Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La Chine éveillée

La Chine éveillée

Napoléon, puis Peyrefitte… on nous l’avait bien dit qu’elle nous ferait trembler… Si vous avez moins de 50 ans, je vais vous annoncer une mélancolique nouvelle. Cette idée d’être les meilleurs en tout, parce qu’on est blanc, judéo-chrétien, gréco-latin, Occidental, quoi, n’a plus beaucoup d’avenir.

Vous croyez qu’on aura toujours les meilleurs sièges au spectacle du monde, parce qu’on est créatif, aventureux, rationnel, qu’on a inventé la liberté et la démocratie, la science et la technologie, l’altruisme et la charité ? Vous allez être déçus. Le résultat le plus permanent de la crise actuelle, c’est que, lorsqu’elle sera terminée, l’Occident ne sera plus dans le fauteuil, mais sur le strapontin.

La Chine prend le volant. Tragique ? N’exagérons rien. Sur le plan cosmique, sub specie aeternitatis, une vaguelette imperceptible. Sans importance pour Gaïa et un détail pour ce qui, on l’espère, sera la longue histoire de l’humanité. Mais peut-être éprouverez-vous une vague nostalgie, dans vos vieux jours, à penser que vous aurez été les derniers dans le siège du conducteur. Un rétablissement psychologique à faire, aussi, pour la génération de vos enfants qui ne seront plus la Race des Seigneurs.

On écrira certainement des livres sur la longue décadence de notre civilisation, mais bornons nous ici au dernier chapitre. La double déconstruction, depuis deux générations, d’une part de nos valeurs et, d’autre part, de notre structure de production.

Pour nos valeurs, on a accepté qu’elles soient cyniquement remplacées par un égoïsme pur, menant à la perte de confiance en tout et en tous qui est la conséquence logique de la projection sur les autres de cet égoïsme que l’on ressent en soi. Fatal pour une société, puisque celle-ci repose économiquement sur la division du travail, politiquement sur la délégation réciproque de tâches et de l’autorité pour les accomplir et que le concept même de bonheur, qui sert de justification à tout effort commun, repose sur l’hypothèse que l’on est plus heureux lorsque l’on n’est pas seul…

Pour la production, la recherche d’un optimisation du profit sur un horizon n’excédant pas celui d’une vie humaine a conduit l’Occident à exporter sa capacité même de production industrielle, lâchant la proie pour l’ombre et n‘en gardant que le contrôle des variables financières. Contrôle précaire qui ne vaut que si est respecté un consensus que seule la force militaire peut imposer à ceux qui n’en profitent pas.

Sans autre valeur que son cynique égoïsme, l’Occident, qui a bradé les outils de création de la richesse réelle, se retrouve avec des symboles monétaires qui ne valent plus rien et une force militaire qui peut encore détruire, mais dont il a été amplement prouvé, au Vietnmam et en Irak, que ses effectifs n’auraient ni la motivation ni la vertu, au sens romain du terme, de gagner une véritable guerre. L’Occident est devenu ce « tigre en papier » dont parlait Mao.

La Chine va sortir grande gagnante de cette crise. Elle a tous les atouts. D’abord, elle a celui évident d’une capacité de production en plein essor, ostensiblement tournée vers l’exportation, mais dont la fusion du politique et de l’économique a permis l’éclosion en Chine d’un nouveau “capitalisme d’État” qui pourrait réorienter rapidement cette capacité vers la consommation domestique.

La réorienter sans les arguties auxquelles une tentative de ce genre donnerait lieu, dans une démocratie occidentale mandataire d’un capitalisme privé. Si la Chine était contrainte de cesser d’exporter — ou choisissait simplement de le faire — elle ne ferait que des heureux dans sa population, dont elle pourrait mieux satisfaire la demande de consommation depuis longtemps réprimée. La Chine produit.

Que des heureux ? À quelques exceptions près… dont on pourrait attendre la plus grande discrétion. Cette discrétion est le deuxième grand atout de la Chine. La Chine est une dictature que sa population Han considère majoritairement bienveillante et éclairée et que ses minorités tibétaine, ouigour et autres n’ont pas la masse critique de contester. La Chine est gouvernée.

Elle n’est pas, comme l’Occident, tombée dans le piège tendu par le Capitalisme d’une pseudo démocratie totalement soluble dans une omniprésente corruption et donc complètement manipulée par le pouvoir financier. On a compris en Chine que, dans une économie monétaire, l’État n’est pas vassal de l’argent. Celui qui a le pouvoir politique CRÉE la monnaie et y ajoute à sa convenance le pouvoir économique.

Dans une Chine quasi-autarcique, le pouvoir d’opposition d’un pouvoir économique distinct de celui de l’État n’est pas aujourd’hui une véritable menace. Ce qui manque à l’autarchie chinoise, d’ailleurs, elle peut, avec ces milliers de milliards de dollars US qu’elle a accumulés, l’acheter sans problème de tous ceux qui croient encore que cet argent vaut quelque chose… Et ce ne sera pas les USA qui les détromperont.

Avec une gouvernance bien en selle, une structure de production réelle solide et même un ligne de défense dans le virtuel monétaire, la Chine poursuit un plan impeccable, comblant rapidement les quelques retards technologiques qui lui restent. Dans dix ans ce sera fait et même ses transferts de connaissances avec l’Occident se feront d’égal a égal… D’égal à égal … en théorie.

En pratique, sa force d’attraction industrielle permettra à la Chine de faire venir à elle tous les experts qui lui manqueraient, même dans les filières du tertiaire où elle ne se serait pas hissée au premier rang. L’équilibre des forces basculera alors de plus en plus vite vers la Chine… .

Les dirigeants chinois semblent modestes. Ils parlent de construire une société de « prospérité moyenne », en rattrapant dans 20 ans le PIB par habitant du Portugal, un parent pauvre de l’UE. Mais le modeste PIB par habitant du Portugal, pour 1,3 milliards de Chinois, c’est plus que le PIB combiné des USA et de Europe incluant la Russie !

Quand son économie aura complété sa transformation vers la demande domestique et que son PIB aura ainsi augmenté, la Chine ne voudra plus – en fait, ne POURRA plus – vendre à l’Occident les biens industriels que nous accoutumons chaque jour davantage d’acheter d’elle. Si nous n’avons pas alors reconstitué chez-nous une structure industrielle complète, pour remplacer celle que nous avons démantelée, notre niveau de vie s’effondrera… et la population mécontente tirera ses conclusions.

La population, aigrie, comparera les vessies qu’auront apportées une démocratie bidon et un capitalisme exploiteur, avec les lanternes magiques de l’enrichissement accéléré et de la paix sociale « à la chinoise », sous l’égide d’une oligarchie en possession tranquille de la richesse et trouvant sa seule satisfaction dans la dominance.

Il n’est pas sûr que les Occidentaux ne renonceront pas à des bribes de liberté pour avoir la paix, la sécurité et la prospérité. S’ils font ce choix, l’ultime export de la Chine à l’Occident aura été être son mode de gouvernance… Une tyrannie efficace et qu’on souhaite bienveillante qui, d’ailleurs, a été le modèle par défaut de l’Histoire avant que ne viennent les Lumières.

À la victoire économique de la Chine s’ajoutera alors sa victoire idéologique, quand l’expérience démocratique, qui a été le rêve de l’Occident depuis deux siècles, ne sera pas violemment détruite, mais doucement effacée… J’aimerais une autre fin au scénario.

Pierre JC Allard

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • Internaute Internaute 5 janvier 2010 15:30

    Nous n’arriverons jamais à votre conclusion car bien avant cela nous aurons une guerre mondiale pour l’accès aux ressources. Je ne vois pas trop comment les chinois espèrent consommer autant de pétrole par tête d’habitant que les portugais.

    A part cela votre aricle est trés juste.


    • perlseb 5 janvier 2010 17:28

      L’histoire nous montre que les Chinois n’ont jamais été vraiment belliqueux. Si guerre il y a, elle viendra des Etats-Unis (avec le matraquage médiatique qu’il faudra pour accuser qui ils voudront).

      Mais les chinois ne sont pas gouvernés, comme chez nous, par ceux qui possèdent les compagnies pétrolières. Notre démocraite représentative, ou oligarchie déguisée, s’est embourbée (et se meurt) dans le pétrole pour l’intérêt financier de quelques-uns.

      La Chine va développer des solutions alternatives ou elle les mettra réellement en application. Quelque part, je pense que les années qui vont suivre montreront que les chinois sont plus démocratiques que nous, plus libérés du joug des oligarques et de leur volonté de nous faire passer à la pompe.

      Merci pour cet article. Mais je n’adhère toutefois pas à la croyance que nous vivons, en Occident, dans des pays démocratiques.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 janvier 2010 11:03

      @ Internaute ;


       Comme je vous le disais en réponse a votre commentaire sur mon site. Je n’ai pas la réponse au tarissement des ressources. Ma seule excuse, ici, est dire dire que c’est un autre probléme smiley

      PJCA

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 janvier 2010 11:13

      @ Periseb :


       Vous avec raison qant à l’attitude non belliqueuse de la Chine. C’est la réaction de la force tranquille, surtout quand le temps travaille pour elle, Mais ce n’est pas un gage de paix. Souvenez-vous que ce sont la France et l’Angleterre qui ont déclaré la guerre à l’Allemagne en ’’39

      PJCA

    • plancherDesVaches 6 janvier 2010 11:42

      Persleb : « La Chine va développer des solutions alternatives ou elle les mettra réellement en application. Quelque part, je pense que les années qui vont suivre montreront que les chinois sont plus démocratiques que nous, plus libérés du joug des oligarques et de leur volonté de nous faire passer à la pompe. »

      Un autre point de vue... :
      http://www.marianne2.fr/La-Chine,-pire-ennemi-de-la-Chine_a183357.html
      « La Chine, pire ennemi de la Chine »
      « Que veut la Chine ? En moins d’un mois, alors que chacun loue le « miracle chinois », les autorités ont multiplié les signes de fermeture et de refus du dialogue. »

      « A ceci s’ajoute pour Pékin la crainte du « laisser-faire » idéologique, dans une nouvelle illustration du paradoxe de Tocqueville qui veut que c’est en s’ouvrant que les dictatures accroissent leur risque d’effondrement. »

      Ce que j’appelle couramment : vouloir le beurre et l’argent du beurre.
      Ou les avantages sans les inconvénients.
      Ou la crémière sans son mari.
      Ou son mari sans... (là, je ne trouve plus)

      Faut assumer... sa place de premier de la classe.


    • perlseb 6 janvier 2010 14:51

      @ plancherDesVaches

      Merci pour ce lien.

      Cependant, pour ce qui est de la démocratie, j’accorde bien moins d’importance au régime politique d’un pays qu’à l’organisation interne des entreprises qui reflète réellement la vie de tous les jours. Entre aller voter tous les 5 ans et aller au travail 8h par jour, la démocratie est d’abord à rechercher au travail.


      L’élitisme européen pointe systématiquement du doigt toute personne condamnée à mort en Chine, en le présentant comme un dissident qui aurait pu renverser la dictature chinoise ou le cours des choses pour les 1,3 milliards de chinois. Mais l’article que vous avez indiqué montre bien, sans élitisme, que l’esprit global des chinois évolue : ils parlent de corruption, d’écarts trop importants de richesse... Oui, la dictature en place a peut-être des soucis à se faire. Ceci dit, leur dernier empereur n’a pas eu la tête coupée, comme chez nous. Je pense que l’évolution des chinois est fulgurante mais les occidentaux regardent trop de films ou en moins de 2h tout est plié. Notre impatience ne changera rien à la forte intertie de 1,3 milliards de personnes.

      L’histoire montre, et Victor Hugo nous l’a rappelé, que les chinois sont tout simplement plus civilisés que nous.


    • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 6 janvier 2010 17:04

      La Chine étant une puissance nucléaire et, qui plus est, capable de mettre les USA à tout moment en situation de déroute financière, rendant ceux-ci incapables de lui faire la guerre, celle-ci est exclue des deux côtés.

      Seule une guerre civile en Chine même pourrait mettre son irrésistible montée en puissance (soft) en danger.

      Mais cette guerre civile restera, du point de vue des chinois, hautement improbable, tant que ceux-ci estimeront, à juste titre, qu’ils n’auraient rien à y gagner, même en terme de libertés individuelles et familiales privées. Ce qu’ils savent d’expérience millénaire....


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 janvier 2010 01:25

      @ PAsou


       J’ai souvent des explications qui ne sont pas si loin des vôtres, à cette différence près que vous pouvez constater que je ne cherche ni ne trouve des causes raciales ou ethniques aux différences de comportements. Les raisons sont TOUJOURS culturelles


      PJCA

    • Marc Bruxman 5 janvier 2010 19:24

      "Quand son économie aura complété sa transformation vers la demande domestique et que son PIB aura ainsi augmenté, la Chine ne voudra plus – en fait, ne POURRA plus – vendre à l’Occident les biens industriels que nous accoutumons chaque jour davantage d’acheter d’elle. Si nous n’avons pas alors reconstitué chez-nous une structure industrielle complète, pour remplacer celle que nous avons démantelée, notre niveau de vie s’effondrera… et la population mécontente tirera ses conclusions.« 

      Et vous croyez sérieusement que c’est long de créer des capacités de production ? Pour la plupart des biens actuellement sourcés en Chine, il suffit d’acheter des machines (souvent made in Germany) et de foutre un employé mal payé devant. Si les prix de leurs production augmentent les machines se déplaceront la ou c’est moins cher, par exemple en Roumanie et tout se réequilibrera.

      L’industrie n’est plus et ne sera plus le modèle dominant de nos sociétés. De même que l’agriculture n’est plus ce qui nous différentie. Dans une telle société c’est l’innovation qui fait la différence.

      Pour l’instant les chinois n’innovent pas. Non pas qu’ils sont bêtes mais ils n’en ont pas besoin. Il suffit de se payer le travail de centaines de paysans et d’expédier le tout en occident pour faire fortune. Mais dès que leur industrie va atteindre le stade de saturation (ce qu’il n’a pas déja fait que grâce aux délocalisations massives de l’occident) alors ils vont se mettre à innover et y parviendront très bien.

      A ce point la, leur taux de chomage montera très vite au fur et à mesure que la productivité de leurs usines va monter en flêche.

      Non nos sociétés ne sont pas en danger. Ce qui est en danger c’est une certaine idée du développement que l’on nourrit depuis un siècle et notamment la dimension »sociale". Les gros besoins en main d’oeuvre ont été une composante éphémére de l’ère industrielle. Et tous les pays du monde, de la Chine à l’occident risquent de le découvrir à leurs dépends.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 janvier 2010 11:41

        @ MB

        A) Vous prêchez à un converti sur cette notion d’innovation et de passage au tertiaire. Mais l’exode de l« industriel en Occident n’a pas joué la carte de la mécanisation, comme il aurait fallu le faire, mais celle de la localisation, ce qui crée deux problèmes : a) Les capitalistes occidentaux en Chine n’ont aucun intérêt a monter une structure rivale en Occident, et b) pour que le phénomène »Roumanie" dont vous parlez se produise, il faudrait que nos coûts unitaires deviennent plus bas que ceux de l’Asie... Ce qui, compte tenu du rapport des populations, impliquerait que la richesse et la force de la Chine, en termes absolus, aient de beaucoup dépassé les nôtres. La partie serait déjà jouée.

        B) « Ce qui est en danger c’est une certaine idée du développement que l’on nourrit depuis un siècle et notamment la dimension »sociale« . » OUI, c’est bien la conclusion que j’en tire

        PJCA


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 janvier 2010 12:01

        MB 


        Un lien a sauté. Quand je dis vous prêchez à un converti, voir cet article :


        PJCA

      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 janvier 2010 12:02

        @ MB 


        Un lien a sauté. Quand je dis vous prêchez à un converti, voir cet article :


        PJCA

      • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 6 janvier 2010 17:12

        Un bémol cependant : la Chine, plus que nous, est en position de jouer la promesse de son immense marché contre le risque de délocalisation. Il lui suffit de pratiquer ce qu’elle sait faire brillamment : un protectionnisme à sens unique (la leçon lui vient des USA). « Si vous voulez vendre chez nous, investissez et produisez chez nous ! »


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 janvier 2010 01:15

        @ Sylvain Reboul


         Ils le font de puis toujours... et augmentent chaque jour la pression Il faudrait une conversation sérieuse et un plan concerté, négocié d’égal a égal - autant que faire se peut - pour que chacun rentre chez soi sans trop de dommages

        PJCA

      • Alain-Goethe 5 janvier 2010 19:49

        @ Pierre :
        Très bon article !

        Vers la fin, je comprends pas bien la phrase :

        "

        La population, aigrie, comparera les vessies qu’auront apportées une démocratie bidon et un capitalisme exploiteur, avec les lanternes magiques de l’enrichissement accéléré et de la paix sociale « à la chinoise », sous l’égide d’une oligarchie en possession tranquille de la richesse et trouvant sa seule satisfaction dans la dominance. « 

        La population aigrie ( c’est l’Europe ou la France, avec ses démocraties »bidon« = oui, notre démocratie est bidon
        Les Chinois oui - connaissent une paix sociale, semble-t-il

        Mais à quels pays attibuer »l’oligarchie en possession de la richesse«   ?? je pense que cela s’applique à la France notamment
        mais en Chine une telle oligarchie existe : membres du PCC qui sont en même temps chefs d’entreprise ( corruption ?? ou tout au moins » favoritisme par des « réseaux » )  ??

        Meilleurs voeux 


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 janvier 2010 12:18

          @ A.G


          S’enrichir est encore perçu comme un défi en Occident et un outil vers le pouvoir. Quand la fusion Capital-État est réalisée, on comprend que l’argent ne confere pas de vrai pouvoir, puisque le pouvoir crée l’argent qu’il veut. On a cette « l’oligarchie en possession tranquille de la richesse et trouvant sa seule satisfaction dans la dominance » .  On y arrive rapidement aux USA : c’est le but de la crise actuelle. Je crois que la France y va aussi tout droit.


          PJCA

        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 janvier 2010 12:20

          @ A.G


          S’enrichir est encore perçu comme un défi en Occident et un outil vers le pouvoir. Quand la fusion Capital-État est réalisée, on comprend que l’argent ne confere pas de vrai pouvoir, puisque le pouvoir crée l’argent qu’il veut. On a cette « l’oligarchie en possession tranquille de la richesse et trouvant sa seule satisfaction dans la dominance » .  On y arrive rapidement aux USA : c’est le but de la crise actuelle. Je crois que la France y va aussi tout droit.


          PJCA

        • rocla (haddock) rocla (haddock) 5 janvier 2010 20:27

          Elle n’est pas, comme l’Occident, tombée dans le piège tendu par le Capitalisme d’une pseudo démocratie totalement soluble dans une omniprésente corruption et donc complètement manipulée par le pouvoir financier.

          OK

          Essayez donc de faire lire votre article aux cent derniers exécutés pour leur montrer leur bonheur ...


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 janvier 2010 12:41

            @ Rocla


             Evidemment l’autoritarisme fait des victimes. Je préfère de loin une vraie démocratie... Mon interrogation est sur la complaisance qu’une vaste majorité d’Occidentaux, déçus du système que nous avons, pourrait témoigner envers une dictature paternaliste qui ne ferait qu’une « négligeable » quantité de victimes, oubliées par une masse de bien nourris à la becquée. la corruption des élites peut mener à la corruption de tout le monde... pour pas très cher.



            PJCA

          • rocla (haddock) rocla (haddock) 6 janvier 2010 12:47

            JP Allard .

            J’ aime votre réponse .

            Perso je suis pour le système le moins pire , tout en souhaitant aux Chinois un avenir radieux .


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 janvier 2010 01:29

            @ Frere Voiture


            Les démarches de l’UMP comme parti - et non comme gouvernement - laissent rêveur...

            PJCA

          • Arunah Arunah 6 janvier 2010 06:38

            @ l’auteur

            Bonjour !

            Votre article, par ailleurs excellent, fait froid dans le dos... De même que la Russie a été plusieurs fois au cours de l’histoire sur le point de dominer l’Europe occidentale, un grain de sable a chaque fois empêché la catastrophe...

            Il me semble que vous sous-estimez la contestation interne en Chine, chaque année il y a plus de 80 000 révoltes locales immédiatement réprimées qui ne sont certes que des jacqueries contre les abus des autorités locales et n’ont rien à voir avec la dissidence dont on parle en Occident. Ce qui tendrait à indiquer que le futur de la Chine n’est donc pas lisse... Quant à son expansion à l’étranger, partout où il y a une forte implantation de population chinoise, il s’ensuit inévitablement des heurts violents avec les populations locales. ( Malaisie, Indonésie... ). Ce qui se passe en Algérie n’est qu’un avant-goût...

            Mais ce qui m’a fait réagir dans votre article, c’est « l’ultime export de la Chine à l’Occident aura été son mode de gouvernance... Une tyrannie efficace et qu’on souhaite bienveillante... » Ce qui me remet en mémoire une conversation que j’ai eue il y a plus de trente ans avec des étudiants chinois, Singapouriens ou Hong-Kongais, je ne m’en souviens plus, pour eux le régime idéal était une tyrannie bienveillante ( « a benevolent tyrant » ). Propos qui ont épouvanté les Européens présents...
            Auriez-vous donc tout juste ? 


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 janvier 2010 12:54

              @ Arunah


              Connaissez-vous Singapour ? Je vous suggère de vous pencher sans parti-pris sur le régime qui y est en place depuis son l’indépendance. Le niveau de vie a Singapour dépasse celui de la France. L’ordre règne. Il n’y a pas d’émeutes, il n’y a pas de mécontentement populaire. Ensuite, imaginez la Chine comme 200 Singapour....


              PJCA

            • Arunah Arunah 6 janvier 2010 23:32

              @ M Allard

              Bonjour !

              Non, je ne connais pas Singapour, seulement Hong-Kong, du temps où le Territoire appartenait encore à la Couronne. Venant de Paris, cela m’a semblé un véritable enfer ! Mais après un voyage de 15 jours en Chine en honnête toutou option luxe, Hong-Kong nous est apparu rétrospectivement comme un paradis, comparé à la Chine... Ces masses humaines grouillantes... c’est sûr, on voit mal ce que la démocratie pourrait bien leur apporter, incapables qu’elles sont d’individualité... A l’époque, il y avait trois coupes de cheveux pour les femmes, carré court, carré moyen et carré long et tout le reste était à l’avenant... Tout était gris poussière ou beigeasse... Les vêtements étaient ou indigo ( plusieurs nuances ) ou gris ( également plusieurs nuances ). Seuls les monastères, les palais, les musées, les grands hôtels et certains magasins avaient droit à des couleurs... C’était d’un tristesse à pleurer ! Certes la Chine a changé, c’est-à-dire qu’on consomme plus, mais le parti est toujours là !
              Votre lien avec le « ballon » de Jackie Chan est très intéressant : il confirme qu’il y a consensus sur un point ( autant du point de vue des maoïstes de salon de chez nous que de celui des Chinois ) : les Chinois sont trop nombreux pour qu’on puisse leur accorder le même statut et les mêmes droits qu’à des Occidentaux... Quoiqu’ils subissent, ils ne méritent pas mieux. Leur nombre excuse tout ! En fait, de par leur nombre, les Chinois constituent une sous-humanité, tout le monde est d’accord sur ce point... sauf les dissidents qui eux pensent que les Chinois, en dépit de leur nombre doivent prétendre à un statut d’homme... Je fais bloc avec les dissidents...
               


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 janvier 2010 01:09

              @ Arunah :


              Hong-Kong, ni avant ni après son passage à la Chine, ne ressemble à Singapour ! Un autre modèle politique et, malgré les apparences, économique. Si vous voyez un peu la litterature - totale propagande, mais beaucoup plus subtile - vous me reparlerez de Singapour. Mais il faut voir...

              PJCA

            • ChatquiChouine ChatquiChouine 6 janvier 2010 12:38

              Très bon article M. Allard, et je me rappelle encore la suffisance de nos élites expliquant, au début des années 90, que notre société était vouée a basculer vers un modèle presque exclusivement tertiaire, au dépend de notre structure industrielle.
              Quelle fatuité !
               Penser que cette obséquiosité servile vis à vis du modèle Anglo-Saxon sous-entendant que le monde occidental serait toujours dominant dans le domaine de l’intelligence immaterielle fut une erreur stratégique majeure...que n’a pas commise l’ Allemagne...On voit ce qu’il en est !

              C’est devant cette suffisance occidentale que les chinois et les indiens, un petit sourire à la commissure des lèvres ont du se dire, cela va être notre tour  ! car eux, comme vous le soulignez très bien, ne construisent pas leur stratégie à l’aune d’une génération.

               Reste à savoir, et je me garderais bien de le faire, si l’ « être » Chinois est si différent de celui qui, dans le monde occidental, fût séduit par le précepte Hayekien d’ ordre spontané ennemi par essence de l’ ordre plannifié.


              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 janvier 2010 01:35

                @ CqC :


                Je vous ai répondu trois paragraphes qui viennent de se perdre dans l’éther... Juste un lien, donc, sur cette question complexe du passage au tertiaire dont je parle beaucoup sur mon site.


                PJCA

              • ChatquiChouine ChatquiChouine 9 janvier 2010 00:19

                Bonsoir M. Allard,

                Je suis allé sur votre site à la recherche de votre point de vue sur l’évolution tu secteur « tertiaire ».
                Compte tenu du très grand nombre d’articles disponibles, je n’ai pas tout lu.

                Peut-être que ce à quoi vous faites référence est l’article « La fin de l’ Age du labeur », si tel n’était pas le cas, merci de me le faire savoir.

                Pour revenir sur l’article précité, je ne peux qu’ abonder dans votre sens lorsque vous expliquez que le nombre d’emplois dans le secteur industriel doit diminuer, dans la mesure ou la mécanisation se substitue aux travaux « d’automate ».

                Ceci étant, diminution d’emplois dans le secteur industriel ne signifie pas diminution du nombre d’industries. Une industrie ne se limite pas à des emplois « d’automates ». Il y a un bureau d’étude, un bureau des méthodes, un service commercial, financier, etc...
                 Implanter une entreprise dans les pays de l’Est pour placer sur leur marché des produits conccurentiels ne me choque pas, c’ est importer ces produits sur notre marché qui est destructeur et suicidaire à mon avis car il détruit autant d’emplois purement productifs (ouvriers car il en faudra toujours malgré une mécanisation forcée) que ceux décrits plus haut.

                Peux-ton dissocier la partie production de la partie service...oui bien sûr, mais c’est loin d’être la logique qui se met en place aujourd’hui.
                Si Renault dispose aujourd’hui d’un Technocentre sur le térritoire,le constructeur à annoncé la réalisation d’un centre de recherche en Inde pour la réalisation d’un véhicule à moins de 3000€ et d’un autre en Roumanie pour ses boites de vitesse. Il ne s’arretera pas là.
                La logique de maintien des « savoir faire » ne résiste pas à la logique de profit et tout les secteurs d’activités externalisables le seront car même un Directeur de recherche coute moins cher en Roumanie.
                Airbus aussi, en implantant une usine de montage d’A320 en Chine, joue une carte de revenus à court terme suicidaire.


                Si l’on fait l’inventaire de ce qui n’est pas externalisable, il reste quoi, le batiment, la voirie, les commerces, les artisans, l’hopital, les fonctionnaires , les services à la personne...Bref, rien qui ne fasse gonfler la balance commerciale.
                Je me suis abstenu de parler de la finance car franchement, en termes de création de richesses, autant aller au casino.

                Voilà ce que je dénonce dans cette stratégie assumée de désindustrialisation et qui est a associer bien sûr, avec l’ouverture totale et irresponsable des frontières.

                C’est aussi la raison pour laquelle votre vision selon laquelle, je vous cite :

                « Il y aura de moins en moins d’emplois (jusque là ok), jusquà ce qu’il ne reste que ce qu’il faut pour encadrer avec souplesse et protéger une masse de travailleurs autonomes qui ne penserot pas labeur, sueur et corvée, mais recherche, reflexion et communication »

                relève de la pure utopie.


              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 janvier 2010 00:48

                @ CqC

                 
                Oui. il y en a beaucoup. Pour suivre toute l’hypothèse, il faut lire ces textes qui ont aussi fait l’objet d’un livre et qui expliquent comment nous en sommes arrivés là. Je vous y invite avec toute l’ardeur d’un vrai croyant - car cette mutation de la production, me semble le point de départ d’une Nouvelle Société, mais je vous souligne que nous semblons parfaitement d’accord. Particulièrement sur le fait qu’il ne faut PAS se délester d’une base industrielle, même si de moins en moins de travailleurs devront y trouver leur fonction. Bien sûr, il y a des aspects utopiques dans mes propositions. Mais demain c’est l’avenir et l’utopie le jour suivant...

                 Pierre JC Allard

              • Gandalf Tzecoatl 6 janvier 2010 18:40

                « J’aimerais une autre fin au scénario. »

                Et comme vous le savez, tout scenario d’anticipation s’avère faux, quoique le votre est très bon.

                Notamment le fait de souligner, qu’outre une Chine exportant sa pauvreté, risque d’exporter sa tyrannie bienveillante comme vous le soulignez.

                Mais le vrai problème des déséquilibres n’est pas chinois, mais bel et bien une lecture ultra d’Adam Smith qui préconisait un même salaire pour une même tâche en tout lieu.

                Le problème est la tyrannie bruxelloise plus que pékinoise qui est passée allègrement outre, pronant une concurrence libre et non faussée, mais omettant scrupuleusement qu’elle soit loyale.

                Etant impuissant, j’attends l’heure où les déficits publics artificiels occidentaux remettront une fois de plus notre modèle en crise. Rien n’est fondamentalement fait contre, et nous fonçons droit dessus.

                Je peux juste préconiser que la France, voire l’Europe, indexe ses droits de douane de façon inversement proportionnel au salaire minimum d’un pays étranger,et à la valeur de sa monnaie. Fin du dumping salarial et monétaire, fin de la discussion.

                C’est si simple, juste, que les idiologues bruxellois laisseront plus certainement les navires étatiques sombrer et leur feront la morale, que de redresser la barre à la vue des icebergs que l’on voit à vue d’oeil.


                • Gandalf Tzecoatl 6 janvier 2010 22:09

                  @Pasou :

                  Oui, ils ont droit à des rétorsions illégitimes, mais nous, à des rétorsions légitimes, c’est hors de question.


                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 janvier 2010 01:49

                  @ Tzecoatl

                  Je n’attends rein des Quislings atntistesde Bruxelles. Mais il faudrait faire l’Europe et avec la Russie en plus. Des droits de douanes flexibles comme vous le suggérer seraient justes... mais je crois qu’on n’a plus tellement de temps et que nous sommes en légitime défense. Il faut négocier une fermeture consensuelle des frontières, bâtir une Europe autarcique, cesser de voir voir le protectionnisme comme un crime, une pure manipulation des mondialistes qui n’ont AUCUNE appartenance culturelle autre qu’au capitalisme.

                  http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/12/169-le-capital-deserteur/

                  PJCA


                • bolassiette 7 janvier 2010 00:39

                  Bonjour et meilleurs voeux pour cette année 2010 :)

                  Cela fait quelques années que je regarde de temps à autre vos échanges dans ces forums...

                  Si je me permet d’intervenir c’est parce que vous parlez d’un sujet que je connais particulièrement : la Chine.

                  En effet après avoir vécu là-bas environ 6 ans en tant que créateur et chef d’entreprise dans le domaine informatique, j’en ai fait un livre :
                  « rencontre d’un bol et d’une assiette »

                  Je tiens aussi un blog sur le sujet dont voici le lien : http://rencontredunboletduneassiette.com

                  Je vous en souhaite bonne lecture pour qu’une connaissance plus précise de la Chine puisse nourrir vos débats :)


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 janvier 2010 01:18

                    @ TOUS


                     J’ai beaucoup de mal à mettre mes commentaires et ils se placent n’importe où. Désolé. Mes excuses à ceux auxquels je ne parvient pas à répondre 

                    Pierre JC Allard

                    • benoit benoit 12 janvier 2010 20:39

                      Le déclin de l’Occident est le prix à payer pour l’abandon de ses valeurs chrétiennes et une laïcité prétentieuse.
                      La chute après six siècles de domination sera catastrophique ne nous en trompons pas et il est encore temps de reprendre.

                      C’est bien la faute à Voltaire !


                      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 janvier 2010 16:06

                        @ Benoit


                         Je ne rejette a priori aucune hypothèse. Mais il faudrait dévlopper un peu...

                        PJCA

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès