Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’Ukraine a mal à la tête

L’Ukraine a mal à la tête

La désintégration du gouvernement a commencé dimanche en Ukraine quand le Premier ministre, M. Arseni Iatseniouk, aux prises avec de graves difficultés, a annoncé qu'il le quittait.

Dans son allocution télévisée hebdomadaire, M. Iatseniouk a déclaré que sa démission serait officiellement soumise au Parlement le mardi 12 avril.

Il a appelé à la formation immédiate d'un nouveau gouvernement pour empêcher "la déstabilisation de l’exécutif alors que le pays est en guerre."

Le Premier ministre sortant a allégué que la crise politique en Ukraine avait été délibérément provoquée par ses adversaires : "L’envie de remplacer un homme a été dictée par la jalousie aux politiciens," a-t-il dit, "le processus de remaniement du gouvernement s’est transformé en mécanique idiote."

Son cabinet avait survécu à un vote de censure de la Verkhovna Rada (Parlement) le 16 Février, grâce à des interventions du président Petro Porochenko en sa faveur.

Mais deux des quatre partis de sa coalition gouvernementale se sont retirés depuis, y compris le parti « Patrie » de Ioulia Timochenko.

M. Iatseniouk a tweeté : "A partir d'aujourd'hui, mes objectifs sont plus larges et concernent la nouvelle loi électorale, la réforme constitutionnelle, la réforme judiciaire, l'adhésion de l'Ukraine de l'UE et à l'OTAN."

Les modifications e la loi électorale (dont un projet d’amnistie judiciaire pour les candidats), sont prévues par les termes de l'accord de paix Minsk II avec les forces anti-fascistes de la région du Donbass.

L’adhésion à l'UE a été l'une des exigences des violentes manifestations de 2014 à Maidan, qui ont conduit à un coup d'Etat contre le président d'alors Viktor Ianoukovitch.

Un coup potentiellement mortel a été asséné la semaine dernière à ce projet par les résultats du référendum néerlandais sur l'opportunité d'approuver un accord d'association de l’UE avec l'Ukraine.

L’adhésion à l'OTAN, qui est sans doute l’élément clé du soutien occidental dans l’histoire du coup d’état, reste un enjeu majeur pour les relations avec la Russie voisine.

La nomination de M. Iatseniouk comme premier ministre après le coup d’état avait été suggérée (pour ne pas dire dictée) par le secrétaire d'Etat adjoint américain Victoria Nuland, comme l'a révélé l’enregistrement sa conversation téléphonique avec l'ambassadeur américain Geoffrey Pyatt.

M. Porochenko a récemment évoqué la « candidature du président du Parlement M.Volodymir Groisma, membre de son « bloc de solidarité », au poste de Premier ministre.

Mais le président milliardaire sembla avoir lui-même quelques problèmes, comme le font penser des révélations la semaine dernière sur le transfert de son empire économique vers le paradis fiscal des îles Vierges britanniques.


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 12 avril 08:58

    comme les travailleurs Français .....


    • Pierre Pierre 12 avril 10:10

      L’Ukraine file un mauvais coton et les prédiction les plus pessimistes se révèlent exactes.

      - L’Ukraine ne peut pas économiquement survivre sans la Russie dans l’état actuel des choses.
      - Elle pourrait survivre si les entreprises occidentales y investissaient massivement.
      - L’instabilité politique et la guerre que le pouvoir s’obstine à livrer contre sa population russophone font que les entreprises occidentales renoncent à investir en Ukraine.
      - L’Ukraine a impérativement besoin de fonds du FMI pour survivre.
      - Le FMI refuse pour le moment de prêter de l’argent à l’Ukraine à cause de l’instabilité du pays.
      - Sans argent, l’Ukraine va encore s’enfoncer davantage dans le marasme économique et dans l’instabilité.
      C’est la quadrature du cercle, il n’y a pas de solution à court terme.
      De nouvelles élections seraient aussi catastrophiques. Le pays se diviserait en quatre ou cinq régions et s’en serait fini de l’unité du pays si chère au gouvernement actuel.
      Je note aussi que Iatseniouk avait pour mission de faire adhérer l’Ukraine à l’OTAN. C’est une chose tout-à-fait inacceptable pour la Russie et un casus belli assuré.


      • wesson wesson 12 avril 13:59

        L’ukraine a mal à la tête et ce n’est pas peu dire.


        Je dirai même que c’est Maidan qui a la gueule de bois, et une sacrément belle.

        Car l’impression au bout de 2 ans, c’est « tout ça pour ça ». On pourrait se croire à l’orée d’une nouvelle alternance, un peu comme cela s’était produit 2 ans après la 1ère « révolution » orange.

        Sauf que la situation a énormément changé, et comme le note Pierre, tout porte au pessimisme. 

        En effet, tout ce qui était pro-Russe ou tout simplement neutre a été purement et simplement interdit en Ukraine, faisant de la russophobie le seul véritable ciment d’une « nation Ukrainienne » largement fantasmée. Nous ne sommes donc pas dans la configuration post-orange ou une alternance modérée était possible.

        Si de nouvelles élections venaient à se tenir, elle verrait très certainement l’effondrement total de la coalition pro-européenne (ou les 2 parti confondus du président et de l’ex premier ministre ne totalisent même plus 10% d’opinions favorables), au profit de parti réellement radicaux, pas plus pro-européens qu’ils ne sont pro-russes.

        Bref, la coalition au pouvoir lutte pour éviter des élections qui pourraient mener à un éclatement effectif du pays en 3 ou 4 entités, avec peut-être même une extension de la guerre civile sur l’ensemble de son territoire.

        Quand à l’Europe, toujours fidèle à elle même, elle s’apprête à donner à l’Ukraine son régime sans visas d’ici 2 ou 3 mois. Nous aurons donc le bonheur de voir arriver des Ukrainiens payés 35€ par mois venir concurrencer nos travailleurs d’Afrique du Nord pour aller ramasser les melons dans les champs pour moins cher qu’eux.

        • wesson wesson 12 avril 14:17

          @wesson
          D’ailleurs aux dernières nouvelles et malgré la pression tout à fait nette des Américains pour former un nouveau gouvernement, c’est pas encore du tout fait. Groismann n’accepterait que si il peut placer des hommes à lui dans des postes clé, ce à quoi le parti de Iatseniouk se refuse.

          Jaresko (economie) serait sur le départ dans tous les cas (alors qu’elle avait été imposée par les Américains), tandis que Avakov resterait en place. 

          Autant dire que rien ne vas changer en Ukraine avec la « nouvelle » équipe.

        • Pierre Pierre 12 avril 16:52

          @wesson
          Bien d’accord. Et Iatseniouk a accepté de quitter son poste à condition que ses hommes à lui restent dans le gouvernement aux postes clés. 

          Leurs magouilles vont finir par lasser tout le monde et les Ukrainiens en premiers.
          Pour les travailleurs ukrainiens en Europe, je crois qu’il y en a déjà 500000 en Pologne. Il doit y en avoir des millions qui n’attendent que la suppression des visas pour émigrer... et rejoindre les autres laissés pour compte de nos pays « prospères ».

        • wesson wesson 12 avril 22:05

          @Pierre
          Je ne suiis pas certain que les Ukrainiens se lassent. Je crois que j’ai sous estimé leur apathie. Pourtant un ami Russe m’avait prévenu « tu sais, les Ukrainiens ce sont des Russes. On ne s’est pas révoltés en 1991 lors de la chute de l’URSS, on ne s’est pas révoltés en 1996 lorsque Ieltsine a triché, ni en 1998 lorsque on a tout perdu, ni avant, ni après. Alors malgré tout ce que les dirigeants pourront leur faire aux Ukrainiens, ils ne se révolteront pas ».


          Quand à la Pologne, sa tolérance à l’immigration frôle le zéro. Je crois que en 10 ans elle n’as pas intégré un seul Ukrainien. Et ce n’est pas le gouvernement de zinzins qu’ils ont maintenant qui vont améliorer les choses. 

          Il faudrait peut-être d’ailleurs évoquer un peu plus sérieusement la question Polonaise, qui est avant tout une question sociale. Le gouvernement actuel s’y est fait élire surtout sur la promesse de fournir un revenu minimal à tous les Polonais (de souche), et ce qui mets l’Europe littéralement en furie, c’est que ce gouvernement entends financer cette mesure en prélevant une taxe sur les transactions financières et les banques. Quelque chose qui ne se traite hélas pas dans le cadre contraint d’un court commentaire.



        • Pere Plexe Pere Plexe 12 avril 18:02

          Et l’UE fidèle à elle même qui s’apprête à récupérer le malade et son ardoise...

          Dire que se sont les mêmes qui ont sacrifié les Grecques au nom de leur morale économique ! 

          La solidarité européenne c’est uniquement pour ceux qui favorise l’hégémonie menaçante de l’OTAN.

          • leypanou 12 avril 18:31

            C’est bizarre : toutes les révolutions soutenues par les États-Unis finissent par mal tourner !

            En tout cas, avec ce qu’elle a montré jusqu’à maintenant, l’Ukraine est prête à rejoindre l’Union Européenne : échange de coup de poings au Parlement, un ministre qui jette un verre d’eau au visage d’un gouverneur récemment naturalisé, un premier ministre soulevé comme un bébé dans l’enceinte du Parlement, démission de ministres !

            Comme en plus, l’Union Européenne est décidée à accélérer le processus d’adhésion de la Turquie, donc tout va bien. Ce n’est pas un non hollandais qui va changer le cours des choses.


            • Martha 12 avril 20:45


               @leypanou,

               Et pour finir, ce sont plusieurs pays de l’union européenne qui vont demander à sortir de la monstruosité que les européistes sont en train de fabriquer contre la volonté des peuples.

               On comprend que les Hollandais ne supportent plus leur manières de faire : ce sont eux qui ont été les plus touchés par l’attentat contre le vol MH17 et la responsabilité de Kiev est manifeste. Se rapprocher de ces néo-nazis qui ont mis leur pays à feu et à sang, c’est inacceptable.
               Merci aux hollandais de l’avoir fait savoir à la commissions européenne qui perd la tête et fait la démonstration de sa vrai nature.

               Se rapprocher de la Turquie d’Erdogan, c’est une honte.


            • eric 12 avril 22:25

              Les forces anti fascistes du Donbass... ? Il serait peut être temps de sortir de la pauvreté du vocabulaire bolchevico stalinien...

              Les gauches et notamment en France, on pris l’habitude sur conseil de Staline, de nommer fasciste (dénomination d’un parti italien fondé par un des grands ponte du socialisme anticlérical de ce pays) toutes les formes de socialisme nationaliste.

              Cela a un côté particulièrement curieux concernant les allemands auxquels ils appliquent un mot italien !!! Le but est de faire oublier que le parti socialiste nationaliste allemand est un frère ennemi du bolchevisme. Dans son programme, l’essentiel est repris texto des propositions de Marx.
              Vous me direz, à force de répéter leurs aberration, ces post néo stalinien ont finit par changer le sens du mot et l’approximation utilisée par l’auteur n’est pas bien grave.

              Mais en fait si ; C’est grave. ; A l’époque ou les deux socialismes terminent leur alliance active contre les démocraties, beaucoup de gens peu au courant ont pu se tromper sur la nature de l’un et l’autre de ces totalitarismes. Ainsi, en France, pas mal de paumés approuvaient bruyamment un régime qui génocidait à tous va ses paysans, mais aussi ses ouvriers en Russie et colonies russes. Il s’en trouvait même pour aller se battre pour lui, un peu comme les jeunes jihadistes aujourd’hui.

              Face aux horreurs du socialisme internationaliste léninien, des millions de russes, et pas seulement d’Ukrainien, se rallièrent aux allemands. A Stalingrad, alors que tout était perdu pour les allemand, il y avaient encore de très nombreux soldats qui préféraient mourir avec les Nazis que vivre avec les socialistes rouges.

              Mais comme les sympathisant français du communisme, ils ne savaient pas !

              Les allemands n’affichaient pas que l’élimination des slaves à l’exception d’une petite quantité d’esclaves était central dans leur programme.

              Aujourd’hui, quant un abrutis parle d’anti fascisme au Donbass, il reprend la propagande poutinienne qui est le décalque de celle de Staline. Comme le grand père du premier fut dit on, le cuisinier du second, on se dit que rien ne se crée rien ne se perd

              Le problème c’est que les gens du Donbass pourraient à la rigueur être anti nazis, mais qu’il n’y a pas plus de nazis que de fascistes disponibles dans cette région du monde.

              Bien sur, on peut prendre les peuples collectivement pour des imbéciles, mais il faut bien voir que même au plus à l’ouest de l’Ukraine, il n’y a pas grand monde qui adhère à la grande idée national socialiste d’élimination des peuplade slaves...

              De tous les peuples de l’ex URSS, ukrainiens et russe sont ceux qui se sont le plus mélangés ; Le héro des russophone, Ianukovitch, est plus « ukrainien » que Timoshenko qui du reste de mémoire, ne l’est pas du tout...

              Il me semble que l’on peut aisément passer par pertes et profit, tout article qui parle de la tragédie de ce pays en terme de lutte entre « fascistes » et « antifasciste ».


              • wesson wesson 12 avril 23:56

                @eric
                Te fatigues pas à pisser ton anticommunisme de primate ici. T’as vu l’Ukraine tout le monde s’en fiche maintenant. Mieux, tout le monde veut oublier que ça existe. 


                C’est pas ici que tu vas rameuter la galerie, à moins que ça égaye tes soirées à l’hospice.

              • Doume65 13 avril 00:10

                @eric
                « nommer fasciste (dénomination d’un parti italien fondé par un des grands ponte du socialisme anticlérical de ce pays) toutes les formes de socialisme nationaliste. »

                C’est vrai, les Nationaux Socialistes, plus communément appelés nazis n’étaient pas fascistes.

                (Devant la difficulté de choisir une émoticône, j’ai décidé de m’abstenir. Ajoutez celle que vous voulez)


              • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 13 avril 08:00

                @eric

                Ne reculant devant aucun sacrifice pour satisfaire l’aimable lecteur, nous retirons volontiers le terme « anti-fasciste ».
                Et alors ?
                Le reste de l’article s’en trouve-t-il bouleversé ?

                Comme l’a suggéré en pointillé un commentaire, « anti-nazi » aurait sans doute été plus appropriés, mais pour nous, dans ce contexte, les deux termes signifient la même chose.

                Si vous n’étiez pas au courant de l’idéologie adoptée par les forces qui ont pris le pouvoir en Ukraine pour mettre ce gouvenement en place , voici quelques liens :






              • Pierre Pierre 13 avril 09:52

                @eric
                Vous voulez faire le malin en jouant sur les mots. Vous savez très bien que ce qui se passe en Ukraine serait inacceptable en Europe de l’Ouest. 

                Il y a un problème nationaliste inquiétant en Ukraine et il n’y a pas d’excuse à trouver pour défendre le gouvernement ukrainien qui n’est peut-être pas nazi mais qui tolère les nazis qui leur servent d’ailleurs de nervis. 
                Un ministre ukrainien n’a-t-il pas déclaré que le bataillon néo-nazi Azov, qui se réclament héritier de la Légion ukrainienne responsable de centaines de pogroms et de l’exécution de centaines de milliers de juifs au point que les Allemands en étaient eux-même écœuré, fait un travail remarquable dans le Donbass. Un peu comme Fabius qui a dit que le Front al-Nosra (al-Qaïda) fait du bon boulot en Syrie.
                Comment réagiriez-vous si les anciens de la Division Charlemagne commémoraient tous les ans leurs héros et qu’ils se mettaient à défiler dans les villes de France avec leurs sympathisants et leurs symboles ? C’est ce qui se passe en Ukraine et vous semblez l’ignorer ou vous ne voulez pas le voir.
                Votre allusion à l’alliance des deux socialismes est soit de l’ignorance, soit du foutage de gueule. 
                Les démocraties et les Etats-Unis en particulier ont tout fait pour réarmer l’Allemagne dans les années 30 pour qu’elle se lance dans une guerre contre l’Union soviétique. Les deux socialismes étaient incompatibles et tout ce que les Soviétiques pouvaient faire, c’est de trouver des accords avec les nazis pour reculer autant que possible l’échéance.
                Pour les horreurs, les démocraties n’étaient pas en reste. J’ai un article en préparation sur le sujet et j’espère qu’il sera publié et qu’il vous intéressera.
                Des millions d’Ukrainiens de l’Ouest ont accueilli les Allemands en libérateurs, c’est exact mais ils ne se sont pas battus par millions contre les Soviétiques (quelques dizaines de milliers). En revanche, plusieurs millions d’Ukrainiens se sont battus contre les nazis. 
                Vous semblez ignorer que l’Union soviétique était en pleine croissance juste avant l’invasion allemande et que la population soutenait massivement le socialisme à cette époque.
                Pour revenir au gouvernement ukrainien actuel, il est à la botte des oligarques cleptomanes. 
                Imaginez la France gouvernée par tous les fraudeurs, voleurs, patrons de milices nationalistes, députés qui changent de parti pour du fric et autres spécialistes en détournement de fonds. C’est cela l’Ukraine aujourd’hui.

              • diogène diogène 13 avril 10:51

                @Pierre


                Vous écrivez :

                Imaginez la France gouvernée par tous les fraudeurs, voleurs, patrons de milices nationalistes, députés qui changent de parti pour du fric et autres spécialistes en détournement de fonds. C’est cela l’Ukraine aujourd’hui.

                fraudeurs :: Cahuzac

                voleurs : Sarkozy

                patrons de milices nationalistes : Raymond Marcellin, Charles Pasqua, Michel Poniatowsky

                députés qui changent de parti pour du fric : Eric Besson, Jean-Pierre Jouyet, Hervé Morin

                et autres spécialistes en détournement de fonds : Balkani

                Ça n’est pas très difficile à imaginer, en fait.

              • Pierre Pierre 13 avril 11:18

                @diogène


                 smiley smiley smiley) Je ne sais que répondre. Vous auriez pu ajouter les antifas et la LDJ.
                Sérieusement, cela se passe à une autre échelle en Ukraine. Il s’agit de meurtres, d’enlèvements et de ratonnades quotidiennes en toute impunité. Les détournements d’argent à l’Etat se compte par milliards de dollars et les députés changent de parti au milieu de leur mandat par dizaines. Il n’y a pas de preuves que c’est pour du fric mais la rumeur est persistante en Ukraine.

              • nemo3637 nemo3637 15 avril 00:22

                @wesson
                Ah, cet Eric tente d« égayer ses soirées à l’hospice »...
                Je comprends mieux ses divagations.


              • wesson wesson 13 avril 00:20

                Allez, quelques nouvelles Ukrainiennes qui vont sûrement réchauffer le cœur de leurs soutiens Européens et Américains : 


                Les députés n’ont pas avalisé la démission de « Yats », et n’ont pas décidé d’un nouveau gouvernement. 

                En gros, ils se disputent 4 gros ministères : économie, énergie, santé et culture.

                Porochenko brandit la menace d’élections anticipée, mais il y a très peu de chance qu’il passe à l’acte, car elle balaieraient autant son parti que celui de Yats.

                Par contre, les députés ont réussi sans problème à se mettre d’accord sur un autre point : le moratoire sur le remboursement de leur dette extérieure (toute leur dette, pas seulement la Russe) qui devait expirer au 1er Juillet 2016, a été repoussé sine die.

                Techniquement, cela signifie que le parlement Ukrainien vient de voter la reconnaissance officielle que le pays est en défaut de paiement, et n’entends pas dire si la dette sera honorée, ou pas.

                ça, c’est quelque chose sur laquelle les Anglo-saxons ont une tolérance à peu près nulle.



                • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 13 avril 07:48

                  @wesson

                  Merci pour ces infos.
                  D’un côté, on peut penser que cette fuite en avant finira par aboutir à une impasse en privant les actuels dirigeants d’alliés et de soutiens logistiques, ce qui semble réjouissant, mais d’un autre côté, on voit mal l’alternative ; qui ne s’est pas discrédité dans cette affaire ?

                • elpepe elpepe 13 avril 03:18

                  une federation des le depart aurait-elle solutionnait tout ce merdier, avant que la guerre civile ravage le pays et l economie. L entree ds l OTAN et UE etait une chimere depuis le debut, je ne pense pas que les Ukrainiens etaient assez fous pour se battre pour ca. In fine pourquoi se sont-ils battu, pour virer tous les corrompus au pouvoir ? on a les meme en France depuis longtemps, c est pas pour autant que l on va aneantir un pays ...


                  • MAIBORODA MAIBORODA 13 avril 13:23

                    La vérité sur le putsch « démocratique » de Maïdan commence à poindre malgré le voile épais dont l’événement fut recouvert par la presse mainstream, autant dire atlantiste.

                    Noter que le fait d’accoler les termes « putsch » et « démocratique » ne constitue plus un oxymore depuis que cela a été réalisé en Ukraine.
                    Aujourd’hui, l’Ukraine issue de Maïdan révèle sa vraie nature, et l’équipe de nervis et de valets choisis pour la gouverner échappe même à ses promoteurs.

                    • Habana Habana 13 avril 14:54

                      La France est profondément dans la merde à cause de l’Europe.

                      L’Europe est profondément dans la merde à cause de l’Europe.
                      Les Ukrainiens sont profondément dans la merde sans l’aide de l’Europe.
                      Les Ukrainiens seront encore plus profondément dans la merde à cause de l’Europe.
                      Les Américains manipulent correctement cette inaptocratie en place à la tête de l’Europe !
                      Les Russes se gaussent de cette Europe qui n’arrivent à rien et qui s’enfonce dans les abysses un peu plus de jour en jour.
                      Alors franchement, l’Ukraine n’a nullement besoin de l’Europe et l’Europe n’a nullement besoin de l’Ukraine. Sauf pour couler plus vite peut-être !

                      • alinea alinea 15 avril 00:29

                        C’est complétement hallucinant d’en arriver là ! Quoi ? la cupidité ?


                        • Laurent 47 19 avril 12:03

                          Ce qui est pathétique, c’est que les nazis ukrainiens qui sont au pouvoir à Kiev ne savent même pas qu’ils font la guerre à une région qui n’est plus ukrainienne, vu que les Etat-Unis ont reconnu son indépendance depuis belle lurette, à savoir la république du Dombass !
                          En effet, le 17 Juillet 1959, par la Loi Publique n° 86-90 dite de la semaine des Nations captives, le Congrès américain a reconnu à l’unanimité l’indépendance des Républiques de Donetsk et de Lougansk en les réunissant en une seule république, séparée de l’Ukraine, et appelée Cossackia.
                          Plus tard, elle a choisi le nom de République du Dombass.
                          Et depuis 1959, chaque année à la date anniversaire, cette indépendance a été confirmée par le Congrès, et le 17 Juillet 2015, Barack Obama l’a entérinée à nouveau !
                          Et cette indépendance a la même valeur que celle du Kosovo.
                          La différence entre la Russie et l’Ukraine, c’est qu’à Kiev on peut défiler en brandissant des drapeaux à croix gammée ( Fabius et B.H.L. ont même pu les voir ), mais à Moscou, le nazisme est plutôt mal vu ( ce qui peut se comprendre, vu que 27.000.000 de russes sont morts à cause de cette racaille ).
                          Alors, les fous furieux de Kiev ( qui sont très loin de représenter la majorité des ukrainiens ) n’ont pas intérêt à trop asticoter la Russie, car celle-ci se ferait un plaisir de les écraser comme de vulgaires punaises !


                          • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR 19 avril 12:21

                            L’Ukraine est dans la merde totale......

                            Porochenko est client du Panama papers....

                            http://quebec.huffingtonpost.ca/2016/04/06/panama-paper-porochenko-doit-se-defendre_n_9623678.html

                            Les médias franchouillards peuvent le nier mais les faits sont là ........

                            Pôrochen KO, n’est plus crédible..............

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès