Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La clé du problème moyen-oriental entre deux grands en deux petites (...)

La clé du problème moyen-oriental entre deux grands en deux petites minutes

Avant qu’une solution pacifique ne soit trouvée à la guerre qui a commencé il y a une semaine au Moyen-Orient, des centaines de commentaires divers ont vu le jour. Or, au hasard d’une écoute de télévision, la clé est apparue, dont l’expression au moins est d’une simplicité angélique.

La chaîne française d’information continue LCI, et CNN , son homologue américaine, ont diffusé une conversation que le chef du gouvernement « labor » britannique M. Tony Blair, et le président des Etats-Unis, G.W. Bush ont eue après la rencontre de ce dernier avec le secrétaire général des Nations unies M. Koffi Annan, au moment de se mettre à table pour déjeuner lundi matin. Leur micro était demeuré « ouvert ». Cela a valu beaucoup mieux que la plus instructive des conférences de presse d’après sommet G8.

Cela allait droit au but. Que pensez-vous de ce qu’a dit Koffi Anan ? Comment rétablir une paix durable dans cette région ? Après s’être référé à un éventuel cessez-le-feu, G.W. Bush a dit au premier ministre britannique :

« Je n’aime pas cette position basée sur un éventuel cessez-le-feu doublé de la présence d’une force des Nations unies, car ensuite tout peut se produire. »

Blair :

« Je pense que ce qui est réellement très difficile est que l’on ne peut pas mettre fin (à cette guerre) (par ce moyen) à moins d’obtenir un accord international sur cette présence. »

Bush :

« Remarquez que le côté ironique de la situation est qu’il faudrait que les Nations unies fassent pression sur la Syrie pour qu’elle contraigne le Hezbollah à cesser de foutre le bordel, et l’on en aurait terminé. »

« Il me semble que je devrais dire à Koffi (Annan) d’appeler Assad (le président syrien) au téléphone pour tenter de faire bouger les choses. »

« .... Nous ne blâmons ni Israël (pour la situation que nous vivons) ni le gouvernement libanais. »

Ce bref extrait d’une conversation entre deux des vedettes de l’assemblée des huit chefs d’Etat indique clairement que la guerre actuelle ne tient aucunement des volontés des pays qui s’affrontent ; ni le Liban, ni Israël, ni - paradoxalement - le Hamas ne sont directement responsables de la guerre commencée il y a une semaine, ni des quelques centaines de morts et de blessés qu’elle déjà provoquées.

Officiellement, dans le langage feutré qui sied à une telle assemblée, rien n’a été écrit mettant véritablement en cause la véritable origine du conflit ; mais la courte conversation de Bush et de Blair « volée » par un micro qui n’avait pas été coupé - par hasard ? - a été très révélatrice. Les noms de l’Iran et de la Syrie ont été prononcés, ainsi que celui du Hezbollah, qui, selon ce qui n’a pas été dit diplomatiquement, sont directement ou indirectement responsables d’une situation qui - par ses implications - n’avait jamais été aussi grave au Moyen-Orient.

Que l’armée israélienne frappe durement le Liban rendu responsable de la liberté avec laquelle les structures du Hezbollah ont été établies en en faisant un Etat dans l’Etat. Le Hezbollah, représenté parallèlement par deux ministres dans le gouvernement libanais et douze représentants élus au sein de Parlement à Beyrouth. Déjà lors de sa création en 1982, provoquée par l’agression israélienne dans le Sud Liban, il était de notoriété publique que ce mouvement avait été formé avec l’appui, les capitaux et les armes de l’Iran et qu’il était considéré avec bienveillance par la Syrie.

La milice du Hezbollah est composée de quelque 5000 hommes dotés d’un armement moderne, d’artillerie et de missiles. Selon une bonne source 1800 spécialistes iraniens lui ont été prêtés par Téhéran pour mettre en œuvre et adapter l’armement le plus sophistiqué qu’il possède.

Mais il faut rappeler aussi que c’est à la même époque que l’OLP avait fait creuser deux sousterrains sous Beyrouth dont les galeries avaient la largeur et la hauteur du métro à Paris, et que le mont au sommet duquel se trouve l’antique Krach des Chevaliers avait été transformé en véritable gruyère par l’organisation présidée par Yasser Arafat. Il ne faudrait donc pas être surpris des bombardements qui ont partiellement détruit la capitale libanaise une première fois il y a un quart de siècle, et de ceux qu’elle subit depuis la fin du mois de juin. En août 1982, avant d’être contraint par une résolution des Nations unies d’évacuer le territoire libanais, l’OLP possédait un « trésor de guerre » réparti entre diverses banques de Beyrouth, de l’ordre de cinq milliards de dollars. A cette époque, le gouvernement libanais redoutait qu’un brusque retrait de ces capitaux ne provoque une chute de la valeur de la livre libanaise au profit du shekel israélien !

La déclaration publiée à l’issue du sommet du G8 est assez claire :

« La crise actuelle, y est-il écrit, est le résultat d’efforts accomplis par des forces extrémistes en vue de déstabiliser la région et d’empêcher les peuples palestinien, israélien et libanais de jouir de la paix et de la liberté. »

« À Gaza, des éléments du Hamas ont attaqué, en y lançant des missiles, le territoire israélien ; ils ont enlevé un soldat de Tsahal. »

« Au Liban , le Hezbollah, en violation de la « ligne bleue », ont attaqué Israël à partir du territoire libanais et tué ou capturé un nombre (non précisé) de soldats israéliens. Ils ont ainsi inversé la tendance positive qui avait été provoquée par l’évacuation des troupes syriennes du Liban et miné la stabilité du gouvernement du premier ministre Fuad Saniora qui avait été démocratiquement élu. »

« Ces éléments extrémistes et ceux qui leur apportent leur appui ne peuvent pas être autorisés à plonger le Moyen-Orient dans un chaos et y provoquer un conflit encore plus étendu. »

« Ces extrémistes doivent cesser immédiatement leurs agressions. Il est également d’une importance cruciale qu’Israël, tout en exerçant son droit de légitime défense, mesure avec conscience les conséquences stratégiques et humanitaires de ses actions.

Les conditions requises par le sommet des Huit ont été ainsi définies en trois points par ses rédacteurs :

1 - Retour à Gaza et en Israël, sains et saufs, des soldats d’Israël. 

2 - Mettre fin aux opérations militaires lancées par l’armée d’Israël, et évacuation des forces israéliennes de Gaza dans les meilleurs délais.

3 - Libération des ministres et parlementaires palestiniens détenus par Israël.

Des spécialistes français et libanais commencent à supposer que les agressions du Hezbollah à l’encontre d’Israël n’entrent pas complètement dans le cadre de la résistance palestinienne contre l’Etat juif.

L’affaire, estiment-ils, est beaucoup plus compliquée. Ils remarquent notamment que ces agressions se sont produites quelques jours avant la réunion du G8 au cours de laquelle devait être évoqué le problème posé par la détermination iranienne non seulement de construire des centrales électriques atomiques mais également de se doter d’un système d’armes nucléaires. Ce qui serait réalisé en contradiction avec les termes du Traité de non-prolifération que l’Iran a signé.

Certains observateurs comme François Sfeir, écrivain, politologue et journaliste franco-libanais et parisien, a estimé, lors d’une émission de télévision sur LCI, que la crise actuelle ne faisait pas partie des négociations sur la question nucléaire, mais qu’elle était notamment une des conséquences du conflit entre musulmans sunnites et chiites, qui se manifeste de façon sanglante en Irak, mais qui se manifeste et s’étend depuis de longues années d’une façon plus insidieuse dans tout le Proche et le Moyen-Orient. L’Arabie saoudite n’a pas été épargnée dans cet affrontement, dont le plus spectaculaire fut l’attaque par un commando chiite sur les lieux saints à La Mecque, neutralisée par le Groupement d’intervention de la gendarmerie nationale française, il y a eux décennies.

L’Iran, héritier d’une antique civilisation, est à la fois perse et chiite. Qui plus est, le pays est un des producteurs les plus importants d’hydrocarbures, dont 30 % de son commerce se fait avec la Fédération de Russie.

Puissant par son pétrole, l’Iran l’est également pas sa position géostatégique sur le Golfe persique. Il détient naturellement les clés des approvisionnements en hydrocarbures transitant pas le détroit d’Ormuz.

Le rôle des Hezbollahs n’est pas de conquérir du terrain mais de harceler, de servir d’avertissement à tous les intéressés, qu’ils soient Américains du Nord, Européens, Japonais, Israéliens, Egyptiens ou Saoudiens.

Cela fait un nombre important d’atouts pour lui permettre, dans les décennies à venir, d’imposer ses quatre volontés au monde.

On peut comprendre, dans ces conditions, la prudence que manifestent à son égard les diplomates d’Orient et d’Occident.

Quotes anglo-americains de l’entretien Bush - Blair

Bush

« I dont like the sequence of it. His attitude is basically cesasefire + UNO special and eveything else happens. »B

Blair :

« I think the thing that is realy difficult is you cannot stop this (war) unless your get international presence is agreed.”

Bush :

« See, The irony is what they ( the UNO) need to do is to get Syria to get Hezbollah to stop doing this shit , and it’s over”.

« I feel like telling Koffi (Annan) to jet on the phone an make something happen ».

« You are not blaming Israel... and we are not blaming the lebanese governement ».. »

Quotes from statement issue by G 8 about the Middle Eats crisis :

1 - « The immediate crisis results from efforts by extremist forces to destabilize the region and to frustrate the aspirations of the Palestinian, Israel and Lebanese people for democracy and peace.’

2 - « In Gaza, elements of Hamas launched rocket attacks against Israeli territory and abducted an Israeli soldier. In Lebanon, (Hezbollah), in violation of the Blue Line, attacked Israel from Lebanese territory and killed and captured Israeli soldiers, reversing the positive trends that began with the Syrian withdrawal in 2005, and undermining the democratically elected government of Prime Minister Fuad Saniora.”

3 - “These extremist elements and those that support them cannot be allowed to plunge the Middle East into chaos and provoke a wider conflict.”

4- - “The extremists must immediately halt their attacks. It is also critical that Israel, while exercising the right to defend itself, be mindful of the strategic and humanitarian consequences of its actions.”



Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (90 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Marsupilami (---.---.63.227) 19 juillet 2006 13:03

    Très bonne analyse. Si les « experts » étasuniens avaient su évaluer réalistement les dissenssions haineuses entre sunnites et chiites, ils y auraient peut-être regardé à deux fois avant de faire la guerre à l’Irak... ou bien ils l’auraient faite autrement ?

    Mais c’est bien connu, la très grande majorité des étasuniens (y compris chez les « experts » de la CIA ou de la NSA ne connaissent rien au reste du monde. Il suffit de lire les news magazines made in USA pour s’en rendre compte. En outre, les USA est le grand pays Occidental où les habitants ont le moins de passeports : seuls environ 10 % d’entre eux en ont un...


    • Zamenhof (---.---.79.247) 19 juillet 2006 13:30

      Les origines de l’actuelle crise Israelo-Libanaiso-Hezbollah ne sont pas telles qu’on les présente généralement. Les médias occidentaux ont accepté de presenter une version censuré et détournée des faits et de leurs tenants et aboutissants :


      • vieuxbob (---.---.151.185) 19 juillet 2006 13:42

        Votre analyse comporte d’excellents éléments, encore que personne n’ira vérifier l’authenticité d’une conversation supposée privée...

        Il me semble que vous passiez sous silence la présence de plus d’un million de palestiniens (deux ou trois, peut-être) vivant, depuis bientôt un demi-siècle, dans des camps où ils sont regroupés (ou « concentrés ») par les libanais à majorité chrétienne, souvent hostile.

        Ces musulmans ont des libertés extrêmement restreintes : aucune liberté de circulation, instruction réglementée et limitée, système de santé déplorable... Qui se souciera de leur sort s’ils ne font pas parler « la poudre » ?

        Il n’est pas possible d’admettre la violence, il est difficile de supporter l’étouffement !

        Quel beau gisement de combattants pour alimenter tous les conflits nationaux, internationaux, interreligieux, intermafieux, aussi, et quelle clientèle pour tous les marchands de canons !

        Je n’entrevois pas la fin...


        • Bertrand C. Bellaigue Bertrand C. Bellaigue 19 juillet 2006 14:32

          Attention vieuxbob

          Je vais vous repondre - ou essayer - point par point :

          Votre analyse comporte d’excellents éléments, encore que personne n’ira vérifier l’authenticité d’une conversation supposée privée...

          R ----Je l’ai vu et entendu sur LCI et CNN et réécouté sur Internet. Cela me parait tellement gros qu’on peut supposer une manoeuvre « pour faire passer un message » (?).

          Il me semble que vous passiez sous silence la présence de plus d’un million de palestiniens (deux ou trois, peut-être) vivant, depuis bientôt un demi-siècle, dans des camps où ils sont regroupés (ou « concentrés ») par les libanais à majorité chrétienne, souvent hostile.

          R ----C’est ne très vieille histoire qui prouve que faux-faits deviennent réalité un demi siècle plus tard. Au moment ou l’Etat d’Israel prit forme, l’UNRWA ( orgnase des nations unins qui s’occupait ( aussi à des millions de refugiés européeen qui vaguaient à travers un continent devasté, s’est également occupée des réfugiés arabes quittant la Palestne (mandat britanniue ) ce n’était pas les riches qui avaient fort bien néfocié reglé à leur profit leurs affaires et leur départ avec le service des achats de terre de l’agence juive. Il s’agissait de paysans sans terre - et sans patron - qui par centaines de miilliers durent aller au delà du Jourdain. Leur chiffre etait de l’ordre de 400 à 500 000. Comme les rations fournies par l’aide de N.U. étaient insuffisantes, les fonctionnaires de l’UNRWA ont - au ons - quadruplé leurs effectifs pour pouvoir augmenter en proportion les rations qu« ils avaient à ditribuer. De telle sorte que chiffre »officiel« des »personnes déplacées« , comme on disait alors - passa de (+ ou -) 500 000 à (+ ou - ) 1 500 000 auxquel on attribua par la suite des ans une progenitire proportionnelle conforme au statitiques demograpphique de l’époque. Pour lesquel on eclma auourd’hui le droit au »retour"

          Ces musulmans ont des libertés extrêmement restreintes : aucune liberté de circulation, instruction réglementée et limitée, système de santé déplorable... Qui se souciera de leur sort s’ils ne font pas parler « la poudre » ?

          R --- Quand en 1967, lors de la conference panarabe de Khartoum, que je couvrais, le secretaaire general de l’OLP d’alors ( j’ai oubié le nom de cette association ) , cria au secours, demanda de l’aide au chefs d’Etat qui étaient là le Roi d’arabie saodite, le colone Nasser etc... Si vous ne répondez pas à mon appel dit le secraire palestinien, je quitterait la conférence...On le laissa quitter cette conférence.

          C’est dire l’attitude et la considération qu’on avait il y a quarate ans pour ces « peosnnes déplcées » !

          En Jordanie, ils sont la majorité de la population - au détriment des « Bédouins » les véritables fidèles du roi et membres de l’armée jordnaienne. Souvenez vous de « Septembre noir » , ailleurs également il sont strictement contrôlés.

          Quant au Liban, ( Cela devient presque un gag sinitre - où les Paletiniens habitent des « medinas » ( quartiers vialiblisé, en dur avec immeubles et rue principale goudronnée, comme à Sabra et Shatila - Mais on continue à les appeler ( même en Israël ... !!! - « camp de refugiés palestiniens ». Pourqoi ? Parce que tant qu’ils vivent dans un lieu denommé oficiellement « camp » ils peuvent se faire virer. Si au lieu de « camp » on parlait de« médina » ou quartier, les Libanais estiment qu’ils les auraient sur le dos à titre définitif.

          - Il n’est pas possible d’admettre la violence, il est difficile de supporter l’étouffement !

          R ----Il y a aussi pire qu’une liberte restreinte : le mépris qu’on vous temoigne. ( Il n’y ps qu’au Liban.)

          Quel beau gisement de combattants pour alimenter tous les conflits nationaux, internationaux, interreligieux, intermafieux, aussi, et quelle clientèle pour tous les marchands de canons !

          R --- Oui, mais le petrole est tellement plus impotant pour l’Ocident et tous leurs autres compatriotes ou coreligionnaires !

          Je n’entrevois pas la fin...

          R --- Moi non plus

          BCB


        • L'Hérétique Anaxagore 19 juillet 2006 13:51

          Bravo pour votre analyse très intéressante.


          • Rage Rage 19 juillet 2006 14:02

            Article vraiment pas mal sur un sujet « brulant » et difficile à aborder.

            Un très bon éclairage.


            • joseW 19 juillet 2006 14:04

              C’est toujours assez amsusants ces micros restés ouverts malencontreusement lors de sommets très importants...

              J’adore lire les apprentis-découvreurs qui se ruent sur ces petits textes pseudo-secrets et crypto-incongrus.

              Des textes a priori anodins, souvent accompagnés d’un mot coloré (shit en l’occurrence), et évidemment adoubés par le filtre de la censure avant de parvenir aux apprentis-décrouvreurs, qui jouent parfaitement leur rôle.

              Ces opérations psychologiques (psy-ops pour parler comme l’auteur) font partie de l’arsenal de communication des Etats-Unis et sont fort bien rodés comme on le voit...

              Bravo à l’auteur pour y avoir prêter son concours !


              • visiteur indigène 19 juillet 2006 14:30

                Bien vu JoséW, les analystes-gogos se sont précipités..


                • Stephane Klein (---.---.101.8) 19 juillet 2006 15:45

                  Votre analyse est bonne mais un peu naive si je peux me permettre.

                  Qui peut feindre de penser que le Hamas ou le Hezbollah puissent s’en prendre sans aucun provocation prealable a Tsahal et sa puissance de feu ?

                  Bien sur que ces deux mouvements sont de marionettes de Damas et Teheran qui ont tous deux de bonnes raison de foutre leur merde dans la region (tant pis pour le politiquement correct).

                  L’article du Monde d’hier sur le sujet etait tres pousse et instructif, je vous le recommande.

                  Damas, car elle a ete evince du Liban, saisit toutes les possibilites de pourrir la situation. Teheran car sous pression international, entend demontrer son pouvoir de nuisance en cas de pression internationale.

                  De son cote les USA laissent la main libre a Israel pour montrer qu’il peut contrer l’Iran sur ce tableau sans s’impliquer directement.

                  Et puis deux inexactitudes :
                  - le krach des chevaliers n’est pas au Liban mais en Syrie, il n’y a pas de base de l’OLP sous son mont jusqu’a plus ample information.

                  - les Libanais ne sont plus en majorite chretiens car ceux-ci ont emigre en masse a cause de la guerre. La majorite est devenue musulmane (sunnites, chiites, druzes,....) et les chretiens representent 30% de la population environ.


                  • Bertrand C. Bellaigue Bertrand C. Bellaigue 19 juillet 2006 16:28

                    Attention Klein

                    Votre ton doctoral me ravit.

                    1 - Etant agencier despuis plusieur decennies, Je ne m’inspire pas du « Monde » comme source infaillible pour faire mes analyse. Sauf quand il s’agit de revues de presse.

                    2 - Je n’ai pas écrit que krach des Chevalier est au Liban mais que : (...) Mais "que le mont au sommet duquel se trouve l’antique Krach des Chevaliers avait été transformé en véritable gruyère par l’organisation présidée par Yasser Arafat."

                    J’étais en mission au LIban et mes sources - pas citables encore aujourd’hui - étaient du « béton » - C’était un bastion de l’OLP. Le mont est devenu un ensemble de galeries. Apparemment vous n’êtiez pas complètement informé.

                    3 - Qui a parlé d’une majorité libanise chrétienne ? C’est tout le contraire.J’ai parlé d’une majorité palestinienne en Jordanie. Rien à voir. 4 - Votre interprétation sur l’Iran est floue. Non seulement il manifeste une faculté de nuisance mais depuis sa renaissance,selon ses dirigeants - et grâce à la prochaine possession du nucléaire - au moins civil - il éprouve - du moins son president et tous ceux qui le suivent, une soif d’extension de leur influence sur le Proche Orient. Renouant ainsi avec l’antiquité de leur histoire. Connaissez vous le Proche Orient ? 5 - « ...Et puis deux inexactitudes » ecrivez vous... Qui malheusement étaient les vôtres, nous venons de le voir..

                    BCB


                  • Thucydide (---.---.101.8) 19 juillet 2006 17:39

                    Attention, n’y a-t-il pas confusion avec le château de Beaufort, situé au sud-Liban, et qui a été le théâtre de bombardements durant la guerre civile ? Parce qu’il paraît étonnant que Hafez el-Assad ait pu laisser les Palestiniens installer des places fortes sur son territoire.


                  • aigle (---.---.161.78) 19 juillet 2006 19:53

                    Tiens tiens votre statut d’agencier et vos sources « beton »au Liban vous font dire des demi verité ou demi mensonges c’est selon vos penchant ethnico-religieux


                  • vieuxbob (---.---.151.185) 19 juillet 2006 16:22

                    Merci d’avoir bien voulu me répondre, merci de votre courtoisie !

                    Peut-être aurais-je mieux fait de me taire : j’ai lu votre curriculum vitae, ce que j’aurais du faire avant de commencer.

                    J’avais lu récemment que les palestiniens, vivant au Liban,n’avaient pas le droit d’exercer une profession libérale, d’acheter terrains ou immeubles...

                    Nous sommes d’accord sur plusieurs points, mais surtout sur l’essentiel : ils sont manipulés et... nous n’en voyons pas le bout !

                    A part cela, je n’ai pas votre expérience, sauf celle de l’âge,-83- , probablement !!! Et j’essaie de comprendre, j’essaie de ne pas me faire manipuler !!!

                    Cordialement


                    • Bertrand C. Bellaigue Bertrand C. Bellaigue 19 juillet 2006 16:35

                      Attention vieux bob

                      « sauf celle de l’âge »,- mais le principal n’est-t-il pas d’avoir comme on dit en Espagne - la allegria - qui se manieste dans vos papiers , l’oeil clair et la naiveté roublarde (?) d’un enfant !

                      Bien à vous


                    • LosKr (---.---.90.99) 20 juillet 2006 08:23

                      Est-ce qu’il parait possible, qu’après en avoir terminé avec le Hezbollah, les Israeliens, toujours pour « assurer leur sécurité », s’en prennent directement à la Syrie ??? Vu que les USA les ont désignés comme étant les instigateurs des méfaits du Hezbollah, est-ce que ça ne donnerait pas une excuse plus que valable à Israel d’attaquer les Syriens ?? Les Syriens occupés avec les Israeliens, ça laisserait les Américains libres de s’attaquer militairement à l’Iran si les Iraniens continuent à les narguer avec leurs recherches sur l’atome. Est-ce qu’au vu du peu de réactions des pays arabes sur ce qui se passe aujourd’hui au Liban, un tel scénario serait envisageable ??


                      • Gourouni (---.---.38.140) 20 juillet 2006 10:47

                        Les juifs, chrétiens et les musulmans vivaient t’ils en harmonie avant la creation de l’etat d’Israel quand cette region etait sous mandat britannique ? (je ne connais pas la réponse) repondez moi svp.


                        • Bertrand C. Bellaigue Bertrand C. Bellaigue 20 juillet 2006 11:59

                          attention gourouni Re --- Les juifs, chrétiens et les musulmans vivaient t’ils en harmonie avant la creation de l’etat d’Israel quand cette region etait sous mandat britannique ? (je ne connais pas la réponse) repondez moi

                          Sous l’autorité du mandat britannique personne ne bronchait . « Of course » !!!

                          Dans l’Andalouz, également, sous l’autorité des khalifes de Bagdad, puis sous la dynastie des Almoravide venus du « Ribat al mouminine » au Sahara, à travers Marrakech et le Maroc pur conquérir cette partie de la péninsule. C’étaient dejà des « musulmans fondamentalistes » convertis à l’origine dans le « Ribat » par un prêcheur venu de Médine. S.E.O.O. BCB


                        • aigle (---.---.161.73) 21 juillet 2006 10:46

                          Ce n’est pas parceque les anglais occupaient la palestine que les chretiens , musulmans et juifs vivaient en harmonie .c’est completement faux . lacohabitation de ces communautés religieuses existait depuis des siecles . Quant a l’andalousie , heureusement qu’il existe encore des ecrits de cette periode qui ont mis en relief la protection dont jouissaient les juifs de la part de ces « Fondamentalistes »dont parle Bellaigue .Heureusement aussi que tout le monde connait la suite avec la prise de pouvoir par isabelle la catholique en Espagne . Le probleme n’est pas celui de juif , chretiens et musulman , c’est celui du sionisme qui est un cancer pour l’humanité


                        • Bertrand C. Bellaigue Bertrand C. Bellaigue 21 juillet 2006 12:14

                          attention aigle

                          Votre privilège est de pouvoir vous exprimer.

                          BCB


                        • www.jean-brice.fr (---.---.238.190) 21 juillet 2006 09:37

                          Il y a une chose certaine : les deux partenaires USA par Israel interposé et IRAN par Hezbollah et Hamas sont en train de faire péter l’économie mondiale. Avec un barril à 100 dollars, nous allons avoir des surprises, pas toujours bonnes ...


                          • Bertrand C. Bellaigue Bertrand C. Bellaigue 21 juillet 2006 12:17

                            attention jean brice

                            Très juste. Et nous aurons de la chance si cette affaire se borne à cette conséquence.

                            BCB


                          • visiteur indigène 25 juillet 2006 05:28

                            C’est exactement le bon plan prévu de longue date par la haute finance internationale. Faire pétez l’économie pour camoufler l’incurie états-unienne et la valeur de ce foutue dollar qui ne repose plus sur une valeur (or, platine etc.) suite à la suppression de l’indice M3 de la FED. Ce n’est plus que du papier et dans quelques temps sa valeur sera inférieure au prix de son support . A voir les fusions-acquisitions et les regroupements des multinationales et banques, un nouvel ordre mondial se profile à la fin de ce système monétaire, sauf que les principales matières premières seront aux mains de quelques-uns aux lieu d’appartenir à des états nations. Quoi de mieux que d’actionner le conflit israelo-arabe pour accélerer le mouvement avec un prétendu choc des civilisations que nous ont vendu les néo-conservateurs US. La débandade commencera à un barril à plus de 110 dollars...Le processus est en cours et irréversible sauf prise de conscience généralisée. A moins que le monde accepte son futur esclavage façon orwellienne.


                            • mcm (---.---.121.69) 20 décembre 2006 12:30

                              La seule solution viable pour neutraliser toute l’impérialisme islamiste est la cessation brutale de toute aide internationale aux pays infecté par l’islam.

                              Prenons l’exemple palestinien où les nombeux milliards d’aide internationale attribué aux palestiniens n’ont servi qu’à enrichir Arafat et ses successeurs.

                              Depuis que cette aide a été suspendue, les palestiniens tombés en guerre civile ont mis un frein à leur ardeur belliqueuse et seraient même prêts à reconnaitre la légitimité de l’état d’Israel !

                              Si la CI leur redonne des aides, leurs mollahs vont tou dépenser en enrichissement personnel, armement et propagande pour inciter leur citoyens à la djihad.

                              Si la CI les laisse s’asphyxier sans la manne de la communauté internationale, leurs mollahs appauvris ne pourront plus se livrer à leur subversions et le peuple comprendra finalement que leur ennemi est bien l’islamisme et non pas la CI.

                              Bien sûr la solution est radicale, mais c’est la seule viable. L’aspyxie économique et les famines qui s’en suivront feront de toute façon moins de victimes à long terme que la maffia islamiste.

                              De plus c’est une solution juste, pourquoi les pays occidentaux laïques, devraient soutenir des tyrans islamistes qui ne pensent qu’à l’anéantissement de l’occident ? Si l’islam est si performant, laissons le démonter son efficacité sur le terrain, sans l’aide des régimes laïques.

                              Quand on a affaire à un menteur, la seule solution est de le prendre à ces propres mots.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès