Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’Union méditerranéenne : nouvelle politique arabe ?

L’Union méditerranéenne : nouvelle politique arabe ?

Dans son discours présidentiel du 16 mai 2007, le président français Nicolas Sarkozy a consacré une grande partie à la politique étrangère, pourtant absente de la campagne présidentielle. Deux volets ont été cités : la relation avec les Etats-Unis et la création d’une Union méditerranéenne sur la base du traité de Rome constituant l’Union européenne.

Cette initiative qui comporte la création d’une banque méditerranéenne d’investissement, la tenue de sommets périodiques et d’un Conseil de la Méditerranée a été reçue favorablement tant par les pays du sud de la Méditerranée que par les pays européens concernés comme la Grèce et le Portugal. Côté Commission européenne, on redoute une concurrence avec la politique européenne de voisinage (PEV), héritage d’un processus de Barcelone au point mort en raison du conflit israélo-palestinien.

Or, la politique méditerranéenne de l’Europe, a été souvent le domaine presque exclusif de la France en raison des relations historiques de la France avec ses colonies au Maghreb et les pays sous son mandat au Moyen-Orient. Cette politique connue sous le nom de « politique arabe de la France » a été affaiblie au début des années 1990 en raison de l’engagement de l’Union européenne dans un processus de coopération avec les pays du sud de la Méditerranée et d’une certaine hégémonie américaine dans la région.

En 1995, le processus de Barcelone a été créé dans le dessein de rapprocher les deux rives de la Méditerranée en utilisant comme critère de rapprochement l’économie, mais dix ans après le processus, on observe des baisses des échanges commerciaux et des politiques de subventions qui empêchent une concurrence équitable.

En effet, l’évaluation du programme EUROMED par les journalistes, lobbyistes et universitaires est sceptique. Les principales critiques du Partenariat EUROMED (PEM) portent sur le fait que la libéralisation économique encadrée a peu aidé les pays du sud dont les PIB atteignent à peine 18 % de ceux des Etats de l’Union européenne.

L’organisation des Amis de la Terre au Moyen-Orient (FoEME) met elle l’accent sur l’importance de l’agriculture, qui n’est pas régie dans ces pays par les mêmes accords commerciaux que ceux présidant à l’échange de biens manufacturés. La plupart des produits agricoles en provenance de la zone méditerranéenne, lorsqu’ils sont moins chers que les produits de l’UE, sont sujets aux restrictions de la PAC. Les barrières tarifaires des fruits et légumes varient selon les produits et les saisons, avec un prix plus élevé imposé durant les périodes où les importations communautaires sont susceptibles d’entrer en compétition avec les produits locaux.

Mais le Partenariat n’a pas simplement échoué dans le volet agricole de ses objectifs économiques. En matière de commerce et d’investissements étrangers directs (IDE), le processus de Barcelone n’a eu que peu de conséquences. Entre 1995 et 2003, la part globale de l’UE dans les importations et exportations en direction de ses partenaires méditerranéens a chuté.

Ces statistiques conduisent à une autre critique du processus de Barcelone, émise cette fois par les dirigeants des pays du sud eux-mêmes. Ceux-ci ont l’impression que l’Union européenne a laissé les pays du PEM sur le bas-côté afin de consacrer tous leurs efforts à l’élargissement vers l’est. Une remarque qui se justifie à beaucoup d’égards : l’UE a ainsi consacré une grande majorité de son aide technique et financière à aider ses futurs Etats membres. En 2003, Bruxelles attribuait environ 545 € par citoyen à chaque pays entrant alors qu’elle ne donnait que 14 € à ceux de la zone EUROMED.

Côté français, on observe le même constat d’échec de ce qu’on appelle « la politique arabe de la France ». Le blocage du processus de paix israélo- palestinien, les divergences stratégiques franco-américaines sur la guerre d’Irak et la crise politique libanaise sont autant d’exemples d’une politique étrangère française bloquée et qui, avec l’assassinat du Premier Ministre libanais Hariri, a pris une tournure à caractère personnel privilégiant le choix d’une isolation de la Syrie pourtant acteur majeur de la région.

Est-ce qu’on peut considérer l’Union méditerranéenne comme un retour au realpolitik de la politique étrangère française ? La complexité des relations internationales et les nouveaux défis mondiaux notamment au Moyen-Orient nécessitent une nouvelle approche de la gestion des dossiers internationaux. L’action du nouveau gouvernement au Liban, dans le Darfour ou la relation avec la Syrie montrent une certaine continuité avec l’ère chiraquienne. L’affaire des infirmières bulgares confirme une certaine continuité plutôt qu’une rupture dans la politique étrangère française.

Mais cette continuité risque bien d’être rompue, le président Sarkozy sera confronté dès la rentrée à plusieurs dossiers dans cette région, et son action sera suivie et décryptée dans tous les centres du pouvoir régionaux et internationaux :

Ø Les élections présidentielles libanaises : les tractations interlibanaises ont bien commencé, et l’on parle déjà d’un consensus autour de la personne du chef d’état-major de l’armée libanaise. Le rôle de la France, qui a déjà accueilli une conférence libanaise en juillet, doit être de consolider un consensus en privilégiant un traitement égal des deux coalitions protagonistes de la scène libanaise. Le dialogue officieux avec la Syrie est déjà engagé, on peut s’attendre à un renforcement de dialogue sans pour autant envisager une normalisation de la relation franco-syrienne.

Ø Un autre dossier, auquel la situation libanaise est indirectement liée, est le dossier complexe du nucléaire iranien. C’est le principal dossier sur lequel M. Sarkozy sera attendu sur sa politique étrangère. La France doit faire en sorte de ramener l’Iran à la raison : l’affaiblissement du président Bush et les difficultés économiques de l’Iran aidant à une solution du compromis, qui pourrait déboucher sur une relative stabilisation de l’Irak. Le renforcement du rôle de l’ONU en Irak est un signe avant-coureur d’un tel changement.

Ø Le dossier israélo-palestinien reste la question épineuse qui est loin d’être résolue. Les difficultés du gouvernement Olmert et de la présidence palestinienne ne facilitent pas la tâche d’une stabilisation. Mais on peut envisager une conférence multilatérale qui peut apaiser les tensions et préparer le terrain pour un retour au dialogue.

Ø Du côté maghrébin et africain, la problématique est différente : il s’agit de deux questions majeures : la lutte contre le terrorisme et la question de l’immigration. C’est là que le projet de l’Union méditerranéenne prend son importance ; les récents voyages du président français ont montré une réaction positive de ces pays qui, on doit le dire, restent réticents sur quelques points notamment sur le projet de l’immigration choisie.

Ø La présidence française ne doit pas non plus oublier la question du Darfour, et la nécessité de résoudre un conflit du moins dans son volet humanitaire.

Les dossiers cités ci-dessus sont au cœur du projet de l’Union méditerranéenne et par conséquent doivent être traités en concertation avec les partenaires de la France. La présidence française de l’Union européenne en janvier 2008 est une occasion parfaite à saisir pour concrétiser un projet vital pour l’Europe et son environnement.

L’expérience avortée du processus de Barcelone a montré les limites d’une coopération économique sans concertation politique, pour cela le président Sarkozy doit être encouragé par ses partenaires européens et arabes à concrétiser son projet, car au final, l’Union méditerranéenne n’est ni une « politique arabe de la France », ni une politique méditerranéenne de l’Europe, c’est une nouvelle approche de coopération entre deux blocs dans un monde globalisé.


Moyenne des avis sur cet article :  3.72/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • fouadraiden fouadraiden 3 septembre 2007 13:34

    pourriez ,avant de nous faire rêver d’une union politique plus globale, rappeler la situation réelle des pays du Magrheb ; l’état culturel des sociétés maghrébines, le type de régime politique depuis les decolonisations du Magrheb,le PIB, la pyramides des âges,l’état des infrastructures desdits pays,la politique d’émigration,bref quel est le diagnostic sur l’état réel de ces pays ?

    ps.depuis son accession au trône ,le roi du maroc n’a jamais rencontré son « homologue » algérien.


    • tanger2012 3 septembre 2007 14:31

      Oh que si,

      1999 et 2004. C’est pas beaucoup


    • Rage Rage 3 septembre 2007 14:12

      Bonjour,

      L’union méditerranéenne de M.Sarkozy est une illusion.

      Qu’y a t’il de commun entre le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Lybie et la Turquie, sans parler d’Israel autre que la proximité géographique ?

      De la condition des femmes en passant par le régime en place et l’état des droits de l’homme, proposer - voire imposer- une union à des pays qui sont pour le moment tous à la recherche d’un modèle de développement rationnel relève de la chimère.

      Que les pays dialoguent est une chose. De là à y voir une entente entre frères ennemis, il y a une profonde lacune de connaissances des territoires. Et même si certains dirigeants se verraient bien discutailler dans une nouvelle instance, cette « nouvelle politique arabe » serait plus un moyen pour l’Europe de dire aux autres ce qu’ils ont à faire en échange d’euros trébuchants.

      Attelons nous plutôt à soutenir les associations et les personnes qui se battent, tous les jours, pour la reconnaissance des droits fondamentaux et autres « étonnants silences », attelons nous à faire cesser les tensions au moyen orient plutôt qu’à jouer aux « rois du pétrole », alors, et seulement alors, peut-être sera t’il possible de parler de cette union.

      Aller trop vite et dire aux autres ce qu’ils ont à faire, c’est souvent doux à l’oreille, mais ça finit vite par « irriter » et se payer cher. Ne vous a t’on pas appris cela à l’IEP ?


      • fouadraiden fouadraiden 3 septembre 2007 14:20

        non, il faut préfèrer l’illusion d’un Sarko que le méli-mélo mélodramatique qui caractérise votre intervention.

        entre le Maroc, l’Algérie et la Tunise ,voire le monde arabe , si le jugement se doit d’etre relatif à chaque pays la problématique est bien généralisable à l’ensemble.


      • jako 3 septembre 2007 18:27

        superbe commentaire smiley


      • Neos 3 septembre 2007 20:29

        Tout à fait d’accord.

        Le projet d’Union du Maghreb Arabe (UMA) témoigne de votre analyse, Rage. Créé en 1989, l’UMA tente de surmonter les tensions historiques entre ses membres.

        Mais que faire lorsque les relations entre le Maroc et l’Algérie ne sont pas au beau fixe, lorsque la Mauritanie et le Maroc se déchirent le Sahara occidental, lorsque la Libye a été un Etat infréquentable pendant de nombreuses années ?

        Les relations verticales entre ces Etats pris individuellement avec l’UE et ses Etats membres sont clarifiées depuis longtemps.

        En revanche, les relations horizontales entre les Etats de l’UMA demeurent chaotiques. Et ce n’est pas le Président français, malgré toute sa bonne volonté, qui y changera quelquechose.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 septembre 2007 02:37

        @ Rage Ils ont aussi en commun d’être de culture musulmane, un très vieux patrimoine culturel greco romain et la Méditerranée. C’est déjà plus que n’ont en commun la Bulgarie et l’Irlande...

        Une politique commune les avantageraient et, pour l’Europe, ce serait la meilleure façon de mettre fin à des requêtes qui se multiplieront pour se joindre à Des requêtes auxquelles la bonne réponse sera toujours NON, pas parce qu’on ne les aime pas, mais parce qu’il est bon qu’ils aient LEUR identité culturelle et que l’Europe ait la sienne, que je définirais comme « post-chrétienne laïque ».

        http://nouvellesociete.org/5119.html

        Pierre JC Allard


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 septembre 2007 02:44

        (Désolé, la version ci-haut, incomplète et non revue est partie par erreur)

        @ Rage : Ils ont aussi en commun d’être de culture musulmane, un très vieux patrimoine culturel greco-romain romain et la Méditerranée. C’est déjà plus que n’ont en commun la Bulgarie et l’Irlande...

        Une politique commune les avantagerait et ce serait la meilleure façon de mettre fin à des requêtes pour se joindre à l’Europe qui se multiplieront. Des requêtes auxquelles la bonne réponse sera toujours NON, pas parce qu’on ne les aime pas, mais parce qu’il est bon qu’ils aient LEUR identité culturelle et que l’Europe ait la sienne, que je définirais comme « post-chrétienne laïque ».

        Parce que l’Europe y trouverait son profit, de nombreux avantages pourraient être concédés à l’UM qui ne le seraient pas individuellement à ces pays et je crois que ces avantages suffiraient à aplanir les difficultés et à obtenir leur adhésion.

        http://nouvellesociete.org/511...

        Pierre JC Allard


      • Jerome Bondu Jerome Bondu 4 septembre 2007 10:53

        A mes yeux, c’est justement parce que les pays riverains de la méditerranée sont éloignés (sauf au sens géographique) qu’il faut créer cette Union !

        Un vieil adage vaudra mieux qu’un long discours : « quand on veut rapprocher des personnes, on leur fait construire un pont ».

        Bien à vous, JB


      • fouadraiden fouadraiden 3 septembre 2007 16:23

        Dw,

        c’est qui sur la photo ? est-ce le genre de nanas qui bientôt animeront nos soirées euroméditerranéennes ? j’espère que le tarif restera en dirhams ,seul réel avanatge du Maghreb actuel !


      • forum123 3 septembre 2007 15:30

        Le pseudo projet d’UM de l’ancien maire de Neuilly, est un alibi de plus pour faire avaler l’alignement total de la France sur la politique de destruction massive des USA-Israel.

        Sarko (et ces 7 sosies) élu grâce au FN, Kouchner le guerrier, sont les dernières personnes avec Berlusconi à pouvoir prétendre une légitimité dans les pays musulmans !


        • Erick 3 septembre 2007 15:39

          Euromed, c’ est trés bien dans le principe mais comment veut-on que ça marche avec la « bouzine » européenne et des pays du Nord pour lesquels les pays du Sud n’ ont d’ autre intérêt que de permettre des vacances au soleil (je sais, je schématise) ? L’ approche qui consiste à impliquer d’ abord et surtout les pays du pourtour méditerranéen est certainement meilleure. Et plus efficace dans la mesure ou elle se fait en bilatéral sans conférences pompeuses et inefficaces.


          • Boileau419 Boileau419 3 septembre 2007 17:28

            Comment appeler un troll du Vatican ?

            Un Papon.

            Un troll israélien ?

            Un maussade

            Un troll arabe ?

            Un djinn.

            Un troll musulman très à dromadaire sur ses principes religieux ?

            Un gin.

            Un troll hindou végétarien ?

            Un bouddhin.

            Un troll juif ?

            Un Frankenstein.

            Un troll italien ?

            Un chianti (prononcher shianti)

            Un troll africain ?

            Un tam-tam

            Un troll officiel pékinois se préparant aux JO ?

            Une menotte.

            Un troll chinois sportif se préparant aux JO ?

            Un E-Peï-Ho.*

            Un troll chinois dissident attendant les JO ?

            Une gueule bandée.

            Un troll américain ?

            Un double vé.

            Un troll japonais ?

            Un niccon.

            UN troll russe ?

            Un dada.

            Un troll nord-coréen ?

            Un skelêt.

            Un troll indien ?

            Un indécille.

            Une trolle africaine ?

            Une mouche tsé tsé.

            Un troll terroriste d’Al Qaeda ?

            Un tapis volant.

            Un troll égyptologue ?

            Un tout-en-kharton.

            Un troll égyptien ?

            Un RAM16.

            Un troll de la Vallée du Nil ?

            Un pappy russe.

            Un troll écossais ?

            Une jupette.

            Une trolle musulmane transsexuelle qui a fait le hadj ?

            Une mèk.

            Un troll iranien ?

            Une bombache.

            Une trolle catholique de couvent ?

            Une cornette.

            Un troll sud-américain ?

            Un lama.

            Un troll dissident du PCUS à l’époque de Tchernobyl ?

            Un irradié.

            Un troll tibétain ?

            Un yéti.

            Un troll comploteur du 11 septembre ?

            Un ciaïllé.

            Un troll polonais ?

            Un alkotest.

            Un troll turc ?

            Un atatrüc.

            Un troll de la Nouvelle-Orléans ?

            Un typhon.

            Un troll sud-africain ?

            Un sidaïk.

            Une trolle musulmane très attachée aux modes vestimentaires traditionnelles tout en étant nymphomane ?

            Un riz-d’O.

            Un troll du Modem ?

            Une peau de chagrin.

            Un troll muezzin ?

            Une mine-à-raie.

            Un troll rédacteur à deux articles quotidiens sur les plages bretonnes ?

            Un c’est-assez.

            Un troll nazi pédophile ?

            Une crapule.

            Un troll rédacteur rond-de-cuir domicilié à Quimper ?

            Un publicain.

            *EPO érythropoëtine : hormone dopante


            • LE CHAT LE CHAT 4 septembre 2007 09:26

              Pour éliminer vos trolls alt controll suppr ! smiley


            • moebius 3 septembre 2007 19:47

              La mediterrannée n’est pas une barriere mais un espace de communication


              • moebius 3 septembre 2007 19:49

                La mediterrannée n’est pas une barriere mais un espace de communication


                • Neos 3 septembre 2007 19:59

                  Bonjour, intéressant article qui met le doigt sur un thème que je pressentais, il y a déjà quelques semaines, prépondérant sur la scène internationale pour cette rentrée 2007.

                  Les relations euroméditerranéennes dissimulent depuis de nombreuses années des problématiques auxquelles sont confrontés les Etats membres de l’Union européenne, notamment ceux dont les frontières mouillent les côtes méditerranéennes.

                  Parmi ces Etats, la France, l’Espagne et l’Italie font face à des flux migratoires importants en provenance d’Afrique noire. Tout le monde se souvient des difficultés rencontrées par les effectifs des douanes des Iles des Canaries, de Gibraltar ou des iles voisines de la Sicile italienne pour contenir les vagues d’immigrés clandestins qui tentent inlassablement de franchir les frontières pour rejoindre leur eldorado : l’Union européenne.

                  Ne nous voilons pas la face. Devant ces difficultés, le Président de la République française n’a pas trouvé meilleure solution politique que de mobiliser et sensibiliser les Etats du Maghreb arabe, ainsi que nos partenaires du pourtour européen de la Méditerranée, à ces problématiques migratoires. A priori pertinente, cette initiative cache une stratégie que je qualifierais ’d’illusoire’.

                  Peut-on croire un instant en effet que l’on puisse trouver à travers l’établissement d’une ’bande tampon’ arabe - qu’elle s’appelle Union méditerranéenne ou Union du Magreb Arabe (UMA) - la voie suffisante à l’exercice d’un meilleur contrôle des flux migratoires en provenance de l’Afrique noire ?

                  Peut-on croire un instant que les Etats du Maghreb arabe, dont les relations horizontales sont particulièrement chaotiques, veuillent s’impliquer dans un projet d’Union ... alors que l’Union du Magreb Arabe n’a même pas pu générer la volonté commune minimum pour permettre à une telle coopération et intégration de voir le jour ?

                  Les idées du Président de la République sont interessantes. Elles méritent qu’on en parle. Elles soulignent des problématiques qui nécessitent une réflexion d’ensemble, multilatérale, et qui doivent trouver, en concertation avec les Etats arabes que traversent les convois de clandestins ainsi qu’avec les Etats d’Afrique noire d’où partent ces convois, des solutions viables.

                  L’Union européenne a montré la voie dès 2005 en prenant l’engagement d’élever la part de donation en faveur de l’aide publique au développement à 0,56% du PIB à l’horizon 2010, et à 0,7% à l’horizon en 2015.


                  • Neos 3 septembre 2007 20:10

                    J’ajoute - mais je pense que beaucoup auront saisi où je voulais en venir - que la solution aux problématiques euroméditerranéennes et aux relations Europe-Afrique est à rechercher à travers d’une politique de partenariat avec les Etats maghrebins, et de coopération et de développement renforcée avec les Etats d’Afrique noire, plutôt que dans le renforcement des politiques d’immigration et de contrôles migratoires de nos Etats membres.

                    Pour ce qui concerne le partenariat euroméditerranéen, je pense pour ma part qu’il possède les atouts et les outils suffisants pour répondre à nos problèmes européens.

                    Aux Etats membres de continuer à travailler ensemble, de manière multilatérale, sur la voie qui a été tracée depuis plusieurs années.


                  • Icopas 3 septembre 2007 20:39

                    Une des futures zones de décollage des états dit en développement est bien le Sud-Méditerranéen et l’Est-Méditerranéen.

                    Une série d’éléments milite en ce sens, haut niveau culturel, une des plus vieilles traditions commerciales du monde, affinités et proximités de grosses zones développées économiquement au Nord, et un renouveau de culture industrielle (les investissements dans le textile ont été par exemple des ballons d’essai en ce sens, avec toutes les difficultés inhérentes).

                    Nous avons là toute une série de peuples et d’états auxquels il ne manque plus grand chose pour décoller nettement.

                    Les crises d’identité (habilement exploitées par les tendances islamistes les plus dures) sont en voie d’être dépassées. Elles sont et ont été le passage indispensable d’affirmation de soi des cultures du Sud Méditerranéen.

                    Restent des chantiers de construction immenses, des noeuds politiques qui restent encore malheureusement encore en place (l’absence d’état palestinien, la question de Chypre, les secousses sur la question sahraouie qui n’est pas close, les contentieux sur les présences espagnoles au Maroc, la question égyptienne et sa lèpre corruptrice, son défi démographique, par exemple).

                    Les nationalismes diviseurs sont de bien moindre intensité et dangerosité par rapport aux nationalismes qui ont déchiré l’Europe il y a peu de temps. Ils peuvent lentement rentrer dans le cadre d’une intensité normalisée.

                    Tout concours à faire de la Méditerranée un grand enjeu sur le flanc sud de l’Europe, un énorme gisement de croissance et de richesse.

                    Pour la diplomatie européenne qui s’est concentrée sur son Est et qui s’y concentre toujours en grande partie, il y a là une faiblesse d’anticipation, une grande médiocrité dans la mesure des enjeux et des efforts à faire.

                    L’Italie a depuis longtemps une relation suivie et une politique méditerranéenne, la France c’est beaucoup plus compliqué , c’est une politique où se mélange l’affectif (pour le meilleur), et la haine (pour le pire), les fantasmes sur l’immigration et en même temps des liens charnels et culturels.

                    Sarko là dedans joue sa partition mais on a beaucoup de mal a y trouver chair et un squelette convenable. Mais, pour une des deux grands ex-puissances coloniales du sud méditerranéen, l’exercice est difficile et les a-prioris idéologiques n’aident certainement pas.

                    Mais la direction est toute tracée du développement des échanges et des investissements en méditerranée, pour ré-équilibrer l’Europe sur son Sud qui lui a donné les fondements principaux de ses cultures et de ses civilisations.


                    • moebius 3 septembre 2007 21:30

                      ..vous aimez pas les arabes, et vous cherchez des arguments qui masquent votre peur


                      • HELIOS HELIOS 3 septembre 2007 22:39

                        Encore des illusions, toujours des illusions !

                        Quand est-ce que les Français et les européens en général prendront la mesure de ce qu’il se passe dans les pays du Maghreb et du pourtour méditerranéens ? Ces pays là, chacun avec ses variantes, souhaitent tirer profit des relations avec l’Europe, non pas en échangeant normalement, en vendant leur travail, en se développant, non, point du tout, il veulent être assisté par l’Europe, au nom de ce que nous leurs aurions fait subir pendant les protectorats et les colonisations. C’est là la base de leur mentalité.

                        Et ce ne sont pas des programmes comme MEDA (15 milliards d’€ entre 1995 et 2010, voir wikipedia avec le mot clé MEDA) qui changera quoi que ce soit. Cet argent distribué à tire larigot sur la rive sud sert essentiellement à remplir les poches des hauts fonctionnaires et de tous ceux qui mangent au râtelier. Il faut connaître et s’immerger dedans pour comprendre, et en plus ce que je vous dis c’est déjà une approche européenne car je ne parle pas de la religion et de leur désir d’expansion.

                        Personne dans ces pays ne souhaite développer quoi que ce soit chez eux, mais par contre tout le monde veut profiter de la manne de ces naïfs d’Européens. Autant les américains sont craint et haïs, autant les Européens sont méprisés pour leur faiblesse. Alors, vous comprenez, cela fait déjà 10 ans au moins que leur jalousie est excitée par l’entrée des pays de l’est dans l’UE, car il savent très bien que cela diminue les montants disponibles pour eux, et que cela apporte aussi aux entreprises félonnes une main d’œuvre qu’elles ne viennent plus chercher chez eux. Moins d’immigrés, moins de mandat, alors que déjà les générations suivantes sont moins motivées par le soutien a ce niveau des familles restées au bled.

                        Lorsque les prix du gaz et du pétrole étaient au plus bas, quelques mesurettes ont été tentées pour maintenir à flot les économies endémiquement malades de la corruption et des marchés parallèles. Puis la manne est revenue et maintenant l’argent irrigue une toute petite minorité de profiteurs en tous genre, et ces pays sont sous perfusion permanente. Leur économie vivrière est effondrée et ils n’ont rien d’autre.

                        Il leur reste que quelques ouvertures dans lesquelles se sont engouffrée la Tunisie (tourisme de loisir, tourisme médical) et le Maroc (tourisme de loisir a grande échelle avec vente de biens immobilier, une petite place financière pas très regardante sur les origines des fonds et les taux de couvertures des opérations tout ça assorti de quelques matières premières achetées bien au delà des prix internationaux). Quand à l’Algérie, à part le pétrole et surtout le gaz, elle ne vit que des misérables échanges avec la France grâce à un taux de change du dinar délirant, L’Algérie échappe à ce développement qu’elle rejette en considérant ses deux voisins comme les larbins de l’occident. Malgré les dénégations permanentes, les algériens sourient des futurs et hypothétiques malheurs islamiques du Maroc, pays avec lequel ils ont un contentieux chez les sahraoui. Il est de notoriété publique qu’après la pilée que les militaires de Bouteflika ont pris il y a quelques années, il ne rêve que de revanche et d’une sortie sur l’océan au passage.

                        L’économie Algérienne, est exsangue mais se permet de gérer le week-end le jeudi vendredi, rendant ainsi indisponible pendant 4 jours (du jeudi au lundi donc) l’activité de toute entreprise non strictement locale.

                        Et tout ce petit monde, du golfe de Syrte à l’atlantique, est fasciné par les émissions de télévision qu’ils piratent en permanence sur les satellites. Une sorte de rêve où nous nous gardons bien de les détromper tant le politiquement correct est de mise jusque dans le plus petit recoin de nos journaux télévisés. Cette fascination n’a de mesure que la haine (oui, la haine, j’insiste) que ces gens là vouent à notre modèle occidental et leur rêve le plus profond est de le détruire au nom d’une morale qu’ils gardent toujours en toile de fond de toutes leurs pensées.

                        Alors, que le processus de Barcelone se soit cassé la gueule, c’est évident et on peut même trouver qu’il a mis du temps et que de bonnes volontés l’ont sans doute soutenu pour que cela dure autant.

                        Toutes les autres opérations sont vouées à l’échec dans les mêmes circonstances car ces ont les maghrébins eux même qui les rejette (je ne parle pas du pauvre type qui fait son marché à Tunis, Alger ou Casa). Pourquoi voulez vous que ceux qui ont aujourd’hui les parcelles de pouvoir entre leurs mains dans ces pays mettent en place les mesures qui vont leur faire perdre leurs pouvoirs (illégitime) ? Vont-ils scier la branche sur laquelle ils sont assis ? Jamais !

                        Et notre société est en plus minée de l’intérieur. Les 5 millions de maghrébins qui étaient en France en 1978 (selon les discours électoraux de Giscard) ont fait des petits sans compter tous ceux qui sont rentré depuis. Cette population que nous stigmatisons si facilement a importé son mode de vie et ses modèles même si il y a une convergence avec notre perception. Convergence veut dire qu’ils évoluent, mais que nous aussi. Nous comprenons mieux les dérives bananières de nos états. Les 15 à 20 millions de maghrébins des 1ere, seconde et troisième génération n’ont pas perdu le contact avec « le pays » et oriente nos comportements et nos décisions, et il faut être clair, le jour où ils décideront d’être vraiment actif dans la vie publique la France aura une autre politique arabe, mais pas celle que nous attendons, nous nous comporterons alors comme un vrai pays arabe comme le fait Marseille aujourd’hui lorsque les Algériens la qualifie de « ‘49eme Wilaya° » (cela veut dire 49ème préfecture, il y en a 48 en Algérie).

                        Sarkozy sait bien tout ça. Il ne découvre rien, il a été ministre de l’intérieur et en tant que chef d’état il se doit de manager la chèvre et le chou. Il a déjà intégré dans sa stratégie les 20 millions d’arabes chez nous et il conduit sa politique, avec justesse, pour satisfaire cette population qui a commencé à voter lors de son élection. Ne nous leurrons, pas, A Merkel et les autres pays plus au nord ont le même problème et applique la même politique. Je peux déjà vous prédire que notre président, si prompt à rejeter l’entrée de la Turquie dans L’UE va rapidement changer d’avis, la pression au quotidien de ce groupe ethnique devant lequel nous abandonnons toute raison et parfois toute dignité est bien présente.

                        Je ne voudrais pas me tromper, bien que la lecture de ce message va sûrement provoquer l’ire de quelques bien-pensants, ceux justement qui ne mangent pas de ce pain là, monsieur... Je travaille régulièrement au Maghreb et je connais très bien ce qu’il s’y passe, les arrières pensées... c’est l’avantage d’être franc, clair et sans faiblesse, comme devraient l’être la France envers tout pays étranger Je ne pense pas, que dans les années qui vont venir, disons à 15 ou 20 ans il y ait un changement dans l’attitude des pays du Maghreb. Si les processus s’accélèrent, ce sera de notre fait, par notre rapprochement et pas du tout par la souplesse de leurs gouvernements... Ceux qui vont céder une fois de plus, ce sera nous !

                        Désolé, c’est mon point de vu. J’ai essayé d’être clair et lucide pour présenter mon analyse, il n’y a pas de racisme ni xénophobie, juste une analyse factuelle. Un chat est un chat.


                        • Briseur d’idoles 3 septembre 2007 22:41

                          Sarko, le Messie de Neuilly se sentirait-il pousser des ailes d’ Empereur du Grand Israël ?


                          • truereda truereda 3 septembre 2007 23:30

                            sur la carte, le Maroc est amputé de son territoire du sud. Donc, un sujet basée sur une carte fausse. A mon avis, il n’y a pas d’union possible avec l’occident, car l’Europe est à l’agonie, la chute de sa civilisation est imminente. le Maghreb est divisé mais superficiellment. Dés que le conflit du Sahara occidental soit résolu, l’union serait trés possible et un Maghreb Uni voire un monde arabe uni reprendra ce qui lui appartient... A ceux qui opposent Coran et Liberté, vous savez pas ou vous faites semblant d’ignorer que le Coran est le livre saint qui a instauré les valeurs de liberté, de paix et d’égalité, au moment où l’Europe vivait dans l’obscurantisme !! En plus, Le Coran est en soi un miracle scientifique car toutes les vérités scientifiques découvertes aujourd’hui y figurent deja il y a 14 siècles !!! essayez de lire des livres sur ce sujet


                            • Christoff_M Christoff_M 4 septembre 2007 07:19

                              il est temps de travailler avec des pays qui ont des échanges et des atomes crochus avec La France... pour ma part je ne vois aucun interet aux derniers pays rentrès dans l’Europe à part servir de zones à délocaliser et de base arrière aux américains pour éviter l’influence de la zone ruxsse... nous sommes latins nous avons beaucoup plus interet à échanger et à developper nos relations avec l’Afrique du Nord ce qui évitera la montée de l’islamisme intégriste lié à la pauvreté !!


                              • forum123 4 septembre 2007 08:37

                                Je réitère, « L’Union méditerranéenne : nouvelle politique arabe ? » c’est une FUMISTERIE et je pèse mes mots.

                                Sarko est pro US-Israel, en Afrique son capital confiance est négatif, il n’a ni la carrure ni la légitimité pour ce projet d’UM.

                                Comme avant l’élection Sarko et ce n’est pas son alibi bicolore RAMA-DATI qui y changera qqlchs, il continuera d’instrumentaliser la peur du monde musulman et l’immigration, comme avec la Turquie par ex.


                                • Christoff_M Christoff_M 4 septembre 2007 09:40

                                  faux et caricatural, un des premiers président à avoir envoyé des félicitation a SARKOZY c’est le président algérien et Rachida DATI n’est pas la par hasard par le siècle elle approche de nombreux dignitaires marocains et elle a pu se rapprocher du roi du Maroc... quand à la libération des otages tu crois qu’elle aurait pu se faire avec quelqu’un perçu comme anti arabe !! qu’est ce que tu fais de la visite de Kouchner au Liban et en Irak !!

                                  ça change de Chirac qui allait voir son ami Hariri au liban ! et crois moi les diplomaties du monde entier ont vu la différence !! et qui a été a l’origine en France avec Coppé de l’Assemblée de représentation des musulmans et qui veut faire sortir l’islam des caves ou il était cantonné avant sous nos bons amis socialistes !! il a beaucoup de défauts mais on ne peut pas lui reprocher de ne pas avoir mis en avant mme DATI et l’ancienne présidente de ni putes ni soumises dans une mission sur la ville et les quartiers !

                                  reste à ces femmes à se montrer à la hauteur et à voir par la suite quelle latitude on leur laisse...


                                • Christoff_M Christoff_M 4 septembre 2007 09:49

                                  si je vais aux états unis je suis pro bush, si je parle d’Israel je suis pro israélien et si je vais au Liban, je suis du Hezbollah, arrêtez les caricatures ; je suis français républicain, attaché à la laïcité et j’en ai un peu marre de voir les réactions des intégristes des deux bords qui viennent polluer les débats sur Agoravox...

                                  Sarkozy a de nombreux défauts mais il se présente bien comme le président de la majorité des français et il représente une république laique qui ne fait pas la guerre ni en Irak , ni au Liban , ni à Israel... nos seules intrusions sont des forces d’interventions ce qui nous distingue nettement des américains et des anglais qui se rangent toujours comme des larbins derrière les américains ; ainsi que les italiens de Berlusconi !! nous ne suivons pas ces gens la dans la politique guerrière...

                                  meme avec Poutine Sarkozy a rétabli des relations pas toujours florissantes auparavant...


                                • forum123 4 septembre 2007 10:10

                                  Tout est beau dans le meilleur des mondes de Sarko, on se croirait sur TF1.

                                  « faux et caricatural » deux adjectifs qui définissent parfaitement l’ancien maire de Neuilly !

                                  Quant au Maroc sachez que Sarko y est persona non grata, le roi ayant déjà du mal à tenir les Islamistes, il n’a pas besoin de servir la soupe à un des sosies de Sarko qui n’a qu’un désir, bombardé l’Iran.


                                • forum123 4 septembre 2007 10:13

                                  Sarko se définit lui même comme étant pro USA-Israel.


                                • Gilles Gilles 4 septembre 2007 10:07

                                  L’union euro-méditerranéennes ou même des seuls états riverains du sud est un leurre. Sans volonté politique forte de ces mêmes états, aucune chance que ça marche. Voir l’UMA qui n’est qu’un machin et la ligue arabe dont les membres s’entretuent allègrement. Le fait que presque tous ces états soient des dictatures, certaines ubuesques, empêchera tout rapprochement durable. En effet, quel dictateur accepterait de perdre un peu de souveraineté et perdre de son emprise sur son pays, pour le simple bonheur de ces citoyens ? Et surtout avec ses proches voisins, traditionnellement des ennemis féroces, dont tout bon dictateur a besoin pour renforcer son pouvoir grâce à la peur de l’autre.

                                  Par contre un pacte engageant les états à se charger ensembles des problèmes communs est souhaitable. Le partage des ressources de la mer (en voie de disparition accélérées), sa protection, la pollution, l’eau douce(de plus en plus rare), les migrations accrues, la lutte contre le terrorisme et un certains commerces (armes, énergie nucléaire entre autre) doivent pouvoir faire consensus pour que l’on s’en occupe de manière globale de façon à en optimiser la gestion et éviter les conflits inhérents aux partages des ressources. Forcément sous la houlette de l’UE, seule capable de faire pression efficacement voir de payer des subventions pour faire avancer le smilblik

                                  D’autant plus que l’UE exige déjà une coopération dans des domaines vitaux et cette coopération est destinée à s’intensifier dans :

                                  - la lutte anti terroriste. Chasse aux terroristes et stabilisation des régimes (même si dictatures)

                                  - le sous traitement de sa politique migratoire à ces pays dans lesquels s’entassent les candidats, réfugiés (le nombre des réfugiés climatiques et économiques devraient plus que doubler d’ici peu d’ailleurs). Pour empêcher les immigrés de franchir la Méditerranée, les interner dans des camps et les refouler en masse dans le désert sans trop regarder les conditions (Le Maroc et la Lybie assassinent déjà les sub-sahariens en les jetant dans le Sahara), l’UE a besoin d’une participation active de ces états.

                                  Du coup, l’UE demandeuse devra offrir quelque chose en contrepartie. Pourquoi pas un pacte offrant une manne financière aux états frontaliers du sud qui sous l’alibi du développement serait un paiement pour les services mentionnés ci-dessus ?


                                  • frédéric lyon 4 septembre 2007 12:25

                                    Sarko veut seulement enterrér la « politique arabe » de la France, sous les fleurs.

                                    Parler d’un « partenariat euroméditerranéen », c’est renvoyer le problème des relations de la France avec les pays arabes en direction de l’Europe et de nos partenaires européens, dont nous savons bien qu’ils n’en n’ont rien à foutre du Maghreb.

                                    A la fin du vingtième siècle, la France s’est chamaillé avec l’Allemagne pour le contrôle du Maroc, puis avec l’Italie, pour le contrôle de la Tunisie !

                                    Aujourd’hui c’est différent, c’est : « Après vous. Non Merci, je n’en ferais rien ».

                                    Ces gens n’ont plus rien à offrir, que leurs populations misérables à exporter, dont nous n’avons guère besoin chez nous.

                                    Politique euroméditerranénne :

                                    Article 1 : Des visas d’entrée pour tout le monde et des frontières aussi étanches que le mur des Israëliens.

                                    Article 2 : Quand on aura besoin de vous, on viendra vous voir.


                                    • Signé Furax 4 septembre 2007 15:58

                                      @ à Helios

                                      "Encore des illusions, toujours des illusions ! Quand est-ce que les Français et les européens en général prendront la mesure de ce qu’il se passe dans les pays du Maghreb et du pourtour méditerranéens ? Ces pays là, chacun avec ses variantes, souhaitent tirer profit des relations avec l’Europe, non pas en échangeant normalement, en vendant leur travail, en se développant, non, point du tout, il veulent être assisté par l’Europe, au nom de ce que nous leurs aurions fait subir pendant les protectorats et les colonisations. C’est là la base de leur mentalité."

                                      Un grand bravo pour votre information documentée et lucide.

                                      L’Occident gnangnan n’en finit pas de se laisser pourrir la vie au nom d’une prétendue faute du colonisateur.

                                      En revanche, lorsqu’il s’agit de la colonisation de l’Andalousie par les arabes, alors là tout est merveille et ravissement. Des esclaves espagnols ? Et alors ? Ils avaient dû le mériter.

                                      Le Maghreb ne devrait pas trop critiquer la colonisation occidentale : sans elle, je reste persuadé que l’Algérie, par exemple, ne saurait même pas qu’elle est assise sur une immense réserve de gaz et de pétrole.

                                      Merci qui ?


                                      • HELIOS HELIOS 6 septembre 2007 13:51

                                        Je voudrais revenir sur une petite information passée inaperçue chez nous, tant nos JT sont pauvres...

                                        L’Algerie vient de casser un contrat d’extraction de gaz de 2004 avec Repsol (espagne). Immediatement la bourse espagnole (aujourd’hui) accuse le coup.

                                        L’algérie, comme de coutume fait fi de tout engagement. Les espagnols ont investi, et ensuite elle « récupère » sans honorer ses contrats. Mais dans tout ça il y a une stratégie politique dont il faudrait tenir compte dans le « partenariat » Euromed que Sarko souhaite mettre en place.

                                        Irrité par l’annonce de la construction de l’usine auto au Maroc, mais probablement plus encore par la position de Madrid sur le Sahara Occidental l’algerie se rapproche de GazProm, notre fournisseur de gaz russe préféré afin de « prendre en étau » comme on dit l’Europe trés dépendante dans ce domaine.

                                        La jalousie et la duplicité de l’Algerie n’a pas de mesure et il faut regretter une fois de plus la mansuétude avec laquelle la France traite les Algériens. Etonnons nous ensuite que les français, eux, préfèrent le Maroc.

                                        Si vous voulez lire une info plus complete sur ce thème, lisez cela : http://sahel-intelligence.com/fr/index.php?option=com_content&task=view&id=32&Itemid=30


                                        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 septembre 2007 01:07

                                          A Danton : Pourquoi charger des moulins qui, autrement, ne susciteraient que des haussements d’épaule et ne perturberaient même pas les débats... ? Enterrons...

                                          PJCA

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès