Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’impérialisme américain criminel et prédateur

L’impérialisme américain criminel et prédateur

Décrit dans un livre fleuve, voici une synthèse de la Stratégie du choc de Naomi Klein qui informera plus d'un sur l'impérialisme américain, qui fait tant de mal à la planète depuis plus d'un siècle et fait des USA le plus grand prédateur de la planète, au mépris de ses nations et de ses peuples. Dans la mentalité des gouvernements américains, rien ne vaut une bonne catastrophe pour ouvrir de nouveaux territoires.
Cette stratégie est motivée par le profit à grande échelle et la cupidité. Elle et est responsable des plus grands génocides socioéconomiques de la planète.

JPEG - 89.8 ko
L’impérialisme américain
Traitement de chocs
 
Cette stratégie comprend plusieurs phases :

- Le renversement d'un état souverain

Pour mettre la main sur un pays, les USA fomentent des fausses révolutions en finançant les groupes d'opposition qui commercent par essayer de déstabiliser le pouvoir en organisant des manifestations, sous prétexte de soustraire une nation opprimée à la brutalité d'un régime forcément dictatorial et de lui apporter la démocratie !

La seconde étape, si la première échoue, est d'essayer d'associer l'armée à ce coup d'état, de financer son coup de main, et de la former aux techniques de guérilla et à la torture.

Si l'armée reste fidèle et le gouvernement en place résiste, des mercenaires sont formés et envoyés dans le pays visé, afin d'essayer de prendre le pouvoir par les armes. Si l'infiltration échoue aussi, la dernière solution est l'invasion du pays par les forces armées américaines.

Une fois le gouvernement renversé, les opposants au coup d'état sont capturés, emprisonnés, torturés, pour semer la terreur et réduire chez eux tout velléité de résistance. Sont même formés des brigades policières indépendantes de l'armée et de la police nationale, dont le financement est assuré par des multinationales américaines et dont l'impunité est responsable de tous les débordements que la population a vécu dans tous les pays renversés.
La torture est utilisée pour extorquer les plus d'information sur la résistance, puis comme thérapie, afin de faire des hommes des terrains vierges prêts à accepter la nouvelle idéologie que les USA veulent leur imposer.
L'enlèvement de masse est utilisé pour créer l'effroi chez la population et les famille sont rançonnées pour pouvoir récupérer leur parent vivant ou leur cadavre, ou l'arrêt des tortures.
Sans scrupules, s'il faut en passer par là, toute une partie de la population est massacrée comme au Chili pendant les années 1970.
Pour l'autre partie de la population qui était favorable à ce renversement, une grande part cède de vastes pouvoirs à ceux qui prétendent sortir le pays du chaos engendré par ce coup d'état.

La culture et l'expression politique sont censurés, au profit de l'idéologie que les USA veulent imposer et qu'ils ont le culot d'appeler démocratie !

Une dictature se met donc en place au détriment de toute une nation traumatisée et affaiblie, voire désorientée par le traitement de choc qu'elle vient de subir.
 
- Le pillage du pays

Il ne suffit pas de renverser un pays, mais d'avoir convaincu certains opposants aux théories économiques que les USA vont imposer au pays ciblé.
Des jeunes économistes sont formés aux théories de Milton Friedmann, un juif sioniste, et envoyées sur place, afin de mettre en application cette théorie absurde et dévastatrice, le but étant de mettre la main sur les richesses du pays et de ses matières premières (pétrole, eau), sur l'économie du pays sans aucune contrepartie et d'installer des bases américaines, afin d'augmenter l'emprise de l'empire américain sur le monde.
Même si cette théorie devient impopulaire, car détruisant l'économie du pays cible, elle est imposée par la force, mais en général l'état de choc et l'effroi que le renversement du pays a provoqué, suffit à supprimer toute résistance de la population.

Les entreprises conquistador américaines, envoyées après la conquête militaire du pays, pillent avec la même détermination et énergie impitoyable, les états traités comme des territoires coloniaux, ou cherchent sans relâche de nouvelles sources de profit dans le domaine public.


La phase du pillage peut aussi être découpée en plusieurs temps :

Privatiser le pays

Pour se faire : toutes les entreprises d'état sont privatisées en masse en les vendant à des multinationales américaines pour des cacahouètes, et sous le prétexte que leur vente est essentielle au redressement du pays.
Ce racket est organisé avec la protection du gouvernement américain. La plus part des employés sont licenciés pour soi-disant accroître leur compétitivité. Les concurrents sont écartés.
Ainsi un pan entier de l'économie de ce pays est mis à sac de façon paisible et démocratique.
La main mise sur le pétrole est le premier objectif : des contrats longs sont signés et la plus part des profits sont confisqués, privant la population des bénéfices de cette manne.

Ces multinationales mettent aussi la main sur les marchés locaux facilement au milieu du champ de bataille qu'est devenu le pays.

Ne résistant pas à cette concurrence déloyale, de nombreuses entreprises nationales ferment leur porte.

Les fonctions régaliennes sont sous-traitées au secteur privé au prix du marché, mais sans plus d'efficacité et de résultats, voire en accroissant les gaspillages. Dès lors l'Etat se contente à superviser plus ou moins bien les contrats passés avec les entreprises privées très souvent cliente du gouvernement américain.

Une armée de banquiers font la tournée des sociétés de courtage et des banques dans l'espoir de les acquérir pour une bouchée de pain.

Pour faciliter l'invasion du pays par les entreprises américaines, le contrôle du mouvement des capitaux est supprimé.

Bien sûr ces privatisations engendrent un chômage de masse car les employés autochtones sont remplacés par des étrangers. Elles provoquent aussi des vagues de suicides.
Tout le monde est touché : fonctionnaires, petits agriculteurs, entrepreneurs, syndicalistes, ou toute personne ne réussissant pas remonter la vague dévastatrice. Beaucoup viennent grossir les bidonvilles.

La reconstruction du pays détruit est réservé aux entreprises amies du gouvernement américain et aucune industrie du pays n'en bénéficie.

Même l'Etat américain pâtit de cette stratégie : une administration privée fantôme ayant été créée à l'aide des fonds publics, celle-ci mène le pays à la crise budgétaire, tant le déficit accumulé a fait grossir l'endettement des US. Les citoyens, qui ont financée cette économie parallèle, n'ont même pas leur mot à dire !
Déréglementer l'économie du pays

Ayant fait table rase du passé, le second temps consiste à passer de la dictature à la guerre économique : toutes les lois sociales et règlements sont supprimés (abolition du salaire minimum, conventions collectives), imposition d'un modèle économique dur et acharné qui rend la vie dure à une majorité de gens : d'un côté un secteur public faible, mal financé et inefficace ; d'un autre une structure privée parallèle et grassement financée.

Les sociétés américaines sont autorisées à posséder des parts entière des actifs des sociétés du pays envahi.

Les lois environnementales sont abolies, ouvrant la porte à un capitalisme sauvage.

Les frontières, au nom du libre-échange, sont ouvertes à la concurrence sauvage des entreprises principalement américaines et de ses alliés et l'impôt sur les sociétés est supprimé.

Une zone de franchise dite verte apparaît chaque fois que le complexe militaro-industriel s'abat sur le pays, creusant un fossé entre ses privilégiés : les entreprises américaines et les autochtones marginalisés.

Aussi, faute de pouvoir supporter la concurrence des produits importés, de nombreuses entreprises du pays ferment leurs portes.

L'Etat envahit et le secteur à but non lucratif, sont considérés comme des concurrents empiétant sur le marché privé.

Même le dirigeants des USA profitent du cataclysme qu'ils ont déclenchés en réalisant des profits grâce au désastre dont ils étaient responsables, comme Rumsfled et Bush pendant la guerre en Irak.
 
 

Réduction des dépenses

Toutes les dépenses sociales de la région, du pays envahit sont comprimées au maximum, voire supprimées. Le déficit budgétaire est éliminé en taxant les petits contribuables.
Bien sûr, il s'ensuit une recrudescence du chômage, de la pauvreté et des suicides.

Même les Américains pâtissent de cette stratégie : lorsqu'il faut rémunérer les entrepreneurs qui ont colonisé le pays, il n'y a pas de limite, par contre quand il faut financer les fonctions essentielles de l'Etat, les coffres sont vides.

Le gouvernement des US ferme les yeux sur les gaspillages, la mauvaise gestion, la surfacturation de ces entreprises, les erreurs en tout genre même répétées, l'important étant que celles-ci cotisent à sa caisse électorale et fournissent des bénévoles pour sa prochaine campagne.

Les entrepreneurs sont grotesquement surpayés, alors que la base qui fournit le travail est sous-payée.

Pour compenser les milliards versés, le budget fédéral, c'est à dire les aides sociales, est drastiquement réduit.

- Le nettoyage ethnique et culturel

Ayant détruit et pillé le pays ou profitant de sa destruction suite à un cataclysme naturel, les américains n'hésitent pas à chasser ou faire chasser une partie de la population de ses villages et de ses terres, si elle devient un obstacle à la reconstruction made in US, sous le prétexte d'une relance rapide de l'économie comme au Sri Lanka, lorsque des familles entières de pêcheurs furent chassées des plages, après le Tsunami.
Le peuple conquis en état choc est devenu très vulnérable et est surtout préoccupé à sa survie matérielle. Dès lors, il s'agit de supprimer la nation forte, profondément enracinée dans le territoire et le laisser envahir par d'autres ethnies en ouvrant les frontières et en remplaçant sa culture par le modèle américain : le way of life américain.
Pour se faire, on commence par supprimer d'abord les vestiges de l'ancienne culture, l'exemple de l'Irak est tout fait exemplaire.

Enfin, pour donner le coup de grâce, on avive les affrontement entre communautés, leur division finissant par disloquer complètement la nation.

- La démocratie confisquée

Le gouvernement renversé est remplacé par des représentants américains ou par des représentants locaux désignés par les US.
Tant que les USA gardent le contrôle du pays, les promesses d'élections et la rédaction d'une nouvelle constitution sont ajournés.
 
- L'asservissement du pays par la dette

Une fois que le peuple envahi a réussit, après des années d'occupation, à chasser la dictature qui l'opprimait, ou en remplaçant les chocs de l'invasion, de la destruction, du pillage et de l'occupation par un noyautage du pays, les USA réduisent les peuples à la pauvreté, afin de les maintenir dans un état de dépendance et de soumission.
Comment ? La technique consiste à mettre en esclavage le peuple par la dette : au nom du libéralisme, l'état a été obligé d'emprunter auprès des banques privées (plus à sa banque centrale), c'est à dire auprès des banques anglo-saxonnes et leurs affidés : le FMI, la banque mondiale.
Avec le temps, la dette augmente et les impôts ne servent plus qu'à rembourser les intérêts de cette dette, et l'état n'est plus capable de rembourser la dette elle même, tellement elle devenue insupportable !

Une autre technique consiste à trafiquer les comptes d'un état et de le déclarer en faillite, afin de pouvoir lui imposer le volet économique de la stratégie du choc avec l'aide du FMI et de la banque mondiale.

Cette croisade néolibérale n'apporte jamais la prospérité et la paix, mais la pauvreté, l'insécurité, l'accroissement des inégalités, la corruption, la dégradation de l'environnement.
Elle extorque un pays de toutes ses richesses au profit des USA.
Entre 25% et 65% de la population est mise au rancart à cause de cet impérialisme criminel et prédateur.

Les pays qui ont été victimes de cette stratégie du choc sont : l'Argentine, le Chili, l'Uruguay, la Bolivie, l'Equateur, le Guatemala, le Venezuela, la Thaïlande, la Corée, la Malaisie, l'Indonésie, le Sri Lanka, le Brésil, l'Uran, l'Irak, l'Afghanistan, l'Afrique du sud, la Pologne, la Russie.

Aujourd'hui, c'est le tour des pays européens, de la Syrie et bientôt de l'Iran, mais des pays ayant compris cette stratégie, s'unissent pour lutter contre : la Russie ; le Venezuela, la Chine, l'Argentine.

Moyenne des avis sur cet article :  4.23/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • Mmarvinbear Mmarvinbear 31 octobre 2012 10:15

    « Les pays qui ont été victimes de cette stratégie du choc sont : l’Argentine, le Chili, l’Uruguay, la Bolivie, l’Equateur, le Guatemala, le Venezuela, la Thaïlande, la Corée, la Malaisie, l’Indonésie, le Sri Lanka, le Brésil, l’Uran, l’Irak, l’Afghanistan, l’Afrique du sud, la Pologne, la Russie. »



    Tiens, je savais pas que les USA avaient envahi le Brésil, l’ Argentine, l’ Iran et la Russie...



    • joletaxi 31 octobre 2012 10:24

      Faut absolument sermonner l’infirmière, il a encore une fois refusé de prendre ses médicaments


      • devphil30 devphil30 31 octobre 2012 10:38

        Merci pour le rappel du contenu de la strategie du choc.


        Je vous conseille de lire ce livre , c’est un gros pavé qui relate comme l’a très bien expliqué Dornach l’impérialisme américain depuis les années 1950.

        Les méthodes de recherches de manipulations mentales par privation de sommeil , mise en place dans un environnement calme puis bruyant , torture psychologique etc ....

        L’article est excellent car il explique les processus de renversement puis l’asservissement par la dette , regardez qui contrôle l’ONU , le FMI.

        Par ces décisions l’ONU influe sur le destin de pays et le FMI passe ensuite pour asservir par la dette 

        Philippe



        • Daniel D. Daniel D. 31 octobre 2012 12:41

          Il est interressant de noter la virulence des trolls autour de ce sujet, alors que le marché transatlantique se rapproche. Cela moinse et ironise a qui mieux mieu...

          Entre ceux qui refusent d’y croire, et ceux qui en font la promotion, cela vas être un sacré choc qui se prépare car l’uniformisation des marché et l’harmonisation économique qui est en train de ficeler se fait au dépend des peuples.

           Le résultat seras une guerre civile, car les français qui vont majoritairement en souffrir et qui n’ont plus de capacités de réflexion décente, feront ce que font tout les peuples quand les mots ne suffisent plus : il se battront, et le sang finiras par couler

          En effet, les victimes sont de plus en plus nombreuses et de moins en moins patiente, et face a la fumisterie atlantiste seule la violence peut faire avancer les choses, car il ne faut jamais oublier qu’elles en sont là ou elles en sont a cause de la passivité des peuples et la trahison complice de nos dirigeants !

          L’insurrection est un devoir civique, nous n’avons pas que des droits !

          Daniel D.


        • ctadirke 1er novembre 2012 08:40

          Il y a d’autres moyens que les armes à feu, les armes à neurones


          Impérialisme usaméricain

          La qualité de notre vie de Française et de Français étant largement conditionnée par l’Administration usaméricaine , il vous est proposé de lire et diffuser ceci

          http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/l-imperialisme-americain-criminel-125027

          Peut-être même aussi à contre temps.

          S’il est encore possible d’arrêter notre course vers le mur, le freinage passe forcément par une prise de conscience plus largement partagée. 


          NB. Usaméricain parce que les Canadiens, les Costa-ricains et les Paraguayens sont aussi des Américains et que le souci des justes mots pour les justes choses et les justes causes augmente les chances de moindre insuccès. 


        • jean rony 31 octobre 2012 11:38

          la création de ce pays s’est fait dans la violence donc il ne faut pas s’attendre à une politique autre que violente.

          Je vous conseille le livre civilisation et souveraineté, expression majeure de l’humanité à la partie souveraineté.

          jean rony icpr.ch


          • Jonas 1er novembre 2012 12:16

            Jean rony, l’islamiste de service sur AgoraVox.


            « la création de ce pays s’est faite et non ( fait ) dans la violence donc il ne faut pas s’attendre à une politique autre que violente ».

            Donc comme l’islam s’est fait dans la violence , il ne faut attendre de lui que la violence. 
            (...)

            « Car l’islam ne se développe pas avec des bonbons et des roses, il se développe avec des larmes et du sang. Il croît dans l’oppression, la violence , le mépris, par la haine et les pires humiliations que l’on puisse faire à l’homme ». Kateb Yacine , interview donnée en 1987.

            ( ...)

            « C’est l’aube islamique qui a abouti à l’asservissement et la dégradation de la femme chez nous ». du même Kateb Yacine, berbère chaouis.






          • anty 31 octobre 2012 11:39

            Les pays qui sont des amis des E-U se portent nettement mieux que se qui sont contre.

            La Corée du Nord ,le Cuba sont les ennemis des E-U qui se portent plutôt mal
            La Corée du Sud,,le Japon sont les amis des E-U qui se portent plutôt bien

            • walden walden 31 octobre 2012 12:51

              le japon est au bord de la faillite,
              la zone euro est au bord de la faillite
              alors que ce sont des atlantistes sans faille

              le vénézuela, la russie ou la chine ne s’en sortent pas si mal alors que ce sont des régimes critiques voire opposés aux uniens (je ne dis pas que tout y est parfait, je dis que les comptes publics sont sains)


            • anty 31 octobre 2012 13:15

              En Corée du Nord la famine règne depuis des années

              Le Cuba est en crise depuis des années et ses habitants fuient vers les E-U
              La crise dans les autres pays libres est passagère
              La Russie et la Chine ont une politique critique envers les E-U de facade
              leur commerce est orienté vers ce pays(E-U)


            • ctadirke 1er novembre 2012 08:45

              Quel est votre propre train de vie ?


              L’ophtalmo le plus proche de chez vous est à combien de milliers de kilomètres ?

              Et l’ORL ?

              La Corée du Sud, ça ne veut rien dire, pas plus que la France, et même pas plus que les cons qui sont , eux aussi, divers et variés. Vous connaissez le taux de pauvreté et de criminalité de ce pays et de tous les autres que vous trouvez bien ?

            • Jonas 1er novembre 2012 13:22

              Réponse à walden.


              Votre manque de culture économique vous fait dire n’importe quoi.

              Certes les pays Occidentaux ont des difficultés a cause de la crise et du modèle social. Un modèle avec des libertés et une grande protection sociale. 

              Ce n’est pas le cas de la Chine ni de la Russie, la preuve c’est que les immigrés ne se bousculent pas pour aller vivre dans ces pays. 

              Autre preuve, bien que la Turquie ait une croissance de 6 à 7 %, les Turcs installés en Allemagne ( entre 2, 5 à 3 millions ) préfèrent y rester comme les 400 000 vivants en France. Malgré la crise.

              Les prestations sociales sont pour quelque chose.

              Pour le Japon malgré une dette publique de + de 200%, il ne risque rien, car la dette est détenue par les Japonais. Et c’est un pays travailleur et innovant, malgré le manque de matières premières

              Maintenant vous pouvez vous amuser à comparer, le PIB, de la Chine, de la Russie, de Cuba, du Venezuela , de l’Inde, de la Turquie , du Brésil etc avec celui des pays Occidentaux et des Etats-Unis. Malgré la crise.

              Hier le Turc Erdogan, incapable d’aider les réfugiés syriens seul, ne s’est pas adressé pour le soulager du poids de ces milliers de personnes sur son territoire aux 57 Etats arabo-musulmans ni à la Chine ni à la Russie, mais bien aux pays Occidentaux et aux Etats -Unis Malgré la crise.

              Malgré les difficultés , la crise, le chômage, tous les immigrés choisissent l’occident et les Etats-Unis.


            • ZenZoe ZenZoe 31 octobre 2012 11:53

              Déjà, la construction même des USA est un superbe malentendu et plutôt un aperçu de ce qui allait suivre. On nous vend l’histoire d’un peuple épris de liberté et pourvoyeur de rêve, courageux, téméraire et bâtisseur. Vous irez demander leur avis aux Indiens et aux esclaves noirs !
              Les nouveaux colons n’avaient déjà qu’une idée en tête : leur propre réussite matérielle aux dépens de celle de tous les autres. Leur idée de la démocratie, c’est plutôt la loi du plus fort et que les plus faibles crèvent.
              La descente aux enfers a cependant commencé pour eux avec la débâcle vietnamienne. Rien n’a jamais plus été pareil depuis, et les autres pays ont commencé à se venger. D’où la hargne des USA à vouloir rester au sommet en faisant n’importe quoi. Maintenant, on dirait même qu’ils ont trouvé plus fort qu’eux et qu’ils sont battus à leur propre jeu. La Chine, même pas embarrassée de principes démocratiques superflus et leurs poches archi-pleines, est en train de coloniser toute la planète en douceur. Est-ce mieux ou pire ?


              • Outsider Outsider 31 octobre 2012 11:55

                Merci pour l’article

                Parfois je me demande si les USA ne sont pas une « franchise » appartenant aux multinationales et banquiers, qu’un pays..... de toute façon tel que le dit Peter Dale Scott :

                les trois phénomènes préoccupants qui menacent aujourd’hui la démocratie états-unienne. Le premier d’entre eux a été la conversion de notre économie en une « plouto-nomie », une économie à visée ploutocratique, marquée par une scission grandissante des États-Unis en deux classes – les nantis et les défavorisés, les « 1 % » et les « 99 % ». Le second phénomène est la militarisation croissante des États-Unis, et principalement sa tendance à mener ou à provoquer des guerres dans des régions lointaines, ce qui est devenu de plus en plus courant et prévisible. Il est clair que les opérations de cette machine de guerre US ont servi les intérêts du percentile au sommet de la pyramide.

                Le troisième phénomène, qui est le sujet de cet essai, est l’influence considérable des événements profonds structurels sur l’Histoire des États-Unis, une influence de plus en plus néfaste : des événements mystérieux, (comme l’assassinat de JFK, l’effraction du Watergate ou le 11-Septembre, qui affectent brutalement la structure sociale états-unienne), ont un impact majeur sur la société de ce pays. Par ailleurs, ils impliquent constamment des actes criminels ou violents. Enfin, bien souvent, ils sont générés par une force obscure inconnue.

                www.voltairenet.org/Le-Projet-Jugement-dernier-et-les#nb1


                • spartacus spartacus 31 octobre 2012 12:11

                  Les méchants américains...Les gentils altermondialistes....


                  C’est certain Naomi Klein altermondialiste, prônant le socialisme doit être d’une partialité exemplaire.

                  Elle a écrit « no-logo ». Livre de critique des entreprises, de leurs salariés et de leurs dirigeants. 
                  Il ne faut pas longtemps pour se rendre compte qu’elle n’a aucune idée de ce qu’elle est en train de parler. Tous est cliché non vérifié, caricatural.
                  Sa compréhension des processus économiques peuvent être étiquetés comme nuls.

                  Dans la cocosphèreelle elle critique tout et souhaite la destruction des usines, c’’est trop capitaliste.

                  Des poncifs coco du genre tous les ouvriers sont malheureux dans le monde, les USA veulent détruire le monde, Les normes seraient inexistantes, Les ouvriers sont des cons.

                  Elle crée artificiellement des ennemis, Tous les vandalismes de la terre seraient organisés par un groupe qui voudrai détruire l’altermondialisme.

                  Achetez ses livres, Vous le regretterez. Cà a ni queue ni tête c’est nul a chier !

                  Si vous êtes ouvrier vous aurez le plaisir de voir que les travailleurs sont traités comme des abrutis incapable de penser par eux même.

                  • Dornach Dornach 31 octobre 2012 12:17

                    Vous êtes hors sujet !



                    Vous parlez de son livre Logo, ne mélangez pas tout !!!!!!!!!!!!

                  • Dornach Dornach 31 octobre 2012 12:20

                    Mon article est fait à partir de son livre : la Stratégie du choc et pas de no-logo


                    Un peu de rigueur intellectuelle !!!!!!!

                  • jako jako 31 octobre 2012 12:34

                    Merci Dornach, ceci dit spartacus n’a pas tort dans sa première ligne « Les méchants américains...Les gentils altermondialistes.... »


                  • walden walden 31 octobre 2012 12:47

                    c’est vrai que le nicaragua, le vietnam, l’irak (deux volumes et un blocus entre les deux), l’indonésie, les bombardements sur des civils de la fin de la seconde guerre mondiale, les dictatures en amérique latine (pinochet, par exemple), les false flag operation, le renversement de mossadegh, ce sont des crimes mineurs quand on voit tous les dégâts qu’a occasionné Naomi Klein.
                    Je veux bien que la critique est une posture stérile si elle ne s’inscrit pas dans l’action mais renvoyer les altermondialistes et la CIA dos à dos, c’est un peu énorme tout de même !


                  • walden walden 31 octobre 2012 13:03

                    http://www.youtube.com/watch?v=LEzXln5kbuw
                    en espagnol ss titré anglais, pas trouvé mieux


                  • spartacus spartacus 31 octobre 2012 13:56

                    @ Dormack

                    J’ai trouvé une critique intéressante mais c’est en anglais.
                    Pour ceux qui lisent l’anglais c’est très intéressant.

                    Il en ressort une chose, le titre comme la critique du livre est de l’affabulation.
                    Cet article c’est n’importe quoi !
                    Le livre n’a pas l’objet de la critique des USA !

                    Le livre ne parle pas pas d’une critique des USA, mais une critique de l’économie libérale de l"école de Chicago, et en l’occurrence Milton Friedman.

                    Vu les différentes sources Anglophones de critiques on se demande si il l’auteur l’a lu ou il a fait une extrapolation personnelle cliché d’une critique.

                    Sur le livre.
                    L’analyse de Klein est irrémédiablement viciée à pratiquement tous les niveaux. Chaque conclusion de fait historique est fausse.

                    Elle insinue que le capitalisme va de pair avec la dictature ce qui bien entendu est faux.

                    Elle attaque Friedman sue le Chili alors que ce dernier a condamné publiquement le régime de Pinochet et c’est opposé à la guerre en Irak.

                    Naomi Klein confond l’école économique de Chicago et l’école autrichienne de Hayeck.

                    De simples vérification des sources montrent les distorsions.

                    Elle Ré-écrit les faits comme par exemple celle de celle de la place Tiananmen. 

                    Klein considère la Chine comme un pays où les dirigeants ont adopté l’économie de marché et que les manifestants étaient principalement une opposition à l’économie de marché. C’est guignol.

                    Pas très rigoureux tous cela !

                  • foufouille foufouille 31 octobre 2012 14:26

                    « Elle insinue que le capitalisme va de pair avec la dictature ce qui bien entendu est faux. »

                    mais si c’est vrai. la dictature du fric, entre autre
                    plus tu as de fric, plus tu peut etre detraque sans problemes


                  • Dornach Dornach 31 octobre 2012 15:51

                    Vous n’avez pas lu le livre visiblement ou en zizag !!!!!


                  • spartacus spartacus 31 octobre 2012 17:16

                    Allez un résumé de ce qu’est le livre en Francais.


                    Rien a voir avec ce qui est écrit : par les affabulations de l’article !

                  • foufouille foufouille 31 octobre 2012 17:53

                    un site libertaryen est pas vraiment fiable


                  • Dornach Dornach 1er novembre 2012 12:35

                    En lisant votre CV, vous êtes plutot un rapace qu"un entrepreneur !!!!!!!!!!!!!!!!


                  • spartacus spartacus 1er novembre 2012 16:43

                    Je suis très fier de ce que j’ai réalisé. 


                    Qualifier les entrepreneurs de « rapaces » est comme votre texte de la stigmatisation et de l’ostracisme sur des sujets que vous ne connaissez pas !

                    Quelqu’un d’honnête se serait excusé d’avoir écrit n’importe quoi.


                  • Dornach Dornach 1er novembre 2012 20:18

                    @spartacus je sais très bien de quoi je parle étant entrepreneur aussi, mais je ne fais pas commerce d’entreprises comme vous !


                  • anty 31 octobre 2012 12:16

                    NK s’est enrichi considérablement au dépend des gogos qui ont acheté son livre

                    Voilà l’oeuvre majeur de cette brave dame

                    • walden walden 31 octobre 2012 12:43

                      un enfant qui naît dans un pays n’est pas un immigré (il n’émigre pas) c’est un national,
                      vos chiffres sont stupides,


                    • walden walden 31 octobre 2012 12:42

                      il faut rajouter à votre trop longue liste de pays victimes des agissements de la cia, mon plat pays et ses tueurs du brabant opportunément surgis au moment où la gauche devenait une force politique « amon nosot » (chez nous).
                      l’impérialisme est un ressort inévitable de la mécanique du capital : accaparer la valeur (d’usage) pour en transformer les décombres en valeur (d’échange). Cette mécanique s’est déployée au XIXe par chez nous sous la forme des enclosures, de la privatisation des biens communs. Nos agriculteurs d’ancêtres dépossédés de leurs terres communes ont dû vendre leur force de travail aux patrons radins.
                      Le même phénomène est à l’oeuvre partout dans le monde actuellement avec la subtile nuance de la destruction écologique : l’environnement étant empoisonné, il n’est plus possible d’y développer des cultures vivrières, mais l’effet demeure le même. La nécessité est créée pour pousser les gens sur le marché de l’emploi.
                      Inutile de dire que la concurrence (la compétitivité) comprime les salaires rendant les productions invendables jusque le papa-Etat-libéral-mais-interventioniste-quand-même-merci-pas-de-quoi intervienne.
                      Vieille chanson.
                      Ce qui m’épate, c’est qu’il se trouve encore des naïfs pour danser cette musique. Et d’invoquer éventuellement les chars russes, toujours commodes quand il y a un risque de pensée intelligente.
                      Par rapport à NK, elle a réalisé un documentaire où elle montre la réappropriation des usines par les travailleurs-euses - je ne me souviens plus du titre, et je ne sais pas si c’est disponible en français - mais elle montrait beaucoup de sympathie pour les usines dans ce contexte.


                      • joletaxi 31 octobre 2012 12:51

                        enfin, grâce à vous, le dossier des tueurs du brabant wallon, est résolu.
                        vous comptez sans doute nous livrer une analyse du dossier Dutrout ?


                      • walden walden 31 octobre 2012 12:55

                        dutroux n’a rien à voir avec la cia,
                        au temps pour moi pour les tueurs du brabant, la thèse des services secrets est controversée, je cite wikipédia :

                        "Une thèse se base sur le modus operandi des braquages qui ferait davantage penser, par certains côtés, à des opérations de commando camouflées qu’à des attaques à main armée classiques. Certains éléments donnent également à penser que les tueurs ont dû profiter d’informations privilégiées ou de complicités au sein des forces de l’ordre. Cette thèse est davantage alimentée par le mode opératoire professionnel des tueurs pouvant s’apparenter aux tactiques enseignées dans les milieux militaires. Certains se basent donc sur ces éléments pour défendre la thèse d’un complot qui aurait visé à déstabiliser l’État belge, voire d’autres pays d’Europe occidentale. Ils voient dans ces tueries l’action de groupements extrémistes cherchant à créer un climat de terreur auprès de la population et à favoriser l’instauration d’un régime fort. On a notamment accusé le groupe néo-nazi Westland New Post (alias W.N.P.), infiltré par un inspecteur de la Sûreté de l’État et manipulant des services de sécurité officiels belges ou étant manipulé par ces derniers, selon les versions. Des complicités au sein de la Gendarmerie ont également été suspectées (sans doute aussi parce que les auteurs n’ont jamais été arrêtés) de même que d’(ex)-gendarmes liés de près ou de loin à l’extrême droite cherchant par ces tueries à un renforcement de l’État mais aussi de la Gendarmerie et des moyens qui lui sont accordés. D’autres font même un lien avec l’organisation Gladio et les réseaux stay-behind, des structures clandestines de l’OTAN chargées de résister à une éventuelle invasion soviétique."


                      • joletaxi 31 octobre 2012 13:14

                        et oui, on a raconté énormément de choses à ce sujet.

                        Mais que je sache, personne n’a jamais identifié un mobile crédible.
                        La thèse de déstabiliser l’état, quand on voit ce qui se passe actuellement dans cet état, est peu crédible.
                        Une organisation aussi bien organisée que la CIA par exemple aurait eu tout à gagner à faire émerger le mouvement nationaliste flamand, il avait du même coup un régime fort et bien à droite.

                        Le fait est que certains ,mais au sein de l’état,avaient des « fréquentations » hasardeuses,ce qu’a encore montré le dossier Dutroux, et les meurtres qui ont entouré d’autres dossiers « chauds »

                        Pas besoin d’un complot pour que ça tourne en eau de boudin.


                      • spartacus spartacus 31 octobre 2012 14:03

                        Franchement n’importe quoi pour accuser les USA.


                        Le livre cité est une critique de l’économie de marché de l’ecole économique de Chicago et l’auteur y associe des conséquences de violences, mais ne vise pas spécifiquement les USA.


                        L’auteur ne l’a pas lu !

                        • anty 31 octobre 2012 14:37

                          Il faut pas chercher plus loin 

                          NK est un escroc qui trahit les conscience de lecteurs en inventant les tyrans (E-U) et les victimes tous les autres.

                        • Dornach Dornach 31 octobre 2012 15:55

                          C’est vous qui n’avez pas lu ce livre !!!!!!!!!


                        • Dornach Dornach 31 octobre 2012 16:01

                          Vous n’avez lu que l’article en Anglais !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


                        • spartacus spartacus 31 octobre 2012 17:08

                          Pris la main dans le pot de confiture il insiste !


                          C’est guignol !!!
                          L’ostracisme et la haine des USA chez le coco tellement intense qu’il en invente des résumé sur la base de ses clichés sectaires.

                          Minable démarche !

                          Si vous voulez vous faire une idée en libre arbitre, faites : livre stratégie du choc sur google et lisez le résumé. 

                          Même les plus cocos seront obligé d’admettre devant l’évidence la supercherie et la manipulation.
                          Vous verrez que c’est une critique du « capitalisme », mais en aucun cas une critique des USA. Rien a voir avec le titre racoleur !

                        • foufouille foufouille 31 octobre 2012 17:55

                          la zunie est capitaliste et envahie des tas de pays

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès