Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La communauté internationale t-iran-isée ?

La communauté internationale t-iran-isée ?

En décidant la reprise de la recherche nucléaire, le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, prend le risque de voir son pays placé au banc des Nations par la Communauté internationale. Mais cette dernière a-t-elle réellement les moyens de ses ambitions ?

C’est le dernier coup de force de Mahmoud Ahmadinejad, le président iranien : la reprise de la recherche nucléaire. L’Iran a, en effet, retiré mardi les scellés sur ses installations de recherche nucléaire de Natanz (centre), en présence d’inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Téhéran compte ainsi enrichir de l’uranium, à petite échelle, dans le cadre de ses expériences sur le cycle du combustible nucléaire, a précisé l’agence.

Par cette décision, le président iranien témoigne manifestement de sa volonté de croiser le fer avec la communauté internationale. La question du nucléaire constitue un sujet hautement sensible. Les grandes puissances ont fait immédiatement part de leurs plus vives inquiétudes, et condamnent cette décision. Les États-Unis se sont empressés de brandir l’éventualité d’une saisine du Conseil de sécurité. Bien, mais après ?

Tel est le talon d’Achille des grandes puissances, actuellement, face à la stratégie du fait accompli du président iranien et devant son arrogance. En effet, elles sont conscientes que leur marge de manoeuvre, face à la volonté de puissance iranienne, en l’occurrence nucléaire, est extrêmement limitée. Elles peuvent condamner, mais c’est bien leur seule arme de dissuasion capable de faire reculer le président iranien. Elles n’ont pas les moyens de leurs ambitions, elles ne peuvent mettre à exécution leurs éventuelles sanctions.

L’adoption d’une résolution à l’unanimité au Conseil de sécurité de l’ONU, plaçant au banc des Nations l’Iran, est fortement improbable, en raison de la menace de l’usage du droit de veto par la Russie et par la Chine. Ces deux dernières ont trop partie liée avec l’Iran, même si la Russie a pris ses distances en exprimant sa "profonde déception". En effet, l’Iran achète la plupart de ses armes à Moscou et à Pékin. La Russie a presque achevé le réacteur nucléaire de Bushehr, dans le sud de l’Iran, et devrait en construire d’autres à l’avenir dans le pays. La Chine, grande consommatrice d’énergie, passe des accords pétroliers avec Téhéran.

Autre option : l’embargo économique. Exclu, car sur la communauté internationale plane encore le spectre de celui imposé à l’Irak, au lendemain de l’invasion du Koweït. Un fiasco retentissant et sans précédent, qui s’est soldé par une terrible catastrophe humanitaire et une corruption à grande échelle, récemment mise à jour.

Ne reste donc plus que la solution militaire. Irréaliste. Aucune nation ne prendrait le risque d’une telle initiative. D’autant plus qu’aucune n’en a les moyens. Quant aux États-Unis, les seuls à même de déclencher une telle opération, ils ont grillé leur dernière cartouche en Irak. Par ailleurs, "chat échaudé craignant l’eau froide", cette fois-ci, les États-Unis réfléchiront à deux fois.

Parfaitement au fait des faiblesses de la communauté internationale, le président iranien en profite pour pousser les feux. La seule incertitude et, donc, crainte, est qu’Israël pourrait très bien décider une opération militaire unilatérale, éclair et punitive, en détruisant les sites nucléaires. Mais, pour l’heure, avec la vacance du pouvoir politique et les prochaines élections en mars, Israël a d’autres préoccupations.

Cependant, la communauté internationale semble prêter des intentions au président iranien en matière de nucléaire. Jusqu’ici, nulle trace en effet, dans ses discours et déclarations, pourtant provocateurs, qui font croire à la conduite d’un programme nucléaire à vocation militaire. La communauté internationale a donc seulement une présomption. Cette présomption suffit-elle à condamner un pays ? Certainement pas. Tel est la quadrature du cercle, à laquelle est confrontée la communauté internationale. Le président iranien le sait, voilà pourquoi il avance ses pions, sûrement. Cependant, croire que l’Iran n’est animé d’aucune ambition en matière de nucléaire militaire, c’est faire preuve d’angélisme et de naïveté.

Le président iranien a mal joué en tenant des propos de la pire espèce sur Israël, en souhaitant que le pays "soit rayé de la carte", et en émettant des doutes sur la réalité de la Shoah. Une rhétorique fascisante, qui a légitimement avivé les pires craintes sur les futures intentions des autorités iraniennes, notamment dans le nucléaire, parmi les grandes puissances. En effet, comment considérer que l’Iran s’en tient à un programme exclusivement à des fins civiles, après la tenue de propos si outrageusement belliqueux ?

C’est sans compter aussi sur la volonté de s’imposer comme une puissance régionale, d’asseoir son leadership, une constante dans la politique des autorités iraniennes. Une ambition exhumée et plus que jamais brandie comme le vecteur de l’exaltation nationaliste, le ferment d’une unité d’un peuple, au moment même où son plus grand rival, l’Irak, a un genou et demi à terre.

Afficher son ambition (économique, politique, géographique...) n’a rien d’irréprochable en soi. Parfois, c’est le choix des moyens pour y arriver qui est discutable, voire critiquable. Tel est le problème de l’Iran aujourd’hui.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Stéphane (---.---.52.120) 12 janvier 2006 15:20

    Bravo, bonne analyse !! Pour être tout à fait complet il faudrait ajouter qu’au moindre bruit de bottes le barril se retrouverait 100$... Il serait tout aussi intéressant de s’attacher à savoir ce qui se passe derrière les coulisses à Téhéran ou Mr.Ahmadinedjad est loin de faire l’unanimité au sein de la « Nomenclatura Islamica ».A ce sujet l’on ne peut que s’interroger sur les circonstances de « l’accident » d’avion qui récemment a décapité tout l’Etat Major des Pasdaran (principal soutien d’Ahmadinedjad).Pur hasard ? Il est certain que la meilleure solution à la crise actuelle serait une solution venant de l’intérieur et Mr.Rafsandjani doit être conscient de cela...


    • (---.---.224.200) 13 janvier 2006 06:29

      Quelquechose cloche dans la façon dont la situation de l’Iran est présentée dans les médias des pays de l’OTAN.

      Si on regarde avec un peu de recul il est évident que c’est pour l’Iran une question de vie ou de mort d’avoir de quoi se protéger contre des « grandes puissances » qui lorgnent avidement sur son pétrole, et ont montré sans aucun doute possible leur mauvaise fois pour arriver à leurs fins (le dernier exemple est l’Irak).

      Toujours avec du recul, et un peu d’honnêteté intellectuelle, ce qui apparaît comme le plus frappant c’est de voir -noir sur blanc- comment les pays « riches » EMPECHENT le développement des pays qui essaient de progresser. C’est ça qui est vraiment choquant. Ce n’est pas la fatalité que le tier monde reste ce qu’il est ou s’enfonce, c’est vraiment le résultat de la politique des « grandes puissances ». Quand la corruption ne marche pas, alors c’est la guerre pour que les pays pauvres restent à la botte.

      Ce qui est spéctaculaire dans le cas de l’Irak et l’Iran c’est la mauvaise fois des « grandes puissances ». D’ailleurs l’expression, reprise en coeur par les médias, prête elle même à sourire : « grandes » par quoi ? par les monstrueux crimes coloniaux qu’elles essaient parfois de cacher d’un magistral coups de gomme ? « grandes » par la façon dont elles écrasent leurs propres populations à coups de promesses de « réduire la fracture sociale » ?

      Vient la véritablement difficile question d’Israël. C’est une question difficile parce qu’Israël aujourd’hui existe, c’est un fait, il existe une nation israelienne. Ce n’était pas le cas dans les années 40. Aujourd’hui deux nations ont légitimement droit de prétendre vivre en palestine. Les arguments du président iranien jouent sur des ambiguités pour ratisser large. Sans aucun doute les forces nationalistes de la région, qu’il flatte, verraient bien Israël vraiment jeté à la mer. Mais il est frappant de voir que les « grandes puissances » n’ont jamais eu l’intention d’accorder un coin de leur propre pays pour laisser aux juifs de quoi fonder une nation, même au lendemain de la seconde guerre mondiale. En France et en Allemagne c’était les camps. Aux USA les juifs (et beaucoup d’autres réfugiés) n’ont pas pu poser le pied pour échapper au massacre. En tout cas aujourd’hui il va falloir trouver un nouveau système social au Moyen-Orient pour arriver à faire cohabiter plusieurs nations. L’épreuve de force mène à l’apocalypse. L’article est bien optimiste. L’Iran, bien plus faible, a pour l’instant bien joué et pourrait détruire quelques bases ou porte-avions US (ou villes en Israël) en cas d’attaque. Pourtant, l’option militaire contre l’Iran n’est pas exclue. On peut très bien imaginer Israël vitrifer la plupart des grandes villes iraniennes et ses sites de développement nucléaire. Certaines sources suggèrent qu’il existe une « fenêtre » de temps tant que les iraniens n’ont pas de quoi anéantir Israël. (j’allais écrire l’« Etat hébreux » comme disent les journalistes, mais allez expliquer ça à un israelien anticlérical, musulman ou hindou...).

      Ce qui est en question aujourd’hui c’est la question de l’honnêteté. Les vrais problèmes ne manquent pas, et les moyens pour les résoudre sont souvent disponibles (production agricole, construction, éducation, santé). Mais ceux qui sont aux leviers de commandes ne sont préoccupés que par leurs petites rapines (boursicotage, pétrole, marchés, bases militaires). Pour les leaders des pays qui ont fait leur révolution industrielle en premier, l’oppression des peuples du tier monde va de paire avec la précarisation des masses à l’échelle nationale, pour les plus grands profits du Capital. Mettons ces brigands au placard ! Et s’il vous plaît cessez de répéter leurs balivernes qu’il mériteraient plus que d’autre de savoir quel pays mérite quoi (en l’occurence la bombe). A l’époque actuelle, c’est ridicule.


      • Stéphane (---.---.54.77) 13 janvier 2006 13:57

        Vous avez entièrement raison de dire qu’il y a quelque chose de choquant dans la manière dont les faits sont présentés. Ce qui est encore plus choquant c’est de constater la « mémoire sélective » dont l’Occident fait preuve en la matière. Lorsque l’on évoque aujourd’hui les « crimes » de Saddam Hussein l’on se garde bien d’évoquer l’agrssion et l’invasion de l’Iran par celui-ci ! Et pour cause...Saddam a été largement aidé dans son entreprise par toutes les (grandes et petites) puissances occidentales... Simple rappel:il y a eu quand même un million de morts dans ce conflit ! Vous avez également raison d’écrire qu’il est assez insupporble pour l’Occident d’avoir en face de soi un pays qui possède la troisième réserve mondiale de pétrole et qui refuse de jouer le jeu !! Je partage également vos réflexions en ce qui concerne Israël.L’anti-sémitisme dont fait preuve Ahmadinejad est qualifié en Occident de « révisionisme » mais dans le cas de’Iran il s’agit d’une monstruosité sans nom. En revanche, la ou je ne partage pas votre avis c’est de rendre l’Occident responsable de tous les maux de l’Iran.Les Iraniens ont également leur (large) part de responsabilité... Le président précédent, Khattami, a été élu par une écrasante majorité sur un programme de réformes.Certes Khamenei l’en a empêché mais Khattami a fait preuve d’un manque de courage politique total.Il a préféré la cohésion du système(« la Mullahcratie »)à une véritable avancée. Résultat ? Les Iraniens, dans un mouvement de rejet de tout l’establishement politique, ont voté pour leur Le Pen à eux ! Aujourd’hui Ahmadinedjad joue à fond la carte du nucléaire car il s’agit du seul domaine ou il existe un consensus national. A ce stade, je rejoins à nouveau votre point de vue.Le TNP est totalement dépassé et constitue aujourd’hui une arme très sélective qui n’est utilisée selon que vous êtes du « bon » ou « mauvais » côté.Le Pakistan,l’Inde, tous deux sigtaires du TNP, ont l’arme nucléaire.A ma connaissance, dans leur cas, personne n’a demandé la convocation du Conseil de Sécurité... Israël a toujours refusé de signer le TNP et en toute tranquillité a réalisé l’arme !Qui s’en offusque ? « Ah oui, mais dans le cas d’Israël cest différent ! » Et pourquoi ? Pourquoi le droit international ne s’adresse pas ce pays ? Tant que l’Occident maniera les « deux poids ,deux mesures » et et raisonne en fonction de ses intérêts ( pétroliers) dans cette partie du monde nous ne sommes pas prêts de voir la tranquillité s’installer !


      • Neuromancer (---.---.44.5) 13 janvier 2006 22:29

        Dans Le Monde daté du 1’ janvier, on apprends que les dirigeants européens sont en train d’isoler diplomatiquement l’Iran.

        La question du nucléaire iranien donne lieu à une réunion extraordinaire du Conseil des gouverneurs de l’AIEA ; le but étant de formaliser le recours au conseil de sécurité... Bref, étant donné la menace que représente l’Iran, il est inévitable que des sanctions soient prises. Si ce n’est pas le cas, la diplomatie européenne subira un lourd échec, démontrant ainsi son incapacité à influencer sa propre société. Et de même, les états européens perdraient de leur crédibilité, et de leur influence. Nous ne pouvons nous le permettre.

        Les Etats-Unis sont bien sûr tout à fait d’accord avec les Européens sur la menace Iranienne, et sont disposés à prendre des sanctions. Nos Etats et leurs populations sont elles prêtes a un conflit armé ? Les dirigeants, sûrement ; l’opinion publique, c’est moins sûr. Mais on peut toujours la manipuler, comme l’on fait les Américains sur le sujet Irakien.

        La possibilité d’une coalition multinationale, décidant le recours au force militaire, exige toute notre attention. L’Iran, en tant que théocratie islamiste haineuse envers Israël, serait très dangereuse avec une bombe nucléaire entre les mains. Elle donnerait le mauvais exemple à toute la zone moyen-orientale, qui se diraient « c’est donc possible de les défier, et de gagner ! ». Le risque de guerre nucléaire locale existe. Israël a la bombe, et elle a toujours été agressive envers les pays du moyen-orient. Dans l’hypothèse d’une coalition armée transatlantique, on sait que la nation juive nous appuierait à fond, et qu’elle serait un atout précieux.

        On sait de toute façons que les grandes puissances ont tout intérêt à pousser les Iraniens à la faute : ils pourraient alors se justifier auprès de leur population. Ils élimineraient la menace, en même temps qu’il pourraient se servir dans leurs réserves énergétiques, sous prétexte de sanctions. Si le pétrole est disponible à moindre prix, après la phase de conflit, il est certain que la Russie et la Chine nous soutiendraient


        • SS (---.---.47.238) 14 janvier 2006 14:26

          « L’Italie,qui entretient traditionnellement de bonnes relations avec Téhéran » (voyez s.v.p.14.1.06www.lematin.ma:Fini). ->Gianfranco Fini soutient l’Iran.


          • Christophe (---.---.58.18) 17 janvier 2006 20:45

            Mais n’est-ce pas justement le bon moment pour l’Iran d’atteindre enfin son but de suprématie dans cette région du monde ?

            Non que je cautionne ce qui se passe, mais il est évident que le seul pays qui avait la force de contrer cette recherhce de domination n’est plus en mesure de jouer ce rôle.

            D’autre part, les gouvernants iraniens ne se leurrent pas ; ils pourraient très bien subir, dans quelques années le même sort que leur voisin. Les pays occidentaux sont face à l’ambiguité qu’ils ont cultivé dans les instances internationales.

            De surcroît, l’Iran a une forte influence sur la communauté chiite d’Irak me semble-t-il.

            Pour avoir une réelle influence, l’Iran doit se protéger de certaines nations occidentales qui restent bien implantées au Moyen-Orient ; tout en sachant que si leur marge de manoeuvre est étroite, celle des pays occidentaux n’est guère plus large.

            Lorsque l’on aborde, in fine, la position chinoise, même si les intérêts économiques directs peuvent les amener à rejoindre le parti de l’occident, il n’est pas certain que les chinois n’aient pas intérêt à ce que les tensions déjà fortes entre l’occident et l’Iran ne le deviennent encore plus.


            • asmodede (---.---.155.30) 10 février 2006 17:50

              quel est le dessin (et non la carricature !)de mamoud ??? si c’est réellement la destruction d’israel alor je le plains sincerement !! israel doit avoir 200 bombes atomiques qui raseraient tout le pays ,meme protégé par allah !! comme dirait un anglois : qui s’y frotte s’y pique !!


              • k2000 (---.---.24.22) 10 février 2006 18:12

                asmodede alors pourquoi s’en prendre à l’iran si Israel détient également la bombe atomique ?????????


                • h2d2 (---.---.255.244) 2 mars 2006 16:52

                  Excellente déduction


                • L’Extra-Terrestre (---.---.119.14) 17 mars 2006 18:32

                  Un témoignage qu’on n’a pas l’habitude de voir sur une chaine de télévision arabe (la première) :

                  http://vervelsky.com/news/arabictv.asp

                   :)

                  Mais la guerre d’Irak est illégale au regard du droit international bien que légitimée a posteriori...

                  Sur le plan moral, les Bush père et fils ont plusieurs centaines de milliers de morts sur la conscience avec les deux « guerres d’Irak » (entre 300.000 et 400.000 pour la première et certainement autant si ce n’est plus pour la seconde) pour des raisons qui sont encore obscures puisqu’il est établi que les motifs pour lesquels ces guerres ont été déclenchées sont erronés ou ont été falsifiés par l’Empire américain. (parallèle avec l’Empire romain et sa logique de puissance...)

                  Je n’aborderai pas les conditions dans lesquelles cette guerre est menée (Abu-Graïb et multples témoignages, par ex. : http://www.telegraph.co.uk/news/main.jhtml?xml=/news/2006/03/12/nsas12.xml&sSheet=/news/2006/03/12/ixhome.html

                  Ainsi, il ne faut pas s’étonner que le monde arabe soit quelque peu agressif à l’égard des occidentaux et surtout des anglo-saxons...


                  • Benoit (---.---.64.180) 18 mars 2006 13:06

                    Enfin un gars qui dit la verité que des millions d’occidentaux ne veulent pas dire ou admettre pour cause d’islamophobie ou de racisme.


                    • bella bartok (---.---.213.151) 20 septembre 2006 19:30

                      Notre pays,la france,a une politique « pro-arabe »:Elle a aidé à la sanctuarisation de l’etat hebreu en l’aidant,il y a une trentaine d’année,à avoir la bombe atomique !c’est à dire qu’elle a définitivement frustré les arabes en les rendants militairement impuissant face à israel...En loccurence,la france aujourd’hui joue les bons samaritains avec ces mèmes pays arabes en ce mèttant souvent,diplomatiquement,de leur coté ;et ces mèmes pays arabes souvent la remèrcient....(pour le liban,par éxemple)...à croire que ces mèmes pays arabes ne se souviennent mème pas que,justement,c’est à cause de cette mème france,qu’ils sont craintifs et impuissant face à israel...(hi !hi !hi !)...En revanche quand un pays de cette règion,en loccurence l’iran,veut de la tèchnologie nucléaire(civile,ils le hurlent depuis plusieurs mois ;contrairement aux arabes,eux savent qu’un jours ils n’auront plus de pètrole...mais on veut pas les croire !),là la france ce range avec israel,et condamne,fustige,menace,les iraniens.En gros cette stratègie moyen-orientale à la française,est simple:Quand c’est pas sèrieux,par éxemple si le juif d’a coté à volé le poulailler de son voisin arabe,la france défendrat l’arabe(pour raison economique ?) ;mais si c’est trés sèrieux,par éxemple un iranien,moins con que les autres,décide de se doter de deux option énèrgétiques(pètrole+nucléaire,comme le font les russes ou les amèricains)là la france réagira autrement...un bon arabe c’est un arabe qui achete une « pijo » à la france,et ferme sa gueule,et qui surtout vas pas chèrcher à savoir comment se fabrique ces « pijo » ;en loccurence,pour votre culture,les iraniens ont leur propre industrie automobiles,ils éxportent vers l’asie du sud-est !!Vous donner pas le bon éxemples messieurs les iraniens...faut vous éliminer... nb:pour les mauvaises langues:Je suis pas arabe,et je suis athé en plus.je bois de la bière,et j’aime le boudin blanc ;je suis un mec bien quoi(un vrai « goye »comme certain dise).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès