Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’obsession linguistique de la Flandre

L’obsession linguistique de la Flandre

L’obsession linguistique de la Flandre est bien connue, même à l’étranger. Dès lors, faut-il une nouvelle fois en parler, vous bassiner avec cette histoire belgo-belge ridicule et mesquine à l’heure de l’Europe ? Bien sûr que oui ! On n’en parlera jamais assez car cela va bien au-delà du ridicule et du mesquin. 

Cette arrogante obsession linguistique, au mépris des rapports du Conseil de l’Europe, de l’Union européenne et de l’ONU, n’est pas qu’un simple chauvinisme culturel pour une langue peu parlée dans le monde. Liée à l’inattaquable « droit du sol », elle est le criant reflet d’un repli nationaliste de mauvais aloi, « d’une sorte de fascisme non-violent » pour reprendre la vision du New York Herald Tribune.

Reprenons quelques exemples bien d’actualité :

- le refus par la tutelle de nommer trois bourgmestres francophones démocratiquement élus en périphérie de Bruxelles pour non-respect de l’usage des langues ;

- l’exigence linguistique du « wooncode » (code du logement) pour obtenir un logement social en Flandre ;

- l’obligation de connaître le néerlandais pour être en mesure d’acquérir un immeuble ou un terrain dans certaines communes flamandes (Zaventem et Vilvorde) ;

- l’interdiction de plaine de jeux aux enfants ne parlant pas le néerlandais (Liedekerke) ;

- l’obligation de supprimer tous les termes en français sur les panneaux « travaux » (Hal) ;

- l’obligation de notifier en néerlandais leur expulsion aux sans-papiers interceptés à Brussels Airport car situé en terre flamande ;

- l’obligation de doter les bibliothèques publiques des communes « à facilités » de 80 % de bouquins en néerlandais alors que les citoyens sont majoritairement francophones ;

- l’interdiction faite à la Communauté française de Belgique de financer les associations francophones de Flandre.

Ma conclusion est simple : est-il encore possible de vivre en harmonie entre Flamands et francophones dans ce petit pays dénommé « Belgique » ? Si oui, faudra qu’on m’explique. Sinon, qu’attend-on pour en finir ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.81/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • François Collette François Collette 3 juin 2008 14:19

    L’obsession linguistique de la Flandre n’est pas du tout un "phénomène" culturel mais un fait politique qui relève du nationalisme du plus mauvais aloi.


  • Chtiboom 3 juin 2008 14:44

    Pour avoir vécu en Belgique quelques temps, il faudrait rajouter les subventions pour les flamands s’installant à Bruxelles si et seulement si ils inscrivent leurs enfants dans des écoles néerlandophones, le fait que Bruxelles ait été déclarée capitale de la Région flamande (alors que Bruxelles est située hors du territoire de cette région - imaginez Lille, capitale de la Région Picardie !!!).

    Le terme de fascisme non-violent est tout à fait justifié. Ils ont pourri le climat accueillant de la Belgique...


  • stef stef 4 juin 2008 01:08

    Euh, Lille (Rijsel) est la capitale des ... Flandres et ne se trouve pas en Picardie


  • Zalka Zalka 3 juin 2008 13:34

    Attendez, il n’ont pas encore proposé le port de la cocarde tricolore pour les belges francophones. Mais c’est juste une question technique : on pourrait confondre les wallons avec de vrais néerlandais étant donné les couleurs communes !


    • Krokodilo Krokodilo 3 juin 2008 15:39

      C’est sûr qu’ils en font des tonnes, mais loin d’en parler trop dans les médias, je trouve qu’il faut en débattre et que cela devrait nous interpeller et nous rappeler quelques vérités :

       

      - L’importance de la langue comme facteur identitaire, comme élement essentiel de notre personne - avec parfois deux cultures présentes lorsque un parent a une langue différente (mais souvent une langue dominante).

       

      - Que les questions linguistiques sont tout sauf simples.

       

      - Qu’apprendre une langue étrangère est très long et très difficile, et nécessitte une grande motivation qui est absente lorsqu’on oblige les gens à apprendre telle ou telle langue… Car si c’était facile, nous connaîtrions tous notre langue nationale, régionale, une langue familiale le cas échéant, la langue du pays voisin, plus une ou deux langues de grande diffusion (faussement appelées internationales), tout ça dans la même boîte crânienne et à un bon niveau, ouf !

       

      Autant d’évidences qui vont à l’encontre du dogme qui sévit de la maternelle à l’Union européenne…
       


      • Krokodilo Krokodilo 3 juin 2008 15:43

        Curieuse introduction :

         

        " Cette arrogante obsession linguistique, au mépris des rapports du Conseil de l’Europe, de l’Union européenne et de l’ONU, n’est pas qu’un simple chauvinisme culturel pour une langue peu parlée dans le monde."

         

        Pourquoi arrogant alors qu’ils défendent leur langue ? Certes avec agressivité et ségrégation. Je rappelle que ce même qualificatif d’arrogant est appliqué par le lobby anglophone à tous les défenseurs de la francophonie !

         

        Et quel rapport le fait que la langue soit peu parlée dans le monde ? Ecrase-toi et apprends le français ou l’anglais ?


        • Chtiboom 3 juin 2008 16:24

          Encore un qui ne connait pas le sujet : il y a une véritable francophobie chez les flamands, une forme de haine sourde, alimentée par l’ensemble de la classe politique flamande. Ce qui est à l’oeuvre est une "purification linguistique", à défaut d’être ethnique.


        • Krokodilo Krokodilo 3 juin 2008 16:41

          Encore un qui ne sait pas lire ! Je n’ai pas dit que j’approuvais leur façon de faire, mais que ces tensions linguistiques devraient nous faire réfléchir.


        • faxtronic faxtronic 3 juin 2008 16:59

          Devraient nous faire reflechir :

          - Les langues sont une barriere

          -Les langues ont une connotation ethnique

          -Les langues ont un pouvoir politique

          - le nationalisme haineux est present fortement en Europe


        • Dalziel 3 juin 2008 19:58

          le nationalisme haineux est present fortement en Europe

          Puisse-t-il être assez puissant pour nous épargner encore la submersion par les masses arriérées du tiers monde !

          Quant aux Flamands, rien que le fait qu’ils conchient les rapports du Conseil de l’Europe, de l’Union - qu’ils disent - européenne et de l’ONU suffit déjà nous les rendre éminemment sympathiques !

          Tenez bon, les gars, le Monde Libre a les yeux fixés sur vous !!!


          • François Collette François Collette 3 juin 2008 20:10

            Il faut leur dire en néerlandais. Vous connaissez le néerlandais ? Les fachos de Flandre ne connaissent pas le français ou ils le refusent. Un coup dans l’eau ! A moins que ce soit de l’humour franchouillard à la grosse louche. 


          • Dalziel 3 juin 2008 22:15

            Les fachos de Flandre ne connaissent pas le français ou ils le refusent.

            Je ne pense pas, non. Ils rejettent le français des Wallons, en tant que langue d’une communauté dont ils refusent de partager plus longtemps le destin.

            Je sais d’expérience qu’ils acceptent très volontiers le français des Français comme celui des Suisses romands.

            A moins que ce soit de l’humour franchouillard à la grosse louche.

            Mon explication, argumentée, comparée à votre interprétation, primaire, montre que je suis mieux armé que vous pour le débat.

             


          • François Collette François Collette 3 juin 2008 22:38

            Il faut bien admettre que votre commentaire précédent fleure l’extrême-droite, ce qui me donne de l’urticaire. Sincèrement, je préfèrerais que ce soit de l’humour franchouillard à la grosse louche.


          • Dalziel 3 juin 2008 23:17

            ...ce qui me donne de l’urticaire.

            Je comprends ça.

            Si vous, vous considérez que les masses arriérées du tiers monde sont des chances pour la France, vous ne devez pas être à l’aise en face d’un type comme moi...

            Le mieux serait de vous y faire, parce que la pensée unique n’a pas encore triomphé en France, et encore bien moins ailleurs en Europe.


          • Odal GOLD Odal GOLD 3 juin 2008 22:29
            Et l’obsession linguistique des Wallons et des français ? Le Néerlandais vaut bien le français, non ? Pourquoi serait-ce aux autres langues que celle des wallons, de s’adapter et de se courber devant elle ? En quoi cela me concerne t’il ? Question bête ?

             

             

             


            • Pierrot Pierrot 4 juin 2008 00:22

              Il y a du vrai dans l’article.

              Mais il ne faut pas oublier que la quasi totalité des Famands, ainsi que les Hollandais parlent bien le français.

              L’inverse n’est pas vrai, les Wallons ignorent gnéralement la langue néerlandaise et/ou refusent de l’utiliser de telle sorte qu’ils ne vont même pas en Flandre chercher du travail (qui manque chez eux) alors que d’autres nationalités le font.

              Etre wallons et vivre dans un pays billingue, et même majoritairement néerlandophone, et ne pas faire un effort c’est grave.

              Il ne faut pas s’étonner qu’en retour les Wallons soient parfois méprisés par les fiers Flamands.

               


              • François Collette François Collette 4 juin 2008 08:45

                "Mais il ne faut pas oublier que la quasi totalité des Famands, ainsi que les Hollandais parlent bien le français." ... Oh là ! Ce n’est pas vrai du tout. !

                De nombreux Flamands connaissent bien le français et d’autres le parlent avec difficulté. Quant aux Hollandais, ils ne connaissent généralement pas le français, c’est l’anglais leur "deuxième langue".

                Il faut aussi souligner que les jeunes Flamands parlent de moins en moins le français car ils privilégient l’anglais, bien que le français soit toujours enseigné en tant que seconde langue chez eux.


              • Rousquille Rousquille 4 juin 2008 03:39

                On aimerait que parfois les francophones soient aussi "arrogants", ça leur éviterait de se faire constamment marcher sur les pieds par les rosbeefs.

                Ce qui est rigolo avec les Flamands, c’est qu’ils ne parlent pas vraiment le néerlandais, mais plutot une multitude de patois locaux (peu mélodieux). C’est un peu la meme situation qu’en Norvège. D’où finalement les réticences des francophones à apprendre le néerlandais (qui n’est pas une langue facile du tout, cela dit entre nous). Et puis, les Flamands ne sont pas vraiment attirants...

                Qu’ils veuillent défendre leur langue, daccord ; mais qu’ils veuillent accaparer la Beigique et faire main basse sur Bruxelles, non ! Maintenant c’est aux Wallons et aux Bruxellois francophones de faire preuve de fermeté.


                • stef stef 5 juin 2008 15:16

                  Historiquement, Roubaix est une ville flamande, puis devenue française sous Louis XIV. Les francophones représentaient la majorité de la population jusque les années 1980. Depuis, les vagues d’immigration successives et la démographie de ces éléments allochtones en ont fait une ville à majorité arabophones.

                  Arguant de ce fait, l’Algérie en réclame son rattachement et la majorité de la population y est favorable.


                • Gilles Gilles 4 juin 2008 07:50

                  Pourquoi ces conflits ? N’oubliez pas que les flamands ont eu une histoire mouvementée avec les wallons. D’abord la Belgique est un pays artificiel juste liée par un souvenir d’occupation espagnole et une religion

                  Il m’a semblé ensuite comprendre que voici encore quelque décennies ce sont les élites francophones qui dominaient la Belgique, la Flandre étant quasiment sous développée et les flamands méprisés

                  Maintenant que c’est la Flandre le fer de lance économique et qui compte le plus, il s’agit d’un simple retour de bâton. Ils ne veulent plus que les wallons s’imiscent dans leurs affaires et d’une certaine manière se vengent

                  Alors évidemment à notre époque, avec l’Europe, la liberté d’aller et de faire, la solidarité communautaire, ça semble stupide et carrément xénophobes d’interdire les jardins d’enfants aux francophones. Mais tous les nationalismes quelquesoient les éléments sur lesquels ils se basent sont débiles et dangereux....surtout pour les flamands qui risquent fort de se faire entrainer dans un délire nationaliste, se jetant dans les bras de populistes mécréants au nom d’un danger qu’ils rêvent, et ils finiront par le payer cher

                  la seule solution...bilinguisme obligatoire est réel ! Mais là il y aura des sales cons flamands ou wallons a la seb59 qui prendront peur que leur race ne se mélange, que leur culture se perde à jamais...

                   


                  • Dalziel 4 juin 2008 08:58

                    Mais là il y aura des sales cons flamands ou wallons a la seb59 qui prendront peur que leur race ne se mélange, que leur culture se perde à jamais...

                    Et ils ont drôlement raison. Il n’y a que des Français pour considérer leur identité comme une merde à dissoudre, au plus vite, dans n’importe quel métissage avec n’importe quels arriérés, mentalement coincés entre le néolithique et le moyen âge !


                  • Gilles Gilles 5 juin 2008 06:45

                    Heil Dalziel (clac !) !!!!


                  • 1984 1984 4 juin 2008 12:14

                    Citation : Il m’a semblé ensuite comprendre que voici encore quelque décennies ce sont les élites francophones qui dominaient la Belgique, la Flandre étant quasiment sous développée et les flamands méprisés. Maintenant que c’est la Flandre le fer de lance économique et qui compte le plus, il s’agit d’un simple retour de bâton. Ils ne veulent plus que les wallons s’imiscent dans leurs affaires et d’une certaine manière se vengent

                     

                    Il faudrait être plus clair. Vous mélangez la langue et la communauté. A l’époque de la domination des francophones, on parlait le wallon en Wallonie, et le flamand en Flandre. Les élites, elles venaient de tout le pays, et parlaient le français qui, à l’époque, tenait le rôle de l’anglais d’aujourd’hui. Notez que ça arrange bien les flamands, de se persuader qu’il y avait les riches wallons contre les pauvres flamands. La vérité, c’est qu’il y avait l’élite bourgeoise qui avait adopté le français, et le prolétariat qui parlait le wallon ou le flamand.

                     

                    La wallonie a conservé le français comme langue principale, alors que les flamands ont gardés leurs sabirs locaux. Apprendre le néerlandais ? Oui, mais lequel ? Celui de Bruges ? Celui du Braband Flamand ? Ou alors le néerlandais standard ? Même les films néerlandais sont sous-titrés en flamand pour être sûr d’être compris par tous, et ils voudraient nous obliger à apprendre le néerlandais ?


                    • François Collette François Collette 4 juin 2008 12:26

                      C’est très bien de l’avoir précisé !

                      "L’élité francophone" était bien entendu autant flamande que wallonne et bruxelloise. Malheureusement, les flamingants laissent ou font croire qu’il s’agit des Walons et des Bruxellois.


                    • Gzorg 4 juin 2008 12:38

                      Peut être est il temps de vous séparer ?

                      Ca rendras service aux Belges francophones tout compte fait et ça soulevera au moins l’impuissance de L’europe à régler les problèmes Européens.

                      Personnellement je vois le premier mouvement extrémistes poindre contre le système d’assimilation à marche forcée de la CEE.

                      Dans ce malheur pour la Belgique peut être y trouverons nous le premier véritable angle d’attaque contre le monstre anti democratique de Bruxelles.

                      Je ne connais pas la situation de la Belgique, c’est pour cela que j’ai du mal a connaitre les vrais motivations des uns et des autres , mais au vue des propositions que l’on peux lire dans votre texte, on ressent toute la colére d’une population qui refuse de se faire eteindre sous le boisseau de la mondialisation...en cela il ne me semble pas si monstrueux car j’eprouve chaque jour un peu plus la même chose vis a vis de l’Europe que l’on ou impose contre mon grès.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès