Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La Chine préfère la com’ à la stratégie

La Chine préfère la com’ à la stratégie

Beijing fait le choix d’exploiter médiatiquement la crise au Xinjiang... quitte à sacrifier le long terme.

Beijing a de plus en plus de mal à imposer par la force l’unité sur ses terrains conquis au siècle dernier (voir "Tibet, Ouïgours... l’Empire éclaté ?").

Mais ce qui frappe dans les spectaculaires émeutes d’Urumqi c’est la façon avec laquelle le spectacle est instrumentalisé par le régime :

- des images bien choisies en boucle : l’ordre de l’autorité face à l’anarchie de casseurs ultraviolents, et

- une coupable toute désignée : l’activiste Ouïgoure Rebiya Kadeer, élevée par Beijing au rang de Dalaï Lama, c’est à dire "leader terroriste fomentant depuis l’étranger ses actes criminels".

Beijing a donc fait le choix de ne pas mettre la crise sous l’éteignoir de la censure (qui bien sûr filtre toujours les contenus non conformes à la ligne officielle), mais de la tourner à son profit pour légitimer un nouveau tour de vis répressif.

Sauf que l’exercice a ses limites.

Premièrement, le pouvoir central reconnait quelque part l’échec de la "Pax Sinica"* en territoire Ouïgour (pardon, au "Xinjiang") : la "Hanification" forcée d’Urumqi (une capitale désormais à 70% composée de Han) n’a pas suffi à étouffer l’identité ouïgoure, et la "province" semble bien coupée de ce qui ressemble plus que jamais à une puissance occupante. Les "colons" y réfléchiront deux fois avant de postuler.

Deuxièmement, la voie nationaliste est sans issue. Plus le régime expose ses propres failles, plus il est tenté de faire de la surenchère dans l’ultranationalisme et les rumeurs mensongères. A court terme ça paye, mais on ne bâtit jamais rien de bon avec ce type d’idéologies. C’est même à mes yeux le risque principal pour l’unité de l’Empire à terme : la faillite de la vision stratégique, le triomphe de sentiments primaires comme le racisme et la haîne.

Troisièmement, à faire délibérément le jeu des radicaux pour se fabriquer artificiellement un ennemi extérieur, Beijing va se retrouver face à face avec une idéologie bien plus redoutable encore : l’internationale jihadiste. Minoritaires, les radicaux fondamentalistes sont plus que ravis que le pouvoir central renforce les haînes religieuses et ethniques. C’était précisément leur objectif : qu’ils incarnent la résistance et étouffent tout le reste, et en particulier la cause du peuple Ouïgour.
 
 
* ou le succès de la "bellum cynica", c’est selon.
 
---
initialement publié sur blogules.

Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • ARFF 7 juillet 2009 10:12

    vous fatiguez pas ...

     Sur Agoravox tant que ce sont pas des « tibetains -tous gentils qui meditent dans les nuages bien sur - » qui se font taper dessus, ou surtout, surtout des « grands mechants sionistes-juifs qui dominent le monde » qui tapent sur des « grands mechants-gentils palestiniens pas islamistes mais bon quand meme » , vous aurez tout au plus quelques commentaires.

    Maintenant remplacez la chine par israel et ouigour par palestinien et vous aurez 45789653 commentaires pour et contre des obsessionistes compulsifs, et ce en moins de deux heures ....


    • minidou 7 juillet 2009 10:39

      Les différences entre les deux conflits sont manifestes :
      - Les Ouighours ne sont pas « occupés », dans la mesure où ils sont citoyens chinois.
      - On parle ici d’une repression policière, même violente ou injustifiée, pas d’un bombardement massif de populations civiles.
      - Aucune résolution de l’ONU n’enjoint la Chine à quitter le Xinjiang.
      Cependant on remarque en Chine un dangereux glissement d’un nationalisme chinois, vers un nationalisme Han. C’est en général ce qui creuse la tombe des empires multinationaux. L’URSS à chuté quand le nationalisme russe a pris le dessus sur le patriotisme sovietique, idem en Yougoslavie lorsque le nationalisme serbe s’est réveillé. Ces empires doivent toujours limiter la tentation nationaliste du premier groupe national, sous peine de voir les « nations » minoritaires quitter l’empire.


    • Reinette Reinette 7 juillet 2009 11:39

      Beijing a de plus en plus de mal à imposer par la force l’unité sur ses terrains conquis au siècle dernier (l’auteur)

       ???

      sur wikipedia
      En 1759, la région a été intégrée à l’État chinois. Avant le XIXe siècle, les Chinois la désignent par le mot Xiyu (« région d’Occident »).

      6 Histoire




      Depuis 1961, la Chine a fait exploser quarante-six bombes nucléaires sur le site de Lop Nor au Xinjiang. Les retombées radioactives ont créé en trente-cinq ans un désastre écologique, polluant les sols, l’eau, les plantes et la nourriture, ce qui aurait entraîné la mort de 200 000 personnes selon des opposants ouïghours[2].

      6.1 Essais nucléaires


      6.4 Chronologie des émeutes des Ouïgours



      De 1997 à 1999, les autorités chinoises organisaient des jugements publics retransmis à la télévision pour « éduquer les masses ». Les accusés sont habillés en bagnards, tête rasée et mains ligotées derrière le dos, et portent à leur cou un écriteau décrivant leur chef d’accusation.



      En 2002, la langue ouïgoure est interdite à l’université. Une réforme prévoit l’extension de cette interdiction aux collèges. L’enseignement de l’islam aux jeunes de moins de dix-huit ans est interdit - en Chine, c’est le cas pour toutes les religions. Le Parti communiste chinois surveille étroitement l’enseignement dans les mosquées et les deux universités coraniques du Xinjiang. Pour devenir fonctionnaire, il faut renoncer à sa religion car bien souvent il faut adhérer au parti pour cela.



      Pas étonnant, donc, que les Ouïgours se révoltent.






    • Walden Walden 7 juillet 2009 12:29

      Le post précédent met bien en lumière que le problème de fond ne relève pas intrinsèquement de l’annexion chinoise du territoire Ouïghour, vieille de plus de 3 siècles, mais de la politique d’oppression, de colonisation et d’acculturation forcée menée violemment par le pouvoir central national-communiste depuis plusieurs décennies, tout comme au Tibet.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 juillet 2009 13:31

      @ARFF 


       Si vous pensez qu’il y a un probleme de mise en page, voyez mon article ci-dessous qui traite d’une solition concrete la crise et a été placé comme si on ne voulait vraiment pas qu’ils soit lu !


       Pierre JC Allard

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 juillet 2009 13:40

      @ minidou


      Au contraire de l’URSS qui se voulait vraiment multiethnique, la Chine n’a jamais été vraiment autre chose que les Hans et leurs colonie. La force demographique et culturelle des Hans est irrésistible. Ils assimilent non seulement ceux qu’ils dominent mais ceux qui les ont dominé ! Ils ont une « destinée manifeste » et avancent vers l’ouest aussi sûrement que les Américains snt allés vers la Californie. Les Turcomans sont leurs Sioux... Mieux vaut le prendre en riant :

       Pssst ! Voyez mon texte ci-dessous, caché en bas de page, sur comment régler la crise

      Pierre JC Allard

       

    • stephanemot stephanemot 7 juillet 2009 14:25

      @reinette

      Je persigne et siste : la Chine a annexe la Republique du Turkestan Oriental au siecle dernier, en 1949.

      @jc

      « l’URSS multiethnique » avait elle aussi ses limites. Carrere d’Encausse en a fait un bouquin auquel je rendais hommage a travers le titre d’un precedent papier sur les Ouigours (« Tibet, Ouigours, l’Empire eclate »)


    • Reinette Reinette 7 juillet 2009 17:14

      Maintenant remplacez la chine par israel et ouigour par palestinien et vous aurez 45789653 commentaires pour et contre des obsessionistes compulsifs, et ce en moins de deux heures ....

      ARFF



      c’est votre n° tél. ou celui des urgences ?



    • Reinette Reinette 7 juillet 2009 17:58

      à Stephanemot

      l’histoire du Turkestan Oriental est complexe, vous en conviendrez ? et très intéressante !



      je mets le lien sur Wikipédia où on lit aussi :

      Le Xinjiang actuel résulte de siècles de lutte entre les dynasties chinoises et les peuples colonisateurs.

      Situés sur la Route de la soie, les Ouïgours ont joué un rôle important dans les échanges culturels entre l’Ouest et l’Est, et ont développé leur propre culture et civilisation. Le khan Bögü des Ouïgours se convertit au manichéisme après avoir pris Chang’an (Xi’an) en 762, et de précieux manuscrits datant de la fin du Ier millénaire ont été trouvés au Xinjiang et au Gansu, au nord-ouest de la Chine : superbes enluminures de Qoco près de Tourfan, importants textes religieux découverts par le sinologue Paul Pelliot dans les grottes de Mogao près de Dunhuang.


      le règne des Ouïgours souffrit d’exceptions notables : les nombreuses ethnies turques remirent en cause leur pouvoir, et les contraignirent à recourir à la protection des populations mongoles. Toutefois, la poussée des ethnies turques eut raison de ce protectorat : ils introduisirent l’islam au Xinjiang lors des Xe et XIe siècles, et l’installèrent durablement.


      http://fr.wikipedia.org/wiki/Xinjiang


    • Reinette Reinette 7 juillet 2009 18:17

      il faut précisé également

      Le Xinjiang est peuplé en majorité par les Ouïgours, parlant une langue turque, mais d’autres peuples d’Asie centrale comme les Kazakhs, les Kirghizes, les Tatars, les Ouzbeks, et les Tadjiks sont également présents.
       



      Les récents développements de la question ouïgoure en Chine n’ont pas attiré l’attention de l’opinion internationale uniquement sur le Turkestan Oriental. Les journalistes, qui se voyaient interdire l’accès au Xinjiang, ont trouvé leurs meilleurs informateurs... à Almaty.

      Les Ouïgours hors du Turkestan oriental : de l’exil à la formation d’une diaspora

      http://cemoti.revues.org/document60.html#tocto1


      Une partie des associations, en Turquie, en Asie centrale et aux Etats-Unis, reçoit un financement de la part des Ouïgours d’Arabie Saoudite, ce qui donne à ce pays une certaine influence dans les débats internes de la diaspora. D’autre part, de jeunes Ouïgours qui ne se satisfont plus du militantisme des associations, légaliste et limité au lobbying, sont tentés par l’engagement dans les formations islamistes qui leur permettraient de recevoir un entraînement militaire. Ainsi, quelques dizaines de Ouïgours ont été entraînés en Afghanistan dans des camps formés par un Saoudien. D’autres sont entraînés par le parti pakistanais Djamaat-al Islamî. On trouvait aussi quelques Ouïgours d’Ouzbékistan dans les troupes du général Dostoum.




       

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 juillet 2009 20:35

      Certains Ouigours ont été menés directement au ciel... après un purgatoire



      Pierre JC Allard

    • stephanemot stephanemot 8 juillet 2009 01:52

      @furtif et reinette

      une histoire aussi passionante et tragique que celle de l’Afghanistan, effectivement


    • natmaka 7 juillet 2009 11:13

      En théorie les Tibétains ne sont pas plus « occupés », dans la mesure où ils sont eux aussi citoyens chinois. En pratique l’argument ne porte guère car ils (Ouïghours comme Tibétains) ne sont pas sinisés donc le droit des peuples devrait jouer afin de garantir l’autodétermination (dans le cas du Tibet l’ONU le rappela).

      Avant d’être malgré eux « intégrés » à la Chine les Tibétains n’abritaient de gens militairement actifs contre la Chine, ce qui ne vaut pas pour Gaza (incursions, attentats, roquettes tirées...).

      Les aspects d’ordre économique creusent à mon sens plus sûrement encore la tombe des empires que le fait le nationalisme. Lorsque les envahis/opprimés/exploités/spoliés jugent obtenir de satisfaisantes compensations d’ordre économique ils sont beaucoup plus faciles à « tenir », tolèrent mieux les migrations contraintes (leurs voisins colons comme leurs propres déplacements).


      • minidou 7 juillet 2009 11:47

        Je ne sais pas si tout ou partie des peuples Ouigours ou tibetains se sentent chinois ou non, mais ils ne subissent pas de discrimination légale, et jouissent totalement des prérogatives de la nationalité chinoise (prérogatives certes peu convaincantes dans le cadre d’une non-démocratie)...
        Le droit à l’autodétermination n’est pas un droit à l’indépendance mais à l’autonomie (droit de parler sa langue, de recevoir un enseignement dans sa langue, voire d’avoir des force de sécurité locales, mais pas celui d’avoir un siège à l’ONU ou sa propre armée).
        Je ne crois pas vraiment à l’argument économique, mis à part dans le cas de pays totalement en faillite...De plus il peut jouer dans les deux sens (pour avoir des revendications politiques, il faut qu’un minimum de besoin économiques soient satisfaits)...


      • amipb amipb 7 juillet 2009 12:11

        @minidou : je ne sais pas ce que vous appelez « discrimination légale », mais les tibétains ont un mal fou à faire des affaires, au Tibet comme ailleurs. Et ne parlons pas de la langue, dont l’enseignement est de plus en plus réduit, ou des monastères transformés en vastes disneyland remplis de caméras et d’espions (le Potala est, lui aussi, un exemple dans le genre !).

        Pour les ouïghours, je ne sais pas, mais l’islam est clairement moins modéré que le bouddhisme quant à l’acceptation des humiliations. La Chine éclatera-t-elle un jour ? Je ne l’espère pas, mais un plus grand respect des multiples traditions et peuples serait la moindre des choses.


      • natmaka 7 juillet 2009 23:32

        > Ouigours ou tibetains ((...)) subissent pas de discrimination légale

        Donc la loi du Parti communiste chinois, car il n’y a la-bas aucun contre-pouvoir. Autrement dit ils sont certes occupés par le PC chinois MAIS sont officiellement traités comme les Chinois, sachant qu’il est difficile de s’en assurer. Ils n’ont rien demandé, ne veulent selon toute vraisemblance pas être Chinois, mais doivent s’en contenter parce qu’officiellement leur occupant a décrété que tout va bien.

        > et jouissent totalement des prérogatives de la nationalité chinoise

        Cela me rappelle l’histoire du soldat nazi qui, durant l’Occupation, s’étonnait de voir des Français devenir résistants « alors que le Reich leur offre des tickets de rationnement ! »

        À en juger par les formes d’expression de leur gratitude (des émeutes !) ils s’en foutent, de ces prérogatives et ne désirent guère rester Chinois.

        > Le droit à l’autodétermination n’est pas un droit à l’indépendance mais à l’autonomie (droit de parler sa langue, de recevoir un enseignement dans sa langue, voire d’avoir des force de sécurité locales, mais pas celui d’avoir un siège à l’ONU ou sa propre armée).

        Allons bon, encore une vessie. Le droit à l’autodétermination offre à un peuple (je cite WP fr) le choix libre et souverain de déterminer la forme de son régime politique. C’est, en droit international, le principe selon lequel un peuple doit avoir le droit de déterminer sa propre forme de gouvernement, indépendamment de toute influence étrangère. Un rien plus que ces langue et forces de sécurité locales, hmmm ?

        > Je ne crois pas vraiment à l’argument économique, mis à part dans le cas de pays totalement en faillite...

        Gageons que ceux dont le pays est exploité par un occupant puissant, oppressif et spoliateur préféreraient une « faillite » classique.

        > pour avoir des revendications politiques, il faut qu’un minimum de besoin économiques soient satisfaits

        Quelle est votre source ? Le droit international n’établit à ma connaissance pas cela.

        Est-ce une nouvelle version de « le Pape, combien de divisions ? », donc de la vision selon lequel le plus faible ne saurait que subir ?


      • Cogno2 7 juillet 2009 11:40

         Sur Agoravox tant que ce sont pas des « tibetains -tous gentils qui meditent dans les nuages bien sur - » qui se font taper dessus, ou surtout, surtout des « grands mechants sionistes-juifs qui dominent le monde » qui tapent sur des « grands mechants-gentils palestiniens pas islamistes mais bon quand meme » , vous aurez tout au plus quelques commentaires.

        Faut dire que de commentaires à la con comme le tiens, on s’en passerai volontier.
        L’idée est juste, mais la forme est minable, apprends à mettre en forme sans tomber dans la caricature.


        • Cogno2 7 juillet 2009 11:47

          Maintenant faut bien voir que la Chine ne prétends pas être un Etat de droit, ne prétends pas être une démocratie, ne bassine pas tout le monde avec sa religion, ne lance pas à la gueule des gens son passé de victime à la moindre occasion.


        • ARFF 7 juillet 2009 13:03

          si je « tombe »  :) dans la caricature, c’est qu’il y à de quoi !

          et je n’ai insulté personne à par peut-etre les obsessionistes compulsifs :)

          je vais pas en plus me mettre à y rajouter des liens , des exemples, et la forme je m’en fous.

          La constatation est manifeste et peut se verifier toutr de suite . L’article n’est déja plus visible. et pas d’autre articles sur le sujet en vue. Il en est allé de meme avec les tamouls et autres peuples moins mediatiques que les tibetains , les juifs ou les palestiniens.

          poil aux mains.


        • amipb amipb 7 juillet 2009 12:23

          Si vous croyez que ces allégations ont encore un impact, libre à vous.

          Doit-on rappeler que :
          1) Le Dalaï Lama a condamné les actes de violences des guerriers du Mustang, financés par la CIA ?
          2) Que son gouvernement en exil est démocratique depuis les années 60 ?
          3) Qu’il ne demande pas l’indépendance, mais une autonomie ?
          4) Que les réformes démocratiques étaient déjà engagées avant l’invasion chinoise, et ce au grand dam des aristocrates qui, pour certains, ont favorisés la venue de l’armée chinoise ?
          5) Que la méditation est l’élément de base du bouddhisme, tibétain, theravada, zen, etc... Sauf peut-être celui de la Terre Pure, qui est chinois et japonais
          5) Que le bouddhisme n’est pas strict quand il s’agit de vie ou de mort, ce qui a été le cas lors du problème de santé du Dalaï Lama en Inde l’année dernière, et que les médecins indiens lui ont préconisé de manger de la viande. Mr Mc Cartney est un intégriste, rien d’autre.

          Enfin, votre connaissance des tibétains est clairement maigre : interrogez-les, et demandez-leur pourquoi ils risquent leur vie pour passer la frontière sous les balles chinoises, pour se faire tabasser ensuite par la police népalaise aux ordres des maoïstes financés par la Chine voisine et ensuite rejoindre Dharamsala.

          Le Dalaï Lama n’est pas un dieu et est certes faillible, mais votre entreprise de destruction est abjecte quand on connait toutes les horreurs pratiquées par le président actuel, Hu Jintao, du temps où il était gouverneur du Tibet jusqu’à aujourd’hui.


        • stephanemot stephanemot 7 juillet 2009 14:36

          @amipb

          merci pour vos commentaires senses et circonstancies.

          ce « BobGratton », qui compte par ailleurs le Reseau Voltaire parmi ses references en matiere d’affaires internationales, a du beaucoup apprecier l’expo revisionniste de l’annee derniere a Beijing, consacree au Tibet.


        • natmaka 7 juillet 2009 23:58

          > les faits sont la

          Examinons les !

          > Mondialisation.ca (payé par la cia...)

          Plutôt que d’attaquer les arguments du Dalaï Lama, vous tentez ainsi (en reprenant des arguments du PC chinois) de rameuter les anti-américains primaires assez stupides pour croire que les ennemis de leurs ennemis sont leurs amis.

          Pis : penser que le régime chinois est aujourd’hui ennemi des USA est risible compte-tenu de leurs relations commerciales et financières.

          Par ailleurs le fait que les USA aident un mouvement luttant contre un envahisseur ne choque guère, en France. Et pour cause : c’est ce qu’ils firent avec la Résistance (parachutages, Débarquement...) !

          Les niaiseries, distorsions et mensonges de Michel Collon sont ahurissants.

          Les abus dénoncés (punitions corporelles, tortures...) surviennent partout, mettre d’emblée le régime en cause est ridicule. Seules des études sérieuses permettent de montrer que le caractère réellement systématique des exactions est, ou non, induit par le contexte politique. Ces études laissent la vaste majorité des experts juger aujourd’hui qu’il n’y avait absolument pas d’esclavage au Tibet durant le règne des lamas, et pas vraiment de servage (lire à ce propos K. Buffetrille).
           
          En d’autres termes : en-dessous d’un « pourcentage » donné de cas avérés de violences on ne parle pas de « régime horrible » mais on constate que, comme partout, il y a des individus douteux (salauds, dingues...)

          La propagande du PCC récupère de rares accidents de ce genre et les présente comme la norme, un peu comme on pourrait exposer les actes de tueurs en série contemporains (Fourniret et compagnie) puis clamer que « puisque la France est sous la coupe de ces monstres, il faut la « libérer » »
           
          Les études des spécialistes affirmant aujourd’hui qu’il n’y avait pas esclavage ni même, selon beaucoup d’entre eux, de réel servage, sont posées sur de nombreux faits qu’ils vérifièrent, sur des études démographiques, sur des documents et témoignages aussi précis et bien éclairés que possible, serrés dans la volumineuse documentation des centres de recherche. Dans la désinformation du PCC ce sont, au contraire, des racontars imprécis (ni noms, ni dates, ni lieux...) exposés comme le sont les faits divers relatés dans la presse à sensation, afin de frapper les imaginations.
           
          L’avant-dernière phrase du texte correspond bien à de nombreux contextes d’aujourd’hui, y compris en Chine : « une minorité privilégiée vivait richement et puissamment au prix du sang, de la sueur et des larmes de la majorité »

          Notons par ailleurs que le véritable texte n’est pas un document scientifique (pas de publication officielle, pas de revue par les pairs...) mais un document personne, et que son adaptation en français sur le site de Collon est partielle et distordue. Le texte originel recèle en effet des précisions éclairant les effets de la « libération » par la Chine, par exemple ainsi : « Workers in China who try to organize labor unions in the corporate dominated “business zones” risk losing their jobs or getting beaten and imprisoned. Millions of business zone workers toil twelve-hour days at subsistence wages. With the health care system now being privatized, free or affordable medical treatment is no longer available for millions. Men have tramped into the cities in search of work, leaving an increasingly impoverished countryside populated by women, children, and the elderly. The suicide rate has increased dramatically, especially among women.  ». Qu’est-ce, aujourd’hui, qu’un servage auquel rien ne permet de se soustraire et menant à la mort, sinon de l’esclavage ? Autrement dit en quoi cet exposé ne conduit pas à conclure qu’il faut « libérer » la Chine ?
           
          Pour illustrer une distorsion du texte originel (de Parentil) il me suffit de rappeler que ses élémentsdonnés pour « factuels » (rappel : hautement imprécis et dont la représentativité n’est pas éclairée) relatifs aux exactions sont issus de l’ouvrage des Gelder publié en 1964 intitulé «  Timely Rain : Travels in New Tibet » (lire à ce propos les notes infrapaginales du document de Parenti), lequel n’est nullement un ouvrage savant mais bien un récit de voyage (rehaussé de photographies), et que les propos rapportés ne sont pas pleinement endossés par les auteurs. En résumé ils rencontrent sur place au début des années 1960, donc après l’invasion, des gens qui leur disent qu’untel a été battu par les lamas et tout et tout... tout comme dans la France occupée des collabos et contraints tissaient les louanges de l’occupant.

          Toutes ces fadaises sont depuis longtemps exposées comme telles.
           
          Pour résumer vous opposez aux thèses de tous les spécialistes pros d’aujourd’hui (selon lesquelles il n’y avait pas esclavage) et de beaucoup d’entre eux (selon lesquels il n’y avait même pas de servage) un texte qui n’est pas une thèse savante mais un simple billet d’opinion, rédigé par un non-professionnel du secteur (la spécialité de Parenti est l’histoire de la Rome antique, non le Tibet), lequel utilise avant tout des racontars de journal de voyageur constitué de témoignages sans origine claire et récueillis en 64 sur place peut-être façon « j’écoute le traducteur officiel (membre du PC chinois) qui me »traduit" ce que disent les Tibétains (on croit à la fidélité de l’adaptation et à l’absence de contrainte pesant sur le témoin), le tout dans une version mal adaptée par le journaliste Collon (potentiellement favorable au PCC car d’extrême gauche) ?
           
          Ben voyons !
           
          Dans le prochain épisode lèverons-nous les yeux vers votre escadrille de cochons volants ?

          > Quels tibétains voulez vous que j’intérroge ? les quelques moines exploiteurs payés par la cia ou les paysans exploités et heureux de l’intervention de la chine ?

          Là encore vous vous moquez. Durant la période d’indépendance du Tibet chacun y entrait et en sortait beaucoup plus librement qu’à présent et il n’y avait pas d’énormes émeutes. Après 50 ans de « libération » les Tibétains aiment toujours les lamas (alors que le PC nous chante qu’ils étaient tortionnaires/esclavagistes), le pays est une prison et les émeutes périodiques sont, malgré les tentatives d’endoctrinement et la mainmise sur l’éducation et l’information, si puissantes et bien soutenues par la population que pour les mater, malgré les forts contingents stationnés au Tibet, il faut boucler le pays durant des mois et y dépêcher encore plus de militaires. Mieux : à présent l’occupant boucle le pays à titre préventif (ce fut le cas début 2009).

          Prétendre qu’à présent le gros des Tibétains serait plus heureux est inepte.


        • natmaka 9 juillet 2009 10:03

          > « ...Les niaiseries, distorsions et mensonges de Michel Collon sont ahurissants.... »

          > C’est votre point de vue de moine

           ??!!

          > qui ne veut pas partager avec le peuple tibétain.

          Si le PC chinois « partage » avec le peuple tibétain pourquoi ce dernier se rebelle-t-il périodiquement ?

          > Mais ce n’est pas le point de vue de la majorité des français, belges, canadiens

          C’est faux. La majorité des citoyens d’europe de l’ouest est acquise à la cause des Tibétains plutôt qu’à celle du PC chinois. Des sondages le montrèrent.

          > et très certainement pas non plus le point de vue de la majorité des tibétains

          Qui se rebellent périodiquement avec une telle force qu’il faut alors boucler le pays...

          > que vous avez exploité avec l’aide de la cia.

          Qu’est-ce qui vous fait croire que la CIA exploitait les Tibétains ? On sait en revanche que le PC chinois exploite le Tibet : eau, minerais, énergie..


        • natmaka 9 juillet 2009 10:27

          > Que le Dalaï Lama soit considéré comme un « leader terroriste fomentant depuis l’étranger ses actes criminels » est normal car c’est un fait établi.

          N’importe quoi. C’est la thèse du PC chinois. Le mouvement du Dalaï Lama est aidé par la CIA mais ce n’est pas un crime, la Résistance française (contre les nazis) a également bénéficié de l’aide des services secrets américains.

          D’autre part il nie « fomenter des actes criminels » et nul n’a pu étayer cette accusation.

          > Il est rémunéré par la CIA

          Non. Il ne s’agit pas de lui mais de son mouvement (par ex du gouvernement tibétain en exil), et ce dernier est aidé par la CIA et non « rémunéré »), ainsi que par d’autres.

          > le tibétain de base, le travailleur, l’exploité, a été bien content que la chine mette un « halte la » aux délires de cette petite caste auto proclamée boudhiste.

          Durant son indépendance le Tibet n’a connu aucune rebellion d’importance, et surtout aucune tournée contre le régime (malgré des tentatives de communistes). Depuis que le PC chinois l’a « libéré » les émeutes se succèdent. Cela laisse douter de la satisfaction du « tibétain de base ».

          Le PC chinois serina longtemps que les émeutiers sont d’anciens puissants mais cette thèse devient difficile à défendre après 50 ans d’occupation et de mainmise totale, car comment croire que ces puissants lors de l’invasion (qui ont donc au mini 70 ans...) sont les émeutiers ? Comment croire que leur enfants le seraient alors que, de l’aveu même du PC chinois, le gros des puissants émigra (en Inde) ?

          Des Tibétains élevés au Tibet, sur l’air de « les lamas étaient des esclavagistes, le PC vous libère », se soulèvent encore en masse et leur pays est une prison. Cela me semble révélateur : « le Tibétain de base » n’est pas satisfait.

          > le boudhisme tibétain ne représente rien du tout sur l’échelle mondiale du boudhisme

          Ceux qui ne « représentent rien », donc sont une faible proportion, n’auraient selon vous que le droit de subir le diktat des autres ? « Le Pape, combien de divisions ? » !

          > le dalai lama qui parle sans arrêt de compassion envers tout ce qui vit a été pris la main dans le sac en train de manger de la viande

          Le fait que vous deviez en appeler à ce genre de « crime » montre la vacuité de vos accusations. Faute de pouvoir étayer de graves accusations, vous exhibez des peccadilles.


        • armand armand 12 juillet 2009 19:40

          Pas la peine de dialoguer ou de répondre à cet énergumène de Bob Gratton...
          Une perte de temps.
          Quant ses glaviots passent les bornes, on peut les citer en abus.
          Sinon une grosse claque dans la g...le serait la meilleure réponse.


        • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 7 juillet 2009 12:09

          Je ris, de voir les même spectacles reproduits. C’est l’année du boeuf ou du singe au juste ?


          • Reinette Reinette 7 juillet 2009 19:14

            C’est l’année du boeuf ou du singe au juste ?

            MJM


            NON ! c’est l’année des imbéciles, devriez être heureux ! riez riez !


          • Marc Bruxman 8 juillet 2009 02:04

            La Chine a décidémment beaucoup appris ces derniers temps. Ce qui se passe la est presque révolutionnaire. Laisser fuire l’information pour la détourner et retourner le peuple contre un ennemi désigné c’est exactement la stratégie habituellement employée ici même en occident dans nos prétendues démocraties...

            Ne vous moquez donc pas trop d’eux, on fait pareil lorsqu’il y a des émeutes en banlieue parisienne. On dit « c’est une horde de racailles » sans chercher à comprendre. C’est pratique, très pratique. Et ici comme la bas c’est efficace.

            Parce que si vous êtes allés la bas récemment vous pourrez constater que la griffe du pouvoir sur l’information se relache largement. (Je reviens du Jiangsu). Le controle sur internet n’est pas efficace ce qui énerve le pouvoir. Mais les force du coup à évoluer sur leurs méthodes de communication. Mais j’avoue que sur ce coup, ils m’ont surpris.

            Pour le reste, la situation au Xinjiang est très similaire à celle du Tibet et ce n’est pas la sinisation qui est le plus grand ennemi des cultures locales (on sait que deux cultures peuvent largement cohabiter pour longtemps dans un même pays) mais la modernisation. Tous les gadgets et le mode de vie apportés par la modernité dans ces provinces ont fait plus pour avancer l’unification de la Chine que toutes les répréssions du gouvernement. Tout simplement parce que la plupart des anciennes traditions sont rendues invisibles voir incongrues par la modernité. Cela arrive au Han de même qu’aux Tibérains et aux Ouigours. Et d’une certaine façon cela uniformise leur mode de vie. Les Hans, majoritaires, résistent mieux. Pour les autres minorités, la modernisation signifie de meilleures conditions de vie, mais elle signifie aussi la fin de leur culture.

            Enfin, il est bon de rappeler à ceux qui ne connaissent pas la Chine à quelle vitesse tout à changé. J’ai 30 ans. Si je parle la bas à des jeunes de mon age et qu’ils me disent ou et comment ils ont vécu, je replonge dans un monde que même nos arrières grands parents n’ont pas connus. On parle d’abscence d’eau courante dans les maisons, de conditions sanitaires et de confort déplorables. Ces mêmes gens qui ont connu ca vivent aujourd’hui de façon tout aussi moderne que nous, même si la vie la bas est différente et que c’est ce qui fait son charme. Eh oui ! A Suzhou (Jiangsu) par exemple, le PIB par tête est de 15 000 $. Il est équivalent à celui de la Hongrie. Et au rythme de croissance actuel, les habitants de Suzhou auront dans moins de cinq ans un PIB équivalent à celui d’un habitant du Portugal. Tout cela pour dire qu’en 30 ans, ses habitants sont passés d’un extréme à l’autre. Ce qui explique leur optimise qui contraste avec celui des jeunes français.

            Il est impossible de ne pas avoir le vertige lorsque l’on se balade à Pudong (le nouvelle ville de Shanghai) et que l’on imagine que ce lieu d’une modernité qui ferait palir n’importe quelle ville américaine était uniquement des risières à la fin des années 80. Cela défie l’imagination. Et l’on ne peut pas comprendre ce qui se passe la bas tant que l’on a pas vu ca de ses yeux et compris à quel point on parle d’un changement d’ére brutal. La même chose peut être vue sous une forme ou une autre dans la plupart des grandes villes chinoises. Des quartiers avec une architecture audacieuse, suréclairés la nuit avec leur lumiéres vertes presque fluo dans les arbres, et ces facades animées de néons et autres écrans... Toute une démesure qui est comme la vision inverse de la misère que ceux qui ont conçu ces quartiers ont connus dans leur jeunesse. 

            Maintenant cette histoire la c’est celle des gens de l’est. En 30 ans, le changement fut rapide. Trop peut être pour être appréhendé par tous. A l’ouest, le changement fut plus brutal encore. Des gens déracinés de zones rurales encore très traditionelles partaient travailler en ville, à l’est à la recherche de la richesse. Ils ne pouvaient pas être les mêmes en revenant. Les villes de l’ouest sont en cours de métamorphose et commencent à ressembler à celle de l’est. Et ce changement d’une rapidité qui s’oppose à tout maintient des traditions existantes est largement responsable des troubles actuels dans les minorités ethniques.


            • stephanemot stephanemot 8 juillet 2009 02:37

              La Chine peine a verrouiller les nouveaux media mais avance vite sur le sujet.

              Le boom economique et les inegalites en resultant fait peur au regime. Independamment des tensions ethniques, les revoltes purement economiques se multiplient un peu partout.

              Le decalage entre les cotes et le centre se reduit « grace » aux nouvelles villes et aux nouveaux hubs economiques lances par Beijing. D’autres pays ont connu cette violence dans le developpement, et ca passait plus ou moins parce qu’il y avait une forme de deal : ok pour moins de libertes mais tout le monde (ou presque) s’y retrouve a la fin.

              La difference, c’est la mediatisation des oublies et des decales. Le rouleau compresseur fait trop de degats collateraux, et contrairement a d’autres cultures il n’y a pas vraiment de contrepoids a l’ultra materialisme (ex confucianisme, religions).

              Avec la crise, le retour des « chercheurs d’or » dans leurs campagnes promet un contre-choc politique, economique, social, culturel majeur.

              Beijing n’a d’autre choix que de soutenir la croissance a tout prix, et le regime a des moyens, mais il lui faudra vite trouver une nouvelle dynamique, plus saine et durable.


            • natmaka 8 juillet 2009 11:05

              > Laisser fuire l’information pour la détourner et retourner le peuple contre un ennemi désigné

              N’aura qu’un temps. « On ne peut mentir à tous tout le temps ». Tous les régimes qui jouèrent surtout de cela s’effondrèrent.

              > Ne vous moquez donc pas trop d’eux, on fait pareil lorsqu’il y a des émeutes en banlieue parisienne. On dit « c’est une horde de racailles »

              La différence notable est que le plus gros des Français a déjà côtoyé des « racailles », tandis qu’en Chine Tibétains et Ouïghours sont méconnus, réduits à un folklore aseptisé et de pacotille.

              > la griffe du pouvoir sur l’information se relache largement

              Il n’a pas d’autre choix. Sa tactique, donnée pour brillante, n’est qu’un pis-aller dangereux pour lui.

              > Le controle sur internet n’est pas efficace

              Et sur les informations que diffusent en Chine des migrants rapatriés ainsi que des travailleurs immigrés temporairement installés (beaucoup d’Occidentaux).

              > ce n’est pas la sinisation qui est le plus grand ennemi des cultures locales

              > deux cultures peuvent largement cohabiter pour longtemps dans un même pays)

              Ce n’est à ma connaissance le cas qu’en cas d’égalité, ou si la préséance dont dispose l’une est tolérée par l’autre. Ce n’est pas le cas au Tibet ou au Xinjiang.

              >mais la modernisation.

              Elle joue au moins autant contre le PC chinois car une proportion croissante de Chinois prend conscience du fait que l’amélioration de leur conditions matérielles de vie ne lui doit rien. Elle doit tout au fait que le PC chinois a peu à peu rompu avec l’économie totalement planifiée et autorisé l’entreprise privée (politique « marcher sur deux jambes »). En réalité, donc, l’amélioration du niveau de vie doit tout au fait que le PC, pour le plus gros, cessa de s’en occuper. Par conséquent l’équation « croissance économique contre ’fermeté’ politique » ne tient pas. Pour ce que j’en comprends le gros des Chinois redoute des troubles, et une bonne part d’entre eux jugent que des tiers abusèrent longtemps de leur pays et pourraient, en cas d’affaiblissement du pouvoir donc de morcellement, revenir à la charge (le régime en place joue sur plusieurs cordes). C’est pourquoi la ’fermeté’ du PC leur semble tolérable, d’autant que les pires formes de contrainte ne pèsent que sur des dissidents et des non-sinisés (par exemple Tibétains et Ouïghours).

              > Tous les gadgets et le mode de vie apportés par la modernité dans ces provinces ont fait plus pour avancer l’unification de la Chine que toutes les répréssions du gouvernement.

              Tout cela (boom économique, effet de la ’mondialisation’ uniformisant de nombreux aspects de la vie quotidienne autour d’objets et pratiques souvent conçus en Occident ) ne doit rien au régime en place ni ne le favorise particulièrement, et à mon sens la proportion des Chinois qui ne sont pas dupes augmente.


            • Marc Bruxman 8 juillet 2009 19:30

              @Natmaka

              Je ne suis pas du tout un admirateur du PC chinois, je rappelais juste des faits qui permettent de comprendre. Bien sur que la modernisation joue aussi contre eux ou plus exactement les forcent à faire des concessions impensables il y a encore peu. Mais elle renforce le PC tant que celui parvient à maintenir une situation sociale « stable ». Il vaut mieux être le gouvernement d’un pays riche et puissant que d’un pays pauvre.


            • Marc Bruxman 8 juillet 2009 19:47


              Le decalage entre les cotes et le centre se reduit « grace » aux nouvelles villes et aux nouveaux hubs economiques lances par Beijing. D’autres pays ont connu cette violence dans le developpement, et ca passait plus ou moins parce qu’il y avait une forme de deal : ok pour moins de libertes mais tout le monde (ou presque) s’y retrouve a la fin.

              Le deal dont vous parlez est exactement celui qui prévaut en Chine. Si les gens acceptent ce gouvernement c’est avant tout qu’ils pensent à tort ou à raison qu’il leur permet via son autoritarisme de s’enrichir. Et pour les gens proches du pouvoir (les villes de la cote est), c’est vrai. Maintenant il y a effectivement des oubliés, notamment à la campagne ou dans des provinces reculées. C’est pour cela justement que le gouvernement essaie de réduire l’écart économique entre la cote et le centre. Pour « harmoniser » (sic) le pays.

              Par contre, non il n’y a pas encore beaucoup d’exemples dans l’histoire de développement aussi rapide d’une économie. On parle de 30 ans pour passer du moyen age au XXIème siécle. C’est colossal. Chez nous certaines personnes ont déja du mal à s’adapter à Internet. Pourtant, ils sont nés dans un environnement déja développé. Si vous prenez maintenant le statut d’un migrant qui arriverait du Hunan directement à Shanghai vous pouvez quasiment faire un remake véridique du film « les visiteurs ». Et il y aurait d’ailleurs certainement une très belle histoire à raconter, même si elle ne serait pas du tout aussi drole que celle du film en question.

              La difference, c’est la mediatisation des oublies et des decales. Le rouleau compresseur fait trop de degats collateraux, et contrairement a d’autres cultures il n’y a pas vraiment de contrepoids a l’ultra materialisme (ex confucianisme, religions).

              Effectivement, la culture chinoise était très mal adaptée au communisme. Et le naturel est revenu au gallop. On parle d’un pays ou les excés des empereurs et des puissants ont toujours été immenses. Par rapport à certains empereurs, Louis XIV était peu dépensier.

              Pour ce qui est des dégats collatéraux, ils sont à l’image de la révolution en cours : Colossaux. Mais de même que le 19ème siécle a fait en europe des dégats collosaux avant de nous apporter la richesse. Et la période d’apparition d’internet est également en train de faire d’énormes dégats chez nous.

              Avec la crise, le retour des « chercheurs d’or » dans leurs campagnes promet un contre-choc politique, economique, social, culturel majeur. Beijing n’a d’autre choix que de soutenir la croissance a tout prix, et le regime a des moyens, mais il lui faudra vite trouver une nouvelle dynamique, plus saine et durable.

              Effectivement pour un contre choc, cela va être violent et promet du bordel dans les provinces. Et donc de la répression. Mais pour l’instant, la croissance semble se maintenir et ce répit est largement favorable. Je ne m’attends pas à voir les choses changer à ce niveau.


            • stephanemot stephanemot 9 juillet 2009 02:05

              le cas auquel je pensais etait la Coree du Sud, passee entre 1953 et 1998 du fin fond du classement a une puissance mondiale avec des taux de croissance soutenus inegales (jusqu’a ce que la Chine les explose). a cote, nos trente glorieuses font pale figure.

              avant meme de sombrer en ruines pendant la guerre civile, le Sud etait sous developpe par rapport au Nord, industrialise. les temps ont change...

              le coup d’accelerateur est survenu sous la dictature de Park Chung-hee, a marche forcee. la democratie n’a reussi a percer qu’a la fin des annees 80. quelque part, le « contrat » avait ete rompu : Chun Doo-hwan etait uniquement dans la repression et totalement denue de vision strategique.


            • natmaka 9 juillet 2009 10:34

              > la modernisation joue aussi contre eux ou plus exactement les forcent à faire des concessions impensables il y a encore peu.

              Contraindre à des « concessions impensables il y a encore peu » me semble d’importance. Pour certains la périphrase désigne des compromissions plutôt que des concessions.

              > elle renforce le PC tant que celui parvient à maintenir une situation sociale « stable »

              Je ne suis pas certain qu’elle le reste : dissident embastillés et protestations correspondantes en Occident relayées par des immigrés/émigrés, universitaires publiant des travaux critiquant le gouvernement, « charte 08 »...

              > Il vaut mieux être le gouvernement d’un pays riche et puissant que d’un pays pauvre.

              C’est certain, toutefois en temps de crise la plupart des habitants du plus gros des pays ne s’enrichissent plus guère donc, assez rapidement, se perçoivent plus comme des « riches ». En Chine il semble qu’une trentaine de millions de travailleurs migrants partis chercher l’eldorado dans les grandes villes sont, durant ces 6 derniers mois, retournés dans leurs campagnes où les épouses potentielles manquent parfois cruellement... En matière de stabilité sociale et de perception de « richesse », on a vu mieux.


            • frédéric lyon 8 juillet 2009 08:54

              A propos de communication. Voici les titres de la presse au suet des émeutes au Xinjiang :


              « Emeutes ethniques au Xinjiang ».

              Et voici d’autres évenements qui date d’hier, qui ne se déroulent pas au Xinjiang, mais à Firminy dans le département de la Loire :

              « Des incidents ont éclaté hier soir entre la police et des bandes de jeunes d’un quartier de Firminy, dans la Loire, dont est originaire un homme de 21 ans dans le coma après avoir fait une tentative de suicide alors qu’il était en garde à vue au commissariat.
              Peu après 3h30, des poubelles flambaient encore dans le quartier du Grand H, au sol s’amoncelaient des déchets et des cailloux, et on pouvait encore sentir l’odeur de pneus brûlés, témoins des incidents ayant éclaté hier soir.
              Selon un animateur de quartier, »tout a commencé vers 21 heures. Les jeunes se sont révoltés, c’était une grosse émeute, qui a duré quatre à cinq heures« .
               »C’est n’importe quoi ce qu’ils ont fait, avec d’autres et la famille de +Momo+, on a appelé au calme, on leur a dit de rentrer chez eux, que ça servait à rien« , a expliqué »Sam« , 30 ans, »marié et père de famille".

              La question est la suivante :

              S’agit-il d’une émeute ethnique ?

              • natmaka 8 juillet 2009 10:46

                > d’autres évenements qui date d’hier, qui ne se déroulent pas au Xinjiang, mais à Firminy dans le département de la Loire :

                > S’agit-il d’une émeute ethnique ?

                On peut le penser, toutefois en conclure que ces cas seraient semblables serait douteux. Premièrement parce que la France est un état de droit, que des contre-pouvoirs y existent, et que nul n’est y a priori captif (au Tibet tenter de sortir du pays est un sport dangereux )..Autrement dit chaque citoyen dispose de la liberté de s’associer, d’informer et de s’informer, de voter, d’être candidat lors d’élections, de quitter le pays, d’être jugé de façon auditable... Rien de tout cela n’est d’actualité au Xinjiang ou au Tibet. où le PC chinois fait la loi et l’applique comme il lui semble bon . Pis : ces zones sont parfois placées sous une loi martiale qui ne dit pas son nom.


              • Phil279 8 juillet 2009 21:27
                Xinjiang et Tibet : du pareil au même.

                mardi 7 juillet 2009, par Jean-Paul Desimpelaere

                Le dimanche 5 juillet 2009, de violentes émeutes ont secoué les rues d’Urumqi, capitale de la province chinoise du Xinjiang. Elles ont causé la mort de 156 personnes et ont blessé plus d’un millier d’autres. Ces chiffres dépassent de loin ceux des émeutes à Lhassa en mars 2008. Pourtant le caractère des émeutes est similaire : des bandes de personnes descendent dans les rues, cassent, mettent le feu aux boutiques et tabassent les gens. D’après la police chinoise, environ 1500 personnes ont été arrêtées. Nul ne contredira que des tensions sociales et ethniques existent en Chine, mais qu’elles soient utilisées dans un jeu géostratégique à échelle internationale n’est pas souvent mentionné par nos médias. Voici quelques réflexions à ce propos, et encore plus précisément à propos du « front uni dalaï-lama – Xinjiang ».

                Dans nombre d’interviews (e.a. dans son allocution au Parlement européen, le 4 avril 2008), le 14ème dalaï-lama se dit concerné de près par « la lutte des Ouïgours du Xinjiang ». Il nomme cette région le « Turkestan oriental » et estime qu’elle devrait devenir indépendante. Durant les dix dernières années, de nombreuses associations de défense pour l’indépendance du « Turkestan oriental » ont surgi en Occident. Le comité central se nomme « World Uyghur Congress » et siège à Munich, en Allemagne. Leur présidente vit aux Etats-Unis et est fière de pouvoir annoncer que leur mouvement a pu se développer grâce au soutien de la « National Endowment for Democracy » (NED), la sœur jumelle de la CIA, mais pour les opérations « pacifiques ». Dans le bilan financier de la NED figurent quatre organisations ouïgours d’opposition à la Chine qui, ensemble, ont officiellement reçu plus de 500.000 $ en 2008. Voilà donc le lien avec le dalaï-lama : ils ont les mêmes sponsors. De plus, ils se concertent : la première conférence de « l’alliance » (Tibet, Turkestan oriental, Mongolie du Sud) eut lieu à New York le 16 octobre 1998 et réunissait des bonzes de l’administration Clinton, des représentants du dalaï-lama, des Ouïgours et des Mongols. Pour l’occasion, le dalaï-lama avait écrit ce message : « nos trois peuples ont des liens historiques forts ; à présent ils sont réunis dans la lutte contre l’occupation chinoise. L’empire soviétique s’est désintégré et les différents peuples ont retrouvé leur liberté. Aussi, suis-je optimiste pour l’avenir de nos nations respectives ». Le but de tout ceci me paraît assez clair : attiser et sponsoriser des conflits ethniques qui régulièrement éclatent dans différentes régions de la Chine, afin de la briser, la faire exploser, à l’exemple de l’Union Soviétique.

                http://www.tibetdoc.eu/spip/

                • natmaka 9 juillet 2009 10:13

                  Être aidé par la CIA n’est pas un crime en soi. De nombreux mouvement parfaitement justifiables le sont. La Résistance française (contre les nazis) l’a été. Montrez en quoi les revendications des résistants seraient irrecevables, plutôt que de les condamner a priori.

                  Gageons qu’en 1942 l’auteur de cet article aurait écrit « Leur chef, le ’général de Gaulle’, vit en Angleterre et est fier de pouvoir annoncer que leur mouvement a pu se développer grâce au soutien des services secrets militaires anglais et américains (ancêtre de la CIA) ... Le but de tout ceci me paraît assez clair : attiser et sponsoriser des conflits ethniques (par exemple entre les Français et les Allemands) qui régulièrement éclatent dans différentes régions de la Grande Allemagne unifiée par Hitler, afin de la briser, la faire exploser (par exemple d’en faire sortir la France). »

                  Bah !


                • Phil279 9 juillet 2009 13:20

                  Et un point Godwin pour monsieur

                  La france etait allemande depuis 2 siecles ? Les allemands et les français sont 2 ethnies differentes ? Mieux les français seraient ils arrivés en France(allemagne) quelques siecles avant en massacrant les nomades qui s’y trouvaient ?

                  Les situations sont tout simplement incomparables

                  NB : La CIA est née en 1947


                  • natmaka 9 juillet 2009 17:29

                    > La france etait allemande depuis 2 siecles ?

                    En ce qui concerne le Xinjiang depuis 1876 seulement, je crois.

                    Par ailleurs le Tibet était indépendant depuis 1912 lorsque le PC chinois l’a envahit en 1949, donc on trouve bien là dans un cas semblable à celui de la France (état souverain, occupation...).

                    > Les allemands et les français sont 2 ethnies differentes ?

                    À l’évidence, car appartiennent à la même ethnie ceux qui partagent au minimum une langue. Avez-vous l’impression que la langue française est véhiculaire en Allemagne, ou que la langue allemande le soit en France ?

                    Il en va de même au Xinjiang et au Tibet ou les deux ethnies autochtones ne sont pas sinisées (la langue véhiculaire de chacune d’elles n’est pas une langue chinoise). Ils s’agit bien d’ethnies non sinisées, le droit des peuples est applicable.

                    Je comprends que certains en rient et préfèrent la loi du plus fort, mais à ce petit jeu ceux qui commencèrent, ces derniers siècles, ne l’emportèrent pas. La loi du plus fort a par exemple été illustrée, en Chine, par le massacre de Nankin. Qui oserait prétendre que le peuple chinois l’apprécia ?

                    > Mieux les français seraient ils arrivés en France(allemagne) quelques siecles avant en massacrant les nomades qui s’y trouvaient ?

                    La relation de cela avec notre propos m’échappe.

                    > NB : La CIA est née en 1947

                    C’est la raison pour laquelle j’écrivais « services secrets militaires anglais et américains (ancêtre de la CIA) ».

                    Il me tarde de vous lire montrant en quoi ils avaient tort d’aider la résistance française... Si vous ne le pensez pas pourquoi ne pas accepter qu’ils aident la résistance tibétaine ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès