Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’OMS veut renforcer la lutte contre le Paludisme

L’OMS veut renforcer la lutte contre le Paludisme

La lutte contre le paludisme, qui affecte 250 millions de personnes dans le monde par an, passe par le recours automatique à un test pour obtenir des diagnostics justes, a estimé mardi l’Organisation mondiale de la santé en présentant ses nouvelles recommandations.

Dans son guide actualisé sur la lutte contre la maladie due à un parasite transmis par les piqûres de moustique, l’OMS estime urgent d’empêcher une augmentation des résistances aux traitements et notamment au médicament phare, l’artémisinine.
Cette lutte passe en premier lieu par une administration plus ciblée des traitements médicamenteux.

Pour cela, "l’OMS recommande de procéder à un test diagnostique pour tous les cas présumés", a ainsi expliqué son directeur du Programme mondial de lutte antipaludique, Robert Newman lors d’un point de presse.

Un test efficace et facilement utilisable est désormais disponible, fait valoir l’organisation soulignant que les traitements basés sur les seuls symptômes cliniques augmentaient les problèmes de résistances en cas de mauvais diagnostic.
"Le passage à un test universel du paludisme est une étape cruciale dans la lutte contre cette maladie", a insisté l’OMS dans un communiqué.
Par ailleurs, l’OMS préconise de "retirer du marché la monothérapie orale à base d’artémisinine" arguant que son utilisation accélère également "le développement de la résistance des parasites".

L’organisation recommande depuis plusieurs années les associations médicamenteuses à base d’artemisinine (ACT). Dans son nouveau guide, elle ajoute un cinquième médicament ACT, la dihydroartémisinine-pipéraquine.

Par ailleurs, l’OMS a publié mardi son premier guide d’achat de médicaments dans lequel elle souligne l’importance de la qualité des antipaludiques.
"Il est essentiel que nous travaillions avec les pays pour leur fournir des médicaments de grande qualité car l’utilisation de médicaments de qualité insuffisante — contrefait ou monothérapie — est terriblement dangereuse", a insisté le Dr Newman.
La moitié de la population mondiale est exposée au paludisme qui provoque chaque année 860.000 décès, essentiellement en Afrique, selon l’OMS.
 

Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • curieux curieux 7 avril 2010 10:53

    La grosse Vache a-t-elle déjà pris une option sur les futurs vaccins ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès