Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La Californie augmentera le salaire minimum de 50% d’ici à 2022 (...)

La Californie augmentera le salaire minimum de 50% d’ici à 2022 !

La nouvelle est passée de manière relativement inaperçue : l’Etat de Californie, dont le salaire minimum est déjà supérieur à la moyenne nationale, a décidé de le relever de 50% en 6 ans  ! Une décision qui montre que le débat sur les inégalités commence à porter ses fruits outre-Atlantique.

 
La grande divergence Atlantique
 
Décidément, l’évolution du débat politique des deux côtés de l’Atlantique est surprenante. Alors que tous les pays européens semblent prendre une direction ultralibérale et austéritaire, les Etats-Unis semblent remettre en cause les dogmes ultralibéraux. Bien sûr, la situation de départ n’est pas la même, les pays européens ayant moins dérégulé en général que l’Oncle Sam, mais le parallèle est frappant. Quand nos partis dits de gauche rejoignent ou dépassent les partis dits de droite par la droite sur l’économie, en France, en Grèce ou en Italie, le centre de gravité politique aux Etats-Unis va dans l’autre sens, avec un Donald Trump presque centriste économique, et un parti démocrate secoué par le succès d’un « socialiste », Bernie Sanders, qui remet en cause le succès annoncé de la très centriste Hillary Clinton.
 
Et parallèlement, des Etats et des municipalités prennent des mesures très dirigistes selon notre grille de lecture européenne. Alors que le salaire minimum fédéral est fixé à 7,25 dollars l’heure, certains Etats étant même deux dollars en dessous, déjà la Californie et Washington DC l’avaient porté à 10 dollars. Et après San Francisco, la Californie, sous la pression des sondages et d’un référendum d’initiative populaire, a pris la décision de monter le salaire minimum de 50% d’ici à 2022 ! Cela est d’autant plus frappant qu’en France, la majorité actuelle s’est contentée d’un coup de pouce ridicule de 0,6% en arrivant au pouvoir, avant d’opter pour le minimum syndical. Il est frappant que ce soit aux Etats-Unis maintenant que de telles conquêtes sociales se fassent quand l’Europe en démonte partout.
 

De manière intéressante, Le Monde traite l’information de manière neutre en titrant sur un accord trouvé sur le salaire minimum, alors que le caractère frappant de cette information est bien sûr le niveau de la hausse. Un choix de titrage qui en dit long sur le blocage antisocial de certains…

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 2 avril 10:16
    La Californie victime de la crise financière 


    A l’été 2009, la Californie avait été contrainte d’agir de cette manière. Même si son PIB ferait pourtant de lui l’un des 10 pays les plus riches au monde s’il était indépendant, l’Etat de Californie, victime de la crise financière et économique qui touchait les Etats-Unis, était alors en faillite complète, sans argent dans ses caisses pour payer fonctionnaires, retraites... 

    Or la législation fédérale des Etats-Unis interdit aux Etats d’inscrire un déficit à leur budget et d’imprimer eux-mêmes des dollars. Arnold Schwarzenegger, le gouverneur de l’époque, n’avait donc pas réellement d’autre choix que de fournir des « IOU » à ses concitoyens et à ses partenaires privés à qui il devait de l’argent.


    327.000 « IOU », pour 2 milliards de dollars


    Les premières furent tirées le 2 juillet, avec un taux d’intérêt fixé à 3,75%. Après les avoir accepté dans un premier temps, les principales banques américaines refusèrent de les échanger contre des dollars à partir du 10. Le 24 juillet, « Governator » présenta un budget incluant 15 milliards de dollars de coupes budgétaires, dont près de la moitié dans l’éducation. 


    • zygzornifle zygzornifle 2 avril 11:14

      ici il baissera d 50% ..... crise ou pas crise .... LRPS main dans la main a fond contre les pauvres les sans emplois et les retraités ....


      • Anthrax 2 avril 11:27

        @l’auteur

        Tu retardes et tu écris des contre-vérités.
        L’augmentation du salaire minimum a été décidée par Obama en 2014 et plusieurs états avaient commencé à y réfléchir dès 2007, NYC n’a pas attendu cette date pour passer son SMIC à 13$. Mais dans tous les cas cette augmentation, forte en pourcentage, ne peut être considérée comme un « rattrapage » du niveau des inégalités, puisque dans le même temps, l’écart des salaires augmente toujours. En 35 ans, l’échelle de salaire aux USA s’est dramatiquement allongée, elle est de 365 aujourd’hui. Pour mémoire, Henry Ford qui n’était pas un gauchiste fervent, estimait que dans une entreprise cette échelle devait être de 7...
        Quant au temps de travail il reste de 40 heures /semaine, avec 2 semaines de congés payés en moyenne et de fortes disparités entre hommes et femmes et même entre blancs, hispaniques et noirs. Une augmentation de 50% du SMIC en 6 ans ne peut être considérée comme une conquête sociale comme tu le prétends. 

        • vincz777 2 avril 20:02

          @Anthrax
          Pensez-vous que le SMIC français subira la même augmentation d’ici 2022 ?


        • julius 1ER 2 avril 12:09

          alors que le caractère frappant de cette information est bien sûr le niveau de la hausse. Un choix de titrage qui en dit long sur le blocage antisocial de certains…


          @l’auteur,

          vous remarquerez que l’on a toujours 10 ans de retard sur les USA ....c’est dire si no politiciens sont réactifs !!!!

          • Anthrax 2 avril 14:02

            @julius 1ER

            Dans le cas présent on a 30 ans d’avance puisque notre SMIC est plus élevé, s’applique sur tous le territoire, à tous les salariés sans distinction de sexe et il est revalorisé (presque) tous les ans. Mais su tu préfères le SMIC du Massachusetts à 8 $ et quelques, libre à toi...

          • julius 1ER 2 avril 16:01

            @Anthrax


            ce qu’ il faut comprendre c’est que les US se rendent compte que l’ultra-libéralisme les mènent dans une impasse .. c’est comme çà qu’il faut interpréter le succès de Sanders, voir Trump sur certains points ......
            alors qu’ici on fait le chemin inverse avec la précarisation à outrance (voir le débat sur le Code du travail ) c’est le sens de ma réflexion, et cela ne vaut pas que pour le Smic !!!!

          • Anthrax 2 avril 17:04

            @julius 1ER

            Pour connaître un peu les US et les Américains (une partie de ma famille est installée à San Francisco), je peux t’assurer que le capitalisme a encore de beaux jours devant lui. Ce sont des cartésiens : dollar speak. Rien d’autre ne compte. Tout simplement parce que là bas RIEN n’est gratuit, ni la santé, ni les vacances (tu peux prendre 4 semaines de congés max, mais tu n’en auras toujours que 2 payées), le tiers-payant est une notion qui les rend dingues etc. 
            Prêteur sur gage c’est l’activité qui monte depuis quelques années. Mais ils continuent de s’accrocher au rêve américain, parce qu’ils voient des mecs comme Trump qui ont fait 5 fois faillite avant d’être milliardaire. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès