Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’Union méditerranéenne de Sarkozy : un grand dessein, mais avec quel (...)

L’Union méditerranéenne de Sarkozy : un grand dessein, mais avec quel dessin ?

Derrière sa tournée « d’homme pressé » en Algérie et en Tunisie, se profile le grand projet d’une Communauté euro-méditerranéenne. Mais qui sera le Jean Monnet indispensable à une telle réalisation ? La question esentielle n’est pas dans la finalité, mais dans les modalités.

Une Union méditerranéenne ? Qui n’en rêve pas ? Qui n’en a pas rêvé ? Paul Valéry, avant-hier, dans son Regard sur le monde actuel, avait mis au point un beau projet. Albert Jacquart, dans plusieurs de ses ouvrages, en a démontré la nécessité. Et bien des initiatives ont été prises et ont plus ou moins abouti à des résultats concrets : dialogue Nord-Sud à partir du Conseil de l’Europe, Centre méditerranéen et, bien sûr, Euromed, MEDA, PEV... !

Las ! Le lac méditerranéen reste un fossé. Avec des inégalités qui s’accroissent entre les peuples riverains et des relations souvent conflictuelles, ne serait-ce qu’en raison de ce « passé qui ne passe pas » entre la France et le Maghreb, de l’ampleur des aspirations migratoires, du choc des cultures, des heurts d’intérêts. Et du manque d’audace et de volonté commune des Européens qui sont eux-mêmes écartelés entre les pôles (et les nostalgies) hanséatique et « romain ».

Un constat fait l’unanimité, ou presque. Le "processus de Barcelone", inauguré en 1995 par les quinze pays membres de l’Union européenne, qui devait rapprocher les deux rives de la Méditerranée, est un « échec », en dépit des améliorations apportées d’un bilan à l’autre, notamment en 2005. Je me souviens, en témoin direct, des espérances formulées à cette époque, des discours riches de promesses. Et j’ai eu plusieurs occasions de mesurer, sur le terrain, l’ampleur des... espoirs déçus, des promesses non tenues.

Pas de miracle sous le soleil. Sous la plage, des pavés de bonnes intentions, mais des moyens insuffisants. Sarkozy rêve, avec l’active complicité de son conseiller en beaux discours, Henri Guaino, de faire en sorte que la France, avec et par l’Union européenne, joue un peu le rôle qu’ont joué les Etats-Unis pour l’unification du continent européen. Elle devrait et elle pourrait le jouer, ce rôle. Elle aurait même dû le faire.

Historiquement une belle occasion a été manquée lors de l’effondrement du Mur de Berlin : on aurait pu « européaniser » la réunification allemande en échange d’un engagement ferme en faveur d’une européanisation des relations entre les rives de la Méditerranée. Est-ouest et Nord-Sud : des priorités à définir et des chantiers à mener de conserve, en parallèle. En y mettant les moyens qui s’imposaient.

Il est trop tard pour les regrets : à l’époque, Mme Thatcher qui ne pensait qu’à son « chèque » et était prise de panique devant la perspective d’une seule Allemagne, empêchait tout accord sérieux sur ce qui aurait pu être un projet Mitterrand-Kohl...

9eb9527310276d36878f0a8f76e0addc.gif

Mais il est encore temps de tenir compte d’une donnée fondamentale : les dirigeants européens qui parlent du « plan Marshall » à tout propos et à propos de tout, notamment des relations euro-méditerranéenne, oublient que ce plan a d’abord réussi en raison de quatre facteurs : une volonté réelle des Etats-Unis, l’effet de masse des crédits débloqués, une vision globale de l’aide plus structurelle que conjoncturelle et la volonté d’unité des pays qui l’ont accepté.

Or, que voit-on ?

>>> Pas de vraie volonté de l’Union... La Méditerranée pour certains des « 27 », ce n’est pas la Lune, mais c’est vraiment loin. Même le « bloc latin » que Sarkozy espère réunir reste mal défini. La France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, Chypre et Malte, mais les « autres » ? D’ailleurs ces pays sont-ils prêts (la question vaut aussi et peut-être d’abord pour... la France à faire passer leur amour des relations bi-latérales avant les intérêts d’un multilatéralisme bien compris et inteligemment coordonné ?

>>> Pas d’effet de masse dans les investissements européens sur la rive Sud : les Américains ont dépensé l’équivalent de 125 milliards d’euros entre 1947 et 1951, à comparer avec les 20 milliards que Bruxelles a consacrés au programme Euromed de 1995 à 2005. Le partenariat existe, y compris sur le plan stratégique, mais il reste très limité...

>>> Pas d’effets structurants d’accords plus fondés sur le développement du commerce par le libre échange que sur des stratégies globales de développement.

>>> Pas de vrai dessein d’unification des partenaires du Sud. L’unité du Maghreb reste un mirage : frontière fermée entre l’Algérie et le Maroc Celle du monde arabe aussi : le panarabisme est en berne. Et réalisme oblige : la question israélienne n’est pas au bout du chemin, mais au commencement de la route.

La réconciliation franco-allemande est bien sûr citée en exemple, en référence, en modèle (Sadate et tous les dirigeants israéliens n’ont jamais manqué d’y faire allusion), mais il faut plus que des « tours de magie » médiatiques pour l’exporter...

D’ailleurs, dans sa tournée d’ « homme pressé » qui vient « dire bonjour à des amis » plus pour prendre date que pour nouer vraiment langue dans le Maghreb, Sarkozy a pu prendre la mesure des susceptibilités à ménager : les sourires d’Alger ont provoqué des grimaces à Rabat. Logique...

Qui plus est, Sarkozy doit faire des efforts pour échapper à des procès d’arrières-pensées qu’il a lui-même favorisés par son langage parfois peu diplomatique :

* Ne cherche-t-il pas d’abord, cyniquement, à alléger la question des flux migratoires ? Ne voit-il pas surtout dans cette « Union méditerranéenne » un terrain de solution au « problème de la Turquie » ? Ne veut-il pas affaiblir l’Union en ne faisant pas de la coopération euro-méditerranéenne une affaire communautaire ?

* N’est-il pas surtout animé par des préoccupations d’ordre sinon affairistes du moins économiques ? Et ne cherche-t-il pas, dans ce qui est aussi une partie de billard, à creuser les différences entre l’Afrique du Nord et le continent sub-saharien ? La presse arabe et africaine explique tout cela avec clarté...

Les motivations essentielles de Sarkozy sont sans doute d’un autre ordre. Il a raison sur un point essentiel. La nature de cet « espace de solidarité et de coopération », tant politique qu’économique, dont il veut faire « l’un des grands chantiers internationaux de son mandat » doit inverser la logique du dialogue Nord-Sud qui place les pays du sud de la Méditerranée dans une position de dépendance vis-à-vis de leurs voisins plus prospères du Nord et accroît, en fait les inégalités.

bd6f04b779915a2d90537bf385489c21.jpgIl veut « traiter le mal à la racine », en mettant l’accent sur la base du développement économique et social, la santé, l’éducation,la culture, les transports, l’urbanisme, la politique industrielle. Les investissements étrangers dans les secteurs dits productifs ne seraient plus la priorité : Le codéveloppement doit se substituer au commerce, « afin que les pays du sud de la Méditerranée ne soient pas de simples sous-traitants de l’Europe ».

Cette finalité-là vaut que l’on lui trouve des modalités adaptées. En cela, le « grand projet » sarkozien ne doit pas être considéré avec une ironie de blasé, mais il mérite d’être soutenu politiquement et d’être « creusé » par de vrais débats, de bonnes études et de vraies discussions.

Ce n’est pas là une œuvre pour un « homme pressé » soucieux d’effets d’annonces, mais pour un chef de chantier discret, persévérant et intelligent. Qui sera le « Jean Monnet » qui transformera ce noble dessein en beau dessin ?


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 11 juillet 2007 10:10

    L’avenir de la France est en Europe qui va de Brest juqu’en Sibérie.

    L’Europe a donc toutes les ressources (pétrole,gaz,méthane) à sa disposition sans rechercher auprès de régimes qui ne sont pas démocratiques et qui détournent toutes aides accordées.

    Il appartient à ces pays du sud de ce créér une communauté à l’image de l’Europe,mais sans l’argent des européens.


    • ExSam 11 juillet 2007 10:39

      lerma

      Moi, je crois que l’Europe on devrait l’agrandir jusqu’en Australie. L’UE de l’Atlantique au Pacifique, de l’oural à la west coast.

      Et puis l’Union Méditerannéenne on devrait y mettre l’Atlantique aussi et le Pacifique idem. Ca aurait de la geule, ça, hein les poteaux ?!


    • Yannick J. Yannick J. 11 juillet 2007 11:02

      Et oui mon brave lerma vous avez encore raison, grande pertinence dans votre réflexion.

      Merci encore de cet explication qui n’aporte rien au débat.

      comme d’habitude, commentaire stérile d’intolérance, la routine quoi...


    • ExSam 11 juillet 2007 10:36

      Mais qui sera le Jean Monnet indispensable à une telle réalisation ?

      Et je vous le ferais pas à 10€, je vous le ferais pas plus à 5, et PAS MEME A DEUX EUROS....Je vous le fait à UN EURO MON SARKO !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      « Une union européenne, mais qui n’en rêve pas ? »...Mais tout le monde s’en fout de cette union méditerranéenne !...On a déjà énormément de mal à supporter l’UE qui n’offre rien sauf bcp de pognon à ses élites, des emmerdes pour nous, des libertés perdues et des libéralisations pour vautours. Alors les songes de Sarko 1er, on s’en cogne.

      Pas Sarko naturellement, c’est un compulsif. Et Riot.


      • aurelien 11 juillet 2007 11:04

        « L’union méditerranéenne de Sarkozy »

        Quelle expression arrogante... Allez la prononcer dans les pays méditerranéens... !

        Mais qu’est-ce que Sarkozy a à voir avec l’union médiaterranéenne ???

        Prônez-vous une nouvelle forme d’ingérence de la Méditerranée par des gouvernements occidentaux ?

        Un nouvel article de propagande sarkozienne...

        Deux fois, deux jours d’affilée, ça commence à faire beaucoup...


        • aurelien 11 juillet 2007 11:18

          oui... cela ne coûte rien, il suffit de cliquer.


        • Yannick J. Yannick J. 11 juillet 2007 11:38

          @Aurélien

          « Prônez-vous une nouvelle forme d’ingérence de la Méditerranée par des gouvernements occidentaux »

          Non je pense que ce développement passera nécéssairement par un accompagnement concernant les forces de l’ordre, la justice, la corruption, la gestion, l’éducation, la recherche, l’agrculture, enfin bref tous les domaines qui amènneront petit à petit ces pays vers une autonomie complète et pourquoi pas après une sorte « d’union maghrébine » (désolé pour le terme un peu cru c’est le seul qui me venait à l’esprit) ui pourrait être un prémisce à une union africaine...

          bon d’accord je rève là, mais en revanche on ne peut oter le fait que l’idée est bonne dans l’absolu...


        • aurelien 11 juillet 2007 11:46

          Les gouvernements occidentaux se moquent bien du Moyen-Orient ou de la Méditerranée ou de l’Afrique...

          CE qu’il sveulen, c’est libéraliser ls territoires et faire passer le rouleeau-compresseur économique dans les pays en voie de développement et moins puissants.

          Il n’y a aucune aide gratuite au développement, ne soyez pas naïf (pour les personnes qui le penseraient).

          Le but des politiques occidentales est l’appropriation de marchés notamment énergétiques. La France a dé jà soutenu pas mal de dictatures, tout comme les Etats-unis.

          L’aide au développement, de nos jours, est le douc mot pour parler de sécurité nationale... avant c’était le colonialisme... En fin de compte, il n’ya que les intérêts des gouvernemetns qui priment, dans l’optique d’une mondialisation libérale régie finalement, par quelques finacniers peu scrupuleux de l’état de la planète.

          Après l’article d’hier sur Sarkozy à l’eurogroupe rigolant avec Juncker... le projet de Sarkozy pour la Méditerranée, cela fait un peu indécent. Voilà mon regard sur les choses...


        • NPM 11 juillet 2007 11:49

          « En fin de compte, il n’ya que les intérêts des gouvernemetns qui priment, »

          T’es un génie !

          Au fait, jamais lu un type de la renaissance, du non de Machiavel ? Il avait les même idée que toi, y’a 500 ans..


        • aurelien 11 juillet 2007 12:00

          Le « développement » (je n’aime pas ce terme trop connoté dans ce contexte) de l’Afrique ne se fait pas avec l’Europe mais aussi et principalement avec la Chine.


        • aurelien 11 juillet 2007 12:05

          La France ferait bien de s’occuper à la transformation de son propre système économique et social, de sa propre société, avant de donner des leçons de morale aux pays africains et du Moyen-Orient.

          Le modèle de développement des pays occidentaux ne peut en rien constituer un modéèle valable pour l’ensemble de la planète et la direction que semble prendre la politique du gouvernement actuel français en matière de société ne laisse vraiment pas présager que du bon.


        • aurelien 11 juillet 2007 12:08

          Les Etats-Unis sont en crise, ce n’est pas un changement de camp en 2008 (républicain -> démocrate)qui va la résoudre.


        • tvargentine.com lerma 11 juillet 2007 12:16

          Mon povre yannick,en lisant des explications et tes leçons de morales ,nous pouvons lire que tu sembles regretter le bon temps de colonies françaises,car tu te permets de penser ce dont ces peuples « auraient » besoin.

          Nous pensons,plutot,que nous n’avons pas à nous ingerer dans les affaires de pays etrangers et nous n’avons pas à aider ou subventionner des pays qui disposent de grandes richesses mais dont l’utilisation n’est pas redistribué comme dans toutes les sociétés développées.

          Alors,garde tes jugements de valeurs pour toi et laisse le débat d’idées se poursuivre.

          Et,oui,c’est pas parce que le facteur Becencennot n’a pas été élu président,qu’il faut considérer les gens qui ne partage pas ton point de vue extrèmiste et ultra-minoritaire,comme des imbéciles.

          Ta vision réductrice et ta pensée sont dépassées depuis des dizaines d’années.

          Bonne journée quand même


        • Yannick J. Yannick J. 11 juillet 2007 12:56

          @ lerma :

          « Nous pensons,plutot,que nous n’avons pas à nous ingerer dans les affaires de pays etrangers et nous n’avons pas à aider ou subventionner des pays qui disposent de grandes richesses mais dont l’utilisation n’est pas redistribué comme dans toutes les sociétés développées. »

          Nous pensons ? vous êtes roi ? Pour ce qui est du reste, je ne suis aucunement colonialiste, juste réaliste, l’investissement fait dans l’aide au développement de ces pays est justement pour leur donner les moyens de se doter d’infrastuctures solides que justement leur richesse soit plus adéquatement répartie mais aussi qu’on leur montre par le conret pourquoi c’est utile. le repli sur soi dans ces situations fini toujours par avoir des conséquences néfastes...

          Pour ce qui est du facteur, il me semble que vous m’avez un peu mal compris... vous n’avez pas du lire ce quejemettais pendant les élections pour me sortir cela...

          Mais venant de vous, je ne le prends pas mal...


        • tvargentine.com lerma 11 juillet 2007 13:06

          L’Algérie est un pays très riche en pétrole et en gaz.

          Nous (les citoyens français qui ont déjà leurs problèmes) n’ont pas à « financer » le développement des pays riches dont les richesses sont mal réparties.

          La Tunisie n’a rien à attendre d’aide aux développements ainsi que le Maroc,ils se développent avec la délocalisation d’industrie vers ces pays ainsi que dans le tourisme et demain le tourisme médicale (soins dentaires moins chere qu’en France..)ainsi que l’aménagement d’appartements et de logements pour des retaités français qui bénificieront d’aides médicalisées et de soins beaucoup moins chere qu’en France.

          Gardez vos idées gauchistes obscurantistes pour votre section de la LCR,car vous ne semblez pas savoir grand chose.


        • masuyer masuyer 11 juillet 2007 13:18

          Yannick,

          je ne sais pas si vous êtes à la LCR, mais vous êtes vachement fort. Obtenir deux réponses de Lerma, dont l’une à l’heure de la pause-déjeuner, champion.


        • Yannick J. Yannick J. 11 juillet 2007 13:25

          arrétez avec vos remarques inutilement réac lerma, je ne suis pas plus lcr que vous êtes ps !

          et les français qui ont des difficultés, j’en fait aussi partie...


        • Yannick J. Yannick J. 11 juillet 2007 13:26

          merci mon tit masuyer !

           smiley


        • Icopas 11 juillet 2007 21:37

          « .../....Les gouvernements occidentaux se moquent bien du Moyen-Orient ou de la Méditerranée ou de l’Afrique.../... »

          Dis-moi il faut cesser de parler d’occidentaux : l’Algérie, La Tunisie et le Maroc, à ce que je sache, ne sont pas à l’Est de l’Europe...

          Les Occidentaux c’est un concept fourre-tout qui peut très bien justifier tout et n’importe quoi.


        • tvargentine.com lerma 11 juillet 2007 14:04

          Vous dites « arrétez avec vos remarques inutilement réac »

          « arrétez » : normal,vous n’aimez pas l’esprit de contradiction et cela vous énerve que les gens ne pensent pas comme vous

          « vos remarques inutilement réac »

          Cela rappelle Georges Marchais ou Arlette Laguiller,ou encore stivy Becencennot qui argumentent contre des gens qui ne pensent pas comme eux.


          • Yannick J. Yannick J. 11 juillet 2007 14:11

            oui lerma !!!!!!

            AAAAAAAAAAAAAAAARRRRRRGGGGGGGGGHHHH !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

            Je suis démasqué !!!!!!!!!!!!!! je suis la réincarnation de marchais et de crazukiiiiiiii !!! je l’avoue !!!!!!

            bravo lerma, franchement vous êtes super perspicace...

            Bon plus sérieusement, non si je vous dit d’arrèter c’est pour éviter un débat aussi stériles que celui de npm qui n’argumente qu’en blessant autrui alors que justement il vaut mieux donner sa vision qu’elle se confronte et qu’il en ressorte quelque chose d’intéresant pour tous...


          • Adama Adama 11 juillet 2007 14:19

            Voici l’énigme du jour :

            Comment se fait-il que Lerma soit pratiquement le premier commentateur des nouveaux articles présentés sur Agoravox ?

            J’en reste muet smiley


            • Yannick J. Yannick J. 11 juillet 2007 14:21

              effectivment c’est impressionnant...et systématique...


            • masuyer masuyer 11 juillet 2007 14:28

              Ben ça risque d’être plus dur s’il se met à répondre.

              Franchement un article sur Agoravox sans l’ouverture de Lerma, n’est pas crédible.


            • NPM 11 juillet 2007 14:30

              « Comment se fait-il que Lerma soit pratiquement le premier commentateur des nouveaux articles présentés sur Agoravox ? »

              Sont cerveau est plus rapide que celui des gauchistes ?


            • Yannick J. Yannick J. 11 juillet 2007 14:33

              masuyer, z’avez vu ??? Lerma à un toutou avec lui maintenant !!!!!


            • tvargentine.com lerma 11 juillet 2007 15:38

              tous simplement,le décalage horaire ! smiley

              Ce lever tôt est une bonne chose


            • faxtronic faxtronic 12 juillet 2007 09:43

              Ben moi je prefere Lerma, c’est tellement tranché que s’en est beau. Et puis il dit pas toujours que des conneries.


            • stephanemot stephanemot 11 juillet 2007 16:21

              Le dessin semble clair pour Le Petit Pair des Pipoles : c’est a ce second rideau qu’incombera la tache de filtrer tout ce qui vient du sud et de l’orient.

              Par ailleurs, l’identite culturelle est plus avancee autour de Mare Nostrum qu’au sein du club des 27.


              • frédéric lyon 11 juillet 2007 16:29

                « L’Union méditerranéenne » c’est juste une autre façon de dire « mise sous tutelle ».

                Pour les investissements, c’est nous qui allons mettre notre pognon, par conséquent c’est nous qui déciderons où, quand, comment, combien.

                Et pour les visas ?

                Les visas ? Quels visas ?

                Plus de visa, c’est nous qui viendrons vous voir pour passer nos vacances. A Marakech ou à Djerba.

                Pauvres idiots, ils sont à la rue et ils veulent conquérir le monde !


                • l'Omnivore Sobriquet l’Omnivore Sobriquet 11 juillet 2007 16:46

                  Bien plus que les moyens, c’est la fin qui doit être ici soumise à questions. A raison.

                  La négation des nations est une erreur historique.

                  Elles sont le meilleur cadre et le meilleur moyen de toute action politique réelle. Aujourd’hui et opur un avenir prévisible, disons les 80 années qui viennent. Les frontières créent les responsabilités. Les nations sont mi-charnelles, mi-utopiques.. c’est l’échelle homo de la politique.

                  Les euro-régions ne peuvent hélàs qu’être charnelles, et votre truc là, le machin dessiné en carte au dessus, s’il devait dominer les nations qu’il inclut ne serait qu’utopie, empire, entonnoir ferreux où se pressent au boudoir du palace marchands et charmants pour mieux fumer le prince qui contemple Sirius, avec un grand champ de betterave autour. L’empire est structurellement un régime de maffias, de réseaux, avec comme appât son gros catalogue de surimi de richesses, à palper, de patés normatifs, d’agglomérés de vallons, de provinces, de criques, de cantons..., gâchés mais néamoins enviables. Jouables.

                  Le citoyen français est incapable d’accepter ça. Lui pense politique. C’est une spécialité, nationale, de chez nous.


                  • imrou imrou 11 juillet 2007 17:42

                    Cet article (contrairement aux divers commentaires) est trés intéressant. Problèmes :
                    - celui du déséquilibre entre l’Algérie, puissance économique et militaire émergente dans la région et la Maroc et la Tunisie qui sont loin de détenir son potentiel ;
                    - la montée de l’islamisme au Maroc : la question ne se pose plus de savoir SI le Maroc va devenir un état islamiste, mais QUAND ;
                    - la frilosité des investisseurs Français qui se font souffler des marchés que l’Algérie souhaitait leur attribuer en priorité par les Asiatiques et les Américains ;
                    - la montée en puissance de la coopération « anti-terroriste » américano-algérienne ;
                    - le problème du gaz, motif essentiel de la visite de Sarko en Algérie : plutôt qu’un accord Sonatrach-GDF que la France souhaiterait exclusif, il semblerait qu’on s’achemine vers un partenariat Sonatrach-Gazprom.

                    Il demeure les liens « affectifs »...Qui ne dureront pas longtemps tant que les Français ne se seront pas mis une fois pour toutes dans la tête que le paternalisme, c’est fi-ni !


                    • boubi boubi 11 juillet 2007 18:19

                      Rien à dire, en quelques mots tout est dit.


                    • frédéric lyon 11 juillet 2007 19:06

                      Le paternaliste c’est fi-ni ! Dit-il avec un mouvement du menton !

                      Par conséquent, tu peux désormais émigrer en Chine.


                    • boubi boubi 11 juillet 2007 19:09

                      oui amigo FINI.La france de papa n’existe plus.Jean gabin est mort depuis longtime.


                    • faxtronic faxtronic 12 juillet 2007 09:45

                      Il n’y a pas de liens affectifs, ou alors une affection appellée haine. Amitié France-Algérie ?? On croit rever.


                    • imrou imrou 13 juillet 2007 22:45

                      Inutile.....C’est déjà plein de Chinois en Algérie, cf. construction immobilière et grande autoroute est-ouest...encore un marché qui passe sous le nez des Français, infoutus de se mettre à niveau.


                    • imrou imrou 21 juillet 2007 20:56

                      Tu vois, qu’est ce que je disais...

                      C’est le scoop éventé, hier, par le quotidien économique français La Tribune ainsi que l’agence Dow Jones. « Le gouvernement algérien est opposé à une alliance entre Sonatrach et Gaz de France (GDF), comme le souhaite le président Nicolas Sarkozy », affirme, en effet, le journal réputé pour la fiabilité de ses sources. Pour La Tribune, même des dirigeants de la compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach ne seraient pas chauds sur ce mariage, estimant que l’entreprise n’a strictement rien à gagner au change.

                      Citant des sources « proches du dossier », La Tribune, soutient, en effet, que la Sonatrach n’a nullement besoin de s’adosser à un groupe étranger pour assurer la vente de son gaz en Europe. « Les alliances exclusives ne nous intéressent pas. Nous sommes pour des partenariats commerciaux gagnant-gagnant. Aujourd’hui, nous n’avons pas besoin de compagnies françaises pour vendre notre gaz en Europe », a commenté un haut responsable de la Sonatrach sur les colonnes de ce journal et sous le couvert de l’anonymat.

                      La Tribune croit savoir que les autorités algériennes ont, déjà, annoncé la couleur de ce refus depuis quelques semaines en faisant remarquer via certains canaux que les fournitures européennes en gaz ont toujours été assurées, « même pendant les années où le terrorisme déchirait le pays ». En clair, nul besoin pour la Sonatrach de sceller un accord d’exclusivité avec GDF pour voir s’ouvrir les marchés européens. En revanche, l’Algérie souhaite garder le contrôle de sa compagnie gazière dont les revenus représentent, il est vrai, 98% des recettes du pays en devises. Voilà qui remet à zéro les calculs politiques de Nicolas Sarkozy.

                      Ce dernier aurait bâti toute sa stratégie de reconquête économique et politique de l’Algérie sur ce rapprochement entre Sonatrach et GDF. Il faut rappeler que Sarkozy avait fait de ce mariage, un cheval de bataille depuis sa campagne pour l’accession à l’Elysée. Il en fera l’axe stratégique de l’offre de partenariat 2007-2017, qu’il a proposée à l’Algérie lors de sa visite, le 11 de ce mois à Alger.

                      C’est dire que la fin de non recevoir réservée par les autorités algériennes à ce vœu de Sarkozy tombe comme un cheveu dans la soupe alors que l’on prépare activement, de part et d’autre, la visite d’Etat qu’il devrait effectuer, en Algérie, en novembre prochain. Cet accroc risque, en effet, de refroidir les relations entre l’Algérie et la France version Sarkozy un peu comme la fameuse loi du 23 février 2003 qui avait fait capoter le traité d’amitié, cher à Jacques Chirac.

                      Auteur : Amine Makri - Le Quotidien d’Oran


                    • arican2 14 octobre 2007 21:26

                      vive le magrebe réuni


                    • boubi boubi 11 juillet 2007 19:44

                      L’Organisation d’Al Qa’ida au Maghreb Islamique

                      « Pourquoi refusons-nous l’Union méditerranéenne avec la France »

                      Allah dit : « Tu n’en trouveras pas, parmi les gens qui croient en Allah et au Jour dernier, qui prennent pour amis ceux qui s’opposent à Allah et à Son Messager, fussent-ils leur pères, leur fils, leurs frères ou les gens de leur tribu. Il a prescrit la foi dans leurs coeurs et Il les a aidés de Son secours. Il les fera entrer dans des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, où ils demeureront éternellement. Allah les agrée et ils L’agréent. Ceux- là sont le parti d’Allah. Le parti d’Allah est celui de ceux qui réussissent. » (Al Moujaadila, 22) O musulmans en Algérie : La France a tenté, lors du mandat de son précédent président Jacques Chirac, de couronner son hégémonie sur l’Algérie en mettant en place un traité d’amitié comme elle l’a fait avec ses deux autres colonies la Tunisie et le Maroc. Boutefliqa, l’agent des chrétiens, a alors essayé de faire parapher cet accord durant son mandat comme gage d’affection et d’alliance vis-à-vis de ses maîtres. Mais la France, dans sa suffisance, a commis des erreurs et des bourdes qui ont embarrassé Boutefliqa et l’ont poussé à retarder l’implémentation de cette traîtrise. En effet, elle s’est engagée ces derniers temps dans des manœuvres de déterrement de son passé colonial dans lesquelles elle s’est livrée à la falsification de beaucoup de vérités et à la déformation de beaucoup d’événements historiques d’une manière à exacerber les ressentiments des algériens, conduisant à une secousse médiatique qui a poussé les deux parties à clore le dossier jusqu’à ce que la tempête passe. Cependant, après les dernières élections, et avec l’accentuation du conflit d’influence entre la France et les Etats-Unis au sujet de l’Algérie, nous pouvons nous attendre à ce que le nouveau président relance le processus et le mette parmi ces priorités pour des raisons qui n’échappent à aucune personne sensée.

                      Pour cette raison, nous voulons dès à présent clarifier à nos frères musulmans sur le danger de ce « traité comploté » car s’il devait aboutir (qu’Allah fasse que ça ne soit pas le cas), ce serait un crime sous toutes ses coutures, à ajouter à la liste noire des crimes perpétrés par la France dans ce pays, tout comme cela constituerait une autre trahison du pouvoir algérien, à ajouter au compte déjà bien chargé de ses trahisons.

                      Ceci doit être rejeté par notre Oumma avec toutes ses sensibilités et elle doit y faire face et le combattre par tous les moyens. O musulmans en Algérie : L’histoire de la France en Algérie depuis 1830 et jusqu’à aujourd’hui est saturée de crimes, injustices, hégémonie, despotisme, extermination, massacres, déportations, expropriation, et le lecteur des pages de cette histoire sur les deux siècles précédents ne pourra trouver ce qui peut justifier des relations ne seraient que superficielles avec la France, avant même de parler d’amitié. Ce qu’ont enduré les musulmans en Algérie de la part des français dépasse toute imagination. En effet, ils ont été spoliés de tous leurs droits et leur religion a été combattue sans merci. Leur honneur a été bafoué, leur personnalité a été détruite, leur identité a été dénaturée et même leur humanité a été visée. La France croisée ne sortit d’Algérie qu’après avoir laissé un peuple usé, déchiré, souffrant de toute sorte de privation, de faiblesse, d’ignorance, et après avoir laissé derrière elle ses enfants et ses collaborateurs qui gouvernent l’Algérie aujourd’hui, pour poursuivre l’occupation par procuration. Tout le monde sait que le colonialisme français a été la forme la plus bestiale et la plus barbare de colonialisme, se caractérisant par une colonisation de peuplement dans laquelle des européens ont été encouragés à s’installer en mettant sous leur joug les habitants du pays. On voit aussi que la France ne s’arrête pas à son sombre dossier historique et son impulsion croisée la pousse à se joindre aux Etats-Unis dans l’occupation de l’Afghanistan et à comploter au Liban et dans d’autres pays musulmans. Comment la France et ses sous-fifres en Algérie peuvent ils se permettre de passer au dessus de ce patrimoine effrayant, ignorer ce passé amer et appeler à l’amitié entre l’oppresseur et l’oppressé, le criminel et la victime, sans que justice soit faite, que les torts soient réparés et que les droits soient rendus ? Le mensonge flagrant et l’hypocrisie manifeste et évidente de la politique francaise doivent cesser.

                      La France doit laisser de coté les voies de la manigance, de la tromperie et du double discours dont elle use d’habitude pour revoir à la base sa politique vis-à-vis des musulmans et lever sa tutelle sur le pays. Elle doit se rendre compte qu’elle fait maintenant face à un nouveau type de musulmans qui ne néglige aucun verset du livre d’Allah et qui ne font pas de compromis sur un seul atome des droits des musulmans. O musulmans en Algérie : La religion islamique authentique rejette la notion de « l’amitié avec les mécréants » et le livre de notre Seigneur regorge d’explications sur l’alliance et le désaveu qui est une des bases essentielles de notre dogme.

                      Au vu de ceci, que la France sache que tout traité conclu par ses sous-fifres aux dépens des lois de la religion islamique, des vérités historiques sur l’Algérie, des intérêts supérieurs de notre Oumma islamique, ne fera qu’augmenter la détermination du peuple pour le refuser et l’annuler. Il demeure entre la France et les musulmans, un monticule de cadavres et une mer houleuse de larmes et de sang. Il incombe à la France dans cette période particulière de considérer trois choses : Premièrement : qu’elle stoppe ses pratiques criminelles que ce soit de manière directe ou via ses généraux qui gouvernent en son nom en Algérie. Puis qu’elle ôte ses mains des affaires de notre pays, que ce soit dans les domaines de la culture, la politique, la sécurité ou l’économie. Qu’elle cesse ensuite d’octroyer des refuges paisibles aux criminels et aux tyrans qui ont fait coulé le sang des musulmans, bafoué leur honneur et spolié leurs biens. Enfin, qu’elle abandonne ses ambitions sur le rivage sud du bassin méditerranéen. Deuxièmement : qu’elle s’abstienne de contribuer à la croisade déclarée, qu’elle retire ses troupes d’Afghanistan et du Liban et qu’elle stoppe ses intrigues dans les pays musulmans. Troisièmement : qu’elle reconnaisse tous les crimes qu’elle a commit contre les musulmans en Algérie. La reconnaissance des torts est le premier pas vers la conciliation. L’Allemagne a reconnu tout ce qu’elle a fait aux juifs, qu’est-ce qui priverait donc la France de faire de même (pour les algériens) ? A contrario, si « Sarkozy » continue dans son égarement passé et persiste dans son obstination selon laquelle « les fils ne peuvent pas s’excuser pour ce qu’ont fait les pères », qu’il s’attende à ce que les fils de l’Algérie ne se taise pas sur ce qui a été fait à leurs pères jusqu’à ce qu’Allah tranche entre nous en toute vérité et Il est le meilleur des juges. « Et Allah est souverain en Son Commandement : mais la plupart des gens ne savent pas » (extrait de Youssouf, 21).

                      Abou Mouss3ab 3Abdel Wadoud Commandant d’Al Qaida au Maghreb Islamique.

                      Le 25 Djoumaada Ath-thaania, 1428 correspondant au 10 Juillet 2007.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès