Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’ONU, la France et ses minorités

L’ONU, la France et ses minorités

La visite en France de Mme Gay McDougall, experte indépendante mandatée par l’Organisation des Nations unies (ONU) pour faire le point sur la situation des minorités en France, nous pose des questions sur la conception de l’identité dans notre pays.

La France serait-elle la patrie des droits de l’homme qu’elle prétend être ? Si cette idée fait sourire en Europe (la France est régulièrement condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme), c’est également le cas au sein des organisations internationales. Le 1er octobre dernier, l’experte indépendante dépêchée par l’ONU, Mme McDougall, demandait à l’Etat français un engagement ferme pour promouvoir la non-discrimination et la diversité (article ici).

La France semblerait n’avoir d’"humaniste" que le titre ! Le racisme serait "vivant et pernicieux” et les minorités bafouées en France selon Mme McDougall qui dresse un bilan accablant de la politique menée pour enrayer ces discriminations. Comment pourrait-il en être autrement d’un Etat dont la devise (exacte) est "Liberté, Egalité, Fraternité... ou la Mort" (voir ici) ? Car sous ses airs tolérantes (personne ne remet en cause la justice sociale), cette maxime est en réalité une machine à uniformiser (Liberté mon oeil ; Egalité littéralement parlant et pas juste devant la Loi ; Fraternité ? Quelle Fraternité ?) ! C’est décidemment plus la Terreur (1793-1794) que la Révolution Française (1789) qui est célébrée dans notre pays !

Ce rapport nous questionne donc sur la conception de l’identité en France. On sait d’ores et déjà que la plupart des citoyens confondent Etat et nation, ce qui est une ineptie ! L’Etat organise la vie politique tandis que la nation touche l’affectif. Or, il existe plusieurs nations en France n’en déplaise aux Debré et Mélanchon qui refusent une existence légale aux cultures régionales jugées anticonstitutionnelles ! L’identité est pourtant une affaire individuelle ! En quoi un Etat viendrait-il interférer dans les décisions qui n’appartiennent qu’à soi ? C’est pourtant le cas de l’Etat français qui impose une unique nationalité, française, et dénie (sur son sol) tout ce qui est autrui.

Cette assimilation française ne s’applique pas simplement aux minorités régionales, mais également aux minorités religieuses (juives ou musulmanes par exemple au nom d’un principe de laïcité qui ressemble plus à de l’anti-religion) ou ethniques. Un Africain demandant sa nationalité française devrait donc se départir de son identité à la frontière pour être Français ! Bel exemple d’uniformisation ! La Déclaration sur les droits des personnes appartenants à des minorités nationales, ethniques, religieuses ou linguistiques élaborée par l’ONU est pourtant assez explicite ! Comment expliquer que la France s’en lave les mains ? Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais...

Mais le fond du problème est peut-être plus simple qu’il n’y paraît. La non-reconnaissance des minorités resulte sans doute moins d’une pseudo incompatibilité constitutionnelle que d’une lecture particulièrement intégriste de notre Constitution !



Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • stephanemot stephanemot 16 octobre 2007 12:05

    Je trouve au contraire que la France engage beaucoup de moyens dans la reconnaissance des minorités : on appelle ça des tests ADN...

     smiley


    • Little Scarlet Pimpernel Little Scarlet Pimpernel 16 octobre 2007 19:20

      Les nations n’ont rien à voir avec l’ADN. Une nation est une communité historique, territoriale, culturelle et linguïstique, économique...

      Toute nation a droit à un Etat, mais les Etats royaux et capitalistes oppriment depuis des siècles de nombreuses nationalités historiques. L’oppression nationale « interne » est indissociable du colonialisme « externe ».

      Lire, entre autres :

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=87

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=119

      Nicolas Sarkozy, l’Etat et l’identité nationale (1) et (2)


    • Ingrid du Midi 16 octobre 2007 20:25

      Sous prétexte d’être « le pays des droits de l’homme », l’Etat français s’est toujours soustrait à un véritable examen de sa situation interne.


    • jay 16 octobre 2007 12:49

      « La non-reconnaissance des minorités », la non reconnaissance légale. (encore que les choses changent apparemment). Les sentiments d’appartenance sont multiples et superposables, c’est, si je vous ai bien lu, le fond de votre article. hors l’Etat ne nie pas aux personnes se sentant appartenir à un groupe particulier le droit de se réunir et de « faire vivre » cette appartenance -en tout cas elle ne le nie plus, surtout pour le cas breton ;) . rien n’empêche de faire partie d’une association de danse bretonne, en même temps que d’une association religieuse, ainsi que celle de son quartier. Mais l’Etat ne reconnaît pas des droits différents selon votre sentiment d’appartenance à différentes communautés. qu’il y ait un échec de l’intégration « nationale » comme « supra-communauté » pouvant englober toutes les autres, certainement. mais tenter de résoudre le problème en mettant en avant le communautarisme pourrait être pire que le mal. Cordialement.


      • Gael Gael 16 octobre 2007 13:30

        Ici, il n’est aucunement question de communautarisme, mais de traitement des « minorités » car que je sache nous ne sommes pas tous des robots identiques (à moins que ce soit là le but de l’assimilation française ?). D’ailleurs, le rapport traite plus des discriminations « raciales » que linguistiques... même si le sujet est lié à mon avis !

        La constitution est claire : l’égalité pour tous ! Mais selon les critères établis par UN groupe (les républicains issus de la Montagne). Puisque vous en parlez, je suis désolé de vous contredire, mais le libre accès aux salles de danse bretonne ne suffit pas à reconnaître une culture !

        Nous vivons dans un Etat de droit et pour exister nous devons en avoir en tant qu’entité légalement ! Nous ne demandons ni plus ni moins qu’une existence légale (pas de discrimination positive à la c...) qui obligerait l’Etat à protéger la diversité culturelle présente sur son territoire, respectant ainsi les traités internationaux !

        Oui, individuellement, tout le monde a le droit d’apprendre la langue qu’il veut, mais l’Etat n’investit rien dans l’Education Nationale jugeant ces langues régionales « inutiles » à l’heure de la mondialisation ! Ici encore la constitution affirme que « la langue de la République est le français » ce qui est exclusif et juridiquement parlant équivaut à dire qu’il n’existe qu’une langue en France ! Preuve que la France se moque de ses minorités régionales, elle n’a pas ratifié la charte des langues régionales et minoritaires ! Résultat, il y a des demandes de breton, mais aucun poste !

        J’ai donc effectivement fait un parallèle entre le « problème » de l’immigration et le « problème » des cultures régionales car c’est un peu comme si nous étions étrangers sur notre propre sol ! Reconnaître ses minorités ne veut pas dire dissolution de l’identité française ! Mais multiappartenance...

         smiley Amicalement. Gael.


      • jay 16 octobre 2007 14:31

        « D’ailleurs, le rapport traite plus des discriminations »raciales« que linguistiques... même si le sujet est lié à mon avis »

        jusque là je vous suis.

        « Puisque vous en parlez, je suis désolé de vous contredire, mais le libre accès aux salles de danse bretonne ne suffit pas à reconnaître une culture »

        là aussi, où à peu près.... il ne s’agissait de ma part que d’un raccourci. le à peu-près, étant sur le mot « reconnaissance ». de mon point de vue, l’important étant la « connaissance » ; et en allant pratiquer des danses bretonnes, on s’intéresse à la musique bretonne, donc à la langue etc....

        « Nous vivons dans un Etat de droit et pour exister nous devons en avoir en tant qu’entité légalement ! Nous ne demandons ni plus ni moins qu’une existence légale (pas de discrimination positive à la c...) qui obligerait l’Etat à protéger la diversité culturelle présente sur son territoire, »

        je vous renvoie à votre article : « On sait d’ores et déjà que la plupart des citoyens confondent Etat et nation, ce qui est une ineptie ! L’Etat organise la vie politique tandis que la nation touche l’affectif » soit l’Etat ne gère pas directement l’affectif et se contente de réguler la vie sociale en commun

        « respectant ainsi les traités internationaux ! » / « Mais selon les critères établis par UN groupe (les républicains issus de la Montagne). »

        ne voyez vous pas le parallèle ? les traités internationaux quand ils sont ratifiés par tout le monde sont d’inspiration culturelle anglo-saxonne (quand ce n’est pas le cas, les US ne le ratifie généralement pas). ces traités sont donc fondés sur UNE norme.

        « Reconnaître ses minorités ne veut pas dire dissolution de l’identité française ! Mais multiappartenance »...

        On y revient, multiappartenance affective, protégée d’ailleurs par l’Etat qui n’empêche personne de s’organiser pour faire vivre réellement, concrètement, ce sentiment, appartenance légale unique, promue par l’Etat et qui permet que tout les sentiments de multiappartenance puissent s’exprimer dans un cadre commun.

        « L’Etat n’investit rien dans l’Education Nationale jugeant ces langues régionales »inutiles« à l’heure de la mondialisation ! »

        à l’heure de la mondialisation, le français aussi est inutile, seul l’anglais compte. (certains rajouteraient l’espagnol et le chinois...mais bon c’est un autre débat). et effectivement, si l’Etat ne cherche plus à minimiser les langues régionales en les interdisant purement et simplement, il ne cherche pas non plus à les promouvoir car elles ne sont pas un facteur unificateur.

        « Ici, il n’est aucunement question de communautarisme, mais de traitement des »minorités« car que je sache nous ne sommes pas tous des robots identiques »

        qu’est ce que « le traitement des minorités », au sens de reconnaissance légale des droits de ces minorités (droit linguistiques par ex.) sinon une autre expression pour désigner « le communautarisme » ?. il ne s’agit pas de faire des robots mais d’assurer un cadre suffisamment large pour permettre à tous d’y exprimer ses différences.

        enfin, il se peut que le modèle anglo-saxon vous plaise, avec les nuances que vous pouvez lui apporter bien sûr, et il a effectivement des avantages (même si personnellement, vous l’aurez compris, je n’y adhère pas). Mais affirmez le franchement. c’est un modèle intéressant, choisi par nombre de pays du monde et qui mérite d’être débattu clairement. je précise que je ne vous accuse pas d’avoir voulu nous induire en erreur, mais j’ai eu l’impression que vous aviez remplacer des mots par d’autres (peut-être pour éviter une levée de bouclier d’anti-américains primaires ?)

        amicalement aussi,

        Jay


      • Gael Gael 16 octobre 2007 15:41

        Le parallèle avec le « modèle » anglo-saxon m’échappe ! N’y a-t-il pas d’autres modèles à construire ? Le dogmatisme républicain m’ennuie même si je suis moi-même républicain attaché à la laïcité (contrairement à ce que certains semblent penser ici !). J’essaye simplement de démontrer que notre beau système théorique n’est en vérité qu’une farce pour écraser ce qui contredit le discours officiel !

        Ok, la France est une démocratie, je ne le nie pas, mais il y a des nuances et je crois bien que le curseur s’enfuit vers le rouge !

        That’s all guys !

        Gaelito.


      • Zalka Zalka 16 octobre 2007 13:15

        La véritable acceptation des différences, c’est passer outre ces différences. Le communautarisme exacerbe les différences et donc ne permettra jamais de passer outre celles-ci.

        C’est pour cela que la proposition de « l’indépendante » Mme Mac Dougall me parait douteuse.


        • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 16 octobre 2007 13:51

          « Mme McDougall, demandait à l’Etat français un engagement ferme pour promouvoir la non-discrimination et la diversité »

          Le problème c’est que la France n’a pas la même vision que le monde anglo-saxon de son peuple.

          En France tout le monde est pareil (égalité, vous connaissez), pas de couleur de peau, pas de religion qui doivent prévaloir.

          Le système anglo-saxon, c’est chacun dans son coin, qui fait ce qu’il veut tant qu’il ne fait pas chier les autres.

          Avant de venir la ramenée et de vouloir donner des leçons, elle ferait mieux de faire le ménage chez elle.


          • Hakim I. 16 octobre 2007 14:02

            Si la théorie était identique à la pratique, la France serait un paradis.


          • Gael Gael 16 octobre 2007 15:43

            Elle est envoyée par l’ONU, pas par les Etats-Unis ! Et même si je conçois que pour vous l’ONU soit un vassal américain (étant donné le faible poids dont dispose cette organisation), il n’en reste pas moins que l’ONU possède la légitimité que les USA n’ont pas pour agir et conseiller !

            GAel.


          • faxtronic faxtronic 16 octobre 2007 13:59

            Tu es un nationaliste breton.

            Putain, moi, j’ai pas la chance d’avoir des racines profondes en France, donc je ne suis ni un pur Breton ni Alsacien ni Catalan, ni corse, ni quoi que se soit. Je ne suis qu’un pauvre Francais.

            Vive l’assimilation. Le reste est foutaises commutauristes.


            • Gael Gael 16 octobre 2007 15:48

              Nationaliste ne veut pas dire intégriste premièrement et votre argumentation est plus que douteuse ! D’ailleurs, qu’est-ce qu’un pur breton, un pur basque ou même un pur français ! Ai-je eu à un moment un discours eugéniste ? Les mélanges sont sains, raison de plus pour promouvoir la diversité !

              Et puisque vous ne vous revendiquez de « rien », qu’êtes-vous ? Et ne me sortez pas le couplet du « citoyen du monde » car je le suis aussi. Mais je peux être plusieurs choses à la fois ! Une frontière n’est pas forcément une ligne barbelée et dire qu’il existe des territoires ne mène pas forcément à l’affrontement...

              GAel.


            • faxtronic faxtronic 16 octobre 2007 15:57

              Mais si, tu fais partie d’une pauvre minorité autoproclamée, qui n’a que son discours nationaliste pour se sentir vivant. Tu es un breton, tu veux ton drapeau breton, un code de nationalité breton, et rejeter tous tes problemes sur les autres francais, comme tous les autres imbeciles alsaciens, catalans, corses, flammands et j’en passe. Et puis tu veux parler bretons, entre bretons. Apres tout, la bretagne est pour les bretons, dehors les autres qui ne font que polluer et emmerder les bretons. Je connais les gars dans ton genres, il y en des tonnes, qui trouvent que son petit groupe est surement le meilleur pour soi, et en plus persecuté par les autres.


            • faxtronic faxtronic 16 octobre 2007 16:01

              et toi tu es d’abord un cotyen du monde, puis un europeen, puis un breton. Et avec un ordre de priorité.

              Moi, j’ai au regard des autres que ma nationalité francaise, et pas des racines de bretons. Dans une France composée de regions bien distinctes, je ne serais rien, car dans vos tetes de bouseux les deux pieds dans son fumier familiale, je serais partout un etranger.


            • Gael Gael 16 octobre 2007 16:35

              Ce genre d’attaques montrent au contraire que vous ne comprenez pas grand chose et que vous ne connaissez pas « les gars dans mon genre » ! Déjà, je ne suis pas séparatiste et au contraire, je ne mets pas de hiérarchie dans mes appartenances : je suis à la fois breton, français, européen... pas besoin d’être plus ou moins !


            • faxtronic faxtronic 16 octobre 2007 18:23

              Heureusement que tu n’est pas separatiste. Autonomiste deja me donne envie de gerber.


            • 5A3N5D 16 octobre 2007 14:26

              Combien de « réserves indiennes » aux States ? Ah, suis bête ! Il ne s’agit que d’un simple repli communautariste !


              • Zalka Zalka 16 octobre 2007 17:22

                Qu’attend tu donc pour partir en Chine ou au USA ?


              • Sz 16 octobre 2007 17:32

                J’encourage Mme Gay McDougall a aller vivre au fin fond d’un ghetto américain (latino, noir, etc..), afin de vivre pleinement les bienfaits de l’affirmative action.


                • Gael Gael 16 octobre 2007 17:51

                  Cet argumentaire selon lequel on trouve toujours pire ailleurs ne tire-t-il pas vers le bas ? Evidemment, la France est moins à plaindre que les USA, mais doit-on considérer que la situation est merveilleuse et ne rien faire ?

                  Gael.


                • faxtronic faxtronic 16 octobre 2007 18:21

                  oui, car la globalisation appelle le nivellement des conditions, et la norme en matiere de liberté sont les US, et demain sera la Chine. Donc ceux qui crachent dans la soupe francaise maintenant la regretterons dans 20 ans.

                  Quand aux nationalistes bretons ou berrichons, je les meprisent


                • el bourrico 16 octobre 2007 18:12

                  Je comprends pas du tout ou tu veux en venir avec ce texte. C’est quoi ce terme « autonomiste », ça rime à quoi, une Bretagne autonome ? Dans quel sens ? Economiquement ? Politiquement ? Juridiquement ? Moi je propose l’indépendance aux autonomistes, histoire de les confronter aux réalités.

                  J’ai 14 ans de Polynésie derrière moi, alors les autonomistes, les indépendantistes, je connais. Ils ont une certaine autonomie la bas, mais le Fric viens de Paris et pas d’ailleurs. L’autonomiste G. Flosse, alias Mr 10%, a mis en place une républque bananière, un système de copinage, pour ne pas parler de corruption. Quand l’indépendantiste Temaru à accédé au pouvoir, il a remis l’indépendance à plus tard. Il y a des états insulaires qui ont accédé à l’indépendance, le Vanuatu à fini en faillite. Tu crois que des entités de la taille d’une région sont viables ?

                  Tu auras compris que je n’ai rien compris à ce genre de replis identitaire, ça comporte un coté « nationaliste », et ce genre de chose me dérange.

                  Demain la Bretagne du nord et celle du Sud, puis après demain les villages de ploumazout et pregazoil...


                  • Gael Gael 17 octobre 2007 09:30

                    ça rime à quoi un Etat centralisé ? Paris qui décide pour tout le monde, est-ce cela votre conception de la démocratie et l’égalité pour tous les citoyens !

                    Ne pas confondre autonomie et indépendance et ne pas mélanger la polynésie qui mériterait sans doute de se détacher complètement de la tutelle française (mettant fin ainsi à des années de colonisation) et la Bretagne où les autonomistes demandent simplement plus de « démocratie de proximité » car au final c’est uniquement de cela dont il s’agit : rapprocher le pouvoir du citoyen !

                    Autonomie dans ma tête, c’est un parlement pour les régions qui le désire (avec des compétences définies par négociation avec l’Etat et l’Assemblée Nationale). Bref, c’est surtout un pouvoir législatif qui nous fait défaut.

                    Ce Gaston Flosse dont vous parlez est membre de l’UMP et ses pratiques n’ont rien à voir avec le fait qu’il serait autonomiste ! A ce moment là, je pourrais dire que tous les adeptes de la francophonie sont des voleurs également puisque Chirac l’était !

                    Le nationalisme peut effectivement être un repli sur soi... ou pas ! Et aux vues des nombreux commentaires que mon article suscite, ne vous est-il pas venu à l’esprit que le nationalisme français existe aussi (et est plus fort que jamais) ?

                    Gael.


                  • kerzu 8 novembre 2007 12:27

                    Oui,je pense que tu ne comprends pas ce qu’est l’autonomie parce que tu n’as pas travaillé ce sujet. Lis ce que BLAIR a fait avec la DEVOLUTION . Regarde ce que ZAPATERO fait en ESPAGNE. Informe-toi sur la constitution suisse.

                    LE SEUL PAYS QUI NE VEUT PAS EN ENTENDRE PARLER :LA FRANCE

                    Ecoute...je vais te faire une confidence.Si la FRANCE veut réussir à se redresser, c’est seulement si cette condition préalable est réglée. Sinon le gouvernement passy-auteuil-neuilly n’a AUCUNE chance de faire quoique ce soit d’intéressant.

                    Rappelles-toi cette maxime:la roche tarpeienne est toujours située près du capitole. Allez,bon travail !!


                  • Adama Adama 16 octobre 2007 18:28

                    Demat deoc’h ;

                    Gael votre deuxième article fait plus polémique que le premier, c’est bien smiley

                    Vous remarquerez de quels niveaux sont vos contradicteurs ! smiley moitié jacobin et moitié enragé !!!!

                    PS : merci pour votre mail, par faute de temps, je n’ai pas pris le temps de vous répondre,ça ne saurait tarder.

                    Breizh va c’havel


                    • daniel 16 octobre 2007 19:43

                      Il me semble que le principe fondateur de la République a toujours été de reconnaitre les individus, pas les groupes ou les communautés (religieuses ou raciales ou sexuelles). Le 2éme principe, corollaire du 1er étant que notre liberté s’arr^te où commence celle des autres.

                      Je dis la République, mais la Royauté en France reposait sur la même idée....


                      • herope kayen 17 octobre 2007 01:04

                        Au départ, il y avait l’Ile de France puis par assimilations diverses, guerres, mariages, le territoire s’est agrandi.Les langues, les coutumes sont devenues peu à peu communes et ont crée une entité : la France. Respectons cette entité qui forme une puissance, en faisant en sorte que chacun puisse retrouver ses racines (intellectuellement, culturellement). La morceler en infimes enclaves ne serait qu’un retour en arrière de plusieurs siècles à une époque où l’union fait la force.


                        • Vingt-Huit 17 octobre 2007 16:42

                          Point GODWIN atteint remarquablement rapidement vous ne pensez pas ?


                          • Arturo Bandini 18 octobre 2007 19:29

                            En France, nous avons beaucoup d’admiration pour les Québécois qui résistent au rouleau compresseur anglo-saxon sur leur propre territoire.

                            Les Bretons, Basques ou Corses qui agissent de la même manière ne bénéficient pas de cette admiration. Au contraire, ils font l’objet de moquerie ou bien sont accusés d’extrémisme.

                            C’est remarquablement injuste.


                            • judel.66 22 octobre 2007 13:13

                              je n’ai pas lu tous les commentaires je n’ai pas le temps et il y en a trop !!! ...

                              il fait bon vivre en France ! ! ..allez donc vivre aux USA et vous verrez que le mot liberté n’a pas le meme sens qu’en France.....

                              il y a maintenant enFrance des«  »minorités«  » qui veulent vivre autrement que«  » nous«  »......

                              désolé mais ces gens qui viennent chez moi pour m’imposer leur«  » s«  » modes de vie qui ne sont ni ceux de mes ancètres ni les miens me dérangent et je préfére qu’ils aillent vivre ailleurs... en plus ils me coutent cher et saignent mon pays.. alors , dehors !!!....


                              • Gael Gael 22 octobre 2007 15:07

                                Si vous aviez lu les commentaires, peut-être n’auriez vous pas ajouté cette magnifique preuve d’humanisme ? Je constate que les arguments sont toujours les mêmes... bien creux.

                                Dehors ? Mais je suis chez moi autant que vous mon cher ! S’il fait bon vivre en France, ce n’est pas une raison pour ne plus rien améliorer !

                                Je vois que le sarkozysme a grignoté votre cerveau, mais on peut remédier à cela. Il suffit d’aller se frotter aux gens !

                                Gael.


                              • judel.66 24 octobre 2007 16:11

                                Gael—les bretons sont chez eux «  »chez moi «  »..ils vivent «  »comme moi«  ».pensent en Français «  »comme moi«  » et ne cherchent pas a modifier«  » mon «  »mode de vie...

                                ne travestissez pas ma pensée pour exiter des sots...


                                • judel.66 24 octobre 2007 16:12

                                  Gael—les bretons sont chez eux «  »chez moi «  »..ils vivent «  »comme moi«  ».pensent en Français «  »comme moi«  » et ne cherchent pas a modifier«  » mon «  »mode de vie...

                                  ne travestissez pas ma pensée pour exiter des sots...


                                  • Matthieu 23 mars 2008 00:25

                                    Ya un truc qu’il faudrait que certains m’expliquent :

                                    En quoi reconnaitre une minorité locale ou religieuse est "anglo-saxon"

                                    Les Espagnols et les Italiens (qui reconnaissent leurs minorités locales) sont bien des latins. La Russie (qui est slave si je ne m’abuse) autorise les gens à parler leurs propres langue (même s’ils ne peuvent pas dire ce qu’ils pensent), les Polonais (autres slaves) reconnaissent les Cachoubes (qui sont.... des slaves). Il y a plein de pays dans le monde qui reconnaissent leurs minorités sans avoir été influencés ou colonisés par les Etats Unis ou l’Angleterre. En fait il y en a peu qui ne reconnaissent pas les minorités, généralement ce sont des dictatures... et un pays membre fondateur de l’Union Européenne ne le fait pas alors qu’il a le plus grand nombre de groupes linguistiques (75 langues et dialectes selon le rapport Poignant de 1999) de l’Union. La France.

                                     

                                    En fait le modèle Anglo-saxon me semble être tout ce qui ne correspond pas aux concepts franchouillardement franco-français de l’Etat, de la Nation, de la religion, des droits humains (pardon en France on dit droit de l’Homme), de la diversité qu’ont certains.... dites moi que je me trompe (malheureusement je ne le pense pas)

                                     

                                    En espérant que la devise de l’Union Européenne "Unis dans la diversité" signifie un jour quelque chose, un Breton vous salut


                                    • Aturnel 26 juin 2008 22:25

                                      Cher Gaël,

                                       Il existe une bonne raison pour laquelle la France n’a pas signé et ne signera pas la Charte des langues régionales, l’amendement même ayant été refusé par le Sénat ! Cette raison c’est l’unité de la France autour de sa langue, le français. La langue française a été le prisme unificateur de l’Etat-nation français, par sa domination et son apprentissage par les gens de toutes les régions de France. Si nous reconnaissons les langiues régionales, rien n’empêchera plus les Bretons de parler la langue régionale qu’il souhaitent tout le temps et partout, et les autres citoyens français ne comprendront rien et verrons la Bretagne comme une "Région-Etat", un espace non français, en dehors de la communauté nationale française.

                                       Vous pourriez penser que j’affabule, que cela n’aura pas cours... J’ai un souvenir à partager avec vous : en Espagne, en Catalogne même quand vous parlez espagnol, les gens ne font aucun effort et parlent catalan en permanance ou presque, l’espagnol (le castillan passe à la trappe.) A quoi cela sert-il alors d’apprendre l’espagnol, je me le demande bien ! Si je grossis un peu le trait c’est pour mieux pointer les dérives communautaristes, itinérantes au modèle multiculturel, qui n’est qu’une expression très politiquement correct dire "un modèle multicommunautariste".

                                       La France s’est faite à coups d’épée, par l’agrandissement de son territoire national contigu, en intégrant et en assimilant les peuples conquis, pour qu’ils deviennent Français. Le modèle français est celui de l’assimilation, qui vaut mieux que tous les antiracismes et les diversirés culturelles sur une Nation.

                                       Le modèle multiculturel a échoué car ses bases étaient mauvaises dès le départ : il prétendait par une arrogance moderne et dans un but électorialiste et politicien au Canada et aux Etats-Unis de faire exister et cohabiter plusieurs cultures sur un même sol. On voit le résultat aujourd’hui, avec une incompabilité des cultures. Au Canada, les villes sont communautarisées, avec des Chinatown par ci, des Little Italy par là et des Muslim city ici. Ensuite, on a des revendications toujours plus fortes de la part des divers groupes car ces deux Etats reconnaissent les communautés, alors que la France ne reconnait que les individus. Ces communautés se jouent une sorte de bataille pour obtenir toujours plus de droits, toujous plus de possibilités pour s’écarter du reste des gens n’en faisant pas parti. C’est ainsi qu’il y a des menus Kasher dans les hopitaux, puis ensuite les musulmans ont voulus des repas Hallal dans les écoles, puis le port de la burka (habit complet islamique) dans les écoles et universités, puis les chinois et les amérindiens ont voulus l’institution de programme pour leur langue maternelle... De même, des islamistes voulaient la création de tribunaux charia au Canada et inscrire des principes de la loi de la charia dans la constitution canadienne ; chose tellement hallucinante que même le journal algérien Le Quotidien d’Oran a dénoncé une telle folie (24 décembre 2003.)

                                      Voilà les implacable dérives qui arriveront si nous laissons faire le multiculturalisme bien pensant, cet attrape-nigaud politicard et cette déchirure du tissu social.


                                      • Gael Gael 27 juin 2008 10:34

                                        Si au moins vous utilisiez des arguments nouveaux ! Mais non, toujours les mêmes poncifs : l’unité de la Nation et blablabla. Désolé d’être un peu vif, mais franchement, j’en ai assez de me justifier.

                                        Certaines de vos phrases sont tout de même assez savoureuses, mais je ne retiendrais que celle-ci : si nous reconnaissions les langues régionales, "rien n’empêcherait plus les bretons de parler leur langue" (je n’ai pas la phrase exacte sous les yeux). Bref, vous admettez donc que l’on empêche indirectement les locuteurs de langue régionale de parler leur langue ce qui contredit parfaitement le discours et les textes signés par la France.

                                        Concernant votre idée du multi-culturalisme, que vous le vouliez ou non, il existe. Vous comparez les Etats-Unis qui additionne les identités sans les intégrer (hispaniques, chinois... ne vivant pas ensemble) avec la Bretagne ou la Catalogne qui, de par leurs histoires respectives, parlent deux langues, vivent dans leur quotidien deux cultures. Je parle français, dois-je vous le rappeler ? Et j’attire votre attention sur le fait que les bretonnants ne sont pas tous nationalistes ! Nombre d’entre eux sont jacobins !

                                        Bref, votre commentaire sert mon propos : les arguments qui sont développés ici sont dogmatiques. Et jusqu’à preuve du contraire, ce sont ces arguments qui ont servi les politiques pour se faire élire au niveau national. Dans votre monde, l’Union Européenne n’est pas possible. Ce n’est pas le mien, mais nous devons bien vivre ensemble sur cette planète !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès