Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’histoire par les timbres

L’histoire par les timbres

Le Venezuela, comme beaucoup de pays d’Amérique latine, fête cette année le 200e anniversaire de sa déclaration d’indépendance. C’était le 5 juillet 1811 : profitant de la déconfiture de la couronne d’Espagne suite à l’invasion napoléonienne de la péninsule, les représentants de sept provinces appartenant à la Capitanía General de Venezuela, signent l’Acte de la déclaration d’indépendance et établissent une nouvelle nation basée sur les principes républicains.

Il faudra encore dix années ans d’une guerre interminable (1811-1821) et la transition par la Grande Colombie (1821-1831) pour que le Venezuela devienne enfin une république indépendante. Trente ans plus tard, le pays traversera encore une guerre civile dite Guerra Federal (1859-1863). Il connaîtra encore de nombreuses vicissitudes politiques au long des 19e et 20e siècles, jusqu’à nos jours.

Symbole fort

Cette histoire mouvementée se reflète dans la collection de drapeaux qu’a connus le pays depuis le début de sa lutte pour l’indépendance, à la fin du 18e siècle. On sait que le drapeau est à la fois signe de ralliement pour les combattants et symbole fort d’une nation. Au fil des luttes politiques qui furent les siennes, le Venezuela en a usé et abusé : pas moins de vingt drapeaux en 200 ans d’histoire !

Comme pour rappeler ce long cheminement, la poste vénézuélienne a édité en 2009 deux feuillets de dix timbres représentant les drapeaux qu’a connus le pays depuis sa formation (ci-dessus). Dans un but de divulgation, les bords de feuille fournissent une information précise sur les dates d’introduction des drapeaux dans l’histoire constitutionnelle du Venezuela. On parcourt ainsi, mine de rien, deux siècles de luttes et transformations politiques dans le pays.

Les couleurs de Miranda

JPEG - 9.6 ko
Francisco de Miranda par M. Tovar y Tovar

Le premier drapeau recensé, de 1797, correspond au mouvement émancipateur de la fin du 18e siècle, dont les leaders furent Manuel Gual et José Marìa España. Viennent ensuite les drapeaux conçus par Francisco de Miranda, précurseur de l’indépendance et mentor de Simón Bolivar. C’est Miranda qui se trouve à l’origine des drapeaux de la future république : le drapeau de 1800 (qui restera à l’état de projet) introduit les trois bandes horizontales égales qui caractérisent aujourd’hui encore le drapeau vénézuélien. Elles sont alors noires, rouges et jaunes, pour symboliser les trois origines ethniques du Venezuela. Le drapeau de 1806 (qui sera implanté au Venezuela lors d’une expédition de Miranda près de Coro) introduit, lui, les trois couleurs jaune, bleu et rouge.

Sur le choix de ces couleurs, on a beaucoup glosé. Miranda lui-même explique que c’est le poète allemand Goethe qui lui aurait expliqué la théorie des couleurs primaires et l’aurait incité à choisir ces couleurs pures pour son projet émancipateur. La petite histoire –une sorte de buzz avant la lettre– ajoute que Miranda, personnage mondain qui fréquenta tout qui comptait dans l’Europe de la fin du 18e siècle, choisit ces couleurs à la suite de sa relation amoureuse avec l’impératrice Catherine II de Russie : le jaune pour la blondeur de sa chevelure, le bleu pour la couleur de ses yeux et le rouge pour l’intensité de ses lèvres !

Modifications de détail, mais symboliques

Quoi qu’il en soit, ces trois couleurs seront celles de tous les drapeaux qui suivront. Entre 1819 et 1830, les drapeaux de la Grande Colombie, une entité politique dont fit partie le Venezuela, se caractérisent par la largeur inégale des trois bandes de couleurs. C’est toujours le cas des drapeaux actuels de la Colombie et de l’Équateur, les deux autres territoires qui conformaient cette Grande Colombie.

Le drapeau vénézuélien retrouve ses trois bandes de largeur égale en 1836, pour ne plus les perdre. Les changements ultérieurs ne toucheront plus que des détails –souvent symboliques : le nombre et la disposition des étoiles, ou encore les armoiries.

Vers la gauche

JPEG - 23.3 ko
Les nouvelles armoiries du Venezuela (2006)

La dernière modification date de 2006 et correspond au changement de nom officiel du pays, comme marque de la « révolution » que veut imprimer au pays Hugo Chávez : la République du Venezuela devient République bolivarienne du Venezuela. Dans la foulée, les symboles patriotiques sont modifiés. Sur les armoiries du pays, le cheval galope désormais vers la gauche et non vers la droite, histoire de bien signifier la nouvelle destination du pays… Le drapeau, lui, reçoit une huitième étoile, qui symbolise la huitième province s’étant ralliée à l’indépendance, la Guyana. En 1817, Simón Bolívar avait décrété l’adjonction de cette huitième étoile, comme le montrent les deux drapeaux datés de cette année-là. Hugo Chávez a voulu renouer avec son illustre prédécesseur et inspirateur en ajoutant lui aussi cette étoile.

Le nouveau drapeau ne fait évidemment pas l’unanimité. Les opposants actuels continuent d’arborer fièrement le drapeau antérieur, à sept étoiles, en guise de réfutation de l’actuel gouvernement. On se rappellera l’incident créé l’année dernière par la Miss Univers Stefania Fernández lorsqu’elle sortit subrepticement le drapeau à sept étoiles devant toutes les télévisions du monde. Une petite gueguerre sur fond d’étendards…

La longue épopée historique et politique du Venezuela, symbolisée par cette série de vingt drapeaux, s’arrête pour l’instant ici. Qui osera maintenant parier sur ce que sera le prochain drapeau du Venezuela ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 16 juillet 2011 14:56

    merci pour cette petite leçon d’histoire, moi qui suis numismate , je constate aussi l’évolution de armoiries et des devises sur les monnaies .


    • Jean-philippe Santerres 16 juillet 2011 19:56

      @ l’auteur

      Très instructif, agréable à lire, avec beaucoup de recherche en amont de l’écriture de l’article.Merci.


      • JacquesLaMauragne JacquesLaMauragne 16 juillet 2011 21:59

        C’est chouette.
        Merci

        jf.


        • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 17 juillet 2011 00:05


          Quelle tristesse, tout ce sang. Tous ces morts. Pour un drapeau ? Des couleurs sur un bout de tissu ? Minable.


          • Mmarvinbear Mmarvinbear 18 juillet 2011 13:45

            Et dès cette époque, nous connaissions les vertus du recyclage...


            L’étendard vénézuélien de 1800 devenu le drapeau allemand... :)

            • Mmarvinbear Mmarvinbear 18 juillet 2011 14:12

              Mais bon, l’inquiétant est que Chavez s’engage de plus en plus sur le chemin de la guerre.


              L’addition d’une étoile symbolisant le Guyana voisin est un message clair, après la réactivation de la revendication de plus de la moitié du territoire de cet Etat voisin.

              Chavez avait déja sombré dans le populisme de bas étage, le voici en train de jouer avec le nationalisme.

              Nationalisme et populisme ensemble...

              Hum...

              • Jean-Luc Crucifix Jean-Luc Crucifix 19 juillet 2011 03:00

                Chávez sur le chemin de la guerre ? À part quelques menaces à l’encontre de la Colombie voisine en plein milieu d’une crise diplomatique entre les deux pays, pas le moindre signe belliqueux. En 12 ans de pouvoir, il n’a pas tiré un seul coup de feu sur un territoire étranger. On ne peut pas en dire autant de bien des présidents occidentaux, suivez mon regard...


                Quant à la Guyana, vous faites erreur : le plus grand état du Venezuela s’appelle Guyana, c’est de lui dont il s’agit ici. La revendication sur l’Esequibo appartenant au pays Guyana voisin, à laquelle vous faites allusion, est mise en veilleuse depuis longtemps.

              • Jean-Luc Crucifix Jean-Luc Crucifix 19 juillet 2011 04:19

                Bon, je fais erreur aussi. Guyana est le nom historique d’une province qui a fait partie de la Capitainerie Générale du Venezuela avant l’indépendance du pays, puis du Venezuela indépendant. En 1901, l’état Guayana prend le non d’état Bolívar (en hommage à Simon Bolívar), qu’il conserve encore aujourd’hui. Mais on parle encore de Guyana vénézuélienne pour désigner la région géographique.


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 19 juillet 2011 13:22

                Le territoire contesté a été attribué sous arbitrage russe au Royaume-uni en 1899.


                Le Venezuela en a accepté la décision.

                Le conflit est reparti en 1963, à l’occasion de l’indépendance du Guyana, mis en veilleuse par un traité en 1970, non renouvelé en 1982 à l’échéance.

                Le sujet est sur la table des Nations Unies depuis ce moment mais en 2006, Chavez a remis le dossier au dessus de la pile.

                Depuis, le gouvernement guyanais a déclaré et fait constater des incursions régulières de soldats vénézueliens sur son territoire.

              • Grandaddy Grandaddy 6 mars 2014 16:43

                Les timbres ont en effet cette rare faculté de révéler de nombreux détails historiques non-négligeables pour les passionnés d’histoire ! J’ai également l’exemple d’un proche qui avait trouvé chez sa grand-mère des timbres de rationnement d’après-guerre pour acheter de la margarine et des œufs, c’était assez stupéfiant.
                A titre personnel, j’ai commencé à mettre sur pied une belle collection de timbres rares qui commence à prendre forme !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès