alhamdullilah !

        mais quand il y a crise, ce sont les extrémismes qui ont la côte...c’est à dire, lorsque le Maroc subira la récession mondiale, les différentes ethnies vont se battre entre eux pour garder les miettesde ce qui restera du Maroc.

        ceci pourrait ne pas arriver si il y avait un patriotisme marocain (le peuple algérien l’a bien compris, mais pas le gvnmt algérien qui continue sa dictature)

        le Maroc pourrait devenir un super pays si la corruption n’était pas aussi flagrante. Seul le patriotisme pourrait sauver ce pays.


      • edzez edzez 5 juillet 2010 17:48

        Patriotisme , j’y crois pas trop, je prefere un califat, ou tous les musulmans du monde se réunissent autour d’un émir.


      • Lucien Denfer Lucien Denfer 5 juillet 2010 19:11

        mais quand il y a crise, ce sont les extrémismes qui ont la côte...c’est à dire, lorsque le Maroc subira la récession mondiale, les différentes ethnies vont se battre entre eux pour garder les miettesde ce qui restera du Maroc.

        Portenaouak l’ethnie autochtone en Afrique du nord c’est les Amazighs, la différenciation se faisant sur la langue parlée (je t’en foutrais du dialecte).

        La réalité c’est que la monarchie marocaine sait pertinamment que le groupe linguistique majoritaire au Maroc c’est les Amazigh dont on entretient la division artificiellement (entre eux ils se comprennent parfaitement) et si évènements grâves il devait y avoir m’est avis que les autres groupes ne feraient pas le poids (les rifains sont redoutables et les espagnols recoururent aux gaz de combat pour les freiner)

        Situation de division arbitraire similaire en Algérie ou la bête noire des arabo-momoïsants serait l’entente des Kabyles et des Chaouis (la France s’en souvient encore).

        Racontez-nous des fables...


      • titi 6 juillet 2010 08:21

        « comment un pays parlant plusieurs langue peut-il s’en sortir ? »

        Comme la Suisse ? A priori pas si mal...


      • Ali 5 juillet 2010 15:55

        1) chercher à qui profite le crime

        2) chercher dans l’entourage proche du sultan


        • Krokodilo Krokodilo 5 juillet 2010 20:34

          Je ne connais pas le sujet, je ne peux guère commenter votre article. par contre, j’ai lu récemment un ou deux articles sur un projet de langue construite qui serait à mi-chemin entre le marocain (arabe dialectal) et l’arabe classique, le but étant que le peuple puisse suivre l’école primaire dans sa langue maternelle.


          • Martin D 6 juillet 2010 15:58

            à edsez,

            oui un califat serait magnifique, mais cela reste du domaine du rêve...les musulmans ne se sont pas entendus à la mort de notre bien-aimée prophète Mohammed (sws)...alors comment pourraient-il se comprendre maintenant ?

            à Lucien de l’enfer,

            un hadith rapporté par un compagnon du prophète qui l’a entendu du prophète, je résume :
            les occidentaux ne vont cesser de vous détourner de votre religion, jusqu’à ce que vous oubliez ce qui faisait votre force....les occidentaux vous dépouilleront et vous combattront. Vous perdrez face à eux à tel point qu’ils s’exclameront de joie « nous avons vaincu les musulmans aujourd’hui »...alors un petit groupe de 311 (ou 313) musulmans, accompagné de Jésus fils de Marie (psl) et de l’imam mahdi (psl) qui imposeront l’Islam au monde entier en quelques semaines...


            • edzez edzez 6 juillet 2010 22:17

              Par la volonté de Dieu.

              On a deja un bon debut, les joumou3a (priere du vendredi) sont plein à craquer.

              Continuons dans ce sens. Faisons nos prieres en groupes.


            • edzez edzez 6 juillet 2010 22:25

              Ce rassemblement de fidèles est très important. c’est la seule religion qui rassemble toutes les differentes ethnies, rang socials , et ages ...

              on donne de ses nouvelles, et on revois dans anciens amis ... ça renforce la fraternité.

              Mais n’oublions pas que memes les voisins meme s’ils ne sont pas de la meme religion , meritent eux aussi , de prendre de leur nouvelles, de voir comment va la santé de la mémé ou le pépé , si son frigo marche toujours , son eau à porté de main,si son ventilateur fonctionne toujours. et les visiter s’ils sont malades, ou s’ils ont eu un deces dans leur famille (les deux dernies cas, c’est presque une obligation).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Az. boufous.

Az. boufous.
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès