Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’ombre de la loi martiale plane au-dessus des Etats-Unis

L’ombre de la loi martiale plane au-dessus des Etats-Unis

Des rumeurs persistantes, émanant de sources de plus en plus nombreuses, font état de la possible instauration d’une loi martiale aux Etats-Unis. Le pays étant dans une situation particulièrement instable, on peut se demander si un événement majeur n’est pas en cours de gestation.

1er octobre 2008 : la première brigade de la troisième division de l’infanterie prend pied sur le territoire américain sous le commandement de l’US Army North dont le mandat comprend la surveillance du territoire. Cette brigade servirait d’appui à la FEMA (Federal Emergency Management Agency) pour assurer le « contrôle des foules ».

Voir ICI

La mise en place de la loi martiale a été clairement indiquée par le démocrate Brad Sherman à la tribune de la Chambre des représentants, comme une possible alternative en cas d’échec du plan Paulson. L’effondrement du château de cartes financier américain pouvait en effet laisser prévoir des émeutes à l’image de celles de la crise de 1929.

Voir ICI

Toutefois, les éléments institutionnels permettant l’établissement d’une loi martiale, conférant au président et au vice-président la légitimité de court-circuiter les institutions judiciaires civiles pour y substituer les tribunaux militaires, semblent plutôt appartenir, non pas à une improvisation bâclée, mais à une lente élaboration mûrement réfléchie.

Dans la continuité du Patriot Act, qui « autorise l’arrestation, la déportation et la mise à l’isolement de suspects, supprime toute délégation judiciaire [l’autorisation préalable d’un juge] pour procéder à des perquisitions, à des écoutes téléphoniques ou contrôler le courrier et les communications par internet », et dont les versions évoluent jusqu’en 2007, G.W. Bush met en place en 2006 le NDAA (National Defense Authorization Act) dont la directive NDAA 07, conjointement à la prescription NPDS 51, permet à la Maison-Blanche de destituer le gouvernement constitutionnel.

C’est dans ce sens que l’ex-représentant Bob Bauman déclarait le 1er octobre 2001 :
"The name of the so-called “U.S. Department of Homeland Security” has always disturbed and rankled me. Created in the frenzied political aftermath of the 9-11-2001 terrorist attacks, it sounds like something Hitler’s propaganda minister, Josef Goebbels would have dreamed up to impress the gullible masses. Indeed, the attitude too often displayed at airports by the over paid DHS’s minions of the Transportation Security Administration (TSA) is akin to that of storm troopers. Two years ago I and others called attention to a dangerous provision slipped into an omnibus appropriation bill that gave the President of the United States the unprecedented power to deploy the U.S. military for domestic duty within the United States as he sees fit."

Toujours est-il que l’événement oscille entre la rumeur et l’annonce d’une alternative sérieuse. Une chaîne américaine a parlé de 500 000 cercueils commandées par la FEMA (Voir ICI). Une autre a parlé de prisons massives déjà prêtes à Denver (Voir ICI). Et, sur ABC news, toujours à Denver, d’importants exercices militaires en juin 2008 (Voir ICI).

Dans un article du 25 octobre 2008, sous-titré « l’ACLU demande des informations sur les opérations militaires locales », Tom Burghardt indique que les règles de telles opérations sont, selon le département de la Défense, clairement définies dans la directive 3025.12 du MACDIS (Military Assistance for Civil Disturbances) et ne concernent que des interventions avec des armes non létales. Les citoyens américains devraient être rassurés, l’armée ne va pas leur tirer dessus à balles réelles.

Tous les scénarios peuvent être envisagées. Selon le WMR (Wayne Madson report), paru le 3 avril 2008, l’instauration de la loi martiale pourrait être mise en place suite à des mesures drastiques anti-populaires pour enrayer la crise financière, ou encore suite à l’avènement d’une cessation de paiement des Etats-Unis, concernant sa dette extérieure. Celle-ci s’élevait en 2007 à plus de 12 000 milliards de dollars, soit près de 20 fois le plan Paulson, adopté aux forceps. Il n’est pas non plus exclu d’envisager l’hypothèse électorale, notamment quand on se souvient de l’élection suspecte de Bush, issues des nombreuses irrégularités des urnes de Floride.


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (74 votes)




Réagissez à l'article

95 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 31 octobre 2008 11:34

    c’est losangeles 2013 de john Carpenter ! est ce que Joe le plombier aura le marché de la plomberie dans les futur camps d’internement ? smiley

    http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/1/5/4/33339731 26451.jpg


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 31 octobre 2008 15:11

      Tant qu’à faire, étant abonné à CI, je vous fais profiter de la fin du billet de Kagarlitski paru à Moscou


      L’élection montrera lequel des deux camps (laquelle des deux Amériques) pèse le plus lourd. Mais le principal problème est que la boîte de Pandore de l’affrontement culturel a été ouverte et qu’il sera difficile de la refermer. Quels que soient les vainqueurs, les perdants se sentiront non seulement battus, mais profondément humiliés, à tel point qu’ils ne chercheront pas à dissimuler qu’ils ne se reconnaissent pas dans le pays sorti des urnes. La fameuse loyauté des Américains envers leur patrie et leur Constitu­tion sera mise à mal. Et si le milieu cosmopolite des grandes villes est déjà habitué à traiter le patriotisme et les valeurs nationales avec une bonne dose d’ironie, ce n’est pas le cas des rednecks, qui subiraient un vrai traumatisme. Une occasion en or pour les organisations d’extrême droite et la résurgence de théories fascistes.
      Pendant ce temps, la crise économique ne va pas disparaître. Le futur président, quel qu’il soit, ne tardera pas à découvrir qu’il est impuissant face au cataclysme qui se profile. Et ce sera bien plus grave qu’un problème de fossé culturel. Toutefois, il ne faut pas oublier que celui-ci n’est pas dangereux en lui-même, mais qu’il le deviendra dans un contexte de difficultés économiques et politiques. Les perdants, quels qu’ils soient, tenteront vite de prendre leur revanche, et il n’est pas du tout certain qu’ils respecteront les procédures habituelles, conformes à l’esprit de la bonne vieille Constitution américaine. 					 			 					 			 												 							 			


    • Thucydide Thucydide 31 octobre 2008 19:05

      Je ne sais pas si le scénario catastrophe concernant la situation interne aux USA aura lieu, mais ce qui me paraît le plus probable, c’est que sera fait pour l’éviter aux dépens du reste du monde.

      Le patriotisme US est si vivace et si fortement "inscrit dans les gènes" de la population que les autorités auront largement le temps de mettre en place une stratégie pour l’entretenir et en tirer parti avant qu’il ne faiblisse.
      Aussi, imaginerais-je volontiers l’organisation d’une débauche incontrôlable de démonstrations tous azimuts sur le théâtre militaire, principalement au Moyen-Orient (Caucase, Iran) et en Asie-Centrale.





    • Edward Bernays Edward Bernays 31 octobre 2008 20:15

      Un lecteur dit plus bas que les médias n’évoquent rien des différentes lois hautement liberticides promulguées récemment aux Etats-Unis.

      Et oui, n’oubliez jamais que rien de ce qui se dit à Bilderberg ne se raconte.


    • ZEN ZEN 31 octobre 2008 11:37

      Je ne sais si ces informations sont fondées
      Mais je suis sûr qu’une situation insurrectionnelle peut se produire à la suite notamment de l’effondrement attendu du système des fonds de pension
      Certains y pensent certainement...

      Un Enron puissance X


      • LaEr LaEr 31 octobre 2008 13:07

        Pour info : le comics US DMZ qui est traduit en France depuis 1 an, reprend l’hypothèse d’une nouvelle guerre civile aux US, avec cette fois-ci Washington en mauvaise posture, et Manhattan qui joue le rôle de DMZ entre les état-libres d’amérique et les états unis d’amérique...
        Un régal, pour peu qu’on aime le genre...



      • LaEr LaEr 31 octobre 2008 13:09

        "Trop occupée à gérer ses guerres à travers le monde, l’Amérique a commis l’erreur de négliger ses problèmes internes. Elle se retrouve maintenant victime d’une terrible guerre civile déclenchée par des milices anti-gouvernementales et opposant l’armée régulière aux armées dites "libres". La ligne de front se situe à Manhattan, où 400.000 personnes sont livrées à elles-mêmes dans une zone convoitée par les deux camps : la DMZ (DeMilitarized Zone)."
        http://www.bdgest.com/chronique-2671-BD-DMZ-Le-corps-d-un-journaliste.html


      • JPC45 31 octobre 2008 13:20

        Zen : j’ai lu cet article sur les fonds de pension. Quand un journaliste parle de ce sujet ça donnel’article que vous citez : c’est à dire rien de sérieux.


      • Daniel Roux Daniel R 31 octobre 2008 15:05

        Reste à savoir si les prévisions suivantes sont exactes. Jusqu’à maintenant, le LEAP ne s’est pas trompé :

        http://leap2020.eu/GEAB-N-28-est-disponible !-Alerte-Crise-Systemique-Globale-Ete-2009-Cessation-de-paiement-du-gouvernement-americain_a2240.html?PHPSESSID=5f00e6020c9e48eb353b4b8491b618e5

        Un coup d’état préparé de longue date pour mettre fin au processus démocratique ?

        Pas impossible, si l’on compare avec la préparation avérée de l’invasion de l’Irak pour des intérêts particuliers et sa mise en oeuvre opportuniste à la suite du traumatisme provoqué par le 11 septembre.

        Pas impossible si l’on se réfère aux déclarations de Rockfeller en petit comité choisi, remerciant d’une part les grands journaux de leur discrétion et réclamant d’autre part la fin du choix des dirigeants par des élections aux résultats aléatoires.


      • Daniel Roux Daniel R 31 octobre 2008 15:19

        Essayez plutôt avec le lien suivant :

        http://leap2020.eu/GEAB-en-Francais_r26.html



      • Gilles Gilles 31 octobre 2008 15:23

        daniel

        "Un coup d’état préparé de longue date pour mettre fin au processus démocratique ?"

        Quel processus démocratique. il est déjà bien verrouillé, tu ne crois pas ? Faudrait être demeuré pour fomenter un coup d’état qui risque de leur retomber sur le crâne et leur faire perdre tous ces avantages


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 31 octobre 2008 15:53

        Zen : "l’effondrement attendu du système des fonds de pension"... Je pense aussi que c’est l’élément qui va mobiliser les quasi-riches pendand que l’éviction de leur foyers par la crise des subprimes va mobiliser les quasi-pauvres. Ce sont toujours ces "quasi" qui créent le climat insurectionnel.

        Pour les vrais batailles, elles opposeront sans doute, d’une part, les mercenaires du Blackwater et l’armée réguliere, elle aussi largement mercenarisée par une politique de volontariat et de primes aux recrutements et, d’autre part, les Gardes nationales et des divers États qui sont proches du peuple et tenteront de prévenir les exactions et de rétablir un minimum d’ordre à l’échelle locale ou régionale.

        Ce ne sera pas une révolution, Sire, ce seront des milliers de révoltes... Avec une population scindée en factions. gouvernement central discrédité et de l’argent qui ne vaut plus rien.

        http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/13/44-le-diagnostic/
        http://nouvellesociete.H41.html

        Pierre JC Allard



      • ZEN ZEN 31 octobre 2008 17:57

        JPC45

        Voilà plus "sérieux", en tous cas plus étoffé...

        Les retraités trahis par les fonds de pension :
        "Pour beaucoup, non seulement les rêves de faire fortune en Bourse se sont évanouis, mais les espoirs d’une retraite paisible également. M. Maurice Jones, citoyen britannique et salarié modèle, peut en témoigner. Ayant commencé à travailler à 16 ans, il a gravi à la force du poignet tous les échelons de la hiérarchie, au point de devenir directeur de la division filature du groupe textile Lister & Co. Il a cotisé toute sa vie au fonds de pension maison. Pourtant, à 64 ans, il ne songe même plus à la retraite : il doit, comme il le dit, continuer à « travailler pour joindre les deux bouts  ». Son entreprise a fait faillite, emportant au passage le fonds de pension qui y était rattaché ; l’argent qu’il y a versé pendant plus de trente ans s’est évaporé. Il n’a plus rien...
        Le plus souvent, en effet, il existe une retraite publique pour limiter (un peu) les dégâts. Si la pension de base ne représente que 20 % environ du salaire d’activité en Grande-Bretagne, elle atteint 35 % aux Etats-Unis, et elle varie de 40 %, pour un couple disposant du salaire moyen, à 70 %, pour une personne ayant le salaire minimum, aux Pays-Bas. Il reste que, pour la plupart des salariés de ces pays, leurs futures retraites s’effondrent en même temps que les marchés financiers.
        La glissade atteint déjà des proportions gigantesques : selon le cabinet d’audit américain Watson Wyatt, la valeur des fonds de pension a régressé de quelque 2 800 milliards de dollars, au niveau mondial, entre 1999 et 2002. Plus de dix fois le budget de la France. L’économiste Christian E. Weller fixe la perte moyenne pour un ménage américain disposant de fonds de pension à 43 % . Et ce n’est pas fini.En fait, les salariés ne sont pas tous logés à la même enseigne, car ces fonds ne fonctionnent pas toujours selon les mêmes mécanismes. Pour simplifier, on peut dire qu’il en existe deux catégories : les fonds de pension à contribution définie et les fonds à cotisations définies. Les premiers assurent au cotisant une rente dont le montant est garanti par l’employeur (souvent 70 % ou 75 % du salaire d’activité). Pour l’épargnant, le résultat est assez proche du système par répartition, à cette différence près que l’argent récolté est placé en Bourse, et parfois en actions de l’entreprise. Lorsque celle-ci s’effondre, la catastrophe est au rendez-vous. C’est ce qui s’est passé chez Enron.Avec les fonds de pension à cotisations définies, le cotisant n’est plus assuré de rien. Ce qu’il touchera en fin de course dépend entièrement du niveau des taux d’intérêt et des actions au moment de son départ. C’est donc le salarié qui prend tous les risques...

        Ces systèmes favorisent également l’insécurité sociale : on sait ce que l’on verse, mais pas ce que l’on va toucher. Les gestionnaires des fonds concernés brandissent les études montrant que, sur une longue période, les actions rapportent toujours. En réalité, tout dépend du moment du départ en retraite. S’il se situe en pleine hausse boursière, le calcul de la rente ou du capital versé sera au zénith. En période de débâcle, il sera au plus bas. L’économiste américain Christian E. Weller a calculé qu’en ayant économisé la même somme pendant quarante ans un retraité parti en 1966 avait doublé sa mise. Dix ans plus tard, un retraité partant dans les mêmes conditions ne touchait plus que 40 % de ce qu’il avait versé .

        Responsable à la direction des fonds de pension de la Caisse des dépôts et consignations, M. Xavier Pétrolen le reconnaît : «  Même sur des durées de portage très longues de vingt à trente ans, on peut avoir des rendements négatifs à la Bourse. » C’est la grande différence entre le régime par capitalisation et le régime par répartition : parce qu’il est lié à la volatilité des marchés, le premier ne peut pas apporter la sécurité, alors que le second, garanti par l’Etat et par l’ensemble des actifs, le peut...

        Enfin, ces systèmes privés coûtent cher à l’Etat et aux régimes sociaux. En 2002, les exonérations de charges fiscales et de cotisations dont ont bénéficié les fonds d’épargne salariale représentent à elles seules la moitié du déficit de la sécurité sociale (4,5 milliards d’euros). Comme le fait remarquer M. Pierre-Yves Chanu, spécialiste des fonds de pension, conseiller de la Confédération générale du travail (CGT), «  cela cannibalise le système  », qui voit ses ressources, et donc sa capacité à répondre aux besoins, se réduire. ..La retraite par capitalisation n’est pas seulement économiquement absurde, socialement dangereuse et moralement injuste. A terme, son extension peut conduire à une implosion de la retraite par répartition, pourtant plus sûre et plus efficace." (Martine Bulard)

        Contre les fonds de pension(1)

        Contre les fonds de pension (2)

        Dix arguments contre les fonds de pension

        DEROUTE DES FONDS DE PENSION

         

      • Daniel Roux Daniel R 31 octobre 2008 19:45

        La fraude électorale massive en Floride 2000 et la précipitation de la cour suprème a désigner Bush junior comme nouveau Président est déjà en soi un coup d’Etat. C’est passé comme une lettre à la poste et toutes les protestations des citoyens floués n’ont servi à rien.

        Les mensonges grossiers, les photos truquées, l’Antrax en poudre, etc.. affolant le peuple américain et précipitant les USA dans de nouvelles guerres coloniales, en Afghanistant et en Irak. Aujourd’hui, nous savons que l’intervention avait comme buts de sauver le dollar en perdition et de mettre la main sur d’importantes réserves de pétrole. Opérations de grande envergure réalisées avec la complicité de tous les médias importants et du Congrès unanime. Tout cela fait partie d’un processus que l’on ne peut qualifier de démocratique ou même de républicain.

        J’’évoquerai pour mémoire l’affreux soupçon qui pèse sur la tragédie du 11 septembre. On ne peut que souhaiter qu’il ne se confirme jamais mais s’il apparaît que les avions ne pouvaient être que radio-guidés pour pouvoir évoluer avec cette précision et que les "pirates" n’étaient que des amateurs du pilotage qui ne savaient pas ce qui les attendaient... on pourrait parlé d’un coup d’Etat.

        Un parallèle troublant avec l’invasion de la Tchéchénie par les Russes après l’explosion d’une bombe dans un immeuble russe. Attentat immédiatement attribué aux Tchéchènes et qui semble bien avoir été organisé par les services secrets Russes.


      • JPC45 31 octobre 2008 20:53

        Zen : rien de sérieux ds votre lien. Ce sujet mériterait un autre niveau que l’on a pas ici sans compter les choses fausses ou a manipuler avec connaissance (4,5 millairds d’exonération : fichtre !) mais ce n’est pas le sujet.


      • deidjinn 1er novembre 2008 00:29

        On nage pas un peu en pleine "science-fiction, là ? Ca me semble tellement délirant tout cela ...


      • ASINUS 31 octobre 2008 11:45

        le gag ou plutot la cerise sur le gateau pour " les supremacistes blancs"c est que celui qui a de fortes chances d avoir a utIliser cet arsenal s appelle B OBama , une nouvelle guerre de secession en vue ?


        • JL JL 31 octobre 2008 11:47

          Que ce soit Obama ou McCain qui l’emporte, il est probable qu’il y aura des mécontents : dans le premier cas, les racistes indécrottables, dans le second ceux qui s’estimeront floués d’une élection imperdable.

          Et comme ces gens sont armés ...

          Sans compter comme dit Zen, la crise et ses conséquences.


          • mcm 31 octobre 2008 12:41

            Il pensent à tout les conspirationnistes de la FEMA (Federal Emergency Management Agency), les 500000 cercueils commandés sont en plastique grillagé, sans doute pour permettre aux cadavres de respirer.

            Ce n’est pas sans rappeller les cercueils pour enfants commandés par la CIA (Central Intelligence Agency) à la MFB (Maison Funèbre Ballard) de Roswell.

            Ou plus proche de nous, l’histoire des tombes de Carpentras, dont les cercueils semblaient avoir été fracturés de l’intérieur.

            Avoir peur ou rire, là est la question.


            • viking 31 octobre 2008 13:57

              MCM, vous êtes ivre. 


            • snoopy86 31 octobre 2008 16:03

              Salut mcm !!!! smiley
               
              il y avait longtemps....


            • mcm 31 octobre 2008 17:27

              Salut Snoop,

              Mon préféré me remarque en premier, cool, je kiffe à donf mec.

              J’te l’dis cashe "MCM le retour 2", versus les "précieuses ridicules", y va y avoir du sport cousin ! Du caché et du pas casher !

              PS : A l’attention du viking méditerranéen, oui da, dégustant un pinot noir et cliquant sur le lien de l’auteur, j’ai cru visionner de gros cercueils en plastique ajouré. Oui, les américains sont gros, mais des cercueils ajourés ! Vous croyez le vin frelaté ? Jugez-en vous même, si quelques convictions religieuses vous interdisent le mauvais vin, vous avez du moins la bonne vidéo.


            • Thucydide Thucydide 31 octobre 2008 20:09

              Des cercueils ajourés ?
              Vu de ma cambrousse, cela ressemblerait plutôt à des bacs de compostage...


            • mcm 31 octobre 2008 21:30

              Des bacs de compostage dites-vous Tuclyde ?

              Voilà un bon début d’enquête, les cercueils ajourés serviraient donc à la respiration méthanique des cadavres avant d’être reconverti en bacs de compostage ?

              Les premiers cercueils biologiques, à remplir de terre avant de recycler ?

              Restons ouvert aux hypothèses les plus folles, en espérant que quelques lumières de raison viennent éclaircir cette sombre affaire !


               


            • mcm 31 octobre 2008 21:50

              Oups grosse coquille, pas Thuclyde le philosophe mais Thucydide l’historien !

               


            • Thucydide Thucydide 31 octobre 2008 22:33

              Vouis, l’historien, mon pote, celui qui m’a laissé tomber à la fin de son livre en plein milieu d’une phrase, au moment où je commençais à comprendre le monde grâce à sa perception si bien exprimée.

              Pour ce qui est du compostage, restons sérieux, ce serait effectivement une saine opération de recyclage des déchets guerriers et autres dégâts collatéraux qui permettrait, sitôt les conflits arrêtés, d’ouvrir une nouvelle ère de natural farming à grande échelle...
              Le rêve, quoi.

              On blague, on blague... Mais il n’y a pas si longtemps, il avait été question en France de recycler ainsi les SDF, pour éviter de faire supporter à la collectivité des frais d’inhumation qui ne peuvent par définition pas être pris en charge par les familles.
              Et puis ces pauvres, au moins ils trouvaient enfin, dans la mort , l’occasion d’avoir une utilité économique.
              Après tout ce que la société aura fait pour eux, ç’aurait été la moindre des choses, comme un service rendu à leur dignité posthume : aider à nourrir les hommes en mourant de faim.

              Inhumation... in humus : n’ayons pas peur des mots


            • FYI FYI 31 octobre 2008 13:07
              				 				Boston pourrait déclarer l’état d’urgence économique 				 				
              Les conséquences de la crise financière sur l’économie réelle commencent à se faire sentir pour le citoyen. A Boston, l’une des grandes villes des Etats-Unis, les conseillers et certains responsables municipaux, désespérés, ont tenu une conférence de presse exhibant des panneaux : « Renflouez les gens, pas les banques ».

              Ils exigent du gouverneur de l’Etat, Deval Patrick, et du maire de Boston, Menino, qu’ils déclarent l’état d’urgence économique. Le but en est simple : obtenir le gel des expulsions, car de plus en plus de gens perdent leur logement pour cause de subprime, et interdire à la compagnie d’électricité NSTAR de couper le courant à ceux qui ne peuvent plus payer leur facture.

              Il y a plusieurs mois, des voix avaient prévenu que le citoyen ordinaire se verrait bientôt obligé de choisir entre garder son logement et se chauffer l’hiver, à moins qu’un projet de loi, la Homeowners and Banking Protection Act (HBPA) ne soit adopté par le Congrès. Hélas, rien n’a été fait.

              A Boston, la crise frappe aussi de plein fouet les enfants, de plus en plus nombreux à être privés de soins médicaux et d’enseignement, un certain nombre d’écoles publiques n’ayant plus les moyens de continuer leurs activités.

              « Si le gouvernement fédéral peut renflouer les gens qui ont provoqué cette crise, s’étonnent les élus, pourquoi ne pourrait-il rien faire pour les citoyens et les contribuables ? Disposer d’un logement n’est pas un privilège, mais un droit. Pourquoi les gens de Wall Street n’ont-ils aucun souci pour chauffer leur maison ? »

              En guise de réponse, quelqu’un dans l’assistance avertit que « les gens finiront par allumer des feux dans la rue ou incendier leur maison pour se chauffer cet hiver. Les gens recourront à des méthodes de l’âge de pierre ».

              Tous ont convenu que cette crise pose un problème moral majeur.


              • appoline appoline 31 octobre 2008 13:20

                Que voulez-vous que les gens fassent ? Rester gentillement à crever sans rien dire alors que les plus puissants leur font miroiter leurs richesses sous le nez. Non, quand l’homme à faim......il chasse.


                • hihoha 31 octobre 2008 13:28

                  Johnny, vous avez fumé de la mauvaise moquette ?
                  Hihihi


                  • antitall antitall 31 octobre 2008 14:54

                    fumez un peu de bonne moquette,ça vous détendra ! smiley


                  • hihoha 31 octobre 2008 16:45

                    Johnny, vous avez fumé de la mauvaise moquette ?
                    Hihihi


                  • hihoha 1er novembre 2008 07:45
                    Johnny, vous avez fumé de la mauvaise moquette ?
                    Hihihi

                  • Manggiofagioli 31 octobre 2008 13:49

                    L’interêt a déployer des troupes pendant cette élection est aussi de conditionner tout ces gogos (encore majoritaires aux USA) qui ont cru à ces histoires de guerre contre la terreur, choc des civilisations et autres foutaises.
                    Régulièrement, à chaque élection, le niveau d’alerte terroriste monte d’un cran.
                    Rappellez vous en 2004, il était question d’un débarquement de commando d’Alquaïda sur les cotes Californiennes...
                    America is under attack, ayez peur, brave gens !
                    Seul un vrai patriote qui en a peux vous sauver !


                    • JPC45 31 octobre 2008 13:56

                      Un débarquement d’un commando : c’est vrai que ça fait peur ! les américains en tremblent encore...


                    • John Nada John Nada 31 octobre 2008 14:37

                      Ton hypothèse pourrait être valable, voire même rassurante, si ce n’est qu’elle est démentie par le fait que les médias ont soigneusement passé sous silence le déploiement des troupes, le décret permettant de déclarer la loi martiale, la construction de centres de détention par KBR. Quand c’est aux fins de propogande, comme la soi-disante menace d’attaque nucléaire islamiste, c’est claironnée en boucle sur tous les canaux du cartel médiatique...


                    • sisyphe sisyphe 31 octobre 2008 19:43

                      							par JPC45 (IP:xxx.x3.185.107) le 31 octobre 2008 à 13H56 							
                      							

                      															
                      							
                      								Un débarquement d’un commando : c’est vrai que ça fait peur ! les américains en tremblent encore...

                      Remarque, il a suffi d’une dizaine de personnes armés juste de cuters pour foutre le pays en état de siège, et aux dirigeants de jouer sur la pétoche, pour, à l’aide de mensonges, déclencher une guerre à l’autre bout du monde (qui sera perdue, comme toutes les autres depuis 45), faire voter des lois liberticides, et foutre le bordel dans le monde entier. 

                      Alors, à votre place, je ne la ramènerais pas...
                       smiley

                      							

                    • Thucydide Thucydide 31 octobre 2008 20:14

                      Ils ont bien paniqué lorsque les martiens leur ont déclaré la guerre...


                    • Pierre 1er novembre 2008 02:33

                      Là, on est d’accord, Sisyphe !


                    • Frédéric 11 1er novembre 2008 10:36

                      Ceci est un autre débat mais il semble bien que la fameuse panique du à l’émission d’Orwell avec sa guerre des mondes à était grandement exagéré selon les dernières études sur le sujet. Toute cette histoire à était ’’enjolivé’’ par la suite par les médias de l’époque. L’exagération fait vendre plus de journaux...

                      Pour en revenir au sujet, en quoi la mise à la disposition d’une brigade au commandement chargé de la protection du territoire métropolitain serait anormal. Elle à simplement prit le relais d’une autre unité de permanence ; En France, nous faison pareil, il y a toujours un régiment qui doit être prés à partir dans les 24 heures en cas de besoin ; et coté loi ’’liberticide’’, relisez le code pénal et les dispositions en cas de crise chez nous avant de critiqué ceux outre-atlantique, Vigipirate est en service depuis 1991 et l’on à depuis des militaires qui patrouillent dans les gares, aéroports et autre lieux public dans des conditions qui ne sont parfois guére décente et aucun syndicats ne protestent. Voici un rapport de décembre 2007 sur le sujet... :

                      Gare de Lyon : "Les sanitaires sont ceux des voyageurs, situés de l’autre côté de la gare. Les soldats doivent inscrire leur nom sur un carnet. Cette comptabilité un peu mesquine est aussi une source de vexation possible (s’inscrire pour uriner) (...) Cette vigie est une pièce unique pour l’espace de travail et pour l’espace de repos, qui ne sont séparés que par un filet de camouflage".

                      Gare d’Austerlitz : "Une seule salle, sans fenêtre ni aération. Il n’y a pas de sanitaire à proximité. Les sanitaires sont ceux de la gare, fermés de 22h00 à 6H00".

                      EuroDisney : "Correcte" mais "la position des abris derrière les cuisines d’un établissement de restauration rapide aux effluves graisseuses tenaces, après les locaux à poubelles, est assez significative du niveau de considération accordé".

                      Saint-Lazare : Local "surchauffé par le passage des conduits de chauffage".

                      Ecole militaire (pour la Tour Eiffel) : "Les pièces bénéficient des fortes effluves des écuries situées au rez de chaussée".

                      La Défense : "très correcte" mais "l’absence totale de moyen de lutte contre les incendies pourrait le rendre impropre à l’accueil de personnel. La cohabitation de radiateurs électriques avec les effets de couchage en matière synthétique peut être fort dangereuse".


                    • John Nada John Nada 1er novembre 2008 13:45

                      Orwell ?euh...c’est l’auteur de 1984...tu voulais sans doute dire "Orson Wells"

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès