Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’image de la France au Honduras

L’image de la France au Honduras

La France, au Honduras ? Que vient-elle faire là ? L’image de la France au Honduras constitue l’un des piliers du stage que je fais à l’ambassade française de ce pays niché entre le Guatemala, le Salvador et le Nicaragua... Comment est-elle retranscrite, dans les médias par exemple ?

On m’a prévenue dès mon arrivée : les journalistes honduriens ne sont pas intéressés par la France. Ils savent à peine la situer et nos actions ne les touchent que peu. Et ne parlons pas de l’Union européenne… C’est bien pour ça que lorsqu’on me demande de distribuer aux journalistes des stylos « PFUE », comprenez Présidence française de l’Union européenne, j’ai quelques doutes sur l’impact réel de la chose !

La France reste très peu visible dans la presse hondurienne – et je m’en sens quelque peu coupable, car c’est mon rôle de lui donner de la visibilité… La répercussion dans la presse se limite surtout aux pages Sociales, une forme de « journalisme » un peu particulier… qui sert en fait tout simplement à se faire voir. A montrer qu’on fait partie « de la haute », qu’on a une situation enviable, qu’on répond aux canons de la société. La France, malheureusement, doit s’accommoder la plupart du temps de cette forme de journalisme : des photos de l’ambassadeur ou des membres de l’ambassade, avec leur nom bourré de fautes en légende (j’ai moi-même été requalifiée de « Nari »), et en guise de texte, trois lignes copiées-collées du communiqué de presse.

Les columnistas s’intéressent plus rarement à nos actions, mais ont généralement le mérite d’argumenter leurs propos et de prendre position, mais si cela doit être contraire à ce que l’on voudrait qu’ils écrivent. Je pense en particulier aux propos de l’ambassadeur sur le risque du narco-trafic, qui a été perçu de manière extrêmement diverse !

Voilà pour la presse, mais qu’en est-il du citoyen lambda ? Je reporterais ici les propos de deux personnes au statut social bien différent. Le premier est un jeune gardien de l’hôtel Maya, qui doit gagner environ 4 000 lempiras par mois (138 €). Un sourire digne de Joey Star, il me demande si je suis une gringa. Non, je viens de France. Il paraît alors très intéressé par la chose et veut savoir tous les détails pour s’y rendre, dont le prix du billet qu’il ne pourra peut-être jamais s’offrir en une vie. Après une pause : « En France, parle-t-on la même langue qu’aux Etats-Unis ? » Heu… non, pas vraiment… Ce que j’en retire, c’est que la France lui paraît comme un eldorado, au même titre que les Etats-Unis. Un ailleurs inconnu et embelli, par la force des choses… Il m’a confié que, de toute façon, il ferait tout pour quitter le Honduras, pays le pire d’Amérique latine selon lui. 

L’autre personne est une amie hondurienne au statut bien plus aisé… et forcément attirée par toujours plus d’argent, d’objets et d’actions accréditant sa place dans la société. Je pense que le français, pour elle c’est quelque chose de chic, de classe. Paris, les Champs-Elysées, le Moulin rouge, les parfums, la mode, Dior Kiss… Et là encore, la France se retrouve embellie : pas de clochard chez nous, tout le monde mange à sa faim, et les fauteuils de cinéma sont en cuir !

C’est presque ça…


Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • jltisserand 22 octobre 2008 16:44

    Vous posez-vous la question de savoir "Pourquoi une Ambassade de France au Honduras" ? Je suis actuellement en Zambie ou je me pose cette question d’une Ambassade et d’une Alliance Francaise dans un pays qui n’a pas de lien avec la France et j’y retrouve le meme esprit que vous au Honduras (et la "lenteur" de votre texte s’y prete a merveille). J’ai bien aime

    JeanLuc


    • Gilles Gilles 22 octobre 2008 16:46

      ça me rapelle une anecdote provenant du Venezuela voici 10 ans

      Je parle à un gars qui me traite de gringo. Non, répliquais-je, décidé à éviter cette classification quelque peu péjorative, je ne suis pas gringo, je suis français !
      Le gars, interloqué, me réplique : "Et où ça se trouve aux Etats Unis ?"

      En continuant, je me suis rendu compte que pour lui, et nombre d’autres, le reste du monde "blanc" c’était les USA et rien d’autre ! D’ailleurs, un allemand avait eu la même remarque.

      Aprés ça, j’ai du m’accomoder du fait que j’étais le "gringo" ou "el gringuito" ou encore pour mes neveux "El tio gringo"


      • loloa 22 octobre 2008 18:17

        article très intéressant.

        Pour avoir pas mal voyagé en Amérique Latine, on subit tous le choc du déracinement à se voir systématiquement qualifié de gringo.

        Je connais bien le Mexique par exemple. J’ai été très agréablement surpris de me rendre compte qu’au delà du premier regard où on est assimilé à un gringo, c’est un pays très francophile. J’ai été encore plus surpris en apprenant que la révolution de mai 68 a eu une influence considérable là-bas. C’est vrai, on ne parle jamais en France de l’influence de cette révolution qui a bouleversé pas mal de codes dans ces cultures. 

        Mais cette assimilation systématique au gringo prouve aussi le fait qu’on exploite sûrement très mal notre héritage, nos spécificités, notre culture, notre image (autre anecdote, dans les supermarchés Wall-Mart de Monterrey, le camembert est "made in germany" avec l’appellation camembert comme il se doit). 


        • Jean-paul 22 octobre 2008 19:48

          La preuve que la France n’est pas le nombril du monde .
          Faisons le contraire demandons aux Francais ou se trouve le Honduras !!!!! les journalistes francais sont ils interesses par le Honduras ?????
          Quand j ’etais au Bresil apres plusieurs annees j’etais devenu "le Francais "
          Quand je retournais en France les questions etaient style : Y a t il des serpents sur les routes ????


          • Céline Ertalif Céline Ertalif 23 octobre 2008 00:27

            "La preuve que la France n’est pas le nombril du monde". Exactement ! Merci pour cet article !


            • TSS 23 octobre 2008 13:40

              la France n’est pas le nombril du monde c’est le monde qui est le nombril de France... !! je plaisante !


              • kakadou n’diaye 23 octobre 2008 14:03

                Allez soyez franche .quand vous avez été nommée pour aller au Honduras vous saviez le placer exactement sur une carte ? Demandez maintenant a un ensemble de jeunes français disons de 3ème qu’ils situent le HOnduras, ou, pour être pus vicieux ,qu’ils indiquent les pays limitrophes du Honduras ? Quie croyez vous qu’il advienne ?
                Quant à la presse hondurienne elle est à la hauteur du Honduras, ni plus ni moins ..120ème pays sur 170 dans l échelle du développement humain.Ce qui signifie très clairement que la presse est faite par les riches pour les riches. Comme dans toute l’Amérique Centrale d ’ailleurs,même au Mexique il existe cette presse "people".
                Maintenant effectivement on peut se demander pourquoi avoir une Ambassade au Honduras. Je ne connais pas les relations commerciales et culturelles avec Tugicigalpa ( je ne me trompe pas dans l ’orthographe ?) mais je doute qu’elles justifient une Ambassade. Quant à l’Alliance c ’est un problème privé sur lequel je me suis dans ce même agoravox largement exprimé.
                BOn courage. Il y a m a t on dit des descendants de colons anglais qui vivent sur les Côte et se sont au fil des ans retrouvés pêcheurs et ne pratiquant que l endogamie sont devenus, en dehors d être sujets de sa gracieuse majesté ,sujet d’ observations médicales sur la consanguinité.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès