• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La centrale nucléaire et le tremblement de terre

La centrale nucléaire et le tremblement de terre

Une dépêche de l’agence AP de ce jour, 19 juillet, nous apprend que les fuites radioactives « officiellement reconnues » ont été plus fortes (+ de 50 % !) que celles annoncées juste après le tremblement de terre qui a frappé la centrale nucléaire japonaise de Kashiwazaki. La polémique gronde au Japon, mais cela peut intéresser l’opinion française...

Commençons par une nouvelle qui ne peut que soulever de nouvelles interrogations sur les faits et les chiffres annoncés depuis lundi : la centrale nucléaire japonaise de Kashiwazaki-Kariwa a été fermée pour le moment et pour une durée indéfinie, par décision du gouvernement japonais.

Et une polémique grandit au Japon après que des experts en radioactivité et des journalistes, emmenés... par le secrétaire général du Parti communiste japonais (PCJ), Kazuo Shii, a mis au jour des mensonges ou omissions initiaux de la part de l’entreprise qui gère le site, TEPCO (Tokyo Electric Power Company), en démontrant que les fuites radiocatives sont bien plus importantes en réalité que celles reconnues au départ, juste après le séisme, mais aussi qu’il y avait maintenant des problèmes quant à la stabilité du sous-sol de la centrale nucléaire.

Un scénario déjà vu quelque part...

Le débat polémique est né de ces découvertes que les dirigeants de TEPCO n’auraient "pas vues de suite" ou "mésestimées à l’origine".

Pour bien apprécier l’importance de ce dossier pour le public français, il faut donner ici une information de départ essentielle : la centrale nucléaire, dont il est fait état, est la plus puissante du monde en termes de production électrique et elle est installée sur une zone sismique connue depuis longtemps.

Elle a été frappée par un tremblement de terre lundi et cela a donné lieu, immédiatement après l’événement, à des rapports et des analyses rassurants émanant de la "seule" direction de TEPCO.

Résumons les déclarations initiales de la direction de TEPCO : "il y a certes des dégâts, mais sans conséquences graves. Nous avons listé une douzaine de points à examiner avec attention. Nous allons les réparer. La fuite radiocative est minime. Nous avons la situation en mains."

C’est donc l’intervention du responsable du Parti communiste japonais, avec des spécialistes scientifiques indépendants et qualifiés, accompagnés par des journalistes, qui a obligé la même direction de TEPCO à admettre aujourd’hui que : les dégâts sont plus importants et profonds que ceux initialement annoncés, la fuite radiocative est bien plus "significative" - bien que sans danger selon elle pour la santé publique (sic !) - et qu’il y avait bien un danger du fait d’une faille dans le sous-sol océanique près de la centrale.

Le résultat de tout ceci est le suivant : la centrale supposée lundi par la direction de TEPCO pouvoir continuer son fonctionnement avec de menues réparations est aujourd’hui complètement arrêtée !

Inquiétudes internationales et soupçons de mensonges initiaux

Il semble même que les révélations du responsable communiste japonais et de son équipe d’experts ont attiré l’attention de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA), par leur sérieux et leur véracité.

Son président, M. Mohamed El Baradei, qui se trouvait alors en Malaisie, a immédiatement réagi aux informations de la presse japonaise et aux versions successives de la direction de TEPCO.

Sa réaction est intéressante car il n’ignore pas que les dirigeants de TEPCO ont déjà essuyé, au Japon, et de la part de spécialistes très reconnus, des critiques passées pour leurs informations pas toujours exactes et sincères sur des incidents survenus dans leurs centrales nucléaires.

Il a déclaré : "Ceci (la décision d’arrêt indéfini de la centrale-NDLR) ne signifie pas que le réacteur nucléaire ou le système de fonctionnement aient été endommagés. Je veux espérer et croire que les autorités japonaises seront entièrement transparentes dans les investigations en cours et sur leurs résultats finaux".

Puis, M. El Baradei, ayant dit cela, a proposé immédiatement au gouvernement japonais que des experts de l’AIEA participent aux investigations techniques avec les experts techniques japonais.

Cette dernière proposition pourrait manifester que sa confiance envers TEPCO et les autorités japonaises sera plus acquise si ses propres spécialistes sont inclus dans les équipes d’enquête.

Visiblement, M. El Baradei, qui est un homme de dossier et un responsable prudent, n’a pas toute confiance dans la direction de TEPCO pour faire la lumière intégrale et objective sur le problème, pas plus que dans les autorités japonaises... qui ont souvent, par le passé, laissé sans contrôle public TEPCO annoncer des choses par toujours exactes et vraies.

Les habitants, la mer et la mesure de la radioactivité

M. Katsumata, PDG de TEPCO, est venu sur les lieux inspecter la centrale et ce n’est qu’après sa visite que TEPCO a publié un communiqué qui affirmait que la fuite radioactive dans la mer du Japon était de 50 % supérieure à celle initialement indiquée !...

TEPCO n’a toutefois ni indiqué les chiffres précis ni les méthodes concrètes qui auraient permis de donner ces résultats successivement différents dans le temps, mais la société a présenté ses excuses pour ses "erreurs" antérieures aux chercheurs indépendants qui ont permis de constater que les dégâts étaient plus "substantiels" qu’annoncés aussi lundi et au public mondial de savoir que toute la vérité dite lundi n’était pas... exacte.

Selon un porte-parole de TEPCO, la fuite aurait déversé dans la mer des matières radioactives, mais d’une valeur de, je cite l’auteur, "d’1 milliardième des normes japonaises admises" !

Il sera observé ici, pour l’esprit scientifique des lecteurs, que TEPCO a fait monter la fuite radioactive de 50 % en deux jours, selon ses propres calculs non attestés par personne à ce jour, sans que le milliardième cité ait varié. Curieuse arithmétique !

Par ailleurs, TEPCO a voulu rassurer les 93 500 habitants de la ville de Kashiwazaki, en expliquant que tout va bien et que leur santé n’est pas en danger.On est prié de les croire aussi sur parole, surtout après une erreur avouée de 50 % sur la fuite radioactive, correction non avérée due surtout, de l’avis général, aux recherches indépendantes menées et... publiées.

Connaître les vraies données pour une information honnête

Les géologues-sismologues ont de leur côté indiqué que l’épicentre du séisme avait été identifié à 19 km du réacteur nucléaire. Afin de vérifier la stabilité même du sous-sol sur lequel repose la centrale, des examens en profondeur de celui-ci vont être entrepris.

M. El Baradei a souhaité que le Japon fasse "profiter" l’AIEA de ses résultats sur un séisme ayant frappé une centrale nucléaire afin que l’Agence en tire tous les enseignements.

Pour le moment, il semble plus essentiel d’abord d’avérer les données apportées par TEPCO et de vérifier de manière contradictoire l’importance réelle de la fuite radioactive dans la mer du Japon et ses conséquences générales.

Il sera temps ensuite de déterminer si la centrale pourra ou non redémarrer un jour, sachant qu’une faille sous-marine est située à côté d’elle.

Il s’agit ici encore du droit à l’information honnête des citoyens sur leur santé.

Ce qui est en cause et en débat au Japon sur cette centrale nucléaire est la gestion de l’information ainsi que son exactitude mesurée objectivement.

Cela ne peut qu’intéresser les citoyens français, surtout avec la privatisation d’EDF-GDF qui est susceptible d’apporter en France des problèmes similaires d’information en relation avec leur source et ses intérêts propres.

Source principale de cet article : dépêche AP du 19 juillet 2007- correspondant AP Japon


Moyenne des avis sur cet article :  3.47/5   (60 votes)




Réagissez à l'article

93 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 19 juillet 2007 10:52

    Le Japon ce n’est pas la France en terme de tremblement de terre et de plaque sismique

    http://www.prim.net/citoyen/definition_risque_majeur/zonage_sismique_france /home.htm

    Un lien plein d’infos


    • loloemr 19 juillet 2007 13:19

      Allez lerma, pour une fois que je suis d’accord avec toi, je vais appuyez tes dires.

      Le Japon est à la limite de quatre plaques tectoniques, avec deux zones de subduction croisées.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Image:Placas_tect2_pt_BR.svg

      En france, il y a peu de zones sismiques très actives (en gros Alpes + pyrénnées) et le risque est incomparable.

      Les Japonais n’ont aucun endroit sur leur île leur permettant de construire une centrale à l’abri d’un tremblement de terre alors que nous on peut éviter ce risque ...


    • goc goc 19 juillet 2007 15:10

      vous oubliez juste un detail : Cadarache se trouve sur une faille, et a moins de 100km de là a eu lieu en 1908, le plus important tremblement de terre en France

      or en terme geologique, 100ans ne representent qu’une fraction de temps tres infime


    • V.B. 24 juillet 2007 10:23

      Je confirme, sauf pour la date. Le séisme le plus destructeur en France à eu lieu en 1909 (http://www.canalu.com/canalgeo/1310014996/img/doc4.jpg).

      Il a eu lieu sur la faille de la Trévaresse, qui passe exactement sous Marcoule (saint-paul-lès-durance) puisque la faille s’étend de château-Arnoux à Meyrargues (http://www.edusismoprovence.ac-aix-marseille.fr/1/13_details/jpurnal4/geologie.htm).

      Cependant si vous lisez le contenu du lien ci-dessus, vous vous rendrez-compte que le risque est faible pour la prochaine centaine d’année tout au moins, et INCOMPARABLE avec le risque sismique japonais, le japon étant une zone de subduction...


    • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 19 juillet 2007 11:00

      Vous oubliez de parler de la politique habituel des japonais qui est de toujours essayer de cacher les « choses désagréables », jusqu’à nier l’évidence, pour ensuite demander publiquement et médiatiquement le pardon, à genou et la tête contre le sol.

      Et comme d’hab, comme à chaque incident concernant une centrale nucléaire, on a toujours un petit mot pour EDF. A force de vouloir absolument faire du anti-nucléaire à tout pris, cela tourne au ridicule, si on vous écoute en France on aurait des centrales dans un état équivalent à celle de la Biélorussie, avec des enceintes en papier mâchée et qui se trouveraient toutes sur des failles sismique de forte activité. smiley


      • Avatar 19 juillet 2007 11:07

        L’histoire récente nous montre que les nuages radioactifs reconnaissent les frontières et savent s’arrêter nets aux postes de douanes.

        Les voisins des nippons n’ont donc pas à s’inquiéter !!!

         smiley


      • Achéron 19 juillet 2007 12:13

        C’est pas faux smiley


      • Yannick J. Yannick J. 19 juillet 2007 13:33

        aaahhh tout à fait il a été vachtement poli ce nuage de tchernobyl... pile poil arèté aux frontières !!!

        remarques, logique pour un nuage mutant....


      • g.jacquin g.jacquin 19 juillet 2007 14:48

        Ah ! le débat avance... Cela faisait longtemps qu’on nous avait pas parlé de Tchernobyl !!! smiley

        En même temps, bien qu’il soit nécessaire d’attendre les résultats des dégâts pour commencer à analyser et éventuellement critiquer, il faut remarquer que ce séisme particulièrement violent, n’a pas réduit en cendre cette centrale ! Et de ce point de vue, c’est (assez) rassurant.

        g.jacquin


      • goc goc 19 juillet 2007 15:12

        c’est quoi que t’as pas compris ??

        radioactif ???

         smiley


      • Dégueuloir Dégueuloir 19 juillet 2007 22:19

        on se rassure comme on peut !mais il en reste pas moins vrai que l’on est assis au milieu de bombe à retardement,que la centrale soit neuve et de dernier cri ou ancienne (comme il en reste dans le monde)il faut être réaliste,de grands dangers existent et je souhaite sincérement qu’il n’arrive rien car une catastrophe majeure est toujours possible et les conséquences seraient incommensurables.Vous les inconditionnels du nucléaire,êtes vous prêts à assumer les grands risques pour tous les autres ? Songez aussi au prix exorbitant d’une centrale N et au coût du démantellement futur sans compter les risques multipliés,combien nous a couté superphénix ? un gouffre ! que va t’on laisser aux générations futures,des déchets,des centrales à démanteler et peut-être les conséquences d’accidents irresponsables .J’ai bien peur que le nucléaire ne fusse pas l’avenir.....voir comme substitutions possibles,la fusion froide et l’énergie libre .....


      • g.jacquin g.jacquin 20 juillet 2007 05:07

        Si justement ! Je trouve le sujet trop grave pour ne pas raconter n’importe quoi !

        S’il arrivait une catastrophe sur un réacteur de dernière génération, ou que ce soit dans le monde, à tord ou à raison, c’est l’ensemble du programme Français qui serait remis en cause !

        Je serais curieux de savoir comment on pourrait substituer 80GWe de nucléaire par une autre source de production, du jour au lendemain.

        Je suppose (mais je peu me tromper) que les anti-nucléaire seraient les premiers à hurler suite aux nombreuses coupures d’électricité qui en résulterait et apprécieraient un tarif du kWh multiplié probablement par 50 ou 100. Et que diraient-ils des 160 000 éoliennes qui devraient couvrir le territoire pour retrouver les 80 GWe du nuc....

        En même temps, je ne peux imaginer, quand mettant une centrale nucléaire à proximité d’une faille, les concepteurs n’aient pas intégrés les risques et fait le nécessaire pour que celle ci ne soit pas détruite au premier séisme.

        Donc, je redis : Cela ne sert à rien de laisser supposer que peut être.... Attendons d’en savoir plus.

        g.jacquin


      • Dégueuloir Dégueuloir 20 juillet 2007 15:02

        je vois.... smiley il faut un putain de coup de poing dans la « gueule » pour comprendre enfin que le nucléaire est un miroir aux alouettes,combien faudra t’il de catastrophes majeures pour prendre conscience...« science sans conscience est la mort de l’âme »...Toutefois il faut être aussi pragmatique,on ne peut arrêter du jour au lendemain la production,il va falloir une génération pour sortir de cette impasse !! à condition de commencer dés maintenant...il y avait quelqu’un qui riait de bon coeur au sujet de la « fusion froide »,je lui conseille de se documenter,des chercheurs éminents ont planché sur le sujet et le font encore (sans crédits ) ainsi que sur l’énergie libre,mais il existe d’autres voies de recherche,les lois de la physique actuelles sont incomplètes et ça, les scientifiques le savent bien,de grandes découvertes sont sur le point d’avoir lieu,le nouveau accelérateur du CERN à Genéve démontrera à n’en point douter de nouvelles données sur l’énergie et la matière avec des possibilités futures quant à la production ...


      • Dégueuloir Dégueuloir 20 juillet 2007 15:06

        « Il n’y a pas de crise de l’Energie, mais simplement une crise d’Ignorance » B. Fuller http://quanthomme.free.fr/energielibre/fusion/PageMenuFfroide.htm


      • BMD 24 juillet 2007 13:24

        Mais les paranoïaques antinucléaires sont des complices objectifs de la politique actuelle de développement du charbon, qui a déjà beaucoup plus tué par la pollution atmosphérique et par les accidents miniers que ne l’a fait le nucléaire et qui nous mettra à genoux avec l’effet de serre. Renseignez-vous !


      • g.jacquin g.jacquin 25 juillet 2007 05:35

        @dégueuloir

        Je vous trouve bien excessif ! C’est votre pseudo (ou votre nom mais cela m’étonnerait) qui vous monte à la tête ?

        Si le nucléaire était un miroir aux alouettes, depuis le temps, cela se saurait !

        Donc vous ne voyez rien...

        Lorsque vous allumez votre lampe de chevet le soir, c’est plus de 85% de l’énergie nucléaire que cette lampe consomme. Mais vous avez le choix, si vous voulez lire, vous pouvez toujours allumer une bougie (mais là encore, cela m’étonnerait) !

        Et tous les coups de poing dans la g....e n’y changeront rien.

        Si vous voulez vous battre contre le nucléaire, commencez par manifester pour la fermeture des quelques centrales, type Tchernobyl qui fonctionnent encore...

        Quand à la fusion, quelle soit froide ou chaude, peu importe, l’objectif est de produire de l’énergie. Mais en attendant, nous sommes pas mal à ne pas vouloir régresser.

        « Science sans conscience est la mort de l’âme » ...Rabelais va se retourner dans sa tombe...

        Il a écrit : « Sagesse n’entre pas en âme malveillante et que Science sans Conscience n’est que ruine de l’âme »

        En la matière, la sagesse, c’est déjà d’attendre les résultats de l’enquête avant de tirer des conclusions hâtives et que votre conscience se mette à la place de ceux qui ne pourront payer leur facture d’électricité lorsque vous aurez arrêté toutes les centrales nucléaires.

        g.jacquin


      • faxtronic faxtronic 19 juillet 2007 11:46

        Des problemes similaires !!!!! Le japon, similaire a la france en question de seisme ???? Il y a 1 seisme toutes les 5 minutes au japon. En 1 an j en ai vecu trois de grandes ampleur, ou on a l’impression que qu’ il y a un train qui vous passe a cote, ou bien je me souviens qu’il y avit un volcan apparu dans la ville de Tottori. Les journalistes pataugeaient dans l’asphalte fondu, ca les faisait marre.

        Similaire, le japon et la france, question de mentalite ! Surement pas. Le Japon, il y a beaucoup de silence et de secret. Combien de lyceem savent ils que la particapation du Japon a la seconde mondiale ne s’est pas limite a Hiroshima, peu je pense. Neanmoins des que le scandale approche, la honte surgit et les coupables sont confits de honte, contrairement a la France, helas...

        Par contre c’est un accident nucleaire tres interessant a etudier, car cette centrale est moderne, contrairement a la bouse sovietique de Tchernobyl. Comment sera l’accident, de quel taille l’impact sera. Tres interessant tout cela.


        • Achéron 19 juillet 2007 12:12

          Même si je partage votre opinion, je ne sais pas si le terme « intéressant » est adéquat dans cette situation... smiley


        • faxtronic faxtronic 19 juillet 2007 12:35

          Si, interessant. Il n’y a pas a y mettre d’emotions paraistes. Une centrale des plus modernes a subit un choc. Comment va t elle reagir ? Voila quelque chose qui peut ne apprendre bien des choses, si l’on supprime l’emotivite, le scoop ou la propagande. les specialistes tireront de cette inopputune faille pour ameliorer encore plus les centrales nucleaires et reduire les risques d’accident.


        • Algunet 19 juillet 2007 12:39

          Tout votre argumentaire tient dans le fait que la dose de radioactivité qui s’est échappée et le double de celle annoncée initialement « plus de 50% ! » Pensez ! Peu vous importe si cette dose infime est largement en dessous du seuil admis comme sans danger en ne dépassant pas le seuil de sécurité, de 2 fois rien on serait passé à 3 fois rien…

          Non, ce qui est en cause dans cette affaire ce n’est pas la cinquantaine d’incidents mineurs recensés ni la faible dose de radioactivité déversée dans la mer, c’est le temps de réaction de Tepco, son erreur de calcul et donc sa crédibilité. Les autorités n’ont pas caché leur inquiétude à ce sujet. « Je crois que l’on ne peut faire fonctionner les centrales nucléaires qu’avec la confiance de la population », a déclaré mardi le Premier ministre Shinzo Abe aux journalistes à Tokyo. La réponse est claire et responsable, la centrale ne redémarrera que lorsque l’autorité gouvernemental en relation avec l’AIEA sera sure de l’aptitude des dirigeants du site avec en parallèle la certitude que la centrale répond effectivement aux normes de sécurité... Quant à votre aparté avec EDF et les privatisations à venir qui ne pourraient qu’apporter des effets similaires elle n’engage que vous et n’est pas du tout démontrée.


          • mandrier 19 juillet 2007 12:41

            C’est bien pour cela qu’il faut confier la conception, la maitrise d’ouvrage et l’exploitation à des organismes tels que le CEA et EDF... Privatiser des centrales nucléaires c’est aller à l’aventure ...


            • faxtronic faxtronic 19 juillet 2007 12:46

              oui c’est clair. les centrales nucleaires sont strategiques et potentiellement dangereuses si mal utilisee, et se doivent d’etre sous controle de l’etat. mais bon, cela fut decidé autrement.


            • g.jacquin g.jacquin 19 juillet 2007 14:54

              On peut même dire de façon globale, que privatiser une partie d’EDF (quelle qu’elle soit) est de toute façon, prendre un risque totalement inutile qui ne peut que nous couter cher.

              g.jacquin


            • 2D 19 juillet 2007 13:01

              Moi je trouve que vous pointez fort justement du doigt le probleme quipeut se poser avec la privatisation des fournisseurs d’energie : l’interet de l’entreprise est rarement celui de l’ensemble des citoyens, et celles ci ne se genent pas pour travestir la vérité quand cela les arrange. Ceci etant dit, normalement en France les centrales devraient rester dans le giron public. ce qui peut laisser esperer une maintenance des equipements et un souci constant de la securité des citoyens. @avatar : l’experience du nuage s’arretant a la frontiere nous demontre effectivement que la confiance en nos dirigeants doit etre toute relative en ce domaine. @Ierma : cadarache ne serait pas situé en plein dans une zone sismique... ? tous les professeurs de geologie de n’impporte quelle université vous diront qu’a moyen terme le sud de la france connaitra des seismes majeurs. c’est incontournable. le mouvement des plaques qui ont fait naitre les alpes ne s’est jamais arreté...


              • Sorw 19 juillet 2007 13:19

                Article intéressant, finalement on apprend pas mal de choses ... mais j’ai un peu peur que ce soit surtout la dépêche de l’AFP qui soit intéressante à l’origine. Je note quelques petits problèmes cela dit :

                1) L’article n’est pas vraiment objectif

                2) L’article donne l’impression de dénoncer un scandale. L’incident de la centrale en est-il vraiment un ?

                3) La plupart des phrases se terminant par un point d’exclamation font tâche et doivent clairement être reformulées pour obtenir un style journalistique correct.

                Je pense avoir appris beaucoup en lisant l’article, mais le style agressif le rend très délicat à lire.

                - Sorw


                • g.jacquin g.jacquin 19 juillet 2007 15:09

                  J’ajouterai qu’il y en assez d’entendre parler au conditionnel. C’est vrai pour de nombreux articles sur AV (on n’a pas affaire à des pros) mais c’est surtout vrai pour les Pujadas et autres PPDA (j’en passe et des biens meilleurs mais moins connus).

                  Le conditionnel, c’est exprimer le doute, traiter une info non confirmée...

                  En d’autre termes plus franchouillard, si tu ne sais pas de quoi tu parles, tu fermes ta g....e. smiley

                  Hors c’est bien le cas avec cet article qui repose sur des infos non confirmées (quantité de radiations émises).

                  g.jacquin


                • tseparis tseparis 19 juillet 2007 19:27

                  L’article est au contraire très objectif. Il fait suite aux premières déclarations minimisant les dégâts et le risque. Voir info du 16 juillet :
                  http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3216,36-936128@51-935738,0.html
                  et
                  http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3216,36-936303@51-935738,0.html
                  où il était question de « fuite bégnine »
                  et
                  http://www.lemonde.fr/web/blog_element/0,40-0@2-3216,50-936128,0.html
                  (même chose de toutes les chaines infos TV (lci, bfm, itele, euronews...)
                  voir aussi sur Naturavox le premier billet de Fab. :
                  http://www.naturavox.fr/article.php3?id_article=1397

                  @Morgul : les normes de sécurité des constructions des centrales en France sont nettement moins élevées qu’au Japon, car, et c’est l’erreur, on est parti du postulat d’une sismicité moindre en France.

                  Pour en revenir au Japon, je trouve comme T.Rex aberrant d’y avoir construit des centrales nucléaires. En supposant qu’en cas d’accident tout s’arrête bien (7 réacteurs à arrêter en un clin d’oeil, cela reste à prouver..) la matière radioactive existante ne s’en répandra pas moins dans la nature, si destruction de la centrale sous l’effet d’un futur séisme, il y a.


                • grosquick 19 juillet 2007 13:44

                  Bonjour tous ! Je suis tout nouvellement inscrit, cet article me fait penser à une petite corrélation... Je vais un peu dévier des autres commentaires juste pour rappeller que le centre de recherche nucléaire français (Cadarche) accueillant le projet ITER est situé en plein sur la faille sismique la plus active de France (la faille d’Aix en Provence-Durance).


                  • Anto 19 juillet 2007 13:56

                    Et justement, il est amusant(?) de noter que Cadarache etait justement en competition avec un site Japonais pour accueillir ITER. Alors ? Est-ce qu’une activite sismique minimale est necessaire pour que la fusion nucleaire soit stable ?


                  • Nicolas Proix 19 juillet 2007 14:12

                    . . . et peut-être aussi rappeler que Cadarache (les installations actuelles aussi bien qu’ITER) n’est PAS une centrale nucléaire. Et ne contient donc pas des tonnes de matières fissiles et radioactives. C’est un centre d’essai, donc contenant des quantités très limitées de produits.

                    Qui plus est, ITER sera un centre de recherche sur la fusion nucléaire. Donc l’utilisation et la production de matières très peu radioactives en comparaison de l’uranium 235, de l’uranium 238 et du plutonium 239.


                  • Anto 19 juillet 2007 14:36

                    taratata. Nicolas. La principale securite qu’apporte ITER ne vient pas du fait qu’ils n’utilisent pas de plutonium. C’est surtout le fait que la reaction nucleaire ne risque pas de s’emballer dans un tokamak. Par contre, ITER est un projet experimental qui nous permettra de creer des plasma plus puissant et plus long. Donc quelque chose que notre theorie ne decrit pas entierement, quelque chose qui va faire avancer la recherche.

                    Et, la fusion, la creation d’une reaction solaire dans un milieu confine est potentiellement infiniment plus dangereuse qu’une centrale nucleaire.

                    Donc , pointer le fait que ITER est sur une faille, est tout sauf anodin. Tout ce que l’on peut esperer c’est que ce risque a ete correctement evalue.


                  • rem 19 juillet 2007 17:03

                    « Créer un soleil miniature » n’est pas plus dangereux qu’une centrale nucléaire. Les quantités sont largement inférieures au seuil critique. Les conditions de fusion sont tellement strictes qu’au moindre incident la réaction s’arrête. Ensuite la demi-vie des éléments est de l’ordre de Quelque années contre quelque millions d’années.

                    le seul d’exemple de fusion nucléaire qui dégénère date de 2004.

                    Mais ca se passait dans le deuxième volet des aventures de Spiderman.


                  • Anto 19 juillet 2007 17:29

                    oui et si vous aviez lu ce que j’ai ecrit vous verriez que je n’ai rien a y redire. Il est certain que nous ne savons pas creer une fusion qui s’auto-alimente et que ITER ne le permettra pas. En theorie, toute anomalie a l’interieur du champs de confinement arrete la reaction immediatement. MAIS, si un jour la fusion etait maitrisee et si un jour il venait a y avoir un accident, ce ne serait pas une explosion mais on peut imaginer bien plus grave dans la nesure ou elle s’alimente elle meme. Vous voyez toute la nuance qu’apporte l’adverbe « potentiellement » ?


                  • clairette 19 juillet 2007 14:03

                    @ l’auteur,

                    Votre nouvel article me plaît bien !

                    Nous savons, pour l’avoir lu, vu et entendu en 1985, ce que valent les « mises au point » de certain gouvernement, pourtant d’un pays (le nôtre) : « où il ne pourrait exister la moindre censure sur quelque sujet que ce soit... »

                    D’accord avec les réflexions de quelques intervenants sur la situation géographique de Cadarache... même si c’est moindre comme risque... et sur les dangers de confier « au privé » l’entretien de nos centrales nucléaires !

                    Tout sujet de réflexion sur des crises pouvant arriver chez nous ne peut être que bénéfique en enrichissant l’expérience collective !


                    • Thomas Thomas 19 juillet 2007 14:08

                      L’industrie, tout particulièrement l’industrie nucléaire, est toujours prise entre deux feux : ne pas communiquer, c’est mentir, communiquer la vérité, c’est souvent affoler une population dont les réactions sont rarement constructives.

                      Le nucléaire alimente tant de phantasmes et de peurs irrationnelles que, pour un peu, sa seule évocation fait pousser des bras surnuméraires et tomber les cheveux.

                      Pendant ce temps, les secteurs de la chimie et des hydrocarbures peuvent tranquillement polluer l’atmosphère, les sols et les eaux en suscitant au plus une réaction fataliste de la population. De toute façon, la bagnole, c’est sacrée.

                      Si nous voulons avoir systématiquement la vérité sur tous les incidents/accidents industriels, il faut que le public soit prêt à l’entendre.

                      Et avant de critiquer systématiquement les secteurs de l’énergie (nucléaire ou fossile), chacun devrait s’interroger sur sa propre contribution : que faisons-nous individuellement pour réduire nos dépenses énergétiques ? Economiser l’électricité au quotidien, c’est autant de centrales en moins, autant de risques en moins.


                      • lefranc-tireur lefranc-tireur 19 juillet 2007 14:27

                        Pour aller dans le sens très objectif de l’auteur concernant les 50 % en 2 jours qui ne représentent pour solde de tout compte très difficile à trouver dans ce fatras scriptural :

                        La question de la privatisation des centrale nucléaires ne devrait poser aucun problème : en effet, les ouvriers, tous syndiqués, sont adhérents de la cgt . Au pire , de la faible cfdt.syndicats qui ne représentent que 6 % des « travailleurs » soit 0.2 % de la population francaise ( juste pour imiter l’« auteur ». je ne connais pas les valeurs )

                        Hors, en ce qui concerne ceux qui ont mis à jour ce scandale au japon, ce sont comme indiqué plus souvent que la valeur du 0, 00000000001 ( plus lisible comme ça :D ) c’est la cgt du japon. Hors, tchernobyl, c’était le pc ( PS soviétique ) et le gouvernement qui stoppa le nuage radio-actif à nos frontières comme charles martel les arabes à poitier n’était que le gouvernement socialo-communiste de l’époque .

                        Donc, nous devrions en toute logique être en toute sécurité. [ fin mode troll off / ]

                        Sur ce, bon week-end , moi, je vais m’éclairer aux bougies.

                        A mon avis, faudra être vigilants à la rentrée si vous voulez casser dans l’oeuf tous ces buz que certains s’entraînent à mettre en place .


                        • Thomas Thomas 19 juillet 2007 14:38

                          Concernant le fameux nuage de Tchernobyl, j’avais obtenu une explication plus convaincante lorsque j’avais fait ma formation de radioprotection : le nuage ne s’est évidemment pas arrêté à la frontière ; en revanche, le seuil imposant une information du public était à l’époque nettement plus tolérant en France qu’en Suisse en en Allemagne. Cela, combiné au fait que la France était plus éloignée (donc l’activité du nuage était plus diluée) fait que le seuil d’alerte n’était pas atteint en France... d’où pas d’alerte, pas de nuage !


                        • Plus robert que Redford 20 juillet 2007 00:21

                          Pas d’accord ! Rappelez-vous le témoignage des pompiers (ou des gendarmes, je ne sais plus) de Porto Vecchio qui ayant constaté que le détecteur de radioactivité hurlait de façon récurrente l’ont débranché persuadés d’avoir affaire à un dysfonctionnement inopportun ! Je suppose que l’engin en question était réglé par rapport à un seuil normatif, histoire de ne pas gueuler au moindre pet de travers... Donc, le seuil a bel et bien été dépassé sans que quiconque ne se pose de question sur le coup !


                        • BMD 25 juillet 2007 10:11

                          A propos du nuage qui s’est arrêté à nos frontières. N’était-ce pas Madelin le ministre de l’Industrie à cette époque ? et quelqu’un peut-il se rappeler les termes exacts de la fameuse phrase et qui l’a prononcée ?


                        • BGJF 19 juillet 2007 14:40

                          L’article me paraît intéressant mais incomplet.

                          Il agite au moins 2 épouvantails :

                          - le risque radioactif,
                          - les risques entraînés par la privatisation d’EDF-GDF,

                          et les réactions à l’article montrent les résultats de cet effet de chiffon rouge smiley.

                          Concernant le risque radioactif, il aurait fallu compléter en donnant des indications ou des liens vers les sources d’infos adéquates ; quels résultats de mesures effectives sur le site (en becquerels, plutôt qu’en données relatives mais non référencées) ? quelles comparaisons (par exemple, par rapport à une sympathique rando de 15 jours sur les volcans d’Auvergne, sur les monts d’Arrée en Bretagne, ou par rapport à une demi journée de bricolage dans ma cave vosgienne dans laquelle surgit du Radon 100% naturel, ou lors d’une journée d’avion sur vol transcontinental) ? Rappelons-nous que ce flou était précisément ce qui était reproché aux Professeurs Pellerin et Chanteur, de l’ex-SCPRI, smiley (http://w1.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=notice&from=fulltext&mc=Chanteur,%20Jean&num_notice=1&total)

                          J’aurais également été intéressé par la réaction d’EDF : leurs experts et leurs appareils ont-ils été envoyés sur-le-champ sur le site TEPCO smiley ?

                          Concernant les risques entraînés par la privatisation d’EDF-GDF, dommage de ne pas rappeler que du temps des monopoles, ces organismes avaient obligation de distribuer leurs énergies respectives aux meilleures conditions et au moindre coût, c’est à dire dans le respect du meilleur rapport qualité/prix. C’est à dire, d’une autre façon, des conditions impossibles à tenir pour n’importe quelle société privée, aussi puissante soit-elle. Curieux, d’ailleurs, cet acharnement à vouloir privatiser ces organismes autrefois parapublics : on entendait auparavant que les fonctionnaires et assimilés n’étaient « pas rentables », thèses également reprises, mais pour des raisons opposées, par certains « camarades syndiqués » martelant qu’un organisme public « n’a pas à être rentable ». Le résultat est là : un vrai service public désormais cassé smiley.

                          Par ailleurs, il aurait été intéressant de resituer cette information « nucléaire/séisme » dans le contexte de la lutte sourde mais brutale pour la quête et l’exploitation des gisements de matériaux radioactifs pour les 100 prochaines années. Il me paraît clair qu’en minimisant les problèmes liés au séisme, TEPCO cherche à afficher une sérénité de façade pour ses délicates relations sur ses sites d’extraction.

                          Enfin, je trouve irritantes les généralisations abusives du commentaire mentionnant la « politique habituelle » des japonais qui serait de « nier l’évidence » : smiley en effet, même si on peut garder en tête le récent négationnisme d’un certain ministre, cette partie de commentaire est inutilement vexante en l’état.


                          • Philippe Vassé Philippe Vassé 19 juillet 2007 15:21

                            Aux lecteurs-commentateurs,

                            Je ne peux répondre à chacun de vous, mais certaines observations méritent toute fois d’être abordées par leur esprit constructif évident :

                            1- Sur les mesures brutes de la radioactivité qui a fuité : justement, c’est bien là le problème, TEPCO n’a pas encore donné ces informations à la presse et au public. TEPCO n’a communiqué que les éléments que la dépêche AP, et pas AFP a donnés.

                            2- sur Shizu Abe et la crédibilité de ses dires : un gouvernement qui a trois jours de retard pour découvrir, par le fait, de plus, de gens sans lien avec les autorités publiques et TEPCO, l’existence d’une fuite plus grave qu’annoncée auparavant, plus une faille sismique à côté du réacteur, ce qui l’oblige à fermer la centrale nucléaire immédiatement, peut ne pas être cru sérieusement. On notera aussi que le gouvernement a été dans cette affaire « l’obligé » de TEPCO et des chercheurs indépendants. Les services de l’Etat ont été plus « secoués » pour se réveiller par les déclarations de Mohamed El Baradei que par le Premier Ministre en charge de la sécurité publique, mais désemparé par une défaite électorale cinglante annoncée pour le vote du 29 juillet !

                            3- Sur ce point du gouvernement, il est intéressant de noter que le gouvernement japonais ne « communique » maintenant et ne réagit techniquement que sous l’effet d’une polémique initiée par des recherches et analyses indépendantes. Où sont les techniciens et experts en énergie atomique du gouvernement et que disent leurs responsables ? On n’en sait rien, c’est TEPCO qui a « donné » SES informations et le gouvernement qui a suivi en les subissant les effets des informations données par les chercheurs indépendants qui ont permis de lever le voile des mensonges et des non-dits.

                            4- Ma petite phrase sur les conséquences possibles de la privatisation d’EDF-GDF a fait réagir certains sur divers points. Il y a avec l’exemple japonais de TEPCO des enseignements à tirer. Mais, pour le moment, il me semble préférable d’informer sur les faits. Ensuite, à chaque citoyen de tirer ses propres conclusions.

                            Bien cordialement à tous et merci pour vos commentaires, qui montrent l’intérêt du sujet et la nécessité de l’information libre et honnête en la matière comme d’ailleurs en toute matière.


                            • stephanemot stephanemot 19 juillet 2007 16:34

                              A mon humble avis, les Japonais seraient plus inspirés de passer à la géothermie comme les Islandais.

                              TEPCO s’est fendu aujourd’hui d’un communiqué (http://www.tepco.co.jp/en/press/corp-com/release/07071901-e.html), avec en prime cette jolie rétro façon souvenirs de vacances (http://www.tepco.co.jp/en/press/corp-com/release/betu07_e/images/070719e1.pdf).

                              A noter le commentaire suivant : « le maximum règlementaire d’exposition annuelle pour une personne normale est de 1 mSv. Les personnes normales sont exposées à des radiations naturelles de 2.4 mSv par an ». Autrement dit : si vous clignotez dans votre lit la nuit on n’y est pour rien, et les règlements n’ont aucune utilité.


                            • Anto 19 juillet 2007 16:59

                              la geothermie se porte bien au japon, tout comme ils sont a la pointe de tout le secteur concernant les energies renouvelable, le recyclage, et les economies d’energie a cause de la pauvrete du sol, du manque de superficie et de leur demographie.


                            • BMD 24 juillet 2007 14:38

                              @l’auteur, vous vous faites un peu trop facilement une vertu. La dépêche de l’AFP est courte, mais au moment où vous avez fait votre article, il y avait certes peu d’informations, mais quelques unes essentielles à donner : il s’agit dit-on d’une fuite d’eau radioactive de 90 000 becquerels,initialement annoncée à 60 000, mais vous vous contentez de parler de 50% de plus.Vous présentez les 50% mais pas la valeur, dont vous auriez pu dire qu’elle représentait quelque chose de ridiculement faible et difficile à mesurer exactement, de plus sans le moindre danger,cela d’autant plus que cette eau a été diluée en mer.Cela représente la radioactivité à l’oeuvre dans quelques centaines de poissons, et ce n’est pas elle qui fera augmenter la radioactivité des poissons dans cette zone ! Vous négligez de dire qu’elle ne provenait pas du réacteur,information qui était également disponible. Vous parlez des fûts contenant des vêtements contaminés et qui se sont ouverts, mais vous ne dites pas quel danger cela représente.Je ne sais si les responsables de la centrale sous-estiment les dégâts, mais vous avez vous-même truqué par omission les quelques informations disponibles, comme l’AFP d’ailleurs.Si les responsables de Tepco et de l’AIEA ont le moindre bon sens, ils feront une analyse très précise de cet accident et il sera temps d’en tirer des conclusions, au lieu de le faire à partir d’informations pour l’instant très insuffisantes et où il n’y a pas matière pour l’instant à fouetter un chat, sinon effectivement l’inquiétude de savoir si les réacteurs ont résisté aussi bien qu’il y le paraît à première vue au tremblement de terre.Et ces conclusions seront connues par les publications spécialisées, qu’il est tout à fait possible de se procurer si on le désire vraiment. Quand au risque sismique pour les centrales en France, que n’a-t-on pu entendre sur le sujet !Les risques sismiques, comme le montre une carte présentée dans le débat, sont bien répertoriées. Les zones où il existe des risques de destruction de bâtiments sont restreintes et aucune centrale n’est installée dans ces zones.La carte des séismes de toute taille est constamment tenue à jour et confirme qu’il en est bien ainsi. La déformation n’est pas seulement l’apanage des entreprises qui vivent du nucléaire.Elle est aussi très active dans les milieux antinucléaires qui en donnent tous les jours de brillants exemples, mais eux,ils ont la conscience pure, n’est-ce-pas ?Tout cela me fait penser à une boutade de Bernard Shaw, je crois :
                              - Qu’est ce que çà peut bien faire que je sois de mauvaise foi puisque je défends une bonne cause ? Et qu’est ce que çà peut bien faire que je défende une mauvaise cause puisque je suis de bonne foi ?


                            • BMD 25 juillet 2007 10:39

                              Stéphanemot,à propos de la géothermie, vous ne semblez pas avoir en tête les ordres de grandeur !Si elle représente une partie significative de l’énergie en Islande ( en gros le chauffage des habitations et des bureaux), où il y a environ 250000 habitants sur 110 000 km2,cela ne peut pas représenter grand chose au Japon où il y a 125 millions d’habitants sur 370000 km2.L’Islande est d’ailleurs relativement plus favorisée de ce point de vue que le Japon ; Celui-ci exploite déjà notablement cette ressource pour faire de l’électricité et de la chaleur et ne peut guère faire mieux.Mais il ne s’agit que d’une contribution mineure à l’approvisionnement énergétique. Je vous suggère d’aller sur le site www.iea.org où vous trouverez les statistiques énergétiques par pays.

                              On nous rebat sans cesse les oreilles des miracles que pourraient faire les énergies renouvelables sans avoir la moindre idée des ordres de grandeur.En dehors du solaire, il n’y a pourtant guère à en attendre qu’une contribution certes intéressante,en particulier hydroélectricité et biomasse, mais assez modeste par rapport à nos besoins actuels. Et le solaire est très handicapé, comme l’est l’éolien, par son caractère intermittent. Là encore, avant de disserter sur les énergies renouvelables, il est possible de voir quelle est actuellement leur contribution réelle sur le site que j’indique. Mysticisme et imprécations n’y changeront rien, car cela relève des lois de la physique et non des croyances !


                            • T.REX T.REX 19 juillet 2007 16:39

                              « Ce qui est en cause et en débat au Japon sur cette centrale nucléaire est la gestion de l’information ainsi que son exactitude mesurée objectivement. »

                              C’est vrai que savoir si l’on va mourir peut-être intéressant. Mais je préférerais qu’on s’interroge sur le « Pourquoi construit-on des centrales nucléaires sur des zones sismiques et si prêt d’une faille sous marine ? »

                              Ils sont fous ces Japonais !


                              • faxtronic faxtronic 19 juillet 2007 18:07

                                Le japon entier est sur une faille et en daner permanent de seisme. Donc il utilise leur ingenierie pour se premunir au mieux possible des effets des seismes. Ca marche assez bien, mais les forces de la nature sont puissantes, cf Kobe 95


                              • Morgul 19 juillet 2007 16:57

                                Bonjour,

                                Concernant la polémique sur la radioactivité qui a étét rejetée, je ne peux que dire... Où sont les chiffres ? On ne peut pas dire 50% de plus c’est énorme !, parce que comme el disait un autre intervenant 50% de 0,0000000000001 c’est rien du tout. Pour ce qui est du centre de Cadarache, ITER et les autres réacteurs de recherche qui se trouvent sur le site, il en est de même que pour toutes les centrales nucléaires qui ont été construites en France. A savoir que lors des études qui sont faites avant la construction, il y a une recherche qui est faite sur le plus gros tremblement de terre qui a eu lieu sur la région où serait construite la centrale. Ensuite, l’intensite de se séisme est majoré d’un « point » (ce qui signifie au passage que l’intensité est multipliée par 10 puisque l’échelle de richter est une échelle logarithmique). Ainsi l’intensité d’un séisme est toujours étudiée et prise en compte.

                                Comme lors de toutes les fabrications de bâtiments, il existe des coefficients de sécurité qui ont été étudiés.


                                • Philippe Vassé Philippe Vassé 19 juillet 2007 17:13

                                  Morgui,

                                  Vous avez raison : le problème, cesont bien les chiffres, mais des chiffres exacts, vérifiés par des organismes différents et fondés sur la contradiction possible.

                                  Avec TEPCO, comme le montre sur son site Stephanemot, c’est en gros, « voici des chiffres invérifiables -mais aussi incompréhensibles en termes de conséquences sur la Mer du Japon-, croyez-nous sur parole ».

                                  C’est bien là le noeud du problème posé : avoir des informations fiables, compréhensibles et documentées.

                                  Or, là, nous sommes plutôt dans la « communication » réactive avec évolutions succesives des données.

                                  Bien cordialement vôtre,


                                • Claude Simon Tzecoatl 19 juillet 2007 17:22

                                  Radioaktivität, tilit, tililit, tilit, tilit...


                                  • patroc 19 juillet 2007 17:43

                                    Bon article. Ca me rappelle Tchernobyl où le nuage toxique s’était arreté à nos frontiéres, dixit nos dirigeants de l’époque (dont Sarko). Tous de mèches, quand de gros interèts sont en jeux, on raconte n’importe quoi au peuple !...


                                    • Mathias 19 juillet 2007 18:20

                                      Et autre question : pourquoi les agences chargées d’exploiter les centrales nucléaires cultivent-elles toutes ce culte du secret, du démenti et de l’opacité ? Il ne s’agit pas de réveler les plans de la centrale, mais d’informer la population des conséquences d’un accident industriel. En France aussi, les personnes s’intéressant d’un peu trop près au sujet du « risque nucléaire » sont pistées et suivies ! (cf J.F. Viel après son étude de 1995 sur les taux de leucémie infantile aux abords de La Hague)


                                      • Zygomar 20 juillet 2007 10:04

                                        Vous parlez certainement de l’ineffable Pr Viel qui était arrivé dans la conclusion de sa fameuse « étude », qu’il y avait plus de risques de développer une leucémie après avoir consommé des coquillages recueillis sur les plages de La Hague que d’avoir été exposé à Nagasaki !............ C’est bien celui-là ? Tiens on n’a pas entendu le Pr Viel depuis un bon moment. Où est-il à Nagasaki ou bien ramasse-t-il des coquillages à La Hague ?


                                      • vivelecentre 19 juillet 2007 19:00

                                        Votre article pourait avoir un quelconque interet s’il ne servait la propagande communiste habituelle du milieu de l’energie publique et bien sur votre inevitable conclusion par hazard dogmatique.... Pour votre gouverne , je vous retransmets l’information paru dans un journal de l’ouest de la France :

                                        «  »« Dernière minute Brest 19:26 - mercredi 11 juillet 2007 Brennilis : EDF se fait taper sur les doigts Fûts de déchets radioactifs corrodés, radioactivité fortement sous-évaluée, erreurs de comptage : l’Autorité de Sûreté nucléaire a constaté des »dysfonctionnements« pour le moins étonnants lors d’une inspection de la centrale nucléaire de Brennilis (Finistère), en mai dernier. EDF minimise. Plus d’informations demain dans Ouest-France »«  »

                                        Pour moi, la seul façon d’eviter ces derives est de differencier l’autorité de controle de l’executant. Seul moyen d’empecher la colusion d’interets nefaste à l’exercice de la transparence !!!

                                        Controle des pouvoirs publics exploitation par des firmes privés

                                        Le transport aerien en est l’un des plus fameux exemples ou l’ouverture s’est traduite par une baisse des couts et une progression de la securité !


                                        • T.REX T.REX 20 juillet 2007 08:07

                                          « Le transport aerien en est l’un des plus fameux exemples ou l’ouverture s’est traduite par une baisse des couts et une progression de la securité ! »

                                          J’ai plutôt l’impression qu’il n’y a jamais eu autant d’avions pourris et mal entretenus avec tous les low costs (Oh ! Low Cost !) et les Charters (pour l’Enfer).


                                        • Mohammed MADJOUR Mohammed 19 juillet 2007 20:02

                                          Le nucléaire ce n’est pas seulement les centrales et le risque de radiation en Europe n’est pas aussi minime qu’on voudrait l’imposer à l’opinion publique d’ailleurs fortement irradiée par la Désinformation !

                                          Mes chers compatriotes il y’a tout l’arsenal des armements (missiles à ogives multiples dans les silos de lancement délaissés pour ne pas dire abandonnés, sous marins délabrés, engins de toutes sortes) de l’ex URSS qui est en ce moment dans un état de décomposition avancé faute de maintenance !

                                          Ajoutez des probables fissures des centaines de réacteurs de centrales nucléaires éparpillées dans toute l’Europe et vous aurez un risque très éloigné du zéro !

                                          N’oubliez pas de multiplier ce risque par un gros coéfficient sismique et vous réaliserez facilement dans quel Monde vous vivez ! Rassurez-vous les Africains seront servis malgré eux à cause de la loi météo, ils échapperont ainsi au remboursement de leurs dettes...

                                          Le commerce n’a jamais été équitable mais l’apocalypse nucléaire le sera ! Qui a dit que les droits de l’homme étaient bafoués, Ce Monde n’ést-il pas juste ?

                                          MOHAMMED.


                                          • Marc Bruxman 19 juillet 2007 20:26

                                            Faux. Après Chernobyl il vallait mieux vivre en Grande Bretagne plutot qu’en Ukraine. Et si une centrale pétait en France, il vaudrait mieux vivre a Moscou qu’a coté de la dite centrale.

                                            Donc non cela ne sera pas équitable. A moins que l’on parle d’une vraie guerre nucléaire et encore, je ne suis même pas sur que l’affrique se prenne une bombe en cas de guerre nucléaire. Après avec la météo le résultat sera forcément triste, mais moins qu’en France. (Quoi que au moins on sera mort de suite).


                                          • Plus robert que Redford 20 juillet 2007 00:34

                                            Pour rester dans l’alarmisme apocalyptique (je rigole, mais j’y crois quand même !) un p’tit lien vers ce qui nous attend avec les « Armes à Uranuim Appauvri » http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=130

                                            Comme disait le regretté Desproges : Vivons heureux en attendant la mort !


                                          • jako jako 20 juillet 2007 09:02

                                            Bonjour, merci pour le lien vraiment excellent


                                          • BMD 24 juillet 2007 15:06

                                            @plus Robert que Redford Cette description des effets de l’uranium appauvri est vraiment apocalyptique !Ceux qui l’ont rédigée n’en avait-il pas trop respiré et cela ne leur est-il pas monté au cerveau ?On croirait un texte de désinformation rédigé par Stéphane Lhomme !Une question par exemple:il y a en moyenne de l’ordre d’un gramme d’uranium par m3 de granite. Les granitiers qui exploitent le granite produisent de la poussière de granite qu’ils inhalent en permanence avec l’uranium qu’elle contient, et cela pendant des années. A-t-on constaté chez eux les maladies en question ?La toxicité chimique et de la radiotoxicité de l’uranium ont fait l’objet de très nombreuses études ; ces toxicités existent bien évidemment mais les conclusions des études n’ont rien à voir avec ce qui est écrit là. Mais ces conclusions ne sont bien sûr que de la désinformation véhiculée par de pseudoscientifiques pronucléaires !Tandis que le texte que vous présentez est de toute évidence de l’information vraie présentée par de vrais scientifiques indépendants de toute attache avec des antinucléaires !


                                          • Marc Bruxman 19 juillet 2007 20:22

                                            D’un autre coté demander au gestionnaire de la centrale de donner lui même les chiffres c’est un peu demander au voleur combien il a volé !

                                            Le gérant sait très bien qu’on va lui demander des réparations pour les dommages causés donc il minimise et tente de réparer au plus vite l’outil de production.

                                            Ce qui est étrange et désolant c’est que personne si ce n’est le coco du coin n’ait bougé ses fesses jusqu’à la centrale pour prendre des mesures. A mon avis c’eut été le travail de la police de venir faire un relevé et de rendre ce dernier public. Des associations indépendentes pourraient bien sur venir en faire de même.

                                            Et contrairement à ce que vous dite, logiquement le fait d’avoir à faire à des société privées devrait (mais ce ne fut ici pas le cas) augmenter la transparence : L’entreprise fait son boulot, la police fait les relever (elle est indépendente du gérant) et la justice fait son travail ensuite.

                                            Cela dit, l’histoire a prouvé que le nuage de tchernobyl pouvait s’arréter à nos frontiéres alors que l’état français n’avait aucun intéret à truquer cette information. Le point positif dans cette histoire est donc que la vérité a fini par éclater.


                                            • V.B. 20 juillet 2007 19:18

                                              Bonjours à tous.

                                              En tant que thésard dans un laboratoire de recherche du CEA - le commissariat à l’énergie atomique - je me permet (si si) d’ouvrir une fois de plus ma grande trappe. Je tiens juste à rappeller ici quelques principes de physique nucléaire ... DE TERMINALE (! !!)
                                              - la dose relachée lors du tremblement de terre a été annoncée dans un premier temps comme étant de 60000 Becquerels, puis corrigée à 90000 Becquerels (si si, les chiffres ont été publiés...). Je rappelle qu’un becquerel correspond à une désintégration radiocative par seconde. Ma radioactivité étant un phénomène NATUREL, il est bon de rappeller qu’un homme moyen (70 kg) dégage une radioactivité de 4000 Becquerels. Si si ! La dose totale de radioactivité relachée dans l’environnement est donc l’équivalent de ... la radioactivité de 22 personnes. Mon dieu, c’est beaucoup...
                                              - d’autre part, ce rejet a été effectué dans la mer. L’auteur de l’article aurait-il déjà entendu parler de dilution ?


                                              • Philippe Vassé Philippe Vassé 22 juillet 2007 05:13

                                                Bonjour,

                                                Je vous remercie de votre intervention, qui, si elle reprend les chiffres de la seule TEPCO, est fort « amusante » en soi car elle n’aborde aucun point CENTRAL que l’article énonce, et notamment la problématique de l’apport d’informations fiables et contradictoires, donc vérifiables par des groupes indépendants du producteur TEPCO.

                                                Les autorités japonaises ferment leur plus importante centrale nucléaire pour une « fuite » de 90000 becquerels, selon votre croyance en les chiffers de TEPCO. Et vous ne voyez que cela, pas plus en-dessous et plus loin. Dommage !

                                                Et bien sûr, depuis l’article, les lecteurs ont tous noté les dégâts croissants annoncés, la rupture d’une canalisation, plusieurs autres problèmes qui affectaient la sécurité de l’installation et des personnels qui y travaillent.

                                                Il semble heureux que vous n’ayez pas eu à gérer la situation sur place, en partant de votre seul annonce de TEPCO sur la radioactivité « diluée » en Mer du Japon. Mais là n’est le noeud du débat.

                                                Comme vous avez dû le noter, mon propos n’était en rien d’initier un débat sur des faits scientifiquement à cette heure invérifiables par toute personne sérieuse et de bonne foi, mais de SEULEMENT évoquer une problématique de l’information.

                                                Il est d’ailleurs instructif que, lorsqu’on écrit un article sur une centrale nucléaire, l’auteur (ici moi en l’occurrence) soit aussitôt vu comme pro ou anti. Il est des réactions qui en disent long sur l’attention apportée à une lecture d’article qui justement ne s’occupe pas de ce débat.

                                                Je suis désolé de vous décevoir, je ne suis ni l’un, ni l’autre. Je ne me sens pas assez compétent sur le sujet pour me permettre une position de fond.

                                                Mon souhait, quand survient un risque industriel majeur, qu’il soit nucléaire ou chimique ou autre, c’est de tenter de vérifier si la vérité entière et exacte nous est dite.

                                                J’essaie seulement de faire réfléchir les citoyens sur les problématiques de l’information libre et indépendante, ses sources fiables et les difficultés justement d’appréciation, bref d’en appeler à l’esprit citoyen critique des sources de ladite information.

                                                Pour le reste, les débats de fond sur les thèmes du nucléaire entre spécialistes qualifiés, n’étant pas rentré dedans, je les laisse à ceux qui savent.

                                                Merci donc de bien lire un article avant de parler à côté du sujet de fond qu’il aborde, sans avoir compris son sens.

                                                Bien cordialement vôtre,


                                              • g.jacquin g.jacquin 21 juillet 2007 10:39

                                                @V.B.

                                                J’ai cru pendant un moment qu’on était peu à avoir les pieds sur terre !

                                                Votre commentaire va en calmer plus d’un...

                                                Encore une fois, pour tous les rédacteurs, merci de ne plus parler au conditionnel et de vérifier vos sources !

                                                Si vous ne savez pas ou que vous ne pouvez pas vérifier les dire ou, les allégations des uns et des autres, vous n’en parlez pas, ou plus simplement, vous posez la question !

                                                Je pense que l’on peu écrire de très bons articles (et dans AV, il y en à pleins) sans faire du catastrophisme, crier au loup, ou faire en sorte de laisser planer la suspicion (ce qui est le cas pour cet article).

                                                g.jacquin


                                                • Philippe Vassé Philippe Vassé 22 juillet 2007 05:27

                                                  Bonjour,

                                                  Il me semble que vous avez dû lire l’article initial bien vite pour parler de catastrophisme dans son corps, puisque ledit article vise, beaucoup l’ont compris, la problématique de l’information donnée, ses sources, sa fiabilité, donc celle de ses sources, et non le problème en lui-même.

                                                  Bien sûr, outre cette « réactivité » passionnée que vous avez montrée pour dénoncer ce que je ne dis pas, il me semble que la fermeture sine die de la centrale en question paraît plutôt confirmer ma position secondaire qui était de justement promouvoir le principe de précaution-vérification- réparation quans aux causes avancées successivement.

                                                  Je suis désolé si je vis dans un pays loin de la France où quand on évoque un sujet, les citoyens débattent du sujet et non de leurs propres idées sur autre chose.

                                                  Au Japon, le débat fait rage sur justement la problématique de l’information exacte et sincère que j’ai abordé, en relation avec cet accident industriel.

                                                  Dans quelques jours, selon tous les sondages, le Premier Ministre Abe va subir une cinglante défaite électorale. Peut-être, avec d’autres dossiers que j’ai abordés sur Agoravox, sa volonté initiale de croire aveuglément TEPCO va peser lourd dans les résultats du scrutin contre lui.

                                                  Je rappelle enfin que le suet était informatif et proposait une réflexion. Mais, il concerne avant tout non un débat franco-français assez manichéen, mais le Japon et les Japonais.

                                                  Merci donc de lire un article sereinement avant de lui faire dire ce qu’il ne dit pas car ce n’était pas son objet.

                                                  Bien cordialement vôtre,


                                                • g.jacquin g.jacquin 23 juillet 2007 07:44

                                                  Vous parlez de problématique de l’information, de ses sources.... Justement, il est évident que pour parler d’un sujet, quel qu’il soit, il vaut mieux le connaître !

                                                  Effectivement, vous ne dites pas directement les choses, vous préférez que les lecteurs les déduisent. C’est limite fourbe, et cela nuit au débat.

                                                  Vous avez commis ceci : « Je suis désolé si je vis dans un pays loin de la France où quand on évoque un sujet, les citoyens débattent du sujet et non de leurs propres idées sur autre chose ». En effet, en France notre QI à largement baissé, c’est depuis que vous êtes parti !

                                                  Et aussi : « Je rappelle enfin que le sujet était informatif et proposait une réflexion. Mais, il concerne avant tout non un débat franco-français assez manichéen, mais le Japon et les Japonais ». Votre article ne présente rien de nouveau par rapport à l’information que nous connaissons et votre proposition de réflexion sur ce sujet n’est pas des plus pertinentes ! En tout cas, elle n’amène rien de neuf dans le débat.

                                                  Restez-en aux faits :

                                                  Un séisme de magnitude 6.6 à 10 km de profondeur (donc superficiel. Ce qui veut dire que les effets sont peu atténués par la profondeur) et à environ 10 km de distance de la centrale(Encore une fois, les effets sont peu atténués par la distance)

                                                  Résultat :

                                                  Sur les quatres réacteurs en service,les procédures d’arrêt d’urgence ont fonctionnées normalement. Donc, aucun problème.

                                                  Si vous n’admettez pas cela, il faut mettre en cause tous les réacteurs du Japon mais dans ce cas, commencer par nous préciser vos compétences en la matière ou vos sources (merci de ne pas nous proposer Spirou ou équivalent).

                                                  Hors, votre façon de présenter cet événement est partial. En effet cela manque largement d’objectivité (Sans doute une mauvaise maitrise du sujet).

                                                  Qu’espéreriez-vous après un tel séisme, que TEPCO appuie sur un bouton et que les 4 réacteurs redémarrent comme si il ne s’était rien passé ?

                                                  Il est même possible, après qu’une campagne de radiographie soit réalisée (toutes les soudures, la cuve etc.), que cette centrale soit rasée !

                                                  La seule finalité intéressante (et là rien sur ce sujet dans votre article) c’est qu’alors que les cuves de réacteurs ou les tuyauteries de plusieurs dizaines de pouce faisaient des bonds de 50 centimètres, comme les concepteurs l’avaient prévu, rien n’à lâché. ET C’EST NORMAL...

                                                  Alors oui, il est possible que quelque futs contenant des matériaux souillés ce soit renversés et ouverts, oui il y a eu des fuites, mais attendons les résultats des expertises !

                                                  C’est évident que l’AIEA doive resserrer les boulons. C’est indispensable et c’est leur job et pas seulement au Japon !

                                                  Mais l’essentiel c’est qu’en plein seisme, on ait appuyé sur l’arrêt d’urgence, que tous ce soit passé normalement et que la centrale n’ait pas subi de dégâts majeurs. Et cela, on ne le lit pas dans votre article et c’est dommage.

                                                  On peut toujours parler de problematique de l’info...on peut aussi « papillonner » mais l’essentiel lorsqu’on veut écrire un article, c’est déjà, de savoir de quoi on parle.

                                                  Pour votre info voila un article écrit sans parti pris : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tremblement_de_terre_au_Japon_de_juillet_2007

                                                  g.jacquin


                                                • tseparis tseparis 22 juillet 2007 00:16

                                                  après la découverte dans la centrale de fûts de déchets radioactifs « tombés » pendant la secousse sismique et retrouvés OUVERTS par un contrôleur externe, info Libé : http://www.liberation.fr/actualite/monde/267537.FR.php?rss=true

                                                  on apprend que la plus forte secousse a provoqué une fuite de 1,2 m cube d’eau radioactive dans la mer du Japon, l’incendie d’un transformateur et déclenché plus d’une quarantaine d’autres incidents dans le complexe nucléaire situé à 9km de l’épicentre. Et ...

                                                  «  »Tsunehisa Katsumata, le PDg de la centrale, a reconnu que les réacteurs nucléaires, même s’ils n’avaient pas été endommagés, « avaient subi sans aucun doute un choc supérieur aux limites de résistance prévues à l’époque de la construction ».

                                                  La sécurité de la plus grande centrale nucléaire du monde est mise en doute depuis le séisme.
                                                   smiley

                                                  source : http://www.futura-sciences.com/fr/sinformer/actualites/news/t/physique-1/d/en-bref-une-fuite-radioactive-provoque-larret-de-la-centrale-nucleaire-de-kashiwazaki-kariwa_12424/


                                                  • martoni 23 juillet 2007 22:08

                                                    libé ? Ah le même journal qui a répandu la rumeur comme quoi le nuage de tchernobyl c’était arrêté à la frontière française :

                                                    http://www.ecolo.org/documents/documents_in_french/Thernobyl-France-03.pdf


                                                  • Adama Adama 22 juillet 2007 07:39

                                                    Voilà le vrai visage de Vasé, triste sir :

                                                    L’auteur de ce site, Philippe Vassé vient d’être condamné par la justice à 5 reprises pour avoir diffamé le Maire d’Asnières et pour refus d’insertion de droit de réponse :

                                                    Reconnu coupable, le 10 mai 2005, par la 14ème Chambre du Tribunal de Grande Instance de Nanterre, du délit de diffamation à l’encontre de Monsieur Manuel AESCHLIMANN pris en sa qualité de Député-Maire et condamné à 1 000 € d’amende avec sursis, à 1 500 € au titre de l’article 475-1 du Code de Procédure Pénale et à 1 € de dommages-intérêts.

                                                    Reconnu coupable, le 7 juin 2005, par la 14ème Chambre du Tribunal de Grande Instance de Nanterre du délit de refus d’insertion sur son site internet des droits de réponse adressés par la Mairie et condamné à 800 € d’amende avec sursis, 1 € de dommages-intérêts et 1 000 € au titre de l’article 475-1 du Code de Procédure Pénale.

                                                    Reconnu coupable, le 6 septembre 2005, par la 14ème Chambre Correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Nanterre du délit de diffamation à l’encontre de Monsieur Manuel AESCHLIMANN pris en sa qualité de Député-Maire et condamné à 800 € d’amende, à 1 000 € au titre de l’article 475-1 du Code de Procédure Pénale et à 1 € de dommages-intérêts ainsi qu’aux entiers dépens.

                                                    Reconnu coupable, en septembre 2005, par la 14ème Chambre du Tribunal de Grande Instance de Nanterre, du délit de diffamation à l’encontre de Monsieur Manuel AESCHLIMANN et condamné à 1 200 € d’amende, 2 000 € de dommages-intérêts, 1 500 € au titre de l’article 475-1 du Code de Procédure Pénale et de payer la publication dans deux quotidiens.

                                                    Reconnu coupable, le 13 décembre 2005, par la 14ème Chambre du Tribunal de Grande Instance de Nanterre du délit de refus d’insertion sur son site internet des droits de réponse adressés par la Mairie et condamné à 800 € d’amende avec sursis, 1 € de dommages-intérêts et X € au titre de l’article 475-1 du Code de Procédure Pénale.

                                                    Plus grave encore, le même Philippe Vassé a été condamné le 25 Octobre 2000 par le tribunal de commerce de Paris à 10 ans d’interdiction de gérer et de diriger toute personne morale. Ce monsieur n’a donc légalement pas le droit de présider l’association qui gère son site. Mais il le fait quand même ...Bel exemple de respect de la loi. Les amis de Mayetic, qui prétendent laver plus blanc que blanc ont décidément de bien curieuses références...


                                                    • Avatar 22 juillet 2007 11:43

                                                      Merci Adama, Mais je connaissais déjà l’affaire (ou plutôt les affaires )concernant Mr Vassé pour avoir, comme vous, entré son nom dans un moteur de recherche... Votre intervention pernicieuse permet cependant aux internautes de s’interesser au fond de l’affaire concernant la gestion de la ville d’Asnière...

                                                      Vous omettez (volontairement ? ? ?) de préciser que l’affaire continue son parcours judiciaire et vous vous êtes arrêtés étrangement à fin 2005 dans votre liste non-exhaustive...

                                                      Pour les internautes s’interressant aux affaires et condamnations, dont certaines ont été en appel, allez faire un tour sur Google en tapant Philippe Vassé...

                                                      Exemple :

                                                      Un article de Christine Henri, paru dans Le Parisien du vendredi 16 juillet 2004 :

                                                      « Les ratés de la construction du quatrième collège, le financement des écoles, les démêlés judiciaires du maire, l’édification d’un centre pour les Témoins de Jéhovah, le financement d’un festival folklorique... rien ne lui échappe. « J’ai créé ce site pour offrir aux habitants une alternative au journal municipal « Asnières infos », explique ce conseiller prud’homal. Le poil à gratter de la ville Au fil des mois, cet ancien instituteur n’a cessé de s’imposer comme le poil à gratter de la ville. Il est devenu un véritable contre-pouvoir. Ses informations intéressent aussi bien la justice que la police ou les chefs d’entreprise et les petits actionnaires des sociétés ayant décroché des marchés publics dans la ville... Le succès n’a pas tardé à être au rendez-vous. Philippe Vassé compte aujourd’hui quelque 350 abonnés sur sa liste confidentielle et ce sont 600 personnes qui visitent chaque jour son site. Depuis, cet ancien instituteur est devenu la bête noire de Manuel Aeschlimann, le député-maire UMP d’Asnières, qui le juge sans pitié. « Chacun est libre de polémiquer. Mais Philippe Vassé règle des comptes personnels. Ses propos dépassent ce qui est légalement admissible. Il lance des appels publics à la délation et de fausses informations. C’est un personnage haineux. » Philippe Vassé a fait tout récemment l’objet de deux actions en justice pour diffamation. Mais l’auteur du site a également porté plainte en avril dernier contre le maire pour violation du secret de la correspondance privée électronique... »

                                                      et

                                                      "Affaires Manuel Aeschlimann contre Philippe Vassé :

                                                      Manuel Aeschlimann avait déposé une plainte en diffamation avec constitution de partie civile contre Philippe Vassé, président de l’ADECA, pour des assertions contenues dans un courrier et des courriels privés (chroniques asniéroises). Le tribunal a relaxé Philippe Vassé pour quatre des assertions contestées. Il a condamné Philippe Vassé à verser 1 euro de dommages et intérêts à Manuel Aeschlimann pour deux assertions jugées diffamatoires. Une peine de 1000 euros d’amende avec sursis a également été prononcée.

                                                      Le tribunal a ensuite entendu les plaidoiries pour plusieurs affaires intentées par Manuel Aeschlimann contre Philippe Vassé, en tant que président de l’ADECA, pour des refus d’insertion de droits de réponse sur le site internet, un tract de l’ADECA, et des courriels privés jugés diffamatoires par Manuel Aeschlimann.

                                                      Manuel Aeschlimann s’est présenté en personne, et a fait au tribunal et à l’assistance l’honneur de sa présence jusqu’à la fin de l’audience, entièrement consacrée à partir de cet instant (il est alors 16 heures) aux affaires asniéroises.

                                                      Quelques extraits cocasses

                                                      Manuel Aeschlimann a affirmé « qu’il y avait une forte audience sur le site asnierois.org ».

                                                      L’assistance a appris que l’enquête de police judiciaire diligentée dans le cadre de la plainte pour diffamation visant des courriels privés, prétendûment écrits par Philippe Vassé, avait conclu à un subterfuge dont se serait rendu coupable (selon la police judiciaire) Francis Pourbagher, directeur de cabinet du maire, également présent. Ce subterfuge aurait permis à Francis Pourbagher d’obtenir les courriels incriminés, dont il n’était pas destinataire. Le président, avant d’entendre Francis POURBAGHER, a lancé : « Un commandant de police qui conclut à un subterfuge, cela ne se voit pas tous les jours ». Francis Pourbagher a nié, et a expliqué à la grande surprise de l’assistance qu’il était « inondé des mails de Philippe Vassé ».

                                                      Philippe Vassé assurait seul sa défense, Maître Delcros représentait les intérêts de Manuel Aeschlimann. Ces affaires sont mises en délibéré..."

                                                      et

                                                      "Cette affaire suit la procédure de la citation directe. Aucune procédure d’instruction n’est mise en place, le plaignant a la responsabilité d’apporter les preuves du délit dénoncé, Le tribunal convoque les deux parties directement devant un juge, le plaignant s’engageant à faire l’offre de preuve lors de l’audience.

                                                      Juin 2006 Philippe Vassé est convoqué au commissariat d’Asnières à la demande du procureur de la république. Motif de cette convocation, Philippe Vassé a été « signalé » comme ne pouvant présider l’association ADECA puisqu’il aurait été condamné à 10 ans d’interdiction d’une entreprise commerciale par le tribunal de commerce de Paris le 25 Octobre 2000.Selon le plaignant, qui reste à identifier, cette condamnation interdirait, par extension, à Philippe Vassé d’éxercer la responsabilité dans une association à but non lucratif.

                                                      4 Octobre 2006. Le parquet du TGI de nanterre envoit, sous pli recommandé adressé à Philippe Vassé, une citation à comparaître le convoquant pour une audience le 25 Novembre 2006 (Affaire N° 0610161076).

                                                      Philippe Vassé est connu pour être un opposant historique à Manuel Aeschlimann. L’ADECA (Association de Défense des Contribuables Asnièrois), dont Philippe Vassé est le président, a joué un rôle majeur dans la révélation de certains dossiers asnièrois. A suivre...

                                                      25 Novembre 2006 Le Tribunal de Grande Instance de Nanterre reconnait Philippe Vassé coupable des faits qui lui sont reprochés, mais en raison du contexte local et du fait de l’absence de tout préjudice financier ne prononce aucune condamnation.

                                                      Voici les mots du Procureur de la République lors de ses réquisitions : « Je demande au Tribunal de juger que le délit est bien constitué, mais que, tenant compte du contexte local de l’affaire et du fait que Philippe Vassé n’a porté par ses actes aucun préjudice financier à personne, je demande que le prévenu soit dispensé de toute sanction ».

                                                      Réquisitions suivies à la lettre par le tribunal.

                                                      Etat de la procédure : Coupable relaxé ou innocent condamné à rien... Notre Juridoscope ne sait comment répertorier le résultat de cette affaire...

                                                      dernière mise à jour 27 Novembre 2006".

                                                      Etc...

                                                      Pouvez-vous me dire ce que cela apporte aux échanges suivant cet article sur la CIA , les centrales nucléaires, les évangiles ...etc ? ? ?


                                                    • Avatar 22 juillet 2007 11:45

                                                      Adama,

                                                      J’ai moi-même été condamné à 1500 Frs d’amende pour tapage nocturne par le tribunal de police du 15ème Arr. de Paris il y a 15 ans environ...

                                                      Cela retire-t-il qq chose à mes propos ? ? ?

                                                       smiley


                                                    • Avatar 22 juillet 2007 11:47

                                                      D’ailleurs Adama, en utilisant les mêmes méthodes vichystes que vous, pouvez-vous nous dire si vous avez qq chose à voir avec ce site :

                                                      http://www.lemurianconnection.com/fr/adama/index.htm

                                                       smiley


                                                    • Adama Adama 22 juillet 2007 11:56

                                                      Avatar, j’eusse aimé être jeune comme le portrait ce ce site d’huluberlu. Passons aux méthodes à présent, le sieur Vassé inonde de sa haine le fil de MR Mourey, se croyant le porteur d’une certaine autorité en la matière, le personnage est imbue de sa personne, grossier et ignare.

                                                      Dans sa présentation pompeuse, nous aurions aimé savoir que ce triste sire fut condamné pour diffamation et condamné de ce fait, ainsi grâce à internet, nous savons désormais où situer l’individu, et ce que valent ces propos.


                                                    • Adama Adama 22 juillet 2007 11:54

                                                      Je m’en fiche comme de ma première chemise que ce Vassé fut condamné(quoi que ça me réjouisse),ce que je ne supporte pas chez ce genre de bipède c’est sa superbe, un orgueil démesuré, surtout qu’il s’embro uille les pédales dans ses démonstrations nullissimes Bref,je ne sais même qui c’est,du passé pour moi.


                                                      • Philippe Vassé Philippe Vassé 22 juillet 2007 19:31

                                                        Adama,

                                                        Bien que vous n’ayez plus aucune crédibilité nulle part, sur ce site et dans la blogosphère, je m’autorise à relever que vous n’avez pas écrit un seul article de fond sur aucun sujet, ce qui aurait permis aux lecteurs d’Agoravox de juger de votre capacité d’élaboration et de réflexion, puisque vous vous permettez, de votre côté, des jugements expéditifs, hâtifs et souvent haineux sur les autres, commentateurs inclus..

                                                        Pour ce qui concerne la délation et la falsification, vous avez prouvé plus que surabondamment vos talents dans l’ignominie dabs le copier-coller qui n’est pas rédiger.

                                                        Mais en dehors de ces actes qui ne font que vous abaisser à vos propres yeux et devant tous, que pouvez-vous rédiger et sur quoi pouvez-vous présenter des arguments intéressants ?

                                                        Voilà qui serait pour une fois une démarche constructive de votre part.

                                                        Vous devriez donc essayer d’égaler ceux qui rédigent et affrontent ensuite sereinement critiques et observations qui sont toujours fécondes pour un esprit libre et ouvert.

                                                        Il me semble que vous êtes cependant mal parti pour rédiger un seul article cohérent si j’en crois ce que vous écrivez avec une logique sinueuse ci-dessus : « Je me fiche comme de ma première chemise que ce Vassé fut condamné (quoi que je m’en réjouisse) ».

                                                        Il faudrait choisir plus nettement vos sentiments préférés qui sont bien confus, comme vos actions.

                                                        Ceci dit, j’observe que vous avez de bien étranges jouissances propres, d’autant qu’elles suivent un état antérieur physiquement et nerveusement neutre. Il est ainsi de curieux « bipèdes » qui ont des joies que nul autre qu’eux ne comprend.

                                                        Un proverbe bouddhiste dit ceci, qui je crois, vous manifestera que, contrairement à vous, je peux avoir de la compassion, même et surtout à votre égard : « La haine est un dangereux poison contre soi-même, la compassion, elle, soigne, préserve et sauve ».

                                                        La haine m’est étrangère car la vie m’est chère. A votre égard, je n’ai que triste compassion pour votre situation et vos actions.

                                                        Je vous invite donc à la compassion humaine qui apporte une vraie sérénité morale. Dans le cas inverse, si vous poursuivez vos textes hargneux, je crains que vous ne nuisiez à votre propre état médical car les enseignements bouddhistes en termes de santé sont très avérés et validés largement par la science médicale.

                                                        En Europe, on dit aussi que la haine ronge celui qui en est atteint comme un cancer.

                                                        Pour vous aider sur cette voie de la sérénité, un conseil, faites comme moi : j’ai fait ce jour une magnifique promenade dans la forêt de Yangminghan (Taiwan), avec des amis, suivis d’un calme et excellent repas arrosé de jus de pomme naturel. Je me sens détendu et calme.

                                                        Vous voyez que la vie, la vraie, ce n’est pas la haine qui pousse des heures durant à copier/coller des textes falsifiés - comme d’autres lecteurs l’ont de suite relevé- c’est savoir profiter de la nature, du vent, du soleil et de l’eau fraîche, de l’amour et de l’amitié.

                                                        C’est tout le bien que je vous souhaite tant vous semblez être vide d’amour pour vos semblables et dénué de toute humanité sincère.

                                                        Bien cordialement vôtre,


                                                      • ZEN ZEN 22 juillet 2007 22:22

                                                        @ Philippe

                                                        Voilà une vraie leçon de zénitude !...


                                                      • olivier cabanel olivier cabanel 24 juillet 2007 08:58

                                                        on pourrait a l’infini faire des parralleles avec la situation française. combien de fois les autorités de surveillance de telle ou telle centrale n’ont elles dit que tel accident n’était qu’un incident. le mensonge, ou la dissimulation sont monnaie courante dans le domaine nucléaire qu’il soit français ou japonais.la question que nous devrions nous poser n’est elle pas : comment mettre en place une transparence totale sur le sujet nucléaire ? car si le gestionnaire est en meme temps le témoin, la défense aveugle de l’outil de travail et la pratique de la politique du secret contribueront à nous cacher la vérité. lors du passage radioactif du nuage de tchernobyl, les familles des ingénieurs nucléaires ont été prévenues par les travailleurs du nucléaires : ne sortez pas, c’est dangereux, pendant que d’autres subissaient sans le savoir les effets radioactifs du nuage.


                                                        • BMD 28 juillet 2007 18:31

                                                          @Olivier Cabanel,la transparence est à encourager, mais ne devrait pas être réservée au seul nucléaire, même si c’est important. J’ai suivi un débat sur les possibilités des d sources d’énergie renouvelables que vous avez animé et que je n’ai pas trouvé transparent du tout.


                                                        • V.B. 24 juillet 2007 10:35

                                                          ... je tiens à noter que l’objectif de ITER est d’arriver à obtenir un plasma stable pendant une minute. Pour celà, il faut utiliser une machinerie qui coute quelques milliards d’euros, pour arriver à confiner un plasma dont la densité est extrêmement faible et qui, à la moindre perturbation, se désagrège en quelques millisecondes. Un accident, quel qu’il soit (panne de confinement, tremblement de terre, explosion du réacteur lié à un monstrueux et simultané quenching de tous les aimants supraconducteurs smiley bref, tout est envisageable) ne provoquera qu’un déconfinement du plasma, qui va donc se détendre et STOPPER immédiatement toutes les réactions de fusion - bah oui, c’est le confinement le moteur de la fusion !

                                                          donc arrétez vos fantasmes. ITER est, du point de vue du plasma, absolument sans danger. Le seul risque provient des matériaux de couverture du réacteur, qui vont être activé par les neutrons issus de la réaction de fusion, et qui vont donc devenir radioactif. Il est ici bon de noter que la quantité de déchets produits par activation est sans commune mesure avec ceux contenus dans les combustibles usés issus de la fission nucléaire.


                                                          • V.B. 24 juillet 2007 10:57

                                                            Bonjour. Ce message s’adresse à l’auteur de cet article.

                                                            Que la TEPCO ait mal géré la catastrophe, c’est une certitude. A sa décharge, il s’agit tout de même d’un évenement catastrophique : un tremblement de terre majeur sous la plus grosse centrale nucléaire du pays !

                                                            Il est cependant intéressant de relever quelques points :
                                                            - L’énergie libérée par un séisme de cet amplitude équivaut grosso-modo à dix fois celle libérée par la bombe atomique d’hiroshima (http://eost.u-strasbg.fr/pedago/fiche1/magnitude.fr.html)
                                                            - Malgré celà, le coeur du réacteur n’a pas subi de dommage ayant amené la fuite de liquide radioactif : les fuites proviennent de batiment technique. Je ne connais pas beaucoup d’usine chimique classée SEVESO qui resisteraient à un tremblement de terre pareil... et elle feraient BEAUCOUP de mort en cas d’explosion/libération de produits/etc.
                                                            - Finalement, la seule fuite de radioactivité qu’il y a eu dans l’environnement est celle d’1.2 m² d’eau contaminée à raison de 90000 Becquerels.
                                                            - Effectivement, il y a bien eu une correction, de 60000 à 90000 Bacquerels. Mais il ne faut pas se laisser abuser par la « grandeur » de ces chiffres : le Becquerel est une unité absolument minuscule : elle correspond à une désintégration par seconde.
                                                            - un homme normal (70 kg) contient un certain nombre d’éléments radioactifs naturels (potassium majoritairement) qui en font un émetteur radioactif. chaque personne émet en moyenne 7000 Becquels. 1kg de granit émet 1000 Bq.

                                                            - la radioactivité totale relachée est donc du même ordre de grandeur que la radioactivité naturelle émise par... 13 personnes, ou 90 kg de granit.
                                                            - mais la vraie question n’est pas celle de la quantité totale de radioactivité relachée mais celle de la dose pouvant atteindre la population. Et là, il est aussi intéressant de noter que ces 1200 L d’eau sont partis... à la mer. Déjà entendu parler de dilution ? smiley

                                                            Bref, je vous conseille une petite formation dans le domaine, afin d’apprendre réellement ce que c’est que la radioactivité, celà évitera que vous donniez l’impression qu’une fois de plus on nous cache la vérité et que nous sommes tous en danger.

                                                            => pour commencer et bien commencer, aller donc lire ceci : http://lpsc.in2p3.fr/gpr/french/RadioOrdre/radioGrandeur/radioGrandeur.html

                                                            Bonne continuation tout de même.


                                                          • Philippe Vassé Philippe Vassé 31 juillet 2007 08:40

                                                            VB,

                                                            Je vous remercie de votre commentaire intéressant, bien que fort lointain par rapport à la problématique de l’article (droit à l’information libre, exacte et fiable par les citoyens sur les risques et accidents industriels et/ou nucléaires).

                                                            Comme les études sur les événements survenus dans la centrale, du point de vue scientifique, ne sont pas terminées, j’attendrai que les rapports définitifs avérés soient rendus publics afin de me prononcer comme citoyen. Pour l’heure, je suis attentif aux faits donnés.

                                                            Ceci dit, pour les citoyens japonais, la cause de TEPCO, celle de ses mensonges réitérés depuis 15 ans aux habitants et celle de ses amis au gouvernement qui ont couvert les errements et les mensonges de TEPCO, les faits sont clairs : les électeurs nippons ont durement sanctionné le gouvernement de Shizu Abe par les urnes, lui infligeant une cuisante et humiliante défaite (selon la presse locale).

                                                            Trois dossiers ont, selon les sondages, généré ce tsunami politique contre les autorités en place : l’affaires des dossiers de retraite perdus et mal gérés, la corruption des officiels du gouvernement et du parti au pouvoir (PLD) et enfin, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de la colère populaire : les mensonges de TEPCO et les silences complices du gouvernement.

                                                            Ceci souligne que la problématique de l’information libre, exacte et fiable pour les citoyens est une question essentielle dans ce type de dossier.

                                                            Il s’agit ici des principes de l’honnêteté et de la transparence vis vis ds citoyens, et non pas seulement du nombre de becquerels diffusés dans la Mer du Japon, qui est une autre facette de l’affaire.

                                                            Bien cordialement vôtre,


                                                          • Oui-Oui 24 juillet 2007 14:26

                                                            A l’auteur qui termine son article par « Cela ne peut qu’intéresser les citoyens français, surtout avec la privatisation d’EDF-GDF qui est susceptible d’apporter en France des problèmes similaires d’information en relation avec leur source et ses intérêts propres ».

                                                            Vous dites cela parce que Tchernobyl fut mieux géré (même en terme d’information) que le cas japonais que vous décrivez ? Vous vous trompez de plus de 50%.

                                                            Oui-Oui


                                                            • Philippe Vassé Philippe Vassé 28 juillet 2007 20:28

                                                              Pour information

                                                              Voici la dernière série d’informations signées AP via TEPCO sur la centrale nucléaire japonaise accidentée par le tremblement de terre dont j’ai parlé dans l’article.

                                                              Les faits parlent d’eux-mêmes : il faudra au moins 1 an de travaux pour que la centrale soit opérationnelle, la liste des dégâts RECONNUS à ce jour est encore allongée, le coût des réfections devient de plus en plus lourd, et des problèmes de sources du susbtitution énergétiques se posent.

                                                              Je pense que cette dépêche nouvelle éclairera l’article d’un jour nouveau sous le seul angle de l’information, qui était son centtre.

                                                              Au Japon, le débat continue à s’amplifier. Pour TEPCO, les choses cont aussi mal su lr plan financier que sur le terrain de la confiance publique.

                                                              Dossier à suivre avec sérénité.

                                                              Bien cordialement vôtre,

                                                              Japan faces severe losses over delays at nuclear plant

                                                              AP, TOKYO Friday, Jul 27, 2007, Page 5 The company that runs the nuclear power plant severely damaged by a magnitude 6.8 earthquake in northwestern Japan said yesterday it was still estimating damage 10 days after the temblor and did not know when it could reopen.

                                                              The Mainichi Shimbun reported yesterday that a delay in resuming operations at the Kashiwazaki Kariwa plant in Niigata Prefecture — the world’s largest nuclear power facility — could result in ?200 billion (US$1.66 billion) losses for the fiscal year ending in March next year.

                                                              The losses at Tokyo Electric Power, which runs the plant, would arise because it might be forced to restart oil and gas plants, which are less cost-efficient than nuclear power plants, the report said.

                                                              TEPCO was still assessing the damage from the July 16 quake and did not yet know how much the shutdown would cost, company spokesman Jun Oshima said yesterday.

                                                              The company has also not yet decided when the plant, which has been shuttered since the deadly quake, will resume operations, Oshima said, adding that it was considering restarting its oil and gas plants.

                                                              News reports on Wednesday cited the head of a government-appointed panel investigating quake damage at the plant as saying it could take at least a year before the plant will reopen.

                                                              The earthquake July 16 struck off the coast of Niigata, about 19km from the epicenter. It killed 11 people and injured more than 1,000.

                                                              TEPCO has came under fire for being too slow in notifying the public about quake damage at the plant, including radioactive water sloshing out of a tank and into the sea, and radioactive material venting into the air.

                                                              TEPCO has also said that parts of a 6m crane inside the reactor building at one of the facility’s seven reactors had been mangled — the first damage to be found so close to a reactor.

                                                              Oshima said officials would conduct more detailed inspections at three of the six other reactor buildings yesterday.

                                                              Work to repair the plant will not likely begin before the arrival of officials from the UN’s International Atomic Energy Agency, who are expected to inspect the plant in the next few weeks.

                                                              In order to make up for a power shortage caused by the shutdown, six other power companies have agreed to provide emergency electricity on TEPCO’s request.

                                                              Also yesterday, Greenpeace said its own inspections on Friday confirmed the level of radiation near the reactors did not surpass the normal level.

                                                              The environmental group urged the government to thoroughly investigate the plant.


                                                            • Philippe Vassé Philippe Vassé 31 juillet 2007 08:11

                                                              Oui-Oui,

                                                              Merci de votre commentaire que je lis tardivement.

                                                              Sur la centrale japonaise, c’est TEPCO qui a été à chaque fois pris en défaut d’information avérée et fiable, provoquant ainsi un rappel de ses « fautes » sur ce point depuis 15 ans et nécessitant l’intervention de l’AIEA qui ne lui fait visiblement pas confiance.

                                                              Pour le cas de Tchernobyl, ce n’est pas EDF-GDF qui a géré l’information sur le sujet en France (n’étant de plus pas en cause !!!), c’est le gouvernement de l’époque avec le concours de « scientifiques » chargés de dire la parole politique officielle.

                                                              Depuis, la vérité, la vraie, sur la contamination raio-active s’est frayée son chemin et tous peuvent la connaître, notamment du fait des travaux de la CRIRAD.

                                                              Je rappelle ce fait car si EDF-GDF a eu parfois des « communications difficiles », il ne faudrait pas l’accuser, à tort ici, de ce qui n’est pas de son fait.

                                                              Ceci par respect pour les faits que tous connaissent.

                                                              Bien cordialement vôtre,


                                                            • g.jacquin g.jacquin 31 juillet 2007 07:00

                                                              @ L’auteur

                                                              Vous avez absolument raison, les faits parlent d’eux mêmes...

                                                              Voila une centrale qui a subi des mouvements telluriques d’une amplitude inouïe (6.8 sur l’échelle de Richter à environ 10 km de l’épicentre, cela représente des mouvements aléatoires d’environ 50 cm d’amplitude) et au final, il ne s’est rien passé sinon qu’un arrêt d’urgence des réacteurs bien légitime, vue le contexte !

                                                              L’information est claire, cette centrale est solide et à bien été construite.

                                                              J’ai écrit plus haut que je pensais qu’on allait la raser ! Mais d’après vos informations, environ 1 an de travail sont nécessaire pour remise en état, c’est très peu compte tenu du séisme !!!

                                                              Effectivement, pour une fois les informations sont objectives puisque les écologistes soulignent déjà les inconvénients de l’arrêt de cette centrale par la remise en marche d’unités de production à gaz ou fuel avec toute la pollution que cela engendre...

                                                              Merci pour avoir énumérer les faits avérés sans les déformer ! smiley

                                                              g.jacquin


                                                              • Philippe Vassé Philippe Vassé 31 juillet 2007 07:50

                                                                Bonjour,

                                                                Je note que vous avez assez mal lu à la fois l’article qui cernait, je le redis afin que vous compreniez bien, la problématique de l’information exacte et avérée dans ce dossier et la dépêche AP que je vous apportais en complément.

                                                                Car, les faits que je relate sont ceux, successifs, donnés par les sources officielles sur le sujet ! Pas par moi seul.

                                                                Ceci dit, le séisme dont vous parlez a eu lieu à environ 370 km de profondeur et à 19 km de l’épicentre en surface. Les dégâts qu’il a occasionnés, comme la dépêche citée vous le dit, n’ont pas encore été TOUS évalués.

                                                                Il est donc bien trop tôt pour que quiconque, vous comme moi, puisse en parler avec une reélle pertinence.

                                                                La centrale est fermée pour des travaux de réfection longs et coûteux (au moins un an), travaux non encore précisés. Cette prudence des autorités et de TEPCO semble en contraste avec votre position. A ce jour, votre appréciation sur la solidité de la centrale visée n’est attestée par aucune source, officielle ou non.

                                                                Aux affirmations personnelles faites de loin, sans les expertises rendues publiques, je préfère un silence prudent et attentif aux listes successives de dégâts constatés et à constater après les études des spécialistes.

                                                                Il est vrai que la fermeture va avoir d’autres conséquences sur la politique énergétique japonaise, conséquences que vous citez fort justement.

                                                                Ceci dit, la centrale dont vous parlez est stoppée. Sa solidité et sa fiabilité ne sont nulle part démontrées, sinon elle serait déjà repartie.

                                                                Mais, un autre séisme a eu lieu au Japon, politique cette fois : la défaite massive (humiliante, selon la presse nippone) du parti des amis de TEPCO, le PLD de Monsieur Shizu Abe.

                                                                Et visiblement, l’affaire des mensonges et omissions dans les informations inexactes et insincères sur les incidents nucléaires survenus depuis 15 ans et révélés au public avec ce tremblement de terre (problématique de l’information publique) a joué, avec les scandales de corruption, un rôle essentiel dans la déroute du gouvernement qui, au Japon, est qualifié « de gouvernement de menteurs et de corrompus ».

                                                                Comme vous l’aurez compris, je me base seulement sur les faits connus accessibles au public, sans donc prétendre apporter une vérité qui, de plus, et pour le moment, est en phase d’examen par les experts qualifiés de l’AIEA.

                                                                Je pense que nous devons tous, lecteurs et rédacteurs d’Agoravox, être attentifs aux faits qui seront publiquement connus, sans nous avancer sur des allégations qui sont plus des opinions personnelles que des faits rééls avérés. D’où ma grande prudence et le choix de la problématique exposée, sans lien avec le fond du débat sur l’énergie nucléaire qui n’était pas abordé ici.

                                                                Bien cordialement vôtre,


                                                              • g.jacquin g.jacquin 31 juillet 2007 12:35

                                                                A nouveau, nous sommes bien d’accord, voila un article qui ne sert à rien !

                                                                Ni dans son contenu

                                                                - puisque vous dites vous même que vous n’avez pas assez d’informations vérifiées sur ce sujet !

                                                                Ni dans la forme

                                                                - puisque à vous lire, on sent bien que vous avez condamné Tepco et que vous ne leur laissez aucune circonstance atténuante.

                                                                J’en reviens à ce que j’ai écrit plus haut :

                                                                1) attendons les résultats des expertises avant de juger définitivement.

                                                                2) Il est idiot de penser qu’après un séisme de cette amplitude, les concepteurs de cette centrale aient pensés qu’on pouvait juste appuyer sur le boutons et que tout reparte comme s’il ne s’était rien passé (j’ai ecrit que je pensait que cette centrale pourrait etre rasée).

                                                                3) Le plus important dans l’ensemble des informations que nous avons tous reçues de cet événement, c’est le fait que d’une part :

                                                                - les 4 réacteurs qui étaient en service au moment du séisme, ce soient arrêter normalement (sur arrêt d’urgence opérateur).

                                                                - Qu’aucun incident majeur ne soit signalé ! (Greenpeace ne se serait pas géné de nous avertir)

                                                                On peut toujours, comme vous le faite, avoir tendance à manipuler l’information, en criant bien fort que vous ne faite que relater des événements tout en lui donnant une couleur nauséabonde... Mais au final, ce qui reste, ce sont LES FAITS.

                                                                Que vous le vouliez ou non, cette centrale à tenu le coup. Et, faute d’expertise, c’est la seule information importante à retenir. Mettre en doute ma façon de lire votre article ou d’en comprendre son sens, ne changera rien aux faits.

                                                                g.jacquin


                                                                • Philippe Vassé Philippe Vassé 31 juillet 2007 12:55

                                                                  Bonsoir,

                                                                  A vous lire, je comprends votre position même si je ne la partage pas.

                                                                  Après tout, rien ne vous oblige à apprécier une situation objectivement, ni à comprendre les faits relatés.

                                                                  C’est regrettable pour vous, mais légitime en démocratie.

                                                                  Bien cordialement vôtre,


                                                                • g.jacquin g.jacquin 31 juillet 2007 15:37

                                                                  Etes vous sur que se soit moi qui ne soit pas objectif ?

                                                                  Êtes-vous sur d’avoir réellement tout compris ?

                                                                  C’est toujours très difficile d’apprécier une situation technique lorsqu’on ne sait pas de quoi on parle...

                                                                  Ce qui est regrettable voyez-vous, ce sont des gens comme vous qui n’ont d’autres possibilités que d’aller chercher l’information là ou elle n’est pas forcément fiable (j’ai parlé de Spirou) et de l’utiliser de telle façon que la grande majorité des lecteurs l’interprètes selon vos désirs.

                                                                  Et pour ceux qui ne sont pas d’accord avec votre analyse (maquillée en information avérée) ils deviennent des arriérés, des ignares ou autres...

                                                                  Et bien perdu. Je confirme que votre article ne nous apprends rien, qu’il n’est pas objectif et qu’il est de plus, tendancieux et que, compte tenu de la situation française, il n’est pas le bienvenu.

                                                                  Mais comme vous l’avez presque si bien dit : « C’est regrettable pour NOUS(les lecteurs), mais légitime en démocratie. »


                                                                  • Philippe Vassé Philippe Vassé 31 juillet 2007 15:55

                                                                    Cher lecteur,

                                                                    Vous avez semblé ne pas avoir compris que les informations données par l’article et ensuite étaient d’origine publique.

                                                                    Comme dit précédemment, vous avez le droit de vos opinions. Comme ceux qui sont sur place ont le droit et le devoir d’informer le public avec les éléments qu’ils reçoivent.

                                                                    Je n’ai nullement à vous convaincre, ce qui vu votre manière assez hautaine de dialoguer, ne pourrait être que vain et inutile. Je sens même en vous une certaine fébrilité et tension.

                                                                    Comme les Japonais eux-mêmes sont en voie de trancher la question publiquement sur le plan politique et industriel -avec les experts de l’AIEA- et que les rapports complémentaires permettront de se faire une idée plus exacte des faits scientifiques sur le terrain local, je vous laisse au seul contexte français qui vous passionne.

                                                                    Donc, au prochain tremblement de terre plus rapproché sur la faille côtière indiquée afin d’avoir le plaisir de vous relire.

                                                                    Bien cordialement vôtre,

                                                                    PS : une question naïve et sans prétention : à combien de séismes subis estimez-vous, en qualité de spécialiste hautement qualifié, que la centrale sera mise en danger ?

                                                                    C’est la question, tout aussi « citoyenne » et « non-spécialiste » que les citoyens japonais posent à leurs responsables politiques. Si vous avez donc la réponse, je suis preneur.


                                                                  • g.jacquin g.jacquin 31 juillet 2007 18:33

                                                                    Décidément, pas facile de se faire comprendre de certain rédacteur...

                                                                    1) Vous n’avez pas compris que, ce que je critique, c’est votre façon de présenter l’information. Je vous ai mis un lien vers Wikipédia qui présente la même information que vous mais de façon neutre. Ou si vous préférez sans partis pris.

                                                                    2) Vous trouvez mon comportement hautain ? Pas du tout ! Mais dans cet article j’ai du écrire 5 fois la même chose. Ce qui, effectivement, amène une certaine tension.

                                                                    3) Effectivement, j’ai écrit qu’il fallait attendre le résultat des expertises avant de se « lâcher ». Je vois que tout doucement, vous vous rangez à mon avis.

                                                                    4) Votre remarque concernant le prochain tremblement de terre est déplacée, eu égard aux victimes. Mais bon, maintenant, on sait qui vous êtes.

                                                                    5) Votre question est effectivement naïve et j’ajouterai que la forme que vous employez pour la poser est symptomatique de votre article. Je n’ai jamais dit que j’étais « un spécialiste ». Cela ne m’empêche pas de m’informer.

                                                                    Donc, « le spécialiste » vous rappelle qu’on ne construit pas une centrale nucléaire comme on érige une baraque de frite (parole de néophyte). Il y à, même au Japon, une quantité invraisemblable d’organismes de contrôles qui en cas de doute, font capoter n’importe quel projet.

                                                                    Ce qui est sur, c’est que les concepteurs ont forcément pris en compte le risque sismique. Le contraire serait connu depuis longtemps. Et puis, force est de constater que même si on doit raser cette centrale, il n’y a pas eu d’incident majeur. C’EST L’INFORMATION PRINCIPALE sur laquelle vous auriez du vous exprimer.

                                                                    6) Les Japonais on raison de poser ces questions concernant leurs centrales mais on doit leur expliquer aussi(et pas qu’à eux), de façon simple, que les centrales de l’ex URSS (type Tchernobyl) sont bien plus dangereuses pour eux que leurs centrales modernes.

                                                                    En ce qui me concerne, j’en resterai la sur ce sujet car j’ai maintenant la sensation de rabâcher sans arrêt le même discourt. smiley

                                                                    g.jacquin


                                                                    • Philippe Vassé Philippe Vassé 1er août 2007 03:04

                                                                      Monsieur Jacquin,

                                                                      Je vous remercie d’avoir eu la force morale et la patience quasi-céleste de m’informer des faits que, hors Wikipedia, les citoyens japonais suivaient et débattaient dans leur propre pays, avec plus d’informations que vous et en étant directement concernés de plus.

                                                                      Je vous remercie d’avoir enfin compris que dans l’article, j’avais bien pointé le manque d’informations (pardon : l’absence de faits) données par TEPCO et sa conséquence naturelle populaire : la méfiance et l’inquiétude.

                                                                      Je vous remercie de me donner aussi des leçons de morale sur divers sujets, y compris par avance sur le prochain séisme sur une faille géologique connue de tous les géologues.

                                                                      Vos assurances données de France comme « néophyte » sur la gestion de TEPCO ont rassuré tout le Japon.

                                                                      En un mot, je vous remercie de votre apport considérable au débat et surtout de votre parfaite objectivité personnelle sur tout, dès lors qu’on aborde la problématique de l’information diffusée ou non, justement.

                                                                      Avec ma reconnaissance symptômatique et partisane pour la vérité sur l’information en tous sujets,

                                                                      Bien cordialement vôtre,


                                                                    • g.jacquin g.jacquin 1er août 2007 18:54

                                                                       smiley

                                                                      G.JACQUIN

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès