Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’inversion : la nouvelle désertion fiscale crée un débat aux (...)

L’inversion : la nouvelle désertion fiscale crée un débat aux Etats-Unis

Voici un débat dont on ne parle pas suffisamment : un nombre grandissant d’entreprises étasuniennes fusionnent avec des entreprises irlandaises ou britanniques pour réduire leurs impôts, ce qui commence à créer un débat contradictoire outre-Atlantique, mais très révélateur si on va un peu plus loin.
 
 
Combattre les idées reçues
 
En effet, l’idée que des multinationales étasuniennes puissent vouloir échapper à la taxation élevée de l’Oncle Sam bouscule quelque peu les idées reçues. Si la France n’est pas loin du sommet, ce sont les Etats-Unis qui taxent le plus leurs entreprises en Impôt sur les Sociétés selon l’OCDE ! Certes, comme en France, il existe d’innombrables exemptions, qui coûtent chaque année plus de 150 milliards de dollars, plus de 50% du produit total de l’IS selon The Economist. Mais ce n’est pas tout : l’Oncle Sam impose les entreprises sur l’ensemble de leurs bénéfices, y compris quand ils sont réalisés à l’étranger, contrairement aux autres pays, ce qui fait que les multinationales locales tendent à conserver les profits réalisés à l’étranger, à l’étranger pour échapper au fisc de leur pays d’origine. On estime qu’elles détiendraient pas moins de 2 000 milliards de dollars de profits sous cette forme  !
 
L’ingéniosité du monde des affaires a trouvé une nouvelle solution, appelée l’inversion, qui consiste à fusionner avec une entreprise d’un pays à la fiscalité plus clémente (souvent la Grande-Bretagne ou l’Irlande) pour y établir le siège social de la nouvelle entité. C’est pour cette raison que Pfizer voulait acheter AstraZeneca ou que AbbVie a racheté Shire pour 55 milliards de dollars, qui pourraient lui rapporter la bagatelle de 8 milliards d’impôts. Le nombre de ces opérations a déclenché un vrai débat politique outre-Atlantique. Les attaques viennent des néolibéraux, qui y voient la preuve que le niveau de l’imposition serait trop élevé, et réclament sa baisse (de 35 à 25% pour les Républicains) et des étatistes qui proposent purement et simplement l’interdiction si l’entreprise visée est plus petite, alors que la loi ne les interdit que pour des rachats d’entreprise plus de 4 fois plus petites.
 
Un débat extrêment révélateur
 
Ce sujet est intéressant à plusieurs titres. De manière plus anecdotique, mais pas moins significative, il n’est pas inintéressant de noter que les Etats-Unis sont un des seuls pays à imposer les bénéfices réalisés à l’étranger dans une nouvelle illustration du caractère extra-territorial (et donc impéraliste) de la législation du pays, dans un écho de l’affaire BNP-Paribas. De manière plus proche, cela montre à nouveau comment les multinationales disposent aujourd’hui de nombreuses astuces légales pour réduire drastiquement les impôts qu’elles paient, d’où la situation effarante en France où le CAC 40 paie proportionnellement trois fois moins d’IS que les petites entreprises  ! Même les tout-puissants Etats-Unis sont un peu victimes de cette évolution, même s’ils gagnent en taxant les profits réalisés à l’étranger.
 
Tout ceci montre aussi que dans la loi de la jungle économique actuelle, les plus forts peuvent faire un peu ce qu’ils veulent. Cela montre aussi le détachement progressif des entreprises d’avec le territoire qui les a vu naître (l’un des exemples les plus significatifs étant le fait que Fiat profite du rachat de Chrysler pour mettre son siège social à Londres). D’un point de vue plus libéral, cela montre aussi que la complexité du droit sert finalement les plus riches et les plus puissants, qui ont les moyens d’utiliser les failles ainsi offertes, ce qui n’est pas le cas de tout le monde. Mais le plus inquiétant est en fait l’évolution du rapport de force entre les Etats et les multinationales, qui semble toujours aller dans le sens de ces dernières, malgré BNP-Paribas, et ce que le traité transatlantique pourrait renforcer avec les RDIE.
 
Le niveau d’imposition des plus riches et des plus fortunés est de plus en plus sous leur pression du fait de la libre-circulation des capitaux et de l’effacement des Etats, de la politique et de la démocratie devant le marché et un droit très contraignant conçu sous l’influence des milieux d’affaires.

Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • ecolittoral ecolittoral 5 août 2014 13:21

    Quelle surprise !!!

    La justice américaine(?) donne raison aux fonds vautours pour dépecer l’Argentine et condamne BNP a ne plus utiliser le dollar US (pendant un an), à verser 6 milliards d’euros d’amende, à virer certains de ses dirigeants, à refiler ses dossiers clients à la concurrence (américaine)...et l’inversion pose problème ?

    Pas assez de rentrées fiscales...alors que la FED a racheté des centaines de milliards de dette fédérale !?!?

    Externalisation des coûts et optimisation fiscale sont les maîtres mots !

    Alors pourquoi ajouter de l’aversion...heum ! de l’inversion ?


    • Gnostic GNOSTIC 5 août 2014 14:23

       

      Oh Pinsolle c’est bien gentil de nous balancer un article tous les jours (t’es jamais censuré toi ?)

       

      Mais faudrait voir à participer un peu au débat pépère !

       :->


      • Spartacus Spartacus 5 août 2014 14:46

        Ben non ! 

        Les gauchistes de droite Keynésiens ne sont jamais censurés.

        Ils aiment la contradiction mais « entre eux ».
        Ils aiment la pluralité mais « entre eux ».
        Ils dénoncent la censure mais la pratiquent tous les jours....


      • bourrico6 5 août 2014 16:26

        Les gauchistes de droite Keynésiens

        C’est une forme de politesse dans ta langue ?
        Je demande ça parce que tous tes posts commencent par une tournure avec ces deux mots : Gauche . Keyenes.
        Le mot droite c’est pour quoi, c’est quand t’es entre bonjour et bonsoir ?


      • Doume65 5 août 2014 16:47

        @GNOSTIC

        Quelle raison pourrais-tu trouver à censurer cet article ?

        Le fait qu’un rédacteur écrive un sujet par an ou dix par jours ne prédispose pas ses articles à avoir une grande ou faible valeur rédactionnelle et informative. En l’occurrence, celui-ci apporte son lot de révélations et une analyse un peu plus haut que le ras des pâquerettes. Il aurait donc été non seulement imbécile mais dommageable de le censurer.


      • cardom325 cardom325 5 août 2014 17:25

        c ’est vrai que lequidampost.fr aime la pluralité ?et pas entre eux ? , mais pardonnez moi, cher Sparta, avec mon esprit gaucho keynésien, je ne la trouve pas ......ah oui, tous les blogs, journaux ne sont pas encore tous de droite , va falloir encore attendre , mon petit bonhomme
        Pardonnez moi, vous qui êtes toujours entre deux avions pour transformer des perdants en gagnants, , je ne voudrais pas vous faire rater votre vol


      • scalino scalino 5 août 2014 18:28

        Ce que sparta oublie de dire c’est que les relances économiques qui ont pulvérisé le plafond de la dette c’est les banques libérales avec leurs fonctionnement dérégulé qui en ai la cause

        Alors bon quand en 2008 il a fallu que les états intervienne pour sauver ces libéraux ,un libéral comme toi devrait faire profil bas 
        Mais ça aurait été bien marrant si les états avait laissé les banques coulés sparta et son idéologie libérale il aurait fait moins le fier bon on aurait pris aussi dans la gueule mais rien que pour voir la tete de sparta sur le résultat de son idéologie ainsi que celles tous ces cols cravates j’aurais dit ça valait le coup smiley

      • Gnostic GNOSTIC 5 août 2014 19:18



         ???? Je n’ai jamais parlé de censurer cet article ???
        Juste évoqué qu’il avait la chance de ne pas être censuré NUANCE (faut tout lire pour comprendre)

        Mais le point LE PLUS IMPORTANT c’est que je reproche à l’auteur DE NE JAMAIS PARTICIPER aux débats qu’il déclenche (comme d’autres)

        Mais ça n’a pas l’air de déranger les gobes-tout de AV ??

        Quel mépris pourtant ?

         smiley

      • AlbatrosE AlbatrosE 5 août 2014 20:00

        C’est surtout par ses productions de qualité et en quantité que Laurent Pinsolle ne mérite aucune modération.

        Mais on comprend que les illettrés enragent quand toutes leurs croûtes sont refusées.


      • el cogno 5 août 2014 21:59

        Moi je comprends.

        Quand un truc avec « gauchiste de droite » arrive en deuxième position, que le pilonnage incessant de tous ceux qui, murés dans leur citadelles idéologiques et partisanes, n’ont trouvé ici un exutoire à leur faiblesse sera toléré, on aura cet espèce de cirque assourdissant auquel on assiste régulièrement.


      • Doume65 6 août 2014 18:19

        Merci pour ces éclaircissements.

        Si Laurent Pinsolle écrit un article par jour, et s’ils sont tous de cette qualité, on comprendra qu’il ne participe pas au débat.
        D’autre part, de toutes les réactions à cet article, aucune (surtout pas les tiennes) n’ont un rapport avec le débat qu’il ouvre.
        En fait, il n’ouvre même pas de débat, malgré ce qu’il dit. Il donne des infos sur les pratiques des multinationales étasuniennes pour ne pas payer d’impôt. Il n’y a pas vraiment à débattre et il a dit ce qu’il avait à dire.
        Personnellement, je trouve très déplaisant les rédacteurs, qui, de peur de n’être pas assez aimés, répondent à toutes les critiques qui sont émises sur leur article (le débat se réduisant souvent à cette critique).


      • bourrico6 5 août 2014 16:28

        C’est le « féodalisme des corporations » qui se mets en place.
        L’étape suivant est la prise contrôle par les dites corporations de la force armée.

        Ca nous promet une sorte de moyen-âge version high tech.


        • titi 6 août 2014 21:55

          Ca fait 40 ans qu’on nous dit que la nation c’est pas bien.
          Qu’il faut être ouvert aux « autres », que nous sommes tous « citoyens du monde », et accepter la venue de n’importe qui dans nos pays.

          Message bien compris... sauf que les frontières ca se franchit dans les deux sens.

          Qui sème le vent...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès