Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La chasse aux noirs par les « démocrates » libyens

La chasse aux noirs par les « démocrates » libyens

Elle est belle la démocratie des libérateurs libyens ! Sarkozy en tête soutien une bande de nervis qui se conduisent exactement comme les Interhamwes au Rwanda quand ils avaient la bienveillance de Mitterrand et Balladur en 1994, lors de massacres eux aussi ayant eu lieu sous l’œil passif, si ce n’est complice de la France. Il fallait abattre le « tyran » qui était pourtant notre ami quand il nous livrait du pétrole. Mais le tyran n’a jamais commis de massacres ethniques à aussi grande échelle durant ses 42 ans de règne. Même si Kadhafi était fantasque, violent, imprévisible, et il faut le dire condamnable et criminel sur certains points, cela ne dédouane en rien les exactions des amis de BHL, ce cuistre infatué, ce pédant histrionique. Je vois les démocrates de salon se gargariser de mots épiques sur les plateaux de télévision dans les heures qui vont suivre.

Allez sur Google et tapez « massacre de noirs en Libye » et vous trouverez plus d’une douzaine de vidéos, spécialement sur Youtube, montrant les atrocités commises par les combattants de la liberté du CNT. Certes un nombre indéterminé des exécutés est constitué de mercenaires noirs qui ont peut-être du sang sur les mains, d’autres sont des Libyens noirs qui étaient peut-être des combattants réguliers de l’armée libyenne, mais d’indéniables innocents ont été lynchés uniquement du fait de la couleur de leur peau. Les émigrés noirs civils, des travailleurs non qualifiés, dont un nombre non négligeable est chrétien et qui n’ont rien à voir avec le conflit, mais aussi des musulmans venant du Nigéria, du Ghana, du Burkina Faso et d’autres pays africains ont été molestés, dépouillés de leurs biens, des femmes ont été violées. Les prisonniers de guerre, surtout noirs ont été tabassés et humiliés sans que personne en Occident ne viennent parler de droits de l’homme et de convention de Genève. Pour Sarkozy et Obama, les droits de l’homme sont à géométrie variable.

Kadhafi n’était pas un saint, c’est le moins qu’on puisse dire, mais il a été évincé et assassiné non pour des raisons humanistes mais pour obtenir de meilleurs contrats pétroliers. En restant pragmatique, on peut se dire pourquoi pas, mais alors, il ne faut pas chanter les louanges de la nouvelle démocratie et occulter ces massacres de noirs sous prétexte que Kadhafi « était un monstre ». Les membres de la tribu de Kadhafi ne sont pas mieux traités d’ailleurs et se sont pourtant de « vrais » arabes. Cette guerre a été déclenchée d’abord par les tribus de l’est (la Cyrénaïque) par des gens qui ont toujours eu un antagonisme fort (il date d’avant la colonisation italienne) contre le clan Kadhafi et les habitants de Tripolitaine. Puis sont venus se greffer les bédouins du Sud-ouest quand l’Occident a commencé à armer les premiers rebelles. Là-dessus, les islamistes, dont certains leaders avaient été graciés par Kadhafi, ont fait les yeux doux aux occidentaux pour éliminer le despote et ont demandé de l’aide pour établir une « véritable démocratie ». Certes, Kadhafi avait recruté des mercenaires, le plus souvent noirs, il y avait aussi dans ses bataillons des Arabes à la peau sombre venus du Soudan, (on peut être et se ressentir arabe bien que très pigmenté, l’exemple du Darfour le confirme). Mais il avait dans ses troupes des Libyens noirs, nés dans le pays, (souvent plus pauvres et peu qualifiés, l’armée était pour eux un moyen de promotion sociale).

On ne fait pas d’omelette sans casser d’œufs, dit le proverbe. Allez demander à ceux qui ont été passé à tabac et aux familles de ceux qui ont été lynchés si leurs proches avaient une gueule d’omelette ! Alain Juppé a déclaré hier, l’action de l’OTAN peut désormais prendre fin. Les rebelles pourront continuer à massacrer sans vergogne tous ceux qui ne leur feront pas allégeance ou qui auront une gueule de suspect à défaut d’atmosphère.

Maintenant que va devenir la Libye, un des pays au plus fort PNB en Afrique avant la guerre civile, pays où les avantages sociaux auraient fait pâmer d’aise des cégétistes français. Car si la misère existe au Caire et le sous-emploi à Tunis, ce n’était pas le cas en Libye. Il est encore trop tôt pour savoir si ce sont les tribus de l’Est ou les islamistes qui vont prendre le pouvoir à Tripoli. Les vrais islamistes sont tapis dans l’ombre, ils attendent leur tour. Probablement d’ailleurs, ils ne participent pas directement aux massacres de noirs, car pour un musulman, même fanatique, la communauté des croyants passe avant l’arabité, un noir qui prie cinq fois par jour, ne blasphème pas et ne boit pas d’alcool à plus de valeur à leurs yeux qu’un mécréant arabe à peau claire. Mais ils laissent faire, car plus il y aura de chaos, plus ils seront assurés de gagner des prochaines élections quand elles auront lieu. On se dirige vers un axe Tunis, Tripoli, le Caire, sous la bannière d’un autre vert que celui du drapeau de Kadhafi. Cet axe fera chanter l’Occident en menaçant de laisser les subsahariens candidats à l’émigration en Europe quitter leur côtes sans qu’ils s’y opposent, sauf si des contreparties financières ou politiques leurs sont octroyés. Kadhafi l’avait fait, mais il avait tenu parole. L’Europe du Sud sera alors perdante et les contrats pétroliers favorables à la France ne dureront qu’un temps, celui qu’il faudra aux Chinois, Malaisiens et Indiens pour prendre la place des occidentaux sur le marché.

Il ne fallait pas intervenir en Libye, un embargo suffisait pour se donner bonne conscience après le cafouillage sur la Tunisie. Il était probablement possible d’atteindre un compromis. Kadhafi est mort les armes à la main, alors qu’on le disait planqué au Niger, au Mali, en Algérie ou même au Venezuela. Il n’a pas fui comme le lapin Ben Ali. Il y a des morts qui sortent grandis par leur décès à en gros déclaré Villepin, cela risque d’être le cas.

PS : Une Française infirme est morte aux mains de ses ravisseurs somaliens. L’Ouganda et plus récemment le Kenya ont envoyé des troupes pour combattre les shebbabs, (« jeunesses islamistes »). Sarkozy devrait envoyer des troupes pour aider Kenyans et Ougandais à éradiquer ces canailles, il ne le fera pas, il n’y a pas de pétrole en Somalie, du moins pour le moment.


Moyenne des avis sur cet article :  4.26/5   (113 votes)




Réagissez à l'article

135 réactions à cet article    


  • François51 François51 22 octobre 2011 10:09

    Libye et CNT bienvenue en enfer. nouvel Irak annoncé. et ça, les impérialistes néo-mondialiste, ne l’ont surement pas prévu. c’est bien connu, on lèche, on lache, on lynche. ...


    • Jason Jason 22 octobre 2011 10:25


      Mais qui se soucie des noirs de Lybie ? Vous auriez dû traiter du Kenya ou de la Palestine. Là, vous auriez eu 100 commentaires dans l’heure.

      Belle mentalité sur Avox où on a l’indignation sélective, et le soin des sujets porteurs.


      • Georges Yang 22 octobre 2011 10:35

        Autre PS :
        On a beaucoup critiqué le recours à des mercenaires payés, entraînés et armés par Kadhafi, mais on peu se demander comment une bande de bras cassés comme les troupes du CNT a pu éradiquer une armée de métier. Certes il y a eu le support aérien de la « coalition » France en tête, mais surtout un appui clandestin au sol par des commandos français, anglais et américains issus de l’armée régulière ou par le biais de compagnies privées spécialisées

        En quoi cela est-il plus acceptable ?


        • remopix remopix 22 octobre 2011 11:00

          Peut-être faudrait-il s’intéresser aux contrats du groupe Géos : http://www.rfi.fr/emission/20100727-louis-caprioli-consultant-societe-securite-geos-ex-2-services-renseignement-dst

          Aucun bilan n’a été fait des exécutions des soit-disant mercenaires de Kadhafi.

        • Georges Yang 22 octobre 2011 11:04

          Quel rapport avec la Libye ? L’AQMI détestait Kadhafi


        • bigglop bigglop 22 octobre 2011 14:06

          Bonjour à tous,
          Revenir aux sources de cette intervention « humanitaire » ne nous fera pas de mal :

          LIBYE : REVELATIONS ITALIENNES SUR LES ACTIVITES DES SERVICES FRANCAIS DEPUIS NOVEMBRE 2010

          Convoitises et contradictions occidentales sur le dos du peuple libyen

          samedi 26 mars 2011

          Il serait naïf de croire que c’est l’amour de la démocratie ou du peuple libyen qui met en mouvement les machines militaires occidentales, précédées des semaines et des mois auparavant par les services spéciaux avec leurs scénarios et leurs contacts prévisionnels.
          La faiblesse des calculs néocolonialistes est qu’ils n’évaluent pas correctement les impacts des aspirations démocratiques et nationales des peuples qu’ils espèrent manipuler et diviser.

          L’ampleur des soulèvements pacifiques des peuples tunisien et égyptien, malgré leurs limites, a obligé les impérialistes à revoir leurs plans dans la précipitation, ce qui a rendu nombre de leurs porte paroles et acteurs plus bavards, maladroits et manquant de cohésion, multipliant les fuites comme celle signalée par le site Nerrassi ou les gaffes du genre « Croisades ».

          Tout dépend en définitive de la résistance, des peuples, de la capacité de leurs mouvements à ne pas tomber dans les pièges de la militarisation de leurs combats sociaux et démocratiques, sans tenir suffisamment compte des réalités complexes nationales, régionales et internationales.

          Selon le journaliste de la droite libérale italienne Franco Bechis, la révolte de Benghazi aurait été préparée depuis novembre 2010 par les « services secrets français ». Comme le remarque, aussi, Miguel Martinez du site internet « progressiste ComeDonChisciotte », ces révélations, encouragées par les « services secrets italiens », doivent se comprendre comme une rivalité au sein du capitalisme européen. Par Franco Bechis (Directeur adjoint du quotidien italien « Liber »).

          Le « Réseau Voltaire » précise que Paris a rapidement associé Londres à son projet de renversement du colonel Kadhafi (force expéditionnaire franco-britannique). Ce plan a été modifié dans le contexte des révolutions arabes et pris en main par Washington qui a imposé ses propres objectifs (contre-révolution dans le monde arabe et débarquement de l’« Africom » sur le continent noir). La coalition actuelle est donc la résultante de ces ambitions distinctes, ce qui explique ses contradictions internes.

          Première étape du voyage, 20 octobre 2010, Tunis. C’est là qu’est descendu avec toute sa famille d’un avion de « Libyan Airlines », Nouri Mesmari , chef du protocole de la cour du colonel Muhamar Kadhafi . C’est un des grands perroquets du régime libyen, depuis toujours aux côtés du colonel.

          Le seul -comprenons-nous- qui avec le minsitre des Affaires étrangères Moussa Koussa avait un accès direct à la résidence du raïs sans avoir à frapper (avant d’entrer, NdT).

          Le seul à pouvoir franchir le seuil de la suite « 204 » du vieux cercle officiel de Benghazi où le colonel libyen a accueilli avec tous les honneurs le Premier ministre italien Silvio Berlusconi pendant la visite officielle en Libye. Cette visite de Mesmari à Tunis ne dure que quelques heures. On ne sait pas qui il rencontre dans la capitale où la révolte contre Ben Ali couve sous la cendre. Mais il est désormais certain que dans ces heures-là et dans celles qui ont immédiatement suivi, Mesmari jette les ponts de ce qui, à la mi-février, allait devenir la rébellion de la Cyrénaïque. Et prépare l’estocade contre Kadhafi en cherchant et obtenant l’alliance sur deux fronts : le premier est celui de la dissidence tunisienne. Le second est celui de la France de Nicolas Sarkozy . Et les deux alliances lui réussissent.

          C’est ce dont témoignent des documents de la « DGSE » , le « service secret français », et une série de nouvelles fracassantes qui ont circulé dans les milieux diplomatiques français à partir de la lettre confidentielle, Maghreb Confidential (dont il existe une version synthétique et accessible payante).

          Mesmari arrive à Paris le lendemain, 21 octobre 2010. Et il n’en bougera plus. En Libye il n’a pas caché son voyage en France, puisqu’il a emmené avec lui toute sa famille. La version est qu’à Paris il doit subir un traitement médical et probablement une opération. Mais il ne verra pas l’ombre d’un médecin. Ceux qu’il verra seront par contre, tous les jours, des fonctionnaires des « services secrets français ».

          L’ex compagnon de Kadhafi, Nouri Massoud El-Mesmari, a fait défection le 21 octobre 2010.
          Il vit aujourd’hui sous protection des « services secrets français ».
          LA RÉUNION

          On a vu de façon certaine au début du mois de novembre, entrer à l’« Hôtel Concorde Lafayette » de Paris, où Mesmari réside, d’étroits collaborateurs du président français. Le 16 novembre 2010, une file de voitures bleues est devant l’hôtel. Dense et longue réunion dans la suite de Mesmari . Deux jours plus tard une dense et étrange délégation française part pour Benghazi. Avec des fonctionnaires du ministère de l’Agriculture, des dirigeants de « France Export Céréales » et de « France Agrimer », des managers de « Soufflet », de « Louis Dreyfus », de « Glencore », de « Cani Céréales », « Cargill » et « Conagra ».

          Expédition commerciale, sur le papier, pour essayer d’obtenir à Benghazi justement de riches commandes libyennes. Mais se trouvent aussi dans le groupe des militaires français, déguisés en hommes d’affaire.

          À Bengazi ils vont rencontrer un colonel de l’aéronautique libyenne indiqué par Mesmari  : Abdallah Gehani . Il est au-dessus de tout soupçon, mais l’ex-chef du protocole de Kadhafi a révélé qu’il était prêt à déserter et qu’il a aussi de bons contacts avec la dissidence tunisienne.

          L’opération est menée en grand secret, mais quelque chose filtre jusqu’aux hommes les plus proches de Kadhafi Le colonel se doute de quelque chose. Le 28 novembre 2010 il signe un mandat d’arrêt international à l’égard de Mesmari . L’ordre arrive aussi en France à travers les canaux protocolaires. Les Français s’alarment et décident de suivre de façon formelle l’arrêt

          Quatre jours plus tard, le 02 décembre 2010, la nouvelle filtre justement depuis Paris. On ne donne pas de nom mais on révèle que la police française a arrêté un des principaux collaborateurs de Kadhafi . La Libye, au premier abord, retrouve son calme. Puis apprend que Mesmari est en réalité aux arrêts domiciliaires dans la suite du « Concorde Lafayette ». Et le raïs commence à s’agiter.

          La colère du raïs. Quand arrive la nouvelle que Mesmari a demandé officiellement l’asile politique à la France, la colère de Kadhafi éclate, il fait retirer son passeport même au ministre des Affaires étrangères, Moussa Koussa , accusé de responsabilité dans la défection de Mesmari. Il essaie ensuite d’envoyer ses hommes à Paris avec des messages pour le traître : « Reviens, tu seras pardonné ». Le 16 décembre 2010, c’est Abdallah Mansour , chef de la télévision libyenne, qui essaie. Les Français l’arrêtent à l’entrée de l’hôtel. Le 23 décembre 2010 d’autres Libyens arrivent à Paris. Ce sont Farj Charrant, Fathi Boukhris et A ll Ounes Mansouri.

          Nous les connaîtrons d’avantage après le 17 février 2011 : parce-que ce sont justement eux, avec Al Hadji , qui vont mener la révolte de Benghazi contre les miliciens du colonel.

          Les trois sont autorisés par les Français à sortir dîner avec Mesmari dans un élégant restaurant des Champs-Élysée. Il y a aussi là des fonctionnaires de l’ « Élysée » et quelques dirigeants des services secrets français. Entre Noël et le Jour de l’an sort dans Maghreb Confidential la nouvelle que Benghazi est en ébullition (à ce moment-là personne ne le sait encore), et aussi quelques indiscrétions sur certaines aides logistiques et militaires qui seraient arrivées dans la seconde ville libyenne, en provenance justement de la France. Il est désormais clair que Mesmari est devenu un levier aux mains de Sarkozy pour faire sauter Kadhafi en Libye. La lettre confidentielle sur le Maghreb commence à faire filtrer les contenus de cette collaboration.

          Mesmari est nommé « Libyan Wikileak », parce qu’il révèle un après l’autre les secrets de la défense militaire du colonel et raconte tous les détails des alliances diplomatiques et financières du régime, en décrivant même la carte du désaccord et les forces qui sont sur le terrain. À la mi-janvier 2011 la France a dans les mains toutes les clés pour tenter de renverser le colonel. Mais il y a une fuite. Le 22 janvier 2011 le chef des « services secrets de Cyrénaïque », un fidèle du colonel, le général Aoudh Saaiti, arrête le colonel d’aviation Gehani , référant secret des Français depuis le 18 novembre 2010.

          Le 24 janvier 2011 il est transféré dans une prison de Tripoli, avec l’accusation d’avoir créé un réseau social en Cyrénaïque, qui faisait les louanges de la contestation tunisienne contre Ben Ali . Mais c’est trop tard : Gehani a déjà préparé la révolte de Benghazi, avec les Français.

          nerrati.press@gmail.com
          africdossier@googlegroups.com

          VISITEZ LES SITES DU RÉSEAU NERRATI-PRESS :

          Voir en ligne : http://www.nerrati.net/afrique-doss...

          Mais aussi sur les magouilles britanniques :

          Londres, Correspondant - Alan Duncan, secrétaire d’Etat britannique au développement international, campe une figure singulière au sein de son propre camp, le Parti conservateur. Derrière le raffinement et le charme de l’homme se cachent la détermination et le flair d’un ancien négociant en pétrole. Avant d’être élu député à Westminster, l’intéressé a servi d’intermédiaire entre producteurs et consommateurs d’or noir, d’abord auprès de la société de trading suisse Vitol, puis de la Shell.

          C’est pour cette raison, à lire la presse britannique du 1er septembre, que le premier ministre, David Cameron, a nommé Alan Duncan en avril à la tête d’une cellule secrète destinée à utiliser l’arme du pétrole contre le régime Kadhafi.

          Alerté par ses contacts pétroliers, M. Duncan avait pris conscience de l’effet néfaste des sanctions de l’ONU comme de l’Union européenne (UE). En effet, l’approvisionnement des rebelles en produits pétroliers (essence, gasoil, fioul) était interrompu alors que les kadhafistes, par le truchement de filières clandestines d’intermédiaires chinois et indiens utilisant des ports tunisiens et algériens, continuaient à être alimentés en carburants. A l’époque, les opérations militaires de l’OTAN, auxquelles participe le Royaume-Uni, paraissent enlisées.

          La stratégie de cette cellule discrètement installée sous les combles du Foreign Office est de priver l’ouest de la Libye, sous le contrôle de l’armée du dictateur, de produits raffinés tout en assurant la fourniture des rebelles.

          Pour ce faire, les routes empruntées par les trafiquants pour acheminer les produits pétroliers sont coupées par les bombardements de l’OTAN et le blocage du port de Zaouïa, à une quarantaine de kilomètres de Tripoli. Par ailleurs, Alan Duncan persuade son ancien employeur, Vitol, d’envoyer par navire du gasoil à Benghazi, le QG des rebelles. Le marché d’assurances londonien Lloyd’s est prié de faciliter la couverture des bateaux de Vitol ravitaillant l’Arabian Gulf Oil Company (Agoco), contrôlée par les autorités provisoires. Le trader suisse accepte de remettre à plus tard le paiement à la livraison des cargaisons, comme il est de tradition dans les zones de guerre.

          Pour réaliser sa mission, Vitol possède de trois atouts maîtres. Tout d’abord, la firme genevoise connaît bien le pays. En 2008, la société a signé un accord avec la compagnie libyenne des pétroles NOC visant à construire un terminal pétrolier dans le port de Ras Lanouf, projet qui avait été abandonné. Ensuite, le trader dispose de l’infrastructure nécessaire pour mener à bien l’opération d’assistance aux insurgés : ports, entrepôts, tankers. La nature de la profession de négociant en matières premières est enfin de prendre les risques que les majors pétrolières préfèrent éviter.

          Contacté par Le Monde, Vitol a confirmé avoir eu "des accords commerciaux directs avec Agoco, qui achetait des produits pétroliers au nom du Conseil national de transition depuis le début du conflit".

          Certes, les arrière-pensées de relations publiques n’étaient pas absentes après une série de scandales qui ont terni l’image de Vitol (en 2008, l’organisme américain de régulation des marchés à terme avait classé Vitol comme un spéculateur et non plus comme un intermédiaire commercial). Mais surtout, comme l’indique un expert londonien du secteur énergétique, "cette opération, pas très compliquée et qui ne coûte pas cher, permet à Vitol de se placer à moindres frais au cœur de la vaste foire d’empoigne qui se déroule autour du pétrole libyen dans la perspective de l’après-Kadhafi".

          Y penser toujours, n’en parler jamais : telle pourrait être la devise des pays comme des compagnies qui ont soutenu les rebelles vis-à-vis du pactole pétrolier libyen. Déjà présentes sur place avant le conflit, Total, BP, Shell et Vitol entendent prendre leur part du gâteau en délogeant l’opérateur historique, l’italienne ENI. La course aux réparations des puits libyens endommagés et aux licences d’exploration-production à venir fait rage en coulisses. Très légères, contenant peu de soufre, les huiles extraites à bas coût du sous-sol libyen sont très recherchées par les raffineurs européens.

          Les anciens soutiens du régime comme les pétroliers russes, chinois et brésiliens sont aujourd’hui dans leurs petits souliers. C’est pourquoi, derrière l’annonce par le trader russo-finlandais Gunvor de l’envoi aux rebelles d’une cargaison de fioul destinée aux centrales électriques, beaucoup voient la volonté du Kremlin de faire oublier son appui au Guide.

          Marc Roche

          Article paru dans l’édition du 03.09.11

          http://www.lemonde.fr/libye/article/2011/09/02/londres-a-fait-appel-a-des-traders-dans-la-guerre-du-petrole-contre-le-regime-du-colonel-kadhafi_1566724_1496980.html#ens_id=1481986






        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 22 octobre 2011 16:27

          L’intervention de l’Otan n’est pas acceptable. Elle a été une opération de banditisme et ceux qui l’on organisée devaient être jugés comme criminels de guerre, Sarkozy en tête.  Selon les principes de Nuremberg, la France est aujourd’hui dirigée par un criminel, tout autant que l’était l’Allemagne nazi.


          L’Histoire jugera sévèrement cet épisode, et nos petits enfants mettront Kadhafi au rang des martyrs du colonialisme, avec Lumumba, Sankara et Mandela. Ils feront une petite place a Nicolas Sarkozy à côté de Pierre Laval. Dumont disait dès 1991 de nos incursions eu Moyen Orient : « Cette guerre nous déshonore ». Nous tous, Occidentaux, sommes déshonorés. 




          Pierre JC Allard
           



        • roro46 22 octobre 2011 16:27

          Peut-être est-ce vrai, je n’en sais rien ; mais vous pensez sérieusement que les esclaves payés, ça n’existe pas ??


        • roro46 22 octobre 2011 16:28

          c’était rapport au message ci-dessous de l’auteur.


        • Tall 22 octobre 2011 16:52

          euh PJC ... il y avait un mandat de l’ONU ...


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 22 octobre 2011 18:01

          @ bigblop


           Pourquoi ne pas en faire un article ?

           PJCA

        • EricB 23 octobre 2011 22:28

          Vous êtes décidément bien naïf d’imaginer que dans une guerre -et a fortiori une guerre civile, toutes les régles « de la civilisation » sont respectées. Seule la fin justifie tous les moyens. Kadhafi (et ses fistons) n’avait jamais fait mystère d’utiliser tous les moyens à sa convenance et à sa disposition (ruse, emploi de mercenaires pour pallier à son armée défaillante, intox méditatique...) pour rester au pouvoir. On ne va pas reprocher aux autres d’avoir, parfois, usé de méthodes similaires pour arriver à leurs fins. Le rat a joué, il a perdu. Point, et bon débarras.

          C’est toujours assez pitoyable, et surtout terriblement prétentieux, de penser que nous DEVONS juger les comportements des « autres », en l’occurrence les membres du CNT qui auraient « lynché » Kadhafi, selon NOS normes et NOS modes de pensée ! Ces valeureux combattants, qui n’ont pas été élevés depuis leur plus tendre enfance selon les valeurs de la démocratie, ont-ils des ordres et des leçons à recevoir d’un petit internaute français qui n’a jamais connu 42 ans de dictature atroce, qui n’a jamais eu besoin de prendre les armes pour se débarrasser d’un dictateur au péril même de sa vie ? Oui, on peut toujours « regretter » le lynchage de Kadhafi, pas compatible avec nos « valeurs », mais certainement pas juger, de la sécurité de votre petit clavier, des combattants qui sont allés risquer leur vie sur le terrain, pour obtenir LEUR liberté.


        • Taverne Taverne 23 octobre 2011 23:29

          Je lis « la France est aujourd’hui dirigée par un criminel, tout autant que l’était l’Allemagne nazi. » On aura tout lu sur ce site ! Il y en a qui feraient bien mieux d’aller se reposer et de rouvrir les livres d’histoire...


        • EricB 23 octobre 2011 23:50

          « Je lis »la France est aujourd’hui dirigée par un criminel, tout autant que l’était l’Allemagne nazi.« On aura tout lu sur ce site ! Il y en a qui feraient bien mieux d’aller se reposer et de rouvrir les livres d’histoire... »

          Oui, ça donne l’aune de la crédibilité (et surtout de l’objectivité) de cet article et de ses supporters.
          Pour rire (ou pleurer...) un bon coup, vous pouvez aussi aller faire un tour sur allainjules.com (« L’information déjantée » pour sûr...).


        • Taverne Taverne 24 octobre 2011 15:45

          @ stabilob0ss

          Vous dites : « Cependant, vous aussi parfois écrivez des saloperies comme par exemple confondre libérer un peuple et le voler, cautionner des campagnes impérialistes sous couverts de mensonges aussi énormes qu’éhontés dignes d’un autre temps. »

          Faux ! Ni l’un ni l’autre. Vous avez rêvé ou lu les propos de quelqu’un d’autre.


        • Georges Yang 22 octobre 2011 11:14

          Kadhafi n’avait pas d’esclaves, les noirs à son service étaient payés


          • morice morice 22 octobre 2011 11:14

            Dans toute sa splendeur, voilà celui qui me harcèle journellement qui se lance dans une diatribe qui sent bon le truc torchè à la va vite, sans aucun recul.


            Ça commence par un aveu d’impuissance : « Allez sur Google et tapez « massacre de noirs en Libye » et vous trouverez plus d’une douzaine de vidéos, spécialement sur Youtube, montrant les atrocités commises par les combattants de la liberté du CNT. » à partir de là, vous n’aurez donc que des avis déjà orientés : ceux qui ont mis ça de cette façon sur le net ne sont pas neutres. C’est comme la photo choisie : à partir de là on ne peut imaginer autre chose que le fait que le gars du CNT se mette à trancher les mercenaires. Bref, on a déjà la conclusion avant même de lire les faits.

            Ça empire après : « Certes un nombre indéterminé des exécutés est constitué de mercenaires noirs qui ont peut-être du sang sur les mains, d’autres sont des Libyens noirs qui étaient peut-être des combattants réguliers de l’armée libyenne, mais d’indéniables innocents ont été lynchés uniquement du fait de la couleur de leur peau. »

            Selon Yang, donc, en Libye, on a pas poursuivi des mercenaires, mais des noirs. C’est un avis... tranché, à la va vite encore une fois, et qui ne fait preuve d’aucune réflexion. D’aucun recul ! On est dans le syllogisme et rien d’autre :
            1) les mercenaires de Kadhafi sont en très forte majorité Kenyans, Tchadiens, etc..
            2) les gens du CNT pouruisivaient les mercenaires
            3) les gens du CNT ont arrêté en très forte majorité des Kenyans, Tchadiens...

            la couleur de peau a OBLIGATOIREMENT joué dans la traque !



            Bien évidemment, et on ne voit pas comment l’empêcher, ça s’est transformé en chasse au noir : ya-t-il eu racisme pour autant comme se complaît à le dire Yang, qui ne s’intéresse que depuis fort peu à la question ? Cette façon de présentée les choses est une escroquerie intellectuelle. Elle est PARTISANE et MENTEUSE.

            Mais il y a pire chez Yang : « Les vrais islamistes sont tapis dans l’ombre, ils attendent leur tour. Probablement d’ailleurs, ils ne participent pas directement aux massacres de noirs, car pour un musulman, même fanatique, la communauté des croyants passe avant l’arabité, un noir qui prie cinq fois par jour, ne blasphème pas et ne boit pas d’alcool à plus de valeur à leurs yeux qu’un mécréant arabe à peau claire ». 

            Et hop, on a là droit à un petit couplet anti-islam au passage, car ce texte est un... PRETEXTE à étaler une vision fort personnelle du monde : en somme, entre croyants on ne s’entretue pas ; surtout que lorsqu’on a en face un mercenaire noir on a le temps de lui demander s’il prie avant de le descendre... Bref, c’est encore une fois ridicule et torché à la va-vite cette opinion. Il n’y aucune réflexion, mais au contraire l’étalage d’une pensée pré-établie, qui est fondamentalement chez cet auteur, raciste et on le sait. Au prétexte ici de venir nous causer d’une chasse au noir, ce qui en ferait un auteur anti—raciste, il nous balance un autre racisme, celui de la la vision d’une religion comme étant nécessairement et obligatoirement tournée vers la guerre. Yang est islamophobe, et comme tout islamophobe est prêt à tout pour raccrocher des wagons qui n’en ne sont pas à son islamophobie.

            Yang n’a rien vu de ce qui s’est passé, et il l’écrit même « Il ne fallait pas intervenir en Libye, un embargo suffisait pour se donner bonne conscience après le cafouillage sur la Tunisie. » Somme toute, chez Yang, il fallait garder Kadhafi au pouvoir. Un dirigeant qui payait ses mercernaires noirs jusqu’à 1000 euros par jour pour commettre des exactions et dévaster des villes en y semant la terreur, comme ici :


            Alors à partir de là on peut en conclure que Georges Yang vient ici augmenter le sentiment du racisme, au nom d’un anti-racisme dévoyé : c’est bien la signature de quelqu’un de tortueux qui parle ici « éradiquer ces canailles » comme d’autres parlent ailleurs des banlieues. Non , Mr Yang, ça ne se passe pas aussi étroitement que votre absence de réflexion patente essaie de le faire croire aux lecteurs d’Agoravox que vous tentez de MANIPULER avec votre titre accrocheur et votre texte qui ne fait que recopier un avis PARTISAN. La guerre, c’est plus compliqué que cela, Mr Yang, et vous devriez plutôt écrire sur ce que vous connaissez mieux, comme « la défécation des obèses », qui vous a rendu ici si célèbre (?).


            • Georges Yang 22 octobre 2011 11:23

              Alors, grand excité brouillon et farfelu, on se lâche, ne vous en faites pas, je ne vais pas replier ou demander la suppression de votre intervention outrancière et calomnieuse, ce serait vous rendre hommage.
              Vous n’êtes qu’un exalté, sans envergure, un petit prof pontifiant teinté de parano qui collectionne des images d’avions comme un vieil ado
              Dire que cet article dénonce l’islam est un non sens
              Kadhafi s’est toujours présenté comme musulman et comme panafricanisme

              PS ;je ne suis pas obèse, mais vous me faites chier


            • lsga lsga 22 octobre 2011 12:23

              J’ai du mal à comprendre que le commentaire de morice soit si mal noté. Je suis rarement d’accord avec ses positions, mais là, son point de vue est argumenté, et sa critique tient la route. 


              1. Des vidéos sur YouTube ne forment pas une preuve
              2. L’auteur ne connait clairement pas la réalité d’un combat armé : Noir, musulman, ou esquimaux, peut importe, l’ennemi est armé et il nous tirent dessus. Quand ils sont désarmée, le soucis principal est encore d’éviter qu’ils reprennent les armes. 
              3. Le petit couplet anti-islam est un peu juste... 

              Contrairement à Morice, je n’étais pas pour l’intervention en Lybie, mais je comprends tout à fait que les Révolutionnaires lybiens est accepté cette intervention extérieure. 

              Bref, j’aimerais ajouter une comparaison historique avec la Guerre Civile en Espagne, où les Turques à la solde de Franco se faisaient hacher menus (au sens propre du terme) par les Républicains quand ils leurs tombaient sous la main. Pour utiliser le conditionnel et les ’peut-être’ de l’auteur : il est peut-être possible que des Arabes innocents se soient fait massacrer par les républicains. Non pas que les républicains étaient particulièrement racistes, mais la guerre, c’est la guerre. Il s’agit de successions d’horreurs et de barbaries qui vous amènent à agir de la manière la plus efficace, pas de la manière la plus respectueuse des droits de l’homme et du petit bourgeois. 

              Donc, dans le cadre d’un conflit armé, si l’ennemi a une couleur identifiée (couleur de peau ou couleur de costume...), on y va par coudée franche quitte à tailler un peu dans le vif. Regarder le film ’Libertarias’, ça vous remettra un peu dans le contexte. 

              http://en.wikipedia.org/wiki/Libertarias



            • Zanini 22 octobre 2011 12:37

              Morice est mal noté si c’etait en France il aurait été le premier a condamné ce genre de phrase : la couleur de peau a OBLIGATOIREMENT joué dans la traque !

              PS : les turcs ne sont pas des arabes.


            • lsga lsga 22 octobre 2011 14:13

              PS : les turcs ne sont pas des arabes.

              Achetez une doloréane et allez expliquez ça aux Républicains espagnols. Y a plus d’un Arabe qui a du se faire cajoler façon Marie-Antoinette pour avoir un peu trop ressemblé aux Trucs à la solde de Franco. 

            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 22 octobre 2011 16:32

              @ Morice :


               Vous savez que je vous aime bien, mais ici vous avez tort et votre argumentation est faible.

              Pierre JC Allard

            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 22 octobre 2011 16:39

              @ Isga


               Je ne vois aucune raison de vous aimer et votre argumentation est ridicule
               
              Pour la Libye de Kadhafi, voyez au lien ci-dessous


              Pour la pensée de Kadhafi voyez ceci :


               Pierre JC Allard

            • lsga lsga 23 octobre 2011 15:29

              dis donc Pierrot, tu te prends pour qui pour croire que ton amour intéresse quelqu’un ?

              Tu aimes un tel, tu n’ aimes pas tel autre : OSEF
              On serait des midinettes de 15ans et tu serais Brad Pitt, alors peut-être que tes pulsions affectives nous passionneraient... Mais là franchement, savoir si tu aimes un tel ou pas c’est aussi intéressant que de savoir si le cassoulet te donne des gaz.

              Concernant une argumentation, qu’elle soit bonne ou mauvaise ; on la discrédite uniquement en la citant et la contredisant ; suffit pas de dire ’c ridicule’ ou ’c faible’.

              En vous souhaitant que vos amours se portent aussi bien que vos flatulences...
               


            • Michel Maugis Michel Maugis 23 octobre 2011 16:57

              @morice


              Vous révélez votre for intérieur. Il n’ est pas très joli.


              Seuls les crapules racistes soutiennent les interventions armées contre des pays qui ne menacent personne. Morice est un défenseur de la crapulerie occidentale !!.


              Non, Morice, Il ne fallait pas intervenir en Libye, nulle part il faut intervenir..


              La Libye ne menaçait personne, militairement s’ entend.


              Ce qu’ elle menaçait était les intérêts des crapules oligarchiques occidentales, et indiscutablement vous venez de démontrer, par votre diatribe, que vous soutenez leurs véritables mercenaires de l’ OTAN et les Nazis Cameron Sarkonazy et OBAMA.


              Depuis le début de cette guerre, votre courage ne s’ est élevé que pour fustiger un de ses opposants, et avec des arguments totalement débiles que l’ on peut très facilement vous retournez avec bien plus de véracité


              « un aveu d’ impuissance »… Vous n’ avez qu’ affirmé mais rien démontré, sinon votre propre impuissance.


              Plus du tiers des libyens sont des noirs. Mais alors que l’ OTAN est une organisation mercenaire des crapules oligarchique occidentales que vous défendez, vous vous en prenez à la mise en doute des mercenaires noirs de Kadhafi !!!! Vous vous révélez Morice !!! Vous choisissez votre camps !!.


              Allez morice, essayez d’ avoir le courage pour qualifier comme il se doit cette guerre mener par ce néonazisme européen, et il sera plus significatif que celui que vous avez déployé pour attaquer un simple agoravoxeur qui, lui, n’ est pas anonyme.


            • Michel Maugis Michel Maugis 23 octobre 2011 17:57

              @Isga


              Réponse à un individualiste qui se prend pour une référence.


              « J’ai du mal à comprendre que le commentaire de morice soit si mal noté. »

              Comme si sa petite opinion était une autorité !!

              « Je suis rarement d’accord avec ses positions, mais là, son point de vue est argumenté, et sa critique tient la route.  »

              Deuxième utilisation de sa petite personne : « je suis rarement d’ accord avec ses position »  C’ est certainement lorsqu’elles sont justes. On retiendra que Isga nous fait encore part de sa modeste référence, LUI :


              Examinons son argumentation moricienne pour voir comment « elle tient la route ».


              « 1. Des vidéos sur YouTube ne forment pas une preuve »


              Superbe argumentation !!!! L’ auteur n’ a jamais prétendu que c’ était une preuve irréfutable du racisme des « révolutionnaires » « libyens » soutenus par les très grands démocrates révolutionnaires que sont Sarkonazi etc.. 


              D’ ailleurs l’ absence de vidéos sur You Tube des massacres et bombardements de kadhafi n’ est pas une preuve que les dires de BHL n´étaient pas véridiques.


              Autrement dit vidéo ou pas vidéos ce n’ est pas une preuve. La preuve est ce que disent les très grands individualistes ISGA et MORICE


              « 2. L’auteur ne connait clairement pas la réalité d’un combat armé : Noir, musulman, ou esquimaux, peut importe, l’ennemi est armé et il nous tirent dessus. Quand ils sont désarmée, le soucis principal est encore d’éviter qu’ils reprennent les armes.  »


              Nous aurons tous remarqué la très grande sagacité de Isga et la très petite intelligence de Georges qui apparemment, selon notre référence en QI, ne sait pas que dans un conflit armé l’ ennemi tire sur l’ ennemi, et vis versa. Et que quand on désarme l’ ennemi, et bien l’ ennemi ( l’ autre) évite qu’ il reprenne les armes.

              Il faut excuser Georges, car cela n’ était pas évident. Je n’ y avait pas pensé non plus. Un grand merci à Esga pour cette révélation qui est une preuve éclatante de son intelligence et que surtout il ne se prend pas pour une petite merde.


              « Le petit couplet anti-islam est un peu juste...  »


              Si les vidéos de you tube ne sont pas une preuve, les dires de Isga le sont, car c’ est Isga qui le dit, et comme Isga est très intelligent, c’ est que ce qu’ il dit est une référence, par définition. Donc Georges est un islamophobe, CQFD.


              « Contrairement à Morice, je n’étais pas pour l’intervention en Lybie, mais je comprends tout à fait que les Révolutionnaires lybiens est accepté cette intervention extérieure.  »


              Une fois de plus, notre révolutionnaire au bonnet nous fait part de son opinion référentielle. Les « Révolutionnaires libyens » avec un grand R pour que cela se remarque, et avec une correction de l’ orthographe du mot libyens, ont donc accepté les brigades internationales que furent les troupes spéciales britanniques, françaises, quatariennes et les bombardements de civils de l’ organisation révolutionnaire est humanitaire qu’ est l’ OTAN.


              On se croyait sous la guerre républicaine espagnole. Isga si connaît question RRRévolution.


              Encore une référence à lui même.  IL COMPREND que les « révolutionnaires » aient accepté l’ intervention de l’ OTAN NAZI qu’ il appelle pour le besoin de sa compréhension « intervention extérieure ».  


              Est il possible que Isga nous explique sa compréhension sans démontrer sa fourberie et sa très grande et immonde hypocrisie ? Ce côté immonde dont le ventre est encore fécond.


              « Bref, j’aimerais ajouter une comparaison historique avec la Guerre Civile en Espagne, où les Turques à la solde de Franco se faisaient hacher menus (au sens propre du terme) par les Républicains quand ils leurs tombaient sous la main. »



              Bien voilà, c’ est fait : L’ OTAN Sarkonazy etc… sont l’ équivalent des brigades internationales de la guerre républicaine espagnole. La légion condor Guernica etc.. c’ est Kadhafi. C’ est Isga et Morice qui l’ affirment.


              « Pour utiliser le conditionnel et les ’peut-être’ de l’auteur : il est peut-être possible que des Arabes innocents se soient fait massacrer par les républicains. Non pas que les républicains étaient particulièrement racistes, mais la guerre, c’est la guerre. »



              Isga fait de la corde raide, en oubliant l’ éthique. Les républicains espagnols étaient dans leurs légitimités d’ instaurer la république devant les fascistes. Les républicains se défendaient contre les hordes fascistes. Les fascistes,les nazis se sont les Obama, Sarkonazy Cameron l’ OTAN, mais en fait tout ce monde qui se réclame du libéralisme et qui se tait en laissant faire le sale boulot par ses laquais de l’ oligarchie capitaliste occidentale.


              Sa rhétorique n’ est valable seulement en acceptant sa prémisse crapuleuse que les khadafistes n’ étaient pas légitimes et que les « révolutionnaires » soutenus par Sarkonazi et l’ OTAN sont des vrais révolutionnaires. Il tourne en rond sur ses propres mensonges crapuleux.



            • lsga lsga 24 octobre 2011 11:00

              Pour éviter de flooder l’article avec des commentaires presque aussi intéressant que les gaz générés par la digestion du cassoulet, je vais essayer d’être bref (contrairement à vous, qui comme Protagoras maîtrisez le macro-logos) :


              « Comme si sa petite opinion était une autorité !! »

              Il ne s’agit pas d’opinion que je présente comme faisant autorité, mais d’hypothèses que je posais et défendais par la suite.

              « Des vidéos ne forment pas une preuve »
              Visiblement, vous en convenez. Or, dans l’article, c’est avancé comme une preuve.

              « Le petit couplet anti-islam est un peu juste... »
              Les propos tenus par l’auteur, comme le fait remarquer morice, sont en effet ambigus et pour le moins ’condescendants’. 

              « intervention extérieure[...] la guerre d’Espagne »

              Je n’ai pas compris vos critiques (à part celles sur l’orthographe). Oui, relisez Lénine, toutes les Révolutions ont besoin d’un soutient extérieur, y compris venant de forces impérialistes. Le révolutionnaire choisi son ennemi (la Classe Dominante de son pays), pas ses alliés. 

              Concernant la guerre Civile Espagnole, les communistes ont en effet accepté de collaborer avec les forces impérialistes européennes pour faire face à Franco (quoi d’étonnant ?)... Vous semblez avoir un point de vue romantique (plein d’Espoir ?) sur la Guerre Civile Espagnole. Cela a été une boucherie, côté républicains aussi ; et les Arabes en Espagne ont bien été victimes de massacres ethniques par les républicains. 

              Je pense que votre problème, c’est que vous réfléchissez en terme de Bien et Mal, de gentil et de méchant. Tout cela n’existe pas. Il y a l’homme, il y a les forces historiques, une classe à éliminer, un système à renverser. Tout le reste (idéologie, spiritualité, éthique) compte pour du beurre. Peut-importe que le drapeau soit vert ou rouge, l’important est que les fusils soient pointés dans la bonne direction. Matérialisme historique bon sang...


            • bluebeer bluebeer 22 octobre 2011 11:16

              Bonjour,

              Entièrement d’accord avec votre article. Ce qui me paraît le plus grave, ce n’est pas tant que l’occident renoue aussi ostensiblement avec la politique de la canonnière, c’est que si peu de voix occidentales la dénoncent. Que de terrain perdu en quelques décennies...


              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 22 octobre 2011 16:46

                @ Bluebeer


                 La contrôle TOTAL ou presque de l’Information explique qu’on puisse en arriver a rendre le peuple complice des crimes de ses gouvernants. Ça explique aussi l’échec de notre pseudo démocratie qui repose sur cette manipulation médiatique et la corruption. Vivement AUTRE CHOSE.





              • morice morice 25 octobre 2011 17:55


                . Ça explique aussi l’échec de notre pseudo démocratie qui repose sur cette manipulation médiatique et la corruption. Vivement AUTRE CHOSE.

                la québecquoise étant meilleure, s’entend, bien sur.

                votre argument est TRES faible.

              • Georges Yang 22 octobre 2011 11:31

                 Pour ceux qui croiraient aux élucubrations de Morice, relisez mon précédent article et vous pourrez juger sur pièce si je suis islmamophobe

                http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/revolutions-arabes-gagnants-et-102701


                • Ann O’Nymous 22 octobre 2011 11:32

                  La comparaison avec le Rwanda est ridicule. Non pas que tout soit exempt de reproche - dans les deux cas - mais les situations sont tellement différentes que les rapprocher en une phrase tient de la manipulation.


                  Pour le reste, je pense comme Morice.

                  • Georges Yang 22 octobre 2011 11:34

                    Merci de votre avis, clône de Morice


                  • lsga lsga 22 octobre 2011 11:58

                    Ce genre de débordement est tout à fait classique dans une Révolution. 

                    Les Vendéens, en France, en ont fait la triste expérience...

                    Quand les révolutionnaires sont minoritaires, et qu’ils sont amenés à livrer des combats particulièrement violents pour remporter la victoire, il existe une forme de force d’inertie qui fait que des massacres sont perpétrés pour une période de quelques mois à un ou deux ans suivant la victoire. Comme l’auteur de l’article l’explique, ce mouvement de violence est propice à l’essor de la Réaction (les Islamistes en l’occurrence.)

                    La meilleure manière de canaliser ce reflux extrêmement sanglant et violent est donc précisément de lui donner une orientation anti-réactionnaire : élimination pure et simple de l’ensemble des membres de la Classe dirigeante et des personnes susceptibles d’instaurer une contre Révolution. La Terreur en France est un bel exemple d’une telle canalisation anti-Réactionnaire de la violence, mais qui malheureusement a échouée et s’est soldée par la prise de pouvoir de Napoléon. 

                    L’idéal est donc encore d’avoir une Révolution Citoyenne, basée sur un soutient populaire massif, qui n’a pas besoin de recourir ni à la violence ni à l’aide d’une puissance étrangère. Malheureusement, le choix de la nature de la Révolution n’est pas entre les mains des Révolutionnaires, mais entre celles de la classe dirigeante. C’est leur capacité à quitter le pouvoir (comme en Tunisie) ou à mettre en place une répression systémique (comme au Yemen) qui détermine le niveau de violence d’une Révolution, et donc la nature de la Terreur qui s’en suit, et finalement de la Réaction. 

                    Plus la répression est violente, plus la Révolution est sanglante, plus la Terreur est aveugle, plus la Réaction a de chance de reprendre le pouvoir sous une forme militaire.

                    Toutefois, un tel cycle de barbarie et de ’sacrifice humain’ a au moins l’avantage d’effectuer une sorte de grand lavage de cerveau collectif. Quand les horreurs ont été poussées suffisamment loin, les choses ne peuvent pas redevenir comme avant. Si la Terreur a effectuée un véritable nettoyage de Classe, la Réaction pourra certes reprendre le pouvoir mais aura perdu l’essentiel de son élites, c’est à dire de ses membres les plus brillants et les plus efficaces. 
                    Bref, le souffle de sang Révolutionnaire, telle la danse de Shiva, peut détruire les fondamentaux de l’ancienne société et faire place nette pour qu’une nouvelle organisation puisse émerger. 

                    • Michel Maugis Michel Maugis 23 octobre 2011 16:43

                      @Isga


                      Enlevez votre bonnet d’ hypocrite, et n’ appelez plus évolution ce qui est une CONTRE REVOLUTION.

                      Ou alors expliquez moi, depuis quand les Nazis, l’ OTAN, Sarkonazi, Cameron, Berlusconi, Aznar, BHL, Bush, Clinton etc... appuient une révolution ?

                      Vous cachez très mal la réalité de votre misérable pensée.

                      En Libye, ce qui s’ est passé est une CONTRE REVOLUTION menée par le NÉONAZISME européen qui vient de naître avec les applaudissements de toute l’ hypocrisie de ceux qui revendiquent la pérennité du capitalisme.

                      Votre parallèle avec la Révolution ( française) est vraiment une démonstration de votre ignorance ( au mieux éthiquement) ou de votre perversité individualiste et arrogante.



                    • lsga lsga 24 octobre 2011 10:37

                      je suis le premier à regretter la perte de Kadhafi qui avait chasser un roi fantoche et nationalisé le pétrole. 


                      Ensuite, une Révolution, c’est simplement une guerre entre Classes, cela ne trempe pas dans l’idéologie. Peut-importe les drapeaux et les idées qui sont portées, il s’agit d’un phénomène matériel et les discours idéalistes qui le sous-tende ne sont que des épiphénomènes. Oui, toute les révolutions ont des formes et des dynamiques similaires. La phase de ’terreur’, c’est à dire la phase de violence aveugle et particulièrement sanglante, est un classique dans les Révolutions qui ont été violentes.

                      D’accord ou pas avec les révolutionnaires libyens ? La question n’a a aucun sens. Les révolutionnaires libyens viennent de faire place nette en Libye, sous un prétexte ou un autre ils ont éliminé la classe dirigeante de leur pays. La population vient de subir un choc sanglant particulièrement violent, le temps ne sera donc pas aux grands discours idéalistes mais aux actions matérielles pratiques (ce qui est en soi un progrès révolutionnaire)

                      Je fais ici un parallèle avec la Révolution française, j’en fais un autre plus haut avec la Guerre Civile Espagnole. Durant la guerre civile espagnole, beaucoup d’arabes et de turques se sont fait hacher menus par les républicains car soupçonnés d’être des mercenaires à la solde de Franco. Ne croyez pas qu’on leur faisait de procès équitable : on les alignaient contre un mur et on tirait.

                      Enfin, quant à la participation de puissances étrangères défendant leur intérêt particuliers dans le cadre d’une Révolution : c’est également un grand classique. Relisez Lénine, et sachez qu’il en a été de même lors des Révolutions américaines, françaises, russes, etc. 

                      Bref, laissez tombé vos idéologies. Achetez un fusil. 

                    • Hermes Hermes 24 octobre 2011 11:40

                      Bonjour Isga, d’accord avec l’analyse qui décrit le cycle de la violence. Mais sur ce point :

                      Bref, le souffle de sang Révolutionnaire, telle la danse de Shiva, peut détruire les fondamentaux de l’ancienne société et faire place nette pour qu’une nouvelle organisation puisse émerger.

                      NON.

                      La saturation de destruction que vous décrivez produit certes un dégout profond de la violence pour une petite période de temps (30 ans max ?). Les personnes s’endorment dans un certain confort basé sur le consensus de paix et de construction. Mais rien de tout ça ne permet à la conscience individuelle de progresser, et au fond de ce sommeil, les monstres reprennent vie (nos propres monstres, et les monstres réels les sociopathes avides de pouvoir).
                      Ce n’est pas la violence qui fait évoluer les hommes, mais la prise de conscience de leur vanité et de leur orgueil. Le réveil. Et il n’y a pas de condition extérieure particulière ni de moment privilégié pour celà.
                      Le point de départ c’est de prendre acte de sa propre responsabilité quand à son état d’âme et de sa propre souffrance inteme, en le constatant au présent, puis de se mettre en chemin pour en éradiquer les racines en soi. C’est un combat (ou non-combat) de tous les instants, car le sommeil est un processus d’économie naturel, et le pouvoir hypnotique des conditionnements de base (sexe, prestige, argent), et celui des idées avec lesquelles nous compensons nos souffrances, nous aspirent en permanence hors du présent.
                      S’il y a une révolution, à mon sens, c’est de donner les moyens à chacun de comprendre que ce chemin existe et les informations qui permettent de se réveiller.... maintenant.

                      Ce serait d’alleurs un non événement. L’histoire n’est pas faite du bonheur des êtres humains.
                      .
                      A bientot.


                    • lsga lsga 24 octobre 2011 12:03

                      « rien de tout ça ne permet à la conscience individuelle de progresser »

                      La conscience individuelle progresse en fonction des conditions matérielles de production et d’exploitation de son époque.

                      La conscience ne fait pas progresser la société. Vous pouvez changer la vision du monde des gens, vous n’aurez pas fait changer le monde. Pour changer le monde.... il faut changer le monde (étonnant non ?). ’Capitalisme morale’, ’monarche éclairée ’, autant de chimères qui font croire que la conscience, la spiritualité, et les idéaux sont sources de progrès. Non, le changement doit reposer sur un changement de la manière de produire et la manière d’organiser la production. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès