Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’hommage du Congrès américain au Dalaï Lama renforce ses tentatives (...)

L’hommage du Congrès américain au Dalaï Lama renforce ses tentatives de discussion avec Pékin

En lui remettant, le 17 octobre 2007, la médaille d’or du Congrès, le président et le Congrès américains ont rendu un hommage sans précédent au Dalaï Lama, et ont pressé le gouvernement chinois d’engager un « dialogue substantiel » avec le chef tibétain. Dans son discours à Washington, le Dalaï Lama a dit que cette récompense envoie un message puissant aux personnes qui sont engagées pour la paix et la non-violence. A Dharamsala, en Inde, le gouvernement tibétain en exil a appelé les dirigeants de la République populaire de Chine à utiliser le 17e Congrès national du Parti communiste chinois pour montrer le courage d’une réconciliation pacifique sur le problème du Tibet, suivant l’approche de la voie médiane du Dalaï Lama dans un intérêt mutuel ».

Lors de cette cérémonie, le Dalaï Lama a déclaré : « Aujourd’hui, je souhaite partager avec vous mon espoir sincère que l’avenir du Tibet et de la Chine dépassera la méfiance pour aller vers une relation basée sur le respect mutuel, la confiance et l’intérêt commun ». Le Dalaï Lama ajouta que le succès économique actuel de l’Inde et de la Chine, avec leur longue histoire et riche culture, est mérité, et les amènent à jouer un rôle majeur sur la scène mondiale. Pour remplir ce rôle, le Dalaï Lama dit qu’il est vital pour la Chine de développer transparence, Etat de droit et liberté d’information.

Il a expliqué que comme le Tibet est « situé entre l’Inde et la Chine, la résolution pacifique du problème tibétain a aussi des implications importantes pour une paix durable et l’amitié entre ces deux grands voisins ». Sur l’avenir du Tibet : « Permettez-moi de saisir cette occasion pour rappeler aux dirigeants chinois de reconnaître les graves problèmes au Tibet, les doléances réelles et les profonds ressentiments du peuple tibétain à l’intérieur du Tibet. Chaque année, la population chinoise à l’intérieur du Tibet augmente à un taux alarmant, et, si nous en jugeons par l’exemple de Lhassa, il y a un vrai danger que les Tibétains soient réduits à une minorité insignifiante dans leur propre patrie » expliquant que l’augmentation rapide de la population du Tibet fait peser une « menace sérieuse » sur l’environnement de la région. « Etant à la source de nombreuses grandes rivières d’Asie, un dérèglement substantiel de l’écologie du Tibet influera sur la vie de centaines de millions de personnes ».

« Je ne cherche pas l’indépendance, je recherche une autonomie significative pour le peuple tibétain dans la République populaire de Chine. De plus, je n’aie pas l’intention d’utiliser un accord sur l’autonomie comme un marche-pied pour l’indépendance du Tibet. J’ai choisi d’adopter cette position parce que je crois, étant donné les avantages évidents surtout pour le développement économique, qu’elle est dans l’intérêt du peuple tibétain ».

« J’ai fait connaître ces pensées aux dirigeants chinois successifs et en particulier, après les nouveaux contacts en cours avec le gouvernement chinois débutés en 2002. Malgré tout, Pékin continue d’alléguer que mon agenda caché est la séparation et la restauration du vieux système sociopolitique du Tibet. Une telle notion est fausse et sans fondement ».

Appelant au dialogue avec les dirigeants chinois, il les a exhortés à « avoir le courage et la sagesse » de répondre à ses inquiétudes.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • alberto alberto 19 octobre 2007 10:35

    Depuis l’invasion progressive du Tibet au cours des années 1950 à 1960 jusqu’à aujourd’hui l’occupation de ce pays par des troupes étrangères n’a succité de la part des occidentaux que des protestations de circonstance : pas de pétrole, peu de ressources avérées...

    Les choses pourraient seulement changer s’il s’avèrait que l’Himalaya recèlait quelques richesses minières : les sanglots humanitaires sont bien souvent le résultat de manipulations bien interessées !

    En attendant, les chinois, qui revendiquent l’héritage d’une civilisation très ancienne, se déshonorent en se conduisant comme des sauvages vis à vis de leurs « minorités » en général et du peuple tibétain en particulier.

    C’est mon avis et je le partage. Bien à vous.


    • blaireau 19 octobre 2007 17:12

      Il s’agit beaucoup plus d’un ballet diplomatique ou chacun marque son territoire . Tout le monde aime le Dalai Lama ,y compris les chinois mais croyez vous qu’ils puissent le dire ? La chine a l’exemple du demantellement de l’urss ,il s’agit de ne pas perdre la face,tout en s’ouvrant a l’occident ,il faut du temps ,des gens sont morts pour leurs idees il n’y a pas si longtemps .

      blaireau du nouveau monde wwww.ezfrench.com


      • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 19 octobre 2007 19:21

        C’est un peu plus compliqué que cela. Il s’agit en fait d’une question de Droit International. Le problème vient du fait qu’il n’existe pas d’instance de régulation compétente sur ces questions, et/ou qu’elles sont sous l’influence d’un état parti prenante. Ce que fait le Dalaï Lama est remarquable : il s’efforce de créer les conditions d’un dialogue. Les dirigeants chinois semblent ne pas vouloir parler avec lui. Ca demande un courage immense de persévérance. Tout ce qui peut aider le Dalaï Lama dans sa communication avec les dirigeants chinois est utile. La remise de la Médaille d’or du Congrès est un élément de plus au puzzle. La question qui se pose maintenant est : que fait-on si les Chinois ne discutent toujours pas avec lui ? Peut-on aller célébrer les JO ?


        • Mich 19 octobre 2007 20:37

          « Tout ce qui peut aider le Dalaï Lama est utile » dites-vous. Dans ce cas, pourquoi demander s’il faut aller aux J.O. ? Chaque geste compte. Surtout quand on voit le peu d’intérêt soulevé dans les médias par la lutte d’un peuple pour sa survie - pas pour plus de confort, pas pour plus de salaire ou de vacances, pas pour une meilleure retraite ni contre la libération de Cantat !!! Non, pour survivre. C’est maintenant une question d’urgence. URGENCE !


        • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 22 octobre 2007 13:36

          Oui, tout est utile, aller au JO et ne pas y aller. Appeler à ne pas y aller, et si vous allez quand même, faire progresser les Droits de l’Homme et la démocratie, qui en ont bien besoin. Ce qui compte, c’est l’état d’esprit et la motivation sincère, sans biais.


        • aurelien aurelien 20 octobre 2007 10:19

          Special message to Tenzin Gyatso

          Before free Tibet, free your mind smiley


          • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 22 octobre 2007 13:31

            A mon avis, le Dalaï Lama a un esprit éveillé, à un niveau particulièrement élevé. Aussi, sa liberté d’esprit ne fait aucun doute. Il n’est qu’à lire ses livres ou écouter ses conférences pour le comprendre.


          • Mich 23 octobre 2007 00:59

            Ce qui m’impressionne au plus haut point, c’est sa décision de ne jamais recourir à la violence, malgré toutes celles qu’a subi et subit encore le peuple dont il est le phare (si je peux me permettre cette image). Et cela, depuis 1959.


          • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 24 octobre 2007 13:15

            Bien vu. C’est un choix mûrement réfléchi, lié à la philosophie bouddhiste. La violence ne mène qu’à la violence, et ne peut résoudre les causes de problèmes. La loi du plus fort ne peut fonctionner que temporairement. Même si une intervention armée avait lieu, cela n’amènerait que d’avantage de souffrance. Les exemples sont légions. C’est par exemple le cas de l’invasion militaire de la Chine au Tibet entre 1950 et 1979. Voyez le résultat : un véritable génocide (1 million 200 000 Tibétains sont morts), et au contraire de l’attente du pouvoir chinois, l’union de l’ensemble de la société tibétaine contre l’occupant : les rivalités entre les régions du Kham, de l’Amdo, de l’U-Tsang, les rivalités entre les monastères, les rivalités les écoles bouddhistes etc sont enfin oubliées (ou presque) pour un combat commun, celui de la liberté et les droits de l’homme au Tibet. Et plus le pouvoir chinois continuera ses exactions, plus l’unité régnera entre les Tibétains. Seule une discussion franche et basée sur le respect mutuel et la volonté de trouver des solutions dans l’intérêt commun est à même de mener à une nécessaire réconciliation entre les Chinois et les Tibétains. Le Dalaï Lama souhaite clairement œuvrer en ce sens. Il lui faudra toute la persuasion et le soutien grandissant de la communauté internationale et des démocrates chinois pour que les dirigeants de la République populaire de Chine commencent à comprendre où est leur véritable intérêt.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès