Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La chasse aux profs en Californie

La chasse aux profs en Californie

Le système éducatif public de Los Angeles a mauvaise réputation. Avec Détroit et Philadephie, Los Angeles a l’un des pires taux de lycéens abandonnant leurs études.

La sentence est tombée : ça sera 9000. 9000 professeurs, instituteurs et personnel administratif dépendant du département public de l’éducation de Los Angeles seront licenciés. Un chiffre qui représente un peu plus d’un pourcent de la masse salariale du district scolaire. Le Los Angeles Unified School District est le deuxième système éducatif public des Etats-Unis : plus de 700 000 élèves passent à travers ses écoles, de la primaire au lycée. Les licenciements résultent - quelle surprise - de la crise économique, qui a violemment touché la Californie, l’Etat le plus endetté de l’Union, comme j’en ai parlé dans un sujet récent.

Le district éducatif de Los Angeles, qui gère 658 écoles, fait face à un déficit budgétaire de pas moins de 700 millions de dollars au cours des 18 prochains mois. Les réactions sont vives ici à Los Angeles, le corps professoral se mobilise : "On ne peut pas avoir une baisse de cette amplitude et satisfaire aux besoins de tout le monde", s’inquiètait une élue du Board of Education, Marlene Canter, dans le Los Angeles Times du 10 mars.

Le système éducatif public de Los Angeles a mauvaise réputation. Avec Détroit et Philadephie, Los Angeles a l’une des pires taux de lycéens abandonnant leurs études (les "dropouts"). Résultat : on observe une tendance à la privatisation des écoles publiques sous la forme de "charter schools", qui sont l’équivalent d’écoles techniques financées par le public mais gérées par le privé avec des obligations de rendement.

Ces écoles font polémique, mais la nouvelle administration Obama s’en fait l’apôtre. Une sale ambiance. Obama a d’ailleurs enfoncé le clou mardi, en appelant à licencier les mauvais profs et à augmenter les bons : "It’s time to start rewarding good teachers, stop making excuses for bad ones", a-t-il déclaré devant la Chambre de Commerce hispanique de Washington.


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 13 mars 2009 10:23

    Bientôt en France...........

    Merci beaucoup pour ces nouvelles du front qui nous permettent de voir autre chose que notre petit héxagone. Le discours officiel devient plus décriptable dans sa manipulation.


    • LE CHAT LE CHAT 13 mars 2009 11:24

      le governator va devoir retourner enseigner à la maternelle ! il n’y a plus que lui pour motiver la jeunesse californienne ! smiley


      • fonzibrain fonzibrain 13 mars 2009 13:51

         tout va bien en californie
        tout va bien
        on licencie des prof
        on libère 40% des prisonniers
        certains comté ne font plus remonter l’impot,puisqu’ils ne peuvent plus honorer leurs dettes.

        franchement liberer les prisonniers,va ecore plus faire monter le taux de criminalité,et faire accepter l’idée de l’état d’urgence.

        il manque plus qu’un bon gros tremblement de terre,
        haarp,viens aider gouvernator


        • ThatJazz ThatJazz 13 mars 2009 14:32

          Je sens qu’Obama va pas tarder à décevoir...


          • plancherDesVaches 13 mars 2009 16:28

            Juste une chose...

            Qu’il soit noir peut éventuellement lui donner envie de prouver qu’il peut faire aussi qu’un blanc. Ce qui n’est pas non plus trés difficile, quand on regarde bien.
            Mais si on m’avait proposé un poste de président alors que quelques indices montraient que ça allait être "musclé", je n’aurais pas forcément accepté.

            Là, le gars, qu’il soit américain, noir, intelligent, avec une femme pas vilaine, à la tête d’une armée capable de raser un pays et de lui piquer son pétrole,... Hé bien, néanmoins, je le trouve courageux.
            Surtout avec les cowboys et les financiers-rapaces dont son pays est constitué.

            Pourvu qu’il ne se fasse pas flinguer, car ce serait un fachiste qui le remplacerait.
            Gold bless america (in dream)


          • Cascabel Cascabel 14 mars 2009 00:04

            Lécher les bottes du larbin des globalos sans même être payé... quelle déchéance.


          • karg se 13 mars 2009 17:57

            C’est quoi ces conneries sur les Charters schools ?
            Les Charter Schools sont des écoles à fond publique, libre d’accès (si il n’y a pas assez de place, tirage au sort) et gratuite, qui reposent sur une charte d’objectif, et qui se distinguent des écoles classiques par une plus grande liberté de fonctionnement et d’approche pédagogique.

            http://en.wikipedia.org/wiki/Charter_school


            • plancherDesVaches 13 mars 2009 19:41

              Karg Senior :

              Pourriez-vous passer 5 minutes de votre précieux temps à nous expliquer ce qu’est une école CLASSIQUE, s’il vous plait.

              (déjà, rien que le terme charter et le fait qu’il tire les élèves au hasard, ça m’amuse, comme "logique")

              En échange, je peux vous faire un laïus voire un article complet sur le secteur médical from the US. Ca vaut son pesant de cacahuètes. Là, les malades ne sont surtout pas tirer au hasard. Mais soigneusement sélectionnés à l’entrée.


            • karg se 13 mars 2009 21:49

              C’est pas le sujet. Le sujet est la charter school, qui est un compromis entre l’école publique, qui a le défaut d’imposer trop souvent des méthodes stéréotypés d’apprentissage, et l’école privée qui est parfois plus performante, au moins pour certains élèves plus sensible à d’autre méthode d’apprentissage (faut pas rêver, la plupart des transferts publiques/privées sont liés à des situation d’échecs scolaires, et il y en a dans les deux sens). Sauf que les Charters sont gratuites et qu’elles n’ont pas le droit de sélectionner les élèves. Elles sont de plus très contrôlé. C’est pas un mauvais système, même si il est américain.


            • plancherDesVaches 13 mars 2009 23:04

              Merci de m’éclairer.

              Le charter serait donc gratuite, mais, contrairement au public ou au privé, avec objectif de résultats.

              Je n’irai pas jusqu’à vous poser les questions indiscrètes de taux de réussite, je sais que les US ont le plus faible taux de changement de classe intergénérationelle. On ne peut forcément tout le temps naitre riche et intelligent, d’où des recherches poussées sur l’insimination de personnes à fort QI et la génétique.

              C’est néanmoins bien de leur part de créer une école gratuite soit-disant "supérieureperformante". Vu la tristesse du secteur public et le coût du privé, elle doivent être effectivement débordée...... smiley

              Bravo le système, et.... bientôt en France.....


            • karg se 14 mars 2009 12:37

              Elles sont pas forcément plus performantes dans l’absolu, les stats indiquent (lire La nouvelle question scolaire de Maurin) que les résultats y sont un peu meilleurs, ce qui veut pas dire grand chose compte tenu du fait que les parents qui font la démarche de mettre leurs enfants en charter school sont bien impliqués dans leur éducation, ce qui n’est pas toujours le cas.

              Les écoles publiques comme les charters schools ont des objectifs et des contraintes, la seule différence c’est la plus grande liberté pédagogique. Je vois pas en quoi c’est conceptuellement un problème d’autoriser la diffusion d’autre méthode d’enseignement. Tant qu’a l’aspect "professionnalisant" de ces écoles, je reste dubitatif, au USA il n’y a pas de professionnalisation scolaire, il n’y a qu’un High School Diploma pour tous le monde. Les écoles professionnelles sont soient privées, soit les entreprises se démerdent pour former.


            • Cascabel Cascabel 14 mars 2009 00:48

              "It’s time to start rewarding good teachers, stop making excuses for bad ones",

              Obama comme tous les lâches va pratiquer la politique du bouc émissaire. Il est assez évident qu’il ne s’agit pas d’un problème d’enseignants mais de société. Aussi les programmes sont mauvais, la discrimination "positive" une aberration, l’exigence intellectuelle tout simplement absente. A cela s’ajoute la culture de masse véhiculée par la TV et la boucle est bouclée.
              Cependant je comprends l’intérêt des purges, cela terrorise à moindre frais les citoyens sous le vernis de la "loi".


              • Gilles Gilles 14 mars 2009 06:35

                "9000 professeurs, instituteurs et personnel administratif dépendant du département public de l’éducation de Los Angeles seront licenciés. Un chiffre qui représente un peu plus d’un pourcent de la masse salariale du district scolaire."

                C’est quoi cette phrase insondable ? Comparer des postes à une masse salariale ????
                Ou que ça veut dire qu’il y a 900 000 postes en tout à Los Angeles ce qui est totalement impossible ...1 habitant sur 5 est dans l’éducation ? 


                • FrédéricLN FrédéricLN 14 mars 2009 08:28

                   1- Barack Obama n’a nullement appelé à des licenciements,

                  2- ses déclarations pour que les enseignants qui réussissent soient mieux payés (ce qui, au passage, est en principe le cas dans l’Education nationale avec l’avancement "au choix"), n’ont strictement rien à voir avec cette décision de l’Etat de Californie (au gouverneur républicain, accessoirement).


                  • FrédéricLN FrédéricLN 14 mars 2009 11:07

                    Bon, il y a une erreur dans mon commentaire ! Bien que ça n’ait rien à voir avec la décision de l’Etat de Californie, Obama a proposé de retirer de l’enseignement les profs après, en substance, le quatrième constat d’échec. Voir une présentation assez complète, incluant les réactions (globalement favorables) des syndicats d’enseignants, ici : http://online.wsj.com/article/SB123668036405881929.html&nbsp ;


                  • PtitLudo PtitLudo 14 mars 2009 09:31

                    Voilà sans doute l’exemple Américain à suivre dont parlait Copé cette semaine.


                    • Marc Bruxman 15 mars 2009 14:15

                      Obama souhaite juste que les bons profs soient mieux payés que les mauvais ce qui est somme toute justice. Comme tout le monde j’ai eu des excellents profs à qui je dois beaucoup et de très mauvais. Et ce n’est pas très normal que la différence de salaire entre un bon et un mauvais prof soit faible. Idéalement d’ailleurs ceux qui sont trop mauvais devraient être éliminés du systèmes. 

                      Quand à la libération des 40% de prisonniers, cela ne va pas forcément faire s’envoler la criminalité. En californie on peut se retrouver en prison pour des bétises un peu comme en France qui ne vous rendent pas dangereux pour la société genre un gros excès de vitesse ou un homicide ’involontaire’ (donc on n’a pas voulu tuer c’était un accident). En libérant les prisonniers pas dangereux, la californie fait des économies et respecte mieux les droits de l’homme. La France devrait s’en inspirer, moins emprisonner les gens pas dangereux et se contenter de garder ceux qui sont violents. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès