Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > « L’homme le plus dangereux » du monde, Mumbai et le 11-Septembre

« L’homme le plus dangereux » du monde, Mumbai et le 11-Septembre

Hamid Gul a fait un passage remarqué sur la chaîne d'information américaine CNN dimanche dernier. Digne de Jean-Marie Bigard. Mais cette fois-ci, aucun écho dans les médias français. Il faut dire qu'Hamid Gul n'est pas humoriste ; il est seulement l'ancien chef des tout-puissants services secrets pakistanais, l'ISI.

JPEG - 9.8 ko

Interview exceptionnelle, dimanche 7 décembre, sur CNN. Fareed Zakaria reçoit l'ancien directeur de l'ISI Hamid Gul. L'homme a dirigé les services secrets militaires pakistanais entre 1987 et 1989. Il a collaboré avec la CIA dans la lutte contre les Soviétiques en Afghanistan. Depuis la fin des années 80, sa relation aux Etats-Unis a sensiblement évolué...

Interrogé sur les récents attentats de Bombay, mais aussi sur ceux du 11-Septembre, Hamid Gul affirme qu'il s'agit, dans les deux cas, de "complots intérieurs". Les "sionistes" et les "néoconservateurs" sont, d'après lui, les planificateurs des attentats de New York et Washington. Si les opinions du général Gul sur le 11-Septembre étaient connues depuis longtemps, il les a réaffirmées ce week-end publiquement, dans un contexte très particulier.

Contexte de l'interview. Dans l'enquête sur les attentats de Bombay du 26 novembre 2008, c'est la piste du Lashkar-e-Taiba qui est privilégiée par le renseignement indien. Ce groupe terroriste a entretenu, on le sait, des relations très étroites avec l'ISI, qui se trouve, par conséquent, également soupçonné.

Concernant Hamid Gul plus précisément : selon un membre important du gouvernement pakistanais, témoignant sous couvert d'anonymat, l'Inde chercherait à le faire arrêter en raison de ses liens avec le Lashkar. L'ancien chef de l'ISI ne serait certes pas impliqué dans les attentats de Bombay, mais aurait néanmoins joué un rôle de "proche conseiller" dans de nombreuses attaques récentes ; il est, par ailleurs, considéré comme le "parrain" d'une certaine politique pakistanaise consistant à utiliser des groupes comme le Lashkar pour combattre les Indiens au Cachemire.

Les Etats-Unis ont, de leur côté, transmis au conseil de sécurité des Nations Unies quatre noms d'anciens hauts officiers de l'ISI, qu'ils souhaiteraient voir placer sur une liste de terroristes internationaux : parmi eux, le général Hamid Gul. En cause, ses liens avec Al-Qaïda et les Taliban, et surtout l'aide qu'il leur aurait apportée. Les trois autres noms seraient : Javed Nasir, Zahirul Islam Abbasi et Aslam Beg. Par ailleurs, Khalid Khawaja a déclaré qu'il suspectait les Américains de vouloir le rajouter à leur liste ; Khawaja est, selon Roland Jacquard et Atmane Tazaghart, le membre de l'ISI qui avait manipulé Richard Reid, cet Anglais qui avait essayé de faire exploser l'avion du vol Paris-Miami le 22 décembre 2001 à l'aide d'explosifs cachés dans ses chaussures.

Mercredi 10 décembre, le Pakistan a bloqué la résolution américaine à l'ONU, et fait savoir que "si des sanctions doivent être prises à l'encontre de Gul, ce sera sous les lois pakistanaises". Gul, pour sa part, a demandé au gouvernement pakistanais de prendre sa défense.

Venons-en à l'interview.

Et si c'était... ? Hamid Gul nie d'emblée avoir jamais soutenu logistiquement Al-Qaïda et les Taliban, même s'il dit soutenir moralement toutes les résistances à l'invasion américaine de l'Afghanistan, qu'il qualifie d'"agression". Interrogé ensuite sur les attentats de Bombay et leur organisation apparemment militaire, qui suggère, selon Fareed Zakaria, l'appui de forces spéciales ou de services de renseignement, Gul affirme qu'il pourrait s'agir d'un "inside job", une opération menée à partir de l'Inde.

Pour justifier son idée, il se base sur un précédent : l'attentat contre le Samjhauta Express, le "train de l'amitié" reliant Delhi à Lahore, au Pakistan, et qui avait fait 68 morts le 18 février 2007. D'abord imputé à des militants islamistes et à l'ISI, il avait ensuite été suggéré, début novembre 2008, que ses véritables auteurs étaient des extrémistes hindous appuyés par un officier de l'armée indienne, le lieutenant-colonel Shrikant Purohit. C'est Hemant Karkare, le chef de l’ATS (Brigade antiterroriste de la police de Bombay), tué dans l’attaque du 26 novembre, qui avait soulevé cette piste. Karkare avait aussi mis en cause Purohit dans d'autres attentats anti-musulmans, notamment ceux de Malegaon en septembre 2006, qui avaient aussi dans un premier temps été imputés à des groupes comme le Lashkar.

Infiltré. L'arrestation, samedi 6 décembre, de Mukhtar Ahmed, ravive chez certains l'idée que l'opération de Bombay n'a pu réussir sans complicités au sein de l'appareil d'Etat indien. Mukhtar Ahmed, "l'un des deux Indiens arrêtés pour avoir illégalement acheté des cartes SIM (pour téléphones portables) utilisées par les assaillants dans les attentats de Mumbai (ex-Bombay)", est en effet "un policier du contre-espionnage qui pourrait avoir été en mission secrète, selon des responsables de la sécurité". Selon la BBC, "sa mission était de procurer des cartes SIM aux combattants du Lashkar-e-Taiba et de transmettre les numéros à la police de sorte que les appels en provenance de ces numéros puissent être surveillés par le renseignement". Time ne voit dans cette affaire qu'un signe supplémentaire de la défaillance du système de renseignement indien. Bakchich, sans supposer l'intervention de barbouzes indiens, note cependant que "si l’on admet que le Lashkar-e Taiba a organisé l’opération, il n’a pu le faire qu’avec des complicités locales à tous les niveaux – par exemple organiser ce type d’opération à Mumbai exige la collaboration de la mafia – et également avec l’aide d’un ou de plusieurs groupes indiens."

Le rôle exact du policier indien dans les attentats de Bombay reste à déterminer. Son infiltration au sein du Lashkar n'a, quant à elle, pas à nous étonner. Le procédé est classique. Al-Qaïda, avant le 11-Septembre, était également infiltrée, selon Mohamed Hassanein Heikal, ancien ministre des Affaires étrangères égyptien, par les services secrets américains, pakistanais, saoudiens et égyptiens. C'est un de ces agents infiltrés, le Marocain Hassan Dabou, qui avait d'ailleurs alerté les autorités marocaines et américaines qu'Oussama Ben Laden préparait "des opérations de grande envergure à New York dans l'été ou l'automne 2001" : "les deux tours du World Trade Center" devaient être attaquées, selon lui, "à l'aide d'une voiture bourrée de 6 tonnes d'explosifs".

Gul, bis repetita. Venons-en justement, à présent, aux déclarations de Gul au sujet du 11-Septembre. Exprimées une première fois dimanche 7 décembre sur CNN, elles l'ont été de nouveau le lendemain, et même approfondies, au micro du journaliste et activiste Alex Jones, connu pour ses convictions sur le 11-Septembre ; pour lui, il s'agit d'un "inside job".

Hamid Gul accuse les "sionistes" et les "néocons" d'être à l'origine des attentats. L'accusation est ancienne. La première fois que Gul l'a formulée, c'était dès le lendemain des attaques, alors que Ground Zero fumait encore. A l'époque, l'ancien chef de l'ISI était plus explicite : dans un entretien à United Press International, le 26 septembre 2001, il accusait sans détour le Mossad israélien d'être le principal instigateur des attentats.

Diversion ? Dans La Face cachée du 11-Septembre (éd. Plon, Pocket, 2004, p. 218), Eric Laurent note que Gul "fut le premier, dix jours après le 11 septembre, à évoquer publiquement la thèse d'un complot entre le Mossad et la CIA". Le grand reporter ne semble pas faire grande confiance à sa parole. Ainsi rajoute-t-il : "Le Pakistan et ses dirigeants sont des maîtres de l'ambiguïté. Les propos de Gul sur le 11 septembre visaient sans doute à détourner l'attention des révélations sur les liens entre Mohamed Atta et son protecteur, le général Mahmood". En effet, quelques jours seulement après les déclarations de Gul, était révélé dans la presse le transfert d'argent qu'aurait ordonné le chef de l'ISI Mahmood Ahmed en direction du chef des kamikazes Mohammed Atta. Au même moment, Ahmed quittait la tête de l'ISI sous la pression américaine, probablement suite à ces révélations.

Au terme du très long entretien qu'il a accordé à Alex Jones, Hamid Gul eut à répondre justement au sujet de cette supposée implication du chef de l'ISI. Gul répondit que ce n'était là que désinformation, précisant même qu'Ahmed était son ami, qu'il l'avait récemment rencontré à Lahore, et qu'il avait catégoriquement démenti cet acte qu'on lui prête. Toute autre réponse aurait indéniablement surpris.

Ripostes. Pure diversion ou non, les sorties d'Hamid Gul coïncident toujours, dans le cas du 11-Septembre comme dans celui des attentats de Bombay, avec des attaques dont lui-même ou l'ISI font l'objet. Ce sont des ripostes. Des contre-attaques. Cette guerre de l'information se fait étonnamment, notons-le, dans une grande discrétion : le grand public n'a jamais entendu parler des opinions d'Hamid Gul sur le 11-Septembre, pas plus que des résultats de l'enquête indienne, confirmés par le FBI, qui "mouillaient" le chef de l'ISI. Ces résultats ont été écartés du rapport de la Commission d'enquête.

Hamid Gul, s'il n'a pas été personnellement mis en cause au lendemain des attentats du 11-Septembre, comme ce fut le cas de Mahmood Ahmed, l'a néanmoins été quelques années plus tard, au travers d'un document saisissant reçu par la Commission d'enquête... la veille de la publication de son rapport le 22 juillet 2004... et qui, de ce fait, n'a pas pu être pris en compte. Ce document, qui émanait d’une source haut placée au Pakistan restée anonyme, indiquait que "l’ISI était pleinement impliquée dans la conception et le soutien de toute l’affaire" du 11-Septembre, et aussi que l’ancien chef de l’ISI Hamid Gul était un acteur central du complot. Un ancien leader politique pakistanais y déclarait : "J’ai des raisons de penser qu’Hamid Gul était le cerveau d’Oussama Ben Laden". Le document précisait que Gul était considéré par la CIA comme "l’homme le plus dangereux" du Pakistan. Lorsqu'on se souvient que Thomas Kean, le président de la Commission d'enquête sur le 11-Septembre, avait qualifié le Pakistan de "pays le plus dangereux du monde", on n'est pas loin de conclure, par syllogisme, que Gul est pour les Américains l'homme le plus dangereux du monde.

Preuves ? Mais quels sont donc ses arguments pour défendre la thèse du complot "américano-sioniste" ? Pas de scoop en la matière ; ce sont ceux qu'ont déjà fait connaître les membres du "Mouvement pour la vérité" : extrême et anormale lenteur de la réaction de l'US Air Force le jour des attaques, improbable manoeuvre d'exception réalisée par le piètre pilote présumé Hani Hanjour pour venir frapper le Pentagone, etc.

Les raisons qu'auraient eu les néoconservateurs pour mener ces attentats ? Profiter d'un moment très particulier dans l'histoire post guerre froide, où la Chine et la Russie ne sont pas encore devenues ou redevenues les grandes puissances qu'elles seront bientôt, pour s'implanter militairement dans des zones stratégiques, le Moyen-Orient et, de plus en plus, l'Asie centrale et le bassin de la Caspienne, et contrôler les robinets d'hydrocarbures de la planète... tout cela sous le prétexte de la "guerre au terrorisme".

Les arguments donnés par Gul ne prouvent évidemment rien. Ils soulèvent néanmoins de vraies questions. Quant aux motifs invoqués, ils ne prouvent rien non plus, si ce n'est que les Etats-Unis de George W. Bush et Dick Cheney ont profité de la tragédie du 11-Septembre pour mettre en oeuvre le plan de domination mondiale du PNAC (le groupe de réflexion néoconservateur Projet pour le Nouveau Siècle américain) ; cela, tout le monde peut l'admettre (c'est la "stratégie du choc" de Naomi Klein), mais ne prouve pas pour autant que les profiteurs (les plus visibles) sont les organisateurs.

Gul doute, KSM avoue. D'ailleurs, Gul rejette-t-il toute implication d'Al-Qaïda ? Selon lui, les preuves n'ont pas été apportées, et l'affaire du 11-Septembre demeure "enveloppée de mystère". Gul, incontestablement, met le doigt sur certaines failles de l'histoire officielle, les preuves de la culpabilité de Ben Laden n'ayant jamais été clairement montrées, bien que promises. Notons cependant que sur CNN, Gul reprend à son compte l'idée que le complot a été organisé en partie en Allemagne, faisant ainsi implictement référence à la cellule terroriste de Mohammed Atta à Hambourg... ce qui le ramène à la piste Al-Qaïda...

Coïncidence : tandis qu'Hamid Gul doute encore de la responsabilité d'Al-Qaïda, l'ancien numéro 3 de l'organisation terroriste et "cerveau" présumé du 11-Septembre, Khaled Sheikh Mohammed (KSM), s'apprête à passer aux aveux à Guantanamo. Lui et deux de ses co-accusés, ont en effet décidé, lundi dernier, de plaider coupable. Les deux autres accusés, qui souhaitent aussi plaider coupable pour, dit-on, mourir avec leurs "frères", devront au préalable subir un examen psychiatrique.

Certains s'interrogent sur la valeur de ces aveux, dont on se demande s'ils n'ont pas été extirpés sous la torture, le chef de la CIA, Michael Hayden, ayant reconnu que KSM avait été soumis à la pratique du waterboarding, une simulation de noyade. Remarquons tout de même que KSM, ainsi que Ramzi bin al-Shaibah, l'un des accusés de Guantanamo, avaient revendiqué l'organisation du 11-Septembre lors d'une interview accordée à Al-Jazeera en août 2002 (quelques mois avant leur arrestation), et reproduite dans El Mundo et le Guardian, le 9 septembre 2002. Apparemment ce n'était pas là sous la torture. Les deux hommes avaient présenté le 11-Septembre comme la réplique raffinée de l'opération Bojinka. L'authenticité de cette interview a-t-elle été mise en doute ?

Si Al-Qaïda n'était nullement impliqué, comme le suggère Hamid Gul, il serait également difficile de rendre compte des avertissements, très nombreux et d'origines fort variées, reçus par le renseignement américain dans les mois précédant le 11-Septembre, et qui concernaient tous un énorme attentat à venir d'Al-Qaïda sur le sol américain (impliquant des avions).

Un allié ? Si Hamid Gul peut séduire certains "chercheurs de vérité" (auxquels il fait d'ailleurs un petit clin d'oeil sur CNN... avant de se faire inviter chez Alex Jones), car il pointe assurément certaines zones d'ombre de l'enquête, il ne faut néanmoins pas se méprendre : la vision qu'il propose ne colle pas avec l'ensemble des éléments dont nous disposons à l'heure actuelle ; rien n'indique, par exemple, une implication du Mossad (seulement une possible anticipation de l'événement). La désinformation existe sans doute de tous les côtés dans cette affaire, et Hamid Gul n'y échappe pas. Son discours doit être soumis à un examen critique. Aucun discours politique n'est neutre, encore moins généreux envers le public ; il répond à des intérêts, à une stratégie qu'on n'expose pas au grand jour.

Le dessein politique d'Hamid Gul n'est pas le nôtre : au cours de son interview à UPI en septembre 2001, il se déclarait opposé à la démocratie, et appelait de ses voeux un "système étatique post-moderne", qui serait "un village global soumis à la loi divine". Son refus affiché du capitalisme inégalitaire pourrait l'apparenter, de loin, à notre Besancenot national... d'autant qu'il propose de le remplacer par un islam "égalitaire", "tolérant" et "progressiste". Seulement voilà, son modèle, ce sont les Taliban : "Ils représentent l'islam dans sa forme la plus pure", nous dit-il. "Jusqu'au 11-Septembre, ils avaient un ordre public parfait..." Destructeurs des bouddhas millénaires du Bamyian, misogynes et obscurantistes patentés... Ceux qui nous les proposent en modèles sont, au moins, à considérer avec prudence.

Accepter l'obscurité. Pour finir, j'aimerais citer Mariam Abou Zahab, qui écrivait dans Bakchich au sujet des attentats de Bombay : "Accuser le Pakistan et désigner le Lashkar-e Taiba comme unique responsable permet aux autorités indiennes d’occulter bien des aspects d’une réalité qui, comme tous les observateurs avertis de l’Asie du Sud le savent, est toujours beaucoup plus complexe qu’on ne l’imagine a priori." La même remarque vaut pour les attentats du 11-Septembre (en remplaçant "Pakistan" par "Afghanistan", "Lashkar-e-Taiba" par "Al-Qaïda", "autorités indiennes" par "autorités américaines", et "Asie du Sud" par "Moyen-Orient"). Fuir les visions simplistes. Toujours. La vérité ne se donne pas... et ne sort probablement pas, cristalline, de la bouche d'Hamid Gul.


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (133 votes)




Réagissez à l'article

123 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 12 décembre 2008 11:04

    "J’ai des raisons de penser qu’Hamid Gul était le cerveau d’Oussama Ben Laden". Le document précisait que Gul était considéré par la CIA comme "l’homme le plus dangereux" du Pakistan. Lorsqu’on se souvient que Thomas Kean, le président de la Commission d’enquête sur le 11-Septembre, avait qualifié le Pakistan de "pays le plus dangereux du monde", on n’est pas loin de conclure, par syllogisme, que Gul est pour les Américains l’homme le plus dangereux du monde." avez vous écrit,

    Je pense personnellement, et cela n’engage que ma personne, que celui qui est capable de soutenir une telle affirmation est parmi les hommes les plus dangereux du monde. Je ne suis pas surpris qu’il soit américain pour oser s’exprimer de la sorte. Il est impossible d’affirmer quoique ce soit sur ce qui se cache derrière tout service secret quand on n’en est pas membre, mais il est aisé de comprendre avec le recul que c’est l’outil dont se servent les pays pour s’infiltrer profondément dans d’autres. Je vous ajoute un extrait de post qui s’applique à votre sujet, avec toutes mes excuse si vous l’avez déjà lu.

    " Je ne dis pas qu’il ne fallait pas intervenir dans les conflits des dix dernières années (Rwanda, Serbie, Somalie, Koweit, Ethiopie, etc.). Je dis que les institutions juridiques internationales crées pour justifier les interventions armées sont également des armes et des moyens de rétorsion contre les états. Plutôt que de permettre l’émancipation, elles sont des outils de coercition, d’aliénation et surtout les ferments d’autres conflits sans fins, sans limites, sans frontières, ce qu’on appelle aujourd’hui le TERRORISME. " En clair, il faut interdire les services secrets, ou limiter leur action dans un rôle extrêmement précis tout en contrôlant l’usage qu’il font de ces matériels extrêmement performants qui leur offre quasiment le pouvoir d’écoute et d’espionnage intégral de l’Etat et des citoyens dont il est constitué, sous peine de cancer interne au pays. La dérive que vous décryptez avec précision ressemble tout à fait au phénomène qui atteint la médecine, dont on retrouve tous les fruits de sa recherche sur les marchés occultes et qui ravagent des franges entières de la population ou de continents entiers. Cela entraine cette institution à disposer de poisons violents qui, en sortant du cadre de l’hopital, ruinent la santé de nombreuses victimes innocentes. Les services secrets et la médecine produisent ou font usage d’outils sophistiqués ultra dangereux, sans un contrôle transparent de l’usage qu’ils en font, on leur offre le droit de tuer à volonté dans le plus grand secret...

    J’ajoute qu’en notre beau pays démocratique, en ce moment, a lieu le plus lourd proçès dans le silence radio le plus absolu au vu des protagonistes concernés. Le procès de l’angolagate ne fait l’objet d’informations radio que de temps en temps entre cinq heure et six heures du matin...et puis plus rien de la longue journée sur aucun des nombreux organes d’infos prévus à cet effet... !
    Bien à vous.


    • non666 non666 12 décembre 2008 15:50

      Thomas Kean montrant du doigt Hamil Gul pour le qualifier d’homme le plus dangeureux du monde c’est en effet l’hopital qui se fout de la charité.

      C’est comme si Wolvowitz, Perle, Rumsfeld et Cheney trouvaient scandaleux le contenu du defense planing guidance de 1992 ou le PNAC.....qu’ils ont ecrit !

      Les comploteurs sont en train de paniquer car il savent que le coup qu’ils ont joué n’a rien rapporté aux etats unis et leur a fait meme perdre beaucoup.
      Le gros con de yankee aurait été pret a pardonner si l’opération avait été un franc succès et avait ramené des benefices palpables et immediats aux etats unis.

      Ce qui s’annonce c’est plutot une cata générale et personne pour payer completement l’addition à leur place ce coup ci.

      Ceci dit il n’y a pas que les renseignements Pakistanai qui savent....
      Pour les autres , la seule question est de savoir si leurs gouvrnements est pret a suivre et a assumer le rétablissement de la vérité.

      Pour les europeens la vérité signifie clairement rompre avec les auteurs de cette manipulation et donc de devoir renoncer au "parapluie US" pour une defense europeenne autonome.
      Qui est pret aujourd’hui a vouloir un statut de grande puissance assumée pour l’Europe au lieu du statut de vassale qui est le notre ?

      Qui est pret a oer affronter le puissant lobby d’information qui soutient israel, l’autre grand commanditaire et oraganisateur de cet attentat ?


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 12 décembre 2008 16:34

      @ non666,

      " Les comploteurs sont en train de paniquer car il savent que le coup qu’ils ont joué n’a rien rapporté aux etats unis et leur a fait meme perdre beaucoup. "

      Presque tout le monde est en train de paniquer dans le monde entier pour la dure raison que les infos dont se prémunissaient les initiés aux commandes, peuvent désormais circuler, une minute après leur émission, grâce à Internet, et jusqu’à l’autre bout du monde.

      Ce qui par le passé ne circulait que sous le manteau est aujourd’hui à la portée de tout un chacun...On ne peut donc plus faire confiance à personne et c’est cette confiance qui a détruit le système de l’omerta qui prévalait ! ...Tous nos dirigeants qui ont détourné des fonds occultes et les ont confié à leurs discrets " prète-nom ", souvent féminins, ne peuvent plus prendre le risque de compromissions et sont contraints à y renoncer sous peine de...Mais, ne le dites à personne


    • non666 non666 12 décembre 2008 18:19

      Lisa Sion2 , en effet Internet est leur creation mais elle leur echappe, en partie.

      Ceci dit, le fait que tous les serveurs racines d’internet, au niveau mondial , soient sous le control direct et total des etats unis montrent jusqu’ou pourraient aller la reprise en main.

      Qu’aucun Etat ou meme l’Europe , n’envisage le partage du control de cet outil pour ne pa laiser faire les yankees est aussi très révélateur de la trahison des elites , au niveau mondial.

      De plus la totalité des moteurs de recherches sont aujourd’hui controlé par ces memes etats unis q, ce qui leur permet de montrer en priorité ce qui doit etre su et de zapper ce qui doit l’etre.

      Internet est sous la selette et nos brillant député UMP et PS nous montrent chaque jour que la reprise en main du dernier espace de liberté est prévu


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 12 décembre 2008 18:39

      @ NON666,

      Une étudiante de 14 ans a inventé le système de compression de données le plus performant au monde. Tout l’espoir repose en l’intelligence autodidacte de parfaits inconnus. Ce sont eux aujourd’hui qui ont les clés en main. Reste à comprendre où ils situent leur " intérêt "...


    • E-fred E-fred 12 décembre 2008 11:29

      Bravo pour la démonstration...

      "La désinformation existe sans doute de tous les côtés dans cette affaire, et Hamid Gul n’y échappe pas", nous non plus.

      Mais qui veut vraiment savoir ?

      Combien ont fermés les yeux, chez nous, en France, lors de la WWII, pendant que des millers de personnes se faisaient embarquer alors que leur seul crime était d’être différents ? Et malheur aux rescapés, qui à leurs retour, à leur retour ne devait surtout pas en parler...

      Combien se taisent encore aujourd’hui alors que les soi-disant droits de l’homme et de la femme et de l’enfant...ne sont même pas respecté ici...

      La masse silencieuse aime le dictateur qui leur jette de la poudre (pas qu’aux yeux) et quelques os à ronger...celà permet ensuit à d’autres de manipuler cette honte cachée dont il ne faut surtout pas parler, tous ces malgré-eux, qui à l’insu de leur plein gré, ont quand même survécu, alors que tant d’autres sont tombés...


      • ZEN ZEN 12 décembre 2008 11:53

        Tout s’éclaircit , pardon , s’assombrit smiley
        Merci pour ce coup de projecteur
        Un lien ne fonctionne pas . Ici :
        "au travers d’un document saisissant reçu par la Commission d’enquête.."


        • Taïké Eilée Taïké Eilée 13 décembre 2008 17:44

          Bonjour Zen,

          Tout s’assombrit, dites-vous. Peut-être en effet que mon article brouille les pistes que chacun avait pu se tracer dans sa tête. Mais c’est que les réalités dont il est question ici sont complexes et elles-mêmes embrouillées. On aimerait que tout soit clair une fois pour toutes. Mais cette clarté serait probablement trompeuse...

          Chacun, qui a un peu étudié ces événements, peut avoir un scénario dans la tête qui lui paraît plus probable que les autres. Mais tous ces scénarios sont sans doute faux, ou du moins insuffisants, bien trop simplistes, schématiques. Buter sur notre ignorance est agaçant, mais je crois qu’il faut avoir la sagesse de s’y résoudre. Chercher, certes, s’intéresser, certes, ne pas désespérer d’avoir la vérité claire et nette un jour, mais admettre aussi qu’à l’heure où nous parlons c’est encore l’obscurité qui prédomine.

          Beaucoup ne supportent pas le malaise que crée l’ignorance autour d’une question jugée centrale. Et ils croient. Ils tombent dans une croyance, qui peut être, certes, argumentée, très argumentée, avec même un fort indice de probabilité. Mais pour laquelle aucune certitude n’existe néanmoins. Pour ma part, même si j’aimerais me reposer, comme tout le monde, dans le confort de la certitude, je doute et suis au final dans l’état du sceptique (que j’évoquais dans un précédent article), qui suspend son jugement. Et cet état ne me dérange pas tant que ça. C’est de toutes façons le plus sage.


        • fonzibrain fonzibrain 12 décembre 2008 11:57

           hello efred

          hello l’auteur
          merci beaucoup pour ce article édifiant quant aux dire de gul et consort

          voila un article du financial time qui va dans le même sens,l’éditorialiste écrit que pour juguler la crise,il faut un gvt mondial non démocratique
          http://www.ft.com/cms/s/0/7a03e5b6-c541-11dd-b516-000077b07658.html


          • E-fred E-fred 12 décembre 2008 12:26

            Salut Fonzi

            celà faisait longtemps !!! je vais voir ton lien.


          • E-fred E-fred 12 décembre 2008 12:30

            Gideon à l’air honnête : http://www.jeuneafrique.com/jeune_afrique/article_jeune_afrique.asp?art_cle=LIN17067bienveuqirm0 

            Gideon Rachman n’est pas un immigré somalien mort de faim. Ni une prostituée péruvienne. Encore moins un barbu exalté surgi de quelque bidonville de Karachi. Éditorialiste au quotidien Financial Times, qui n’a pas coutume d’appeler au jihad contre les Juifs et les Croisés, c’est un spécialiste reconnu des relations internationales. En 2003, il a pourtant été expulsé des États-Unis - « de manière ignominieuse », juge-t-il - et embarqué contre son gré dans le premier avion en partance pour Londres. Motif : il avait omis de se munir d’un visa de journaliste

             


          • non666 non666 12 décembre 2008 15:30

            Le "gouvernement mondial non démocratique" est en route !

            Qu’est ce que l’Europe du TCE/Lisbonne ?
            Déja toutes les institutions financières ont réussit à echapper au controle du peuple.
            "FED" , BCE , FMI ....

            L’adoption du traité de Lisbonne s’est fait malgrès l’opinion des français , des hollandais, des iralandais, les seuls chez qui il y ait eu un vrai débat.

            Nous y venons tout doucement à la gouvernance mondiale entre initiés.


          • armand armand 13 décembre 2008 16:38

            C’est ça, Totenkopf, le gouvernement des Illuminati est en route. Ou des Rose-Croix, pour varier les plaisir.


          • E-fred E-fred 12 décembre 2008 12:10

            Pour la « piste des terroriste de Hambourg » :

            http://www.casafree.com/modules/news/article.php?storyid=2877

            http://www.rfi.fr/actufr/articles/068/article_38092.asp

            http://congodoc.afrikblog.com/archives/2006/09/29/2787404.html

            Un Français converti à l’islam, Willy Brigitte, mis en cause pour son parcours dans les réseaux islamistes internationaux entre 1998 et 2003 et soupçonné d’avoir préparé un attentat en Australie en 2003, est jugé à partir de ce mercredi en correctionnelle à Paris.

            Le prévenu, âgé de 38 ans, arrêté à Sydney et remis par l’Australie à la France le 17 octobre 2003, encourt jusqu’à dix ans de prison pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ».

            Des documents saisis à son domicile australien ont montré qu’il était alors en relation avec des islamistes radicaux au Pakistan, comme Sajid Mir, responsable de l’acheminement de volontaires étrangers dans les camps islamistes du Lashkar-e-Taïba, mouvement armé engagé notamment dans les combats de la province du Cachemire.

            A Paris, où Sajid Mir, visé par un mandat d’arrêt, sera jugé aussi par défaut, l’accusation soutiendra par ailleurs que Willy Brigitte préparait un attentat, peut-être contre un réacteur nucléaire, ou contre une autre cible, près de Sydney.


            • armand armand 12 décembre 2008 12:51

              Merci à l’auteur pour cet article bien écrit, bien informé, échappant aux poussées subjectives, et qui a le mérite de récentrer les plus gros dangers actuels dans leur épicentre, le Pakistan.
              Remarquable évocation de ce sombre personnage, qui révèleune constante dans certains cercles pakistanais depuis des décennies - en sous-jacence, le but qui n’est autre que l’établissement d’une théocratie rigoriste (n’oublions pas que la forme talibane du wahhabisme est le fruit des madrasahs déobandi, qui prolifèrent depuis le milieu du XIXe siècle et ne sont pas un ’produit d’importation’), et la stratégie - tout subordonner la la déstabilisation de l’Inde, coupable d’avoir annexé le Cachemire, et à celle du l’Afghanistan, dès lors que ce dernier court le moindre risque d’échapper aux talibans.

              La grande folie (on serait tenté de dire, pire qu’un crime, une faute...) des administrations U.S., ça a été de travailler avec cette mouvance IS pendant tant d’années, de leur donner carte blanche.


            • fonzibrain fonzibrain 12 décembre 2008 15:02

               armand,je crois que tu es aveuglé par ton idéoloie,tu n’as pas compris le sens de cet article


              c’est troublant par exemple que tu dises "qui a le mérite de récentrer les plus gros dangers actuels dans leur épicentre, le Pakistan. "

              mais que tu ne relève pas une chose combien important dans l’article" L’arrestation, samedi 6 décembre, de Mukhtar Ahmed, ravive chez certains l’idée que l’opération de Bombay n’a pu réussir sans complicités au sein de l’appareil d’Etat indien. Mukhtar Ahmed, "l’un des deux Indiens arrêtés pour avoir illégalement acheté des cartes SIM (pour téléphones portables) utilisées par les assaillants dans les attentats de Mumbai (ex-Bombay)", est en effet "un policier du contre-espionnage qui pourrait avoir été en mission secrète, selon des responsables de la sécurité". Selon la BBC, "sa mission était de procurer des cartes SIM aux combattants du Lashkar-e-Taiba et de transmettre les numéros à la police de sorte que les appels en provenance de ces numéros puissent être surveillés par le renseignement"

              tu m’expliques pourquoi ?


            • armand armand 13 décembre 2008 09:47

              Allez, fonzi, utilise un peu ton ’brain’ !!!

              L’un n’empêche pas l’autre. Il peut y avoir dans tous les services secrets des courants qui pratiquement la ’politique du pire’, et il peut y avoir de véritables ’trâîtres’ ou agents doubles.

              Il n’empêcje, à l’origine de tout, un courant wahhabi-djihadiste, qui a toujours existé dans l’Islam du sous-continent, aux côtés (et s’érigeant contre) un courant humaniste, syncrétiste ou soufi. Ce courant qui s’est emparé des rênes du pouvoir dès le coup-d’Etat de Zia ul-Haqq a malheuresement était épaulé tout d’abord par la colossale puissance financière séoudienne, puis pas l’inconséquente diplomatie américaine.
              Toute politique qui est prête à tout pour parvenir à un but est nocive : les USA, prêts à tout pour abattre les sociétiques en Afghanistan ont armé les djihadistes, les Pakistanais, subordonnant tout à la déstabilisation de l’Inde via le Cachemire sont en passe de détruire un pays qui, faut-il le rappeler, était pensé comme laïc et moderne par son fondateur, Ali Djinnah.


            • ZEN ZEN 12 décembre 2008 13:07

              @ Armand
              Ni folie, ni faute, Mais strict intérêt, comme d’habitude...
              Le besoin d’avoir sous la main des gens déterminés pour rejeter hors d’Afghanistan les troupes russes...
              Mettre à bas la puissance soviétique et avancer ses pions pétroliers.
              Les USA ont l’habitude de créer des monstres


              • armand armand 13 décembre 2008 09:49

                Zen :
                Ai tapé le post ci-dessus avant de lire le tien... Je ne dis pas autre chose, mais je tiens compte en plus d’une donnée mal connue en France - les particularismes de l’Islam du sous-continent indien.


              • armand armand 13 décembre 2008 16:36

                Intéressant.
                Je note que j’ai dit pareil que Zen, et je me fais moinsser...

                Mais peut-être y en-a-t-il ici qui sont de grands experts en matière d’Islam du sous-continent, qui ont séjourné sur place, appris la langue... ?


              • Taïké Eilée Taïké Eilée 13 décembre 2008 18:13

                @ Zen et Armand : à propos de ce dont vous parlez : Genèse et actualité de la "stratégie" pro-islamiste des Etats-Unis, par Alexandre del Valle, 13 décembre 1998 ; l’auteur est assez décrié à cause, dit-on, de son "islamophobie"... mais ce texte-là paraît assez objectif. Instructif.

                Un condensé de ce très long texte


              • ZEN ZEN 13 décembre 2008 18:26

                Merci pour ce lien , Taïké
                Je vais lire cela ce soir
                Cordialement


              • armand armand 14 décembre 2008 12:13

                Merci Taïké :
                Del Valle était le "grand Satan" pour un ancien posteur de ce site dont je ne rappelerai pas le nom ! smiley


              • Thierry JACOB 12 décembre 2008 13:44

                - "système étatique post-moderne"


                -  "un village global soumis à la loi divine".


                - son modèle, ce sont
                les Taliban : "Ils représentent l’islam dans sa forme la plus pure", nous dit-il. "Jusqu’au 11-Septembre, ils avaient un ordre public parfait..." 

                Cela a le mérite de la clarté...inscrite, sur le fond, dans la stratégie islamiste.


                • Thierry JACOB 12 décembre 2008 13:55

                  J’espére que ce genre d’individu n’aura jamais l’occasion de presser le petit bouton rouge...parce qu’entre lui et les frappadingues d’iran...ça craint !!!


                  • worf worf 12 décembre 2008 14:11

                    tout comme l’assassinat de JFK et d’autres affaires, on ne saura jamais qui était réellement derrière certains attentats perpétrés ces dernières années comme le 11/9, quelles étaient les véritables motivations de ceux qui ont commandité ces actes, si on eu un soutien sur place !
                    Comme l’a fait remarqué lisa, les services secrets ont un pannel d’armes et d’actions extrémement diversifés et performants, le tout sans aucun contrôle.


                    • John Nada John Nada 13 décembre 2008 03:55

                      pour JFK peut être...pour le 9/11 on a quand même beaucoup plus d’indices :

                      1/toutes les preuves désignant les "kamikazes islamistes" sont des faux grossiers

                      2/la neutralisation de l’armée de l’air tout entière via plusieurs exercices de simulations d’attentats et de détournement d’avions coïncidant justement avec les vrais ne peut qu’avoir été décidé par des taupes très hauts placées dans l’appareil militaire.

                      3/le fait que le crime a profité essentiellement aux profiteurs de guerres et à servi de justification à leur déclenchement désigne quasiment qui l’a commandité

                      4/l’idéologie des néocons (un empire US imposant une pax americana mondiale grâce à une augmentation astronomique du budget consacré à la guerre, préconisée dans le PNAC) n’était selon eux, acceptable par l’opinion publique, que grâce à "un évenement catalyseur" du type Pearl Harbor

                      5/les néocons sont des financiers et des supporters inconditionnels d’Israël - soit disant "refuge des Juifs" soi-disant "poursuivis dans le monde entier". Or "les attentats du 11 Septembre ont été bons pour Israël" selon Netanyahu (qui appelle son ami Silverstein tous les dimanches après midi, financier d’Israël via l’United Jewish Appeal qu’il a dirigé , qui a gagné 4,55 milliards $ en assurances 11 Septembre, grâce aux assurances sur le WTC acheté 6 semaines avant les attentats)

                      Il n’y a pas vraiment besoin du Lt Columbo pour commencer à voir quels groupes avaient intérêt à organiser l’"évenement catalyseur", non ?


                    • fonzibrain fonzibrain 12 décembre 2008 14:41

                      jacob tu penses quoi de livni quand elle dit

                      http://www.french.xinhuanet.com/french/2008-12/12/content_778142.htm

                      JERUSALEM, 11 décembre (Xinhua) — La ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, a déclaré jeudi que les Arabes israéliens devraient quitter Israël pour l’Etat palestinien une fois que ce dernier sera établi.

                      Elle a fait ces remarques lors d’une réunion avec les étudiants de l’université de Tel Aviv.

                      « Ma solution pour maintenir un Etat juif et démocratique d’Israël est d’avoir deux Etats nations avec certaines concessions et des lignes rouges clairement établies », a indiqué Mme Livni, citée par la Radio Army.

                      Le mois dernier, Mme Livni a provoqué la colère des députés arabes du fait qu’elle a affirmé qu’il devrait être clair à tout le monde que l’Etat d’Israël est un territoire national pour le peuple juif.

                      Elle a ajouté que les demandes des Arabes israéliens devraient prendre fin au moment où l’Etat palestinien sera établi.

                      Cependant, le ministre israélien de la Culture, des Sports et des Sciences, Ghaleb Majadele, a répondu que les racines des citoyens arabes israéliens étaient plantées avant que l’Etat ne soit établi.

                      « Toute personne qui émet l’idée de transférer la population arabe d’Israël vers les territoires de l’Etat de Palestine est anti-dé mocratique », a ajouté le ministre.


                      • armand armand 13 décembre 2008 09:52

                        Oui, fonzi, mais tu as lire d’ignorer qu’elle a été effectivement mouchée par un autre ministre israëlien, arabe cette fois.
                        C’est cela le pluralisme. Ceci dit elle n’a pas préconisé le transfert de population par la force, mais affirmé la vocation de chacun des deux états. On pourrait relever aussi qu’elle croit fermement à un véritable Etat palestinien... C’est déjà pas mal.


                      • Walid Haïdar 13 décembre 2008 16:04

                         Ca ne vous choque pas, Armand, qu’elle considère que les arabes, en particulier, devraient être transférés d’Israël en palestine ?


                        C’est pire que ce que propose le FN en france. Le FN propose de s’efforcer de renvoyer les immigrés en situation irrégulière dans leur pays d’origine, voire, admettons, de renvoyer tous les étrangers, et de fermer les frontières.

                        Litvni propose de destituer de la nationalité israëlienne les arabes pour les renvoyer en palestine ou serait leur vraie place.

                        C’est vraiment lamentable que vous trouviez ça "pas mal" car admettant l’idée d’un état palestinien. Son idée est de la pire espèce. Je ne respecte pas les idées qui visent à "purifier" un état pour le rendre complètement juif, ou complètement aryen. Je méprise profondément ces idées. Et quand la personne qui les soutien est le premier ministre d’une grande puissance (militaire du moins) je le prend très mal. Dois-je vous rappeler qu’on ne considère une idée que dans son contexte de pensée ? Si la création d’un état palestinien est envisagée dans le cadre d’une épuration ethnique d’Israël, je trouve sacrément abruti de trouver ça "pas mal".

                        Effectivement il n’y a pas consensus autour de son idée, et on peut encore, en Israël, exprimer des oppositions basées sur des idées un peu plus nobles que toutes celles qui sous-tendent les comportements des tarés d’extrême droite qui malheureusement pulullent un peu partout dans le monde.

                        Faut-il vraiment admettre une fois pour toutes que toute petite concession à la tendance réactionnaire en vogue est un gage de salubrité de nos instances démocratiques ?

                        Non, il faut combattre, sans baisser la garde, la tournure réactionnaire de la politique occidentale, pour sauvegarder la démocratie ici, et la faire rayonner pour ailleurs.

                        Si les tenants de la démocratie sont ceux qui enferment et torturent sans procès, pondent des rapports d’enquête bidons sur un meurtre de masse de leurs concytoyens, élisent un président qui ne sait écouter que ses amis du CAC 40, veulent purifier Israël en le rendant 100% juif, etc. etc., on est mal barrés pour donner envie aux autres de se mettre à la démocratie.

                        De toutes façons vous me fatiguez de manière générale, à penser que les méchants dangereux ne sont pas les puissants (en l’occurence, certes, démocratiques, disons en interne), mais les barbus illuminés des cavernes.


                      • hihoha 13 décembre 2008 16:09

                        walid,

                        Combien de juifs des pays arabes et musulans dans les années cinquante soixante, furent transférés pour ne pas dire déportés un coup de pied au derrière vers les U.S.A ou l’Europe...

                        Plus d’un million.

                         


                      • armand armand 13 décembre 2008 16:23

                        Et vous vous me fatiguez, vous et vos semblables, à systématiquement minorer le danger posé par ces sectes de fanatiques dont vous êtes, en plus, les premières victimes.
                        Je vous rappelle que Livni a échoué à être premier ministre, que vous ignorez complètement l’autre moitié de mon post, qui saluait le fait qu’un certain pluralisme en Israël permettait à un ministre, arabe, de la désavouer. Et dire que c’est déjà pas mal qu’elle admette l’existence d’un état palestinien est à opposer à ces quantités de crétins d’en face, tellement arc-boutés sur leur refus d’Israël qu’ils parlent encore d’"entité sioniste"


                      • fonzibrain fonzibrain 13 décembre 2008 17:38

                         armand

                        qui a envahi la palestine ?
                        qui enferme la bande de gaza ?
                        qui n’a pas respecté les résultats d’une élection libre et sans aucune tricherie(contrairement aux deux élections us de 2000 et 2004 ?
                        qui possède l’arme atomique en violation des traité internationaux ?
                        qui s’assoie sur des dizaines,je dis bien des dizaines de résoluions de l’onu ?

                        qui couvre les exactions des colons,qui tabasse des civils,même olmert a dit que cela ressemblait à des pogroms ?

                        qui a été lié au régime de l’apartheid quand le monde entier les évitait ?


                        qui,grace a un lobby hyper puissant l’aipac,manipule la démocratie us ?tiens comme il faut toujours que tu mettes ton savoir en avant sans une once d’esprit réellement critique,je te propose de lire Le livre de Stephen Walt et John Mearsheimer, The Israel Lobby and U.S. Foreign Policy (Le lobby israélien et la politique étrangère américaine), ce sont des universitaires tout ce qu’il y a de normal,j’aimerai vraiment beaucoup que tu le lises et que tu me dises ce que tu en penses.




                        armand,je ne te comprend pas,tu n’as l’air pas trop bete et pourtant tu as un parti pris contre la vérité simple du faux conflit,ou du moins du conflit manipulé.

                        bien entendu que les tarés intégristes islamistes sont un danger,je ne te dirai pas le contraire,bien sure qu’il existe une menace international islamiste,mais tu es assez intelligent pour te rendre compte que c’est également un concept sur lequel nos gouvernants,les médias se servent dans une optique de manipulation totale qui ne sert que quelque uns,et leur projet,comme le financial time s’est fait l’écho avant hier http://www.ft.com/cms/s/0/7a03e5b6-c541-11dd-b516-000077b07658.html ,un gvt mondial non démocratique,écrit noir sur blanc et lu par des millions de personnes.

                        pour juste faire un détour par le 11/09,que penses tu des ces centaines,oui,oui des centaines d’architectes,d’ingénieurs,qui,regroupé dans une asso affirment,preuves scientifique à l’appui que ce n’est pas les avions qui sont à l’origine de l’effondrement des wtc ?

                        voila leurs sites,s’il te plais ne rejette pas cela d’une main,je ne t’accorderai plus aucune crédibilité sinon.je ne pourrai qu’en déduire que, te voyant refouler des preuves scientifiques,tu es aveuglé par une quelquonque haine imperméable à la raison

                        http://www.ae911truth.org/

                        http://www.patriotsquestion911.com/
                        ce ne sont pas des antisémites,des complotisstes,ou autres noms d’oiseaux relayé par nos médias,ce sont des américains,libres indépendants qui se posent des question à l’orée de leurs compétences.

                        j’attend ta réponse avec impatience




                      • armand armand 14 décembre 2008 18:58

                        fonzi,
                        Qui s’est torché avec la première résolution, établissant deux états en Palestine mandataire ? Qui a envahi la partie juive en proclamant vouloir jeter les Juifs à la mer... deux ans après la Shoah, ce qui donnerait à ces menaces un certain poids ?

                        M’est d’avis que tu aurais, en 1933, défendu le droit inaliénable des Allemands humiliés à porter au pouvoir Hitler, tout en conspuant l’injuste occupation de la Rhénanie par la France.
                        Si Gaza se donnait une administration semi-responsable, il n’y aurait aucun blocus.
                         


                      • morice morice 12 décembre 2008 14:49

                         j’avais déjà insisté sur le personnage comme étant un des organisateurs probables de l’attentat de l’hôtel Mariott... en liaison avec ces amis de l’ISI... vous confirmez donc la dangerosité du personnage !


                        • Philou017 Philou017 13 décembre 2008 10:33

                          Foutaises, Morice. Vous n’avez pas le début d’un élément de preuve contre Gul. Vous n’avez rien.


                        • fonzibrain fonzibrain 12 décembre 2008 14:50

                          jacob,jusqu’a présent les seuls jobars à avoir utilisé la bombe atomique n’ont pas de barbe et ne prie pas allah.

                          tu sais très bien que jamais l’iran ou le pakistan n’utiliserai de bombe atomique contre israel ou les usa,ils seraient vitrifié à la bombe thermonucléaire dans la seconde suivante

                          même pas un million de mort us ou israélien alors que la population iranienne ou pakistanaise serai quasiment exterminé


                          donc ,c’est impossible

                          ha oui et que signifie pour toi cet article du haartz qui avance que obama protegerai israel avec le parapluie nucléaire,

                          http://www.lexpress.fr/actualites/2/barack-obama-proposerait-un-parapluie-nucleaire-a-israel_723816.html


                          • armand armand 13 décembre 2008 09:55

                            fonzi,
                            Compare ce qui est comparable. La bombe atomique a été utilisée à l’issue d’une guerre où tous les coups avaient été permis. On peut maintenant le déplorer, mais à l’époque pas un seul des alliés (et je parle des gens, civils ou militaires) ne mettaient en cause le recours à cette arme. Et d’ailleurs, si l’Axe l’avait trouvée d’abord, il n’aurait pas hésité à s’en servir.


                          • Liberty 13 décembre 2008 17:26

                            Armand,

                            ha ha ha, le petit rigolo qui ne réponds jamais aux propos qui le dérangent .

                            Le troll de Vox à la mémoire très sélective !



                          • armand armand 14 décembre 2008 18:52

                            Dis-donc, troll de mes 2, si tu n’étalais pas ton ignorance crasse comme un lépreux ses croûtes, peut-être que je daigerais répondre. Tu ne fais que réaffirmer les mêmes conneries, les mêmes éructations indignées, sans la moindre argumentation.
                            Alors, pour rester dans le registre bretercherien, double-phoque !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Taïké Eilée

Taïké Eilée
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès