Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’islamisme triomphe (retour sur le référendum turc du 12 (...)

L’islamisme triomphe (retour sur le référendum turc du 12 septembre)

Les résultats définitifs ont été communiqués à Ankara. La victoire du oui est large. Recep Tayyit Erdogan remporte une victoire personnelle, et renforce la position de son parti islamiste (AKP). Les conséquences en sont multiples...

Alors que Le Monde du week-end titre sur la visite du président de la République dans la grotte de Lascaux [source], La Croix consacre ses trois premières pages au référendum organisé ce même week-end en Turquie. Dimanche 12 septembre, en effet, les électeurs turcs ont rendu leur verdict sans que l’on puisse en discuter la portée. Seul un quart du corps électoral s’est abstenu. Le reste a préféré le oui (58 %) au non (42 %). Le gouvernement turc a visiblement choisi cette date plutôt qu’une autre. Elle correspondait au jour anniversaire du dernier putsch, celui de septembre 1980 par lequel les militaires ont imposé leur présence à tous les niveaux de l’Etat. Le référendum efface par conséquent le coup de force. Il redonne une légitimité au parti AKP, même si celui-ci s’appuyait déjà sur une majorité au Parlement [L’Express]. 

« Ce sont ainsi 26 amendements qui sont apportés à la Constitution de 1982 (héritée du régime militaire) : le nombre de membres de la Cour constitutionnelle passe de 11 à 17 (dont 3 nommés par le Parlement) ; la Cour pourra désormais juger le chef d’Etat-major des armées ; les citoyens seront autorisés à saisir directement la Cour en matière de droits de l’homme et en dernier recours ; le pouvoir judiciaire ne sera plus autorisé à dissoudre seul un parti politique ; le Conseil supérieur de la magistrature passe de 7 à 22 sièges ; les fonctionnaires acquièrent de nouveaux droits (mais pas celui de faire grève) ; l’égalité des sexes est affirmée... » [L’Express] Le référendum ouvre par ailleurs la voie à un procès des militaires impliqués dans la répression de l’automne 1980. Les médias occidentaux se montrent donc favorablement impressionnés.

La Turquie trace sa voie vers plus de démocratie, juge Delphine Nerbollier dans La Croix à l’avant-veille du référendum. L’islamisme turc, parangon des vertus démocratiques ? La provocation implicite mérite le détour. La journaliste rappelle les exactions des militaires contre les civils, dans les mois qui ont suivi le coup d’Etat. Tirés de leur contexte, les événements deviennent simples, et les officiers turcs une confrérie de bourreaux sadiques. Lorsque le général Kenan Evren et les autres conjurés renversent le gouvernement légal, le pays patauge néanmoins dans les difficultés. Le développement planifié déçoit. Le chômage est généralisé et les Turcs subissent une forte inflation. L’appareil industriel péniblement mis en place après 1945 ne tient que par les barrières protectionnistes le protégeant de la concurrence étrangère. Les extrémistes de tous bords provoquent les forces de l’ordre ou s’affrontent dans la rue [Création du mouvement révolutionnaire DHKP-C en 1978].

Il ne s’agit certes pas de nier les arrestations sommaires et les exécutions qui ont suivi le 12 septembre 1980. Mais l’armée turque a rétabli l’ordre, puis laissé les autorités civiles revenir sur le devant de la scène. Si l’on n’oublie pas l’invasion de Chypre, ou l’éradication terrible des guérillas kurdes dans l’est du pays, il n‘en reste pas moins qu‘un problème apparaît. Les gouvernements civils, y compris le dernier en date ont au moins coopéré avec cette armée. Qui sait s’ils n’ont pas approuvé les opérations menées par les militaires ? Dans la partie septentrionale de Chypre, des milliers de paysans - souvent en provenance du cœur montagneux de la péninsule - ont participé à l’expropriation des civils chypriotes. Ils ont mis en minorité les Chypriotes musulmans. Renvoyer les intrus au motif d’une juste décolonisation mécontenterait les populations vivant aujourd’hui dans les régions émettrices. Le problème ne se pose pas encore, car les colons qui ne restent pas dans l’île s’expatrient en Europe occidentale, en Amérique du nord ou en Australie [source].

Il faut évidemment rapprocher cette histoire récente avec le oui au référendum et comprendre que la Turquie née du coup d’Etat ne plaît pas à tous les Turcs [voir Au pays déraciné]. Les électeurs de l’AKP ne sont pourtant pas tous des paysans arriérés. En périphérie d’Istanbul, les exclus de la croissance économique se comptent par milliers [voir Le barbare avait de l’humour]. L’opposition entre la capitale et la province transparaît dans les débats autour de la désignation des magistrats nommés au sommet de l’appareil judiciaire turc. « Les évolutions envisagées s’inspirent des systèmes existants en Europe », explique un militant islamiste la journaliste de La Croix. A ses yeux, l’opposition fait obstruction parce qu’elle « a peur des juges en provenance d’Anatolie, qu’elle considère comme étant des supporteurs de l’AKP. Résultat, ils étaient jusqu’ici systématiquement écartés des hautes cours de justice ».

La carte électorale tirée du référendum confirme cette tendance « La grande majorité des régions anatoliennes ont approuvé le projet constitutionnel, tout comme Ankara, la capitale, et Istanbul, cœur économique et culturel du pays. Les régions proches du parti d’opposition CHP (Parti républicain du peuple, kémaliste) telles que l’Egée et la côte méditerranéenne ont en revanche rejeté le projet. » [La Croix] Gareth Jenkins, politologue britannique installé à Istanbul ne cache pas son pessimisme à Delphine Nerbollier. « Le gouvernement estime que c’est à son tour d’avoir les clés du système. Il y a de la revanche dans l’air, notamment contre l’armée. Les procès en chaîne, depuis 2007 [allusion à une tentative avortée de coup d‘Etat], entraînent une démoralisation très profonde des officiers. Au lieu d’abattre l’armée, il faudrait la réformer ». Recep Tayit Erdogan s’en prend encore une fois à l’institution militaire [source].

On notera que le zèle juridique du gouvernement varie selon les situations. Lorsque Monseigneur Luigi Padovese, le vicaire apostolique d’Anatolie est assassiné début juin, les autorités s’en tiennent à une enquête minimale [Illogisme incohérent contre cohérence schizophrène]. Aucun procès n’a pour l’heure fait la lumière sur ce crime [source]. On pourrait relever d‘autres incohérences politiques. Le premier ministre affaiblit l’armée, mais ne donne aucun signe d’apaisement aux Kurdes sommés de ne pas soutenir les rebelles du PKK [source]. Sur la question chypriote [Ironiser à Nicosie] la même impression prévaut. Le vice premier-ministre Cemil Çiçek a ainsi personnellement participé au trente-sixième anniversaire « de l’Intervention de paix du 20 juillet 1974 apportant la liberté aux Chypriotes turcs » [source]. Tout en promettant des avancées prometteuses, le gouvernement ne procède à aucun retrait des unités stationnées dans le nord de l’île. En direction de l’Arménie, les signes de bonne volonté s’arrêtent aux symboles [Un petit Turc qui cloche].

Le premier ministre témoigne d’un sens politique incontestable, quitte à user de la ficelle la plus démagogique, la focalisation sur un problème précis : ici, la place de l’armée dans les institutions. Y avait-il urgence ? Il a remporté une victoire personnelle mais accentue les divisions traversant la société turque. Pendant ce temps, les Occidentaux se leurrent. Le refus d’une intégration de la Turquie dans l’Union Européenne [Eviter la tête de Turc, mais tomber dans le panneau], loin d’affaiblir les islamistes de l’AKP, assoit leur position. Leurs électeurs craignent plus qu’ils n’aspirent à une intégration de leur pays dans une Europe présentée comme chrétienne. Sur le fond, l’amendement de la constitution de 1982 flatte la base islamiste tout en donnant le change à l’extérieur. Qui s’opposera à une modernisation de la constitution ? Sur le terrain diplomatique, le gouvernement de Recep Tayyit Erdogan rompt en outre avec une ligne pragmatique et modérée imposée précédemment par les militaires. En témoignent les discussions avec l’Iran [source] et les tensions avec Israël [source]. En somme, Mustapha Kemal a cru sortir de l’impasse ottomane en militarisant la Turquie de demain. Avec Erdogan, on contemple la démilitarisation de la Turquie d’hier : la voie turque contre l’impasse l’ottomane.

PS./ Dernier papier sur la Turquie : Un petit Turc qui cloche.

Incrustation : Recep Tayyit Erdogan (Université de Sherbrooke)


Moyenne des avis sur cet article :  2.84/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • suki18 suki18 16 septembre 2010 11:27

    "Sur le terrain diplomatique, le gouvernement de Recep Tayyit Erdogan rompt en outre avec une ligne pragmatique et modérée imposée précédemment par les militaires. En témoignent les discussions avec l’Iran [source] et les tensions avec Israël « 

    J’aimerai savoir s’il est interdit de discuter avec l’Iran depuis que la grande presse reflet des intérêts du capital a lancé sa nouvelle »fatwa"  ? Vous évacuez bien entendu la proposition du Brésil de la Turquie quand à leur implication active dans le règlement du faux problème du dossier nucléaire Iranien,balayé d’un revers de main par ceux qui osent encore se revendiquer de la démocratie ! La Turquie reprend simplement sa place dans le concert des nations musulmanes après avoir été trompé par un occident ivre de sa puissance et d’une versatilité sans borne.
    La Turquie s’était aussi largement impliquée dans le règlement du dossier concernant le Golan Syrien usurpé en 1967 et annexé en 1981 par Israël pour quel résultat ? l’agression sauvage sur le minuscule territoire de Gaza, la plus grande prison à ciel ouvert du monde fin 2008,du sabotage en règle,vous comprendrez que les islamistes Turques prennent un peu leur distance avec vos amis d’Israël ,quant à l’agression et le meurtre sauvage de ressortissants turcs dans les eaux internationales par les militaires sionistes ,nous sommes au moins sur que ce nouvel acte barbare restera impuni !


    • Philou017 Philou017 16 septembre 2010 11:31

      Article quasiment uniquement fondé autour d’un anti-islamisme des plus primaires. Toutes les analyses sont basées autour cette unique obsession.

      Aucun intérêt, puisque systématiquement partisan et pourvu d’œillères particulièrement épaisses. J’espere que l’auteur fait de meilleurs cours à ses élèves que ce pamphlet stupide .


      • morice morice 16 septembre 2010 12:39

        il bosse à Coetquidan, faut pas trop lui en demander...


      • suki18 suki18 16 septembre 2010 11:41

        http://www.youtube.com/watch?v=cvt01btJq2A&feature=player_embedded# !

        Des saloperies qui ne s’oublient pas ! témoignage pour l’histoire.


        • fonzibrain fonzibrain 16 septembre 2010 12:28

          LOL l’article !!!!


          si c’est le triomphe de l’islamisme, alors l’europe veut se faire islamiser puisque l’UE voulait ce référendum !!

          vraiment n’importe quoi, il me font rire ces occidentaux qui disent à un pays musulman de ne pas etre musulman.

          pour souvenir, lors du dernier putch, 600 000 turcs ont été arrté et bcp torturés.

          et ataturk était un stalinien qui a imposé la laicité par la force brut, c’est comme si au vatican on avait obligé les gens à s’habiller avec des djélaba et à écire en arabe !!!!


          • armand armand 16 septembre 2010 22:53

            ça y est, No-Brain, après avoir fait du Juif sa tête-de-turc s’en prend à Atatürk.

            Je l’invite à effectuer une petite visite à son mausolée à Anitkebir et à réfléchir à ses postulats. Il s’est érigé contre le fanatisme, l’ignorance, l’irrationnel, avec force et méthode, comme tout réformateur. Et surtout, il en avait le devoir car la Turquie était à terre, dépécée par les vainqueurs en 1918, menacée d’extinction.

            Tu n’es qu’à t’en prendre aussi aux réformateurs Meiji qui ont fait du Japon une grande puissance au lieu que la situation d’avant aurait conduit inévitablement à sa mise sous tutelle.


          • fonzibrain fonzibrain 17 septembre 2010 11:40

            les deux mongoliens font la paire , youpi !!!


          • morice morice 16 septembre 2010 12:38

            ah



            euh alors comme ça on a honte ou on vient déguisé sous une burka ??
            vous êtes qui ou quoi ?

            ça :
            Aux Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan - c’est le nom officiel - je me partage depuis septembre 2003 entre l’Ecole Militaires Inter Armes et l’Ecole Spéciale Militaire. Dans la première je dispense un cours de culture générale géographique : sensibilisation aux déserts, connaissance des risques naturels (inondation et tremblements de terre), et géographie urbaine : les mégalopoles du Sud et les effets de la périurbanisation au Nord. Aux Saints-Cyriens, je délivre un cours sur la guerre civile, comme illustration de l’importance des facteurs géographiques, que j’ai à coeur de replacer au centre de l’apprentissage de l’art militaire. Pour l’heure, mes deux ’sujets’ sont la guerre de Sécession et la guerre d’Espagne. En complément, quelques heures dans un séminaire transverse sur les corps expéditionnaires français.

            et cela influe beaucoup trop sur votre propos il me semble...

             » je délivre un cours sur la guerre civile" ???

            • watson watson 16 septembre 2010 12:55

              Quelques citations des dirigeants Turcs, éminents musulmans « modérés », pour ceux qui prennent modèle sur la figurine des 3 singes.

              Recep Erdogan : « Nous vous conquerrons par vos valeurs démocratiques, nous vous dominerons par nos valeurs musulmanes »

              “On ne peut pas être musulman et laïque à la fois” (Erdogan)

              “On changera définitivement le système laïc. La République vit ses derniers temps”. … Abdullah Gül

              “Les mosquées sont nos casernes, les couples nos casques, les minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats” (Erdogan d’après un poète Turc)


              • Philou017 Philou017 16 septembre 2010 13:52

                La plus récente de ces déclarations date de 1997, et c’était dans un contexte d’affrontement dur entre le pouvoir Laïc militaire et les mouvements dits Islamistes.

                Citons d’autres plus récentes :

                Wikipédia : "
                Le 13 mai 2010, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a lancé un appel à ne pas discriminer les non-musulmans. Il a envoyé une lettre publique dans laquelle il appelle explicitement à respecter les droits des minorités chrétiennes et juives, de respecter leur clergé et d’éviter les commentaires discriminatoires. "Les non-musulmans sont partie intégrante de l’État turc et a le droit de préserver leur identité et leur culture.« [ »
                http://fr.wikipedia.org/wiki/Recep_Tayyip_Erdo%C4%9Fan#La_la.C3.AFcit.C3.A9

                "Nous allons régler chaque problème avec encore plus de démocratie, plus de droits civils, et plus de prospérité, dans le respect de l’ordre constitutionnel, du principe républicain et des principes fondamentaux que nous ont légués les pères fondateurs de notre pays."
                http://societe.fluctuat.net/recep-tayyip-erdo-287-an.html

                Ces déclarations hors de tout contexte me paraissent de la propagande un peu organisée....Par nos amis Israéliens par exemple ?

                Dans cet article pertinent et pointu, je tire cet extrait :

                Mais ce n’est pas tout. Le changement de vision des Turcs a plusieurs autres raisons, car outre le développement accru des tendances islamiques en Turquie en réaction aux politiques et aux démarches des partisans du sécularisme et de la laïcité, il paraît que les politiques et les démarches de l’entité sioniste dans la région, notamment en ce qui concerne les Turcs, avaient un effet direct sur la prise de position nouvelle de la Turquie. A titre d’exemple, lorsque le rôle de l’organisation d’espionnage de l’entité sioniste (Mossad) et son implication dans le coup d’Etat avorté contre le gouvernement du premier ministre Recep Tayyeb Erdogan ont été révélés, une vague de protestation et d’indignation a secoué la société islamique de la Turquie. Cette vague a été créée le jour où le quotidien turc Akşam a révélé un investissement du Mossad en Turquie, pour un montant de 17 milliards de dollars, par l’intermédiaire d’un homme d’affaires juif turc qui avait été assassiné en 1995. Le quotidien a écrit : « Le Mossad a dépensé cet argent pour commanditer et organiser des opérations terroristes pendant les vingt dernières années en Turquie, et pour payer de l’argent aux capitalistes, aux hommes d’affaires, aux généraux en retraite de l’armée turque, aux médias, aux hommes politiques ou aux professeurs d’université, afin qu’ils oeuvrent pour le renversement du gouvernement turc. » Pendant l’année en cours, ce processus s’est accéléré de plus en plus, et l’opinion publique turque s’est rendu compte du bilan des milieux laïcs et des militaires de leur pays dans le domaine d’un soutien sans faille et inconditionnel à Israël et aux politiques appliquées par l’entité israélienne à l’égard des Palestiniens et des musulmans. Le blocus de la bande de Gaza et le massacre des Palestiniens ont conduit l’opinion publique turque à prendre position contre l’entité sioniste, et un climat anti-israélien a dominé la Turquie.
                http://www.taghrib.ir/french/index.php?option=com_content&view=article&id=549:lislamisme-erdogan-et-le-defi-sioniste&catid=35:1388-06-14-07-03-28&Itemid=63

                Un bon exemple d’analyse fine pour notre amateur géographe.


              • armand armand 16 septembre 2010 14:12

                Philou,

                Tes référence islamistes, les sites où notamment on ne parle jamais d’Israël mais de l’« entité sioniste », à l’instar de tes copains iraniens, où tu peux te vautrer avec délice dans tes délires conspirationnistes, toujours à sens unique, sais-tu ce que tu peux en faire ?
                C’est comme si tu citais Oumma et autres crapuleries de la même espèce.


              • armand armand 16 septembre 2010 14:15

                Remarque, en reprenant un article directement venu du paradis terrestre régi par ton guide spirituel Ahmedinejad, tu ôtes effectivement toute crédibilité à ton discours.
                Alors continue, tu ne plairas qu’aux quelques cons...vaincus qui s’agrègent ici dès lors qu’il s’agit des mêmes délires anti-US ou anti-Israël.
                Les autres, ils rigoleront un grand coup et hausseront les épaules.


              • Philou017 Philou017 16 septembre 2010 14:50

                Vous avez raison, le site en question n’apparait pas forcément fiable question impartialité. J’avais pas fait gaffe.

                Je vous donne d’autres liens pour que vous puissiez vous informer en toute tranquilité d’esprit :

                Le Mossad a t-il voulu assassiner Erdogan ?
                Tentative D’assassinat D’Erdogan Par Le Mossad La main de la CIA et du Mossad ?

              • armand armand 16 septembre 2010 16:59

                De mieux en mieux, Philou :

                Info provenant d’une source jordanienne, disséminée par Al Manar (Hezbollah) et repris au conditionnel par Daily Zaman, version de langue anglaise du journal le plus ’islamiste’ de la Turquie. Je passe sur les deux autres sites, l’un à la gloire du Hezbollah, l’autre inconsultable car estampillé « malveillant » et on a un magnifique florilège qui vient s’ajouter aux sources iraniennes.

                Rien de tout ce fatras ne pèse face à l’aide logistique qu’Israël a fourni à la Turquie pour combattre le PKK, même après l’arrivée au pouvoir de l’AKP. Car c’est l’armée turque qui combat le PKK, et les liens restent très proches.


              • Philou017 Philou017 16 septembre 2010 20:33

                « Rien de tout ce fatras ne pèse face à l’aide logistique qu’Israël a fourni à la Turquie pour combattre le PKK, »
                Israël a soutenu la Turquie, car le régime des militaires était anti-Islamiste et pro-Israelien. Israel a donc logiquement soutenu la répréssion anti-PKK. En même temps ca permettait de faire tourner le complexe militaro-industriel Israélien. Il est vrai qu’en matière de répression par la force, les Israéliens sont experts. Décidément cet état n’a plus rien de moral depuis longtemps.

                Cassino : Midnight-Express date de la dictature militaire.
                Quand aux personnes lapidées, n’espérez pas une écoute si cela se passe hors d’Iran. Le grand satan de l’occident c’est l’Iran, personne d’autre.


              • armand armand 16 septembre 2010 20:55

                La moralité excessive est un luxe trop coûteux quand on est entouré de voisins qui veulent vous exterminer.
                Les liens entre Israël et la Turquie kémaliste sont tout autant d’ordre philosophique - le nationalisme d’Atatürk comme celui de Reza Shah et même d’Ali Djinnah, fondateur du Pakistan, sont apparentés aux mêmes principes fondamentaux que le sionisme.
                De plus, les sionistes ont été moins réprimés par les autorités ottomanes que ne l’étaient les nationalistes arabes.
                Sans parler de la reconnaissance des Juifs envers la Turquie, qui a sauvé des milliers de Juifs grecs en leur procurant des passeports turcs (comme cinq siècles plus tot l’accueil fait aux réfugiés sépharades).
                En tout cas c’est l’armée turque, sous la conduite de Mustafa Kémal, qui a évité à la Turquie d’être dépécée, ses populations expulsées, renvoyées en Asie (c’était bien le projet des Grecs quand ils ont envahi la région de Smyrne). Pas surprenant alors les convergences avec Israël.


              • armand armand 16 septembre 2010 14:09

                Bonjour,

                Je reviens de plus d’un mois en Turquie. Le ’non’ n’avait aucune chance de l’emporter compte tenu de la disproportion de moyens (j’ai compté environ trois panneaux pour le ’Oui’ contre un pour le ’non’). En plus, voter non c’était refuser une indéniable démocratisation sous prétexte qu’on ne faisait pas confiance à l’équipe en place (qu’on pourra toujours déloger leurs des prochaines élections). Dans ces conditions, même les 42% de « non » sont impressionnants.

                L’AKP tient sa force de sa base sociale, les classes émergeantes, commerçantes, travailleuses, conservatrices sur le plan de la morale et de la pratique religieuse. Sans parler des pauvres, aidés par les associations caritatives islamiques. C’est surtout une revanche de la province sur les élites kémalistes des grandes villes et de la côte ouest.
                Stratégiquement, Erdogan le populiste, comme il se doit, a trouvé un ’ennemi’ sur lequel concentrer les rancoeurs, cette fois il s’agissait des militaires putchistes. Difficile de les défendre dans le contexte actuel, surtout pour les jeunes qui n’ont pas connu le contexte du putsch de 1980. De plus, la campagne pour le référendum s’est déroulé en plein Ramadan, occasion de festivités conviviales souvent organisées par les municipalités AKP et comportant, comme il se doit, l’appel à voter ’Oui’.
                A titre de comparaison, la grande fête des Alévis, à Haci Bektas, où l’on est pour l’opposition avec ferveur, est passée pratiquement inaperçue.
                Quant à la suite... On constate effectivement une neutralisation successive de tous les organes d’opposition par Erdogan, et l’imposition de plus en plus voyante de ce que le journal Hürriyet appelle l’« orthopraxie » - c’est à dire la pratique religieuse ostentatoire, à distinguer de la croyance véritble. En cela, l’AKP n’est pas sans rappeler son modèle, les Républicains U.S..


                • suki18 suki18 16 septembre 2010 15:37

                  @Armand
                  Parce qu’en occident la propagande n’existerait pas ! l’influence des marchands du temple médiatique serait quasi nulle,on a envie de rire !


                  • fkarakaya 16 septembre 2010 16:04

                    @Par armand et l’auteur

                    Toujours à côté de la plaque !

                    Je vous rappelle que le CHP s’est retrouvé à dire Non aux côtés de MHP (nationaliste extrême droite) et le BDK parti kurde terroriste !

                    Soit 3 grands partis contre le AKP ! Dans ces conditions 42 % c’est du n’importe quoi !

                    Ensuite, l’opposition s’est obstiné à vouloir faire de ce votre une vote contre l’AKP alors que dans un an il y a des élections ! 

                    8 ans de pouvoir et la Turquie est bouleversé ! Croissance à deux chiffres, l’arrivé de TGV, construction de routes et d’autoroutes plus que les 70 ans de la république, l’arrivé de l’adsl, de 3 G et j’en passe...

                    Tout ça en 8 ans ! On a vu les autres gouvernements ! La nourriture rationalisé, les dévaluations, les crises !!

                    Les turcs ne sont plus des dupes ! On sait qui a a orchestré le chaos de 1980 ! Evren a déclaré : « On a pendu un jour de droite, un jour de gauche » 

                    Du jour au lendemain tout s’est rétabli ! Vous avez le chaos dans le pays ! Un putch et tout s’arrete d’un coup ! Vous arnaquez qui là ?

                    On sait tous que ceux qui ont fournis les armes à gauche ont fournis aussi à droite ! 

                    Sur la question Chypre : Qui a dit oui au réferandum sur la réunification de l’Ile ? Les TURCS ! QUi a dit non : Les GRECS !! Qui pose problème alors ?

                    L’Arménie : Y a til eu une fois dans l’histoire de la Turquie des discussions même symbolique ! Aujourd’hui on arrive à discuter !!!!!!! 

                    Les Kurdes : Aujourd’hui une chaîne publqiue en langue kurde, une privée en kurde !!! Il n’est plus inetrdit de parler kurde ! Des investissements dans l’EST !

                    Le oui à remporter à 80 % chez les KURDES ! Si le BDK n’avait pas menacé, il y aurait bcp plus de participation ! 

                    Dans quel pays démocratique, l’armée s’occupe de la démocartie et de la laicité ???? Le général est il au dessus des députés !!! Chacun à sa place ! 

                    Vous ne connaissez rien de la Turquie !

                    Ce pays n’ets pas le bouffon de service ! 40 ans à courrir derrière l’Europe ! Mais on fait quoi, on prend la Roumanie et la Bulgarie mais pas la Turquie ! 
                    Etes vous allez dans ces pays ? 

                    Il y a une différence énorme ! 

                    Alors à force de dire à la Turquie dégage, et quand on voit qu’il part, comme des cons on dit mais où tu vas ????

                    C’est du sérieux ça ??

                    En tout cas la désinformation sur la Turquie c’est à mourir de rire....

                    En tout cas, ce qui est sûr la 7 eme victoire d’afffilé de recep tayyiPPPPPP et non T n’a pas fini ! 

                    Vu le comportement ignoble de la gauche antidémocratique, antisociale on pas fini avec l’AKP ! 


                    • armand armand 16 septembre 2010 16:52

                      Un grand fouillis...qui mélange un peu de tout.
                      M’est d’avis que sous un gouvernement autre, l’adsl, le TGV et le 3G seraient tout de même arrivs en urquie !
                      Bien sûr que j’aurais pu ajouter la maîtrise de l’inflation et l’accroissement du niveau de vie sous l’AKP.
                      N’empêche, ce parti a si bien verrouillé sont truc qu’il est surprenant que l’opposition ait fait aussi bien, partie d’où elle était.
                      Si on aditionne CHP et MHP, on arrive péniblement à la moitié de l’électorat. Il suffisait à l’AKP de continuer à attirer au-delà de sa base électorale pour gagner.
                      Et je répète, on a vu de nombreux commentateurs, même du CHP, qui disaient qu’ils voteraient oui « hélas » car on ne pouvait dire non à un accroissement de la démocratie sous prétexte que cela favoriserait le parti au pouvoir.


                    • Emile Red Emile Red 16 septembre 2010 16:58

                      Article partisan, documenté à l’emporte-pièce.

                      L’AKP est comparable à n’importe quel partis chrétien-démocrates de l’ouest.
                      Il est autant islamiste que les chrétien-démocrates sont traditionalistes.
                      Mais il est vrai que mettre un peu de sulfureux dans un référendum qui tire un pays vers le haut, n’est pas négligeable quand on porte des œillères idéologiques.

                      L’ AKP est un parti de droite, point barre, avec tout ce que ça comporte comme tradition et népotisme y compris religion et copinage, comparable à la bonne vieille droite du XIX ème...


                      • Salsabil 16 septembre 2010 21:16

                        Emile,

                        Tu te leurres !

                        L’AKP est bel et bien un parti islamiste.
                        La différence avec des personnages comme Erbakan, par exemple, est due au fait que Erdogan, comme Gül ou Davutoglu sont beaucoup plus au fait des relations internationales et de leurs codes diplomatiques.

                        J’ai beaucoup de respect pour ce premier Ministre, lui reconnaissant une stature digne de son poste y compris, voire surtout, à l’international, et une excellente maîtrise des affaires du pays.
                        La Turquie annonce 11% de croissance, tout de même !!!

                        Mais il ne faut en aucun cas oublier ce que représente ce parti.

                        Au regard de l’Histoire de la Turquie, le remise en cause de l’armée en tant que garant des institutions laïques est la porte ouverte à tout.

                        Reste à savoir, dans l’avenir, ce que sera le « tout ».... smiley


                      • armand armand 16 septembre 2010 17:05

                        Mimile,

                        Je ne vois pas de partis chrétiens-démocrates organisant des fêtes et des processions à longueur d’année en Europe. Ni de parti chrétien-démocrate qui exigerait de ses opératifs un comportement en tout point « pieux ». On pourrait effectivement comparer l’AKP avec « la bonne vieille droite duXIXe siècle » - comme en France avant 1905.
                        Ceci dit, à l’heure actuelle, je maintiens que la meilleure comparaison (acceptée par certains de l’AKP) c’est avec les républicains U.S., depuis les modérés jusqu’aux évangélistes.

                        Il n’empêche, l’opposition soupçonne l’AKP de vouloir procéder à une islamisation rampante de la société, qui va de paire avec un soutien sans faille, à l’étranger, de régimes tels l’Iran ou même le Soudan. Et nous savons que tout parti islamiste qui parvient au pouvoir par les urnes a tendance à ne jamais le lâcher.


                        • Olivier Perriet Olivier Perriet 16 septembre 2010 19:04

                          La transition vers la démocratie ne se fait pas toute seule, il n’y a qu’à voir en Allemagne.
                          Comment justifier, au nom de la défense de la démocratie, que s’il y a un vote dont le résultat ne plaît pas, qu’on le remette en cause ?

                          Je pense comme Emmanuel Todd que ce qui nous menace c’est également le retour à l’oligarchie : cf le TCE en France et en Irlance ou le principe de « on fait revoter si le résultat ne nous plaît pas ».

                          Laissons les Turcs vivre sans les annexer à l’UE (qui n’est pas un modèle de démocratie)


                        • OMAR 16 septembre 2010 17:25

                          Omar T.

                          B. de Larivière
                           Ce qu’on repproche aux pays musulmans en premier lieu, l’absence de démocratie.
                           Or, dés que celle-ci est introduite puis constitutionalisée, vous la rejetez  !!!

                          Que voulez-vous au juste ? 


                          • armand armand 16 septembre 2010 19:19

                            Omar,

                            La démocratie ce n’est pas simplement la dictature de l’opinion (pour paraphraser Stendhal) ou la loi du plus grand nombre. Nombre de dictatures se sont installées par vote démocratique. Un peuple peut-il consentit à son asservissement ? Un vote justifie la captation de tous les pouvoirs par une seule équipe ? La démocratie c’est avant tout, à mon sens, un équilibre des pouvoirs et le respect des opinions minoritaires.


                          • UltraLord 16 septembre 2010 17:36

                            Tiens, encore un article pour cracher sur les islamistes ... ça faisait longtemps sur AV ...


                            • armand armand 16 septembre 2010 19:20

                              Ange,

                              Le problème c’est que l’armée turque est intervenue à Chypre pour protéger la minorité turque des exactions des Grecs partisans du rattachement à la Grèce.


                            • Philou017 Philou017 16 septembre 2010 20:25

                              Israel doit liberer les territoires indument occupés, vider les colonies illégales et respecter les résolutions des Nations-Unies.


                            • armand armand 16 septembre 2010 20:49

                              Et en face les Arabes doivent accepter le droit d’Israël à la sécurité....
                              On est bien d’accord.


                            • tvargentine.com lerma 16 septembre 2010 21:40

                              La démonstration est faite que les turcs ne sont pas des démocrates mais des intégristes religieux qui veulent imposer à moyen terme un régime 100% islamiste

                              Ce référendum visait à faire comprendre aux militaires garant de la laïcité qu’ils ne pourront pas intervenir maintenant dans la politique pour s’opposer à l’islamisation de la société turc

                              Les Turcs ont fais un choix de société,il faut le respecter,mais en tant que citoyen européen,jamais je n’accepterais de voir la Syrie,l’Irak,le Maroc ou la Turquie dans l’Europe

                              http://www.tvargentine.com
                               


                              • romaeterna romaeterna 16 septembre 2010 23:58

                                Ah ! Dalamix, c’est trop, je me marre depuis le début à vous lire mais alors là, chapeau !

                                On remplace intégrisme par nazisme et occident par orient et avec vous, c’est reparti comme en 40 !!!
                                Il y une belle brochette d’islamophiles sur ce fil mais je vous donne la palme de la plus belle anerie !

                                Bravo, au plaisir de continuer à vous lire !


                              • suki18 suki18 17 septembre 2010 00:16

                                Lerma tu portes bien ton nom en arabe l’aveugle ! monsieur ne se serait pas aperçu que la Turquie est un pays musulman ,votre Europe, blanche, raciste et chrétienne enfin ce qu’il en reste n’intéresse pas le moins du monde les pays émergents ,il faut comprendre que les pôles de la croissance ce ne sont plus les nations occidentales qui ont construit leur richesse sur la rapine coloniale, les génocides, les massacres ,le vol ,c’est la fin d’un cycle il faut ouvrir les yeux !
                                Tout comme continuer à ignorer les mutations du monde musulman et faire passer les courants islamo nationalistes pour de vulgaire annexe du terrorisme ou de l’intégrisme se révélera tôt ou tard une catastrophe pour l’occident ,continuez à user de la force et de la puissance et de la violence ça ne durera pas éternellement ,nous assistons actuellement sous nos yeux à la décadence et la fin du dernier empire,le pire c’est qu’ un laquais tel Sarkozy se soit mis à la remorque d’une nation à l’état de mort clinique ! notre gesticulateur national n’a rien saisi du sens de l’histoire !


                              • armand armand 16 septembre 2010 22:46

                                D’abord :
                                le peuple turc, depuis longtemps, n’a jamais été dans la misère. Donc ce ne sont pas les islamistes de l’AKP qui les en ont sortis. C’est l’évolution normale d’un pays dynamique, travailleur, et à l’heure actuelle le niveau de vie est en passe de rattraper celui de la France.
                                Que l’AKP ait encouragé, c’est parfaitement vrai - surtout qu’il se confond socialement avec la petite bourgeoisie de province commerçante et qu’il a séduit le patronat (TUSIAD).

                                Et sa politique est indépendante depuis Atatürk - ce qui fait un bail !

                                Il y a effectivement un grignotage constant du religieux en Turquie - en particulier l’alcool a été tellement taxé qu’il est désormais à la seule portée des riches. Et on peut certainement s’attendre à une nouvelle offensive en faveur du foulard.

                                (petit aparté pour Gül) - Si vous voulez lire une description étonnante de la laïcité militante du gouvernement en Turquie vers 1930 - ainsi qu’une chronique de la ville d’Ankara, encore à l’état de chantier, lisez Les Dames d’Angora de Claude Farrère.


                                • armand armand 17 septembre 2010 09:43

                                  franck,

                                  La haine et le mépris de soi c’est lourd à porter psychologiquement !
                                  La France a gagné la guerre de 14-18 avec ses alliés ; elle s’est bien défendue en 1940 mais a été trahie par ses politiciens.

                                  Quant aux mariages naturels ou contre-nature, on peut aussi bien défendre, comme je le fais ci-dessus, la convergence entre sionisme et kémalisme.

                                  Et, pour la gouverne des islamistes excités sur ce fil, généralement arabes, je connais la Turquie depuis plus de 20 ans, et franchement, n’était cette lune de miel orchestrée par Erdogan, les Turcs n’ont qu’une piètre opinion des Arabes.
                                  Même parmi ceux qui votent AKP, la majorité des Turcs des régions développées regardent vers l’Europe. Et cela ne risque pas de changer, car l’éducation joue un grand rôle et elle est parfaitement comparable à celle de nos pays (avec la discipline et le respect des élèves en plus...).

                                  Malgré les rodomontades du populiste qu’est Erdogan (comme tout populiste, il lui faut un ennemi pour fédérer ses partisans, hier les juifs, aujourd’hui l’Armée, sans doute demain les élites urbanisées...) la Turquie n’a aucun intérêt stratégique à s’allier à des fous et des sanguinaires comme les mollahs ou les génocideurs du Soudan.
                                  Et si elle a en ce moment les yeux de Chimène pour l’ancienne ennemie, la Syrie, Assad tien absolument à ce que la Turquie demeure un intermédiaire entre lui et les Israëliens.


                                • morice morice 17 septembre 2010 09:38

                                  en france ; c’est le renouveau du fascisme !!


                                  non c’est la suite logique des discours PETAINISTES de la campagne de 2007. Il a démarré Pétain devient Mussolini : je vous laisse deviner l’étape suivante...

                                  • armand armand 17 septembre 2010 09:46

                                    N’importe quoi, morice - même si nous nous affrontons souvent je respecte ton intelligence et ta culture, mais ce genre d’amalgame c’est stupide.
                                    Pétain c’est la soumission à l’étranger ; c’est aussi s’en prendre à des catégories de la population parfaitement intégrées et travailleuses.
                                    Que Sarkozy soit un populiste brouillon et tyrannique, soit, mais j’y vois bien plus l’agitation d’un manager tout-puissant qui tyrannise ses collaborateurs qu’un fasciste.
                                    Jusqu’à présent aucun opposant n’a eu à boire de l’huile de ricin avant d’être tabassé à coup de « manganello ».


                                  • romaeterna romaeterna 17 septembre 2010 19:17

                                    Merci à l’auteur de l’article et à armand grâce à qui j’ai appris pas mal de chose sur la Turquie contemporaine !

                                    (et où j’ai beaucoup ri aussi grâce à certains islamocentriques !)


                                    • Bruno de Larivière Bruno de Larivière 17 septembre 2010 21:59

                                      C’est vrai qu’on rit... Pas toujours franchement, quand même !
                                      http://www.romandie.com/ats/news/100917132759.kt224h3a.asp


                                    • ali8 21 septembre 2010 13:03

                                      le monde change, évolu rapidement

                                      des pays émergent, émergeront au détriment de « l’empire occidental » dont la brutalité pour s’imposer est bien connue et nul ne peut le nier

                                      la Turquie change rapidement, il sera préférable pour elle de se tourner vers l’Est plutôt qu’à l’Ouest

                                      Erdogan en bon maître d’oeuvre reconstruit son pays ; on en voudrait bien un en France capable de relance, mais pour nous l’horizon reste flou

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès